Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
pédago

L’enregistrement de la batterie - Le layering

Le grand guide de l’enregistrement — 41e partie

Cette semaine, nous allons une nouvelle fois sortir légèrement du cadre de l’enregistrement au sens strict du terme pour parler du « layering ». Bien que cette technique de production de la batterie soit généralement réservée à la phase de mixage, j’ai choisi de traiter ce sujet au sein de cette série d’articles, car ce travail de « layering » peut être grandement simplifié lorsque l’on prend la peine d’y penser en amont dès la prise.

Accéder à un autre article de la série...

Quésaco ?

Appa­rue dans la musique pop au début des années 80, la tech­nique du « laye­ring » consiste à se servir de samples afin de soute­nir l’en­re­gis­tre­ment origi­nal d’un élément de batte­rie, voire de le rempla­cer complè­te­ment. Cette méthode est prin­ci­pa­le­ment employée pour la grosse caisse, la caisse claire et les toms. Il est cepen­dant possible de l’uti­li­ser pour les cymbales, bien que cela soit passa­ble­ment plus compliqué à réali­ser.

Bien Débuter : Snare Layer

Mais quel est l’in­té­rêt de la manœuvre ? Tout simple­ment un contrôle accru sur le son. Empi­ler des samples permet par exemple les choses suivantes :

  • Ajou­ter du timbre à un élément du kit pauvre à ce niveau-là ;
  • Redo­rer le blason d’une attaque un peu molle ;
  • Rempla­cer un tom mal accordé ;
  • Doser préci­sé­ment le sustain d’un coup de cymbale ;
  • Gonfler le gras d’un kick anémique ; 
  • Etc.

De plus, les samples sont exempts de repisse, ce qui les rend beau­coup plus malléables lors du mix. En effet, la « pureté » d’un sample issu d’une banque de qualité permet de tritu­rer sa matière sonore à grands coups d’éga­li­sa­tion, de compres­sion ou de réver­bé­ra­tion sans trop avoir à se faire de cheveux quant aux éven­tuels dommages colla­té­raux sur les autres éléments du kit.

Par ailleurs, cela permet égale­ment d’avoir une maîtrise totale sur le niveau de chaque frappe. La perfor­mance peut ainsi être plus faci­le­ment constante sur la durée du morceau et donc, poten­tiel­le­ment, paraître plus « massive » le cas échéant. Enfin, dans le cadre de l’en­re­gis­tre­ment en home studio, le « laye­ring » peut être une véri­table béné­dic­tion puisqu’il est ainsi possible d’ob­te­nir un son de batte­rie de « qualité profes­sion­nelle » sans avoir à dispo­si­tion l’in­fra­struc­ture d’un grand studio. Notez tout de même qu’un véri­table enre­gis­tre­ment décent des overheads est un plus non négli­geable, car, comme je vous l’ai déjà dit, le « laye­ring » des cymbales n’est pas chose aisée.

Paul et Mickey

Bien sûr, au-delà de la ques­tion éthique, l’uti­li­sa­tion de cette méthode comporte tout de même son lot d’in­con­vé­nients. Même si elle permet de conser­ver le groove, les détrac­teurs du « laye­ring » avancent souvent l’ar­gu­ment de la perte du touché propre à chaque musi­cien. Il y a aussi le danger de « stan­dar­di­sa­tion » sonore dû à l’uti­li­sa­tion de banques de samples iden­tiques sur de multiples produc­tions. Enfin, appliquée sans discer­ne­ment et/ou en utili­sant des sources de piètre qualité, gare à l’ef­fet mitraillette digne des plus mauvaises boîtes à rythmes.

Pour ma part, je consi­dère le « laye­ring » pour ce qu’il est, à savoir un outil comme un autre. L’im­por­tant est ce que l’on en fait, comment on l’uti­lise et dans quelle propor­tion. Si cela me permet d’ar­ri­ver au résul­tat que je cherche à atteindre, ainsi soit-il ! Pour un morceau tendance jazz où la musi­ca­lité de jeu prime, l’in­té­rêt me semble limité. En revanche, pour une ryth­mique Metal endia­blée, l’em­ploi d’un sample bien choisi me paraît beau­coup plus à propos afin de retrans­crire avec préci­sion un jeu de grosse caisse à la double pédale. Bref, comme toujours, tout dépend du contexte !

Dans le prochain épisode, nous verrons quels sont les outils qui permettent d’abor­der cette tech­nique du « laye­ring » dans les meilleures condi­tions possibles.

← Article précédent dans la série :
L’enregistrement de la batterie - Room Stéréo (4e partie)
Article suivant dans la série :
L’enregistrement de la batterie - Les outils du Layering →

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.