Audio-Technica AT2020USB+
+
Audio-Technica AT2020USB+

AT2020USB+, Microphone USB de la marque Audio-Technica.

  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer
test Monsieur plus

Test de l'Audio-Technica AT2020USB+

  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it
  • Mail

Un nouveau produit dans le viseur des home-studistes qui cherchent à économiser des sous et de la place dans leur studio ou dans leur chambre !

Mi-micro, mi-carte son, voici le AT2020USB+, sorti chez Audio-Technica, qui est une version améliorée du AT2020USB. Ce micro cardioïde tout-en-un est conçu pour dispenser les utilisateurs de posséder une carte son, un préampli micro, etc. En clair, l’outil parfait pour le home-studio nomade !

Un micro pour les enregistrer tous

Dans la recherche de l’encombrement minimum, après la solution des micros en Minijack, les constructeurs se sont intéressés à la connectique USB pour la nouvelle génération de micros bon marché. L’USB ne pouvant être considéré que comme un périphérique audio par les logiciels, ce concept est donc différent des micros numériques « professionnels » destinés à être reliés à des interfaces numériques par AES/EBU, S/PDIF, etc.

Audio-Technica AT2020USB+

L'intérêt ? Branché à votre ordinateur, ce micro devient le seul périphérique audio de votre système. Il remplace donc toute carte son, et le circuit entrée/sortie/haut-parleurs de l’ordinateur. Les constructeurs y ont intégré une sortie casque, une molette pour le niveau d’écoute, ainsi que la nouveauté de ce modèle par rapport au précédent : une molette Monitor MIC/COM (Micro/Computer) qui permet d’ajuster ce que l’on y entend : le son du micro (sans latence) en position MIC, le son de l’ordinateur en position COM, ou un dosage entre les deux. Pas bête !

En revanche, il sera compliqué d’utiliser cet AT2020USB+ avec un deuxième micro, ou bien avec un autre périphérique par exemple une carte son. À moins de configurer un périphérique agrégé, mais en fonction du logiciel utilisé cela peut générer des conflits de fréquence d’échantillonnage (matériel en 44.1 ou 48 kHz), des dysfonctionnements ou bugs lors de l’absence d’un des périphériques, ou pire, des problèmes de word clock...

Dans la boîte, le AT2020USB+ se présente comme un microphone à condensateur large membrane noir plutôt élégant. Il est accompagné d’une pince et de son petit trépied, qui permet de le placer devant soi pour un encombrement minimum. Une LED bleue indique son activité une fois branché.

Le test

Audio-Technica AT2020USB+

Il est clair que l’intérêt de ce micro réside beaucoup dans son ergonomie. Cependant, pour voir ce qu’il avait dans le ventre nous l’avons comparé au AKG C4000B, ce dernier étant le modèle le plus proche du AT en termes de prix (450 €) et de catégorie que nous avions au studio. Voici la configuration matérielle :

Le C4000B est préamplifié par un canal du Phoenix DRS-8 et converti via l’Aurora 16 de Lynx Technology. Le préampli et le convertisseur A/N sont intégrés dans le AT2020USB+.

 
Cajon AT2020 USB
00:0000:09
Audio-Technica AT2020USB+

• Cajon : Les deux enregistrements sont relativement similaires. Un point pour le AT, car il coûte bien moins cher. Cependant il a fallu mettre de la distance à la prise pour ne pas saturer le signal (distance que nous avons reproduite à l’identique avec le AKG), car malheureusement le préampli de ce micro ne possède pas de gain ! Réduire le volume d’entrée dans les préférences système d’Apple n’enlève pas la saturation, mais baisse simplement le volume du signal numérique, car les saturations se font au niveau du convertisseur A/N du micro ! Il vaut donc mieux laisser ce curseur de gain au centre par défaut. Il sera difficile d’enregistrer une batterie ou une percussion sans dégrader le signal...

• Guitare : on constate une meilleure précision dans les aigus pour le AT, qui est bien épuré dans les médiums, ce qui donne une bonne cohérence et un bon équilibre à l’ensemble. Le AKG quant à lui possède une réponse en fréquences moins musicale, les aigus paraissent un peu mous. Un très bon point pour le AT !

• Voix : même constat que sur la guitare, le AKG sonne un peu sourd à côté du petit nouveau, qui encaisse et restitue avec brio les fréquences de la voix, naturellement très ouvert et précis dans les hauts médiums et aigus. Pour éviter les saturations ou effets de proximité, il convient de chanter ou parler à une certaine distance du micro, ce dernier ayant un gain plutôt généreux.

Conclusion

Ce micro est extrêmement intéressant comme périphérique unique dans une installation home-studio minimale (sans enceintes, sans carte son et sans autres micros). C’est-à-dire que vous n’aurez besoin de rien de plus que ce micro, un casque et votre ordinateur pour avoir une installation simple et nomade pour vous enregistrer ! De plus, techniquement parlant, il se défend redoutablement bien face à un micro traditionnel de prix supérieur.

En revanche, il trouvera difficilement sa place dans une installation plus importante, car il a été conçu pour être indépendant, et son utilisation diffère dans tous les cas de celle des micros traditionnels analogiques (uniquement sur ordinateur, câble USB, etc.). À acheter donc pour une utilisation bien précise : une configuration réduite, avec micro proche de l’ordinateur, pour l’enregistrement d’instruments acoustiques ou de voix en évitant les percussions.

Téléchargez les fichiers sonores (format FLAC)

 

Points forts Points faibles
  • Son prix (environ 170 € neuf !)
  • La qualité du son remarquable pour son prix
  • La fabrication
  • Le concept tout-en-un parfait pour les installations légères
  • L’absence d’un gain analogique avant la conversion en numérique
  • Pour cette même raison, la difficulté d’enregistrer une percussion ou une source à fort volume sans saturer numériquement le micro
  • La difficulté voire impossibilité de le coupler à d’autres micros/cartes sons
À propos de nos tests
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it
  • Mail