Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
En rouge et noir
8/10
Award Qualité / Prix 2020
Partager cet article

Grandement amélioré et assorti d'un bundle logiciel bien pensé, le MPK Mini nous revient dans une troisième version : serions-nous en présence de la solution idéale pour démarrer la production instrumentale à petit prix?

généralLe MPK Mini Mk3 est un petit clavier-contrô­leur de 318×181×44mm et 0,75kg. La version « clas­sique » reprend la robe de son prédé­ces­seur, à savoir un boîtier noir avec des flancs et une surface infé­rieure rouge du plus bel effet. Il existe égale­ment en version inté­gra­le­ment noire (jusqu’aux touches habi­tuel­le­ment blanches du clavier) ou bien blanche (avec inver­sion des couleurs du même clavier).

Le MPK Mini Mk3 est livré unique­ment avec un câble USB et un petit guide de démar­rage rapide. Au-dessus du clavier de 25 touches, on dispose de huit « Thick pads », les fameuses surfaces de frappe sensible à la vélo­cité et à l’af­ter­touch (poly­pho­nique ou par canal) qu’Akaï a déve­lop­pées à l’ori­gine pour ses MPCs. À gauche des pads, on retrouve le joys­tick qui pilote les fonc­tions de pitch bend et de modu­la­tion comme sur le modèle précé­dent.

arrièreÀ droite des pads, on retrouve égale­ment huit potards comme sur les anciens modèles, sauf qu’à la diffé­rence de ces derniers, ceux du Mk3 sont à course infi­nie et non plus à butée. L’autre grande nouveauté exté­rieure du Mini Mk3 par rapport à ses prédé­ces­seurs tient dans la présence d’un écran four­nis­sant toutes sortes d’in­for­ma­tions sur les données envoyées par les diffé­rents éléments du contrô­leur.

Enfin une dizaine de boutons pous­soirs répar­tis à gauche et en haut à droite de l’ap­pa­reil activent les diffé­rentes fonc­tions de chan­ge­ment d’oc­tave, de l’ar­pé­gia­teur, de la répé­ti­tion de note, et enfin le para­mé­trage des pads sur lequel nous revien­drons. Sur la tranche arrière, nous dispo­sons enfin d’une prise USB-B ainsi que d’une entrée pour une pédale de sustain.

Les touches noires, les touches blanches, les pads noirs

Le clavier a été revu à la hausse par rapport à la version précé­dente, mais on reste toute­fois dans un confort de jeu habi­tuel de cette gamme de prix et de ce format de mini-touches. C’est loin d’être vrai­ment désa­gréable mais l’on n’a pas non plus de sensa­tions de jeu extra­or­di­naires. Il s’agit d’un semi-lesté stan­dard, point.

Ce qui ressort en revanche très nette­ment, c’est la qualité excep­tion­nelle des pads, et ce n’est pas un hasard puisqu’il s’agit comme je le disais des pads équi­pant tous les derniers modèles de MPCs, des pads dont j’avais déjà exprimé tout le bien que j’en pensais dans mes précé­dents bancs d’es­sai. Un vrai bonheur à utili­ser, notam­ment grâce à leur épais­seur qui fait que l’on peut taper dessus allè­gre­ment sans déclen­cher l’af­ter­touch malen­con­treu­se­ment! Ce dernier ne s’ac­tive que si on le souhaite réel­le­ment par une pres­sion plus affir­mée, et révèle toute sa puis­sance dès lors que l’on active la fonc­tion de note-repeat. Mais les fonc­tions de jeu du MPK Mini 3 ne s’ar­rêtent pas là.

L’art-pégia­teur

écranOn retrouve en effet sur ce clavier l’ar­pé­gia­teur dont béné­fi­ciaient déjà les modèles précé­dents, équipé de toutes les fonc­tion­na­li­tés habi­tuelles de ce genre d’ou­til. Les notes dont les touches sont enfon­cées sur le clavier peuvent ainsi être repro­duites vers le haut, vers le bas, en aller-retour avec ou sans répé­ti­tion des notes extrêmes, dans l’ordre dans lequel les touches ont été enfon­cées ou bien de manière tota­le­ment aléa­toire. Les valeurs des durées de notes vont de la noire à la triple croche, en binaire comme en ternaire, et le niveau de swing peut être ajusté de 50 à 75%.

Comme souvent, l’ar­pège peut être main­tenu de manière arti­fi­cielle via la fonc­tion « latch », auto­ri­sant l’uti­li­sa­teur à relâ­cher le clavier pour pouvoir par exemple mani­pu­ler un autre instru­ment ou effec­tuer des modu­la­tions d’ef­fets. L’ar­pé­gia­teur peut être synchro­nisé à une source externe – par exemple MPC Beats – ou bien à l’hor­loge interne du MPK Mini. Dans ce dernier cas, on peut défi­nir le tempo via l’em­ploi de la touche « tap tempo » ou bien en modi­fiant sa valeur via un enco­deur. Chaque para­mètre de l’ar­pé­gia­teur dispose d’ailleurs de son enco­deur atti­tré, mais peut être égale­ment modi­fié via les touches du clavier. Et l’écran du MPK se charge d’in­diquer toutes les infor­ma­tions rela­tives à l’usage de l’ar­pé­gia­teur.

Tout pour la musique!

Le MPK Mini 3 est livré avec MPC Beats, la version allé­gée de la STAN maison d’Akai, MPC 2. Ce dernier offre les fonc­tion­na­li­tés suivantes : huit pistes MIDI, 2 pistes audio stéréo, 4 canaux auxi­liaires, l’en­semble très complet d’ef­fets AIR FX bundle et les instru­ments Bass­line, Elec­tric et Tube­Synth, toujours signés AIR.

MPC BeatsA part quelques rares contraintes, MPC Beats reprend toutes les carac­té­ris­tiques de fonc­tion­ne­ment de sa grande soeur. On retrou­vera donc la construc­tion de morceaux repo­sant sur l’agen­ce­ment de séquences et la gestion de l’en­semble du système repo­sant sur l’uti­li­sa­tion des pads, des Qlinks (la gestion de la majo­rité des para­mètres du logi­ciel via les enco­deurs), etc. Je vous invite à vous repor­ter au banc d’es­sai que j’avais réalisé concer­nant la MPC Live si vous souhai­tez davan­tage de détails. Depuis cette époque, le logi­ciel d’Akai a d’ailleurs encore évolué et propose des fonc­tion­na­li­tés extrê­me­ment inté­res­santes. Ainsi par exemple, à l’ins­tar d’Able­ton Live et de sa fonc­tion « Capture », MPC 2 et Beats proposent main­te­nant la fonc­tion « Retros­pec­tive Record » qui permet de conser­ver les notes MIDI que l’on vient de jouer, même si l’en­re­gis­tre­ment n’a pas été activé. On constate d’ailleurs un effort de rappro­che­ment avec la STAN alle­mande puisque l’on peut main­te­nant expor­ter des séquences indi­vi­duelles au format de Live.

Mais il me faut main­te­nant vous révé­ler une astuce qui devrait vous inté­res­ser au plus haut point. Offi­ciel­le­ment MPC Beats est donc une version bridée de MPC 2 ne propo­sant que 8 pistes MIDI et 2 pistes audio stéréo. Il existe toute­fois une astuce qui vous permet­tra de contour­ner ces limi­ta­tions.

Rappe­lons tout d’abord que le prin­ci­pal outil de créa­tion dans l’en­vi­ron­ne­ment MPC est la matrice de 16 pads. Chaque pad peut conte­nir un fichier audio (ou une note MIDI mais ce n’est pas ce qui nous inté­resse ici). Chaque piste MIDI peut elle-même conte­nir un drum rack de 16 pads multi­pliés par 8 banques, donc 128 pads. Ce qui signi­fie que chacune des pistes MIDI peut déjà faire jouer 128 fichiers audio simul­ta­né­ment. Si on multi­plie tout cela par le nombre de pistes MIDI dispo­nibles, on obtient un total de 128×8=1024 fichiers audio jouables simul­ta­né­ment, et fina­le­ment 1026 si l’on y ajoute les deux pistes audio initiales. Mais ce n’est pas tout ! En effet, dans l’en­vi­ron­ne­ment MPC, chaque pad est traité comme une piste audio indé­pen­dante et dispose donc de sa propre « tranche de console » avec volume, pano­ra­mique, solo, mute, 4 départs auxi­liaires, filtre inté­gré, enve­loppe et 4 empla­ce­ments d’in­serts chacune. On dispose donc alors virtuel­le­ment d’une console de 1026 pistes acces­sibles direc­te­ment sans néces­si­ter aucun prémixage!

Quand il y en a plus, il y en a encore !

L’offre logi­cielle ne s’ar­rête pas à MPC Beats, loin s’en faut. On a ainsi droit aux versions spéciales MPC Beats des expan­sions F9, ADSR LoFi Produ­cer collec­tion, Lania­kea Sounds Trap­Soul and LoFi Beats, MSX Soul­ful Expe­rience ainsi que divers kits de produc­tion. AIR, le déve­lop­peur des instru­ments inclus dans la STAN, nous propose en plus les VSTs Mini­Grand (piano) et Velvet (pianos élec­triques). Mais surtout, l’édi­teur nous propose le superbe Hybrid, un synthé­ti­seur très poly­va­lent fina­le­ment assez méconnu en regard du gros son qu’il propose!

Enfin pour complé­ter tout cela et plon­ger réel­le­ment dans les entrailles du contrô­leur, le MPK Mini mk3 dispose comme chacun de ses prédé­ces­seurs d’un logi­ciel de para­mé­trage dédié, ici le MPK Mini 3 Program Editor.

Les mains dans le cambouis

L’ap­pli­ca­tion repro­duit à l’écran les diffé­rents éléments d’in­ter­face du MPK Mini, à savoir le clavier, les pads, les enco­deurs, le joys­tick et l’ar­pé­gia­teur. On peut trans­po­ser le clavier dans toutes les gammes majeures (et donc par défi­ni­tion égale­ment leurs rela­tives mineures), ainsi que préré­gler son numéro d’oc­tave par défaut. Les pads peuvent être para­mé­trés selon le numéro de note, de program change ou de contrôle continu qu’ils seront censés envoyer. Les enco­deurs quant à eux ne pour­ront envoyer que des messages de contrôle continu. On pourra en revanche défi­nir indi­vi­duel­le­ment leurs numé­ros, leurs valeurs mini­male et maxi­male ainsi que la manière dont devront s’opé­rer les modu­la­tions : par l’en­voi de valeurs abso­lues ou par incré­men­ta­tion / décré­men­ta­tion.

Program EditorOn pourra aussi attri­buer un nom à chacun des enco­deurs. Le clavier, l’en­semble des pads et l’en­semble des enco­deurs pour­ront béné­fi­cier chacun d’un canal MIDI atti­tré. Le joys­tick peut être para­mé­tré pour envoyer, sur chacun des axes X et Y, soit un message de pitch bend, soit un message unique de contrôle continu, soit encore deux messages de contrôle continu. Enfin, chacun des éléments de para­mé­trage de l’ar­pé­gia­teur pourra égale­ment être pré-établi ici.

Les choix effec­tués pour­ront ainsi être sauve­gar­dés dans l’un des 8 empla­ce­ments mémoire du clavier. A titre person­nel, je me suis empressé de créer un preset de Qlinks supplé­men­taires pour palier l’ab­sence de seconde banque de potards et pouvoir ainsi faci­le­ment accé­der à la tota­lité des 16 Qlinks tradi­tion­nels de l’in­ter­face MPC. Enfin, on peut sauve­gar­der autant de presets que l’on souhaite dans l’or­di­na­teur et les rappe­ler à volonté. L’in­ter­face est extrê­me­ment claire, les connais­seurs en MAO s’y retrou­ve­ront immé­dia­te­ment et les autres pour­ront béné­fi­cier d’un mode d’em­ploi très didac­tique. Enfin, si l’on peut regret­ter l’ab­sence de certaines fonc­tions (typique­ment, les touches de trans­port!) dans l’in­ter­face physique du MPK, il est possible grâce au Program Editor de para­mé­trer jusqu’à 128 para­mètres diffé­rents sur les pads et 64 sur les enco­deurs. Il y a donc de quoi s’amu­ser, même s’il est temps à présent d’abor­der les points un peu moins réjouis­sants.


[illus­tra­tion: Droite.jpg ]

Tout n’est pas rose…

Hélas, si le mode d’em­ploi du MPK Program Editor s’avère complet, on pourra regret­ter que ce ne soit pas le cas de celui du MPK Mini mk3 qui pour l’ins­tant se limite à un simple « Quicks­tart Guide » qui ne nous donne pas beau­coup d’in­for­ma­tion. Ainsi, on peut par exemple igno­rer que si l’on n’ac­tive pas le bouton « control » dans les options de synchro MIDI de MPC Beats, on passera tota­le­ment à côté des possi­bi­li­tés de prise de contrôle des fonc­tion­na­li­tés du logi­ciel par l’in­ter­mé­diaire du MPK, et donc rater ce qui fait l’une des carac­té­ris­tiques les plus inté­res­santes de l’en­semble!

Puisque l’on parle de l’in­ter­ac­tion du clavier avec MPC Beats, on regret­tera que la confi­gu­ra­tion des potards par défaut dans le preset « MPC » ne soit pas la bonne. En effet, les enco­deurs sont para­mé­trés par défaut pour envoyer des valeurs « abso­lues », alors que les Qlinks ont été visi­ble­ment program­més dans le logi­ciel pour rece­voir des valeurs rela­tives, ce qui peut induire des sauts de valeurs ou des réponses erra­tiques de certains para­mètres.

On regret­tera égale­ment que l’écran ne four­nisse pas davan­tage d’in­for­ma­tion. En dehors de celles concer­nant l’ar­pé­gia­teur, ce dernier se contente en effet d’in­diquer le numéro de message MIDI envoyé ainsi que sa valeur. À aucun moment il n’y a de reprise des noms de para­mètres pilo­tés par exemple, ou encore des valeurs dans les unités de mesure appro­priées (db, Hz, etc…).

Il est égale­ment dommage d’avoir supprimé le bouton « sustain », même s’il a été remplacé par une prise de pédale pour la même fonc­tion. Sur un clavier de cette taille clai­re­ment imaginé pour l’em­ploi nomade, un bouton me semble plus perti­nent qu’une pédale qu’il va falloir trim­ba­ler.

On aurait égale­ment aimé retrou­ver, comme chez de nombreux appa­reils de cette gamme de prix, un petit ensemble de touches de trans­port, même s’il nous est toujours donné la possi­bi­lité de para­mé­trer certains des pads en mode « CC » pour qu’ils accom­plissent cette tâche. Ce qui m’amène à souli­gner l’in­di­gence des templates four­nis pour le « pilo­tage » des STANs autres que celle d’Akai ! Par exemple, le template prévu pour Able­ton Live se borne à contrô­ler les macros via les enco­deurs ! Pas d’ar­me­ment de piste, de déclen­che­ment de clips, d’en­re­gis­tre­ment ou de lectu­re… Je vous conseille vive­ment de vous concoc­ter vos templates par vos propres moyens via le Program Editor !

Enfin, le choix de design qui me semble le plus incom­pré­hen­sible est celui du joys­tick, déjà présent sur le modèle précé­dent. Il est évident qu’Akai a cher­ché à gagner de la place. Mais cela rend de facto la fonc­tion­na­lité « molette de modu­la­tion » inuti­li­sable, le joys­tick reve­nant par nature toujours à une posi­tion centrale. Impos­sible donc de fixer une valeur à la modu­la­tion concer­née!

Conclu­sion

Dépourvu d’une inter­face MIDI tradi­tion­nelle et d’une alimen­ta­tion auto­nome, le MPK Mini Mk3 est un petit clavier compact pensé pour le pilo­tage de logi­ciels audio exclu­si­ve­ment – et plus spéci­fique­ment de la STAN made in Akai, MPC. Cette dernière est d’ailleurs livrée gratui­te­ment avec le clavier dans une version allé­gée – MPC Beats – qui n’a rien à envier à sa grande soeur en-dehors de quelques menues contraintes et d’un nombre de pistes plus réduit, ce dernier point pouvant être contourné comme nous avons pu le voir dans cet article. On saluera égale­ment l’offre logi­cielle complète et diver­si­fiée qui achève de faire de ce contrô­leur, malgré certains défauts ergo­no­miques comme le joys­tick hérité du modèle précé­dent, un ensemble parfai­te­ment recom­man­dable pour commen­cer à produire sérieu­se­ment de la musique pour un tarif tout à fait inté­res­sant ! 

  • général
  • MPC Beats
  • écran
  • arrière
  • Droite
  • Gauche
  • Program Editor

 

8/10
Award Qualité / Prix 2020
Points forts
  • Excellent rapport qualité-prix
  • Bonne qualité de fabrication
  • Les pads, oh oui, les pads!!
  • Le bundle logiciel
  • Intégration poussée dans MPC Beats
Points faibles
  • Templates décevants pour les STANs concurrentes
  • Un écran sous-utilisé
  • Certaines fonctionnalités manquantes au premier abord (fonctions de transport par ex)
  • Nécessité de passer par le Program Editor pour compenser ces manques
  • Certaines lacunes du mode d'emploi qui peuvent faire rater des fonctionnalités cruciales !

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.