Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
test
Rack'n'roll !

Test de VCV Rack 2 Pro

Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
VCV Rack 2 Pro
Photos
1/7
VCV Rack 2 Pro

Synthé Modulaire Virtuel de la marque VCV .

Écrire un avis
Prix public US : $149 incl. VAT

Matériel ou logiciel, le modulaire a le vent en poupe et ce n’est pas avec VCV Rack que cela est près de s’arrêter vu que sa V2 offre quantité de choses attendues par la communauté de ses utilisateurs et utilisatrices.

Selon Andrew Belt le créa­teur de VCV Rack, le synthé modu­laire est un des instru­ments les plus élitistes au monde à cause notam­ment de son prix. En eet les amateurs de synthé comme moi le savent bien, pour avoir ne serait-ce qu’une voix de synthé basique avec un modu­laire euro­rack il faut au mini­mum ache­ter un VCO, un VCA, un module d’en­ve­loppe et un LFO. A cela, il faut rajou­ter les câbles et le boîtier. Tout ça pour faire des sons parfois très plats et assez peu flexibles. Non, assu­ré­ment pour avoir un synthé modu­laire avec lequel vous ne vous lasse­rez pas au bout de cinq minutes, il faut craquer un peu la tire­lire et s’ache­ter pas mal de modules. C’est ainsi que ce qui a commencé comme une inno­cente passion pour la bidouille sonore peut rapi­de­ment se trans­for­mer en gouffre finan­cier. 

La promesse de VCV Rack appa­raît donc évidente, permettre à tous de s’es­sayer au modu­laire sans dépen­ser un centime à condi­tion que l’on dispose d’un ordi­na­teur. Tout cela paraît bien promet­teur, mais qu’en est-il dans la réalité ? Est-ce que VCV Rack remplace un vrai modu­laire ? Est-ce que ça sonne bien ? Comment s’in­tègre-t-il dans une config home studio ? Est-ce que c’est vrai­ment gratuit ? Tant de ques­tions et plus encore auxquelles nous allons tâcher de répondre dans ce test. 

Avant de nous lancer, je tiens à préci­ser que je connais bien VCV Rack j’ai d’ailleurs fait une vidéo à son sujet il y a un an envi­ron), mais à l’heure où j’écris ce test je viens seule­ment de télé­char­ger la version 2 du logi­ciel qui promet pas mal d’amé­lio­ra­tions en termes d’in­ter­face ainsi que l’ajout de certains modules et certaines fonc­tion­na­li­tés. Vu la nature du produit, les tests audio inclus ici sont évidem­ment assez peu révé­la­teurs des immenses possi­bi­li­tés sonores et musi­cales qui s’orent à vous.

Rack against the machine

La première fois qu’on ouvre VCV Rack, on est accueillis par le patch de base de la machine. Une simple « voix de synthé » comme on dit. Quelques oscil­la­teurs, un filtre, des enve­loppes, un mixeur et un module avec du texte qui vous explique le patch (en anglais évidem­ment). Rien de bien palpi­tant jusqu’ici, mais ce patch a la mérite de mettre en lumière deux modules essen­tiels de VCV Rack. Je parle ici des modules de gestion audio et Midi. En eet, sans ces modules, vous ne serez ni en mesure d’uti­li­ser un contrô­leur midi ni d’écou­ter vos chefs-d’œuvre.

Il existe plusieurs versions de ces modules, mais ils fonc­tionnent tous de la même manière pour le module Midi, vous n’avez qu’a sélec­tionné dans la liste le contrô­leur de votre choix. Notez que vous pouvez égale­ment utili­ser le clavier de votre ordi­na­teur (en mode QWERTY unique­ment) pour contrô­ler les notes qui sortent de votre module MIDI. Fonc­tion inté­res­sante, vous pouvez égale­ment utili­ser la souris pour contrô­ler le pitch, plus vous montez haut dans l’écran plus le pitch est élevé. Une version moderne du There­mine ? 

Passons main­te­nant au module audio. Vous sélec­tion­nez votre carte son dans la liste et vous pouvez main­te­nant entendre le son du patch. Le module inclus dans le patch de base n’est capable de rece­voir et d’en­voyer que sur une seule paire de sortie, mais il existe des versions avec 8 entrées/sorties et 16 entrées/sorties. Main­te­nant que l’ont connaît les deux modules les moins inté­res­sants, mais les plus essen­tiels, il est temps d’ex­plo­rer l’im­mense biblio­thèque de module que contient VCV Rack. 

Deux cent dizaines de modu­les… Et moi ! Et moi ! Et moi !

Pour commen­cer, il faut que vous vous connec­tiez à votre compte dans l’ap­pli­ca­tion dans le menu Library situé en haut de l’in­ter­face. Pour char­ger un nouveau module dans notre patch, il sut de cliquer à un empla­ce­ment vide. Une fenêtre s’ache avec tous les modules dispo­nibles dans votre biblio­thèque. Vous note­rez qu’il n’y en a qu’as­sez peu, mais c’est en cliquant en haut de la fenêtre sur le bouton « Browse VCV Library  » qui ouvre une fenêtre de votre navi­ga­teur web vers la biblio­thèque complète qui contient à l’heure ou j’écris, 2175 modules. Parmi tous ces modules, 1888 sont entiè­re­ment gratuits et 1577 sont open source. Vous avez une barre de recherche en haut de la page ainsi que des menus dérou­lants pour sélec­tion­ner des déve­lop­peurs en parti­cu­lier ou par trier la multi­tude de modules par caté­go­rie. Pour ajou­ter un module à votre biblio­thèque, vous n’avez qu’à cliquer sur la petite croix inti­tu­lée Add. Une fois vos modules sélec­tion­nés, il faut mettre à jour votre biblio­thèque dans l’ap­pli afin que vos nouveaux modules puissent être char­gés. 

Les modules Audible Instruments (Mutable Instruments)Parmi la multi­tude de modules, on retrouve des clones offi­ciels de certaines entre­prises très répu­tés dans le monde de l’Eu­ro­rack comme Befaco ou Instruo ou encore Bastl ainsi que des clones non offi­ciels comme ceux de Mutable Instru­ments (appe­lés ici Audible Instru­ments). Si on est vrai­ment recon­nais­sant envers ces éditeurs qui proposent leurs modules gratui­te­ment, il serait fou de ne s’at­tar­der que sur ces clones, car selon moi, c’est chez des éditeurs indé­pen­dants que l’on trouve les modules le plus inté­res­sants. Vous vous doutez bien que je ne vais pas ici détailler tous les modules dispo­nibles, mais on retien­dra de très inté­res­sants modules de géné­ra­tions de séquences, de bons effets et des outils de modu­la­tion vrai­ment uniques. 

Vous avez le choix de télé­char­ger les modules indi­vi­duel­le­ment ou bien de télé­char­ger tous les modules d’un même déve­lop­peur d’un coup. Vous voilà donc bien fourni de tous les modules que vous ne pour­riez proba­ble­ment pas ache­ter dans la vraie vie. Il existe quand même quelques modules payants que je n’ai pas eu l’oc­ca­sion de tester excepté les modules VCV Drums et Sound Stage inclus dans la version payante de VCV Rack et pour être honnête aucun module payant vendu par un tiers ne m’a vrai­ment inté­ressé au point de sortir la carte bancaire. Les seuls modules que j’au­rais voulu tester sont ceux qui permettent de char­ger des VST direc­te­ment dans VCV Rack et de modu­ler leurs para­mètres. Je dédie un para­graphe sur les modules inclus dans la version payante de VCV Rack un peu plus bas.

À vos marques, prêt, patchez !

Comment tester un produit comme VCV Rack ? Avec des centaines de modules dispo­nibles et des millions de manières de les connec­ter ensemble, vous admet­trez que la tâche n’est pas aisée. C’est d’ailleurs la beauté du modu­laire, vous dési­gnez votre propre instru­ment jusque dans les moindres détails. Concen­trons-nous donc d’abord sur l’in­ter­face. Selon moi, tout a été pensé pour faci­li­ter la créa­tion de patchs qu’ils soient simples ou complexes et c’est tant mieux parce que le nombre d’en­trées/sorties et de para­mètres à votre dispo­si­tion peuvent vite vous sembler étouf­fante.

Vue d'ensemble d'un patchPour remé­dier à cela, la plupart des modules comportent un code graphique simple. La déno­mi­na­tion des entrées est écrite en texte noir sur blanc et pour les sorties c’est du blanc sur un fond noir. Ce n’est pas le cas de tous les modules, car au fond, chaque desi­gner est libre de faire le design qui lui plaît, mais c’est une conven­tion assez répan­due dans l’eu­ro­rack. De toute façon lorsque vous lais­sez votre souris au-dessus d’un para­mètre ou d’une prise jack, une petite fenêtre appa­raît à côté avec des infor­ma­tions concer­nant celui-ci : input, output, voltage qui passe actuel­le­ment dans le port et même les connexions actives tran­si­tant par ce port. 

Autre moyen de savoir que des infor­ma­tions tran­sitent entre deux points de connexion, les ports s’al­lument de manière plus ou moins vive en fonc­tion de l’in­ten­sité du voltage qui y tran­site. Concer­nant les câbles eux-mêmes, leur couleur est assi­gnée de manière aléa­toire, mais vous avez la possi­bi­lité d’en choi­sir la couleur parmi cinq teintes diffé­rentes en faisant clic droit lorsque vous créez une nouvelle connexion. Pour plus de clarté, vous avez aussi à l’aide du menu « View » de régler la tension ainsi que l’opa­cité des câbles. Ils sont tendus à 100 % et leur opacité est à 50 % par défaut et, selon moi, c’est très bien ainsi.

VCV Rack en mode nuitÀ propos de l’in­ter­face, vous avez égale­ment la possi­bi­lité de bais­ser graduel­le­ment la lumière ambiante de « la pièce » et votre souris se trans­forme en une sorte de lampe torche. Ce n’est pas une fonc­tion très utile à propre­ment parler, mais ça peut quand même repo­ser vos yeux si vous prévoyez une longue nuit de patching.

Vous avez à dispo­si­tion un zoom géné­ral de l’in­ter­face qui s’avé­rera utile si vous accu­mu­lez beau­coup de modules. Voilà donc les diffé­rentes options qui s’orent à vous pour custo­mi­ser votre instru­ment euro­rack. 

Et si vous passiez pro ?

Comme je l’ai dit plus haut, 95 % des modules dispo­nibles dans VCV Rack sont gratuits et je mets au défi n’im­porte qui d’ar­ri­ver à court d’ins­pi­ra­tion avec la version gratuite. En revanche, on trouve dans la version Pro de VCV Rack dispo­nible au prix de 189 $ certaines fonc­tion­na­li­tés bien utiles. Tout d’abord on a accès à certains modules exclu­sifs. Une drum machine d’abord avec dix instru­ments à votre dispo­si­tion et une section de mixage. Notons que les diffé­rents instru­ments sont aussi dispo­nibles sous la forme de modules indi­vi­duels. 


VCV DrumsCe qui est bien c’est que ces modules ne semblent pas basés sur des samples, mais bien sûr de la synthèse ce qui permet une plus grande palette sonore par instru­ments.

On peut par exemple régler le Decay d’une cymbale, l’in­ten­sité de l’at­taque d’une caisse claire ou encore la hauteur tonale d’un clap. J’ap­pré­cie vrai­ment l’ad­di­tion de cette drum machine, car je trou­vais person­nel­le­ment qu’il manquait une section ryth­mique digne de ce nom (et non basée sur des samples) dans les versions précé­dentes de VCV Rack. 

Les modules InstruoLe deuxième module exclu­sif à la version Pro est le module Sound Stage. Il s’agit d’une réverbe algo­rith­mique à quatre entrées censée simu­ler une pièce dans laquelle on peut placer libre­ment les diérentes sources audio ainsi que les micros virtuels que l’on va utili­ser pour capter la pièce. Je dois dire que j’étais un peu scep­tique, quoiqu’in­tri­gué par ce module, mais il s’avère en fait être un outil créa­tif très puis­sant. L’avan­tage de l’eu­ro­rack c’est de pouvoir modu­ler tout un tas de para­mètres. Lorsque vous commen­cez à modu­ler la posi­tion d’un instru­ment percus­sif ou d’un synthé dans cette pièce, vous ajou­tez à votre patch une profon­deur parfois diffi­cile à repro­duire avec une simple reverbe stéréo. 

La dernière fonc­tion très inté­res­sante de VCV Rack Pro est la possi­bi­lité de char­ger VCV Rack en tant que plug-in dans votre STAN. Étant prin­ci­pa­le­ment un utili­sa­teur de Logic, j’ai été déçu que la version AU ne soit pas encore dispo­nible à l’heure du test, mais la version VST fonc­tionne très bien dans Able­ton Live 11. J’ai trouvé vrai­ment très puis­sant de pouvoir faire sortir le Midi du plug-in vers un instru­ment Able­ton afin d’en­re­gis­trer le MIDI ou de contrô­ler des synthés externes. Créer des séquences évolu­tives et complexes est chose aisée dans un envi­ron­ne­ment modu­laire, c’est donc très bien­venu de pouvoir l’in­té­grer dans un envi­ron­ne­ment fami­lier dans lequel on a l’ha­bi­tude de compo­ser. J’at­tends avec impa­tience la sortie du plug-in au format AU.

Vivre la synthèse en commu­nauté

VCV Rack ne serait pas ce qu’il est sans sa commu­nauté d’uti­li­sa­teurs et de déve­lop­peurs. Ce logi­ciel est une plate­forme bouillon­nante d’ins­pi­ra­tion, de créa­ti­vité et d’ap­pren­tis­sage. La commu­nauté se concentre en premier lieu sur le forum dédié ou l’on discute à la fois de déve­lop­pe­ment de plug-in et d’idées concer­nant les meilleures manières d’uti­li­ser tels ou tels modules ou de patcher tel ou tel type de son. La commu­nauté de déve­lop­peurs est impres­sion­nante et certains de ces déve­lop­peurs sont très actifs et n’hé­sitent pas à conseiller les débu­tants qui voudraient se lancer dans la créa­tion de modules. 

Le patch de l'audio Arp et reverbPour celles et ceux qui manquent d’ins­pi­ra­tion, on retrouve égale­ment sur le site Patchs­to­rage des centaines de patchs créés par la commu­nauté que l’on peut filtrer par type. La philo­so­phie derrière VCV Rack est bien celle de l’open source et du partage de ressources.

Je suis person­nel­le­ment un fervent défen­seur de ce type de plate­forme dans une indus­trie musi­cale où certains éditeurs ou construc­teurs n’hé­sitent pas à forcer les utili­sa­teurs à payer des mises à jour, pire encore, à payer unique­ment pour renou­ve­ler sa licence. Je suis conscient que ce n’est pas en donnant tout gratui­te­ment que l’on gagne sa vie, mais je suis aussi convaincu que lais­ser la commu­nauté parti­ci­per au déve­lop­pe­ment d’un produit est un très bon moyen de lui assu­rer soutien et péren­nité.

VCV Drums et Sound­stage Reverb
00:0000:33
  • VCV Drums et Sound­stage Reverb00:33
  • Slow Modu­la­ted Bass00:49
  • Probable par Onky Steal­th­world00:27
  • Melo­deep00:47
  • VCV Drums Modu­la­tion00:32
  • Boom Insectes00:54
  • Auto­ma­tic Mutes par Dave Hammer00:50
  • Arp et reverb00:36

VCV Rack vs le monde

Il me semblait judi­cieux de mettre VCV Rack en pers­pec­tive et de le compa­rer à ses concur­rents. Le monde du modu­laire logi­ciel a vrai­ment explosé depuis quelques années et main­te­nant que VCV Rack est disposé a s’in­té­grer dans nos STAN préfé­rées, ce qui n’était au départ qu’un petit logi­ciel open source ambi­tieux peut main­te­nant riva­li­ser avec les masto­dontes du marché que sont Reak­tor de Native Instru­ments et Softube Modu­lar. 

La grosse diffé­rence tient évidem­ment dans le fait que ceux-ci sont payants et que la plupart des modules supplé­men­taires sont eux aussi payants… et parfois assez chers ! La diffé­rence est peut-être dans la qualité du son me direz-vous. Vous aurez peut-être raison, car ces entre­prises déve­loppent des synthés et des effets logi­ciels depuis des années, ils ont donc derrière eux l’ex­per­tise et les équipes pour s’as­su­rer de la qualité des algo­rithmes audio. Cela étant dit, quand on voit que VCV Rack a réussi à atti­rer de très gros déve­lop­peurs de modules euro­rack comme Befaco ou Instruo et que ces modules sont gratuits, on se demande bien pourquoi dépen­ser 30 euros dans une enve­loppe ou 40 euros dans un délai. Je crois en fait que ce sont ici deux mondes et deux concep­tions de la créa­tion musi­cale qui se confrontent sans forcé­ment s’op­po­ser entiè­re­ment.

Quand on paie, on compte sur une entre­prise pour orir un service après-vente et des produits testés et retes­tés dans lesquels on peut norma­le­ment avoir confiance. Dans le monde de l’open source on apprend plus par soi-même et on fait davan­tage confiance à une commu­nauté (avec ses conseils parfois impré­cis) plutôt qu’à une entre­prise. 

Malgré tout on ne peut que saluer le travail d’An­drew Belt et de toute la commu­nauté VCV Rack, car elle contri­bue selon moi à déve­lop­per des tech­niques de créa­tion musi­cale et d’ex­plo­ra­tion sonore qui ouvre les portes de la musique élec­tro­nique à tous.

Conclu­sion

Vous l’au­rez compris, il n’y a pas de raison de ne pas se jetter sur cette V2 de VCV Rack, recom­man­dée dans sa version gratuite comme payante. Non seule­ment le logi­ciel est d’une richesse incroyable mais on peut comp­ter sur la large commu­nauté que lui assure l’Open Source pour évoluer et se montrer sans doute bien plus dyna­mique que les projets payants. Bref, on ne peut pas tout à fait parler d’un Linux ni d’un Reaper du modu­laire, mais on en est pas loin, ce qui rend forcé­ment VCV Rack extrê­me­ment sympa­thique. Voilà qui méri­tait bien un Award !

9/10
Award Valeur sûre 2022
Points forts
  • Version gratuite extrêmement complète
  • Plus de 2000 modules 
  • Interface facile à prendre en main
  • Interface personnalisable (mode nuit, zoom, tension des câbles, etc.)
  • Faible charge en CPU
  • Possibilité d’intégrer des VST
  • Communauté très active
  • Open source
  • Modules officiels de grandes marques gratuits
Points faibles
  • La qualité du son peut varier d’un développeur à l’autre
  • Certains modules sont difficiles à prendre en main 
  • Impossible d’essayer les modules payants avant de les acheter

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.