test Ribbon Inside

Test des moniteurs P-33A d'ADAM

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail

Séduisant toujours plus d'utilisateurs grâce à la qualité de ses produits, ADAM propose avec le moniteur P-33A la crème de sa gamme économique. Un beau bébé sur lequel il convenait de jeter une oreille… et même les deux !

Grâce à une politique commerciale dynamique et une présence de plus en plus remarquée sur les stands des salons consacrés au son et à la musique, la société ADAM Professional Audio s'est fait une place dans le monde du monitoring de studio. Nous avons eu la chance de tester le plus gros modèle de la gamme économique, la P-33A, sorte de petite sœur de l'excellente AS-3.

Comme l'indique son nom, la P-33A est une enceinte 3 voies active de semi-proximité. De taille compacte, elle dispose d'un blindage magnétique qui permet de l'utiliser à proximité d'écrans cathodiques.

La P-33A, figure de proue de la gamme

Deux particularités majeures la caractérisent. En premier lieu, elle dispose d'un couplage particulier des deux boomers, l'un n'intervenant que jusqu'à 150 Hz tandis que l'autre travaille jusqu'à 1,8 kHz. C'est à partir de cette fréquence qu'intervient le tweeter à ruban A.R.T., une technologie propriétaire de la marque et qui la distingue de la concurrence (voir encadré).

Trois amplificateurs sont embarqués. Délivrant chacun une puissance maximum de 150 W RMS, ils permettent d'atteindre un niveau de 112 dB : de quoi mixer correctement à un niveau plus proche de 95 dB tout en gardant un peu de réserve.

Servant de dissipateur thermique, le panneau arrière en métal se voit doté d'un connecteur XLR ainsi que des réglages de niveau et d'égalisation de l'enceinte. Sans fioriture, le tout respire le sérieux et le solide.

Passée la description physique de l'objet, intéressons-nous maintenant à l'essentiel, en ouvrant grand nos oreilles et en enfournant quelques galettes de références dans le lecteur CD.



La technologie A.R.T, une exclusivité ADAM

La technologie A.R.T.

Transducteur sonores spécialisés dans la restitution des fréquences aiguës, les tweeters que l'on rencontre le plus fréquemment ont un comportement qui peut se comparer à un piston : les mouvements de la membrane entraînent un déplacement d'air dont la vitesse est proche de celle de sa surface.

Afin d'optimiser le couplage acoustique entre le transducteur et l'air, la technologie A.R.T. utilise un ruban replié en forme d'accordéon, dont les mouvements vont chasser l'air contenu dans les replis. L'air est ainsi expulsé et aspiré à une vitesse quatre fois supérieure.

La membrane étant constamment maintenue dans le champ magnétique de l'aimant au Néodyme, ces tweeters ont aussi la particularité de posséder une dynamique et un niveau maximal de pression acoustique très élevé.

 

Plein les oreilles !

Ces tests d'écoute ont été réalisés dans une pièce d'une trentaine de mètres carrés, permettant aux fréquences graves de s'exprimer pleinement.

Tuck and Patti - Dream
On ouvre le bal avec cet enregistrement effectué directement sur un DAT grâce à un couple de micros (chose rare) : un disque idéal pour tester la capacité des P-33A à restituer un espace sonore. Et l'on n'est pas déçu : le résultat est fascinant de relief au point qu'on fermerait volontiers les yeux pour plonger dans cet hologramme sonore. La chose est d'autant plus remarquable que les enceintes ont été branchées de façon rapide, sans soin particulier apporté au placement. Voilà qui donne une idée de leur capacité à re-créer cette image fantôme de la stéréophonie.

Peter Gabriel - So
On poursuit avec un grand classique des années 80, marqué par les techniques de mastering de l'époque, dont les effets se font sentir sur les fins de morceaux. C'est un avantage de ces enceintes : elles ne pardonnent pas grand chose sur la qualité du signal. La basse de Tony Levin sort de manière tout à fait claire et puissante, les percussions sont joliment détaillées (le temps de montée extrêmement court de la partie ampli aiguës / tweeter y est pour beaucoup).

John Williams - The Star Wars Trilogy
On ne saurait faire un test d'une paire d'enceintes sans les confronter au rendu d'un orchestre symphonique. Et pour le coup, l'écoute vaut vraiment le détour. Ce qui frappe en premier lieu, c'est la facilité avec laquelle les divers pupitres se distinguent les uns des autres, leur position précise dans l'espace. Vient ensuite une sensation d'équilibre tonal : de la fondamentale des grosses caisses au souffle des bois, on perçoit toute la palette des instruments de l'orchestre.

Shakta - Silicon Trip
A n'en pas douter, ce disque de Trance explore les moindres recoins de la courbe de réponse ! Rien à redire sur la restitution si ce n'est que l'on peut redécouvrir certains sons utilisés avec une netteté accrue. Là encore, les tweeters propres à la marque jouent sans aucun doute un grand rôle.

Depeche Mode - Exciter
Toujours dans un style électro, nous avons ici des voix et quelques (rares) guitares, qui font de cette production minutieuse un test intéressant pour des enceintes de monitoring. Si la précision de la restitution rend grâce aux nombreux détails de la production et permet d'envisager l'utilisation des P-33A pour du Sound Design, on notera tout de même quelques flottements dans le bas du spectre. Rien de bien méchant toutefois.

Red Hot Chili Peppers - Blood Sugar Sex Magic
Sans doute est-ce l'effet le plus saisissant des tweeters qui est mis en valeur ici : on "sent" les prises de son et les P-33A offre une perception très nette de "l'air". Si la formulation peut paraître étrange, ceux qui ont déjà mixé des instruments amplifiés comprendront aisément la métaphore.

Extreme - Three side To Every Story
Cet album est pour votre serviteur, une référence, non pas artistique mais sonore, maintes fois utilisé lors de réglages de systèmes de sonorisation. Il était donc logique qu'il fasse partie de cette liste. Une des particularités de cet enregistrement est la sensation de dynamique, reproduite à merveille sur les P-33A, le grave très ferme et maîtrisé faisant assez bien ressortir la basse, pourtant sous-mixée sur certains titres.

Conclusion

A l'arrivée des courses, il est vraiment dur de ne pas être séduit par ces P-33A. Ayant des années durant adulé une grande marque concurrente (G*****c, pour ne pas la nommer), j'ai été réellement bluffé par la qualité générale, le rendu des aigus ainsi que la souplesse de positionnement de ces moniteurs.

Un tweeter qui fait des merveilles sur la P-33A d'ADAM

La perfection n'étant pas de ce monde, j'ai tout de même noté, ça et là, quelques passages flous dans le bas. Mais il s'agit là d'un bien maigre reproche en vis-à-vis de la qualité de restitution des aigus qui, tout en étant très fins et détaillés, parviennent à rester très doux et à ne pas donner dans le chirurgical agressif, comme chez nombre de concurrents. D'ailleurs, pour tout dire, rendre les P-33A à l'importateur fut aussi difficile que de leur trouver un vrai défaut!

Certes, à un peu moins de 1200 € l'unité, ces petites merveilles représentent un investissement non négligeable mais elles ne sont pas non plus hors de portée. Si l'on considère qu'elles tiennent sans problème la comparaison avec des produits beaucoup plus chers, j'irais même jusqu'à dire que leur rapport/qualité prix est excellent. Bref : un vrai coup de cœur.

Notre avis :
Points forts Points faibles
  • La forme et les proportions de l'enceinte
  • L'équilibre général
  • Le haut du spectre
  • La tolérance de placement
  • Un bas de spectre un peu flou parfois
À propos de nos tests
Soyez le premier à réagir à cet article
Soyez le premier à réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail