Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Le lièvre et la tortue
7/10
Partager cet article

Alors que la concurrence est féroce dans l’univers des amplis à modélisations d’entrée de gamme, Fender aura mis une éternité à enfin mettre à jour ses Mustang avec les tout nouveaux modèles GT40, GT100, et GT200.

Il faut dire qu’entre temps Vox, Line 6, Boss, et Marshall — pour ne citer qu’eux — s’en sont donné à coeur joie en commer­cia­li­sant plus ou moins régu­liè­re­ment des outils parti­cu­liè­re­ment complets. Mais parait-il que rien ne sert de courir, et qu’il faut surtout partir à point. L’adage se verra-t-il confirmé ? En exclu­si­vité pour la France et le jour même de l’an­nonce offi­cielle de leur sortie, Audio­fan­zine vous propose un test des trois nouveaux amplis Mustang de Fender.

Une ques­tion de taille

20170501 011417.JPG

La nouvelle gamme Mustang de Fender se compose de trois modèles entiè­re­ment numé­riques  embarquant les mêmes modé­li­sa­tions et les mêmes fonc­tions. Les combos GT40, GT100, et GT200 se diffé­ren­cient néan­moins les uns des autres par leur puis­sance, leur format, les boutons présents en façade, les entrées/sorties dispo­nibles, et les haut-parleurs embarqués.

Parti­cu­liè­re­ment compact avec ses dimen­sions de 27,9 × 31 × 45,72 cm et son poids de 7,7 kg, le GT40 distille une puis­sance de 40 watts grâce à deux haut-parleurs full-range de 6,5”. Il dispose d’une entrée auxi­liaire, d’une sortie casque, et d’une connexion USB, exac­te­ment comme ses confrères. À l’in­verse, vous trou­ve­rez un peu moins de réglage sur ce modèle puisque sa tranche supé­rieure présente des réglages de gain, de volume, des aigus, des graves, un master volume, et 7 boutons agré­men­tés d’un potard rota­tif cranté et cliquable pour navi­guer au coeur de l’am­pli. Notons égale­ment que le baffle de ce modèle est en agglo­méré.

Le GT100, lui, est d’une puis­sance de 100 watts, et utilise un unique haut-parleur Celes­tion Special Design de 12”. En consé­quence, ses dimen­sions et son poids sont un peu plus impor­tants : 44,5 × 52,1 × 25,4 cm et 9,97 kg. Quant au GT200, il combine une puis­sance de 200 watts et deux haut-parleurs Celes­tion Special Design de 12”. De plus, il mesure 53,08 × 64,77 × 25,4 cm, et pèse 15,7 kg. Hormis cela, ces deux amplis sont rigou­reu­se­ment les mêmes. En plus des boutons déjà présents sur le GT40 vous trou­ve­rez des réglages dédiés aux médiums et à la réverbe, et les deux baffles sont plus clas­siques puisqu’ils sont en contre­plaqué léger. Ils se distinguent enfin par la présence de deux boucles d’ef­fets et d’une sortie directe stéréo en XLR.

À propos du look des amplis, la diffé­rence est radi­cale par rapport aux anciennes géné­ra­tions de Mustang. L’es­thé­tique est plus moderne, avec des bords un peu plus arron­dis, et une fini­tion inté­gra­le­ment noire mêlant du vinyle et de la toile pour proté­ger les haut-parleurs. Les potards en plas­tique sont aussi d’une grande sobriété et collent bien à l’es­prit global des machines. Comme vous avez pu le consta­ter, les dimen­sions et les poids sont très raison­nables, notam­ment pour le GT40. Privi­lé­giant la largeur à la hauteur, le petit combo évoque même une enceinte Blue­tooth tant il est compact. L’es­thé­tique adop­tée par Fender fait indu­bi­ta­ble­ment mouche sur ce dernier, mais peut-être un peu moins avec les plus gros modèles qu’on iden­ti­fiera aisé­ment comme des appa­reils numé­riques grand public.

Plus vite, plus haut, plus fort

Les trois combos Mustang GT sont dotés de 21 modé­li­sa­tions d’am­plis et de 47 effets. C’est plus que sur les précé­dentes géné­ra­tions, et des algo­rithmes ont été retra­vaillés ou ajou­tés. Voici la liste des modé­li­sa­tions :

Capture d’écran 2017 05 01 à 01.08.29

De plus, un accor­deur chro­ma­tique, un looper avec 60 secondes d’en­re­gis­tre­ment, et un Tap Tempo ont été inté­grés. Atten­tion, pour avoir accès au looper il est néces­saire d’uti­li­ser le nouveau foots­witch Fender MGT-4 ou un ancien sélec­teur Mustang. Il est aussi possible de bran­cher la pédale d’ex­pres­sion EXP1 pour contrô­ler certains effets. Bref, les Mustang GT se placent direc­te­ment dans le haut du panier en termes de fonc­tions. Et ce n’est pas tout, puisque les trois combos sont les tout premiers amplis connec­tés en Wifi de l’his­toire ! Fini les insup­por­tables trans­ferts par USB pour mettre à jour les machines, elles ont désor­mais direc­te­ment accès à inter­net. Vous en voulez encore ? Les Mustang GT ont aussi du Blue­tooth, et sont pilo­tables par l’in­ter­mé­diaire d’une appli­ca­tion. Et l’am­pli nous réserve encore quelques surpri­ses…

À vos marques, prêts, partez !

20170501 011441.JPG

Amplis numé­riques obligent, la navi­ga­tion s’ef­fec­tue par l’in­ter­mé­diaire d’un écran. D’em­blée, l’on est bien obligé de consta­ter que Fender frappe fort avec un LCD d’une taille raison­nable et doté de couleurs. Sa réso­lu­tion est bonne, et il est idéa­le­ment placé pour être faci­le­ment visible. À l’ère du smart­phone et de l’écran roi, Fender est le premier dans cette gamme de prix à miser sur un écran digne de ce nom, et c’est un vrai plus. En termes d’er­go­no­mie, l’écran est divisé en trois couches super­po­sées à l’ho­ri­zon­tale. Trois gros boutons à droite de l’écran permettent de passer d’une couche à l’autre en un clin d’oeil. La section choi­sie est toujours en surbrillance, et il est donc impos­sible de se perdre. Le tout est incroya­ble­ment intui­tif, et ne néces­site même pas de manuel. C’est complet est facile à la fois.

De base, c’est la première couche dédiée aux presets qui est active. En allant vers la gauche ou vers la droite grâce au potard rota­tif cliquable, on passe d’un favo­ris à l’autre.

La seconde couche corres­pond à la chaîne sonore. On y voit le type d’am­pli sélec­tionné, et les éven­tuels effets. Encore une fois, c’est le potard rota­tif qui permet d’ajou­ter ou de modi­fier des modé­li­sa­tions, puis de les placer où on le souhaite dans la chaîne. Ce dernier point est d’ailleurs très inté­res­sant, puisqu’on peut réel­le­ment façon­ner son son en plaçant les effets avant ou après l’am­pli, dans l’ordre qu’on souhaite. Le nombre d’ef­fets maxi­mum n’est pas défini, mais petit à petit certains effets deviennent inac­ces­sibles lorsqu’on souhaite les ajou­ter, jusqu’à ce qu’il n’y a plus aucune possi­bi­lité. Cette limite corres­pond certai­ne­ment aux capa­ci­tés du DSP. Comp­tez envi­ron sur 5 à 7 effets simul­ta­nés. De plus, l’on peut très bien cumu­ler plusieurs delays ou plusieurs over­drive contrai­re­ment à bon nombre d’am­plis de ce type.

Enfin, la troi­sième couche corres­pond aux réglages et para­mètres de la modé­li­sa­tion sélec­tion­née sur la deuxième couche. Ainsi, si la modé­li­sa­tion est un ampli, on retrou­vera une partie des réglages dispo­nibles via les potards physiques (Gain, Volume, Treble, etc.), mais aussi des para­mètres supplé­men­taires variables suivant le type d’am­pli : sélec­teur bright, noise gate, réglage du BIAS, ou encore choix du baffle ! Voici la liste des modé­li­sa­tions dispo­nibles :

  • ’57 Champ
  • ’65 Prin­ce­ton
  • ’57 Deluxe
  • ’65 Deluxe,
  • 1 × 12 Super­so­nic
  • ’65 Twin
  • 2 × 12 Super­so­nic
  • ’59 Bass­man
  • 2 × 12 Blue
  • 4 × 12 75W
  • 4 × 12 GB
  • 4 × 12 V30

Ajou­tons qu’il est possible de désac­ti­ver la simu d’HP, ce qui peut s’avé­rer inté­res­sant pour appliquer ses propres IR lorsqu’on utilise les sorties USB ou XLR.

20170501 011446.JPG

En plus du gros potard rota­tif et des trois boutons dédiés aux diffé­rentes couches, quatre boutons plus petits complètent la façade de l’am­pli. Le premier, inti­tulé FX, permet de « bypas­ser » tous les effets d’un coup. Le deuxième, le bouton Save, enre­gistre à tout moment les para­mètres choi­sis. Il est possible de rempla­cer le presets actif, de le renom­mer, ou d’en créer un tout nouveau dans un nouvel empla­ce­ment. Le troi­sième bouton est un Tap Tempo qui s’illu­mine en rythme lorsqu’un effet basé sur le temps est activé. Le bouton Menu, quant à lui, ouvre les réglages globaux de l’am­pli. Voici la liste des para­mètres les plus inté­res­sants :

  • Setlist : permet de créer un groupe de presets pour faci­li­ter la navi­ga­tion dans l’op­tique d’un live par exemple
  • Quick Access : permet de choi­sir 3 presets qui seront acces­sibles à tout moment par l’in­ter­mé­diaire de ce menu ou via le foots­witch
  • Tuner : accor­deur chro­ma­tique
  • Global EQ : offre le choix entre 4 modes d’EQ global (Flat, Bright Boost, Bright Cut, et Low Cut)
  • EXP-1 : permet de para­mé­trer la pédale d’ex­pres­sion EXP-1 et notam­ment sa course, pour l’en­semble des presets ou pour chacun des presets indé­pen­dam­ment

Le système de Setlist est une excel­lente idée pour éviter de se perdre lorsqu’on a monté sur pied un set complet. Il en va de même pour le Quick Access, qui vous assu­rera de retrou­ver à tout moment vos trois presets préfé­rés, notam­ment grâce au foots­witch MGT-4. Enfin, l’ac­cor­deur vous accom­pagne à l’aide d’une aiguille et de petits chiffres indiquant s’il faut tendre ou détendre la corde. Il est précis, mais il y a des décro­chages régu­liers et l’ai­guille s’af­fole en indiquant d’autres notes avant de reve­nir sur la véri­table note. Espé­rons qu’une mise à jour du firm­ware arran­gera rapi­de­ment cela. Enfin, notons que les inscrip­tions des quatre boutons susmen­tion­nés ont déjà tendance à s’ef­fa­cer alors que l’am­pli est neuf. Heureu­se­ment, ils s’illu­minent lorsqu’ils sont actifs.

 

 
Solid Snake

Il est aussi possible de navi­guer à travers l’am­pli via un foots­witch, le MGT4. Spécia­le­ment conçu pour les Mustang GT, il est commer­cia­lisé au tarif de 71 €, mais est inclus dans le pack du GT200. Il reprend l’es­sen­tiel des carac­té­ris­tiques du foots­witch 4 boutons de la précé­dente géné­ra­tion de Mustang. Ce dernier est d’ailleurs compa­tible avec les nouveaux Mustang (des problèmes d’af­fi­chage peuvent toute­fois surve­nir), mais vous ne pour­rez pas utili­ser la fonc­tion Looper.

Le MGT4 s’avère un peu déce­vant. On ne peut pas gérer la fonc­tion tap tempo, et la navi­ga­tion entre les nombreuses presets peut s’avé­rer fasti­dieuse. Il est par contre néces­saire pour utili­ser le looper, et il devient alors un énorme atout. De plus, il est possible à tout moment d’ac­ti­ver l’un des trois presets favo­ris choi­sis dans le menu Quick Acces, ce qui peut être utile. Enfin, les effets d’un preset peuvent être indi­vi­duel­le­ment acti­vés ou non. Au vu du tarif, l’in­ves­tis­se­ment peut donc clai­re­ment valoir le coup.

Les inter­nets

Oubliez tout ce que nous venons de voir depuis le début de ce test. Exit les potards, l’écran, le foots­wit­ch… Fender a décidé de plon­ger tête la première dans le tout connecté, avec du Blue­tooth, mais égale­ment du Wifi !

À l’ins­tar d’un certain nombre de leurs concur­rents, les Mustang GT peuvent être pilo­tés via une appli­ca­tion iOS et Android : l’app Fender Tone. Le logi­ciel Fuse qui permet­tait de para­mé­trer les vieux Mustang par l’in­ter­mé­diaire d’un ordi­na­teur a donc été mis de côté, mais si vous aviez des presets ils restent acces­sibles grâce au nouveau compte online Fender Connect rassem­blant toutes vos données dans le cloud. Inver­se­ment, l’ap­pli­ca­tion Tone n’est pas compa­tible avec les anciens modèles.

L’ap­pli­ca­tion se compose de quatre parties : l’une est dédiée aux presets et à leur édition, une à la recherche de sons supplé­men­taires avec notam­ment des presets d’ar­tistes et d’autres utili­sa­teurs, une autre à la créa­tion de presets origi­naux et de setlists, et une dernière aux para­mètres globaux (Blue­tooth, wifi, accor­deur, EQ, etc.). L’in­ter­face est assez sommaire, mais élégante et dans l’air du temps. On s’ins­crit dans la lignée du Flat Design cher à Apple. L’am­pli réagit au doigt et à l’oeil à l’ap­pli­ca­tion, mais les modi­fi­ca­tions effec­tuées depuis les combos ne se réper­cutent pas dans Tone. De plus, une légère latence retarde l’af­fi­chage d’un nouveau preset. Toute­fois, rela­ti­vi­sons, puisqu’à l’heure où nous écri­vons ces lignes l’ap­pli­ca­tion n’est pas encore défi­ni­tive et il est probable qu’elle évoluera rapi­de­ment.

L’édi­tion et la créa­tion de presets permettent de retrou­ver l’in­té­gra­lité des para­mètres des Mustang GT. Conce­voir un son et modi­fier la chaîne sonore est encore plus aisé qu’avec l’écran de l’am­pli, et cela pousse à l’ex­pé­ri­men­ta­tion. On regret­tera tout de même un code couleur simpliste qui diffé­ren­cie unique­ment les effets lorsqu’ils sont placés avant ou après l’am­pli, là où certains concur­rents ont adopté des icônes permet­tant de cibler immé­dia­te­ment les modu­la­tions, les modé­li­sa­tions d’am­plis, les delays, etc.

Le bilan du Fender Tone est au final très posi­tif, mais un point nous a paru assez problé­ma­tique : il est possible d’ajou­ter autant d’ef­fets qu’on le souhaite dans un preset par l’in­ter­mé­diaire de l’ap­pli. Or, les amplis ne permettent pas d’ajou­ter une infi­nité d’ef­fets. Cela se concré­tise par l’ajout d’ef­fets qui n’ap­pa­rai­tront tout simple­ment pas sur les combos… Si la commu­ni­ca­tion descen­dante est opti­male, l’en­voi d’in­for­ma­tions de l’am­pli vers l’ap­pli pour­rait éviter ce type de décon­ve­nue.

Enfin, Fender se targue de propo­ser les tout premiers amplis connec­tés en Wifi. Cela permet de mettre à jour la machine et d’ac­cé­der aux presets sur le Cloud. Malheu­reu­se­ment, la procé­dure depuis l’am­pli est horri­ble­ment lourde : les combos ne repé­rant pas les connexions dispo­nibles il faut rentrer soi-même le code SSID. Heureu­se­ment, il est possible de confi­gu­rer le Wifi depuis l’ap­pli­ca­tion ce qui faci­lite les choses. Fender n’est pas non plus allé au bout de son idée en ce qui concerne les mises à jour puisqu’elles ne se font ni auto­ma­tique­ment ni par l’in­ter­mé­diaire d’un menu simple. Il faut éteindre l’am­pli, puis le rallu­mer en restant appuyé sur un bouton pour acti­ver le mode MAJ. On a connu plus moder­ne… Le Wifi est donc une excel­lente idée sur le papier, mais on attend très vite des amélio­ra­tions pour que cette fonc­tion apporte son lot de confort et d’in­no­va­tions.

  • 1.PNG
  • 2.PNG
  • 3.PNG
  • 4.PNG
  • 5.PNG
  • 6.PNG
  • 7.PNG
  • 8.PNG
  • 9.PNG
  • 10.PNG
  • 11.PNG

 

Arrêt au stand

À présent, prenons le temps d’écou­ter les combos. Les extraits qui suivent ont été enre­gis­trés avec le modèle GT100 et une guitare Ibanez FR2620 Pres­tige. Cette guitare a deux micros humbu­cker pouvant être split­tés par l’in­ter­mé­diaire d’un sélec­teur à 5 posi­tions, et vous verrez que cela à son impor­tance. Le son de l’am­pli est capté par un Senn­hei­ser E906, bran­ché dans une carte son UR22 de Stein­berg. Le séquen­ceur utilisé pour l’en­re­gis­tre­ment est Studio One Prime.

Le premier tiers des presets sont des « basic » essen­tiel­le­ment compo­sés d’un ampli et d’une réverbe. Comme toujours, il y a à boire à manger parmi les presets d’usine, mais peu de sons sont complè­te­ment ratés ou noyés par les effets, ce qui est trop courant avec ce type d’am­plis. C’est globa­le­ment de bon goût, et on prend énor­mé­ment de plai­sir à parcou­rir les presets de l’am­pli. Commençons notre écoute avec la modé­li­sa­tion ’65 Twin Reverb qui simule le grand clas­sique de Fender, agré­menté d’une réverbe ’65 Spring.

1 '65 Twin Gain 0
00:0002:24
  • 1 '65 Twin Gain 0 02:24
  • 2 '65 Twin Gain 1 3 02:33
  • 3 '65 Twin Gain 3 4 02:52


Comme pour l’en­semble des modé­li­sa­tions d’am­plis portés sur les sons cleans, le ’65 Twin Reverb réagit vrai­ment à l’at­taque et aux types de micros utili­sés. Nous avons essayé plusieurs guitares, et celles dont les micros avaient un niveau de sortie élevé faisaient clai­re­ment crun­cher l’am­pli, alors que le son était très clair avec des micros plus sages. Il est même diffi­cile d’ob­te­nir un son pure­ment clair avec des micros doubles. Il faut vrai­ment bais­ser le gain au mini­mum et, même dans ce cas, des petits grésille­ments peuvent se faire entendre lorsqu’on attaque très forte­ment les cordes. Nous avons donc un excellent respect de la dyna­mique, mais la sensi­bi­lité de l’en­trée des amplis peut vrai­ment poser des problèmes si vous avez une guitare « puis­sante ». Il en va de même lorsqu’on utilise des pédales de satu­ra­tion en amont de l’am­pli qui accen­tuent les grésille­ments. Il n’y a par contre aucun souci avec les autres types de pédales, et la boucle d’ef­fet est bien­ve­nue.

Voici une salve d’ex­traits sonores avec diffé­rentes modé­li­sa­tions d’am­plis :

4 '54 Bass­man Gain 1 4
00:0002:31
  • 4 '54 Bass­man Gain 1 4 02:31
  • 5 '54 Basman Gain 3 4 02:49
  • 6 '57 Deluxe Gain 0 02:07
  • 7 '57 Deluxe Gain 2 3 01:45
  • 8 Metal 2000 01:22
  • 9 Ameri­can 90 00:39
  • 10 British 70 Gain 1 2 01:35


Sans grande surprise, les modé­li­sa­tions d’am­pli Fender sont les plus réus­sies, en parti­cu­lier le Twin, le Deluxe, ou encore le Bass­man. Les sons British vintages sont eux aussi dans le haut du panier. Nous avons par contre moins aimé les amplis modernes. Ils sont en géné­ral pensé pour les grosses satu­ra­tions, et celles-ci sont un peu froides et compres­sées. Ce n’est pas complè­te­ment raté, on est loin du nid d’abeilles, mais la dyna­mique n’est pas suffi­sam­ment respecté et on imagine mal sortir très distinc­te­ment dans un mix. Cela contraste d’ailleurs avec la très bonne dyna­mique des cleans et des crunchs.

Quant aux rare­tés comme l’Ex­cel­sior ou le GA-15, elles ont une iden­tité sonore bien parti­cu­lière. Nous ne saurions juger si ces modé­li­sa­tions sont fidèles aux amplis origi­naux, mais elles ont le mérite de sortir des sentiers battus. Enfin, la modé­li­sa­tion Studio Preamp offre un clean assez pur initia­le­ment sans simu­la­tion de baffle, ce qui peut-être très utile pour bran­cher des pédales ou même pour modi­fier le son avec des logi­ciels.

En ce qui concerne les modé­li­sa­tions de baffles, il est encore une fois diffi­cile de juger si l’on retrouve le son des origi­naux, mais les sono­ri­tés sont bien diffé­rentes avec des aigus et des graves qui répondent diffé­rem­ment. On regret­tera néan­moins qu’un gros « ploc » se fasse entendre lors du chan­ge­ment de baffle, mais il y a peu de chances que vous soyez amené à modi­fier cela en pleine pres­ta­tion.

00:0000:00


Écou­tons main­te­nant les diffé­rents effets dispo­nibles. Nous avons utilisé la modé­li­sa­tion ’65 Twin Reverb pour chacun des extraits.

12 Reverbs
00:0003:20
  • 12 Reverbs 03:20
  • 13 Delays 04:04
  • 14 Modu­la­tions 03:56
  • 15 Over­drive et Fuzz 01:32
  • 16 Les 3 modes de l’Auto wah 01:04


Les réverbes font leur petit effet à faible dose. On ressent ensuite assez vite qu’elles sont numé­riques à la manière dont elles « s’éteignent », ce qui est assez courant. Les delays sont pas mal, variés, et, tout comme certaines réverbes, tirent profit de la stéréo. Cette spatia­li­sa­tion
apporte un petit plus très agréable.

Les modu­la­tions apportent vrai­ment du corps au son. Les chorus, flan­gers et phasers épais­sissent le tout, et nous avons beau­coup appré­cié l’ef­fet Vibra­tone. Les oscil­la­tions manquent malgré tout d’un brin de subti­lité. On trouve aussi quelques effets déli­rants comme le Step Filter qui agit un peu comme un arpé­gia­teur, ou un effet de pitch diato­nique. Le pitch shif­ter basique qui fait office d’oc­ta­ver est très réussi et propose une grande ampli­tude de hauteur avec un réglage très fin.

Les crunchs et les satu­ra­tions moyennes sont réus­sis lorsqu’on pousse le gain des amplis, mais nous avons été un peu moins convain­cus par les modé­li­sa­tions de pédale d’over­drive et les boost. Ces simu­la­tions sont assez cari­ca­tu­rales, même si elles peuvent être utiles sur un solo par
exemple. Les fuzz nous ont par contre séduits. Les compres­seurs sont très para­mé­trables, et font ce qu’on attend d’eux sans appor­ter beau­coup de carac­tère. Quant à la Wah, nous n’avions pas la pédale EXP1 pour la tester, mais tout comme l’Au­to­wah elle possède plusieurs réglages et trois
modes très distincts et utiles : Baby’s Cryin, Real McQ, et Super High Q.

Termi­nons notre balade sonore avec un extrait non plus enre­gis­trée à l’aide d’un micro, mais grâce aux sorties XLR du GT100 :

00:0000:00


Les sorties USB, XLR, et casque permettent d’ob­te­nir un signal très clair et s’avèrent très pratique. Comme on n’uti­lise plus les haut-parleurs physiques des combos, il ne faut pas hési­ter à utili­ser l’EQ pour retra­vailler le son, notam­ment dans les graves. On rencontre par contre le même problème de signal d’en­trée qui fait que l’on obtient parfois des grésille­ments peu flat­teurs.

De l’im­por­tance du haut-parleur

20170501 011620.JPG

Les trois modèles Mustang GT ont beau être très proche les uns des autres et embarquer les mêmes modé­li­sa­tions, ils sonnent diffé­rem­ment.

Tout d’abord, le GT 40 se distingue par un volume et une projec­tion impres­sion­nants au vu de son gaba­rit. C’est petit, mais ça envoie ! Les deux petits HP Full-Range offrent un large spectre de fréquence idéal pour la diffu­sion de backing tracks, ou même pour écou­ter de la musique. Ils ont toute­fois tendance à bien mettre en avant les graves, ce qui est agréable pour les cleans mais moins pour les satu­ra­tions. Il ne faut donc pas hési­ter à retra­vailler l’EQ, et notam­ment bais­ser les graves.

Contrai­re­ment au GT40, les GT100 et GT200 sont dotés de haut-parleurs Celes­tion pensés unique­ment pour la guitare. Cela se ressent énor­mé­ment lorsqu’on diffuse une source sonore externe, et on aurait aimé que Fender intègre un twee­ter supplé­men­taire comme le fait par exemple Line 6. Les Celes­tion sont un peu moins « bassy » que les HP du petit modèle, et offrent des hauts médiums et des aigus plus claquants. Notons que sur ces deux modèles, le baffle a tendance à vibrer. On ne le remarque pas forcé­ment avec un volume assez fort, mais en y prêtant atten­tion et en jouant proche du baffle on entend parfois un petit bour­don­ne­ment provoqué par les vibra­tions. Ces deux modèles étant conçus pour les répé­ti­tions et la scène, ce petit défaut reste anec­do­tique.

Conclu­sion

Le premier contact avec les nouveaux amplis de Fender est réjouis­sant. Les combos sont plutôt jolis, et le plai­sir est immé­diat grâce à des presets de bon goût et un son ample en parti­cu­lier pour le GT40 au regard de sa taille. Mais c’est surtout l’ex­cellent écran LCD qui séduit et enterre
litté­ra­le­ment la concur­rence.

En ce qui concerne les modé­li­sa­tions, les Mustang GT en embarquent certes moins que les Line 6 Spider V et leurs 200 modèles d’am­plis, d’en­ceintes, et d’ef­fets, mais cette quan­tité est déme­su­rée pour la plupart des usages. Les Marshall Code avaient pour avan­tage de propo­ser le choix du préam­pli et de l’étage d’am­pli­fi­ca­tion, mais le nombre final de modé­li­sa­tions est moins impor­tant que sur les derniers nés de Fender. Les VTX de Vox ont, eux, une approche complè­te­ment diffé­rente et ne misent abso­lu­ment pas sur la quan­tité. Quant aux Boss Katana, ils ont un peu plus d’ef­fets (55), mais moins de modé­li­sa­tions d’am­plis. Fender semble avoir bien observé la concur­rence et inscrit ses amplis dans un parfait équi­libre entre quan­tité et utilité.

De plus, les Mustang GT ne font l’im­passe sur aucune fonc­tion (looper, tap tempo, etc.). Ajou­tez à cela l’ap­pli­ca­tion Tone et le Wifi, et vous ne trou­ve­rez aucun égal. Pour autant, les tarifs sont simi­laires à ceux pratiqués par les autres marques : le GT40 est à 235 €, le GT100 à 385 €, et le GT200 à 529 €.

Côté son, les GT sont convain­cants au regard du prix. Les cleans et les petites satu­ra­tions sont vrai­ment réus­sis, et le respect de la dyna­mique bon. Vox et son système Valve­tro­nix restent certai­ne­ment encore un cran au-dessus de tout le monde sur ce type de sono­ri­tés, mais l’écart se réduit petit à petit. À l’in­verse, les grosses satu­ra­tions sont déce­vantes, froides, et trop compres­sées. Mais cherche-t-on ces sons en ache­tant du Fender ?

Ce bilan extrê­me­ment posi­tif devrait nous mener à une excel­lente note, mais ce serait oublier un défaut majeur mis en exergue dans le cadre de ce test : la sensi­bi­lité exacer­bée de l’en­trée des combos. Même avec le gain au mini­mum et des amplis répu­tés pour leur clarté, nous avons obtenu des grésille­ments avec des micros doubles. En utili­sant des humbu­ckers à très haut niveau de sortie, il devient diffi­cile d’avoir un vrai son clair. Si l’on prend égale­ment en compte les petits défauts de l’ap­pli­ca­tion et de la connexion Wifi, les Mustang GT méritent une note honnête, mais déce­vante au vu du poten­tiel de 3,5/5. Il ne nous reste plus qu’à espé­rer une rapide correc­tion de ces problèmes, auquel cas les GT pour­raient s’im­po­ser comme la réfé­rence dans leur gamme de prix.

  • 20170501 011417.JPG
  • 20170501 011436.JPG
  • 20170501 011441.JPG
  • 20170501 011446.JPG
  • 20170501 011451.JPG
  • 20170501 011456.JPG
  • 20170501 011522.JPG
  • 20170501 011544.JPG
  • 20170501 011549.JPG
  • 20170501 011556.JPG
  • 20170501 011620.JPG
  • 20170501 011629.JPG
  • 20170501 011633.JPG

 

7/10
Points forts
  • Fender sort de sa zone de confort
  • Simplicité bienvenue, tout en proposant un beau panel de sons et de fonctions
  • L’écran LCD
  • Looper intégré
  • Pilotables par l’intermédiaire d’une application
  • Presets pas surchargés en effets et globalement satisfaisants
  • La connexion USB et les sorties directes (uniquement sur les GT100 et GT200)
  • Possibilité d’enlever les simus d’HP
  • Sonorités convaincantes en particulier sur les cleans et les crunchs…
Points faibles
  • … mais qui saturent vite avec des micros à gros niveau de sortie
  • Pas de full range sur les GT100 et GT200 (on aurait aimé l’ajout d’un tweeter)
  • Connexion Wifi pas au point pour le moment
  • L’ajout d’effets non bridé sur l’application Fender Tone

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.