Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou

Et si le meilleur enregistreur portable était un iPhone ?

Mon iPhone est un 8 pistes

Une bien belle machine qu’est cet iPhone, il sait tout faire ! Il fera beau demain en Bretagne ? Non. À quelle heure est la prochaine séance de Police Academy 17 ? 19h20. Une petite partie de Bomberman ? Pas de problème. Le dernier tube d’Hélène Ségara ? Tout de suite. Il manque juste quelques outils utiles pour musiciens… Quoi ? Ça existe déjà ?

Une bien belle machine qu’est cet iPhone, il sait tout faire !  Il fera beau demain en Bretagne ? Non. À quelle heure est la prochaine séance de Police Academy 17 ? 19h20. Une petite partie de Bomber­man ? Pas de problème. Le dernier tube d’Hé­lène Ségara ? Tout de suite. Il manque juste quelques outils utiles pour musi­ciens… Quoi ? Ça existe déjà ?

L’avan­tage premier de l’iPhone, c’est que c’est un télé­phone et que donc, il gît la plupart du temps au fond de votre poche, acces­sible à tout moment. Sa grande force est aussi d’avoir un OS ouvert au déve­lop­pe­ment d’ap­pli­ca­tions tierces. En gros, on peut télé­char­ger des petits programmes, fait par des déve­lop­peurs indé­pen­dants ou par de plus grosses boites, couvrant pas mal d’ap­pli­ca­tions. C’est d’ailleurs assez hallu­ci­nant de voir ce que proposent ces déve­lop­peurs : un anti­mous­tique à ultra­sons, un niveau à bulle, un soft qui recon­naît un morceau joué grâce à son empreinte sono­re… Bref, il y en a pour tous les goûts et les besoins, sachant qu’à l’heure où sont écrites ces lignes, on approche les 80 000 appli­ca­tions recen­sées par https://appshop­per.com/, gratuites ou payantes.

Là où ça devient inté­res­sant, c’est que la caté­go­rie Musique rassemble à elle seule un peu plus de 2400 appli­ca­tions, hélas fort mal triées (à quand les filtres et les sous-caté­go­ries dans l’AppS­tore?). Il y a en effet là-dedans, à boire, à manger et même à vomir, jetés pêle-mêle : on y trouve ainsi une foule d’ap­plis faisant la promo­tion d’un artiste ou d’une radio, d’autres affi­chant juste une anima­tion à la lecture d’un MP3, les paroles de la chan­son ou des infos sur l’ar­tiste, le fin du fin dans le genre  étant Shazam qui permet d’iden­ti­fier une musique à partir d’un extrait audio (pratique pour avoir le titre d’un super truc qui passe à la radio). Quant aux appli­ca­tions réel­le­ment orien­tées vers la créa­tion musi­cale, elles se divisent prin­ci­pa­le­ment en 6 grandes caté­go­ries :

  • Les instru­ments virtuels (guitare, piano, batte­rie, synthés, etc.)
  • Les outils et utili­taires (sono­mètres, accor­deurs, diction­naire d’ac­cord)
  • Les surfaces de contrôle MIDI
  • Les séquen­ceurs (la plupart inté­grant un géné­ra­teur sonore ou un lecteur de samples)
  • Les applis orien­tées DJing (propo­sant donc de mixer, synchro­ni­ser deux morceaux)
  • Les enre­gis­treurs audio­nu­mé­riques

À n’en pas douter, chacune de ces caté­go­ries peut faire l’objet d’un dossier. Et comme dans Audio­Fan­zine, il y a ‘audio’, il nous a semblé oppor­tun de nous concen­trer en premier lieu sur les offres en matière d’en­re­gis­tre­ment, car c’est sur ce domaine plus que dans tout autre que l’iPhone pour­rait bien deve­nir un incon­tour­nable de la musique nomade.


Du dicta­phone au multi­piste

iProRecorder
En marge du logi­ciel Dicta­phone fourni de base avec l’iPhone, on trouve ainsi sur l’Apps­tore quan­tité de softs permet­tant d’en­re­gis­trer de l’au­dio rapi­de­ment, façon bloc-notes, et d’an­no­ter et trier de façon plus ou moins avan­cée les fichiers. Dans cette caté­go­rie, la meilleure appli est sans doute iPro­Re­cor­der, déve­loppé par Bias, bien connu pour Peak, éditeur audio Peak exclu­si­ve­ment dédié au Mac. Doté d’une inter­face graphique somp­tueuse, le logi­ciel est à la fois simple et bien pensé : l’en­re­gis­tre­ment se lance et s’ar­rête ultra rapi­de­ment et se fait dans 3 quali­tés possibles (au format WAV 16 bits à 11, 22 ou 44,1 kHz). De grands vumètres permettent de garder un œil sur le signal et on peut même utili­ser un compte à rebours ou para­mé­trer la durée de l’en­re­gis­tre­ment. Vous pour­rez ensuite lire vos fichiers à vitesse variable (normale, 2 fois plus lente, 2 fois plus rapide), boos­ter leur volume  et navi­guer simple­ment à l’in­té­rieur via une molette de type Jogw­heel. Ajou­tez à cela la possi­bi­lité de taguer, commen­ter et illus­trer tous vos fichiers pour les envoyer ensuite par e-mail ou direc­te­ment dans Peak et vous compren­drez qu’à 1,49 €, la chose est plus qu’in­té­res­sante, que vous soyez jour­na­liste ou musi­cien.

 

http://www.ipro­re­cor­der.com/

1 piste, c’est large­ment suffi­sant pour un inter­vie­wer ou un zicos qui veut noter un riff ou une mélo­die, mais pour « maquet­ter » de façon un peu plus avan­cée, il faudra quelque chose d’un peu plus complet. Et c’est là que la petite bête d’Apple pour­rait bien grigno­ter des parts de marché aux ténors de l’au­dio. On trouve en effet plusieurs appli­ca­tions capables de gérer du multi­piste. Outre le 4 Tracks Clas­sic de http://www.little­co­de­shop.com (5,99 €), le StudioApp de http://www.krasidy.com (4,99 €), le GigBaby de http://www.iome­tics.net (0,79 €) qui sont plus ou moins réus­sies, deux appli­ca­tions ont retenu notre atten­tion : Four­Tracks de Sonoma Wire Works (7,99 €), pour son ergo­no­mie, et RecTools08­Pro (15,99 €) pour sa richesse fonc­tion­nelle.

 

Four­Tracks : et de 4 !

 

FourTrack
On commence donc avec cet enre­gis­treur multi­piste made in Sonoma Wire Works au nom évoca­teur. Le soft est simple, sans chichi : vous dispo­sez de 4 pistes avec un fader de volume et un pano­ra­mique pour chacune d’entre elles. Armez la piste que vous voulez enre­gis­trer (une seule à la fois et donc seule­ment du mono en entrée), lancez l’en­re­gis­tre­ment et c’est parti ! Une petite LED rouge située en haut de la piste s’al­lume lorsque le signal sature tandis qu’une molette sert à se dépla­cer dans l’en­re­gis­tre­ment.

 

Un tour dans les « Song Tools » nous montre qu’il est possible de régler le métro­nome qui s’avère très complet : BPM, 3/4, 4/4, 6/8, et ce, dans diffé­rents styles (JM Rock, Pop, Hi-Hat…). Cerise sur le gâteau : un tap tempo est présent.

Il est aussi possible de dupliquer une chan­son, afin de garder plusieurs versions corres­pon­dantes à chaque étape de la créa­tion, mais aussi de boun­cer deux pistes sur une seul : souve­nez-vous, le ping-pong des vieux 4 pistes à cassette!

Enfin, vous pour­rez sauve­gar­der, char­ger et renom­mer votre projet et l’en­voyer par WiFi à votre ordi­na­teur via votre navi­ga­teur habi­tuel afin de récu­pé­rer les quatre pistes sépa­rées. Pratique pour finir le travail dans votre séquen­ceur préféré !

 

FourTrack
À l’usage, ce Four­Tracks se révèle très pratique, avec une prise en main rapide, des possi­bi­li­tés d’édi­tion certes nulles, mais son rôle est avant tout d’être un super bloc-note musi­cal. Pour infor­ma­tion, il enre­gistre en 16 bit / 44,1 kHz et propose même un compres­seur limi­teur en sortie. Pour 7,99€, il vaut assu­ré­ment le coup !

 

On le gardera d’au­tant plus à l’œil que Sonoma vient de sortir Instant­Drum­mer, un logi­ciel à 0,79 € qui permet de réali­ser des pistes de batte­rie dans le style pop/rock complètes et très réalistes (le soft repose sur des boucles audio de vraie batte­rie), avec EQ et compres­seur inté­gré et 3 niveaux d’am­biance pour chaque boucle. Si l’on consi­dère qu’il devrait, dans une prochaine mise à jour, fonc­tion­ner en tandem avec Four­Tracks, la chose a de quoi en inté­res­ser plus d’un. On se doute bien en outre que Sonoma va décli­ner des banques sur d’autres genres musi­caux…

Pour finir de vous convaincre, je vous renvoie à ces sympa­thiques vidéos  (1 et 2) montrant un groupe enre­gis­trer une maquette à partir du logi­ciel de Sonoma.

Éton­nant, non ? Et vous n’avez rien vu, puisqu’avec RecTools08­Pro, on dépasse le simple cadre de l’en­re­gis­tre­ment pour abor­der celui de l’édi­tion et du mixage.

 

RecTools08­pro : et de 8 !

 

RecTools08Pro
On passe en effet ici au niveau supé­rieur puisque RecTools08­pro est un 8 pistes avec tout ce dont on peut rêver : de quoi éditer les pistes, un égali­seur, un audio pool… En bref, c’est ce qui fait de mieux en la matière pour le télé­phone d’Apple. On commence par créer un projet et il est évidem­ment possible d’en sauve­gar­der un, de le renom­mer, de le char­ger, etc. L’ex­port se fait comme dans Four­Tracks par WiFi et navi­ga­teur. Un audio pool est présent pour impor­ter, sauver et même trans­fé­rer sur l’or­di­na­teur n’im­porte quel fichier audio précé­dem­ment enre­gis­tré. C’est une fonc­tion avan­cée assez pratique, hallu­ci­nant pour un soft iPhone !

 

La prin­ci­pale diffé­rence ici par rapport à Four­Tracks réside bien entendu dans le nombre de pistes dispo­nibles, mais aussi dans les fonc­tions d’édi­tion. Il est en effet possible de copier, coller, dupliquer, de raccour­cir le début ou la fin et de split­ter un ou plusieurs évène­ments audio à la fois. Saucisse sur la chou­croute, il y a une fonc­tion redo/undo ! Toutes ces opéra­tions se font avec ou sans grille (du 1/1 au 1/32T, comme dans les « grands » séquen­ceurs) et toutes les autres fonc­tions clas­siques sont présentes : métro­nome complet et mixeur avec volume, pano­ra­mique, mute, solo… Enfin, pour couron­ner le tout, vous dispo­se­rez d’un égali­seur trois bandes para­mé­triques pour chaque piste, et ouais.

 

RecTools08Pro
À 15,99 € (une version 2 pistes et une autre 1 piste sont propo­sées à des prix infé­rieurs), ça vaut large­ment l’in­ves­tis­se­ment, d’au­tant que des rumeurs circulent sur l’in­té­gra­tion prochaine d’ef­fets ou d’ins­tru­ments virtuels… Sans même consi­dé­rer cela, on reste confondu sur la grosse claque que se prennent les enre­gis­treurs portables en terme d’er­go­no­mie : il est vrai que comparé à l’écran couleur tactile de l’iPhone, les affi­cheurs LCD à sous-menus et les combi­nai­sons de touches barbares du Zoom H4 ou du Korg Micro BR semblent tota­le­ment dépas­sés. Or, si l’er­go­no­mie est une chose, le son en est une autre, et c’est là que les enre­gis­treurs portables dédiés reprennent l’avan­tage sur le télé­phone d’Apple.

 

Pensé pour la télé­pho­nie, le micro de l’iPhone est en effet loin de valoir un couple de petits statiques, tandis que sa connec­tique audio se réduit à un connec­teur minijack 4 points (capable donc de véhi­cu­ler simul­ta­né­ment le son vers un casque stéréo et celui prove­nant d’un micro mono). En face des connec­teurs 6,35 mm, XLR ou des micros à conden­sa­teurs qui équipent la plupart des enre­gis­treurs portables, ça fait diffi­ci­le­ment le poids. Sauf que…

 

iMicros

Sauf qu’on trouve sur le marché plusieurs produits desti­nés à compen­ser ces faiblesses, certains n’étant dispo­nibles qu’au Japon comme le Logi­tec LIC-iREC03P ou le Tune­Wear SSR tandis que d’autres sont distri­bués en France. Ce n’est pas un hasard, ces produits émanent de deux construc­teurs spécia­li­sés dans l’au­dio : Blue Micro­phone et Alesis.

Plutôt Mikey ?

 

Mikey
Commençons par le Mikey, genre de protu­bé­rance micro­pho­nique à bran­cher direc­te­ment sur le connec­teur de votre iPod ou iPhone. Outre le fait d’aug­men­ter la qualité sonore de vos enre­gis­tre­ments, il vous permet­tra aussi de réali­ser des prises stéréo grâce à sa capsule à conden­sa­teur stéréo, pour peu que votre appli­ca­tion le permette (RecTools08­Pro le fait, mais pas Four­Tracks). Cinq posi­tions sont possibles, donnant la possi­bi­lité de diri­ger le Mikey vers n’im­porte quelle direc­tion (180 degrés) et trois sensi­bi­li­tés sont propo­sées via le sélec­teur de gain afin d’adap­ter le niveau d’en­trée à la puis­sance acous­tique de la source enre­gis­trée : du concert de Grind Musette au cours théo­rique de Madame Berthier, profes­seur de « Art et Tech­niques du Jokari » en 4e C au lycée Bernard Montiel de Juvisy-sur-Orge.

 

Il y a aussi un haut-parleur inté­gré au Mikey, mais il faut l’ou­blier tout de suite : le son est encore pire que celui du haut-parleur inté­gré de l’iPhone ! On ne pensait pas que cela était possible, mais Mikey l’a fait, chapeau. Il est à noter aussi que le Mikey s’ali­mente direc­te­ment via l’iPhone, et donc ne néces­site pas de batte­rie spéci­fique, un bon point pour la simpli­cité, un mauvais pour l’er­go­no­mie. Le micro est compa­tible, d’après le construc­teur, iPod touch 2G, nano 2G, 3G & 4G, iPod Clas­sic et iPod 5G en plus de l’iPhone 3G et 3GS. Si cette liste est juste, préci­sons qu’un message d’er­reur s’af­fiche lors de la connexion sur un iPhone (même  si tout marche très bien ensuite) et souli­gnons que le Mikey est incom­pa­tible avec l’iPod touch 1re géné­ra­tion.

Mais trêve de long discours, voici deux exemples sonores effec­tués avec une guitare acous­tique, le micro inté­gré de l’iPhone puis le Mikey.

Guitare acous­tique, Guitare acous­tique

Le Mikey permet donc d’avoir une prise de son de qualité, sans pour autant venir chatouiller les ténors dans le domaine des enre­gis­treurs portables plus chers. On y gagne beau­coup par rapport au micro inté­gré de l’iPhone, qui reste un télé­phone ! La seule chose que l’on pour­rait lui repro­cher est sa taille rela­ti­ve­ment impo­sante, rajou­tant un bon tiers de sa longueur à l’iPhone, et son prix assez élevé.

Toute­fois, dans le genre encom­brant et pas donné, Alesis fait plus fort encore puisque, pour 220 € envi­ron, son ProTrack est une coque dans laquelle vient s’in­sé­rer votre iPod ou iPhone. En vis-à-vis de ces incon­vé­nients, l’ap­pa­reil ne présente toute­fois que des avan­tages puisqu’il vous permet de béné­fi­cier d’un couple de micros à conden­sa­teurs dispo­sés en X/Y, de deux entrées combo XLR/Jack 6,35 avec réglage du gain pour chacune et d’une prise casque au format Minijack. Doté d’un atté­nua­teur, d’un filtre coupe-bas, d’un limi­teur, il est alimenté par 4 piles AAA pour une auto­no­mie de 5 heures, ou par un transfo, ce qui lui permet­tra de déli­vrer une alimen­ta­tion fantôme.

 

Un choix valable ?

 

ProTrack
Combiné à un RecTools08­pro et un Alesis ProTrack, la bestiole d’Apple peut sans aucun doute se poser comme une alter­na­tive à consi­dé­rer si vous envi­sa­gez de vous payer un enre­gis­treur stéréo.  Pour inquié­ter des 4 pistes comme le Zoom H4n, par exemple, il en faudra toute­fois un peu plus, car, outre ces nombreuses fonc­tions (multief­fet inté­gré, possi­bi­lité de connec­ter une guitare, etc.) ce dernier est capable d’en­re­gis­trer 4 pistes simul­ta­né­ment, ce qu’au­cune appli­ca­tion sur iPhone n’est en mesure de faire en raison des limites physiques du télé­pho­ne… Notez égale­ment que la coque du ProTrack rend le télé­phone plus encom­brant et qu’il faudra sortir l’iPhone de cette dernière pour télé­pho­ner : pour gagner en connec­tique et en qualité audio, on perd donc en flui­dité d’uti­li­sa­tion…

 

Sans même consi­dé­rer ces petits désa­gré­ments, il reste l’ar­gu­ment du prix : un RecTools et un ProTrack vous coûte­ront 240 €, auxquels il convien­dra d’ajou­ter le prix de l’iPhone si vous ne le possé­dez pas déjà : soit 229 € pour le modèle 3GS 32 Go avec un forfait mini­mum de 50–60 € sur 12 ou 24 mois chez un opéra­teur, ou bien jusqu’à 650 € (valeur totale du télé­phone) dans le cadre d’un renou­vel­le­ment de portable avec votre opéra­teur… Bref, l’ad­di­tion s’élève dans le pire des cas à près de 900 €, ce qui peut sembler hors de prix en compa­rai­son avec les 350 € du Zoom H4n et les 200 € du Korg Micro BR ou du Tascam DP-004, mais qui semblera somme toute raison­nable si l’on consi­dère le nombre incroyable d’ap­pa­reils auxquels est capable de se substi­tuer l’iPhone : pour quelques euros de plus, vous pouvez en effet le trans­for­mer en accor­deur, diction­naire d’ac­cords, séquen­ceur, métro­nome, contrô­leur… Autant d’ap­pli­ca­tions sur lesquelles nous revien­drons dans un dossier ulté­rieur.

 

Conclu­sion

Avec ses logi­ciels à quelques euros et ses possibles amélio­ra­tions maté­rielles, l’iPhone peut sans conteste deve­nir le multi­piste de tous ceux, jour­na­listes ou musi­ciens, qui sont prêts à renon­cer à certains aspects spéci­fique­ment audio (qualité des capteurs, enre­gis­tre­ment simul­tané de 4 pistes, connec­tique) pour jouir de son excel­lente ergo­no­mie et des avan­tages d’une solu­tion tout-en-un qu’on a toujours dans la poche. À l’ins­tar de ce qui se passe sur le marché des appa­reils photo numé­riques compact, en perte de vitesse parce que subis­sant la concur­rence des télé­phones mobiles, il pour­rait bien détour­ner une clien­tèle non négli­geable du marché des enre­gis­treurs audio portables, qui devront forcé­ment se mettre à la page tech­no­lo­gique­ment s’ils veulent perdu­rer, en évoluant notam­ment vers de larges écrans couleur et tactiles. Affaire à suivre donc…
Auteur de l'article Red Led

Je suis rentré dans la musique par la rosace d'une guitare classique et depuis, j'essaie d'en sortir sans trop de conviction.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.