Prise de Son & Mixage
Techniques du Son Prise de Son & Mixage
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer

Le Punch In / Punch Out

pédago Le guide de l’enregistrement - 82e partie
  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it
  • Mail

Cette semaine, nous allons très brièvement voir une technique d'enregistrement vieille comme le monde : le punch in / punch out. Il y a de fortes chances pour que vous connaissiez déjà cette façon de procéder, cependant, une piqûre de rappel n'a jamais fait de mal à personne et, pour les béotiens en la matière, ce sera l'occasion de découvrir cette puissante fonction qui sommeille au coeur de la majorité des STAN modernes.

Quèsaco ?

Comme souvent, l'enregistrement en punch in / punch out repose sur un concept relativement simple. Lorsqu'une fausse note et / ou une petite erreur d'interprétation se glissent en plein milieu d'une prise quasi-parfaite, pourquoi diable refaire cette dernière dans son intégralité alors qu'il est techniquement possible de retravailler uniquement le passage incriminé en déclenchant l'enregistrement pile au moment voulu (punch in) et en l'arrêtant une fois le problème passé (punch out) ?

À l'époque des premiers enregistreurs multipistes, la mise en oeuvre de cette méthode était assez risquée car cela entraînait l'effacement de tout son précédemment capté… Imaginez le stress de l'opérateur qui devait être en parfaite synchronisation avec le musicien sous peine de ruiner l'enregistrement précédent, sans parler des problèmes techniques d'alignement des têtes de l'enregistreur à bandes, etc. 

Heureusement de nos jours, toute STAN qui se respecte intègre une fonction de punch in / punch out autrement plus souple. En effet, il n'y a désormais plus aucun risque de perdre une portion de la captation originale et il est même possible de répéter la manoeuvre à l'envie de façon à pouvoir choisir ultérieurement le meilleur "pansement audio" parmi l'ensemble des prises ainsi réalisées. Évidemment, chaque logiciel propose des options de punch in / punch out qui lui sont propres, il m'est donc impossible de vous décrire la marche à suivre par le menu pour chacun d'eux. Ainsi, il vous faudra certainement éplucher soigneusement le manuel de votre STAN de prédilection à la recherche du chapitre consacré à cette technique afin de l'appréhender au mieux. Ceci étant, les principes de base sont sensiblement les mêmes d'un soft à l'autre. Voyons donc ce qu'il en est…

En pratique

Enregistrement 82 Punch

Pour réenregistrer une partie avec la fonction de punch in / punch out, il convient en premier lieu de délimiter les bornes de début et de fin de captation. Contrairement à la méthode "old school" de la période analogique, je vous conseille de ne pas vous limiter uniquement à la section incriminée. En effet, commencer l'enregistrement sensiblement plus tôt et le finir un poil plus tard vous donnera beaucoup plus de latitude lors du montage audio afin de rendre le subterfuge entièrement transparent pour l'auditeur final.

Une fois la zone de travail sélectionnée, il ne vous reste plus qu'à placer la tête de lecture virtuelle de votre STAN quelques mesures avant ladite sélection puis à lancer l'enregistrement en mode punch in / punch out pour la piste concernée. Dans ce mode, votre séquenceur audio lira la prise originale jusqu'au début de la zone de travail, il basculera alors automatiquement en enregistrement en coupant le playback de la piste armée, puis reviendra tranquillement en lecture une fois sorti de cette zone. Bien entendu, pour que ce "pansement audio" soit efficace, il faut absolument que les conditions de la prise soient strictement identiques à la captation originale - utilisation des mêmes micros avec les mêmes placements, mêmes préamplis, etc. De plus, le musicien devra faire de son mieux pour adopter un jeu cohérent par rapport à l'esprit de la prise à corriger. Ainsi, il vaut toujours mieux effectuer vos punch in / punch out lors de la même session car il est très difficile de reproduire exactement les mêmes conditions de travail d'un jour à l'autre.

Voilà, comme vous pouvez le constater, il n'y a ici absolument rien de sorcier ! Une fois les corrections effectuées, vous n'aurez plus qu'à éditer le rendu en appliquant les conseils que je vous avais déjà donnés il y a bientôt cinq ans de cela dans cet article.

Sur ce, rendez-vous la semaine prochaine pour la suite de nos aventures !

← Article précédent dans la série :
L'enregistrement par parties - 2e partie
Article suivant dans la série :
De l'art du dialogue - 1ère partie →
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it
  • Mail