Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
test
On n’en a jamais AC

Test de la tête d’ampli compacte pour guitare Vox MV50 AC

À son tour, Vox cède à la mode des mini-têtes d’ampli analogiques. Avec les trois modèles MV50, la marque mythique propose des têtes minuscules reposant sur une technologie proche des lampes conçue par Noritake. Peut-on avoir le son des amplis à lampes Vox dans un format compact et pour moins de 200 € ? C’est en tout cas le pari du fabricant. Audiofanzine a testé le modèle MV50 AC.

Peavey, Orange, Joyo, Hotone, Quil­ter, on ne compte plus le nombre de spécia­listes — ou non — de l’am­pli­fi­ca­tion propo­sant des têtes d’am­pli aux dimen­sions extrê­me­ment réduites. Vox, de son côté, a bien sûr déjà tenté l’ex­pé­rience de la minia­tu­ri­sa­tion avec ses amPlug, ou encore le Night Train, mais les nouveaux MV50 et leur puis­sance de 50 watts marquent une nouvelle approche.

Trois modèles sont dispo­nibles : la version Clean, la version AC, et la version Rock. Chacune reprend le même concept, mais se distingue dans un style précis. Ainsi, le MV50 Clean se destine exclu­si­ve­ment aux sons clairs, l’AC à la repro­duc­tion des sono­ri­tés de l’AC30, et le Rock aux satu­ra­tions high-gain des amplis « British ».

Tous les modèles reposent sur une tech­no­lo­gie déve­lop­pée par Korg et les Japo­nais de Nori­take : Nutube. Il s’agit d’af­fi­cheurs fluo­res­cents semblables à des lampes clas­siques. Tout comme ces dernières, ils sont compo­sés d’une anode, d’une grille et d’un fila­ment. Vox assure donc que Nutube produit la même réponse et  les mêmes harmo­niques que des triodes conven­tion­nelles. Enfin, un ampli de puis­sance en classe D complète le préam­pli Nutube.

Micro­cos­mos

Vox MV50 AC : 6

Une fois déballé, le MV50 surprend par sa taille et son poids. Les mini-têtes d’am­pli sont courantes, mais le MV50 est tout simple­ment minus­cule avec ses dimen­sions de 135 × 100 × 75 milli­mètres, et très léger avec ses 540 grammes ! Côté look, ce n’est pas complè­te­ment raté, mais Vox tombe encore une fois dans ses travers… En effet, la marque souhaite à tout prix propo­ser une esthé­tique vintage, même sur ses produits d’en­trée de gamme. Or, l’uti­li­sa­tion du plas­tique dans ce cadre — notam­ment pour le logo doré ou argenté — donne un résul­tat qui respire la produc­tion bon marché. Pour autant, les lignes de la bête sont plutôt réus­sies, et une plaque trans­pa­rente permet de béné­fi­cier de la lumière bleu­tée produite par la lampe Nutube. Une poignée en métal est même là pour trans­por­ter faci­le­ment le MV50, même si l’on aurait aimé qu’elle soit amovible pour gagner un peu de place lorsqu’on range l’am­pli.

Vox MV50 AC : 4

Au regard des dimen­sions de la tête, la façade avant est évidem­ment mini­ma­liste. L’on trouve ainsi trois petits potards pour modi­fier le gain, la tona­lité et le volume, une entrée instru­ment, et un petit VU-mètre tota­le­ment inutile indiquant le niveau de sortie. L’ar­rière du châs­sis dispose d’une sortie Spea­ker avec un sélec­teur d’im­pé­dance de 4/8/16 Ohms. Notons que si le MV50 dispose d’une puis­sance de 50 watts sous 4 Ohms, elle passe à 25 W sous 8 Ohms, et à 12,5 W sous 16 Ohms. Un autre sélec­teur modi­fie l’EQ avec deux para­mètres diffé­rents : Flat et Deep. Vox indique que le premier réglage délivre un son neutre adapté aux grandes enceintes, et le second un son riche et chaleu­reux plutôt pensé pour les petites enceintes. Deux derniers sélec­teurs permettent d’al­lu­mer l’am­pli et d’ac­ti­ver un mode Eco dans lequel le MV50 s’étein­dra auto­ma­tique­ment après 15 minutes sans avoir reçu de signal. Enfin, une sortie ligne/casque avec simu­la­tion de baffle inté­grée vous offrira la possi­bi­lité de jouer silen­cieu­se­ment ou de vous enre­gis­trer par l’in­ter­mé­diaire d’une inter­face audio.

MVP ?

Un ampli, ça s’écoute ! C’est pourquoi nous avons ressorti notre bon vieux baffle Ampeg GVT112E équipé d’un HP Celes­tion Vintage 30 de 12" sous 16 Ohms. Le son de l’am­pli est capté par un Senn­hei­ser E906, bran­ché dans une carte son UR22 de Stein­berg. Quant à la guitare, il s’agit de notre Ibanez RG1570 Pres­tige dotée de deux humbu­ckers et d’un micro simple.

 

1 Volume à fond, gain quasi mini­mum, Tone à 12h
00:0001:30
  • 1 Volume à fond, gain quasi mini­mum, Tone à 12h 01:30
  • 2 Volume à fond, gain quasi mini­mum, Tone à 12h puis de gauche à droite 02:30
  • 3 Gain faible puis augmen­ta­tion, volume en fonc­tion, tone à 12h 03:40
  • 4 Gain 12h puis vers la droite, volume en fonc­tion, tone à 12h 03:08
  • 5 Gain mini­mum puis vers la droite, volume en fonc­tion, Tone 1 3, effets 03:02
  • 6 Gain variable, volume en fonc­tion, Tone à 12h, EQ Flat puis Deep et varia­tion 02:04

 

Dès les premières minutes de jeu, l’on remarque de belles harmo­niques qui évoquent effec­ti­ve­ment les lampes. Le crunch natu­rel de l’am­pli est assez convain­cant et réagit bien à l’at­taque, bien qu’il soit certai­ne­ment moins subtil qu’avec un bon ampli à lampes. La tête réagit aussi très bien au volume de la guitare, puisque la satu­ra­tion s’éclair­cit jusqu’à deve­nir quasi clean. Comme le promet­tait Vox, l’on retrouve les harmo­niques dans les aigus et le tran­chant propre au son de l’AC30. On est indé­nia­ble­ment dans l’es­prit de l’ori­gi­nal, mais nous avons trouvé que les plus grosses satu­ra­tions étaient toute­fois un peu trop compres­sées. Quoi qu’il en soit, le MV50 s’avère plus convain­cant que la plupart des solu­tions numé­riques d’en­trée de gamme en termes de sensa­tions de jeu.

Vox MV50 AC : 8

Le bouton de tona­lité agit avant tout sur les aigus. Il est utili­sable sur pratique­ment toute la course, et permet de calmer l’as­pect tran­chant de l’AC. Le sélec­teur d’EQ Flat/Deep apporte aussi un peu de poly­va­lence, puisqu’en mode Deep le son est moins claquant et plus dans les bas-médiums. Le chan­ge­ment n’est pas non plus radi­cal, et tout cela ne remplace pas un EQ plus complet, ce qui peut être un problème lorsqu’on cherche à s’adap­ter à un baffle. Par exemple, notre Ampeg GVT112E a pas mal de graves, et nous aurions aimé pouvoir les réduire dans certains cas.

Comme sa puis­sance le laisse imagi­ner, le MV50 AC en a sous le pied. Avec le gain et le volume pous­sés à fond, même avec un HP sous 16 Ohms, et donc une puis­sance de 12,5 W, le niveau de sortie est très impor­tant. Néan­moins, si l’on souhaite un son parfai­te­ment clair à fort volume, les 12,5 watts montre­ront leurs limites puisqu’il faudra bais­ser le gain quasi­ment au mini­mum sous peine de se retrou­ver avec un léger crunch, et par là même perdre beau­coup de volume. Si les 25 et 50 watts avec des baffles de 8 et 4 Ohms devaient large­ment suffire pour répé­ter et faire des concerts, les 12,5 watts d’un baffle 16 Ohms pour­ront être un handi­cap.

Mais notre plus grand regret au niveau sonore est l’ab­sence d’une boucle d’ef­fets, ou à défaut, d’une réverbe inté­grée. Le MV50 prend admi­ra­ble­ment bien les pédales, mais il faudra forcé­ment les placer en amont de la satu­ra­tion, ce qui sera problé­ma­tique si vous voulez à la fois béné­fi­cier d’une réverbe claire et de la distor­sion natu­relle de la tête d’am­pli. C’est vrai­ment regret­table, et il s’agit du plus grand défaut de ce produit.

Pour termi­ner notre décou­verte sonore, écou­tons ce que donne le MV50 AC direc­te­ment bran­ché dans notre inter­face via la sortie ligne.

 

7 Line out Dry, Tone à 12h, mode Flat
00:0004:09
  • 7 Line out Dry, Tone à 12h, mode Flat 04:09
  • 8 Line out et pédale de reverbe, Tone à 12h, mode Flat 02:41

 

Le niveau du signal produit par le MV50 n’est pas énorme, et il ne faut pas hési­ter à pous­ser le gain de la carte son, ce qui peut provoquer un léger souffle en fonc­tion de la qualité de vos préam­plis. Le son est défini et les nuances du jeu de guitare sont bien retrans­crites, mais la satu­ra­tion est moins flat­teuse qu’avec un vrai HP. La simu­la­tion de baffle inté­gré est certai­ne­ment en cause, et il est dommage de ne pas pouvoir la désac­ti­ver pour profi­ter de ses propres solu­tions de simu­la­tion. La prise casque est dans la même lignée, avec un son toute­fois assez étriqué. C’est donc très bien pour s’en­trai­ner discrè­te­ment et pour réali­ser une petite maquette, mais ne vous atten­dez pas à être trans­porté par ce que vous enten­drez.

Conclu­sion

Le MV50 a deux atouts majeurs : il est minus­cule, et la tech­no­lo­gie Nutube lui permet d’of­frir des sensa­tions très proches des lampes. De plus, on retrouve vrai­ment l’iden­tité sonore de l’AC30, et la bête est puis­sante. La tête ravira donc les musi­ciens souhai­tant s’en­trai­ner à la maison ou répé­ter en inté­grant direc­te­ment la machine à un pedal­board. Nous esti­mons même que le MV50 aurait tout à fait sa place dans un contexte live, parti­cu­liè­re­ment en backup.

Toute­fois, les solu­tions compactes, qu’elles soient numé­riques ou analo­giques, sont nombreuses aujour­d’hui, et le son ne fait pas tout. La concur­rence est telle que des fonc­tions supplé­men­taires peuvent faire la diffé­rence, et le MV50 ne sort pas du lot à ce niveau. On aurait aimé une boucle d’ef­fets ou au moins une réverbe inté­grée, ainsi qu’une section d’EQ plus complète. L’on pour­rait aussi être un peu plus fantasque et imagi­ner un appa­reil fonc­tion­nant avec une batte­rie ou des piles, et même doté d’une sortie ligne sans simu­la­tion de baffle inté­grée. Il faut toute­fois rela­ti­vi­ser toutes ces critiques, puisque le prix reste assez contenu en étant sous la barre des 200 €. Enfin, on notera tout de même que certaines marques concur­rentes comme Quil­ter intègrent une boucle d’ef­fets à leur mini ampli…

Au final, Vox sort un produit au poten­tiel certain et aux quali­tés sonores indé­niables. Ce n’est pas un jouet, mais bien un véri­table ampli qui sonne ! Mais le MV-50 aurait pu s’im­po­ser comme l’un des amplis compacts de réfé­rence avec un peu plus d’am­bi­tion. Frus­trant !

  • Vox MV50 AC : 1
  • Vox MV50 AC : 2
  • Vox MV50 AC : 3
  • Vox MV50 AC : 4
  • Vox MV50 AC : 5
  • Vox MV50 AC : 6
  • Vox MV50 AC : 7
  • Vox MV50 AC : 8

 

7/10
Points forts
  • Format minuscule très portatif
  • Ça sonne étonnamment bien ! Merci la technologie Nutube ?
  • On retrouve l’identité sonore du Vox AC30
  • Prend bien les pédales
  • Mode Eco malin
  • Sortie casque pratique
  • Rapport qualité/prix correct au vu des sonorités convaincantes
  • Adapté à différentes impédances
  • Très puissant sous 4 ohms, suffisant sous 8 ohms, mais…
Points faibles
  • …un peu limite sous 16 ohms si l’on veut un son clair et cristallin à fort volume
  • Pas de boucle d’effets ni d’effets intégrés (impossible d’avoir une réverbe claire avec la saturation naturelle de l’ampli !)
  • EQ sommaire malgré la présence du sélecteur Flat/Deep
  • Impossible de désactiver la simulation de baffle intégrée sur la sortie ligne

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.