Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Portrait d'une Icon
9/10
Partager cet article

Après le test de la réverbération DVR250-DT, je vous propose aujourd'hui de voir ce qu'un autre joujou de la série Icon de TC Electronic a dans le ventre. Comme les autres produits de la gamme, le TC2290-DT se compose d'un plug-in inspiré d'un appareil hardware associé à un contrôleur physique dédié. Cette fois-ci, le constructeur n'est pas allé chercher l'inspiration très loin puisque ce modèle est basé sur le delay au format rack TC 2290 qui a fait la gloire de la marque dans les années 80. Ce portage virtuel sera-t-il à la hauteur de son illustre aïeul ? C'est ce que nous allons découvrir de ce pas…

That '80s Show

Sorti en 1985, le delay TC 2290 est rapi­de­ment devenu un clas­sique et a su se faire une place de choix dans les plus grands studios comme au sein du rack de nombreux guita­ristes profes­sion­nels. D’ailleurs, l’un des plus célèbres aficio­na­dos de la bête n’est autre que le guita­riste de U2, The Edge en personne, dont la pâte sonore n’au­rait indu­bi­ta­ble­ment pas été la même sans ce rack. Le contrô­leur de la version virtuelle qui nous inté­resse aujour­d’hui reprend le look de son ainé dans un format plus ramassé iden­tique au DVR250-DT précé­dem­ment testé. Du reste, ces deux contrô­leurs ont de nombreuses carac­té­ris­tiques en commun : 

  • Alimen­ta­tion via le câble USB 2.0 / micro-B (fourni – 150 centi­mètres envi­ron) ;
  • Châs­sis métal­lique solide comme un tank ;
  • Ni trop grand, ni trop petit ;
  • Incli­nai­son faci­li­tant l’uti­li­sa­tion ;
  • Absence d’un bouton d’al­lu­mage ;
  • Pas de mode MIDI géné­rique ;
  • Pas de chaî­nage USB entre plusieurs modèles de la série Icon.

UnitNotez que le TC2290-DT semble encore plus solide que le DVR250-DT. En effet, il n’y a pas cette fois-ci de joys­ticks possi­ble­ment fragiles, ce qui permet­tra en outre de plus faci­le­ment trans­por­ter l’en­gin au besoin ; et ce n’est pas plus mal car bien entendu, le contrô­leur fait office de dongle… Mais je ne vais pas m’étendre sur le sujet puisqu’il a large­ment été traité lors du précé­dent banc d’es­sai. À ce propos, je vous invite vrai­ment à lire ou relire ce dernier si vous souhai­tez en savoir plus sur l’ins­tal­la­tion, la synchro­ni­sa­tion hard­ware / soft­ware ou tout autre détail « pratico-pratique » car, plutôt que de réin­ven­ter la roue, je préfère me concen­trer sur les possi­bi­li­tés sonores offertes par la bestiole dans ce qui va suivre.

Le TC2290-DT est donc un plug-in de delay, mais pas n’im­porte lequel comme nous allons le voir en parcou­rant les diffé­rentes sections présentes sur le contrô­leur physique.

La section « Delay » située en haut à droite du contrô­leur permet bien entendu de régler le temps de retard et possède une fonc­tion de « Tap Tempo » fort pratique via le switch « Learn » ainsi qu’une LED jaune cligno­tant judi­cieu­se­ment au rythme du délai. C’est sympa mais jusqu’ici, il n’y a rien d’ex­tra­or­di­naire non plus. 

Là où ça commence à deve­nir inté­res­sant, c’est avec l’op­tion de synchro­ni­sa­tion au tempo de votre séquen­ceur. En effet, lors de son acti­va­tion, le délai se cale logique­ment sur des divi­sions tempo­relles synchro­ni­sées à l’hôte, mais le temps effec­ti­ve­ment indiqué l’est toujours en milli­se­condes. Or, en désac­ti­vant la synchro­ni­sa­tion, il est alors possible de modi­fier ce temps en restant autour de la valeur synchro… Ça n’a l’air de rien, mais c’est tout simple­ment fabu­leux pour faire « groo­ver » la ligne de retard en la plaçant au fond du temps ou en avance. Bien sûr, c’est faisable avec n’im­porte quel plug-in de delay, mais pas aussi simple­ment, d’au­tant que le contrô­leur permet d’au­to­ma­ti­ser ça en un tour­ne­main ! D’ailleurs, la section « Keyboard » façon clavier de calcu­la­trice en bas à droite du contrô­leur est un puis­sant outil pour ce genre de manoeuvre. Il est de fait possible de program­mer des sauts de valeur puisque la nouvelle valeur entrée via le clavier n’est effec­tive qu’une fois vali­dée par la touche « Enter ». À l’uti­li­sa­tion, c’est tout simple­ment un régal, et pas unique­ment pour le temps de retard car le « Keyboard » est utili­sable avec toutes les sections.

Dernière option de la section « Delay », le switch « Mod » active une fonc­tion de modu­la­tion du temps de retard qui se règle au coeur de la section située en haut à gauche.

PlugBapti­sée « Modu­la­tion OSC. / Thre­shold », cette section permet donc en premier lieu de faire varier le délai de plusieurs façons : LFO sinu­soï­dal ou aléa­toire, suiveur d’en­ve­loppe du signal en entrée (Env) ou déclen­che­ment en fonc­tion du niveau en entrée (Trig). Les para­mètres « Speed » et « Depth » permettent de gérer la vitesse et le champ d’ac­tion de ces quatre types de modu­la­tion. Rien qu’avec ça, il y a de quoi épicer plus ou moins subti­le­ment le rendu sonore afin d’ob­te­nir des effets divers et variés (chorus, flan­ger, doubleur, modu­la­tion de pitch). Mais l’en­gin ne s’ar­rête pas là ! En effet, cette section permet égale­ment de modu­ler le pano­ra­mique du signal retardé, du signal source, voire les deux, et ceux, grâce aux mêmes types de modu­la­tion présen­tés ci-dessus, mais indé­pen­dam­ment de la modu­la­tion du delay, cela va de soi. Cerise sur le gâteau, le TC2290-DT permet aussi d’ap­pliquer une modu­la­tion de la dyna­mique, toujours suivant les quatre types de modu­la­tion, de façon à obte­nir des effets de trémolo, ducking/gating delay, etc.

À l’usage, cette section est parti­cu­liè­re­ment jouis­sive tant elle permet d’al­ler au-delà des possi­bi­li­tés du simple delay à papa. Seule ombre au tableau, les LFO ne peuvent pas être synchro­ni­sés au tempo et tournent en roue libre sans aucun rapport avec la mise en lecture de votre STAN. Mora­lité, certains effets sont impré­vi­sibles et pas dans le bon sens du terme… Par exemple, un LFO sinu­soï­dal unique­ment appliqué au pano­ra­mique du signal retardé donnera un effet d’auto-pan qui ne partira pas toujours du même côté du champ stéréo. Ce n’est évidem­ment pas vrai­ment un souci lors d’une utili­sa­tion « Live », mais lors de la phase de mixage d’un titre, il vaudra mieux faire un rendu de l’ef­fet pour être sûr du résul­tat final et pouvoir ainsi travailler tranquille­ment. Pour se conso­ler, il y a tout de même une aide visuelle sous la forme d’une LED jaune qui clignote en fonc­tion de la modu­la­tion, c’est toujours ça de pris.

OriginalTermi­nons rapi­de­ment avec les deux dernières parties du contrô­leur. « Feed­back » permet en toute logique de gérer la quan­tité de signal réinjecté dans le délai avec bien entendu les clas­siques options de filtrages High et Low Cut. Enfin, la dernière section située au milieu du bas de l’in­ter­face est une zone fourre-tout bien pratique puisqu’il y est possible de navi­guer entre les diffé­rents presets, acti­ver ou désac­ti­ver le trai­te­ment, doser le mixage entre signal source / signal traité et accé­der à certains para­mètres avan­cés que l’on retrouve au coeur de l’in­ter­face virtuelle du plug-in. 

Comme vous pouvez le consta­ter, ce TC2290-DT est autre­ment plus dense que la réver­bé­ra­tion DVR250-DT. Ainsi, les possi­bi­li­tés sonores sont extrê­me­ment variées, mais il faut un certain temps pour appri­voi­ser la bête. Heureu­se­ment, le manuel (PDF unique­ment en anglais…) est très bien ficelé et c’est tant mieux car sa lecture me semble obli­ga­toire pour qui souhaite maîtri­ser ce delay. 

Avant de passer à la séance d’écoute, sachez d’une part que la consom­ma­tion de l’en­gin est on ne peut plus raison­nable – 0,1% de CPU sur mon Mac Pro fin 2013 (Hexa­coeur Xeon 3,5 GHz – 32 Go DDR3) et 2 samples de latence – et que d’autre part, ce beau joujou ne possède malheu­reu­se­ment pas de fonc­tion de compa­rai­son A/B. 

Over the Edge

Commençons par une ryth­mique de guitare élec­trique :

01_EdgeGtr_dry
00:0000:21
  • 01_EdgeGtr_dry00:21
  • 02_EdgeGtr_Edge00:26
  • 03_EdgeGtr_Doubler00:19
  • 04_EdgeGtr_Direct Pan-Short Center00:19
  • 05_EdgeGtr_dyn-pan-env00:21
  • 06_EdgeGtr_Pan Chorus00:19
  • 07_EdgeGtr_Big Chorus00:19
  • 08_EdgeGtr_Trem00:19
  • 09_EdgeGtr_Heavy Trem00:19

Comme d’ha­bi­tude, le premier extrait se résume au signal source. Le deuxième illustre l’uti­li­sa­tion d’une instance du TC2290-DT afin d’ob­te­nir un son typique de la bête sauce U2. Sur le troi­sième, un delay très court allié à une modu­la­tion du pano­ra­mique permet d’ob­te­nir un effet de doublage sensi­ble­ment mouve­menté. Pour le quatrième extrait, le signal retardé campe bien au centre de l’image stéréo alors que la modu­la­tion du pano­ra­mique n’est appliquée que sur le signal source de façon à obte­nir une belle largeur sonore tout en gagnant en profon­deur de champ. L’exemple suivant met à profit les modu­la­tions dyna­mique et pano­ra­mique afin de donner l’im­pres­sion que le signal source court après le delay. Les extraits six et sept illus­trent l’uti­li­sa­tion de la bête en tant que Chorus alors que les exemples huit et neuf montrent ce qu’il est possible de faire en terri­toire trémolo.

Voyons à présent un exemple de ducking delay :

10_PinkGtr_dry
00:0000:30
  • 10_PinkGtr_dry00:30
  • 11_PinkGtr_Pan Delay00:30
  • 12_PinkGtr_Pan Delay Duck00:30

Le premier extrait présente la source dans son plus simple appa­reil. Sur le deuxième, cet ennuyeux riff de guitare devient autre­ment plus inté­res­sant grâce à un delay calé au tempo se bala­dant d’un côté à l’autre de l’image stéréo. Malheu­reu­se­ment, l’ef­fet floute légè­re­ment le propos initial. Qu’à cela ne tienne, la modu­la­tion dyna­mique permet d’abais­ser le volume du signal retardé lorsque la source joue. Elle n’est pas belle la vie ?

Conti­nuons notre explo­ra­tion avec des effets un peu plus foutraques :

13_Synth_dry
00:0000:24
  • 13_Synth_dry00:24
  • 14_Synth_Space Delay00:24
  • 15_Synth_Wide Space Delay00:24
  • 16_Synth_Chop­ped00:29

Comme vous pouvez le consta­ter, le TC2290-DT peut déman­ti­bu­ler le son de façon plus ou moins subtile, et ce, en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire.

Enchaî­nons avec une caisse claire :

17_Snare_dry
00:0000:10
  • 17_Snare_dry00:10
  • 18_Snare_Fat00:10
  • 19_Snare_Print 100:15
  • 20_Snare_Print 200:15

Le premier exemple se résume comme toujours à la source. Sur le deuxième, un delay extrê­me­ment court sert à gonfler le corps de cette snare. Enfin, les deux extraits suivants illus­trent le problème évoqué précé­dem­ment concer­nant les LFO : les deux rendus utilisent exac­te­ment les mêmes réglages et pour­tant, la modu­la­tion du pano­ra­mique ne part pas de la même posi­tion stéréo…

Faisons main­te­nant « groo­ver » cette caisse claire en contexte grâce à la modu­la­tion du temps de retard :

21_DrumsR_dry
00:0000:11
  • 21_DrumsR_dry00:11
  • 22_DrumsR_wet00:15
  • 23_DrumsR_early00:15
  • 24_DrumsR_late00:15

L’ex­trait « wet » est simple­ment synchro­nisé au tempo alors que « early » et « late » jouent autour de la pulse, respec­ti­ve­ment en avance et au fond du temps. Inté­res­sant, n’est-ce pas ?

Termi­nons par des voix :

25_So Pretty_dry
00:0000:20
  • 25_So Pretty_dry00:20
  • 26_So Pretty_DynLess00:25
  • 27_So Pretty_Dyn00:25

L’exemple 26 est noyé par les délais de la voix prin­ci­pale et des choeurs. Heureu­se­ment, il est facile de gagner en préci­sion en mettant à profit les possi­bi­li­tés de modu­la­tion dyna­mique.

Bilan

Étant donné les capa­ci­tés sonores de ce TC2290-DT, il est facile de comprendre pourquoi le modèle hard­ware origi­nal est devenu un clas­sique. La bestiole avait défi­ni­ti­ve­ment plus d’un tour dans son sac et ce portage virtuel lui rend un bien bel hommage. Une fois son fonc­tion­ne­ment maitrisé, le couple contrô­leur / plug-in est un véri­table régal à utili­ser. Restent les problèmes déjà évoqués lors du banc d’es­sai consa­cré au DVR250-DT quant à la perti­nence du contrô­leur / dongle… Là, chacun verra midi à sa porte !

Tarif moyen : 196 €

  • Original
  • 3D Render
  • Unit
  • Plug

 

9/10
Points forts
  • Nombreuses possibilités sonores allant au-delà du simple delay
  • Un delay facile à faire "groover"
  • Contrôleur dédié bien ficelé
  • Pertinence de la section "Keyboard"
  • Section "Modulation" jouissive
  • Tap Tempo physique
  • Synchronisation parfaite avec le plug-in
  • Navigation entre les presets depuis le contrôleur
  • Faible consommation CPU
  • Seulement 2 samples de latence
  • 3 ans de garantie constructeur
  • Solide comme un tank
Points faibles
  • Contrôleur faisant office de dongle
  • Inutilisable sans le contrôleur
  • Pas de synchro au tempo pour les LFO
  • Pas de comparaison A/B
  • Pas de bouton on/off
  • Pas de mode MIDI générique
  • Pas de chaînage USB entre les différents modèles de la série Icon

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.