Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
PreSonus ATOM SQ
Photos
1/63

Test du Presonus Atom SQ

Contrôleur à pads MIDI de la marque PreSonus

Écrire un avis ou Demander un avis
test
17 réactions
ATOMiSQue !
9/10
Award Valeur sûre 2021
Partager cet article

Après l'ATOM, le contrôleur dédié au pilotage de la STAN du fabricant américain sorti il y a trois ans, Presonus nous propose l'ATOM SQ, vendu aux alentours de 239 €. 

Test du Presonus Atom SQ : ATOMiSQue !

PreSonus ATOM SQ : atom-sq_frontL’ATOM SQ est livré avec un câble USB-C et un guide de démar­rage rapide. Le mode d’em­ploi complet est dispo­nible en français, anglais, alle­mand et espa­gnol en télé­char­ge­ment sur le site de Preso­nus. Mais si l’on parle du contenu livré avec le contrô­leur, on notera surtout que ce dernier est accom­pa­gné comme l’ATOM premier du nom non seule­ment d’une licence d’Able­ton Live Lite mais surtout d’une licence de Studio One Artist, la version déjà très complète de la STAN de Preso­nus vendue habi­tuel­le­ment aux alen­tours de 99 € seule. Le tout est accom­pa­gné des biblio­thèques de sons EDM Elite Vol 1 et Dirty Elec­tro House, ainsi que du logi­ciel de gestion de firm­ware Univer­sal Control.

Exté­rieu­re­ment, l’ATOM SQ se présente comme un paral­lé­lé­pi­pède de 362 mm de large, 172 mm de profon­deur et 25 mm de haut, pour un poids de 910 grammes. L’in­ter­face est compo­sée de deux rangées de 16 pads RGB chacune, sensibles à la vélo­cité et à l’af­ter­touch poly­pho­nique, avec à leur gauche des boutons « + » et « - » sensibles eux aussi à la pres­sion. On trouve au-dessus des pads un ruban tactile hori­zon­tal. À gauche du ruban se situent les touches de trans­port surmon­tées par 8 boutons – A à H – servant suivant le cas à chan­ger de banque de batte­rie ou bien d’oc­tave pour le clavier de pads. À la droite du ruban tactile, on trouve des flèches de direc­tion et une touche shift qui permet­tra d’ac­cé­der à des fonc­tion­na­li­tés alter­na­tives. Au-dessus, nous décou­vrons un écran couleur de petite taille mais à l’af­fi­chage détaillé, avec deux rangées de 3 boutons chacune au-dessus et en dessous de lui, une rangée verti­cale de 4 boutons à sa gauche et deux boutons surmon­tés d’un poten­tio­mètre sans fin cranté. C’est égale­ment dans cette partie de l’ap­pa­reil que l’on trouve le bouton setup qui nous permet d’ac­cé­der à la confi­gu­ra­tion du contrô­leur. Huit autres poten­tio­mètres sans fin et non cran­tés quant à eux occupent la partie centrale supé­rieure de l’in­ter­face utili­sa­teur. Et tout comme son prédé­ces­seur, l’ATOM SQ dispose égale­ment d’une LED repre­nant le logo de Studio One et qui s’éclaire en bleu lorsque l’ap­pa­reil est relié à une STAN compa­tible et en vert lorsqu’il est en mode MIDI stan­dard.

arriere.JPGEnfin, la face arrière propose une prise USB-C ainsi qu’un encoche de sécu­rité Kensing­ton, et rien d’autre.

On sera heureux de consta­ter qu’à l’ins­tar de l’ATOM premier du nom, la fabri­ca­tion inté­gra­le­ment en plas­tique de l’ATOM SQ ne trahit à première vue aucun défaut et dégage même une agréable sensa­tion de qualité, prin­ci­pa­le­ment due aux potards bien ancrés sur leur axe et aux pads qui ne branlent pas dans leur embase.

Setup au top

Nous ne nous éten­drons pas sur le menu de confi­gu­ra­tion inté­gré qui permet de régler la lumi­no­sité de l’écran ainsi que des LEDs des diffé­rents pads et boutons rétroé­clai­rés, de régler la nature de l’af­ter­touch (éteint, mono ou poly­pho­nique, ou encore s’il doit envoyer un message CC) ainsi que son seuil d’ac­ti­va­tion, de régler la sensi­bi­lité des pads à la vélo­cité, de défi­nir si les boutons A-H doivent servir de sélec­teurs de banque et d’oc­tave ou plutôt envoyer des messages CC, de choi­sir entre les modes MCU, HUI ou tout simple­ment MIDI, de déclen­cher le mode « Mardi Gras » qui provoque l’illu­mi­na­tion de toutes les LEDs de l’ap­pa­reil, de reve­nir aux réglages par défaut ou encore d’af­fi­cher la version actuelle du firm­ware.

Tout cela, nous sommes bien heureux de savoir que nous pouvons y accé­der via le bouton « Setup » en haut à droite, mais je sais que ce n’est pas ce qui vous inté­resse le plus ! Passons donc aux choses sérieuses.

Un air de famille

Comme son prédé­ces­seur, l’ATOM SQ est prin­ci­pa­le­ment destiné au contrôle de Studio One – la STAN de Preso­nus – et un peu plus acces­soi­re­ment d’Able­ton Live. Une confi­gu­ra­tion MIDI stan­dard est égale­ment dispo­nible mais offre par défi­ni­tion une inté­gra­tion beau­coup moins pous­sée que les templates consa­crés aux séquen­ceurs sus-cités.

Le travail avec le contrô­leur va s’axer autour de quatre modes: « Song », « Instru­ments », « Editor » et « User », sur lesquels nous revien­drons en détail au fil de ce banc d’es­sai. L’ac­ti­va­tion de chacun de ces modes provoquera la mise à dispo­si­tion de fonc­tion­na­li­tés spéci­fiques acces­sibles et réglables via l’écran et les commandes qui l’en­tourent, tout comme l’af­fec­ta­tion des autres éléments de contrôle (pads et pous­soirs) à des usages spéci­fiques à chacun de ces modes.

ATOM SQ Control Link.JPGAinsi, les pads servi­ront le plus souvent d’in­ter­face de jeu, mais permet­tront égale­ment dans certains cas parti­cu­liers de pilo­ter le séquen­ceur pas-à-pas de Studio One ou bien la matrice de clips d’Able­ton Live. Les touches de trans­port qui béné­fi­cient toutes de fonc­tion­na­li­tés alter­na­tives conser­ve­ront à de minimes excep­tions près les mêmes fonc­tions quel que soit le contexte. Le touch strip pourra être affecté à diffé­rentes desti­na­tions (molette de modu­la­tion, etc) ainsi qu’au fameux système Control Link de Studio One grâce auquel on peut affec­ter dyna­mique­ment tout contrô­leur externe à n’im­porte quel para­mètre MIDI de la STAN ou des plug-ins utili­sés. On notera qu’un même mode pourra recou­vrir des réali­tés assez diffé­rentes en fonc­tion du contexte et de la STAN employée. Enfin puisque j’ai déjà évoqué plusieurs fois l’ATOM premier du nom, on notera que l’on peut parfai­te­ment utili­ser les deux appa­reils en paral­lèle et selon des modes diffé­rents: ils seront alors parfai­te­ment complé­men­taires.

Mais trêve de géné­ra­li­tés, voyons un peu plus en détail comment tout cela fonc­tionne !

Au zénith de MIDI

Avant de nous inté­res­ser aux deux contextes d’uti­li­sa­tion pour lesquels l’ATOM SQ a été prévu – à savoir le pilo­tage de Studio One et d’Able­ton Live – je vous propose d’ex­plo­rer ensemble ce que l’ap­pa­reil nous offre en termes de contrôles dans le cadre d’une utili­sa­tion MIDI stan­dard.

Nous passe­rons rapi­de­ment sur le mode « Song » qui dans ce contexte n’offre que la possi­bi­lité d’as­si­gner à des para­mètres de notre choix les 6 boutons au-dessus et au-dessous de l’écran. Le mode instru­ments s’avère déjà plus riche. On peut en effet agen­cer les pads selon trois confi­gu­ra­tions distinctes – « blocks », « conti­nuous » ou « key » – afin d’adap­ter au mieux leur confi­gu­ra­tion aux besoins de jeu. On accède égale­ment au réglage de la tessi­ture que l’on pourra dépla­cer par octave ou bien par pas indi­vi­duel – ton ou demi-ton, selon la gamme que l’on aura dési­gnée ici aussi. On pourra enfin choi­sir d’ap­pliquer ou non la vélo­cité maxi­male aux pads. Ce qui s’avère bien plus inté­res­sant, c’est que c’est égale­ment dans le mode « Song » que l’on agit sur l’ar­pé­gia­teur inté­gré du SQ dans un contexte d’uti­li­sa­tion MIDI stan­dard. Alors certes, cet arpé­gia­teur ne propose rien de vrai­ment révo­lu­tion­naire, mais c’est toujours très agréable de trou­ver ce genre d’ou­til.

touches de transport.JPGLe mode « Editor » quant à lui permet d’af­fec­ter aux diffé­rents éléments de contrôle – pads, potards, boutons pous­soirs et touchs­trip – un numéro de canal MIDI, voire de message CC et même dans certains cas d’am­pli­tude d’ef­fet. En mode « User » enfin, on peut défi­nir l’af­fec­ta­tion du touchs­trip, celle des touches « + » et « - », et choi­sir entre 2 banques diffé­rentes pour les boutons A à H et 8 banques diffé­rentes pour les potards. Arrivé à ce stade du banc d’es­sai, on ne peut déjà que féli­ci­ter Preso­nus de nous livrer un outil somme toute complet pour le pilo­tage des STANs non suppor­tées nati­ve­ment par le système, là où de nombreux concur­rents se seraient conten­tés d’une confi­gu­ra­tion basique prévoyant le simple envoi de messages de « Note On » ou de CC via tous les éléments de contrôle.

Et si l’édi­teur améri­cain propose un outil aussi complet pour le contrôle MIDI stan­dard, qu’est-on en droit d’at­tendre lorsqu’il s’agit de pilo­ter la STAN pour laquelle l’ATOM SQ a été spéci­fique­ment déve­loppé?

Avec le Studio premier du nom ?

Lais­sez-moi vous donner la réponse : on peut s’at­tendre à un sacré paquet de fonc­tion­na­li­tés ! Ainsi dans le template dédié à Studio One, le mode « Song » permet de gérer tous les para­mètres géné­raux asso­ciés au pilo­tage de la STAN, comme la gestion du tempo, la sélec­tion d’une zone pour le bouclage, l’ad­di­tion de marqueurs et la possi­bi­lité de navi­guer entre eux. Contrai­re­ment à l’ATOM « non-SQ », on peut main­te­nant affi­cher l’ins­pec­teur de piste ainsi que la console de mixage et pilo­ter diffé­rents éléments de cette dernière (volume, solo, mute et rec) piste par piste via les fonc­tion­na­li­tés par défaut. Dans ce template, la touche A permet de simu­ler l’uti­li­sa­tion d’une pédale, alors que les touches B à H permettent de trans­po­ser les pads par octave. On a aussi le plai­sir de décou­vrir que Preso­nus tire plei­ne­ment partie des 8 potards présents. En effet lorsque le focus du Control Link n’est pas asso­cié à un plug-in en parti­cu­lier mais à l’en­semble du projet, Preso­nus a programmé par défaut toute une série de fonc­tion­na­li­tés très pratiques pour ces boutons rota­tifs.

vertical.JPGVia le mode « Song », on accède égale­ment à la piste d’ar­ran­ge­ment de Studio One. Les utili­sa­teurs de la STAN de Preso­nus connaissent cette fonc­tion qui permet de défi­nir aisé­ment les diffé­rentes parties de votre morceau en leur attri­buant un nom et la possi­bi­lité de les trai­ter chacune comme une entité à part entière au sein de cette piste spéciale qu’est la « piste arran­geur ». Il s’agit d’une fonc­tion­na­lité parti­cu­liè­re­ment pratique puisqu’elle permet de réduire en quelque sorte toutes les pistes d’un projet en une seule pour ce qui concerne l’ar­ran­ge­ment, tout en conser­vant l’au­to­no­mie de chaque piste indi­vi­duelle pour ce qui concerne le trai­te­ment audio, le mixage, etc. Dans le détail, l’Atom SQ permet d’ac­ti­ver ladite piste arran­geur, de défi­nir auto­ma­tique­ment comme une section d’ar­ran­ge­ment la zone tempo­relle actuel­le­ment sélec­tion­née, de zoomer sur celle-ci, de la suppri­mer ou encore de navi­guer entre elle et ses petites copines.

On accède égale­ment dans le mode « Song » au brow­ser d’ef­fet, ce qui marque une diffé­rence avec l’ATOM premier du nom qui ne permet­tait d’ou­vrir que le brow­ser d’ins­tru­ments. Ce mode permet égale­ment d’ou­vrir tous les effets d’in­sert de chaque piste, de les sélec­tion­ner indi­vi­duel­le­ment et d’agir sur un certain nombre de para­mètres prédé­fi­nis via les potards, des affec­ta­tions que l’on pourra bien entendu modi­fier à sa guise grâce au Control Link. Pour ce qui est du choix des presets, celui-ci se fait égale­ment direc­te­ment à partir du SQ. Le brow­ser instru­ments est ici acces­sible via le mode du même nom. On béné­fi­cie pour les instru­ments des mêmes possi­bi­li­tés d’ac­tion que pour les effets. Par rapport à l’ATOM premier du nom, on gagne égale­ment la possi­bi­lité d’ac­cé­der direc­te­ment aux effets MIDI tels que l’ar­pé­gia­teur de Studio One ou le géné­ra­teur d’ac­cords. En parlant d’ef­fets MIDI, le Note Repeat peut lui aussi être para­mé­tré ici, avec des cadences ryth­miques allant de la blanche à la quadruple-croche, en binaire et en ternaire, une longueur de note modi­fiable et la possi­bi­lité d’af­fec­ter l’af­ter­touch à la vélo­cité des notes main­te­nues afin de créer des accen­tua­tions lors de la répé­ti­tion.

écran.JPGC’est toujours dans le mode « Song » que l’on pourra modi­fier les para­mètres de la matrice de pads afin d’agen­cer ces derniers pour le jeu. On peut ainsi choi­sir d’af­fi­cher 13 modes et gammes diffé­rentes avec la tonique de son choix, et ce sous la forme d’un clavier clas­sique (incluant les notes étran­gères au mode ou à la gamme ainsi que des pads inuti­li­sés), sous la forme d’un clavier « continu » (avec les notes étran­gères mais sans les pads inuti­li­sés) et enfin sous la forme d’un clavier « scale only » (sans les notes étran­gères ni les pads inuti­li­sés). Selon l’agen­ce­ment choisi, on peut ainsi couvrir d’un peu plus de deux octaves à plus de quatre octaves pour l’en­semble des pads. La tessi­ture concer­née pourra être déca­lée vers le haut ou le bas par paliers de notes ou d’oc­taves. Et enfin on pourra acti­ver ou désac­ti­ver la vélo­cité maxi­male pour les pads. C’est égale­ment dans cette section que l’on para­mètre la desti­na­tion du touch strip. Il peut ainsi agir en tant que molette de pitch bend, de modu­la­tion, de pédale d’ex­pres­sion, de contrô­leur de souffle ou bien encore être relié au Control Link pour pouvoir être affecté à n’im­porte quel para­mètre du projet.

On pourra en revanche être un peu surpris de trou­ver dans cette même section des fonc­tions que l’on aurait plutôt attendu au sein du segment « Song », telles que la possi­bi­lité d’ajou­ter une séquence ou bien un clip et d’en ajus­ter la longueur. Mais peu importe où sont situées ces fonc­tions, l’es­sen­tiel étant surtout qu’elles soient présentes! Et puisque l’on évoque les séquences et les clips, c’est via le mode editor que les événe­ments qu’ils contiennent peuvent être mani­pu­lés. L’ATOM SQ permet de sélec­tion­ner les événe­ments conte­nus dans un clip, de les quan­ti­ser, d’ac­ti­ver ou de désac­ti­ver le magné­tisme de la grille de quan­ti­fi­ca­tion ainsi que de défi­nir la réso­lu­tion de cette dernière. On peut bien sûr égale­ment modi­fier la hauteur des événe­ments concer­nés ainsi que leur vélo­cité et les dépla­cer laté­ra­le­ment pour corri­ger une erreur ryth­mique ou assou­plir la rigueur de la quan­ti­sa­tion. D’ailleurs, ceci peut égale­ment être obtenu de manière auto­ma­tique grâce à la fonc­tion « Huma­nize ». Enfin on pourra décou­per les événe­ments MIDI en autant de subdi­vi­sions de la grille que l’on souhaite, les étendre ou les répé­ter jusqu’à la fin du clip ou encore dispat­cher l’en­semble des événe­ments d’un clip sur autant de nouvelles pistes MIDI que néces­saire.

écran 2.JPGTout comme on peut agir sur les événe­ments MIDI conte­nus dans les clips, on peut égale­ment le faire sur les éléments consti­tu­tifs des séquences pas-à-pas, appe­lées « patterns » dans le jargon de Studio One. C’est ici que la matrice de pads change pour la première fois et où les diffé­rents agen­ce­ments de type « clavier » laissent place à une confi­gu­ra­tion de step sequen­cer, avec la ligne supé­rieure dévo­lue au choix des notes et une ligne infé­rieure dédiée à l’em­pla­ce­ment ryth­mique de ces dernières. Chacun des pas de séquence béné­fi­cie d’un réglage indi­vi­duel de la vélo­cité, du taux de répé­ti­tion, de retard ou en de la proba­bi­lité que la note soit jouée ou non. C’est égale­ment ici que l’on pourra déve­lop­per des séquences diver­gentes appe­lées « varia­tions ». Enfin, le mode User comme son nom l’in­dique permet d’af­fec­ter libre­ment 48 para­mètres aux boutons de l’écran. Tout comme pour l’ATOM premier du nom, les affec­ta­tions se font encore une fois grâce à la fenêtre de Control Link dans Studio One, et elles recouvrent toutes les actions dispo­nibles au sein du logi­ciel ou même encore les macros que l’on aura soi-même défini.

Nous avions déjà souli­gné dans notre banc d’es­sai du modèle précé­dent qu’il était possible de réali­ser dans Studio One une maquette simple en se servant quasi exclu­si­ve­ment du contrô­leur et en ne recou­rant à la souris qu’en de rares moments. On peut dire qu’avec l’ATOM SQ, à la fois ces moments se sont faits encore plus rares, mais surtout on peut être beau­coup plus ambi­tieux dans le type de travail que l’on pourra effec­tuer avec ce contrô­leur. L’in­té­gra­tion du SQ avec la STAN de Preso­nus s’avère donc une réus­site complète. Il est donc temps de nous inté­res­ser à la manière dont le contrô­leur échange avec l’autre STAN pour laquelle il est prévu: Able­ton Live.

Et pour Live ?

blocks.JPGCe que nous avions constaté pour L’ATOM se répète ici : le template dédié à Able­ton Live est bien entendu moins riche que celui déve­loppé pour Studio One, et encore une fois, c’est tout à fait normal !

Mais si l’on perd en nombre de fonc­tion­na­li­tés par rapport à ce qui nous est proposé dans le template de Studio One, on en gagne par ailleurs certaines spéci­fiques à la STAN d’Able­ton. Par exemple, les deux lignes de pads se trans­forment dans le mode « Song » du template Able­ton en une mini-matrice dont la ligne supé­rieure est dédiée au lance­ment de clips et celle du bas au choix la sélec­tion de pistes ou à l’ar­rêt de clips. Une autre fonc­tion spéci­fique de Live pilo­tée par l’ATOM SQ est le cross­fade, qui est ici pris en charge par le touch strip. Les touches A, B, D et H permettent d’al­ter­ner entre les deux fameuses vues « session » et « arran­ge­ment », d’ou­vrir le brow­ser (mais sans sélec­tion­ner d’élé­ment), d’af­fi­cher les détails de pistes et d’al­ter­ner entre l’af­fi­chage de ces derniers et l’af­fi­chage du contenu des clips. Enfin, l’écran et les boutons qui l’en­tourent permettent de navi­guer entre les pistes et d’ac­cé­der à toutes les fonc­tion­na­li­tés stan­dard les concer­nant (arme­ment, solo, etc.), ainsi que le lance­ment de scène et l’ar­rêt de clips. Cette fonc­tion faisant doublon avec celle asso­ciée aux pads, on peut choi­sir de se consti­tuer la confi­gu­ra­tion que l’on jugera la plus appro­priée. On appré­ciera parti­cu­liè­re­ment plusieurs choses dans ce mode. Tout d’abord, les potards pilotent pour chaque piste non seule­ment le volume et le pano­ra­mique, mais égale­ment les envois jusqu’à 6 pistes auxi­liaires. Ensuite, le potard à droite de l’écran permet de dépla­cer libre­ment le curseur de lecture de Live. Et enfin, on peut acti­ver la fonc­tion de capture MIDI si pratique de Live.

En mode Instru­ment, on retrouve des fonc­tion­na­li­tés iden­tiques ou proches de celles du template de contrôle MIDI stan­dard en ce qui concerne les pads: on peut ainsi choi­sir la gamme ou le mode utili­sés ainsi que leur tonique, les trois mêmes agen­ce­ments de pads ainsi que les mêmes possi­bi­li­tés de trans­po­si­tion et de gestion de la vélo­cité. Enfin, on retrouve ici égale­ment l’ar­pé­gia­teur mentionné en début d’ar­ticle.

Mais ce sont au niveau des deux modes suivants que les diffé­rences d’avec le template dédié à Studio One se font les plus marquantes. Ici en effet le mode « Editor » ne permet pas du tout d’agir sur les événe­ments des clips, mais unique­ment de navi­guer entre les plug-ins d’une piste et de contrô­ler leurs para­mètres asso­ciés au système de macros de Live. Le mode « User » quant à lui se diffé­ren­cie de son équi­valent « Studio One » en ceci que ce ne sont plus ici les boutons d’écran que l’on affecte libre­ment, mais les potards rota­tifs, selon six banques, auto­ri­sant donc le pilo­tage de 48 para­mètres.

Conclu­sion

Donc oui, je le dis encore une fois, le template réservé à Able­ton Live est moins complet que celui dédié à Studio One. Certes, et alors? L’ATOM SQ a beau dispo­ser d’un template pour la STAN berli­noise ainsi que d’un système de contrôle MIDI stan­dard, c’est quand même prin­ci­pa­le­ment de la la STAN de Preso­nus qu’il tire son ADN. L’in­té­gra­tion du contrô­leur avec Studio One est de telle qualité qu’elle rend pour le coup l’usage de la souris réel­le­ment super­flu dans 90 % des cas, presque à la mesure d’un Push (j’ai dit presque!). Au tarif auquel l’ATOM SQ est vendu, les aficio­na­dos de Studio One n’ont aucune excuse de s’en passer, et ceux qui souhai­te­raient s’ini­tier à la STAN de Preso­nus béné­fi­cient en plus d’une licence « Artist » du logi­ciel livrée avec l’ap­pa­reil.

9/10
Award Valeur sûre 2021
Points forts
  • l'intégration dans Studio One
  • le prix
  • la richesse des fonctionnalités, dont l'arpégiateur
  • on se passe réellement de la souris...
Points faibles
  • ...mais beaucoup moins dans Ableton Live
  • forcément moins intéressant pour les autres STAN malgré un système de contrôle MIDI standard plutôt riche

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.