Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
test
Un ampli dans l’iPhone

Test du Peavey AmpKit Link

Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Peavey AmpKit
Photos
1/31

Pendant qu’Apple se vante que sur iPhone «il y a une appli pour tout», chez AudioFanzine on ne peut que constater qu’ils ont un peu raison : on a vu apparaître ces deux dernières années une pelotée d’applications musicales, plus ou moins bien réussies. C’est donc au tour des amplis de guitare virtuels de débarquer sur le fameux téléphone, avec des solutions matérielles et logicielles. Nous avons testé l’une d’entre elles, le Peavey AmpKit Link.

 

Peavey AmpKit Link

 

 

 

 

L’iPhone a un premier défaut pour les guita­ristes : il ne possède pas d’en­trée leur permet­tant de bran­cher leur instru­ment préféré. Heureu­se­ment, des construc­teurs comme Peavey ou IK Multi­me­dia ont pensé à eux en commer­cia­li­sant des petits boîtiers qui se branchent sur la sortie casque de l’iPhone (qui en fait cache aussi une entrée micro) et qui permettent de bran­cher un bon vieux jack 6,35 mm si fami­lier des guita­ristes. Le Peavey AmpKit Link fait partie de ces boîtiers permet­tant, pour la modique somme de 30€, de trans­for­mer votre télé­phone en machine à riff. Déjà pas mal de lecteurs ont l’air inté­ressé, mais ces solu­tions tiennent-elles vrai­ment leurs promesses ?

 

Du maté­riel

Peavey AmpKit Link

Avant de s’at­taquer à la partie logi­cielle, décou­vrons ensemble ce petit boîtier en plas­tique blanc, répon­dant au doux nom de AmpKit Link. Pas plus grand qu’une boîte de Tic-Tac, le Link se bran­chera direc­te­ment sur la sortie casque de l’iPhone. Il suffira alors de bran­cher sa guitare sur l’en­trée idoine et son casque sur le connec­teur mini-jack situé juste à côté. Ça y est, vous êtes parés, ou presque. Il faudra aussi insé­rer deux piles AAA afin d’ali­men­ter la bête, et point d’in­ter­rup­teur ici, le Link se met en marche dès l’in­ser­tion du jack de guitare, à l’ins­tar d’une pédale. Une petite LED verte vous indiquera la mise sous tension de l’ani­mal. Peavey ne four­nit aucune indi­ca­tion concer­nant l’au­to­no­mie, et nous n’avons pas eu le temps de déchar­ger tota­le­ment les piles durant le test, ce qui semble plutôt de bon augure.

 

Avant de se rendre sur l’apps­tore afin de télé­char­ger l’ap­pli­ca­tion, sachez que cette dernière est compa­tible avec tous les iPhone, l’iPad et les iPod Touch excepté celui de première géné­ra­tion qui n’a pas d’en­trée micro. Notons tout de même que si l’ap­pli­ca­tion reste compa­tible avec la tablette d’Apple, il n’existe pas, pour le moment, d’ap­pli­ca­tion dédiée à l’iPad. Ceci est fort dommage, mais nous gardons espoir.

 

Jetons un coup d’oeil à l’ap­pli­ca­tion iPho­ne…

 

Du logi­ciel

Peavey AmpKit Link

 

Après une petite visite sur l’AppS­tore, on se rend compte qu’il existe deux versions du logi­ciel : une gratuite avec un ampli (le Peavey Valve­King), deux pédales (un noise gate et une Tube Screa­mer) et deux micros (un Shure SM57 et un Neumann U87), et une version payante (16€ envi­ron) un peu plus four­nie : trois amplis supplé­men­taires (Marshall JTM45, Peavey 3120 et Vox AC30) et huit pédales (EQ, Phaser, Flan­ger, Disto, Chorus, Délai, Over­dri­ve…). D’autres modèles d’am­plis, d’en­ceintes, de pédales et de micros sont dispo­nibles, mais il faudra débour­ser jusqu’à 5€ pour certains modèles. Cette somme nous semble assez élevée tout de même… Heureu­se­ment que des petits exemples audio sont audibles direc­te­ment dans le logi­ciel afin de se faire une idée plus précise de ce qu’on va ache­ter. Pour les ache­teurs compul­sifs, sachez que vous pour­rez accu­mu­ler jusqu’à 12 amplis (Fender Twin, Hot Rod et Bass­man, Marshall JCM 900, Mesa Boogie Dual Recti­fier, Peavey Clas­sic 30…), 16 effets, 13 enceintes et 8 micros (AKG C414, 451, Audio-Tech­nica 4033, RE20, Senn­hei­ser 421…). La liste est assez complète et comblera la majo­rité des guita­ristes, pour peu qu’ils daignent dépen­ser quelques euros…

 

Peavey AmpKit Link

 

Après quelques secondes, l’ap­pli­ca­tion se lance et nous décou­vrons une inter­face très soignée, profi­tant plei­ne­ment des possi­bi­li­tés tactiles de l’iPhone. On fera défi­ler les diffé­rents presets dispo­nibles par genre et repré­sen­tant le maté­riel virtuel utilisé. Après en avoir sélec­tionné un, nous aper­ce­vons la tête d’am­pli, l’en­ceinte, les pédales et le micro. Un simple clic sur l’élé­ment permet d’en peau­fi­ner les réglages, appa­rait alors une série de faders hori­zon­taux : c’est précis et pratique. Lorsque l’on clique sur l’en­ceinte, on peut bien évidem­ment chan­ger de modèle de baffle, mais aussi de micro. Deux posi­tions seule­ment sont dispo­nibles : plein axe ou légè­re­ment désaxé. On aurait aimé quelques inter­mé­diaires, mais il faut rappe­ler que nous sommes sur un télé­pho­ne… Il sera aussi aisé de rajou­ter des pédales (une douzaine au maxi­mum, de quoi faire !), et de les placer dans n’im­porte quel ordre. L’in­ter­face est vrai­ment simple et précise, un bohneur.

 

Peavey AmpKit Link

Juste en dessous sont placés trois boutons : un pour acti­ver le métro­nome (qui propose pas moins de douze sons) et l’ac­cor­deur (qui s’est révélé réac­tif et précis), un pour régler les options géné­rales de l’ap­pli (les options du métro­nome, des play­backs…) et un bouton pour acti­ver l’en­re­gis­tre­ment. Cette fonc­tion est simplis­sime à utili­ser : vous appuyez sur rec, vous jouez, vous rappuyez sur le bouton et ce que vous avez joué se retrouve dans un stack dédié. Enfin, l’uti­li­sa­teur pourra cliquer sur les vumètres d’en­trée et de sortie afin de régler les niveaux et le noise & feed­back filter.

 

En reve­nant sur la page prin­ci­pale, on aperçoit les autres onglets : my setups qui enre­gistre auto­ma­tique­ment tous vos précé­dents setups, recor­dings qui vous permet d’ac­cé­der à vos enre­gis­tre­ments et vos backing tracks (les play­backs d’usine ou impor­tés par vos soins), et enfin le marché aux amplis, effets et micros de Peavey.

 

Sachez que vous pour­rez faire du ream­ping direc­te­ment dans l’ap­pli­ca­tion, c’est-à-dire chan­ger les réglages après l’en­re­gis­tre­ment. Car AmpKit enre­gistre aussi le son sec de la guitare ! Vous pour­rez ainsi appliquer un autre preset ou modi­fier en temps réel le preset actuel, bluf­fant. Il sera possible d’uploa­der et down­loa­der vos fichiers sonores enre­gis­trés dans l’ap­pli et les play­backs via votre navi­ga­teur web et le réseau WiFi person­nel, testé et approuvé par votre servi­teur. Vous pour­rez aussi envoyer les fichiers par mail, ou direc­te­ment sur le site Sound­Cloud, c’est complet !

 

En bref, le logi­ciel s’en sort vrai­ment très bien. L’in­ter­face est jolie et facile d’uti­li­sa­tion, on ne cherche pas les fonc­tions pendant des heures et aucune ne manque à l’ap­pel. On regrette juste le prix un peu élevé de certains amplis et effets et on aurait aimé avoir un peu plus de matos à dispo­si­tion dans la version à 16€.

 

Il est l’heure de prendre nos guitares et de faire quelques essais…

 

Bran­chez la guitare

Peavey AmpKit Link

Pour tester cet ensemble maté­riel/logi­ciel, nous avons utilisé notre Gibson Les Paul Studio et notre Fender Tele­cas­ter Deluxe équi­pée de micro P-Rails. Nous avons enre­gis­tré les exemples audio direc­te­ment dans l’ap­pli et nous les avons ensuite rapa­triés sur notre ordi­na­teur via le WiFi et le navi­ga­teur web. Avant toute chose, sachez qu’il vaut mieux débran­cher l’iPhone de l’USB et le mettre en mode avion, ceci réduit consi­dé­ra­ble­ment le bruit de fond qui peut d’avé­rer parfois assez élevé. En plus, vous serez sûrs de ne pas être déran­gés par tonton Jacques.

 

Sur le plan sonore, nous avons été plutôt surpris par la qualité audio qui s’est révé­lée satis­fai­sante. Sans égaler les ténors du genre instal­lés sur nos ordi­na­teurs, le petit télé­phone s’en sort plutôt bien en regard de l’in­ves­tis­se­ment assez modique (30€) pour l’uti­li­sa­teur possé­dant déjà un iPhone. L’avan­tage de la mobi­lité est aussi à mettre en avant, le boitier étant petit, il peut se trim­bal­ler partout et se ranger dans la housse de la guitare.

 

 

Peavey AmpKit Link

Il est vrai que sur les grosses satu­ra­tions, l’uti­li­sa­tion du noise gate est quasi­ment indis­pen­sable, mais on peut se deman­der si ce souffle est un défaut intrin­sèque de l’iPhone, s’il est généré par l’in­ter­face Link ou par le logi­ciel. Quoi qu’il en soit, cet Ampkit Link reste un formi­dable outil pour travailler son instru­ment au casque et enre­gis­trer quelques idées.

 

Les sons clairs sont plutôt bons, que ce soit avec la Tele­cas­ter ou la Les Paul et les sons crunch et satu­rés de bonne facture, même si l’on peut virer faci­le­ment dans la cari­ca­ture suivant les réglages. Les effets quant à eux remplissent bien leur rôle et sont tout à fait utili­sables. Il est à noter que nous n’avons ressenti aucune latence lors de l’uti­li­sa­tion de l’Amp­Kit Link, ce qui est de plutôt bon augure.

 

Au rayon des décep­tions, on aurait aimé avoir un enre­gis­treur multi­piste et la possi­bi­lité d’édi­ter les enre­gis­tre­ments. Peut-être dans une prochaine mise à jour, qui sait ?

 

Voici quelques exemples sonores, afin que le lecteur puisse se faire une idée :

 

 

tele­cas­ter chorus
00:0000:33
  • tele­cas­ter chorus00:33
  • tele­cas­ter chorus 200:26
  • tele­cas­ter crunch00:19
  • les paul clean00:20
  • les paul vintage crunch00:10
  • les paul rock00:11
  • les paul fuzz00:12
  • les paul sat00:19
  • les paul metal00:15

 

Conclu­sion

 

Pour 30€, trans­for­mez votre iPhone en ampli virtuel. Il faut avouer que l’offre est allé­chante, et nous ne pouvons que saluer l’ef­fort de Peavey qui nous offre un logi­ciel complet et pratique. La qualité sonore est hono­rable vu l’in­ves­tis­se­ment, et la poli­tique commer­ciale d’of­frir un ampli pour faire ensuite payer les autres « à la carte » n’est fina­le­ment pas si mal, car les guita­ristes ne jouent géné­ra­le­ment pas sur 15 amplis diffé­rents et ont forcé­ment leurs préfé­rences. Ce petit boîtier est donc haute­ment recom­man­dable à tout guita­riste élec­trique posses­seur d’iPhone.

Points forts
  • Prix du Link
  • Un ampli gratuit
  • Application jolie, simple et efficace
  • Accordeur efficace
  • Enregistrement possible
  • Possibilité de jouer sur un playback
  • Latence imperceptible
  • Et on peut même faire du reamping !
Points faibles
  • Prix de certains amplis ou effets à la carte
  • Il ne manque plus qu’un multipiste !
Auteur de l'article Red Led

Je suis rentré dans la musique par la rosace d'une guitare classique et depuis, j'essaie d'en sortir sans trop de conviction.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur de l'article Red Led

Je suis rentré dans la musique par la rosace d'une guitare classique et depuis, j'essaie d'en sortir sans trop de conviction.

On en parle dans les forums voir tous les sujets
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.