Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Toontrack EZbass
Photos
1/25

Test Toontrack EZbass

Basse virtuelle de la marque Toontrack appartenant à la série EZbass

Basse décisive
9/10
Award Innovation 2020
Partager cet article

Dans la famille EZ, on connaissait le père EZdrummer, la maman EZkeys et le cousin EZmix, mais voici qu’un nouveau membre de la famille pointe le bout de son nez pour s’attaquer à la basse virtuelle. Et il n’est pas bien difficile de savoir comme il s’appelle...

C’est peu dire qu’on l’a attendu cet EZbass, avant même que Toon­track annonce bosser dessus ! Il faut dire que dès la sortie d’EZ­keys et surtout d’EZ­drum­mer 2, on rêvait de voir quelques-uns de leurs lumi­neux concepts appliqués à d’autres instru­ments que le clavier ou la batte­rie. Rappe­lons le prin­cipe de base de la série EZ : propo­ser un instru­ment virtuel qui, au travers de grooves déjà program­més et d’ou­tils pour les person­na­li­ser, vous permette de bâtir simple­ment des parties réalistes pour vos compos. Dans EZkeys, il s’agis­sait seule­ment de trans­po­ser des ryth­miques et de phra­sés de clavier, mais dans EZdrum­mer, cela allait un petit peu plus loin, avec la possi­bi­lité notable de rendre les grooves plus ou moins complexes et de chan­ger leur « strong hand » (soit le batte­ment de la mesure avec n’im­porte quelle cymbale ou tom), et surtout un outil tout bonne­ment révo­lu­tion­naire pour cher­cher dans les grooves : le Tap2­Find. L’idée de ce dernier, c’est de pouvoir saisir gros­siè­re­ment un beat pour que le logi­ciel vous propose ensuite tous les grooves s’en rappro­chant dans sa base de données. Brillant ? Génial même !

De fait, on était curieux de voir ce que devien­draient ces concepts dans un logi­ciel pensé pour la basse, car mine de rien, s’at­taquer à la quatre cordes (cinq d’ailleurs en l’oc­cur­rence) est déjà nette­ment plus ambi­tieux sur le plan tech­nique que de faire un piano ou une batte­rie virtuelle. En effet, contrai­re­ment aux claviers à cordes ou lamelles frap­pées ou aux percus­sions où il ne suffit presque que de bâtir un lecteur jouant les bons échan­tillons pour chaque vélo­cité de frappe, la basse est un instru­ment qui propose une foule de tech­niques de jeu, d’ar­ti­cu­la­tions comme on dit dans le monde de l’échan­tillon­nage : hammer, pull-off, slap, étouf­fe­ment main gauche ou main droite, glissé, ghost note, harmo­niques, tout cela au média­tor ou aux doigts… De fait, program­mer une basse virtuelle est tout de suite plus complexe que de program­mer une partie de piano ou une partie de batte­rie qui se jouent en finale presque comme les vrais instru­ments, ce qui a une inci­dence sur le moteur qui gère tout cela comme sur l’in­ter­face utili­sa­teur.

C’est donc plein de curio­sité qu’on se tourne vers cet EZbass, autant pour voir comment Toon­track s’est sorti de la réali­sa­tion d’un instru­ment plus ambi­tieux qu’une batte­rie ou un piano sur les plans tech­niques et ergo­no­miques, que pour voir si l’édi­teur va une nouvelle fois nous surprendre avec les bonnes idées dont il a le secret.

Tour de basse-basse

Pas de doute, nous sommes bien face à un membre de la famille EZ, EZbass repre­nant les grandes lignes d’EZ­drum­mer et EZkeys sur les plans du design et de l’or­ga­ni­sa­tion de l’in­ter­face. Dans une ambiance graphique marron­nâtre et bien contras­tée, le logi­ciel s’or­ga­nise en deux parties : la partie infé­rieure vous propose une piste d’ar­ran­ge­ment pour bâtir les séquences complètes avant de les glis­ser dans la STAN, tandis que la partie prin­ci­pale et supé­rieure vous présente par défaut un aperçu de l’ins­tru­ment, flanqué de quatre onglets en plus du menu de logi­ciel et du navi­ga­teur de presets : Grooves, Grid Editor, Drum & Keys et Audio Tracker… Voilà qui nous four­nit un bon programme de visite du logi­ciel en commençant par ce qui nous accueille donc : Bass.

modernbassIci vous attend donc une repré­sen­ta­tion photo­réa­liste et inter­ac­tive de la basse sélec­tion­née ainsi que deux boutons Tuning et Effects. Le premier vous permet d’ac­cé­der à l’ac­cor­dage de l’ins­tru­ment (trans­po­si­tion et tempé­ra­ment global unique­ment sans possi­bi­lité d’ac­cor­der chaque corde), tandis que le second vous donne accès à plus ou moins de réglages sur le son en fonc­tion du preset sélec­tionné. Au mini­mum, on dispo­sera de potards pour régler le niveau de chaque micro, celui des graves et des aigus et le seuil de déclen­che­ment du compres­seur ou encore le niveau d’in­fra­graves à ajou­ter. Mais suivant les presets, on pourra aussi para­mé­trer le gain d’une distor­sion, la force d’une modu­la­tion, la taille d’une réverb, etc. Comme dans EZkeys, on se retrouve donc non pas avec une section d’ef­fets libre­ment para­mé­trable, mais prédé­fi­nie au niveau des presets, ce qui rend les réglages simples, mais peut s’avé­rer parfois frus­trant quand on veut faire sa tambouille soi-même. Rien n’em­pêche toute­fois de se conten­ter de la sortie DI pour attaquer ensuite n’im­porte quel simu­la­teur d’am­pli ou chaîne d’ef­fet dans la STAN.

Ça sonne grave

jazzbassAvant d’al­ler plus loin dans l’in­ter­face dont les autres onglets se concentrent sur les fonc­tions de sequen­cing, parlons des deux instru­ments qui nous sont propo­sés sur le plan de l’échan­tillon­nage et des presets qui leur sont liés. Comme dans EZdrum­mer, Toon­track nous grati­fie d’une basse moderne et d’une vintage au travers d’une Alem­bic et d’une Jazz­Bass, toutes deux en modèle cinq cordes. C’est un peu juste en compa­rai­son de ce que propo­ser un Modo­bass, mais on sait d’ores-et-déjà que l’édi­teur livrera des instru­ments comme des grooves supplé­men­taires au travers d’add-ons payants, ce qui est depuis long­temps son modèle écono­mique. On se rassu­rera d’em­blée sur la qualité du sampling qui nous est propo­sée dans la mesure où le sustain des notes est long et que le nombre de couches de vélo­ci­tés comme de samples alter­na­tifs pour le round robin permet d’ob­te­nir des instru­ments à la fois expres­sifs en termes de nuances comme natu­rels. Voyez ce que cela donne :

Modern­Ve­lo­city(2)
00:0000:12
  • Modern­Ve­lo­city(2)00:12
  • ModernRR00:04
  • Modern­Sus­tain00:16

Seul petit regret me concer­nant, le côté Vintage de la Jazz­Bass me semble un peu trop appuyé, avec un son « honky » très médium qui n’est pas forcé­ment syno­nyme de Vintage. Reste qu’on dispose de la sorte d’une belle palette de sons, dispo­nible aux doigts comme au média­tor, surtout lorsque la section d’ef­fets s’en mêle. Voyez ces quelques extraits pour vous en convaincre :

Modern­Clean
00:0000:09
  • Modern­Clean00:09
  • Modern­Dee­pAmp00:09
  • Modern­Dis­tor­ted­Me­tal00:09
  • Modern­Firm­Dis­tor­sion00:09
  • Modern­Fo­cu­se­dAnd­Warm00:09
  • Modern­Funk­King00:09
  • Modern­Fun­kyOc­tave00:09
  • Modern­Le­gend81000:09
  • Modern­Pi­ckDI00:09
  • Modern­Pi­ckDjently00:09
  • Modern­Pick­Heavy00:09
  • Modern­Pi­ck­Mul­tiFX00:09
  • Modern­Pi­ck­Nas­ty­Me­tal00:09
  • Vinta­geDI00:09
  • Vinta­ge­Dri­ven00:09
  • Vinta­ge­Mid­Scoop00:09
  • Vinta­ge­Warm­Vin­tage00:09
  • Vinta­ge­Pu­reA­na­log­Pick00:09
  • Vinta­ge­Warm­Pick00:09

Bref, Toon­track s’en est bien sorti, mieux même que sur EZkeys dont certaines banques pêchent parfois par manque de round robin. Rassu­rés sur ce point, c’est donc serei­ne­ment que l’on pour­suit notre tour du proprié­taire avec l’on­glet Grooves.

Un bassiste dans le moteur

groovesLà encore, on se sent en terrain connu lorsqu’on vient d’EZ­drum­mer ou EZkeys puisque nous attend le tradi­tion­nel navi­ga­teur à filtre multi­cri­tère qui permet de cher­cher dans les patterns MIDI fourni avec le logi­ciel. Deux diffé­rences notables par rapport à un EZdrum­mer : cet onglet compile les onglets Brow­ser et Search en un seul et l’on dispose d’un aperçu des données MIDI. Cette dernière idée n’est pas forcé­ment ultra inté­res­sante dans la mesure où ces aperçus ne sont pas très parlants, mais prennent de la place et obligent du coup à scrol­ler pour voir les autres colonnes de proprié­tés dans la liste des résul­tats.

tap2findOr, si je parle de résul­tats, c’est bien parce qu’en marge du navi­ga­teur, on dispose de la fameuse fonc­tion Tap 2 Find qui nous avait tant plu à la sortie d’EZ­drum­mer 2. Adap­tée à un instru­ment tonal, cette dernière s’est toute­fois singu­liè­re­ment déve­lop­pée puisqu’elle propose trois méthodes de saisie : soit vous glis­sez dans une zone voulue une séquence MIDI externe, soit vous jouez cette dernière en live avec votre clavier de contrôle, soit vous program­mez gros­siè­re­ment un groove dans un séquen­ceur à pas avec un réso­lu­tion pouvant aller jusqu’à 32 pas et capable de gérer le binaire comme le ternaire.

Tout cela marche très bien et marchera évidem­ment encore mieux à mesure que le logi­ciel étof­fera sa base de Grooves MIDI pour répondre aux requêtes, que ces derniers soient parmi vos créa­tions ou qu’ils émanent de banques addi­tion­nelles qui ne tarde­ront évidem­ment pas à débarquer dans le cata­logue de l’édi­teur… Bref, Toon­track s’en est encore très bien sorti, sachant qu’il nous reste trois onglets à visi­ter dont on se demande bien ce qu’ils contien­nent…

Ligne­de­bas­sa­tor

MIDIgeneratePremière grosse origi­na­lité de cet EZbass, Drum & Keys vous propose en marge des grooves four­nis avec le logi­ciel de géné­rer une ligne de basse à partir d’un pattern de batte­rie ou d’un motif de piano. Suivant l’un où l’autre cas, le logi­ciel vous propo­sera un simple motif ryth­mique ou une ligne suivant la progres­sion harmo­nique, sachant que dans le cas du clavier, vous pouvez défi­nir si la géné­ra­tion se fait à partir de l’ana­lyse des accords ou de la main gauche du pianiste.

La chose marche en tout cas très bien, comme vous pouvez le voir en partant d’une batte­rie (d’abord le groove seul, puis les diffé­rentes propo­si­tions du logi­ciel, avec la basse surmixée pour bien entendre) :

Gene­ra­te­Bass­Fro­mEZD1
00:0000:57
  • Gene­ra­te­Bass­Fro­mEZD100:57
  • Gene­ra­te­Bass­Fro­mEZD200:57
  • Gene­ra­te­Bass­Fro­mEZD300:35

generatetap2findLe place­ment et les vélo­ci­tés utili­sées sont plutôt perti­nente même s’il s’agira ensuite de faire corres­pondre tout cela avec une progres­sion harmo­nique. Préci­sons aussi que dans le sillage de ce que le logi­ciel génère, il est ensuite possible de faire une recherche sur des grooves simi­laire ou de faire appel au Tap2­Find. Voyez ce qu’EZ­bass produit puis ce qu’il permet de trou­ver dans sa base de groove à partir de la séquence initiale :

Gene­ra­te­Bass­Fro­mEZD4
00:0000:20
  • Gene­ra­te­Bass­Fro­mEZD400:20
  • Gene­ra­te­Bass­Fro­mEZD4­tap2­find00:16

Voyons à présent ce que cela donne en partant de séquences de piano, sachant que deux modes sont propo­sés, soit en se basant sur la main gauche, soit sur la détec­tion des accords :

Gene­ra­te­Bass­Fro­mEZKjazz
00:0000:16
  • Gene­ra­te­Bass­Fro­mEZKjazz00:16
  • Gene­ra­te­Bass­Fro­mEZK­soul­To­tal00:16
  • Gene­ra­te­Bass­Fro­mEZK­soulLH00:16
  • Gene­ra­te­Bass­Fro­mEZK­pop00:16

Bref, tout cela est plutôt convainquant pour peu que l’on garde à l’es­prit que c’est une base à travailler et à enri­chir, vu que le géné­ra­teur ne se sert pas de la plupart des arti­cu­la­tions dispo­nibles pour les instru­ments et c’est bien dommage. Préci­sons-le par ailleurs : dans le cas d’une partie géné­rée à partir d’une progres­sion, vous obtien­drez toujours de la sorte une ligne de basse rela­ti­ve­ment conve­nue qui suit la fonda­men­tale, et pas forcé­ment LA ligne de basse qui tue et amène le morceau ailleurs par son origi­na­lité : EZbass n’est donc pas Flea, tant mieux pour ce dernier et pour tous les bassistes : ce n’est pas demain qu’un soft va rempla­cer l’hom­me… Toon­track fait malgré tout très fort, et il y a a priori plus fort encore dans l’on­glet Audio Tracker puisque ce dernier propose à peu près le même genre de fonc­tion en passant par de… l’au­dio

La voix de son maître

audiotrackerCette fois, il s’agit donc de passer soit par un fichier audio préexis­tant, soit en partant d’un enre­gis­tre­ment de guitare ou de basse, soit en propo­sant une boucle de batte­rie sur laquelle le logi­ciel va se caler. À n’en pas douter, c’est la fonc­tion qui tue de cet EZbass et qui devrait plaire par sa simpli­cité à nombre d’uti­li­sa­teurs. Voyez ce que cela donne, sachant qu’on peut régler le seuil de détec­tion des tran­si­toires et deman­der ou non d’igno­rer les notes rapides pour obte­nir quelque chose de plus ou moins aéré et perti­nent :

Guitar­Line
00:0000:19
  • Guitar­Line00:19
  • Guitar­Li­ne­Trans­form­Bass(2)00:17

Plutôt pas mal, non ? Sachant qu’on peut ensuite éditer tout cela pour se débar­ras­ser des pains, enri­chir avec des harmo­niques, ou encore jouer avec l’étouf­fe­ment dispo­nible comme un contrô­leur continu.

Guitar­Li­ne­Trans­form­Bas­sE­dit
00:0000:17
  • Guitar­Li­ne­Trans­form­Bas­sE­dit00:17
  • Guitar­Li­ne­Trans­form­Bas­sE­dit­More00:17
  • Guitar­Li­ne­Trans­form­Bas­sE­dit­Mo­re­Mute00:17

La bonne surprise, c’est de voir que des choses comme les glis­sés sont correc­te­ment détec­tées et qu’on obtient un résul­tat tout à fait exploi­table qu’on peut ensuite amélio­rer dans l’édi­teur inclus. Et même si c’est moins probant et pas forcé­ment fait pour, on se rend compte que l’on peut tout à fait partir d’une mélo­die chan­tée à la voix, en mode « Bass­boxing ». Voyez ce que ça donne :

Bass­Boxing­Voice
00:0000:11
  • Bass­Boxing­Voice00:11
  • Bass­Boxing­Voi­ce­Trans­form00:11

Ce qui demeure une fois encore assez exploi­table pour faire sa vie ensuite dans sa STAN ou dans l’édi­teur fourni, dont nous allons préci­sé­ment parler à présent.

50 nuances de Grid

Comme nous l’évoquions en intro­duc­tion à ce test, le problème avec un instru­ment comme la basse tient dans la multi­tude de tech­niques de jeu qu’elle recouvre, et qui obligent dès qu’on veut la virtua­li­ser à passer par des systèmes de keys­witches ou de contrô­leurs conti­nus, lesquels solli­ci­te­ront telle ou telle arti­cu­la­tion pour produire un rendu réaliste. Du coup, pour obte­nir quelque chose de crédible, il faut se prendre un mini­mum la tête et même si dans les sampleurs évolués comme Kontakt ou Mach­Five, des scripts viennent à la rescousse pour simpli­fier un peu la saisie, même si l’on dispose aussi pour cela dans certaines STAN d’édi­teurs d’ar­ti­cu­la­tions, produire une partie de basse crédible demeure toujours plus ou moins labo­rieux.

Du coup, l’idée d’in­té­grer à même EZbass un séquen­ceur dédié est une idée qui se défend, car on dispose d’un moyen simple d’adap­ter l’ou­til pour qu’il réponde parfai­te­ment aux besoins de l’ins­tru­ment, plutôt que de devoir jongler avec des Keys­witches et des messages MIDI avec le manuel sur les genoux.

pianorollDans l’on­glet Grid Editor, on se retrouve ainsi avec un Piano Roll en regard de 16 arti­cu­la­tions qu’on assi­gnera le plus simple­ment du monde à chaque note, avec un visuel clair basé sur la couleur (en rose les harmo­niques, en jaune les ghost notes) ou des symboles (lignes figu­rant les glis­sés) en vis-à-vis d’une zone affi­chant clai­re­ment les contrô­leurs conti­nus pour la vélo­cité, l’étouf­fe­ment, le vibrato, le pitch bend. Ajou­tez à cela des outils de quan­ti­fi­ca­tions intel­li­gents permet­tant de doser le swing ou l’aléa­toire et vous aurez compris que la saisie comme l’édi­tion dans EZbass est autre­ment plus rapide que dans un séquen­ceur lambda une fois qu’on y a pris ses repères.

Voyez en tout cas, ce qu’il est possible d’ob­te­nir et qui vous rensei­gnera sur la qualité de sampling des diffé­rentes arti­cu­la­tions, et notez la dispo­ni­bi­lité de « Fills », de courtes séquences géné­riques qui vous permet­tront d’ame­ner bien de la richesse et du réalisme à vos ligne de basse au moment des reprises de batte­ries et des tran­si­tions couplet/refrain/pont :

Groo­ves­Bal­lad
00:0000:22
  • Groo­ves­Bal­lad00:22
  • Groo­vesS­wing00:22
  • Groo­ves­Disco00:22
  • Groo­ves­Soul00:22
  • Groo­ves­Coun­try00:22
  • Groo­ves­Fills00:11

articulationSeul défaut de tout cela : une fois qu’on a séquencé sa partie MIDI et qu’on l’a glis­sée dans la STAN, la moindre retouche devient fasti­dieuse vu qu’il faut reve­nir dans EZbass et réex­por­ter le résul­tat, tandis qu’il n’est pas forcé­ment agréable d’avoir à faire à une surcouche dont les raccour­cis clavier ou le compor­te­ment des outils n’est pas forcé­ment le même que ceux auxquels on est habi­tués. Disons pour conclure qu’il n’y a pas de système parfait, et que la propo­si­tion de Toon­track se tient malgré tout.

D’ailleurs, il n’y a pas de système parfait pas plus qu’il n’existe de logi­ciel parfait. On finira donc avec les regrets qu’on peut avoir avec cet EZbass.

Presque parfait

La première chose que l’on regret­tera, en compa­rai­son d’une solu­tion comme Modo­bass, c’est comme nous le souli­gnions précé­dem­ment le peu d’ins­tru­ments propo­sés (pas de Preci­sion, pas de Ricken­Ba­cker, pas de Gibson, pas de Warwick et rien d’acous­tique ou de fret­less) comme le fait que la section d’ef­fets soit figée dans les presets. Sachant que c’est sur ces frus­tra­tions que l’édi­teur nous vendra toutes sortes d’add-ons, c’est de bonne guère, dira-t-on, vu qu’EZ­bass n’est pas vendu très cher.

Le deuxième regret tient dans le fait qu’on ne peut pas réel­le­ment défi­nir le style des parties géné­rées par le logi­ciel à partir de grooves de batte­rie ou de piano : des lignes de basse de slap funk ou de métal n’ont pas grand chose à voir dans l’ap­proche comme dans les tech­niques et il est impos­sible de préci­ser au logi­ciel qu’on voudrait qu’il aille sur tel terrain plutôt que tel autre… Comme dans les arran­geurs logi­ciels, on rêve­rait donc de pouvoir préci­ser qu’on veut plutôt du slap, de la syncope, avec un esprit rock ou jazz ou funk, mais on en n’est pas encore là et il faudra donc faire les choses soi-même pour accou­cher d’un groove qui corres­pond à l’es­prit de la chan­son et à son style…

Or sur ce point, on glis­sera là un troi­sième reproche : en propo­sant un bassiste virtuel rela­ti­ve­ment complet et capable d’in­ter­agir avec du MIDI comme de l’au­dio, Toon­track a accou­ché d’un soft qui n’est pas une usine à gaz certes, mais n’est plus aussi EZ que ses petits cama­rades. De fait, entre les multiples possi­bi­li­tés offertes et le fait que les basses géné­rées réclament la plupart du temps de l’édi­tion pour donner quelque chose de réel­le­ment probant, on se demande parfois si EZbass ne complique pas plus les choses qu’il ne les simpli­fie. Tout dépend évidem­ment de vos attentes et de vos capa­ci­tés en la matière, sachant qu’écrire une ligne de basse dans un séquen­ceur n’a jamais été d’une diffi­culté insur­mon­table, tandis que nombre de musi­ciens sont tout à fait en mesure de jouer une vraie basse même si ce n’est pas leur instru­ment de prédi­lec­tion. Recon­nais­sons-le toute­fois, contrai­re­ment aux lignes géné­rées, bien des grooves prêts à l’em­ploi conte­nus dans cet EZbass permettent d’ob­te­nir en un tour­ne­main des choses qui récla­me­raient du temps à program­mer, et avec un peu d’édi­tion, on peut sans conteste obte­nir de bien belles choses très simple­ment…

Reste dans ce sillage à évoquer le sujet de la musique géné­rée, et des débats qu’elle ne manque jamais de soule­ver. Si bien sûr on se contente de piocher des grooves MIDI pour les assem­bler avec des patterns issus d’EZ­keys et d’EZ­drum­mer, faire de la musique tient alors plus du lego qu’autre chose au détri­ment de l’ori­gi­na­lité et de l’émo­tion. Mais les outils sont toute­fois ce qu’on en fait : ce qui sort d’EZ­bass est fait pour être trans­formé, adapté, par vos blanches mains. Et si vous prenez la peine de le faire, nul doute qu’on ne pourra pas vous taxer de faire du bête assem­blage, mais bien de compo­ser… En parcou­rant les grooves four­nis, on a en outre le senti­ment agréable que procure ce genre d’ins­tru­ments : des idées de compos naissent, et en quelques clics, on a vite fait de se retrou­ver avec un couplet et un refrain qui tiennent tout à fait la route.

Conclu­sion

On ne va pas bouder notre plai­sir : Toon­track a pris son temps pour sortir cet EZbass et le résul­tat est à la hauteur des attentes tant sur le plan du son que sur celui des fonc­tion­na­li­tés inno­vantes ou de l’er­go­no­mie. Bien sûr, on trou­vera toujours quan­tité de gens pour souli­gner que cette débauche d’ou­tils est dispro­por­tion­née par rapport au fait de bran­cher simple­ment une basse et d’en jouer. Toute­fois, quand on ne sait pas ou ne peut pas le faire, il est agréable de jouir d’une solu­tion comme EZbass qui s’avère non seule­ment un instru­ment virtuel tout à fait convain­cant, mais aussi un outil force de propo­si­tion à l’heure de compo­ser, sachant qu’il sait s’adap­ter au contexte audio comme MIDI et permet une libre édition simple de tout ce qu’il génère. Le prix de cet exhaus­ti­vité, c’est qu’en dépit d’un bon travail sur l’in­ter­face, EZbass n’est pas aussi EZ que son Drum­mer ou son Keys, mais il en propose beau­coup plus et il ne fait aucun doute d’ailleurs qu’on devrait voir certaines de ses inno­va­tions débarquer chez ses grands frères, notam­ment ce qui concerne l’Au­dio to MIDI. On finira donc en rêvant de voir le concept porté sur d’autres instru­ments, à commen­cer par la guitare qui n’a certes qu’une corde de plus, mais qui s’avère encore un peu plus complexe à abor­der, ou plus simple­ment aux instru­ments à cordes frot­tées ou à vent. En atten­dant l’agran­dis­se­ment de la famille EZ, on saluera comme il se doit le travail d’un éditeur qui se creuse un peu plus les méninges que la plupart de ses concur­rents pour faire avan­cer le schmil­blick. Et rien que ça, ça mérite un grand merci.

9/10
Award Innovation 2020
Points forts
  • Le concept
  • Interface claire et bien pensée
  • Deux basses bien différentes, en cinq cordes
  • Sampling de qualité, sachant que toutes les techniques de jeu essentielles sont là
  • Qualité globale des effets et du son
  • Tap 2 Find parfaitement adapté à la basse
  • Aptitude à produire des lignes de basse à partir du groove MIDI d’une batterie...
  • ...ou d’un piano...
  • ...et même à partir d’audio !
  • Le Grid Editor simplifiant la séquence
  • Un paquet de grooves à personnaliser pour vos compos
  • Le prix
Points faibles
  • Deux basses seulement
  • Aperçu graphique des grooves MIDI n’apportant pas grand-chose et alourdissant l’interface de recherche
  • Ça reste une surcouche pour la séquence qui simplifie le workflow d’un côté, mais l’alourdit parfois de l’autre
  • Basse vintage un peu trop caricaturale du point de vue du son
  • Pas de vraie section d’effets vu que ces derniers sont attachés aux presets
  • On voudrait toujours plus de grooves même si des extensions payantes les proposeront sans aucun doute
  • Partie générée souvent simples et qui demandent à être retravaillées
Auteur de l'article Los Teignos

Si j'avais eu le physique, nul doute que j'aurais fait un grand Sumo, mais vu que je ne pèse que 80 kg, j'occupe mon temps comme je peux entre musique et littérature.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur de l'article Los Teignos

Si j'avais eu le physique, nul doute que j'aurais fait un grand Sumo, mais vu que je ne pèse que 80 kg, j'occupe mon temps comme je peux entre musique et littérature.

cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.