Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Roland UA-33 Tri-Capture
Photos
1/80

Test des Roland Duo-Capture et Tri-Capture

Interface audio USB de la marque Roland appartenant à la série UA

test
31 réactions
Tri Roland et Jean-Michel Capture

Les ordinateurs portables étant, ces dernières années, devenus de plus en plus accessibles, les petites interfaces audionumériques fleurissent sur le marché. Avec ses modèles Duo et Tri-Capture, Roland propose deux produits bien pensés pour les amateurs et offrant une qualité sonore inattendue pour leur prix.

Roland et ses marques

Jusqu’à ces dernières années, Roland, marque japo­naise fameuse notam­ment pour ses synthés de légende était un peu effa­cée dans le domaine de la MAO. Ce n’est pas faute de présence, mais de nom puisque ses produits dans ce domaine étaient commer­cia­li­sés sous le nom d’Edi­rol (pour Éditions Roland. Quelle idée !), marque sous laquelle sont égale­ment commer­cia­li­sés des produits vidéo/VJing.

Après le mariage (par fusion/acqui­si­tion) avec l’édi­teur Cake­walk (Sonar), Roland a décidé de clari­fier ses marques. Désor­mais, ses produits dédiés à la MAO sont soit estam­pillés Roland, soit Cake­walk by Roland (garder une seule marque serait trop simple). Ajou­tons que la maison Roland compte égale­ment Boss qui estam­pille beau­coup de produits guitare (notam­ment des pédales)… mais pas seule­ment (certains sampleurs orien­tés DJ notam­ment) et RSS (Roland System Solu­tions), divi­sion qui fabrique des produits audio pro (plutôt live) comme des consoles numé­riques (le V-Mixer) et vidéo.

Procé­dure de test

Les deux inter­faces ont été testées sur mon portable à tout faire (bureau­tique et net, photo et audio nomade, surtout Djing). C’est un Dell M4400 (Core2­Duo T9400 à 2,53 GHz et 4 Go de RAM) sous Windows Seven 64 bits. Pour chacune d’elle, des enre­gis­tre­ments de voix, basse et guitare ont été réali­sés. Pour avoir une réfé­rence, j’ai réalisé les mêmes enre­gis­tre­ments sur mon ordi­na­teur de studio équipé d’une RME Multi­face avec un préam­pli RME Quad­Mic (pour ceux qui ne connaissent pas, réputé d’ex­cel­lente qualité avec un son un peu froid). Pour les prises de guitare et basse, une boîte de direct Behrin­ger DI-100 a été utili­sée puisque le Quad­Mic ne propose pas d’en­trée instru­ment.

Roland Tri-Capture

La guitare est une Peavey Gene­ra­tion type Tele­cas­ter, un modèle d’en­trée de gamme à 110 €. La basse est une Warwick Fortress One à frettes laiton montée en cordes à filets plats. Les micros utili­sés sont un Shure SM58 pour le dyna­mique et un AKG C414 ULS TL II pour le statique.

L’en­re­gis­tre­ment niveau ligne a été testé en faisant lire par le même lecteur de CD l’in­tro du morceau « tnn » de Oxio. Tous les enre­gis­tre­ments ont été réali­sés en 24 bits / 44.1 kHz. Le rendu final (sans aucun effet ni autre trai­te­ment qu’un ajus­te­ment de niveaux) est passé en 16 bits / 44.1 kHz avec un dithe­ring trian­gu­laire.

Duo-Capture, la petite nomade

Roland Duo-Capture

Rappe­lons que dans la topo­ny­mie des inter­faces audio, le nombre d’en­trées indique le nombre de canaux de la carte. Ainsi, une carte deux entrées peut enre­gis­trer deux sources mono ou une source stéréo. Ici, si on peut bien enre­gis­trer deux canaux stéréo (gauche et droit), on ne peut pas enre­gis­trer deux canaux mono simul­ta­né­ment. Malgré les deux entrées, vous ne pour­rez pas enre­gis­trer deux sources simul­ta­né­ment. Je cite la doc : « Nous vous recom­man­dons d’uti­li­ser une seule prise d’en­trée (par exemple, soit la prise LINE, soit la prise MIC/GUITAR) à la fois. Si des péri­phé­riques sont connec­tés aux deux prises à la fois, le son entrant via les deux prises est mélangé, mais le DUO-CAPTURE ne peut pas ajus­ter l’équi­libre du mélange. »

Cepen­dant, à condi­tion que les deux sources soient de niveau ligne, on peut toujours, avec le câble adéquat, enre­gis­trer deux sources mono par l’en­trée ligne stéréo. Mais si vous souhai­tez enre­gis­trer simul­ta­né­ment une guitare et un micro sur deux pistes sépa­rées, c’est mort.

La Duo qui forme un paral­lé­lé­pi­pède en plas­tique faisant approxi­ma­ti­ve­ment la taille de deux iPhones posés l’un sur l’autre est à la fois peu encom­brante et légère (130g sans le câble USB). Si la fini­tion est propre, la qualité ressen­tie reste celle de l’en­trée de gamme, sans faire misé­reux ou fragile. Les boutons ne renvoient pas d’im­pres­sion désa­gréable à la mani­pu­la­tion et les deux faders (niveau d’en­trée et niveau de sortie) sont fermes et précis. Ceux-ci sont situés sur le dessus. À l’avant, on retrouve les prises c’est à dire

  • une en mini-jack femelle pour le niveau ligne
  • une en jack 6,35 pour instru­ment ou micro
  • une autre 6,35 pour le casque
  • une autre mini-jack pouvant servir à un casque ou en line out (par exemple pour des enceintes ampli­fiées)
Roland Duo-Capture

À l’ar­rière, près de la prise USB, on trouve trois boutons : un pad d’at­té­nua­tion pour l’en­trée (bien utile vu que celle-ci délivre un gain très confor­table), un Hi-Z pour le bran­che­ment d’une guitare ou basse et un bouton très pratique permet­tant de couper le moni­to­ring direct des entrées.

À propos des sorties, il faut savoir qu’on ne dispose pas non plus de deux sorties stéréo indé­pen­dantes, mais d’une unique sortie dupliquée sur deux prises. Vous ne pour­rez donc pas utili­ser cette carte pour du Djing avec pré-écoute.

Comment ça sonne ?

J’ai été agréa­ble­ment surpris par cette petite carte qui sonne très conve­na­ble­ment. Sur des écoutes correctes (dans mon bureau) et en test aveugle (que je vous invite à faire grâce aux fichiers anony­mi­sés), j’ai été bien en peine de dire quels enre­gis­tre­ments avaient été faits sur la Duo et lesquels sur la RME pour l’en­trée ligne et les instru­ments. Il est vrai que la DI Behrin­ger n’est pas une merveille, mais le résul­tat de la Duo reste remarquable. La diffé­rence est nette sur la prise micro (SM58) notam­ment à cause d’un souffle net et d’une perte d’am­pleur, mais le résul­tat est large­ment compa­tible avec une maquette ou une démo.

Fichiers anonymes

En studio avec les écoutes qui vont bien, la diffé­rence est plus audible. Mais si la prise micro montre sa faiblesse, diffi­cile de dire que les prises instru­ment sonnent fran­che­ment moins bien. Si le bas du spectre est un peu plus brouillon, il présente une certaine chaleur qui plaira à beau­coup.

 

Basse UA11 Duo
00:0000:15
  • Basse UA11 Duo00:15
  • Guitare UA11 Duo00:43
  • sm58-UA11 Duo00:35
  • ligne-UA11 Duo00:31

Bilan :

À 80 € (-1 €), c’est un choix très recom­man­dable comme carte nomade pour qui n’a pas d’exi­gences audio super­la­tives.  Pour ça, il faudrait voir (beau­coup) plus cher. À titre de compa­rai­son, une RME  Baby­face ou une Apogee Duet coûtent dans les 500 €.

Par ailleurs, côté drivers, la stabi­lité a été sans faille tout au long du test (avec une latence nomi­na­tive de 5 ms) alors que le portable utilisé n’est abso­lu­ment pas opti­misé pour l’au­dio.

  • prix agres­sif
  • très trans­por­table (encom­bre­ment et poids)
  • son plus que correct, voire bon sur les prises instru­ment.
  • utili­sa­tion limi­tée par le nombre d’en­trées / sorties (mais à ce prix…)
  • un peu de souffle en prise micro (mais à ce prix…)
  • tout plas­tique (mais à ce prix…)
  • pas de MIDI

Tri-Capture : l’en­trée de gamme inter­mé­diaire pour podcas­teurs

Roland Tri-Capture

Avec la Tri Capture, on reste dans la même concep­tion d’en­trée de gamme, mais avec des fonc­tions supplé­men­taires. Avec ses dimen­sions un peu plus impo­santes que la Duo (171 (L) x 134 (P) x 40 (H) mm) et ses 320g, elle est un peu moins portable, mais tout à fait trans­por­table. La forme est moins celle d’une inter­face nomade que d’une « desk­top », desti­née à être posée sur le bureau. Forme bien fichue d’ailleurs. Cette fois, toutes les prises sont regrou­pées à l’ar­rière et les boutons et poten­tio­mètres rota­tifs (plus de fader ici) sur le dessus.

Les boutons pous­soirs, simi­laires à ceux de la Duo, font ici une impres­sion un peu plus cheap. En effet, sur la Duo, le fait de les relé­guer à l’ar­rière a permis des découpes un peu plus larges dans la carcasse, ce qui évite tout frot­te­ment dans leur manœuvre. Ici, l’exi­gence d’as­pect et de fini­tion fait proba­ble­ment que les puits de boutons plus serrés engendrent quelques frot­te­ments, rendant le contact assez cheap. Mais l’en­clen­che­ment est franc. Les rota­tifs sont plutôt plai­sants à mani­pu­ler malgré leur petite taille. Ils ont la juste fermeté permet­tant une bonne préci­sion.

Sur la Tri-capture, on dispose de 3 entrées. Ce qui ne veut pas dire trois entrées indé­pen­dantes, comme nous allons le voir. En fait, la Tri-Capture n’est capable d’en­re­gis­trer simul­ta­né­ment et sépa­ré­ment que deux sources (1 stéréo ou deux mono).

La première entrée est une prise micro en XLR (pas de combo pour y entrer un jack). Elle comporte un bouton dédié pour enclen­cher l’ali­men­ta­tion fantôme pour l’uti­li­sa­tion des micros statiques et d’un rota­tif pour le gain d’en­trée.

La seconde, en jack 6,35 mm, est desti­née aux instru­ments. Son bouton dédié permet d’en­clen­cher le Hi-Z (haute impé­dance) et on retrouve un réglage de gain.

Gros regret : aucune témoin lumi­neux n’an­nonce l’en­clen­che­ment de ces boutons. Si c’est dispen­sable pour l’en­trée instru­ment, c’est vrai­ment dommage pour l’en­trée micro, compte tenu des risques qu’il y a à mani­pu­ler les bran­che­ments avec une alimen­ta­tion fantôme enclen­chée, sans parler des dégâts éven­tuels sur des micros à rubans. Or, avec ces boutons noirs sur surface noire, l’en­clen­che­ment n’est pas si évident à voir en envi­ron­ne­ment sombre.

Sur la troi­sième entrée, de niveau ligne, les connexions se font avec deux RCA et on dispose d’un potard de volume.

Un bouton permet de choi­sir le mode d’uti­li­sa­tion des entrées. On a le choix entre :

  • MIC/GUITAR qui permet l’en­re­gis­tre­ment de chacune de ces entrées sur une piste sépa­rée
  • ALL INPUTS qui permet de mélan­ger le son d’un micro et/ou d’une guitare avec le son de l’en­trée ligne. L’en­re­gis­tre­ment se fait sur une piste stéréo dans le séquen­ceur.
  • LOOP BACK. Cette option est très inté­res­sante pour certains : elle permet de mélan­ger le son produit par l’or­di­na­teur avec celui des entrées. Le son de l’or­di­na­teur peut être aussi bien produit par le séquen­ceur ou autre logi­ciel de musique, mais aussi des radios en strea­ming, des vidéos, des jeux…
Roland Tri-Capture

Côté sorties, on dispose d’une sortie géné­rale sur paire de jacks mono symé­triques (inté­res­sant pour la scène) et d’une prise casque qui dispose d’un bouton de volume dédié. Par ailleurs, deux boutons pous­soir permettent de muter le moni­to­ring des entrées et de muter la sortie géné­rale (la sortie casque restant active). Tout ceci serait très bien fichu et méri­te­rait l’award de la meilleure gestion du moni­to­ring (en tout cas sur une petite inter­face) si on avait bien deux sorties diffé­rentes. Or, ce n’est pas le cas. Au niveau logi­ciel, on ne dispose que d’une sortie. De plus, le driver très basique (juste un réglage de latence) ne comporte aucun réglage de volume. Il faudra gérer celui-ci par le système ou avec le volume géné­ral du logi­ciel audio. Ce n’est pas un problème si votre système d’en­ceintes dispose de son réglage de volume, mais c’est rare­ment le cas pour les enceintes de moni­to­ring actives dont le réglage, situé à l’ar­rière, se fait une fois pour toutes.

Or, si on travaille avec des enceintes assez puis­santes, il faut bais­ser le volume master dans le logi­ciel. Mais le niveau devient alors insuf­fi­sant pour la sortie casque, ce qui oblige à le remon­ter dans l’or­di­na­teur dès qu’on veut contrô­ler quelque chose au casque. Dommage de n’être pas allé jusqu’au bout avec deux gestions de volume auto­nomes, mais le coût n’au­rait peut-être pas été le même. Ce problème inter­dit – comme avec la Duo – l’uti­li­sa­tion en DJing avec pré-écoute.

Par contre, pour ceux qui travaillent avec des enceintes passives alimen­tées par un ampli dispo­sant d’un bouton de volume, c’est royal. Ils disposent ainsi d’un volume indé­pen­dant pour le casque et les enceintes et de la possi­bi­lité de couper celles-ci d’un simple bouton, d’avoir ou pas les entrées en écoute. Vrai­ment très pratique.

Comment ça sonne ?

Sans surprise, j’ai retrouvé les impres­sions sonores de la Duo, c’est à dire plutôt bonnes, voire très bonnes si on rapporte ça au tarif de 120 € (-1 €) !

L’en­trée micro en XLR permet de gagner un peu de qualité sur la Duo avec un micro dyna­mique. Avec un micro statique que permet la Tri à l’op­posé de la Duo, l’écart avec RME est plus flagrant. Mais ça reste très bon pour un usage amateur.

 

Guitare UA33 Tri
00:0000:43
  • Guitare UA33 Tri00:43
  • Basse UA33 Tri00:39
  • ligne-UA33 Tri00:31
  • C414 UA33 Tri00:32
  • sm58-UA33 Tri00:35

Bilan

Grâce à sa fonc­tion Loop­Back, cette carte semble surtout un excellent choix pour ceux qui veulent vite jeter « dans leur ordi » des idées ou produire un résul­tat rapide sans entrer dans les arcanes du mixage multi­pistes. Si vous utili­sez des enceintes passives et un ampli avec volume (cas typique en hi-fi), la gestion du moni­to­ring est parfaite. Dans ce cas, l’in­tel­li­gence de la concep­tion, la qualité sonore et la possi­bi­lité d’en­re­gis­trer direc­te­ment tous types de sources (sauf phono faute de préam­pli RIAA) en font un excellent choix pour beau­coup d’ama­teurs.

  • bon rapport qualité / prix
  • bonne qualité audio
  • ergo­no­mie sympa
  • aisé­ment trans­por­table
  • bonne gestion du moni­to­ring avec des enceintes passives
  • pas de gestion diffé­ren­ciée sortie main out et casque (embê­tant avec enceintes actives)
  • tout plas­tique
  • pas d’in­di­ca­teur clair d’ali­men­ta­tion Phan­tom.
  • Pas de MIDI

Conclu­sion

Avec ces deux inter­faces, Roland propose des produits plutôt cohé­rents dans leur concep­tion et d’une qualité audio large­ment suffi­sante pour bon nombre d’uti­li­sa­teurs et ceci à un prix plan­cher. Malgré celui-ci, la qualité de fabri­ca­tion n’est pas sacri­fiée. De quoi satis­faire bon nombre de personnes qui n’ont pas besoin de MIDI.

Pour ceux qui ont besoin de MIDI, mais aussi qui cherchent une qualité supé­rieure, plutôt dans le pro, mais à prix agres­sif, nous parle­rons dans un prochain test de la Quad Capture qui nous a plutôt bluf­fés.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.