M-Audio Fast Track
+
M-Audio Fast Track

Fast Track, Interface audionumérique USB de la marque M-Audio appartenant à la série Fast Track.

Comparateur de prix
Petites annonces
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer

Test de la Fast Track de M-Audio

Test Baby Fast Track
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it
  • Mail

Les fidèles lecteurs d’AudioFanzine sont familiers avec les interfaces Fast Track de M-Audio, les versions Pro et Ultra ayant été testées précédemment dans nos pages. C’est aujourd’hui au tour de la plus petite d’entre elles, la Fast Track -tout court, de passer sur le grill. Que vaut la nouvelle interface entrée de gamme de M-Audio ?

Les fidèles lecteurs d’AudioFanzine sont familiers avec les interfaces Fast Track de M-Audio, les versions Pro et Ultra ayant été testées précédemment dans nos pages. C’est aujourd’hui au tour de la plus petite d’entre elles, la Fast Track -tout court-, de passer sur le grill. Que vaut la nouvelle interface entrée de gamme de M-Audio ? 

M-Audio Fast Track
La famille Fast Track regroupe des interfaces audionumériques USB avec plus ou moins d’entrées et de fonctions suivant les modèles. Le modèle Ultra 8R propose huit préamplis micro tandis que la version Ultra en intègre quatre et la Pro deux. La Fast Track qui nous intéresse aujourd’hui est la moins onéreuse et la plus compacte de la gamme, ce qui pourra intéresser les plus fauchés et/ou les plus nomades d’entre nous. En premier lieu, commençons à déballer la petiote... 

Dans la boite, on retrouve un CD de drivers et de documentations, un CD de Pro Tools M-Powered Essential, un câble USB et la petite interface aux dimensions réduites. La documentation au format papier est réduite au «Quick Start Guide» qui explique comment installer la Fast Track. Pour de plus amples informations, il faudra ouvrir le fichier PDF situé sur le CD. Mais rassurez-vous, l’interface est relativement facile à utiliser ! On remarque l’absence de bloc secteur, ce qui est une bonne nouvelle, l’interface étant alimentée par le port USB. Un truc en moins à transbahuter lors des déplacements, un très bon point donc.

Le look de l’interface est dans la lignée des autres Fast Track, avec un boitier en plastique et des patins en caoutchouc. Le tout est très léger et n’alourdira pas trop la sacoche de transport de votre ordinateur portable. On apprécie l’effort de miniaturisation et on remarque que les potards situés sur le dessus de l’interface restent de bonne taille et pourront être manipulés aisément, même par les gros doigts.

Jetons maintenant un coup d’oeil aux entrées et sorties disponibles... 

Tu branches

La Fast Track a deux entrées, la première permet via son connecteur XLR de brancher un micro, dynamique ou statique, grâce à l’alimentation fantôme 48 V enclenchable à l'arrière de l’appareil. La deuxième entrée en jack 6,35 mm servira à brancher un instrument, comme une basse ou une guitare. Chaque entrée dispose de deux LEDs, une «sig» qui clignote quand il y a un signal en entrée et une «clip» qui prévient de toute saturation. Vu la précision du système, il conviendra de faire le niveau via votre séquenceur préféré, autrement plus défini ! Mais ces deux petites LEDs ont au moins le mérite d’exister. Pour régler le gain, on manipulera les gros potards situés sur le dessus de l’interface. 

M-Audio Fast Track
En ce qui concerne les sorties, on dispose de deux connecteurs RCA pour brancher des enceintes et d’une prise jack 6,35 mm pour brancher un casque. Le potentiomètre de volume est commun aux deux sorties, ce qui est un peu dommage, mais on fera avec... Il faut savoir aussi que le fait de brancher un casque dans la prise idoine coupe automatiquement les sorties RCA. Enfin, un switch en façade dénommé «Direct Monitor» permettra de renvoyer le signal en entrée vers les sorties ligne et casque sans latence. Cela peut s’avérer utile pour le musicien voulant s’entendre jouer sans aucun décalage temporel. Si vous passez par votre séquenceur, vous aurez fatalement un petit décalage qui pourrait éventuellement gêner le musicien qui est en train de jouer. Ce switch est donc très utile, mais gare aux larsens si votre micro est placé non loin de vos enceintes. On pourra regretter l’absence d’un potard mix permettant de régler la balance entre le son entrant dans l’interface et le son sortant du séquenceur. Pour faire votre petit mix, vous devrez d’abord régler le gain en entrée, le master de votre playback et enfin le volume de sortie sur l’interface. Ce n’est pas super pratique, mais on peut s’en sortir. Enfin, au dos de l’interface, on retrouve l’immanquable connecteur USB, qui vous permettra de relier la Fast Track à votre ordinateur personnel.

Il ne reste plus qu’à installer la belle. 

Tu installes

M-Audio Fast Track
Chez AudioFanzine, nous aimons quand une installation de driver se déroule sans accroc, et ce fut le cas avec cette Fast Track qui n’a pas bronché une seule seconde. Une fois le panneau de configuration lancé, on se retrouve devant le seul et unique paramètre, à savoir la quantification. Cette dernière peut être réglée sur 16 ou 24 bit, la fréquence d’échantillonnage étant fixée par le séquenceur, avec une valeur maximum de 48 kHz.

Pour les intéressés, voici quelques chiffres concernant les spécifications de l’interface : le préampli de l’entrée micro a un gain de 48 dB, avec une impédance en entrée de 6 kOhms et un rapport de signal/bruit de 102 dB. L’entrée instrument a quant à elle un rapport de signal/bruit de 103 dB, un gain de 40 dB et une impédance en entrée de 1 MOhms. L’impédance de la sortie casque est de 33 ohms, avec une puissance de 48 mW par canal. Le reste des spécifications sont disponibles ci-dessous.

Passons maintenant à l’offre logicielle.

 

Tu lances ton séquenceur 

Pro Tools M-Powered EssentialLa Fast Track est livrée avec Pro Tools M-Powered Essential, une version allégée du fameux séquenceur de DigiDesign. Mais de quoi est capable cette mouture ? Eh bien de pas mal de choses ! Vous pourrez enregistrer en 24 bit / 48 kHz, empiler jusqu’à 16 pistes audio (mono ou stéréo), 4 pistes auxiliaires, 8 pistes instruments, 8 pistes MIDI et vous disposerez d’un master fader. De quoi commencer à travailler tranquillement, donc. Vous ne pourrez en revanche enregistrer simultanément que deux pistes, ce qui ne nous gêne pas du tout dans le cas de la Fast Track qui ne possède de toute façon que deux entrées. Vous pourrez aussi avoir jusqu’à quatre bus de mix internes, 5 envois et 3 plug-ins par piste. Le Undo/Redo se souvient des 10 dernières opérations et cerise sur le pompon, une série d’effets et d’instruments virtuels (60 sons) est fournie, ainsi qu’une collection de boucles (3 Go) ! Ajoutez à cela Torq LE, le logiciel pour DJ compatible ReWire, et vous obtenez une offre logicielle plus qu’honorable, surtout quand on jette un oeil au prix annoncé : 126,80 € TTC ! On a donc une petite solution matérielle et logicielle «clé en main» de bonne qualité et offrant tous les outils pour commencer à maquetter tranquillement chez soit. 

Pour tester le préampli et les convertisseurs de l’interface, nous avons réalisé une prise de son de guitare acoustique, une Gibson J-200, avec un micro statique petite membrane Oktava  MK-012-01 qui a un niveau de sortie relativement faible et demande donc aux préamplis de puiser un peu dans leurs ressources. Il a fallu pousser le gain du préampli jusqu’aux trois quarts de la course pour avoir un niveau correct. Au-delà, le souffle commence à être très présent. Comme c’est souvent le cas sur des préamplis d’entrée de gamme, le headroom (réserve de gain) est assez faible et on est quasiment toujours, quelle que soit la source, au-delà des deux tiers de la course du potentiomètre. Point de miracle ici. Voici donc le fichier son, brut et sans aucun traitement. Le micro est dirigé vers la 15e case du manche de la guitare. 

00:0000:00
 

Tu conclus 

Voici une interface audionumérique USB parfaite pour les home studistes débutants, car très complète, tant au niveau matériel que logiciel. On pourra, grâce au préampli, utiliser un micro dynamique ou statique, mais aussi brancher directement sa guitare ou sa basse grâce à l’entrée instrument. Le driver s’est révélé stable et Pro Tools M-Powered Essential constitue une solution complète et pas trop limitée. Pour 126,80€ (prix public), il est donc difficile de faire la fine bouche, même si on regrette l’absence d’un potard de mix entre le son entrant et le son provenant du séquenceur, des entrées et sorties MIDI et des sorties ligne en jack TRS 6,35mm. On ne peut que conseiller cette interface aux débutants désireux de faire leur premier pas dans le monde de la MAO.

Notre avis :
Points forts Points faibles
  • Prix
  • Compacte
  • Gros potards
  • Entrée Micro et entrée instrument
  • Pro Tools M-Powered Essential inclus
  • Simplicité d’installation et d'utilisation
  • Sortie RCA uniquement
  • Pas d’entrées et sorties MIDI
  • Pas de potard mix monitor/playback
À propos de nos tests
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it
  • Mail