Participez au concours de field recording en SAMPLANT LA NATURE !
Se connecter
Se connecter
Créer un compte

ou
Test écrit
Les 8 dimensions d'Uhbik
8/10
Partager cet article

L’éditeur U-he, déjà responsable des très réputés Zebra, Filterscape et MFM, propose une série de huit plugs d’effets, Uhbik, couvrant une grande partie des besoins du studio, capables de fonctionner en surround, à un prix très incitatif, d’autant que les mises à jour seront gratuites (y compris les nouveaux modules). Trop beau pour être vrai ?

L’édi­teur U-he, déjà respon­sable des très répu­tés Zebra, Filters­cape et MFM, propose une série de huit plugs d’ef­fets, Uhbik, couvrant une grande partie des besoins du studio, capables de fonc­tion­ner en surround, à un prix très inci­ta­tif, d’au­tant que les mises à jour seront gratuites (y compris les nouveaux modules). Trop beau pour être vrai ?

Présen­ta­tion

Uhbik est compa­tible Mac (AU, VST et bien­tôt RTAS) et PC (VST), et s’ins­talle en un clin d’œil. La suite comprend trois effets de modu­la­tion, une réverbe, un délai, un Frequency Shif­ter, un EQ et un filtre. Chacun d’eux est iden­ti­fié par sa première lettre à l’ex­cep­tion du filtre, nommé Runci­ter (reli­sez donc Philip K. Dick), ce qui demande un tout petit temps d’adap­ta­tion pour s’y retrou­ver.

Les inter­faces sont assez semblables, et disposent de sept possi­bi­li­tés d’agran­dis­se­ment et de réduc­tion (de Cute, 422 × 172 pixels, à Cine­ma­tic, 2220 × 860 pixels), ce qui est bien venu, quand on veut libé­rer un peu d’es­pace écran tout en gardant visible ce qui est en action ou au contraire avoir une vision large en cas d’écran éloi­gné (cabine de prise, set-up déporté, etc.). Les petites tailles rendent la typo diffi­ci­le­ment lisible, les grandes tailles sont pixel­li­sées, mais la fonc­tion est suffi­sam­ment rare pour être appré­ciée.

On dispose d’un écran permet­tant de visua­li­ser le nom du preset en cours, les valeurs et les sorties surround actives (acces­sibles via menu dérou­lant), de boutons d’ac­cès aux patches et à la sauve­garde et de divers réglages, gros boutons pour les plus courants, petits boutons pour les raffi­ne­ments et options, et quelques switches. Tous disposent du Midi­Learn (et UnLearn). Le réglage fin des valeurs se fera en cliquant-tirant sur le nom du para­mètre. Notons aussi que l’au­to­ma­tion est très complète, pratique­ment tous les para­mètres appa­rais­sant dans celle de Logic, par exemple.

Comme le studio n’est pas équipé d’un système surround, cette partie sera lais­sée de côté. La seule action sera de véri­fier que les assi­gna­tions fonc­tionnent correc­te­ment, en envoyant les signaux dans les diverses voies, tout en moni­to­rant avec les outils dédiés de Logic, et en effec­tuant le routing idoine dans le logi­ciel de la carte son.

De l’am­biance

Uhbik-A

Premier plug, Uhbik-A est une réverbe algo­rith­mique (pas de convo­lu­tion ou autre tech­nique), voulue par l’édi­teur comme une réverbe de liai­son du son, de “glueing” comme on le dirait d’un compres­seur de bus, plutôt que comme proces­seur censé resti­tuer un espace réaliste, et qui asso­cie un géné­ra­teur de premières réflexions et une Plate.

Côté réglages, Opera­tion permet de choi­sir entre trois algo­rithmes, Open pour les ambiances, Direct pour les instru­ments à mettre en avant et Small pour un contenu en premières réflexions plus prononcé. Deux rota­tifs permettent de jouer sur le contenu, Reverb qui dose entre Early (premières réflexions) et Tail (chute de la réverbe), et Mix, entre le son traité et le son d’ori­gine.

Surround

On défi­nit les premières réflexions, grâce à Pre-Delay et HF-Range, réglant le retard avant percep­tion et le contenu en aigus. Deuxième para­mètre, Early Size, complété par Spread, de Narrow à Wide, qui crée un retard entre les canaux. Atten­tion donc à la loca­li­sa­tion de la source ou à son annu­la­tion (voir l’ef­fet Haas).

Placé plutôt à droite de l’in­ter­face, les réglages dédiés à la queue de réverbe comporte les clas­siques Decay et Density, et de quoi filtrer le contenu en basses (Bass) et hautes fréquences (Treble et Treble Freq). Les deux filtres sont des shelves large bande, ce qui change des habi­tuels passe-haut ou bas et demande du coup un petit temps d’adap­ta­tion. Enfin, Modu­la­tion permet de resti­tuer un “flot­te­ment” dans les retards, ce qui peut atté­nuer le côté métal­lique de certaines réverbes.

Voici une guitare acous­tique sans effet, puis avec simu­la­tion de plate (algo direct), puis une boucle de batte­rie dry et façon drum room. Enfin, dans une utili­sa­tion type cohé­sion sonore, voici un extrait d’un morceau complet (dont toutes les réverbes d’ori­gine ont été enle­vées, orgue, ampli guitare, etc.), puis placé dans un petit espace, façon studio, direc­te­ment sur le bounce stéréo.

midiLearn

 

Les diffé­rents réglages permettent de sculp­ter assez préci­sé­ment le son, et si l’on n’at­teint pas la qualité des réverbes TC (DVR2, VSS3) ou Univer­sal Audio (Plate 140) auxquelles elle a été compa­rée, Uhbik-A figure néan­moins dans le haut de gamme des réverbes natives, pour un prix défiant toute concur­rence (autant préve­nir, ça va être un leit­mo­tiv…). Seul regret, pas de réglages de niveau d’en­trée, ni de niveau de sortie, ce qui peut être problé­ma­tique en insert, ou lors de travail dans un éditeur audio, sur un fichier global. Concer­nant le niveau de sortie, il faut savoir qu’il est acces­sible via l’au­to­ma­tion de l’hôte (comme un para­mètre “caché”…), mais le problème est toujours là si l’on travaille avec un éditeur audio.

Echo et Flange

Uhbik-D

Passons à Uhbik-D, comme Delay. Le plug offre cinq lignes de retard, chacune dispo­sant de ses réglages de divi­sion ryth­mique (de 0 à 16 doubles croches), pan et volume, plus une acti­va­tion du feed­back (réglable globa­le­ment via un rota­tif). Deux filtres (Hi et Low Cut) permettent de mode­ler le son des répé­ti­tions (globa­le­ment), un réglage Soft­clip permet de simu­ler la satu­ra­tion de bande, le rota­tif Speed ajuste la longueur des échos et Mix fait ce qu’on attend de lui. On termine par un ensemble de para­mètres de modu­la­tion, avec le choix entre LFO et flut­ter (effet typique de bande), profon­deur et taux.

Avec tout ça, il est très simple de créer des effets de slap­back, d’écho, de ping-pong (en déca­lant des valeurs proches de quelques points et en pannant L/R), de répé­ti­tions infi­nies (nettes ou s’abî­mant), etc. Le son peut être “cradi­fié” à souhait, grâce aux filtres, au flut­ter et au clip­ping, les mouve­ments en cours de répé­ti­tions des para­mètres Speed et de divi­sion produisent l’ef­fet souhaité.

Un bon plug, encore, très simple à program­mer (un PSP 608 ou Delay Desi­gner demandent beau­coup plus de mani­pu­la­tions pour arri­ver au même genre d’ef­fet), auquel il manque cepen­dant les niveaux d’en­trée et sortie (le deuxième leit­mo­tiv…).

Uhbik-F

Suivant par ordre alpha­bé­tique, Uhbik-F, sous-titré “post retro flange”, dédié, mais oui, au flange et chorus en tout genre. L’édi­teur s’est atta­ché à repro­duire le compor­te­ment des bandes, en émulant deux machines, dont les varia­tions de la seconde seront modu­lées par un LFO. Mais aussi celui des pédales, avec l’ajout d’un réglage de Feed­back bipo­laire, qui peut aussi aller jusqu’à l’auto-oscil­la­tion.

Les réglages pour le LFO sont un rota­tif de durée de périodes (en secondes, Hertz, divi­sions de notes, etc.), un de Phase avec para­mé­trage d’Off­set (et petits écrans de visua­li­sa­tion), trois potards modi­fient la forme d’onde, sa symé­trie et sa courbe. Depth est la profon­deur de modu­la­tion appliquée à la bande virtuelle, et Delay applique un délai constant entre les crêtes du filtre en peigne, se rappro­chant ainsi du flange version pédale, ou du chorus, selon la période du LFO. Un Drive rajoute la première harmo­nique (un bon point, avec un son vrai­ment agréable) et Bass Sanc­tuary permet d’iso­ler les basses fréquences du trai­te­ment, Mix permet de choi­sir la propor­tion de signal de chaque machine à bande (en posi­tif et néga­tif) et Auto­mix accen­tue ou dimi­nue l’ef­fet “Jet” en appliquant le LFO au mix et non plus seule­ment à la machine B.

Les résul­tats sont agréables, de discret à plus marqué avec des effets de pan inté­res­sants, et en jouant sur le Feed­back, avoir des montées de surai­gus pério­diques, etc. Très réussi, mais leit­mo­tiv numéro 2.

Phaser et Tremolo

Uhbik-P

On conti­nue avec Uhbik-P, dédié au phasing, avec son prin­cipe de filtres passe-tout et de filtrage en peigne sur toute l’éten­due du spectre. C’est le nombre de Stage qui défi­nit le poten­tiel de profon­deur et la richesse de l’ef­fet : Uhbik-P offre trois modes, avec 14, 28 ou 42 Stages (un phaser “clas­sique” dispose en géné­ral de 4, 6, 8, 10 ou 12 Stages) ! Ça devrait sonner…

Les réglages situés à gauche sont les mêmes que ceux du flan­ger (Time, Phase, Offset, Symme­try, Wave, Scale). On dispose ensuite d’un Mix, de Depth (profon­deur de la modu­la­tion), d’un réglage Freq pour para­mé­trer la fréquence centrale, un Feed­back bipo­laire et le Bass Sanc­tuary déjà rencon­tré. Rien d’éton­nant donc, hors ces fameux Stages.

Voici quelques exemples, discret sur un piano élec­trique, avec beau­coup de mouve­ment dans les basses fréquences sur une string machine, alors que les fréquences hautes sont pratique­ment intactes et dans une utili­sa­tion comme effet spécial, d’abord sans, puis en 14, 28 et 42-Stages.

Uhbik-T

Uhbik-T est un trémolo capable de créer des effets de pan et qui dispose aussi d’un éditeur de pattern via une matrice, ce qui permet de program­mer des figures ryth­miques complexes, des gates, etc. On retrouve les six réglages communs à Uhbik-F et Uhbik-P, plus un sélec­teur de pente d’at­té­nua­tion (linéaire ou expo­nen­tielle, de –12, –30 et –96 dB), un réglage Gain Atte­nua­tion (la profon­deur de l’ef­fet), un rota­tif Haas Delay, qui, en insé­rant un retard sur un des canaux, permet des modi­fi­ca­tions de la percep­tion stéréo, un sélec­teur de formes d’onde (de single à quad) et de modes réser­vés à l’édi­teur de patterns, et Filte­ring Atte­nua­tion qui est un filtre passe-bas.

À gauche des habi­tuels Patches et Save on trouve le bouton Pattern. Une partie des réglages s’ef­facent alors pour lais­ser place à la matrice (11 patterns et 16 pas), le bouton Wave permet de passer d’un pattern à l’autre (avec posi­tions inter­mé­diaires), le bouton Symme­try passe en réglage de swing, et un bouton Steps permet de défi­nir le nombre de pas de la pattern. Cet éditeur permet de créer des effets de Gate, des rythmes avec pan, etc.

Uhbik-T pattern

Que ce soit façon Wurlit­zer, façon Rhodes Suit­case, façon CP-80 ou pour créer un groove sur une nappe, ici en auto­ma­ti­sant le para­mètre Wave/Pattern, pour arri­ver progres­si­ve­ment aux patterns program­més, Uhbik-T répond présent dans tous les cas de figure.

Excellent plug, la présence de l’édi­teur de pattern est un plus, un effet indis­pen­sable dans toute pano­plie de joueur de claviers, de guita­riste, de sound desi­gner…

Égali­sa­tion et fréquence

Uhbik-Q

Uhbik-Q, peut-être plus clas­sique, mais pas inin­té­res­sant, propose dans une seule inter­face deux EQ semi-para­mé­triques multi­modes, deux filtres (passe-haut, passe-bas), et un EQ dédié basse (plus ou moins 24 dB, fréquence à choi­sir entre off, 40, 60, 90, 130, 200 et 350 Hz).

Par multi­mode, on entend que l’édi­teur donne le choix sur chaque semi-para­mé­trique, non pas de régler le Q de façon précise, mais de travailler avec un Low Shelf, un Hi Shelf, un Wide Bell (Q large, fixe), un Flex Bell (Q se resser­rant sur les réglages de gain élevés) et un Narrow Bell (Q resserré, fixe). Le bouton de Gain de sortie (youpi !), peut aussi être confi­guré en un filtre supplé­men­taire (Wide Mids, très large bande, ou Center Bell, équi­valent aux Flex Bell). Côté coupe-bas, coupe-haut, on dispose respec­ti­ve­ment des fréquences suivantes : off, 24, 48, 96, 144 et 230 Hz et off, 16, 13, 10, 7 et 4 kHz.

On peut faci­le­ment recréer des filtres passe-bandes, effec­tuer des balayages, salir le son, repro­duire le prin­cipe Boost/Atte­nuate des Pultec, addi­tion­ner les deux gains sur une même fréquence (atten­tion aux oreilles…), l’EQ reste toujours musi­cal, plus dans l’op­tique vintage que chirur­gi­cale. Peut-être pas le plus indis­pen­sable de l’en­semble, mais sa qualité est à la hauteur de celle de ses voisins de bundle.

Uhbik-S

Uhbik-S est plus intri­guant, offrant un Frequency Shif­ter. L’ef­fet habi­tuel à forte dose est la destruc­tion du rapport harmo­nique entre les fréquences, ce qui peut produire des effets spéciaux très inté­res­sants, mais utilisé à faible dose, il produit des effets proches du phasing, à la diffé­rence que son action est unidi­rec­tion­nelle, soit selon une pente ascen­dante, soit descen­dante, mais jamais les deux en alter­nance comme d’autres effets de modu­la­tions ont coutume de faire (mais voir quand même plus bas).

Côté réglages, Shift déter­mine le taux de déca­lage fréquen­tiel, en rapport avec l’éten­due sélec­tion­née via Frequency Range (1, 10, 200 Hz et 4 kHz). On retrouve aussi un Offset, toujours présent pour les mêmes raisons, propo­ser une spatia­li­sa­tion. Le rota­tif Phase permet de caler la posi­tion de la phase, en dispo­sant d’un Auto Reset et d’un Manual Reset, pratique quand, à la suite de modi­fi­ca­tions, le signal traité n’est plus synchrone avec celui d’ori­gine. On dispose aussi d’un Feed­back, et d’un Mix.

Quelques exemples de trai­te­ments, ici sur un Rhodes, puis sur cette guitare, cette voix ou un exemple sur une boucle de batte­rie, donnant des mouve­ments oppo­sés entre le canal droit et le canal gauche.

Plug très agréable, plutôt rare, donc aussi appré­cié pour ça. Leit­mo­tiv deux, quand même…

Runci­ter

Runciter

Et on finit avec le “je suis vivant, vous êtes mort”, pardon, le Runci­ter. Le plug regroupe un filtre à variable d’état et un géné­ra­teur de distor­sion. L’ar­chi­tec­ture est donc parti­cu­lière, puisque vu le type de filtre choisi, Runci­ter offre trois sorties filtrées simul­ta­nées, LowPass, Band­Pass et High­Pass, chacune dotée de son volume. Runci­ter dispose de plus d’un suiveur d’en­ve­loppe, avec réglage de sensi­bi­lité, taux d’ap­pli­ca­tion, vitesse de l’en­ve­loppe, elle-même dotée de six modes diffé­rents : Slow, Tran­sient, Fast, Ride, Midi 1 et 2, ces derniers réagis­sant à la vélo­cité des notes Midi entrantes.

Le filtre dispose des clas­siques CutOff et Reso­nance (pas d’auto-oscil­la­tion) et un rota­tif Output qui règle son niveau de sortie. Drive règle le niveau d’en­trée et repro­duit l’ef­fet obtenu en satu­rant l’étage d’en­trée de maté­riels analo­giques. La partie distor­sion présente un potard Fuzz et un Color, qui repro­duit un effet de satu­ra­tion à lampes, en ajou­tant des harmo­niques paires.

envmode

Enfin, le plug, en plus de son suiveur d’en­ve­loppe offre aussi une modu­la­tion par contrôles Midi pré-implé­men­tés, avec offset de la plage d’ac­tion. On peut ainsi choi­sir entre molettes de modu­la­tion, de pitch, un breath control­ler (essayé ici avec un Yamaha BC-3, ça fonc­tionne très bien), une pédale d’ex­pres­sion (très bien pour la wah-wah), la vélo­cité, l’af­ter­touch (idéal pour faire des sweep sur nappes), etc.

Autant le dire tout de suite, et même s’il n’offre pas les routing sophis­tiqués et tous les modes d’un Volcano 2 ou les modu­la­tions et carac­té­ris­tiques d’un Nitro, ce filtre sonne “terri­ble­ment” bien. On regrette juste qu’il n’y ait pas de LFO d’ori­gine, même si l’on sait que Uhbik-X (hôte pour les plugs Uhbik) qui devrait rapi­de­ment arri­ver propo­sera toutes les options de modu­la­tion et de routing possibles.

 

MIDI External

 

Quelques exemples : sur le B4 II de Native, une exagé­ra­tion (abso­lu­ment pas réaliste, mais inté­res­sante) de la percus­sion et des bruits de Key Click ainsi qu’un léger effet wah-wah où l’on voit que les diffé­rents para­mètres permettent de ne pas trop toucher à la réverbe ou au corps du son. Une guitare, cette fois en repro­dui­sant un effet de talk box avec légère disto. Puis un filtrage destruc­tif appliqué à la grosse caisse de la boucle de batte­rie déjà utili­sée. Préci­sion : le filtrage est appliqué sur un fichier stéréo et non pas sur la piste sépa­rée de grosse caisse, l’iso­la­tion et le trai­te­ment étant effec­tués unique­ment grâce aux para­mètres de Runci­ter. Autre trai­te­ment, toujours sur la même boucle de batte­rie. Et pour finir, un sweep avec tous les filtres ouverts, le Mix sur Wet, la réso­nance à 50 et pas de Drive ni de fuzz, atten­tion aux oreilles. La nappe d’ori­gine est à 0 dB, et il y a un limi­teur en sortie sur le master de Logic lors du sweep, résul­tant en une réduc­tion max de 3,66 dB.

Conclu­sion

La suite Uhbik est une excel­lente surprise. Elle peut être d’abord envi­sa­gée comme un complé­ment de choix aux plug-ins inclus dans les divers séquen­ceurs du marché. Mais elle se suffit aussi à elle-même en tant que suite (presque) complète, grâce à sa poly­va­lence sonore. Elle a aussi le mérite d’être tota­le­ment compa­tible surround, jusqu’au 7.1, ce qui est loin d’être le cas de nombreux plugs pour­tant issus de compa­gnies plus établies. Même l’in­ter­face de sauve­garde de presets est bien conçue, avec la possi­bi­lité de rensei­gner le nom de l’au­teur et un commen­taire. Et le goût de l’édi­teur pour le vintage, tout du moins l’ana­lo­gique, se retrouve certes dans le look des plugs, mais surtout dans leur carac­tère sonore, ce qui peut sembler logique. Mais ne l’est pas toujours…

Les Uhbik-F, -P, -T, -S, -D sont très réus­sis, offrant aussi bien les carac­té­ris­tiques de leurs aînés analo­giques que toute la souplesse du numé­rique. Moins impres­sion­nants, la réverbe et l’EQ sont cepen­dant effi­caces, à défaut d’être tota­le­ment origi­naux. Quant à Runci­ter, on retrouve là la patte de l’au­teur de Filters­cape. Le filtre complé­tera de très bonne manière un plug-in aux sono­ri­tés plus passe-partout, comme on en trouve ici ou là. Surtout, le point fort de tous ces plugs est leur très grande musi­ca­lité : on trouve très rapi­de­ment le réglage adéquat, celui qui ajoute la petite touche qui fait la diffé­rence. Et pas besoin d’al­ler dans les extrêmes, les plugs sont tout aussi bons dans la subti­lité.

Au chapitre des regrets, l’ab­sence des réglages de niveaux d’en­trée-sortie (malgré l’ac­cès via auto­ma­tion pour ce dernier) peut être parfois gênante. Le travail au sein d’un éditeur audio peut parfois obli­ger à jouer d’as­tuces pas tout le temps trans­pa­rentes pour le fichier d’ori­gine. Le chan­ge­ment de presets s’ac­com­pagne parfois de clics audio, ce qui est plutôt gênant. Tout comme l’ab­sence d’un bypass inté­gré, qui se compor­te­rait peut-être mieux que celui de Logic dans le cas de ce test (clic audio lors d’au­to­ma­tion du bypass d’in­sert, sans que l’on sache si cela vient de Logic ou du plug). Et le manque de LFO sur Runci­ter est regret­table, même si l’on sait que Uhbik-X devrait y remé­dier.

Mais à ce prix, avec cette qualité, et compte tenu des updates gratuits, il serait dommage de ne pas se préci­pi­ter sur la démo dispo­nible sur le site de l’édi­teur afin de se faire une idée.

8/10
Points forts
  • Suite cohérente
  • Qualité sonore globale
  • Très grande musicalité
  • Compatibilité Surround
  • Effets de modulation et filtre Runciter
  • Prix imbattable
  • Souplesse et simplicité d’utilisation
  • Consommation CPU négligeable
  • Midi Learn à (presque) tous les étages
  • Automation (presque) complète
  • Émulation des comportements vintage
  • Updates gratuits
  • Interface de sauvegarde de presets
  • Interfaces redimensionnables
Points faibles
  • Pas de réglages de niveaux d’entrée/sortie
  • Pas de LFO dans Runciter
  • Clics lors de changements de presets
  • Pas de bypass intégré
Soyez le premier à réagir à cet article

    Vous souhaitez réagir à cet article ?

    Se connecter
    Devenir membre
    cookies
    Nous utilisons les cookies !

    Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
    Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement
    Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
    Google Analytics
    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
    Publicités
    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement

    Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

    Google Analytics

    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

    Publicités

    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


    Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
    Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.