Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Native Instruments Rise & Hit
Photos
1/10

Test du Native Instruments Rise & Hit

test
38 réactions
Entrez dans le Who’s Woooosh
9/10
Award Valeur sûre 2014
Partager cet article

Nouveau produit de Native Instruments, Rise & Hit est spécialisé dans les transitions et ponctuations dont raffolent les producteurs de l’audiovisuel. En quoi cette bibliothèque répond-elle au cahier des charges ?

En matière de rhéto­rique du son et de la musique à l’image, de créa­tion d’élé­ment co-narra­tif ou signi­fiant, il n’y a guère eu d’in­ven­tions récentes. Quasi­ment tous les éléments de langage possibles ont été mis en place par les compo­si­teurs, ingé­nieurs du son et sound desi­gners (même si ce dernier terme est récent, la fonc­tion exis­tait, et pour faire simple, on y inclura les brui­teurs, foley artists, etc.) dès l’ar­ri­vée du son synchrone, les dernières réelles avan­cées ayant résulté des oppor­tu­ni­tés offertes lors de bascules tech­niques (stéréo, arri­vée du Dolby, etc.).

Pour­tant, depuis quelques années, une mode sonore s’est instal­lée dans la produc­tion audio­vi­suelle, celle d’ac­com­pa­gner mouve­ments de camé­ras et chan­ge­ments de plans par des brui­tages (wooshes, rises, ponc­tua­tions, etc.), soi-disant pour donner de la dyna­mique au montage, alors que le résul­tat est plutôt un alour­dis­se­ment (un peu comme certains dans le son prétendent appor­ter de la dyna­mique en compres­sant…). 

Même la fiction y a droit : à ma connais­sance, le premier exemple vien­drait de Preda­tor de John McTier­nan (1987), lorsqu’on passe en vue subjec­tive (on voit alors ce que voit le Preda­tor), le cut est accom­pa­gné d’un brui­tage. D’un point de vue narra­tif, ce son n’a aucune raison d’être, rappor­tée à la « réalité » du film (on espère que le Preda­tor n’en­tend pas ça à chaque fois qu’il tourne la tête…), il n’est là que pour ponc­tuer le chan­ge­ment de plan, comme pour dire : « atten­tion, main­te­nant on adopte la vision subjec­tive  ». 

  

On retrouve de plus en plus ce phéno­mène, notam­ment chez les réali­sa­teurs de la géné­ra­tion vidéo­clip, à la fois dans la fiction (un seul autre exemple parmi une palanquée de films, The Cell, de Tarsem Singh, 2000), et, de manière super­fé­ta­toire car systé­ma­tique, dans le repor­tage télé. « Vazy coco, mets-moi des wooshes, ça le fait ! ».

Machine de test

MacPro Xeon 3,2 GHz
OS 10.9.2
Logic Pro 10.0.6
Kontakt 5.3.1
Rise & Hit 1.0

On peut être d’ac­cord ou pas avec cette utili­sa­tion, certains produc­teurs y sont atta­chés, il faut donc compo­ser avec ces exigences. Reste que l’usage de ce type de sons n’est heureu­se­ment pas limité à cette approche, et que ces sons (wooshes et hits) peuvent être viables dans toutes sortes de contextes, en parti­cu­lier dans la fiction pour toutes les situa­tions de suspense, les climats horri­fiques, surna­tu­rels, etc., voire en musique, pour des effets bien parti­cu­liers.

Plusieurs biblio­thèques sont déjà dispo­nibles chez divers éditeurs (on trouve ce type de sons dans la série des Evolve chez Native ou chez Project Sam avec les diffé­rentes biblio­thèques autour de Sympho­bia, Lumina, par exemple), et on peut aussi, bien sûr, créer ses propres brui­tages. Aujour­d’hui, Native Instru­ments propose sa propre version de la « machine à wooshes et hits », voyons ce qui peut la rendre utile, ou dispen­sable.

Intro­du­cing Native Instru­ments Rise & Hit

Rise & Hit, résul­tat de la colla­bo­ra­tion entre Native et Uli Baro­nowsky de Galaxy Instru­ments (concep­teur de The Giant) est une biblio­thèque conçue pour Kontakt et le Kontakt Player gratuit (version 5.3.1 mini­mum), les spéci­fi­ca­tions (OS, formats de plug-ins et compa­gnie) sont donc celles de l’échan­tillon­neur de l’édi­teur. La banque pèse presque 9 Go, rame­nés à 6,25 Go grâce à l’al­go­rithme de compres­sion de Native, et offre 4250 échan­tillons pour 200 présets.

On l’achète sur le site de l’édi­teur, pour 149 euros, l’ins­tal­la­tion et l’au­to­ri­sa­tion s’ef­fec­tuant comme d’ha­bi­tude via le Service Center. La biblio­thèque sera acces­sible dans l’on­glet Libra­ries de l’échan­tillon­neur.

Archi­tec­ture

Native Instruments Rise & Hit

Les présets sont répar­tis en 11 familles, de Orches­tral à Subs en passant par des Hybrid (Orches­tra, Sounds, Instru­ments), Percus­sive, Lifters, Pure Synth, etc. L’in­ter­face graphique est spéci­fique­ment conçue, se montre très claire, ergo­no­mique et permet une prise en main quasi immé­diate, le manuel (fourni) pouvant très bien rester fermé…

Le prin­cipe repose sur une sépa­ra­tion des sons en deux parties indé­pen­dantes (même si le sound desi­gner a conçu des Hits corres­pon­dant aux Rises), Rise (un son montant progres­si­ve­ment) et Hit (un impact, un son percus­sif concluant le premier), multi­pliées par quatre, puisque l’on dispose de quatre layers. La partie supé­rieure de l’in­ter­face affiche la forme d’onde du résul­tat, tout comme celle des éléments sépa­rés quand on les édite. Un des accès aux sons y figure, via une loupe pour accé­der au navi­ga­teur ou via des flèches de défi­le­ment. Un bouton Conti­nue permet de disso­cier/asso­cier la lecture en continu.

Un des problèmes auxquels on est confronté quand on traite avec ce type de son, c’est leur durée. Native a intel­li­gem­ment proposé une solu­tion, via une réglette permet­tant de préci­ser le temps de montée du son (avant l’im­pact conclu­sif), soit en nombre de batte­ments (Beats, jusqu’à 32, bien évidem­ment rela­tifs au tempo interne ou à celui de l’hôte) soit en secondes (de une à 20 secondes, avec un chiffre derrière la virgule). L’édi­teur utilise à cet effet l’al­go­rithme Time Machine Pro de Kontakt. Voici un exemple de son avec diffé­rents temps de montée, les premiers sans le Hit, puis le dernier complet.

00:0000:00
 

Chaque Layer offre, pour Rise, un réglage de volume et un offset (déca­lage du démar­rage de la lecture) et pour Hit un volume et un Decay (temps de chute). Un bouton Link permet de rendre dépen­dants les réglages, un autre, Whoosh, permet de char­ger un sample court à la place du Rise (et qui ne sera joué qu’avant le Hit). Un bouton permet de le désac­ti­ver, et un autre de le réini­tia­li­ser.

Ainsi, dans l’exemple suivant, on enten­dra d’abord le son complet, et les éléments le compo­sant.

00:0000:00

Même prin­cipe, dans un autre genre. 

00:0000:00

On peut ainsi s’amu­ser à asso­cier deux sons n’ayant rien à voir ensemble, comme dans l’exemple suivant.

00:0000:00

 Ce dernier exemple n’uti­lise qu’un seul Layer, on imagine faci­le­ment ce que cela donnera avec quatre. En voici quelques exemples :

00:0000:00

Effets

Native Instruments Rise & Hit

Mais ce n’est pas tout. La page Master FX offre l’ac­cès à un ensemble d’ef­fets faisant partie de l’ar­se­nal de Kontakt, EQ (le Solid G), Satu­ra­tion, Compres­sion, Limi­ter, Convo­lu­tion et Delay, chacun doté d’un bouton d’ac­ti­va­tion et d’un menu de présets (à l’ex­cep­tion des Limi­ter et Delay). La réver­bé­ra­tion à convo­lu­tion se voit dotée de nouvelles réponses impul­sion­nelles, entre espaces réels (ou irréels) et effets spéciaux, acces­sibles via deux onglets, et de réglages de niveau, pré-délai et taille. Les IR ne peuvent être extraites, mais on pourra sauve­gar­der des présets afin de les réuti­li­ser avec d’autres biblio­thèques de Kontakt.

De plus, dans la page prin­ci­pale, on peut cliquer sur le symbole repré­sen­tant deux flèches, ce qui ouvre une sous-page donnant accès à des para­mètres supplé­men­taires : Pan, Tune, taux du Delay et de la Reverb, ainsi que deux taux variables, assi­gnés à l’ef­fet choisi dans les menus dérou­lants corres­pon­dant et qui pilo­te­ront soit les effets inclus dans la page Master FX, soit d’autres effets auxquels on pourra avoir accès via le mode édition, entre Phaser, filtre 3×2 (multi­mode, multi­pente, etc.), satu­ra­tion, Skrea­mer, Lo-Fi, Stereoi­zer, etc. Chacun étant bien évidem­ment remplaçable. L’édi­teur four­nit un préset Rise & Hit qui pourra servir de base à toute créa­tion person­nelle. Un réglage très bien vu, celui de Cross­fade entre le Rise et le Hit, permet­tant des tran­si­tions plus ou moins douces.

Native Instruments Rise & Hit

Si l’on prête atten­tion à l’in­ter­face, chaque para­mètre est flanqué de deux flèches, indiquant ainsi la possi­bi­lité d’as­si­gner une modu­la­tion au réglage corres­pon­dant. En cliquant sur Mod View, la fenêtre de visua­li­sa­tion bascule sur l’af­fi­chage d’une grille de modu­la­tion (la Table acces­sible en mode Edition dans les divers Modu­la­tors), un simple cliqué-tiré du para­mètre affiche (en plus clair) la plage de modu­la­tion et il ne reste plus qu’à dessi­ner direc­te­ment les courbes de modu­la­tion du para­mètre sur la Table. C’est très bien conçu et très effi­cace. Tous les para­mètres de la page Main peuvent ainsi être auto­ma­ti­sés, à l’ex­cep­tion des Offset, Decay et Cross­fade.

Voici quelques exemples faisant appel à ces auto­ma­tions sur le pitch, la réverbe, la satu­ra­tion. 

00:0000:00

Bilan

Le premier constat, c’est qu’en­core une fois l’édi­teur étonne par la qualité des scripts de l’ins­tru­ment : la puis­sance est là, et pour­tant l’in­ter­face utili­sa­teur est extrê­me­ment intui­tive, et très simple d’ac­cès. La biblio­thèque fait exac­te­ment ce qu’on attend d’elle, et le poten­tiel sonore des trai­te­ments, le nombre de layers et d’échan­tillons, la qualité et la diver­sité de ces derniers devraient éviter aux futurs utili­sa­teurs de Rise & Hit de tous sonner de la même façon, ce qui est assez rare dans ce type d’ou­tils. Certes, les sons et effets synthé­tiques peuvent tous être obte­nus avec un bon synthé, des outils de dyna­mique, de satu­ra­tion et une bonne réverbe (voire une mauvaise pour ses défauts), mais il sera en revanche impos­sible d’ob­te­nir faci­le­ment des chœurs, effets d’or­chestre et autres sono­ri­tés pure­ment acous­tiques.

Rise & Hit reste toute­fois un outil assez spécia­lisé, qui ne convien­dra pas à tous, tout du moins pour une utili­sa­tion quoti­dienne dans un contexte musi­cal. En revanche, pour répondre à des demandes spéci­fiques (celles induites par son nom…), dans des délais courts et pour des produc­tions à petits budgets (passer du temps sur un son, ça coûte, enfin, norma­le­ment…), la biblio­thèque sera l’ou­til idéal, tant par sa qualité sonore que pour sa variété de program­ma­tion. Une très belle réali­sa­tion.

Télé­char­gez les fichiers sonores (format FLAC)

  • Native Instruments Rise & Hit
  • Native Instruments Rise & Hit
  • Native Instruments Rise & Hit
  • Native Instruments Rise & Hit
  • Native Instruments Rise & Hit
  • Native Instruments Rise & Hit
  • Native Instruments Rise & Hit
  • Native Instruments Rise & Hit
  • Native Instruments Rise & Hit

 

9/10
Award Valeur sûre 2014
Points forts
  • Concept
  • Réalisation
  • Principe en deux parties indépendantes (montées et percussions)
  • Quatre Layers indépendants
  • Réglette de durée en Beats et Secondes
  • Automation des modulations complète en interne
  • Accès aux samples à quasi tous les niveaux
  • Qualité et variété des échantillons
  • Nouvelles IR
  • Implémentation des effets
  • Travail de scripts
  • Navigateur bien conçu
Points faibles
  • Dans le contexte de la bibliothèque, rien

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.