Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
test
ATOMiSQue !

Test du Presonus Atom SQ

Après l'ATOM, le contrôleur dédié au pilotage de la STAN du fabricant américain sorti il y a trois ans, Presonus nous propose l'ATOM SQ, vendu aux alentours de 239 €. 

PreSonus ATOM SQ : atom-sq_frontL'ATOM SQ est livré avec un câble USB-C et un guide de démarrage rapide. Le mode d'emploi complet est disponible en français, anglais, allemand et espagnol en téléchargement sur le site de Presonus. Mais si l'on parle du contenu livré avec le contrôleur, on notera surtout que ce dernier est accompagné comme l'ATOM premier du nom non seulement d'une licence d'Ableton Live Lite mais surtout d'une licence de Studio One Artist, la version déjà très complète de la STAN de Presonus vendue habituellement aux alentours de 99 € seule. Le tout est accompagné des bibliothèques de sons EDM Elite Vol 1 et Dirty Electro House, ainsi que du logiciel de gestion de firmware Universal Control.

Extérieurement, l'ATOM SQ se présente comme un parallélépipède de 362 mm de large, 172 mm de profondeur et 25 mm de haut, pour un poids de 910 grammes. L'interface est composée de deux rangées de 16 pads RGB chacune, sensibles à la vélocité et à l'aftertouch polyphonique, avec à leur gauche des boutons "+" et "-" sensibles eux aussi à la pression. On trouve au-dessus des pads un ruban tactile horizontal. À gauche du ruban se situent les touches de transport surmontées par 8 boutons - A à H - servant suivant le cas à changer de banque de batterie ou bien d'octave pour le clavier de pads. À la droite du ruban tactile, on trouve des flèches de direction et une touche shift qui permettra d'accéder à des fonctionnalités alternatives. Au-dessus, nous découvrons un écran couleur de petite taille mais à l'affichage détaillé, avec deux rangées de 3 boutons chacune au-dessus et en dessous de lui, une rangée verticale de 4 boutons à sa gauche et deux boutons surmontés d'un potentiomètre sans fin cranté. C'est également dans cette partie de l'appareil que l'on trouve le bouton setup qui nous permet d'accéder à la configuration du contrôleur. Huit autres potentiomètres sans fin et non crantés quant à eux occupent la partie centrale supérieure de l'interface utilisateur. Et tout comme son prédécesseur, l'ATOM SQ dispose également d'une LED reprenant le logo de Studio One et qui s'éclaire en bleu lorsque l'appareil est relié à une STAN compatible et en vert lorsqu'il est en mode MIDI standard.

arriere.JPGEnfin, la face arrière propose une prise USB-C ainsi qu'un encoche de sécurité Kensington, et rien d'autre.

On sera heureux de constater qu'à l'instar de l'ATOM premier du nom, la fabrication intégralement en plastique de l'ATOM SQ ne trahit à première vue aucun défaut et dégage même une agréable sensation de qualité, principalement due aux potards bien ancrés sur leur axe et aux pads qui ne branlent pas dans leur embase.

Setup au top

Nous ne nous étendrons pas sur le menu de configuration intégré qui permet de régler la luminosité de l'écran ainsi que des LEDs des différents pads et boutons rétroéclairés, de régler la nature de l'aftertouch (éteint, mono ou polyphonique, ou encore s'il doit envoyer un message CC) ainsi que son seuil d'activation, de régler la sensibilité des pads à la vélocité, de définir si les boutons A-H doivent servir de sélecteurs de banque et d'octave ou plutôt envoyer des messages CC, de choisir entre les modes MCU, HUI ou tout simplement MIDI, de déclencher le mode "Mardi Gras" qui provoque l'illumination de toutes les LEDs de l'appareil, de revenir aux réglages par défaut ou encore d'afficher la version actuelle du firmware.

Tout cela, nous sommes bien heureux de savoir que nous pouvons y accéder via le bouton "Setup" en haut à droite, mais je sais que ce n'est pas ce qui vous intéresse le plus ! Passons donc aux choses sérieuses.

Un air de famille

Comme son prédécesseur, l'ATOM SQ est principalement destiné au contrôle de Studio One - la STAN de Presonus - et un peu plus accessoirement d'Ableton Live. Une configuration MIDI standard est également disponible mais offre par définition une intégration beaucoup moins poussée que les templates consacrés aux séquenceurs sus-cités.

Le travail avec le contrôleur va s'axer autour de quatre modes: "Song", "Instruments", "Editor" et "User", sur lesquels nous reviendrons en détail au fil de ce banc d'essai. L'activation de chacun de ces modes provoquera la mise à disposition de fonctionnalités spécifiques accessibles et réglables via l'écran et les commandes qui l'entourent, tout comme l'affectation des autres éléments de contrôle (pads et poussoirs) à des usages spécifiques à chacun de ces modes.

ATOM SQ Control Link.JPGAinsi, les pads serviront le plus souvent d'interface de jeu, mais permettront également dans certains cas particuliers de piloter le séquenceur pas-à-pas de Studio One ou bien la matrice de clips d'Ableton Live. Les touches de transport qui bénéficient toutes de fonctionnalités alternatives conserveront à de minimes exceptions près les mêmes fonctions quel que soit le contexte. Le touch strip pourra être affecté à différentes destinations (molette de modulation, etc) ainsi qu'au fameux système Control Link de Studio One grâce auquel on peut affecter dynamiquement tout contrôleur externe à n'importe quel paramètre MIDI de la STAN ou des plug-ins utilisés. On notera qu'un même mode pourra recouvrir des réalités assez différentes en fonction du contexte et de la STAN employée. Enfin puisque j'ai déjà évoqué plusieurs fois l'ATOM premier du nom, on notera que l'on peut parfaitement utiliser les deux appareils en parallèle et selon des modes différents: ils seront alors parfaitement complémentaires.

Mais trêve de généralités, voyons un peu plus en détail comment tout cela fonctionne !

Au zénith de MIDI

Avant de nous intéresser aux deux contextes d'utilisation pour lesquels l'ATOM SQ a été prévu - à savoir le pilotage de Studio One et d'Ableton Live - je vous propose d'explorer ensemble ce que l'appareil nous offre en termes de contrôles dans le cadre d'une utilisation MIDI standard.

Nous passerons rapidement sur le mode "Song" qui dans ce contexte n'offre que la possibilité d'assigner à des paramètres de notre choix les 6 boutons au-dessus et au-dessous de l'écran. Le mode instruments s'avère déjà plus riche. On peut en effet agencer les pads selon trois configurations distinctes - "blocks", "continuous" ou "key" - afin d'adapter au mieux leur configuration aux besoins de jeu. On accède également au réglage de la tessiture que l'on pourra déplacer par octave ou bien par pas individuel - ton ou demi-ton, selon la gamme que l'on aura désignée ici aussi. On pourra enfin choisir d'appliquer ou non la vélocité maximale aux pads. Ce qui s'avère bien plus intéressant, c'est que c'est également dans le mode "Song" que l'on agit sur l'arpégiateur intégré du SQ dans un contexte d'utilisation MIDI standard. Alors certes, cet arpégiateur ne propose rien de vraiment révolutionnaire, mais c'est toujours très agréable de trouver ce genre d'outil.

touches de transport.JPGLe mode "Editor" quant à lui permet d'affecter aux différents éléments de contrôle - pads, potards, boutons poussoirs et touchstrip - un numéro de canal MIDI, voire de message CC et même dans certains cas d'amplitude d'effet. En mode "User" enfin, on peut définir l'affectation du touchstrip, celle des touches "+" et "-", et choisir entre 2 banques différentes pour les boutons A à H et 8 banques différentes pour les potards. Arrivé à ce stade du banc d'essai, on ne peut déjà que féliciter Presonus de nous livrer un outil somme toute complet pour le pilotage des STANs non supportées nativement par le système, là où de nombreux concurrents se seraient contentés d'une configuration basique prévoyant le simple envoi de messages de "Note On" ou de CC via tous les éléments de contrôle.

Et si l'éditeur américain propose un outil aussi complet pour le contrôle MIDI standard, qu'est-on en droit d'attendre lorsqu'il s'agit de piloter la STAN pour laquelle l'ATOM SQ a été spécifiquement développé?

Avec le Studio premier du nom ?

Laissez-moi vous donner la réponse : on peut s'attendre à un sacré paquet de fonctionnalités ! Ainsi dans le template dédié à Studio One, le mode "Song" permet de gérer tous les paramètres généraux associés au pilotage de la STAN, comme la gestion du tempo, la sélection d'une zone pour le bouclage, l'addition de marqueurs et la possibilité de naviguer entre eux. Contrairement à l'ATOM "non-SQ", on peut maintenant afficher l'inspecteur de piste ainsi que la console de mixage et piloter différents éléments de cette dernière (volume, solo, mute et rec) piste par piste via les fonctionnalités par défaut. Dans ce template, la touche A permet de simuler l'utilisation d'une pédale, alors que les touches B à H permettent de transposer les pads par octave. On a aussi le plaisir de découvrir que Presonus tire pleinement partie des 8 potards présents. En effet lorsque le focus du Control Link n'est pas associé à un plug-in en particulier mais à l'ensemble du projet, Presonus a programmé par défaut toute une série de fonctionnalités très pratiques pour ces boutons rotatifs.

vertical.JPGVia le mode "Song", on accède également à la piste d'arrangement de Studio One. Les utilisateurs de la STAN de Presonus connaissent cette fonction qui permet de définir aisément les différentes parties de votre morceau en leur attribuant un nom et la possibilité de les traiter chacune comme une entité à part entière au sein de cette piste spéciale qu'est la "piste arrangeur". Il s'agit d'une fonctionnalité particulièrement pratique puisqu'elle permet de réduire en quelque sorte toutes les pistes d'un projet en une seule pour ce qui concerne l'arrangement, tout en conservant l'autonomie de chaque piste individuelle pour ce qui concerne le traitement audio, le mixage, etc. Dans le détail, l'Atom SQ permet d'activer ladite piste arrangeur, de définir automatiquement comme une section d'arrangement la zone temporelle actuellement sélectionnée, de zoomer sur celle-ci, de la supprimer ou encore de naviguer entre elle et ses petites copines.

On accède également dans le mode "Song" au browser d'effet, ce qui marque une différence avec l'ATOM premier du nom qui ne permettait d'ouvrir que le browser d'instruments. Ce mode permet également d'ouvrir tous les effets d'insert de chaque piste, de les sélectionner individuellement et d'agir sur un certain nombre de paramètres prédéfinis via les potards, des affectations que l'on pourra bien entendu modifier à sa guise grâce au Control Link. Pour ce qui est du choix des presets, celui-ci se fait également directement à partir du SQ. Le browser instruments est ici accessible via le mode du même nom. On bénéficie pour les instruments des mêmes possibilités d'action que pour les effets. Par rapport à l'ATOM premier du nom, on gagne également la possibilité d'accéder directement aux effets MIDI tels que l'arpégiateur de Studio One ou le générateur d'accords. En parlant d'effets MIDI, le Note Repeat peut lui aussi être paramétré ici, avec des cadences rythmiques allant de la blanche à la quadruple-croche, en binaire et en ternaire, une longueur de note modifiable et la possibilité d'affecter l'aftertouch à la vélocité des notes maintenues afin de créer des accentuations lors de la répétition.

écran.JPGC'est toujours dans le mode "Song" que l'on pourra modifier les paramètres de la matrice de pads afin d'agencer ces derniers pour le jeu. On peut ainsi choisir d'afficher 13 modes et gammes différentes avec la tonique de son choix, et ce sous la forme d'un clavier classique (incluant les notes étrangères au mode ou à la gamme ainsi que des pads inutilisés), sous la forme d'un clavier "continu" (avec les notes étrangères mais sans les pads inutilisés) et enfin sous la forme d'un clavier "scale only" (sans les notes étrangères ni les pads inutilisés). Selon l'agencement choisi, on peut ainsi couvrir d'un peu plus de deux octaves à plus de quatre octaves pour l'ensemble des pads. La tessiture concernée pourra être décalée vers le haut ou le bas par paliers de notes ou d'octaves. Et enfin on pourra activer ou désactiver la vélocité maximale pour les pads. C'est également dans cette section que l'on paramètre la destination du touch strip. Il peut ainsi agir en tant que molette de pitch bend, de modulation, de pédale d'expression, de contrôleur de souffle ou bien encore être relié au Control Link pour pouvoir être affecté à n'importe quel paramètre du projet.

On pourra en revanche être un peu surpris de trouver dans cette même section des fonctions que l'on aurait plutôt attendu au sein du segment "Song", telles que la possibilité d'ajouter une séquence ou bien un clip et d'en ajuster la longueur. Mais peu importe où sont situées ces fonctions, l'essentiel étant surtout qu'elles soient présentes! Et puisque l'on évoque les séquences et les clips, c'est via le mode editor que les événements qu'ils contiennent peuvent être manipulés. L'ATOM SQ permet de sélectionner les événements contenus dans un clip, de les quantiser, d'activer ou de désactiver le magnétisme de la grille de quantification ainsi que de définir la résolution de cette dernière. On peut bien sûr également modifier la hauteur des événements concernés ainsi que leur vélocité et les déplacer latéralement pour corriger une erreur rythmique ou assouplir la rigueur de la quantisation. D'ailleurs, ceci peut également être obtenu de manière automatique grâce à la fonction "Humanize". Enfin on pourra découper les événements MIDI en autant de subdivisions de la grille que l'on souhaite, les étendre ou les répéter jusqu'à la fin du clip ou encore dispatcher l'ensemble des événements d'un clip sur autant de nouvelles pistes MIDI que nécessaire.

écran 2.JPGTout comme on peut agir sur les événements MIDI contenus dans les clips, on peut également le faire sur les éléments constitutifs des séquences pas-à-pas, appelées "patterns" dans le jargon de Studio One. C'est ici que la matrice de pads change pour la première fois et où les différents agencements de type "clavier" laissent place à une configuration de step sequencer, avec la ligne supérieure dévolue au choix des notes et une ligne inférieure dédiée à l'emplacement rythmique de ces dernières. Chacun des pas de séquence bénéficie d'un réglage individuel de la vélocité, du taux de répétition, de retard ou en de la probabilité que la note soit jouée ou non. C'est également ici que l'on pourra développer des séquences divergentes appelées "variations". Enfin, le mode User comme son nom l'indique permet d'affecter librement 48 paramètres aux boutons de l'écran. Tout comme pour l'ATOM premier du nom, les affectations se font encore une fois grâce à la fenêtre de Control Link dans Studio One, et elles recouvrent toutes les actions disponibles au sein du logiciel ou même encore les macros que l'on aura soi-même défini.

Nous avions déjà souligné dans notre banc d'essai du modèle précédent qu'il était possible de réaliser dans Studio One une maquette simple en se servant quasi exclusivement du contrôleur et en ne recourant à la souris qu'en de rares moments. On peut dire qu'avec l'ATOM SQ, à la fois ces moments se sont faits encore plus rares, mais surtout on peut être beaucoup plus ambitieux dans le type de travail que l'on pourra effectuer avec ce contrôleur. L'intégration du SQ avec la STAN de Presonus s'avère donc une réussite complète. Il est donc temps de nous intéresser à la manière dont le contrôleur échange avec l'autre STAN pour laquelle il est prévu: Ableton Live.

Et pour Live ?

blocks.JPGCe que nous avions constaté pour L'ATOM se répète ici : le template dédié à Ableton Live est bien entendu moins riche que celui développé pour Studio One, et encore une fois, c'est tout à fait normal !

Mais si l'on perd en nombre de fonctionnalités par rapport à ce qui nous est proposé dans le template de Studio One, on en gagne par ailleurs certaines spécifiques à la STAN d'Ableton. Par exemple, les deux lignes de pads se transforment dans le mode "Song" du template Ableton en une mini-matrice dont la ligne supérieure est dédiée au lancement de clips et celle du bas au choix la sélection de pistes ou à l'arrêt de clips. Une autre fonction spécifique de Live pilotée par l'ATOM SQ est le crossfade, qui est ici pris en charge par le touch strip. Les touches A, B, D et H permettent d'alterner entre les deux fameuses vues "session" et "arrangement", d'ouvrir le browser (mais sans sélectionner d'élément), d'afficher les détails de pistes et d'alterner entre l'affichage de ces derniers et l'affichage du contenu des clips. Enfin, l'écran et les boutons qui l'entourent permettent de naviguer entre les pistes et d'accéder à toutes les fonctionnalités standard les concernant (armement, solo, etc.), ainsi que le lancement de scène et l'arrêt de clips. Cette fonction faisant doublon avec celle associée aux pads, on peut choisir de se constituer la configuration que l'on jugera la plus appropriée. On appréciera particulièrement plusieurs choses dans ce mode. Tout d'abord, les potards pilotent pour chaque piste non seulement le volume et le panoramique, mais également les envois jusqu'à 6 pistes auxiliaires. Ensuite, le potard à droite de l'écran permet de déplacer librement le curseur de lecture de Live. Et enfin, on peut activer la fonction de capture MIDI si pratique de Live.

En mode Instrument, on retrouve des fonctionnalités identiques ou proches de celles du template de contrôle MIDI standard en ce qui concerne les pads: on peut ainsi choisir la gamme ou le mode utilisés ainsi que leur tonique, les trois mêmes agencements de pads ainsi que les mêmes possibilités de transposition et de gestion de la vélocité. Enfin, on retrouve ici également l'arpégiateur mentionné en début d'article.

Mais ce sont au niveau des deux modes suivants que les différences d'avec le template dédié à Studio One se font les plus marquantes. Ici en effet le mode "Editor" ne permet pas du tout d'agir sur les événements des clips, mais uniquement de naviguer entre les plug-ins d'une piste et de contrôler leurs paramètres associés au système de macros de Live. Le mode "User" quant à lui se différencie de son équivalent "Studio One" en ceci que ce ne sont plus ici les boutons d'écran que l'on affecte librement, mais les potards rotatifs, selon six banques, autorisant donc le pilotage de 48 paramètres.

Conclusion

Donc oui, je le dis encore une fois, le template réservé à Ableton Live est moins complet que celui dédié à Studio One. Certes, et alors? L'ATOM SQ a beau disposer d'un template pour la STAN berlinoise ainsi que d'un système de contrôle MIDI standard, c'est quand même principalement de la la STAN de Presonus qu'il tire son ADN. L'intégration du contrôleur avec Studio One est de telle qualité qu'elle rend pour le coup l'usage de la souris réellement superflu dans 90 % des cas, presque à la mesure d'un Push (j'ai dit presque!). Au tarif auquel l'ATOM SQ est vendu, les aficionados de Studio One n'ont aucune excuse de s'en passer, et ceux qui souhaiteraient s'initier à la STAN de Presonus bénéficient en plus d'une licence "Artist" du logiciel livrée avec l'appareil.

9/10
Award Valeur sûre 2021
Points forts
  • l'intégration dans Studio One
  • le prix
  • la richesse des fonctionnalités, dont l'arpégiateur
  • on se passe réellement de la souris...
Points faibles
  • ...mais beaucoup moins dans Ableton Live
  • forcément moins intéressant pour les autres STAN malgré un système de contrôle MIDI standard plutôt riche

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies

Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives. Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages (en savoir plus). Pour personnaliser vos cookies, merci de cliquer ici.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies

Cookies non soumis à consentement

Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine et permettent son optimisation. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies.

Préférences du site

Nous retenons vos préférences afin que vous n’ayez pas à effectuer les mêmes actions chaque fois que vous revenez (options forums, mode sombre ou clair, filtres petites annonces, choix onglets news ou buzz, popups newsletters...).

Connexion

C'est grâce à cela que vous n’avez pas à vous reconnecter à chaque fois que vous venez sur Audiofanzine.

Analytics

Ces données nous permettent de comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :)

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies

Cookies non soumis à consentement

Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine et permettent son optimisation. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies.

Préférences du site

Nous retenons vos préférences afin que vous n’ayez pas à effectuer les mêmes actions chaque fois que vous revenez (options forums, mode sombre ou clair, filtres petites annonces, choix onglets news ou buzz, popups newsletters...).

Connexion

C'est grâce à cela que vous n’avez pas à vous reconnecter à chaque fois que vous venez sur Audiofanzine.

Analytics

Ces données nous permettent de comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :)


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.