Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Eagletone Hell Dude
Photos
1/16

Test des Eagletone The Crusher, Hell Dude et Pipeline

test
28 réactions
Economique, mais pas cheap

Laissez-moi vous dire, ma brave dame, que tout fout le camp. Ces jours-ci, dès qu'on a le dos tourné, y'a une marque de pédale qui pousse et on se retrouve comme par magie avec des petits boitiers métalliques à tester pour AudioFanzine. Le nom de la nouvelle marque ? Eagletone. « Le son de l'aigle ».

C’est sympa­thique­ment trouvé, ça évoque les grands espaces améri­cains, la route 66, sillon­née par des Harley ou des camions grands comme des porte-avions… sauf que c’est français et que c’est fabriqué en Chine. Compliqué ? Pas telle­ment en fait. Il s’agit en quelque sorte d’une marque « distri­bu­teur », Wood­brass se char­geant de faire fabriquer ces pédales et de les commer­cia­li­ser exclu­si­ve­ment sur son site en ligne.

 

 

Eagletone
Mais penchons-nous plutôt sur notre trio de pédales. Tout d’abord, nous avons la « The Crusher » (l’écra­bouilleur dans la langue de Shakes­peare), qui malgré son nom terri­fiant, est une over­drive. Puis la « Hell Dude » (le mec de l’en­fer), pédale de distor­sion conçue pour envoyer le gros son, dans le style Metal et asso­ciés. Enfin, la Pipe­line, pédale de délai 100% analo­gique, complète le lot.

 

 

Les trois pédales ont en commun une construc­tion robuste. Entiè­re­ment métal­liques, aux flancs noirs embou­tis et à la face supé­rieure en alu, elles ne sont pas sans rappe­ler certains de ces foots­witchs que l’on n’hé­site pas à écra­ser sauva­ge­ment sans crainte de les malme­ner. Il semble vrai­ment diffi­cile de les abîmer.

 

Au niveau des entrées / sorties et des contrôles, on retrouve la tradi­tion­nelle entrée à droite, la sortie à gauche. Les potards semblent de qualité, oppo­sant une saine résis­tance quand on les tourne. On retrouve égale­ment sur tous les modèles un foots­witch métal­lique, une Led de mise en service, et un à plusieurs mini-switches pour jongler entre les possi­bi­li­tés qu’offre chaque pédale.

 

Comme sur la plupart des pédales, on retrouve bien sûr une prise d’ali­men­ta­tion externe (toute alimen­ta­tion « stan­dard » de pédale à centre néga­tif fait l’af­faire), et une trappe pour la pile. Cette trappe, c’est la seule chose que j’au­rai à repro­cher à ces pédales sur le plan de la construc­tion, est fermée par une vis-rondelle qu’il faut dévis­ser à la main, aucune encoche n’étant prévue pour s’ai­der d’un tour­ne­vis. Sauf que, quand celle-ci est vissée avec enthou­siasme, on a vrai­ment énor­mé­ment de mal à avoir une prise pour la tour­ner et chan­ger la pile, surtout quand on est un adepte de la gros-doig­ti­tude, comme votre servi­teur. Bref, préfé­rez les alimen­ta­tions secteur, de toute façon c’est plus écolo­gique, et du coup ça vous fera moins mal aux doigts.

 

Que dire de plus ? Ha oui, que ces pédales sont livrées dans un spar­tiate embal­lage en carton sans fiori­tures, après tout on est pas là pour rigo­ler, et sans manuel d’uti­li­sa­tion, ça c’est moins sympa pour les mecs qui n’y connaissent rien… remarquez, ils n’ont qu’à utili­ser leurs oreilles pour comprendre comment ça marche, ce qui n’est pas forcé­ment plus mal… C’est bien aussi de se servir de la force son instinct pour régler une pédale, non ?

 

Bon allez, c’est pas que je m’im­pa­tiente, mais en bon gros chevelu que je suis, j’ai des envies de me friter avec ce gars de l’en­fer, ce « Hell Dude »…

 

Hell Dude, where is my car ?

 

 

Eagletone
C’est une pédale rela­ti­ve­ment impo­sante compa­rée aux deux autres, de taille à peu près compa­rable à ces foots­witches à trois boutons que l’on retrouve habi­tuel­le­ment dans le commerce. La séri­gra­phie très claire prévient qu’on a affaire à un robuste gaillard, et indique les fonc­tions du tableau de bord qui en impose. Il faut dire qu’il y a du monde contrô­ler l’en­gin, jugez plutôt: pas moins de 6 potards accom­pa­gnés par 4 mini-switches à 2 ou 3 posi­tions, rien que ça.  Dans le détail nous avons donc, en dehors des tradi­tion­nels poten­tio­mètres de level et distor­sion, une section d’éga­li­sa­tion à médium semi-para­mé­trique, un switch de mise en service d’un « ampli­fi­ca­tion simu­la­tor », un switch 3 posi­tions permet­tant de choi­sir entre un carac­tère « clas­sic », « normal » et « modern »; un autre switch 2 posi­tion « high cut », et enfin un switch 3 posi­tions de voicing « normal », « bright », « warm ». Ce qui fait, sortons nos calcu­lettes, 36 combi­nai­sons possibles avec les switchs, et sans avoir encore touché les potards.

 

 

Il est temps de se bran­cher et de voir comment la pédale tient ses promes­ses…

 

Pour le test, j’ai utilisé comme guitare de réfé­rence ma fidèle Taka­mine GX100 de 1985, solid-body de forme Explo­rer tout en acajou, équi­pée d’une paire d’EMG 85 et accordé en Si grave (c’est pas fait pour jouer de la musette, on est d’ac­cord…). La Hell Dude était insé­rée entre celle-ci et un Jet City JCA20H, réglé pour rester le plus clean possible avec égali­sa­tion au neutre. La prise de son est effec­tuée sur le Torpedo de Two Notes, avec un baffle Marshall 4×12 en V30, repris par un Beyer­dy­na­mic M160. Pour mesu­rer l’im­pact des diffé­rents réglages, j’ai joué le même riff (connu).

 

 

Eagletone
On le constate aisé­ment à l’écoute des samples, la Hell Dude permet faci­le­ment d’ob­te­nir une multi­tude de grains, tous bien orien­tés gros son qui tâche. Très bon point, la pédale est dyna­mique, tran­chante, ne gomme pas les attaques ni ne les fait ressor­tir de manière trop agres­sive. Pas non plus  d’ « abeilles » trop enva­his­santes, on a donc une bonne base pour travailler le son, sans souffle exces­sif.

 

 

Les switches de grain (clas­sic, normal, modern ) et de voicing (normal, bright, warm) servent à déter­mi­ner un grain de base, sur lequel on peut agir très effi­ca­ce­ment avec le médium para­mé­trique, notam­ment. Pour ma part, j’ai trouvé que de boos­ter légè­re­ment la plage des médiums, pour jouer sur la fréquence centrale de celles-ci avec le semi-para­mé­trique, donnait le meilleur rendu sur cette pédale. Le high-cut permet d’en­le­ver le trop-plein d’ai­gus, le cas échéant.

 

Ce qui est plus surpre­nant, et là où j’émet­trai quelques réserves, c’est à propos de ce switch « amp simu­la­tor ». Vu qu’il a tendance à rajou­ter de la brillance quand il est bran­ché, je me suis sincè­re­ment demandé si la séri­gra­phie était  inver­sée, ou si c’était une erreur à la concep­tion. Person­nel­le­ment, même si je suis très scep­tique quant à une utilité réelle pour jouer en direct, en revanche je l’ai trouvé très convain­cant pour encore chan­ger tota­le­ment le grain de la pédale, rajou­tant encore autant de possi­bi­li­tés sous le pied.

 

Pour en termi­ner sur le chapitre des « peut mieux faire », j’avoue que le réglage de la fréquence centrale du médium para­mé­trique aurait gagnée à être plus progres­sive. Là, on sent une grosse effi­ca­cité sur le premier tiers de la course du poten­tio­mètre, un « creux » au milieu, puis de nouveau un dernier tiers de course de poten­tio­mètre effi­cace. Dommage, mais pas du tout rédhi­bi­toire.

 

En fait, je me suis retrouvé au cours du test à essayer beau­coup de combi­nai­sons, parfois très extra­va­gantes, pour retrou­ver des sons heavy, thrash, death, et même « true black metal » (le truc: pous­ser les deux boutons de médiums à fond…). Tous les styles de Metal passent sans problème, on prend rapi­de­ment contrôle de la pédale pour en faire un peu ce qu’on en a envie. Pour moi, cette pédale est la parfaite illus­tra­tion que pas cher ne rime pas forcé­ment avec un son cheap. Une pédale à essayer, très sincè­re­ment.

 

07 action du semi para­me­trique, mids
00:0000:08
  • 07 action du semi para­me­trique, mids00:08
  • 01 son clean00:06
  • 06 action du medium semi para­me­triqu00:15
  • 04 mode normal + normal, high cut on00:39
  • 03 mode normal + high cut off, norma00:19
  • 05 normal + amp sim on00:19
  • 02 modes clas­sic, normal, modern + w00:54

 

  • les sons
  • la diver­sité des sons métal propo­sés
  • le rapport qualité/prix
  • le switch « amp simu­la­tor » méri­te­rait une autre appel­la­tion
  • la course de réglage des fréquences médiums pas assez régu­lière

 

 

Pour la suite du test, on va redes­cendre un peu dans les tours, et se pencher sur le cas de l’over­drive/distor­sion, la « The Crusher ».

 

A little crush

 

 

Eagletone
Cette pédale desti­née aux over­drives/distor­sions légères est beau­coup plus simple que le Hell Dude que nous avons vu précé­dem­ment. Ce coup-ci, 3 potards, un minis­witch, et la messe est dite. Alors, bran­chons sans plus attendre (j’ai troqué la Taka­mine pour la Kraken Real Axxe du test des Solid­GoldFX pour compa­rai­son entre les tests) et voyons voir…

 

 

On retrouve donc des contrôles de gain, tone et level en poten­tio­mètres, et 3 posi­tions inti­tu­lés « TS » (pour Tube Screa­mer), Bright et Warm.

 

Le grain est en géné­ral assez épais, et on obtient un over­drive que je quali­fie­rai allant de « présent » à un « début de distor­sion » . Bizar­re­ment, des 3 modes dispo­nibles, le bright est celui qui me semble le plus « Tube Screa­me­resque », notam­ment parce que c’est le seul qui coupe un peu le bas du spectre, comme le fait la Tube Screa­mer origi­nale.

 

Moins radi­cale dans ses chan­ge­ments de grains que la Hell Dude, la The Crusher a cepen­dant conservé le petit défaut de progres­si­vité du potard de tona­lité, qui n’agit pas « effi­ca­ce­ment » tout le long de sa course.

 

En guise de conclu­sion, je dirais que cette pédale, aux sono­ri­tés que je quali­fie­rai de « clas­siques », a surtout pour elle un rapport qualité/prix qui va plutôt dans son sens quand on la compare à des réfé­rences plus connues.

 

02 drive 50%, modes TS, bright, warm
00:0000:44
  • 02 drive 50%, modes TS, bright, warm00:44
  • 06 utili­sa­tion en boost sur un jca 200:51
  • 04 Drive 10%, modes TS, bright, warm00:40
  • 01 clean00:12
  • 05 Action du tone sur les modes TS, 00:56
  • 03 drive 100%, modes TS, bright, war00:44

 

  • le rapport qualité/prix
  • des sono­ri­tés plutôt clas­siques
  • course de réglage du poten­tio­mètre « tone » pas assez régu­lière
  • des sono­ri­tés plutôt clas­siques

 

 

Pour finir, goutons à un délai analo­gique, le « Pipe­line ».

 

Du délai en tube

 

 

Eagletone
Là encore, on se retrouve avec une pédale métal­lique bien massive, avec le mini­mum vital de contrôles (rappe­lons qu’il n’y a pas de manuel, ce qui plaide en faveur d’une concep­tion simple d’em­ploi). 3 poten­tio­mètres pilotent le gros tube à pétrole: Time pour le temps de retard, Blend pour le mix entre le son direct et le son retardé, repeat pour le nombre de retard. Un mini-switch supplé­men­taire permet de sélec­tion­ner le temps de retard maxi­mal dispo­nible (600 et 1100ms). Simple, sans fiori­tures, effi­cace.

 

 

Quand on se branche dans le Pipe­line, on réalise très vite que nous sommes en présence d’un engin qui va ravir les amateurs de shoe­ga­zing, de vintage et de tritu­rages « lo-fi ». En effet, le son des répé­ti­tions se dégrade très vite, allant même, si l’on augmente le nombre de répé­ti­tions, à s’em­pi­ler jusqu’à distordre les circuits de la pédale (cf exemple sonore)

 

Bien sûr, on peut jouer avec les appli­ca­tions clas­siques du délai, faire un slap­back ou un délai clas­sique, et tant qu’on ne recherche pas la fidé­lité des delay digi­taux, on sera certai­ne­ment très satis­fait.

 

Au final, j’ai trouvé la Pipe­line très atta­chante, possé­dant une forte person­na­lité, et comme ses comparses, dotée d’un rapport qualité/prix qui la rend très inté­res­sante.

 

01 slap­back
00:0000:24
  • 01 slap­back00:24
  • 02 1100ms + repeat infini00:28
  • 03 solo metal + delai (300 ms circa)00:19

 

  • forte person­na­lité
  • simpli­cité et effi­ca­cité
  • qualité/prix
  • rien, surtout pour le prix

 

Le son de l’aigle

 

En guise de conclu­sion, je dois avouer que j’ai été agréa­ble­ment surpris par les produits Eagle­tone. Si la « The Crusher » reste très clas­sique, les quali­tés de la Hell Dude, qui fait parfai­te­ment son job en évitant les écueils que l’on asso­cie d’ha­bi­tude aux pédales « Metal » et celles de la Pipe­line, qui ravira les amateurs de vintage et de Low-Fi, le tout asso­cié à une construc­tion robuste et un prix resserré, font d’Ea­gle­tone une marque qui vaudra le coup d’oreille à qui est à la recherche de sono­ri­tés de quali­tés et à la bourse plate.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.