Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Port du casque obligatoire
9/10
Award Innovation 2016
Partager cet article

Les casques, c'est bien pour vérifier certains détails, mais de là à s'appuyer exclusivement dessus pour réaliser l'intégralité d'un mixage, on entre dans le domaine du véritable défi. Enfin, ça, c'était avant : Grâce à Nx Virtual Mix Room, un plug-in révolutionnaire pour Mac et PC signé Waves, il est désormais possible de mixer dans un espace de contrôle virtuel disposant d'une acoustique parfaite, où que vous soyez, et ceci à l'aide de votre casque. En plus, Nx offre aussi la possibilité de mixer en surround, le tout avec un simple casque stéréo !

Nx Virtual Mix Room est fourni avec l’ap­pli­ca­tion Wave­sHead­Tra­cker, qui se lance au démar­rage du plug-in. En utili­sant votre webcam (ou un détec­teur de mouve­ments dédié que Waves s’ap­prête à commer­cia­li­ser), le logi­ciel suit les mouve­ments de votre tête via une fonc­tion de « head tracking » et opère les ajus­te­ments néces­saires pour compen­ser l’acous­tique virtuelle en fonc­tion de ceux-ci.

Le plus incroyable est peut-être encore son prix de $99. La première fois que j’ai assisté à une démons­tra­tion du Nx au NAMM, j’étais persuadé qu’il faudrait comp­ter dans les $500 et j’ai été stupé­fait (dans le bon sens du terme) en appre­nant son prix.

Détails, détails

Waves NX stereo component
L’in­ter­face du module stéréo de Nx.

Comme tous les autres plug-ins de la marque, Nx s’ins­talle via le programme Waves Central. Il n’est possible d’en auto­ri­ser l’uti­li­sa­tion que sur un seul support, mais celui-ci peut aussi bien être votre ordi­na­teur qu’un disque externe (y compris une clé USB). Et si vous trou­vez pratique de pouvoir chan­ger d’or­di­na­teur à l’oc­ca­sion, mais êtes réti­cent à l’uti­li­sa­tion d’un disque externe pour cet usage, Waves Central permet de chan­ger l’af­fec­ta­tion de la licence assez faci­le­ment.

Nx est exclu­si­ve­ment destiné au moni­to­ring. Mettez-le sur le bus de master pendant que vous mixez, puis n’ou­bliez pas de le désac­ti­ver avant le bounce. À l’in­verse d’un simu­la­teur de baffle tel que le VRM Box de Focus­rite, Nx ne cherche pas à imiter un type parti­cu­lier de système d’écoute. Au lieu de cela, il met en œuvre des tech­niques psychoa­cous­tiques pour simu­ler une pièce trai­tée dédiée au mixage et dépour­vue de la moindre anoma­lie sur le plan acous­tique, l’idée étant qu’en théo­rie un tel envi­ron­ne­ment doit vous permettre de faire les choix les plus éclai­rés au moment de mixer. La réponse en fréquences que Nx vous procu­rera dépen­dra toute­fois très direc­te­ment du casque que vous utili­se­rez, donc plus il est précis et neutre, mieux ce sera.

Nx peut être utilisé en mono-vers-stéréo, en stéréo, et en surround (5.1 ou 5.0). Il y a toute­fois toutes les chances pour que les versions stéréo et 5.1 soient celles que vous utili­se­rez le plus souvent dans votre STAN.

Inter­face

C’est dans l’in­ter­face utili­sa­teur que se fait la grande majo­rité des réglages (à l’ex­cep­tion des para­mètres de head tracking). Dans la version stéréo, l’in­ter­face comprend une paire d’icônes repré­sen­tant deux haut-parleurs reliés par une ligne jaune, et une vue de haut en 3D repré­sen­tant une tête.

Lorsque vous lancez Nx, Wave­sHead­Tra­cker démarre auto­ma­tique­ment dans une fenêtre sépa­rée et montre l’image captée par votre webcam, votre tête appa­rais­sant dans une sorte boîte verte en 3D qui n’est pas sans rappe­ler Matrix. Un certain nombre de mesures mises à jour en temps réel appa­raissent dans la fenêtre, et une séquence de texte indique les commandes clavier permet­tant par exemple de réini­tia­li­ser la recon­nais­sance faciale, ou d’ac­ti­ver le mode dédié aux faibles lumi­no­si­tés (nous revien­drons d’ailleurs sur ce point).

Pour en reve­nir à Nx en lui-même, il est possible d’aug­men­ter la distance entre les haut-parleurs virtuels jusqu’à ce qu’ils se retrouvent à 90 degrés de chaque côté de votre tête (ce qui a pour effet d’élar­gir l’image stéréo), et ceci en glis­sant l’icône de l’un des haut-parleurs virtuels ou en tour­nant le contrôle rota­tif de réglage en façade. Par défaut, l’angle entre les moni­teurs est de 60 degrés. Si vous pous­sez le réglage dans l’autre direc­tion (en dimi­nuant donc cet angle), vous pouvez au contraire rendre l’image stéréo plus étroite. En super­po­sant les icônes, le rendu devient monau­ral, permet­tant de véri­fier la compa­ti­bi­lité mono­dique de votre mix sans chan­ger de mode.

Mais ce que vous pouvez faire avec les haut-parleurs virtuels en termes de réglages ne se limite pas à cela. Le réglage « Rotate » permet de mouvoir la paire de haut-parleurs précé­dem­ment espa­cée tout autour de vous dans un champ à 360 degrés. Vous pouvez les posi­tion­ner d’un côté ou de l’autre, ou même derrière vous, vous permet­tant ainsi d’écou­ter le même mix selon diffé­rentes pers­pec­tives, ce qui peut s’avé­rer utile. Grâce à l’uti­li­sa­tion d’ef­fets psychoa­cous­tiques par Nx, déca­ler la pers­pec­tive de 180 degrés donne réel­le­ment l’im­pres­sion que le signal vient de l’ar­rière, ce qui est d’au­tant plus incroyable (surtout la première fois) quand vous pensez que vous utili­sez en fait un simple casque stéréo. Cette possi­bi­lité de dépla­cer le son tout autour de soi est d’ailleurs cruciale pour la fonc­tion surround, que nous allons détailler dans un instant. 

Les autres contrôles de l’in­ter­face comprennent le réglage rota­tif Room Ambience, qui permet d’ajus­ter la quan­tité de signal d’am­biance prove­nant de la pièce simu­lée. Le réglage par défaut est de 17 sur 100, et pour ma part je le laisse la plupart du temps à ce niveau, car à mon goût tout réglage en dessous fait perdre la sensa­tion d’es­pace que Nx procure tandis qu’à l’in­verse, augmen­ter cette valeur tend à rendre l’en­semble trop diffus.

Waves NX surround component
L’in­ter­face du module surround 5.1 de Nx.

Tout à la droite de l’in­ter­face, on trouve les mesures du niveau du signal en sortie avec un réglage de contrôle de volume. Tout à gauche se trouvent des indi­ca­teurs mesu­rant le signal d’en­trée. 

L’in­ter­face de Nx comprend égale­ment des contrôles liés à la fonc­tion de head tracking, notam­ment des commandes permet­tant d’al­lu­mer/éteindre la webcam, de réini­tia­li­ser la recon­nais­sance des mouve­ments de la tête et de contrô­ler la préci­sion de détec­tion. Un réglage du nom de « Sweet Spot » permet de mémo­ri­ser la posi­tion de votre tête comme posi­tion centrale par défaut. Au premier lance­ment du plug-in, le bouton « Sweet Spot » clignote jusqu’à ce que vous déter­mi­niez cette posi­tion. Si vous chan­gez souvent de posi­tion (et notam­ment celle de votre tête), ce réglage est facile à réini­tia­li­ser.

Le réglage « XYZ Lock » permet de vous lais­ser dans votre posi­tion centrale même si vous bougez votre tête d’un côté ou de l’autre, ou même de haut en bas. Sachant à quel point il est diffi­cile de garder la tête parfai­te­ment immo­bile tout au long d’un mix, j’ai trouvé cette option parti­cu­liè­re­ment utile. 

En bas à gauche, vous trou­ve­rez une section permet­tant d’en­trer les données de modé­li­sa­tion de votre tête (plus de détails dans la section qui suit).

Si vous lancez Nx en mode surround, l’in­ter­face est semblable à la diffé­rence de la présence de six témoins de mesure du signal entrant (du moins en mode 5.1, cinq seule­ment en 5.0), et évidem­ment à la place des deux icônes symbo­li­sant les haut-parleurs vous en aurez cinq pour les canaux gauche, centre, droit, arrière gauche et arrière droit, plus une sixième icône symbo­li­sant un subwoo­fer pour le canal d’ef­fet basse fréquence (LFE) en mode 5.1. Les haut-parleurs peuvent faire l’objet d’une rota­tion grou­pée, et il est possible d’aug­men­ter ou de dimi­nuer sépa­ré­ment les distances entre elles des enceintes virtuelles des paires gauche-droite et arrière gauche-arrière droit.

Affi­ne­ment des réglages

La fonc­tion head-tracking marche déjà bien en utili­sant les réglages par défaut, mais d’après Waves le résul­tat est encore meilleur en les custo­mi­sant aux dimen­sions de votre tête. Le manuel (qui comme d’ha­bi­tude chez Waves est direc­te­ment acces­sible depuis l’in­ter­face utili­sa­teur) détaille clai­re­ment la façon de procé­der pour effec­tuer correc­te­ment les deux mesures adéquates à l’aide d’un mètre-ruban : celle de la circon­fé­rence (de l’ar­rière de la tête à l’ar­cade sour­ci­lière), et celle de l’arc inter­au­ri­cu­laire (la distance entre les deux oreilles en passant par l’ar­rière de la tête). Vous pouvez rentrer ces valeurs dans l’in­ter­face, les sauve­gar­der en tant que préset et même en faire les réglages par défaut du plug-in.

Un autre point impor­tant à accom­plir pour opti­mi­ser les perfor­mances de Nx est d’ar­ri­ver à ce que le nombre d’images par secondes (fps) soit situé entre 25 et 30. Pour ceci, il est néces­saire que la pièce soit correc­te­ment éclai­rée, mais si le chiffre reste insuf­fi­sant vous pour­rez toujours mettre en marche le mode basse lumi­no­sité (Low Light Mode).

Au début, cela m’a laissé perplexe puisque je n’ar­ri­vais à tour­ner qu’au­tour de 12 FPS alors que ma pièce est plutôt lumi­neuse. Ce n’est qu’en­suite que j’ai vu mentionné dans le manuel que les utili­sa­teurs de tous les types de MacBook (j’uti­lise juste­ment un MacBook Pro) doivent toujours utili­ser le mode basse lumi­no­sité, et effec­ti­ve­ment, ça marche nette­ment mieux comme ça. Seul petit problème : Wave­sHead­Tra­cker ne permet pas d’en­clen­cher le mode Low-Light par défaut au démar­rage, il m’a donc fallu le remettre à chaque utili­sa­tion du plug-in.

Si vous désac­ti­vez la fonc­tion head tracking (ou si vous n’avez pas de webcam), NX marchera tout de même, mais vous serez cantonné à une posi­tion d’écoute fixe. Cela dit, il vous sera toujours possible d’ajus­ter le posi­tion­ne­ment et la rota­tion des haut-parleurs virtuels, et aussi d’ajou­ter les réflexions acous­tiques de la pièce virtuelle à l’aide du réglage Ambiance.

L’écoute en stéréo

Waves NX stereo component panned to mono
Dans le module stéréo, dépla­cer les deux haut-parleurs au centre permet de véri­fier votre mix en mono.

Pour les mixes en stéréo, Nx fait ce qu’il est supposé faire : vous donner l’im­pres­sion que vous mixez dans une véri­table pièce dédiée, et non au casque. L’un des éléments-clés pour arri­ver à ce résul­tat est le fait que même si le signal est complè­te­ment pano­ra­misé d’un seul côté, l’autre oreille capte tout de même une partie du signal, comme ce serait le cas avec des haut-parleurs. Bref, on n’a pas cette sensa­tion d’iso­la­tion totale entre côté droit et côté gauche que l’on a habi­tuel­le­ment au casque dans des condi­tions conven­tion­nelles.

Désac­ti­ver le plug-in après un certain temps d’uti­li­sa­tion vous fera d’ailleurs réali­ser la plati­tude sonore d’une écoute au casque conven­tion­nelle, et mesu­rer à quel point Nx apporte de l’es­pace. 

Afin d’éva­luer la façon dont un mix réalisé à l’aide de Nx peut rendre sur un système d’écoute clas­sique, j’ai réalisé un certain nombre de mixes-tests en n’uti­li­sant que Nx, pas de moni­teurs. Pour le casque, j’ai choisi mon Audio-Tech­nica ATH-M70s, qui est conçu pour offrir une réponse en fréquences plate pour le mixage.

J’ai commencé par un mix de style blues-rock avec rela­ti­ve­ment peu de pistes (batte­rie en stéréo, basse, guitares ryth­mique, slide et lead, toutes trois élec­triques), et j’ai réalisé l’in­té­gra­lité du mixage, de A jusqu’à Z, en utili­sant le casque et Nx. J’ai été plus que convaincu par le résul­tat, qui m’est apparu aussi équi­li­bré que ce que j’au­rais pu obte­nir en mixant à l’aide de moni­teurs et était quoi qu’il arrive bien meilleur qu’un mix réalisé au casque sans l’aide de Nx.

J’ai été satis­fait de consta­ter que Nx n’al­té­rait pas ma percep­tion des fréquences, voire qu’elle l’amé­lio­rait. J’ai commencé par régler correc­te­ment le volume de la basse, et le reste de mon égali­sa­tion sonnait bien sur ce projet. J’ai aussi testé Nx en utili­sant des casques bien moins chers, et comme je pouvais m’y attendre la réponse en fréquences était évidem­ment moins satis­fai­sante, mais sur le plan de la répar­ti­tion spatiale la qualité du rendu restait quant à elle la même.

En désac­ti­vant la fonc­tion head tracking, j’ai utilisé Nx pour mixer un morceau acous­tique instru­men­tal avec deux guitares, un Dobro et une contre­basse. Là encore, je n’ai rencon­tré aucune diffi­culté pour obte­nir un mix cohé­rent à la seule aide de mon casque (j’avais alors repris l’ATH-M70s). J’ai bien aimé la nature statique du signal avec le head tracking désac­tivé, dans la mesure où je pouvais bouger ma tête et toujours rester dans la bonne zone d’écoute. Même si Waves affirme que seule l’ad­di­tion du mode tracking et de l’uti­li­sa­tion de para­mètres morpho­lo­giques adap­tés permet d’ob­te­nir le meilleur niveau de préci­sion, l’image sonore de la pièce reste très réaliste en désac­ti­vant le tracking, même en simu­lant la présence des haut-parleurs virtuels complè­te­ment à l’ar­rière.

L’écoute en surround

J’ai toujours eu envie d’ex­pé­ri­men­ter le mixage en surround, mais je n’ai jamais disposé d’un système d’écoute me permet­tant de le faire. Du coup, l’idée que Nx puisse me donner un envi­ron­ne­ment virtuel de mixage surround via mon casque stéréo était plus qu’at­trayante, mais mettre cela en œuvre s’est avéré tout sauf évident et le manuel m’a paru quelque peu insuf­fi­sant pour ce qui est d’in­diquer la façon de procé­der.

Waves NX Surround rotated 180
Ici, le module surround est para­mé­tré avec les haut-parleurs à 180 degrés : la paire de surround est donc située à l’avant, et le son des compo­sants gauche, centre et droit provient de l’ar­rière.

Tout d’abord, il vous faut une STAN permet­tant le mixage en surround. Ensuite, il faut y lancer un projet en surround et sélec­tion­ner le module adéquat de Nx (5.0 ou 5.1) en fonc­tion de la confi­gu­ra­tion choi­sie. 

J’ai testé cette fonc­tion sous Logic Pro X et Digi­tal Perfor­mer 9.01, et suis parvenu à faire fonc­tion­ner Nx en surround via l’un comme l’autre, même si DP a néces­sité un peu d’amé­na­ge­ment au niveau des entrées et des sorties. Selon la façon dont votre STAN gère le surround, la confi­gu­ra­tion sera plus ou moins compliquée. 

J’ai réalisé un certain nombre de tests d’écoute pour juger de la qualité de l’image surround propo­sée par Nx. En compa­rant les éléments pano­ra­mi­sés à droite et à gauche à ceux pano­ra­mi­sés à l’ar­rière-droite et l’ar­rière-gauche, ces derniers parais­saient bien situés à l’ar­rière des premiers cités, et leur source sonore semblait loca­li­sée derrière ma tête. J’écou­tais bel et bien en surround avec mon casque stéréo ! Aucun doute là-dessus, l’im­plé­men­ta­tion du surround est une sacrée prouesse tech­no­lo­gique réali­sée par Waves.

En suppo­sant que vous dispo­siez d’une inter­face multi­ca­nale vous permet­tant de faire sortir chaque piste sépa­ré­ment, il vous serait possible de réali­ser un mix entier en surround grâce à Nx. Mais Nx serait-il aussi effi­cace pour le surround qu’il semble l’être pour un mixage plus conven­tion­nel en stéréo ? Diffi­cile pour moi d’en juger du fait de mon manque d’ex­pé­rience en matière de mixage en surround, mais en me basant sur ces essais je pense qu’il est possible, a minima, d’uti­li­ser Nx pour travailler sur un mix en surround lorsque vous êtes loin de votre studio et de son système d’écoute surround.

Conclu­sion

Vu le nombre de logi­ciels tous plus incroyables les uns que les autres qui sortent ces temps-ci, il serait tentant d’être quelque peu blasé, et pour­tant je dois recon­naître que le test de ce Nx Virtual Mix Room m’a quelque peu laissé sans voix. Nx offre le carac­tère tridi­men­sion­nel qui manquait jusqu’ici au mixage au casque, et apporte de l’es­pace à une expé­rience sonore qui jusqu’ici inci­tait davan­tage à la claus­tro­pho­bie qu’autre chose. Ce plug-in crée un envi­ron­ne­ment de mixage à la fois agréable et précis, libéré des limites d’une véri­table salle dédiée, mais à l’acous­tique souvent impar­faite, et rend le mixage possible n’im­porte quand et n’im­porte où. Même si vous ne comp­tez pas mixer en dehors de votre studio, avoir Nx sous la main comme solu­tion complé­men­taire pourra toujours se révé­ler utile. Si vous mixez en surround, il sera encore plus utile, et même si ce n’est pas le cas vous pour­rez ainsi tenter l’ex­pé­rience, en suppo­sant que votre STAN vous le permette.

L’idée qu’un produit de cette qualité soit proposé au prix de 99 $ est tout simple­ment incroyable, et dans le bon sens du terme. Nx est un tel progrès que nous lui avons décerné notre Award de l’In­no­va­tion, mais il aurait tout aussi bien pu méri­ter celui de « Valeur sûre ».

Vous pouvez aussi essayer Nx par vous-même via l’offre de démo gratuite de 14 jours propo­sée par Waves.

9/10
Award Innovation 2016
Points forts
  • Permet de créer un environnement de mixage en 3D avec un casque stéréo
  • Les composants Surround permettent de mixer en surround si votre STAN le permet
  • Simule une pièce de contrôle traitée acoustiquement
  • Prix incroyablement bas pour un plug-in aussi puissant
  • Les haut-parleurs virtuels peuvent être bougés dans l'espace stéréo et mis en rotation à 360 degrés
  • Logiciel de head tracking inclus pour un plus grand réalisme
Points faibles
  • Le mode "basse luminosité" doit être activé manuellement à chaque fois
  • Le réglage en mode surround n'est pas toujours intuitif, et le manuel manque nettement de détails à ce sujet
  • Augmenter l'ambiance de la pièce virtuelle fait perdre en intelligibilité au signal

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.