Devenir membre
Devenir Membre
Continuer avec Google

ou
Connexion
Se connecter
Se connecter avec Google

ou
pédago

La pédale et l’accord sus4

Les bases de l'harmonie - 29e partie
Agrandir
Forums thématiques
Théorie musicale

Dans les articles précédents, nous avons principalement étudié les dissonances et les consonances, et comment celles-ci alternaient au sein de mouvements harmoniques.

Accéder à un autre article de la série...

Et si nous allions maintenant mettre un peu de stabilité au sein même de ces mouvements, qu’en pensez-vous ? C’est là que la pédale entre en jeu !

La pédale

La pédale, dans ce cas précis, ne désigne pas l’accessoire bien connu des pianistes et claviéristes de tous poils, et qui sert habituellement à maintenir le son une fois que les touches sont relâchées.

Et pourtant, conceptuellement, on n’en est pas loin. En effet la pédale harmonique consiste à faire durer une note sur plusieurs accords consécutifs, qu’elle soit répétée ou bien tenue. En général, une pédale fait quasiment toujours entendre la tonique ou la dominante de la tonalité générale du morceau ou de la tonalité de modulation. Concernant les modulations, je vous invite à vous reporter aux articles 17 à 22. La pédale est dite simple si elle ne fait entendre que la tonique ou la dominante, et double si elle fait entendre les deux.

Les pédales sont bien entendu utilisables en majeur ou en mineur, brèves ou longues, pour faire entendre des cadences ou bien des accords sans lien fonctionnel.

Dans l’exemple suivant, on a ainsi une pédale simple sur Do qui se poursuit sur l’ensemble de la progression d’accords. Sur les deux premières mesures, on peut également considérer que l’on a une double pédale de la tonique et de la dominante, Do et Sol.

pédales générales
00:0000:00

Mais alors vous me direz, en quoi la présence de cette note apporte-t-elle une quelconque stabilité ? D’autant qu’elle n’empêche nullement l’alternance entre dissonance et consonance. Alors ?

Eh bien il se trouve que la pédale apporte un ancrage dans une succession d’accords. Le maintien ou la répétition d’une même note permet d’asseoir le morceau, d’aplanir le mouvement entre dissonance et consonance ou encore de créer une attente. La stabilité de la pédale permet également d’accentuer encore la cohérence de certains enchaînements d’accords, ou bien d’en adoucir d’autres. Nous verrons que dans certains cas, l’emploi de la pédale permet également de sortir du cycle des quintes. 

L’accord sus4

Cet accord est particulièrement à même d’illustrer le fonctionnement de la pédale. Il nous faut nous pencher un peu plus en détail sur lui.

accord sus 4
00:0000:00

L’accord de sus4 est un accord un peu spécial. Il s’agit en règle générale d’un accord de septième de dominante dont on a remplacé la tierce par la quarte. On dit alors que la quarte est « suspendue ». Or cette quarte suspendue confère un caractère totalement particulier à cet accord, notamment en lui faisant perdre le triton, ce qui le destitue de son statut d’accord de dominante. Qui plus est, l’exemple suivant montre que par l’introduction de cette fameuse quarte, l’accord de sus4 se trouve composé aux ¾ de notes issues de l’accord du IIe degré de la gamme, donc d’un accord de sous-dominante.

pédale de retard
00:0000:00

Toutefois, à la différence d’un accord de sous-dominante classique, l’accord de sus4 montre une tendance nettement inférieure à vouloir résoudre sur l’accord de dominante. Il est de ce fait généralement employé comme ici pour retarder l’arrivée de l’accord de dominante, voire de l’évincer carrément dans d’autres cas.

← Article précédent dans la série :
L'anticipation et l'appoggiature
Article suivant dans la série :
Introduction au voice-leading et aux voicings →
  • Dominique Jeanjean
    Dominique Jeanjean
    Nouvel AFfilié
    6 posts au compteur
    Citation de Bertoto :
    Un accord de sous dominante c'est plutôt du 4eme degré que du second non ?

    Je m'apprêtais à poser la même question que Bertoto lorsque j'ai trouvé la 2e réponse enfin satisfaisante de sleepless ci-dessus. Quant à sa première réponse, qui m'a plongé d'abord, comme patrick_g75, dans la perplexité :
    Citation de sleepless :
    En fait, il aurait fallu préciser sous-dominante secondaire pour le IIe degré.
    il n'y manque qu'une virgule après "secondaire" pour la rendre claire. En fait, ce dont il s'agit, c'est de "préciser pour le IIe degré", tandis qu'une "secondarité relative au IIe degré", à laquelle fait penser l'absence de virgule, n'a pas de sens.
  • Ya Hozna
    Ya Hozna
    AFicionado
    2168 posts au compteur
    Citation de efabric :
    Moi aussi j'adore cette série ! 
    Pour ceux qui veulent aller plus vite et plus loin sur la théorie et l'analyse, voici l'excellente chaîne youtube de Rick Beato (en anglais) :
    https://www.youtube.com/user/pegzch/playlists


    Yep, Beato, ma chaine YT préférée, chaudement recommandée !!!
  • patrick_g75
    patrick_g75
    Je poste, donc je suis
    5175 posts au compteur
    C'est vrai que, d'expliquer en mots seuls ce qui ne peut se comprendre vraiment qu'en écoute sensible des sons... c'est pas simple !
    Tu as raison pour le rôle de la sensible dans le système tonal (dont le moteur est le jeu entre tonalités plus ou moins éloignées) : le passage sensible / tonique (en particulier dans l'enchaînement septième de dominante / accord de tonique) est le marqueur principal d'une tonalité particulière.
  • Bertoto
    Bertoto
    Posteur AFfolé
    535 posts au compteur
    Peut-être me suis-je mal exprimé, mon intention n'était pas de définir précisément musique tonale et musique modale, de plus savants que moi s'y sont essayés et le moins qu'on puisse dire c'est que c'est complèxe.Il me semble que pour conclure un morceau tonal l'attraction de la sensible vers la tonique est plus que fréquement utilisée mais je peux me tromper.
    Hormis celà je ne vois pas vraiment d'opposition entre mes propos et les tiens et il ne me semble pas avoir écrit que jouer des quartes signait un contexte modal.
  • patrick_g75
    patrick_g75
    Je poste, donc je suis
    5175 posts au compteur
    Citation de Bertoto :
    Je crois aussi que l'accord sus 4 dont parle Newjazz s'inscrit dans un contexte de musique tonale ou on finit toujours par résoudre de façon retardée ou non. Il peut y avoir confusion avec son emploi très fréquent dans un contexte modal ou le but est d'utiliser des accords qui ne sont pas construits obligatoirement sur le cycle des tierces, bien souvent en quartes, et pour lequel on cherche surtout à ne pas résoudre ce qui est d'ailleurs généralement impossible par l'absence de note sensible.


    Je vois que cela ne s'éclaire pas bien pour moi...
    Décidément, il semble que d'avoir été "formaté classique" m'empêche de bien saisir toutes les subtilités du "formatage jazz"...
    En quoi est-il nécessaire de faire intervenir la sensible pour produire une résolution ?
    Il y a toutes sortes de possibilités de créer une tension harmonique (par anticipation / retard) entre des accords n'incluant pas la sensible, je crois.
    Pour moi, une musique, pour être modale, doit d'abord se développer sur UN mode. Ce qui implique de développer sur seulement une échelle d'intervalles et une seule, à partir d'une tonique et une seule. Je ne vois pas la nécessité de se priver ici de construire les accords par tierces. L'usage des quartes, c'est un effet de style parmi d'autres, qui ne marque pas spécifiquement le contexte modal. Il me semble...
    Mais je peux me tromper.

  • Bertoto
    Bertoto
    Posteur AFfolé
    535 posts au compteur
    Je crois aussi que l'accord sus 4 dont parle Newjazz s'inscrit dans un contexte de musique tonale ou on finit toujours par résoudre de façon retardée ou non. Il peut y avoir confusion avec son emploi très fréquent dans un contexte modal ou le but est d'utiliser des accords qui ne sont pas construits obligatoirement sur le cycle des tierces, bien souvent en quartes, et pour lequel on cherche surtout à ne pas résoudre ce qui est d'ailleurs généralement impossible par l'absence de note sensible.
  • patrick_g75
    patrick_g75
    Je poste, donc je suis
    5175 posts au compteur
    Merci sleepless d'avoir enrichi mon lexique : "sous dominante secondaire", et maintenant "dominante passagère"...

    Je suppose que ce sont des appellations de la catégorie "harmonie jazz", plutôt que de la catégorie "classique" ?
  • sleepless
    sleepless
    Rédacteur
    2188 posts au compteur

    L'accord de sous-dominante (accord de IVe degré) tend vers l'accord de dominante (accord de Ve degré).

    Fa > G (> Do)

    Fa 7M > G 7 (> Do 7M)

    L'accord de sus-tonique (accord de IIe degré) tend aussi vers l'accord de dominante (rapport de quinte/quarte, Ré vers Sol, si l'on est en Do). Il est donc parfois appelé sous-dominante secondaire...

    Ré m > Sol (> Do)

    Ré m7 > Sol7 (> Do 7M)

    Ce qui consiste en les fameux II-V-I.

     

    À ne pas confondre avec la dominante passagère (ici, ce serait D7 > G7 (> Do 7M) ).

  • patrick_g75
    patrick_g75
    Je poste, donc je suis
    5175 posts au compteur
    Pour ma part, si je suis cette série d'articles avec grand intérêt, c'est d'abord pour essayer d'y comprendre la logique en cours dans le chiffrage des accords façon "jazz". Comme j'ai été formaté par la méthode de chiffrage "classique"... j'avoue que, parfois, je perds un peu les pédales !
    ;)
    Mais comme cette série d'articles ne repose que sur le chiffrage "jazz" (et sa logique propre), je ne vais pas venir tout embrouiller en y mêlant la logique du chiffrage "classique".

    Cependant... quand je lis "sous dominante secondaire pour le second degré"... je sais plus où j'habite moi !
    https://img.audiofanzine.com/images/audiofanzine/interface/smileys/icon_facepalm.gif
    Je comprends bien que le numéro des degrés se réfère à la tonalité principale (DO), donc que le second degré y est RE, et que la sous-dominante en question (si nous sommes passés en RE) est alors SOL.
    Mais pourquoi "secondaire" ? Sous dominante "secondaire" ? Kézaco ?
    Ou alors c'est une blague ?
    ?
    ;)

  • sleepless
    sleepless
    Rédacteur
    2188 posts au compteur

    Un accord de sous dominante c'est plutôt du 4eme degré que du second non ?

    Ben oui, non ?

    En fait, il aurait fallu préciser sous-dominante secondaire pour le IIe degré.

     

     

  • Symphoniste borné
    Symphoniste borné
    Posteur AFfiné
    218 posts au compteur
    Analyse très pertinent

    Un petit détail au cas où on ne l'a pas dit. Les sus4 est avant ça, le retard de la tierce sur l'accord de V7.

    En relisant l'article, je vois que ça a été dit et analysé avec beaucoup de finesse.
  • efabric
    efabric
    Posteur AFfolé
    745 posts au compteur

    Moi aussi j'adore cette série ! icon_aime.gif

    Pour ceux qui veulent aller plus vite et plus loin sur la théorie et l'analyse, voici l'excellente chaîne youtube de Rick Beato (en anglais) :

    https://www.youtube.com/user/pegzch/playlists

Voir les réactions précédentes

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
On en parle dans les forums voir tous les sujets
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.