LiveAujourd'hui à 12h30, on étudie les différentes offres de la Komplete 14 et on tire des conclusions
Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Novation Launchpad Mini mk3
Photos
1/83

Test du contrôleur à pad Novation Launchpad Mini mk3

Contrôleur à pads MIDI de la marque Novation appartenant à la série Launchpad

test
7 réactions
Trois petits pads et puis s'en va
7/10
Partager cet article

Comme vous le savez, Novation nous a gratifié cet automne d’une refonte complète de sa gamme de contrôleurs dédiés à Ableton Live. Après le Launchpad X et le Launchkey Mini Mk3, c’est aujourd’hui le Launchpad Mini Mk 3 qui fait l’objet de toute notre attention !

Test du contrôleur à pad Novation Launchpad Mini mk3 : Trois petits pads et puis s'en va

Le Launch­pad Mini a depuis son lance­ment en 2014 toujours été très appré­cié en tant que version réduite et pour­tant fonc­tion­nelle de son grand frère le Launch­pad. Vendu aujour­d’hui toujours au même tarif que ses prédé­ces­seurs, soit aux alen­tours de 99 €, il est accom­pa­gné de la même suite logi­cielle que les Launch­pad X et Laun­ch­key Mini que nous avons égale­ment testés ici et . Je vous invite d’ailleurs à consul­ter les articles en ques­tion en plus de celui-ci pour béné­fi­cier d’une vue d’en­semble, notam­ment en ce qui concerne le logi­ciel de para­mé­trage « Compo­nents » commun à tous les appa­reils les plus récents de la marque anglaise.

Pour ce qui est du présent banc d’es­sai, je vous invite à nous y consa­crer de ce pas.

Le tour du padrié­taire

sessionLe Launch­pad Mini Mk3 se présente sous la forme d’un carré de 180 × 180 × 14, 2 mm et 380 g. Si nous retrou­vons la tradi­tion­nelle grille de 8×8 pads,  elle n’est cette fois-ci sensible ni à la vélo­cité et encore moins à l’af­ter­touch. Les LED qui la rétro-éclairent sont main­te­nant en revanche RVB et reprennent les couleurs des clips de la matrice de mode « Session » d’Able­ton Live. Comme sur tous les Launch­pad, on trouve au-dessus les boutons d’ac­cès et de navi­ga­tion au sein de la matrice de clips, ainsi que les boutons d’ac­ti­va­tion des diffé­rents modes de jeu du Launch­pad Mini. La colonne de boutons à droite permet le lance­ment de scènes et l’ac­cès aux fonc­tions de coupure et de mise en solo des pistes ainsi que d’ex­tinc­tion des clips.

La tranche supé­rieure de l’ap­pa­reil regroupe comme pour le Launch­pad X une prise USB C et une encoche de sécu­rité Kensing­ton. Enfin, toujours dans la droite ligne de la nouvelle gamme de produits de Nova­tion, la face infé­rieure présente un ruban caou­tchouté qui en fait tout le tour et assure une parfaite adhé­rence du Launch­pad Mini sur toute surface qui lui servira de support. 

On notera que la qualité de fabri­ca­tion est au rendez-vous, comme souvent chez Nova­tion, et que les nouveaux pads sont parti­cu­liè­re­ment agréables au toucher.

Pada­mé­trage 1

Pour rester dans les points communs avec ses petits cama­rades, le Launch­pad Mini Mk3 est reconnu dès la connexion à votre ordi­na­teur comme une unité de stockage externe conte­nant les liens html néces­saires à l’en­re­gis­tre­ment du produit. Une fois cette étape fran­chie, vous pouvez confi­gu­rer les fonc­tions de base de l’ap­pa­reil à l’image du Launch­pad X grâce à deux modes dédiés: le mode « Boot­loa­der » et le mode « Settings ». Le premier est iden­tique à celui du Launch­pad X et le second reprend unique­ment l’écran consa­cré à la gestion de la lumi­no­sité des pads, le Launch­pad Mini étant toujours démuni d’une quel­conque sensi­bi­lité à la vélo­cité et à l’af­ter­touch tout comme ses prédé­ces­seurs. Une fois l’ap­pa­reil confi­guré selon vos désirs, l’heure du jeu est arri­vée !

Jeux de pads

drumsÀ l’ins­tar de l’en­semble de la famille « Launch­pad », le mode de jeu prin­ci­pal du Mini Mk3 est le mode « Session ». Ici aussi, on peut se dépla­cer au sein de la matrice de clips et acti­ver ceux-ci indi­vi­duel­le­ment grâce aux pads ou par scènes entières (les rangées de clips) via la colonne de boutons à la droite de l’ap­pa­reil. Mais ici et à la diffé­rence des autres Launch­pad, le dernier bouton de la colonne ne remplit pas la même fonc­tion que ses petits cama­rades. Il ne sert en effet plus à lancer de scène mais c’est grâce à lui que l’on acti­vera ou désac­ti­vera les pistes, les mettra en solo ou comman­dera l’ex­tinc­tion des clips indi­vi­duels.

Après le mode « Session » nous en décou­vrons trois autres respec­ti­ve­ment dénom­més « Drums », « Keys » et « User ». Les deux premiers sont iden­tiques à ceux que l’on peut trou­ver sur le Launch­pad X. Drums nous offre ainsi une divi­sion de la surface de jeu en quatre sous-ensembles repre­nant chacun le layout habi­tuel de 16 pads façon MPC. Le mode « Keys » quant à lui nous offre quatre octaves de gamme chro­ma­tique.

Enfin, le mode « User » est une version du mode « Drums » dans laquelle les pads sont éteints par défaut auto­ri­sant par là-même la créa­tion de séquences lumi­neuses. Seul le dernier mode porte la déno­mi­na­tion « User », mais ne nous leur­rons pas : « Drums » et « Keys » peuvent tout autant que lui être modi­fiés ou rempla­cés par des templates person­nels et ce n’est pas un hasard si ces trois modes ont été regrou­pés sous la déno­mi­na­tion géné­rale « Custom ». Le para­mé­trage se fait comme pour tous les autres produits Nova­tion de ces quatre dernières années via le logi­ciel Compo­nents.

Pada­mé­trage 2

Nous avons déjà plusieurs fois évoqué ce logi­ciel mais je tiens à reve­nir dessus dans le cadre du présent test afin d’en re-souli­gner certaines carac­té­ris­tiques mais égale­ment d’ap­por­ter des infor­ma­tions complé­men­taires.

componentsNous retrou­vons ici les trois modes d’usine « Drums », « Keys » et « User ». S’ils subissent des modi­fi­ca­tions, ils devront être sauve­gar­dés sous un autre nom ce qui vous assure qu’au­cun template d’ori­gine ne pourra être défi­ni­ti­ve­ment écrasé ou effacé. Les modi­fi­ca­tions s’ef­fec­tuent de manière très simple en faisant glis­ser des éléments sur une repré­sen­ta­tion virtuelle de l’ap­pa­reil hard­ware concerné. Ces éléments sont appe­lés « Widgets » et peuvent être des faders virtuels hori­zon­taux ou verti­caux, des boutons indi­vi­duels de control change, de program change ou bien des notes indi­vi­duelles, des gammes ou encore un layout « MPC », chacun étant bien entendu para­mé­trable. Pour vous donner un exemple, je me suis consti­tué un petit template regrou­pant des boutons envoyant des messages de control change que j’ai ensuite asso­cié aux prin­ci­pales fonc­tions de trans­port et d’en­re­gis­tre­ment ainsi qu’à celles de gestion du tempo et du métro­nome. Les templates ainsi créés peuvent être échan­gés entre le Launch­pad Mini Mk 3 et le Launch­pad X. Mais si l’on appré­cie les possi­bi­li­tés offertes par le para­mé­trage des fonc­tion­na­li­tés du Launch­pad Mini 3e du nom, force est de consta­ter que ce système comporte des failles impor­tantes et que ces dernières rendent d’au­tant plus incom­pré­hen­sibles certains choix de Nova­tion sur lesquels nous allons nous pencher main­te­nant.

Pada­tras

purplegreenCela devient une habi­tude depuis que nous testons la dernière série de produits de chez Nova­tion : c’est autour de Compo­nents que vont s’ar­ti­cu­ler les reproches concer­nant l’objet du test, en l’oc­cur­rence le Launch­pad Mini Mk3. Nous pour­rons commen­cer par regret­ter que nous ne puis­sions pas asso­cier de commande textuelle aux pads. Nous aurions pu ainsi par exemple confi­gu­rer une fonc­tion de sauve­garde, ou plus simple­ment même une fonc­tion de quan­ti­fi­ca­tion qui aurait tout à fait trouvé sa place dans mon petit template person­nel de trans­port et d’en­re­gis­tre­ment décrit dans le para­graphe précé­dent. Tant pis. On regret­tera égale­ment le manque de simpli­cité dans l’échange de templates entre le Launch­pad Mini Mk3 et le Launch­pad X, la procé­dure étant parti­cu­liè­re­ment lourde. On répé­tera ici notre décep­tion déjà affir­mée lors du test du Launch­pad X de ne pas trou­ver de templates prévus pour le pilo­tage d’autres STAN à matrices de clips qu’Able­ton Live telles que FL Studio ou Bitwig, faille que nous avions déjà rele­vée lors du test concer­nant le Launch­pad X et qui nous semble d’au­tant plus incom­pré­hen­sible que les précé­dents contrô­leurs à pads de Nova­tion ont repré­senté pour les utili­sa­teurs de ces STAN une excel­lente alter­na­tive au duo Push/Live. Je suis égale­ment toujours aussi perplexe devant l’aban­don de la compa­ti­bi­lité avec le module Max4­Live de step-sequen­cing déve­loppé par Nova­tion eux-mêmes et j’es­père que Nova­tion trou­vera le moyen de remé­dier assez rapi­de­ment à ces manques. 

Mais il me faut à présent vous faire part de ce qui m’a le plus embar­rassé dans ma rela­tion avec le Launch­pad, et j’in­tro­dui­rai cette partie par trois consta­ta­tions préli­mi­naires qui pour­raient appa­raître rela­ti­ve­ment anodines au premier abord :  les faders virtuels ne sont pas dimen­sion­nables, le nombre de modes custo­mi­sables est limité à trois préci­tés et l’en­semble des commandes n’est pas dyna­mique­ment affec­table en fonc­tion des pistes affi­chées sur la matrice de clips.

multicolorEt quelles sont les consé­quences de ces trois limi­ta­tions ? Elles empêchent tout simple­ment de compen­ser effi­ca­ce­ment ce qui est pour moi le choix le plus inex­pli­cable de Nova­tion concer­nant le Launch­pad Mini Mk3 : l’aban­don pur et simple des fonc­tions de mixage ! Oui, vous avez bien lu, le Mini Mk3 ne permet plus du tout de contrô­ler les gains, les pano­ra­miques et les envois auxi­liaires comme par le passé ! Si lesdites fonc­tions se sont toujours trou­vées limi­tées sur les premiers modèles de Launch­pad et la série « mini » du fait de l’ab­sence de sensi­bi­lité de leurs pads à la vélo­cité, elles n’en étaient pas moins appré­ciées des perfor­mers auxquels elles offraient un regain d’ex­pres­si­vité. Et c’est là que les limi­ta­tions de para­mé­trage se font parti­cu­liè­re­ment sensibles. Car le fait de ne pouvoir redi­men­sion­ner les faders empêche de réunir le contrôle du volume, du pano­ra­mique et des envois auxi­liaires sur le seul mode « User », et la limi­ta­tion à trois modes custo­mi­sables oblige alors à se passer du mode « Keys », du mode « Drums » ou bien des deux à la fois. Enfin, le manque d’af­fec­ta­tion dyna­mique bloquera chacun de vos contrôles à une seule piste ou un seul para­mètre (pour un maxi­mum de huit), quel que soit l’en­semble de pistes affi­ché sur votre matrice de pads.

Et pour couron­ner le tout, Nova­tion se permet en plus de suppri­mer en toute tranqui­lité la fonc­tion d’ar­me­ment des pistes, suppres­sion elle aussi compen­sable que partiel­le­ment et selon les mêmes contraintes citées précé­dem­ment.

Mais qu’est-il passé par la tête des concep­teurs anglais ? Ces deux suppres­sions sont abso­lu­ment absurdes et font à mon sens perdre une grande part de l’in­té­rêt que l’on peut porter au produit, pour­tant vendu au même prix que son prédé­ces­seur… et que le Laun­ch­key Mini 3 qui quant à lui regorge de fonc­tion­na­li­tés en compa­rai­son ! Ces modi­fi­ca­tions auraient peut-être pu faire sens si les concep­teurs du Launch­pad Mini Mk3 avaient souhaité faire de leur appa­reil un pur outil de gestion de matrice de clips, mais il aurait fallu dans ce cas-là le doter au moins d’une fonc­tion­na­lité de copie et suppres­sion de clips et de pistes, déses­pé­ré­ment absente de toute cette nouvelle gamme de produits.

Conclu­sion

Alors au final, que penser de cette dernière itéra­tion en date du Launch­pad mini ? J’avoue qu’elle me laisse perplexe à bien des égards. Je ne comprends notam­ment pas le choix de Nova­tion d’aban­don­ner la fonc­tion d’ar­me­ment des pistes ainsi que toutes les fonc­tions de mixage, qui malgré leurs limi­ta­tions appor­taient un supplé­ment d’ex­pres­si­vité toujours bien­venu. On pour­rait certes imagi­ner que ces suppres­sions visent à dédier l’ap­pa­reil exclu­si­ve­ment à la pure gestion de matrice de clips, ce qui nous fait d’au­tant plus regret­ter que Nova­tion n’aille pas au bout du concept en propo­sant enfin la copie et suppres­sion de clips et pistes. Certes, le mini Mk3 gagne sur ses prédé­ces­seurs la possi­bi­lité de béné­fi­cier de templates confi­gu­rables, mais ces derniers ne compensent que très partiel­le­ment les fonc­tion­na­li­tés suppri­mées. Enfin, on ne comprend pas que ce produit soit vendu au même prix que le Laun­ch­key Mini qui le ridi­cu­lise en termes de possi­bi­li­tés. Dans l’état actuel des choses, je ne peux donc pas du tout conseiller l’achat de ce produit et vous invi­te­rais plutôt à vous procu­rer un Launch­pad Mini Mk2 d’oc­ca­sion. À moins bien entendu que Nova­tion se réveille et propose des mises à jour de firm­ware et des templates d’usine à même de redon­ner au Launch­pad Mini Mk3 l’in­té­rêt fonc­tion­nel qui lui fait actuel­le­ment défaut !

  • setup
  • session
  • drums
  • gammes
  • components
  • purplered
  • bluepink
  • deeppurple
  • deepblue
  • bluegreen
  • purplegreen
  • blue
  • red
  • purple
  • pinkblue
  • multicolor
  • bluecommand
  • green
  • redcommand3

 

7/10
Points forts
  • Qualité de fabrication
  • Pads RGB nouveaux sur la série « mini »
  • Templates configurables et échangeables avec le Launchpad X
Points faibles
  • Abandon des fonctions de mixage d'usine
  • Abandon de la fonction d'armement de piste
  • Abandon de la compatibilité avec le module Max4Live maison de step-séquencing
  • Compensation uniquement partielle des fonctions supprimées par les nouvelles possibilités de customisation
  • Les défauts récurrents de Components
  • Même prix que le Launchkey Mini Mk3 beaucoup plus riche en fonctionnalités

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.