Se connecter
Se connecter

ou
Créer un compte

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
IK Multimedia Sampletank 2 XL
Photos
1/1

Test du Sampletank 2XL d'IK Multimedia

Test écrit
Test IK Multimedia Sampletank 2 XL
8/10
Partager cet article

Si l'on ne change pas une recette qui gagne, on peut toutefois y apporter des améliorations. Bien conscients de cela, les développeurs italiens ont conservé la philosophie d'ensemble du premier SampleTank mais ont revu un à un tout ses composants pour les améliorer significativement.

Si l’on ne change pas une recette qui gagne, on peut toute­fois y appor­ter des amélio­ra­tions. Bien conscients de cela, les déve­lop­peurs italiens ont conservé la philo­so­phie d’en­semble du premier Sample­Tank mais ont revu un à un tout ses compo­sants pour les amélio­rer signi­fi­ca­ti­ve­ment.


SampleTank - Aperçu d'ensemble de Sample Tank 2

Avec le premier Sample­Tank, IK Multi­me­dia avait accou­ché d’un concept assez nova­teur pour l’époque : à mi-chemin entre l’ex­pan­deur sophis­tiqué et l’échan­tillon­neur basique, le plug-in faisait l’ef­fet d’une formi­dable boîte à sons pensée pour répondre au mieux aux besoins des musi­ciens. Le succès fut d’ailleurs au rendez-vous et, grâce notam­ment au soutien de l’édi­teur de samples Sonic Reality, Sample­Tank devint un outil de prédi­lec­tion pour de nombreux utili­sa­teurs, qu’ils soient amateurs ou profes­sion­nels (Eminem par exem­ple…). Dans ce contexte, inutile de dire que Sample­Tank 2 était attendu au tour­nant. Or, IK Multi­me­dia semble avoir eu à cœur de ne déce­voir personne, comme nous allons le voir.


Le Tank a grandi

Affichage des 16 canaux MIDI de Sample Tank 2

Cela commence par l’in­ter­face du logi­ciel qui est désor­mais plus grande car elle abrite à la fois plus de boutons et un écran d’af­fi­chage nette­ment plus large. Divisé en trois, ce dernier affiche à gauche les 16 canaux MIDI auxquels vous pour­rez affec­ter 16 patchs, avec la possi­bi­lité de spéci­fier le pano­ra­mique, le volume et la poly­pho­nie maxi­mum de chacun (pratique pour écono­mi­ser des ressources). C’est aussi ici qu’on affecte la sortie audio de chaque instru­ment. Au maxi­mum, on utili­sera 16 sorties répar­ties 2 à 2 pour la stéréo (1+2, 3+4, etc.) mais on pourra, là encore, réduire le nombre de sorties pour soula­ger la machine. Pratique, la colonne MB vous renseigne quant à elle sur le nombre de Mega­Oc­tets de RAM alloué à chaque patch. Notez enfin qu’on peut, toujours dans cette partie, écou­ter un canal en Solo ou le rendre muet via les colonnes S et M (Mute).

A droite de l’af­fi­chage des canaux, on retrouve le navi­ga­teur (brow­ser) qui avait fait le succès du premier Sample­Tank en offrant un moyen simple d’ac­cé­der aux nombreux presets livrés. L’ar­bo­res­cence est d’une simpli­cité enfan­tine et connaît trois niveau :

Navigateur de fichiers de Sampletank 2

 

  • Les dossiers qui regroupent les instru­ments par famille et qui sont précé­dés d’une petite flèche blanche. On accède à leur contenu en cliquant dessus.
  • Les instru­ments qu’on charge sur le canal midi actif en double-cliquant sur leur nom.
  • Les «  décli­nai­sons d’ins­tru­ments  » réali­sées à partir d’un instru­ment (Qui utilisent donc les mêmes samples que ce dernier). On y accède en cliquant sur un instru­ment précédé d’une petite flèche noire et on les charge en double-cliquant dessus.
Paramètres et moteur de recherche 2

A l’ex­trême droite de l’écran d’af­fi­chage, on trouve enfin une partie conte­nant nombre de rensei­gne­ment sur l’ins­tru­ment en cours d’uti­li­sa­tion (Poly­pho­nie, taille, auteur, descrip­tif, etc.). C’est aussi ici qu’on accède à la confi­gu­ra­tion du programme (pour spéci­fier par exemple dans quel réper­toire se trouvent les samples), aux fonc­tions d’im­port (au format WAV ou AIFF, SDII, AKAI ou SAMPLE­CELL) et au moteur de recherche. Pour simpli­fier la recherche dans vos banques de sons, IK Multi­me­dia a en effet mis au point un système permet­tant d’as­so­cier des mots-clés à un instru­ment. Dès lors, il suffira de taper l’un des mots-clés asso­cié dans la case Search pour tomber sur le(s) instru­ment(s) concer­nés autre­ment plus rapi­de­ment qu’en parcou­rant l’ar­bo­res­cence. C’est certes acces­soire mais vrai­ment très bien vu, d’au­tant que dans sa version XL, Sample­Tank est quand même livré avec la baga­telle de 1500 presets prêts à l’em­ploi, sur lesquels il convien­dra de reve­nir après avoir évoqué l’une des autres grande amélio­ra­tion de cette nouvelle version : la partie édition


J’édite, tu édites, nous éditons

Synth Sampler de SampleTank 2

Chaque instru­ment est évidem­ment succep­tible d’être modi­fié grâce au panneau Synth Sampler. Dispo­sés en croix sur ce dernier, 7 boutons donnent accès aux éditeurs Enve­lope 1, Enve­lope 2, Filter, Synth, Velo­city, LFO 1 et LFO 2. Tous les réglages se font ensuite au moyen de 8 potars qui changent d’at­tri­bu­tion selon l’édi­teur sélec­tionné. Voici donc la liste des réglages sur lesquels on peut inter­ve­nir :

  • «  Enve­lope 1  » sert à para­mé­trer l’en­ve­loppe de volume. Ses réglages sont Attack, Hold, Decay, Sustain, Release et Level.
  • «  Enve­lope 2  » sert à para­mé­trer l’en­ve­loppe de pitch et/ou la fréquence du filtre. Ses réglages sont Attack, Hold, Decay, Sustain, Release, Filter et Pitch.
  • «  Filter  » permet de régler le filtre appliqué au son. Ce dernier peut être passe-bas, passe-bande ou passe-haut avec une pente de 6 dB par octave (1 pôle), 12 dB par octave (2 pôles) ou 24 dB par octave (4 pôles). Evidem­ment, la fréquence de coupure et la réso­nance du filtre sont aussi réglables.
  • «  Velo­city  » sert à déter­mi­ner la façon dont Sample­Tank répond aux commandes de votre clavier maître. Ses réglages sont Curve, Amp, Filter, Pitch, Res, LFO1 Depth, Env2 Sustain.
  • «  LFO 1  » sert à para­mé­trer le premier oscil­la­teur qui servira à modu­ler la fréquence de coupure du Filtre, ainsi que le Volume (pour obte­nir un tremolo par exemple) ou le Pitch du son (pour obte­nir un vibrato). Ses réglages sont Wave (5 formes d’onde dispo), Speed, Depth, Delay, Level, Pitch, Filter et Free Run (Déter­mine si le LFO commence sa course lorsqu’une touche est préssée ou s’il oscille indé­pen­dam­ment, sans discon­ti­nuer)
  • «  LFO 2  » peut lui aussi agir sur la fréquence de coupure du Filtre, ainsi que sur le Volume et le Pitch d’un son. Mais il peut égale­ment modu­ler le place­ment stéréo d’un son (le pano­ra­mique). Ses réglages sont Wave (5 formes d’onde dispo), Speed, Depth, Level, Pitch, Filter et Pan.
  • «  Synth  » permet enfin de choi­sir quel moteur de sampling est utilisé par la logi­ciel pour effec­tuer des trans­po­si­tions tonales ou ryth­miques du son. 3 moteurs coha­bitent dans le logi­ciel : RESAMP., PS/TS et STRETCH, lesquels sont au centre de Sample­Tank et méritent donc qu’on s’at­tarde sur leur cas.


RESAMP., PS/TS et STRETCH sont dans un bateau tank…

En cliquant sur le bouton Synth, on accède au para­mé­trage des 3 moteurs de sampling qui coha­bitent dans le logi­ciel : RESAMP., PS/TS et STRETCH

Moteur Resamp. de SampleTank 2

RESAMP. (Resam­pling)

C’est un moteur de sampling de base qui joue sur la vitesse de lecture d’un sample pour le trans­po­ser vers le haut ou vers le bas, exac­te­ment comme on pouvait le faire avec un vieux 45 tours de Sheila en le lisant à 33 tours/minute (Plus lent donc dans une tona­lité plus basse : Sheila devient Barry White sous Prozac) ou en 78 tours/minute (Plus rapide donc dans une tona­lité plus haute : Sheila évoque alors un Fari­nelli sous amphé­ta­mines). Le problème avec cette méthode de sampling est évident : Plus le sample est trans­posé vers l’aigu, plus il est court. Plus il est trans­posé vers le grave, plus il est long. Or, si cela s’en­tend sur un instru­ment lorsqu’on joue deux notes trop éloi­gnées, cela est plus gênant encore pour travailler avec une boucle ryth­mique, le tempo de cette dernière augmen­tant ou descen­dant à mesure qu’on la trans­pose dans les aigüs ou les graves…

PS/TS (Pitch-shift/Time-stretch)

Moteur de Sampling PS/TS de Sample Tank 2

Le Pitch Shif­ting et le Time Stret­ching permettent de résoudre ce problème et, de ce côté, le moteur PS/TS de Sample­Tank 2 s’en tire plutôt bien. S’il n’at­teint pas la qualité des algo­rithmes MPEX de Proso­niq (qui ne travaillent pas en temps réel) ou de l’Elas­tic Audio d’Able­ton, il fait bien son boulot tant qu’on reste dans des modi­fi­ca­tions de Picth ou de durée raison­nables. On notera à ce sujet qu’un bouton Loop Sync permet, à la manière d’Acid ou de Live, de caler instan­ta­né­ment toutes les boucles lues dans Sample­Tank au tempo du séquen­ceur hôte. Cette fonc­tion est parti­cu­liè­re­ment utile pour réali­ser des chœurs : en utili­sant quelques bonnes boucles vocales, il suffit de plaquer des accords pour voir surgir une chora­le…

STRETCH (Acro­nyme de «  Sample­Tank Time REsyn­the­sis TeCH­no­logy  »)

Moteur STRETCH de SampleTank 2

Complé­men­taire mais nette­ment plus nova­teur que RESAMP. ou PS/TS, STRETCH est le vrai morceau de bravoure de ce Sample­Tank 2, morceau sur lequel IK Multi­me­dia a d’ailleurs basé l’es­sen­tiel de sa commu­ni­ca­tion. De quoi s’agit-il ? D’un moteur de sampling capable d’opé­rer des trans­po­si­tions tonales et ryth­miques en tenant compte des formants propres aux diffé­rents timbres, dans un esprit proche de ce que fait le Melo­dyne de Cele­mony ou le Vari­Phraze de Roland.

Dans les faits, STRETCH atteint une qualité de trans­po­si­tion très nette­ment supé­rieure à ce qu’on obtient via un clas­sique Pitch Shif­ting/Time Stret­ching. Là où un algo­rithme de trans­po­si­tion clas­sique produit un son arti­fi­ciel et bourré de défauts dès qu’on modi­fie la durée ou le pitch d’un sample de plus de 20 % (Les sons les plus acous­tiques se métal­lisent et sonnent extrê­me­ment synthé­tiques, ou offrent une sorte de décom­po­si­tion abomi­nable), STRETCH parvient à réali­ser des trans­po­si­tions à l’oc­tave en main­te­nant une qualité abso­lu­ment bluf­fante. Essayé sur une voix de soprane en mode Legato (Réglable via un potar), il permet non seule­ment d’ob­te­nir une trans­po­si­tion crédible de la voix de la chan­teuse mais produit en outre des arti­cu­la­tions orga­niques entre les notes extrê­me­ment réalistes.

De ce point de vue, la compa­rai­son avec le pitch-shift clas­sique est sans appel. On s’en rend compte notam­ment sur les instru­ments à vent solo : les trom­pettes, trom­bones ou saxo­phones sont réel­le­ment de très belle facture. Toute­fois, si impres­sion­nant soit-il, STRETCH a ses limites. D’abord, il donne lieu à des choses plus ou moins réus­sies suivant le type de son auquel on essaye de l’ap­pliquer : sur des boucles vocales par exemple, il produit ainsi un grand nombre d’ar­te­facts (glitchs) qu’il est assez dur de contrô­ler. Idem sur les ensembles orches­traux et de manière géné­rale sur les sons poly­pho­niques. Bref, on a affaire au même genre de contraintes qui limi­taient l’em­ploi du Vari­Phraze et de Melo­dyne. Remarquez néan­moins que, si vous aimez les sons trafiqués, les défauts sonores du STRETCH devraient ravir votre côté Sound Desi­gner. En jouant avec les formants via la molette Harmo­nics, vous pour­rez ainsi obte­nir quelques torsions de timbre plutôt sympa­thiques…

Bien évidem­ment, chacun de ses 3 moteurs de sampling peut être réglé suivant diffé­rents para­mètres : Pitch, Fine & Bender pour RESAMP., Pitch, Fine, Bender, Tempo & Over­lap pour PS/TS et Pitch, Fine, Bender, Tempo & Harmo­nics pour STRETCH. Et ces réglages peuvent être diffé­rents pour chaque note d’un patch. La fonc­tion Zone, en montrant tout le mapping d’un instru­ment, permet ainsi par une simple pres­sion de touche de para­mé­trer le moteur de sampling sur chaque note. Là encore, les expé­ri­men­ta­teurs sonores appré­cie­ront.

Macro sauce Sample­Tank

Si l’on met bout à bout les possi­bi­li­tés offertes par les filtres, les LFOs, les enve­loppes et les 3 moteurs de sampling, il y a déjà de quoi faire en terme de design sonore. Or, Sample­Tank ne s’ar­rête pas là et propose encore quelques contrôles supplé­men­taires via le panneau «  Macro  ».

Macro de Sample Tank 2

Sur ce dernier, jusqu’à 4 potars peuvent être assi­gnés à diffé­rents para­mètres en fonc­tion du patch sélec­tionné : Avec une batte­rie, ils permet­tront ainsi de régler le niveau de chaque percu indé­pen­dam­ment (grosse caisse, caisse claire, char­ley et cymbales). Sur un patch d’Ham­mond B3, ils servi­ront cette fois à doser l’at­taque percus­sive si carac­té­ris­tique de ce type d’orgue. Et caetera, et caete­ra…

Seul regret concer­nant ce mode macro : On ne peut pas s’en servir pour ses propres banques de son. Si les desi­gners d’IK Multi­me­dia ont sans nul doute un outil interne qui leur permette de program­mer des macros, ils n’ont pas jugé utile de le livrer avec Sample­Tank et c’est bien dommage pour les twea­kers que nous sommes… Bah, on ne râlera pas trop quand même dans la mesure où : 1) il y a déjà large­ment de quoi faire du coté édition. 2) la section d’ef­fets s’est elle aussi consi­dé­ra­ble­ment étof­fée.


Effet tant mieux !

Section d'effets de Sample Tank 2

Déjà impres­sion­nant dans Sample­Tank premier du nom, le multi-effet a donc été amélioré lui aussi. Désor­mais, ce ne sont plus 4 mais 5 effets que vous pour­rez chaî­ner, à choi­sir parmi un total de 32 contre 27 dans la précé­dente version. C’est parti pour la liste : en plus de l’EQ/Compres­seur du premier slot et qui est inamo­vible, pour pour­rez faire mumuse avec des reverbs et des delays (Reverb, Ambience, Reverb Delay, Spring Reverb, Delay), des filtres (Filter, Enve­lope Filter, Multi Filter, Wah-Wah), des effets à modu­la­tions (Chorus, Multi Chorus, Phaser, AM Modu­la­tion, FM Modu­la­tion, Flan­ger, Enve­lope Flan­ger), des effets de place­ment du son (Auto Pan, Tremolo, Rotary Spea­ker), des distor­sions (Lo-Fi, Distor­tion, Phono­graph, Crusher, Over­drive), des simu­la­teurs d’am­pli/Haut-parleur (Pre Amp, Tone Control, Cabi­net), des trai­te­ments spec­traux et dyna­miques (Param EQ, Chan­nel Strip, Compres­sor, Limi­ter) et même un outil appelé Slicer et qui permet, selon un pattern ryth­mique et une cadence prédé­fi­nis, de hacher le son d’un instru­ment.

Autant le dire : il y a de quoi répondre à quasi­ment tous les besoins… et avec quelle qualité !
Prove­nant pour certains d’Am­pli­tube ou de T-Racks, les effets sonnent ainsi vrai­ment bien. Leur grande musi­ca­lité met réel­le­ment en valeur les instru­ments auxquels on les applique, au point qu’on aurait bien aimé pouvoir béné­fi­cier de cette section comme simple plug-in VST, à l’ins­tar de la cabine Leslie du Native Instru­ment B4 ou des pédales virtuelles four­nies avec le Virtual Guita­rist Elec­tric Edition de Stein­berg.

Les réglages se font comme dans la partie édition, au moyen de 8 potars assi­gnés à diffé­rents réglages en fonc­tion de l’ef­fet, cepen­dant qu’il est possible, égale­ment, de sauve­gar­der les Presets effets. C’est simple, effi­cace et ça sonne ! Les quelques 1500 instru­ments four­nis avec le logi­ciels ne se privent d’ailleurs pas pour montrer les pers­pec­tives ouvertes par cette section en terme de design sonore. C’est là d’ailleurs une bonne occa­sion de vous entre­te­nir de la sympa­thique banque de sons livrée avec la version XL de Sample­Tank 2.


Orgie sonore !

Comme pour mieux nous signi­fier que Sample­Tank 2 est au moins deux fois mieux que Sample­Tank 1, IK Multi­me­dia a carré­ment doublé la taille de la banque livrée avec la version XL son logi­ciel. Après l’ins­tal­la­tion fasti­dieuse de 8 CD (Dis Monsieur IK, tu connais les DVD-ROM ?), vous vous trou­ve­rez donc à la tête de 4,5 Go de sons divers et variés, prêt à affron­ter toutes les situa­tions. Car c’est un fait : il y a ici de quoi abor­der tous les registres, de l’elec­tro à la musique de film sympho­nique en passant par le rock, le hip hop ou le jazz.

Les instru­ments sont rangés en 14 familles. Dans l’ordre, on trou­vera des basses (élec­triques & acous­tiques), des cuivres (soli & en sections), des batte­ries (acous­tiques & elec­tro­niques), divers instru­ments «  ethniques  » (accor­déon, mando­line, Sitar, etc.), des guitares (élec­triques & acous­tiques), des boucles ryth­miques (elec­tro & percus­sions), des ensembles orches­traux (section de cuivres ou de cordes, orchestre sympho­nique complet, etc.), des orgues (B3 & orgues d’église), diverses percus­sions (Congas, darbu­kas, tablas, etc.), des pianos (acous­tiques, élec­triques et synthé­tiques), des cordes (Violon­celles, contre­basses, alto et violons, en solo ou en sections), des sons de synthés (Basses, Drum­kits, FX, Leads, nappes, percus­sions & pianos), des voix mascu­lines et fémi­nines (En choeur ou en solo dans les registres soprano, tenor et alto) et des bois (Flûtes, clari­nettes, bassons, aubois, etc.).

Or, on le sent dans chacune des caté­go­ries, IK Multi­me­dia a eu à cœur de n’igno­rer aucun son typique d’un instru­ment : Pour prendre un exemple parlant, on trouve ainsi parmi les basses toutes les variantes connues de la 4-cordes : les contre­basses et les basses fret­less bien sûr, mais aussi les basses à 6 cordes, les indé­mo­dables Preci­sion Bass et Jazz Bass de Fender, ou encore le fameux Stick Chap­man… Bien évidem­ment, les diffé­rentes tech­niques de jeu sont repré­sen­tées (jeu aux doigts, au media­tor ou en slap) cepen­dant que la section d’ef­fets se charge de livrer son quota de basses extra-terrestres à grand coup de disto, de chorus, de flan­ger ou de phaser. Résul­tat : une centaine de presets capables d’as­seoir le groove de n’im­porte quel morceau dans n’im­porte quel style.

Cette logique s’ap­pliquant à chaque caté­go­rie, vous l’au­rez compris : la banque du Sample­Tank 2 XL se la joue complète, façon oeuf-jambon-fromage, et devrait caler les plus voraces en terme de sons. Toute­fois, si la quan­tité est une chose, la qualité en est une autre et comme un tonneau de Carré de vigne n’a jamais valu un verre de Saint-Emilion, autant passer par la cave aux samples pour s’of­frir une petite dégus­ta­tion.


Du petit vin de table au grand crû millé­simé

Au risque de ruiner le suspens de ce para­graphe, disons le tout de go : dans l’en­semble, la banque de sons de Sample­Tank 2 XL est vrai­ment de bonne qualité. C’est bien simple : les pires instru­ments sont tout juste médiocres. Or, ces derniers ne sont pas bien nombreux et l’es­sen­tiel des patchs oscille entre le bon, le très bon et l’ex­cellent. Alors bien sûr, on sera déçu ici par des aubois trop raides ou par un souffle trop prononcé sur les violons soli, mais on se délec­tera en revanche des basses élec­triques/acous­tiques, des cuivres ou encore des guita­res…

Les basses de Sample Tank 2

Les basses (Bass) : Elles sont excel­lentes et, de manière géné­rale, très bien mappées : sur la plupart des patchs, on entends les cordes friser sur les vélo­ci­tés fortes cepen­dant que les octaves sortant de la tessi­ture de l’ins­tru­ment sont affec­tées à divers effets de glis­sando. Comme expliqué plus haut, le pannel de sono­ri­tés est plutôt vaste, permet­tant d’abor­der tous les styles de musique : du rock vintage au funk moderne en passant par le dub, le jazz ou l’in­dus. Seul petit reproche à mon sens : les basses distor­dues sont un peu molle du genou (on aurait aimé des attaques plus agres­sives). Dans la mesure où la plupart des instru­ments sont basé sur 5 Mo de samples, on n’est bien sûr pas non plus au niveau de ce que propose Spec­tra­so­nics avec Trilo­gy… mais on s’en approche ! Au sein du mix, les basses du Sample­Tank font ainsi parfai­te­ment la blague sans toute­fois squat­ter toute la mémoire de l’or­di­na­teur. De ce point de vue, on n’est pas loin de la perfec­tion…

Démo audio : Fret­less Acous­tic, Octave

Les cuivres de SampleTank 2

Les cuivres (Brass) : En dépit d’un manque de vélo­ci­tés diffé­rentes, les saxo­phones, trom­pettes et trom­bones soli sont vrai­ment stupé­fiants de réalisme. Cela tient certes au fait que nombre d’entre eux sont basés sur une tren­taine de Mega­Oc­tets de samples mais cela est surtout dû à STRETCH qui, combiné au mode Legato et au Porta­mento réglable, permet de réali­ser des phra­sés extrê­me­ment réalistes du point de vue des arti­cu­la­tions. Là encore, le mapping est très bien foutu, la molette de pitch bend servant à l’oc­ca­sion pour régler l’in­ten­sité du souffle. Quant aux sections cuivres, elles sont sans histoires et remplissent parfai­te­ment leur office dans des registres plus ou moins pêchus. On notera d’ailleurs qu’on dispose de toute la gram­maire des instru­ments à vent : swells, stac­cati, glis­san­di… Il y a donc de quoi faire des séquences variées. Quant à ceux que la program­ma­tion rebute, ils trou­ve­ront quelques phra­sés bouclés prêts à consom­mer. Deux petits bémols néan­moins : on ne dispose pas de tuba et certains instru­ments à sour­dine sont un peu déce­vants : la plupart de ces derniers n’ayant pas fait l’objet d’un échan­tillon­nage dédié, ils sont bidouillés à coup de filtres et de STRETCH à partir des instru­ments géné­riques. Or un trom­bone filtré synthé­tique­ment et un trom­bone bouché sont deux choses bien diffé­ren­tes… Rela­ti­vi­sons tout de même : le plai­sir procuré par certains instru­ments soli de cette section est tel qu’il pardonne bien des choses.

Démo audio : Alto Sax (Avec STRETCH)

Les batteries de Sample Tank 2

Les batte­ries (Drums) : Rien à redire à ce sujet, que ce soit du côté elec­tro ou acous­tique. Les kits synthé­tiques sont rangés par styles musi­caux (Trance, Hip Hop, Techno, House, DnB) ou par familles (Bass Drums, Hi-Hats, Snares) et explorent évidem­ment le registre des fameuses boîtes à rythmes Roland de la série TR. On ne trouve donc rien d’ex­cep­tion­nel de ce point de vue, mais rien de déce­vant non plus. Quant aux kits acous­tiques, ils offrent une palette de sons suffi­sam­ment larges pour conve­nir à tous les besoins. Sons vintage ou modernes, dry, compres­sés ou distor­dus, avec balais ou baguettes : l’es­sen­tiel est là, et avec une belle qualité. Suivant les kits, on dispose de petits plus bien agréables comme des roule­ments et des flas. Et là encore, on peut accé­der aux percus­sions par kit, par style ou par famille. C’est complet, c’est bien foutu et, mis en situa­tion, ça sonne bien. Ainsi, même si l’on est loin d’un BFD en terme de réalisme et de défi­ni­tion (Et pour cause BFD repose sur 9 Go de samples !), les batte­ries de Sample­Tank 2 XL sont en mesure d’en remon­trer à plus d’un expan­deur du marché.

Démo audio : Studio Natu­ral, Trance Gated

Les instruments ethniques de Sample Tank 2

Les instru­ments «  ethniques  » (Ethnic) : La caté­go­rie «  Ethnic  » est un fourre-tout qui vous fera voya­ger de la l’Inde jusqu’en Afrique, en passant par l’ita­lie. Au programme, on trouve entre autre un sitar, des tampu­ras mais aussi une mando­line, des harmo­ni­cas et divers accor­déons. C’est à mon sens la caté­go­rie la plus faiblarde de la banque, non que les instru­ments présents soient de mauvaise qualité, mais qu’on y déplore de nombreux manques : pas de bala­fon, pas de corne­muse ni de biniou, pas de koto… Bref, si vous cher­chez de quoi appor­ter des couleurs exotiques à vos morceaux, ça peut faire l’af­faire. Mais si vous ambi­tion­nez vrai­ment de vous mettre aux musiques de cultures spéci­fiques, il faudra attendre qu’un éditeur (Sonic Reality proba­ble­ment) se penche avec un peu plus de sérieux sur l’af­faire.

Démo audio : Sitar, Harmo­nica

Les guitares de Sampletank de Sample Tank 2

Les guitares (Guitar) : Acous­tiques ou élec­triques, elles sont d’ex­cel­lentes factures avec une grande variété dans les sons, que cela soit dû aux diffé­rents types d’ins­tru­ments, aux diffé­rentes façon de jouer (Média­tor, doigt) ou encore à la section d’ef­fets. Le rayon acous­tique est plutôt complet avec des guitares à cordes en nylon (pour le clas­sique) ou en acier (pour le folk, la pop ou le rock). Les douzes cordes sont évidem­ment de la partie, de même qu’un banjo qui ravira les coun­try addicts. Bien enre­gis­trés et bien mappés (les vélo­ci­tés fortes provoquent des glis­sandi d’un ton), les instru­ments font preuve d’une belle chaleur et d’une grande authen­ti­cité. Du coup, mis en situa­tion, ils rendent vrai­ment un son aussi réaliste que la program­ma­tion MIDI le permet… On retrouve ces mêmes qualité dans les guitares élec­triques qui sont, pour l’en­semble, très convain­cantes et variées. Allant du son clair au son saturé Lead en passant par diverses variantes de crunch, les 6-cordes montrent clai­re­ment le béné­fice apporté par les nouveaux effets issus d’Am­pli­tube et de T-Racks. Le son est à la fois bien défini et béné­fi­cie d’une rondeur et d’une chaleur extrê­me­ment agréa­ble… Un vrai bonheur qui, mis en situa­tion, s’en tire vrai­ment bien et devrait vous permettre d’élec­tri­fier nombre de vos morceaux, toujours dans les limites de ce que le MIDI permet. Finis­sons avec les trois petits point faible : un Dobro pas terrible dans les acous­tiques (même si le pitch bend permet de faire de la Slide d’une façon très inté­res­sante), des attaques trop marquées sur les guitares Lead qui nuisent à la flui­dité des phra­sés (dans la mesure où toutes les notes sont attaquées) et enfin, les guitares wah-wah qui sont un tanti­net déce­vantes (Mais cela n’a rien de très anor­mal dans la mesure ou la wah-wah d’Am­pli­tube était loin d’être terrible compa­rée à l’Ul­tra­funk Wah de Soni­tus qu’on retrouve désor­mais dans le Sonar 3 de Cake­walk). Rela­ti­vi­sons tout de même ces défauts dans le mesure où on les retrouve dans la quasi tota­lité des collec­tion de samples de guitare et sur la plupart des expan­deurs, qu’ils soient maté­riels ou logi­ciels. Loin de faire pire que la concur­rence au niveau des grattes, Sample­Tank fait donc au moins aussi bien, voir mieux suivant les cas… Si, MIDI oblige, il ne permet­tra donc pas d’ob­te­nir des ryth­miques aussi réalistes que celles produites par Virtual Guita­rist, il offre à la fois une qualité compa­rable aux meilleurs patchs du Plug­Sound PS-02 tout en offrant, grâce à sa section d’ef­fets, nette­ment plus de possi­bi­li­tés.

Démo audio : Clean STR Modern, Carlos, Picked


Les boucles (Loops) :
Histoire de démon­trer la perti­nence du moteur PS/TS et de l’op­tion Loop Sync, IK four­nit égale­ment dans le package quelques grooves Elec­tro (dans les styles Ambient-Dub, Drum’n’­Bass, Hip Hop, Techno & Trance) ainsi que des boucles de percus­sion. Rien à redire côté tech­no­lo­gique : la synchro­ni­sa­tion marche et on peut tout à fait jouer en live les motifs à partir du clavier maître. Si certains DJ appré­cie­ront peut-être ces fonc­tion­na­li­tés, la plupart des utili­sa­teurs n’y auront toute­fois jamais recours. Pourquoi ? Parce ce que pour faire de la séquence à partir de boucles, on trou­vera des logi­ciels autre­ment plus puis­sants et convi­viaux que Sample­Tank tels Acid de Sony ou surtout Live d’Able­ton. Quant à ce qui est de la qualité des loops, c’est très correct dans pour ce qui concerne les grooves elec­tro, même si on reste dans des choses très sages… et peut-être un peu stéréo­ty­pées. Les percus, afri­caines et latino-améri­caines pour l’es­sen­tiel, sont à mon sens plus inté­res­santes et permettent de rajou­ter une pointe de soleil à une ryth­mique sans se prendre la tête. Conclu­sion : une caté­go­rie qu’on consi­dè­rera plus comme un bonus sympa­thique que comme un véri­table élément pouvant moti­ver à lui seul l’achat du logi­ciel…

Les instruments orchestraux de SampleTank 2

Instru­ments orches­traux (Orches­tra) : Pas de surprise quant au contenu du dossier Orches­tra, qui contient son lot d’en­semble de cordes et d’or­chestres au grand complet, ainsi que quelques instru­ments en solo : Glocken­spiel, clave­cin, harpe et Timpani. Cette section de la banque est plai­sante à plus d’un titre : d’abord parce qu’on y trouve suffi­sam­ment de confi­gu­ra­tions pour répondre à la plupart des situa­tions (Cuivres + cordes, piano + cordes, quar­tet à cordes), ensuite parce qu’on dispose des nuances de rigueur (Tremolo, Stac­cato, etc.), enfin – et surtout – parce que les instru­ments sonnent bien. Loin de pouvoir concur­ren­cer la collec­tion de samples Vienna, Sample­Tank 2 XL peut abor­der un certain registre sympho­nique sans rougir. Enten­dez par là que pour de la musique de film ou de la sympho­nie variét’ (Genre Azna­vour chante chez Drucker), il fait illu­sion. Main­te­nant, si vous êtes un compo­si­teur clas­sique et espé­rer taper dans Stra­vinsky, Beetho­ven ou Tchaï­kovski, autant vous le dire de suite : il faudra inves­tir dans des samples supplé­men­tai­res…

Démo audio : Stac­cato String Orch

Les orgues de SampleTank 2

Les orgues (organ) : Orgues d’églises ou de cathé­drales, Farfisa, Vox Conti­nen­tal et surtout Hammond B3 composent ici l’es­sen­tiel du menu… et de fort belle manière. Rien à redire, il est vrai, sur la qualité des uns et des autres, d’au­tant qu’ils tirent merveilleu­se­ment parti des réverbs, over­drives et autres cabines Leslie de la section d’ef­fets. Côté B3, les sons propo­sés donnent le change au Native Instru­ment B4 même si on aura ici moins de lati­tude pour les réglages. Une section sans histoire donc, qui devrait ne déce­voir personne.

Démo audio : B3 Organ

Les Percussions de Sample Tank 2

Les percus­sions (Percus­sion) : Complé­tée par les grooves du dossier Loops, la section des percus se révèle très complète et de bonne qualité. Tout y est, des shakers aux mara­cas en passant par le triangle, les tablas, le djembe, ou la darbu­ka… En ce qui concerne les instru­ments percus­sifs mélo­diques, on notera la présence d’une boîte à musique, des incon­tour­nables xylo­phones et vibra­phones et d’un marimba, tous convain­cants même si l’on aurait aimé dispo­ser de plus de vélo­ci­tés. Un autre regret ? Les tambou­rins, pour lesquels on aurait voulu plus de hits peut-être… Reste que l’en­semble, sans être à la hauteur du Culture de Yellow Tools, tient la route et se hisse à peu près au niveau de l’ex­cellent Plug­sound PS-03 d’Uni­ver­sal Sound Bank.

Démo audio : Dara­bouka and Doum­beek

Les pianos de SampleTank 2

Les pianos (Piano) : Dans une collec­tion géné­ra­liste comme celle propo­sée avec Sample­Tank 2 XL, le piano de concert sert souvent de mètre étalon pour juger de la qualité globale de la banque. Or, celui de Sample­Tank se débrouille mieux que bien compte tenu de sa taille rela­ti­ve­ment modeste (une soixan­taine de Mo). Encore une fois, on n’est pas au niveau de défi­ni­tion d’un Stein­way B comme on peut le voir chez East-West (on manque surtout de nuances dans le jeu) mais ça sonne suffi­sam­ment bien pour faire l’af­faire au sein d’un mix. Et si, toute­fois, tel n’était pas le cas, les desi­gners d’IK Mutlit­me­dia ont fourni de nombreux autres types de piano, plus ronds, plus sombres ou plus brillants, de sorte qu’on trouve forcé­ment la sono­rité qui convient à un morceau.

Démo audio : Acous­tic Grand

On retrouve la même diver­sité dans les pianos élec­triques qui vont des Rhodes crémeux aux pianos élec­triques typés 80's-90's, avec tout ce qu’on peut imagi­ner comme variantes appor­tées par la section d’ef­fets (Wha, phasing, chorus, etc.). Là encore, ça sonne bien, même si les dingues du Rhodes préfé­re­ront s’en remettre au 1,5 Go du R.S.P. 73' édité chez Scar­bee et qui offre autre­ment plus de détail et de dyna­mique. Notons aussi qu’on ne dispose que d’un unique patch de Wurlit­zer et que ce dernier n’est en fait qu’un Rhodes traf­fiqué… Sur ce point donc, on aura mieux fait de regar­der du côté de la collec­tion de sample W.E.P (toujours chez Scar­bee) ou encore du Lounge Lizard 2 d’Ap­plied Acous­tic System.

Démo audio : Elec­tric Piano

Les cordes de SampleTank 2

Les cordes (Strings) : Contre-basses, violon­celles, alto et violons sont ici décli­nés à toutes les sauces : en solo ou en sections, en pizzi­cato ou à l’ar­chet, avec ou sans tremolo, vibrato, etc. La qualité sonore des ensembles est excel­lente et devrait couvrir la majo­rité des usages. Un reproche toute­fois : les ensembles pizzi­cati ne sont pas toujours syncro sur certaines notes, d’où l’im­pres­sion que la prise de son a été un peu bâclée de ce côté. Par ailleurs, les cordes soli sont de qualité variable : s’il n’y a rien de réel­le­ment épou­van­table, on regret­tera la présence de souffle et les sono­ri­tés quelque peu arti­fi­cielles des instru­ments dans les notes les plus aiguës. Ne soyons cepen­dant pas trop sévères dans la mesure où les violons sont un écueil bien connu dans le domaine du sampling. Or, ce qui est proposé ici n’est pas beau­coup plus mauvais que ce qu’on peut voir sur la majo­rité des expan­deurs géné­ra­listes, qu’ils soient logi­ciels ou maté­riels…

Démo audio : Pizzi­ca­tos Violins

Les sons de synthés (Synth) : Sans histoire, la section synthé offre son comp­tant de basses, de kits & percus, d’ef­fets spéciaux, de lead et de nappes, tous très réus­sis et tirant bien avan­tage de la section d’ef­fets. Aux côtés des clas­siques sons de Moog, TB et autres Prophets, on retrouve ainsi quelques textures plus origi­nales et tout à fait exploi­tables. Toute­fois, à mon humble avis, l’in­té­rêt de Sample­Tank ne réside pas vrai­ment dans les sons synthé­tiques et on aura mieux fait d’ac­qué­rir un vrai synthé plutôt qu’un sampler pour avoir un contrôle total sur le son et nette­ment plus de possi­bi­li­tés (notam­ment avec Tera & Cube de Virsyn, z3ta+ de RGC Audio ou encore les divers instru­ments réali­sés par Native Instru­ments).

Démo audio : Weird Synth

Les voix (Vocals) : Cette caté­go­rie alterne le bon et le moins bon. Les voix soli dans le registre soprano sont ainsi parmi les instru­ments tirant le mieux parti de STRETCH, mais on ne peut pas en dire autant de certains chœurs par trop arti­fi­ciels. On notera aussi la présence de quelques boucles vocales, plus ou moins anec­do­tiques dans la mesures où elles sont en langue anglaise et qu’à moins de vouloir ponc­tuer une chan­son de gimmick stéréo­ty­pés («  All my soul  », «  It’s easy if you try  », etc), elles devraient ne pas trou­ver grand usage. Ces boucles sont toute­fois l’oc­ca­sion de jouer avec le mode Legato qui, couplé aux moteurs STRETCH ou PS/TS, pourra redé­fi­nir la mélo­die d’une phrase où son place­ment ryth­mique. Les mots «  Au clair de la lune  » peuvent par exemple suivre la mélo­die de «  Frère Jacques  » pourvu qu’on joue cette dernière sur le clavier. De même «  Au clair de la lune  » pourra deve­nir «  au claaaaaaaaair de la lune  » ou encore «  au clair de la luuuuuuuuuune  » si l’on joue en temps réel sur le tempo de la boucle. Amusant mais pas forcé­ment ultra-utile avec les samples ici four­nis, d’au­tant que STRETCH réagit bizar­re­ment sur certains notes. Bref, une section certes inégale mais dont les meilleurs patchs devraient vous permettre de réali­ser des chœurs tout à fait corrects… pour du MIDI.

Démo audio : Solo Vocal (avec STRETCH)

Les bois (Woods and Winds) : Autant le dire tout de suite, les flûtes, clari­nettes, bassons et aubois ne comptent pas parmi les instru­ments les plus réus­sis de la collec­tion. Réali­sés à l’éco­no­mie (certains instru­ments se basent sur moins d’un Mo de samples comme les flûtes), les bois ne disposent que de peu de vélo­cité et sonnent extrê­me­ment raide dans l’en­semble. Dans ce contexte, la palme du ratage revient au aubois extrê­me­ment synthé­tique qui, selon les notes, évoque une flûte enrhu­mée ou un canard cyber­né­tique. Les autres instru­ments s’en tirent quand même mieux et, s’ils auront du mal à convaincre en solo, ils feront sans conteste l’af­faire une fois «  planqués  » dans le mix…

Démo audio : Bassoon

 

En conclu­sion, malgré quelques lacunes et quelques demies réus­sites, force est de consta­ter que la banque de Sample­Tank 2 XL jouit d’une qualité rela­ti­ve­ment homo­gène et consti­tue une excel­lente base pour travailler. Dans leur grosse majo­rité, les instru­ments sonnent bien et, grâce à la section d’ef­fets, on dispose de suffi­sam­ment de variantes pour abor­der la plupart des styles de musique. Le seul vrai reproche qu’on pour­rait adres­ser aux gens d’IK Multi­me­dia concerne le nombre de layers utili­sés par la plupart des programmes. On s’en rend compte à l’usage : on aurait aimé béné­fi­cier de plus de détails, de nuances. Cela est d’au­tant plus flagrant qu’avec les récents expan­deurs spécia­li­sés et leurs Giga­Oc­tets de données, on s’est habi­tué à une certaine qualité de ce côté.

Reste que pour bâtir un projet, je ne suis pas loin de penser qu’IK Multi­me­dia livre là l’une des meilleures banque géné­ra­liste du marché, ridi­cu­li­sant plus d’un concur­rent hard­ware ou soft­ware. Pour ne parler que des logi­ciels, Sample­Tank 2 XL file ainsi un méchant coup de vieux à l’Hy­per Canvas d’Edi­rol et même à l’Hy­per­so­nic de Stein­berg, pour­tant sorti très récem­ment. Ajou­tez à cela la possi­bi­lité de lire les banques de Sample­Tank premier du nom et d’im­por­ter des samples au format Akai et vous compren­drez qu’il y a de quoi combler les aspects lacu­naire de la collec­tion. Dans cette même optique, on a d’ailleurs hâte de voir les Sonik Capsules de l’édi­teur Sonic Reality, qui devraient à la fois propo­ser des instru­ments plus détaillés tout en exploi­tant la puis­sance des diffé­rents moteurs de sampling et de la section d’ef­fets.


Tank à faire…

Parlons à présent des détails qui fâchent, à commen­cer par les quelques bugs qui traînent encore ça et là. Testé dans sa version 2.03 sous Cubase SX 2 pour PC, Sample­Tank 2 est globa­le­ment stable mais a donné lieu à quelques plan­tages lorsque STRETCH enta­mait une resyn­thèse. Gageons toute­fois qu’IK sera venir à bout des ces rares désa­gré­ments.

Autre regret, la rusti­cité de l’ér­go­no­mie qui complique l’ac­cès aux fonc­tions les plus avan­cées du programme. Cela commence par la concep­tion des banques puisque le mapping d’échan­tillons se fait d’après les noms des fichiers WAV. Pour créer un instru­ment multi-samplé, il vous faudra donc préa­la­ble­ment nommer tous vos fichiers de la même façon en leur asso­ciant un incré­ment indiquant à quelle note et quel layer le fichier doit être affecté : diffi­cile de faire plus labo­rieux là où un simple cliquer-glis­ser sur le clavier assorti de quelques boîtes de dialogue auraient permis de réali­ser la chose de façon convi­viale et rapide.

Dans le même ordre d’idée, on regret­tera l’ab­sence d’un écran dédié à l’Edi­ting, avec une bonne vieille forme d’onde et des vecteurs en surim­pres­sion. Certes, IK Multi­me­dia a voulu simpli­fier au maxi­mum son inter­face, mais de là à obli­ger l’uti­li­sa­teur à régler des enve­loppes à l’aveu­glette avec des potars rota­tifs… Cela est d’au­tant plus critiquable qu’avec Mach­Five, MOTU a prouvé qu’il était possible de propo­ser toutes les fonc­tions d’un sampler dans une inter­face ergo­no­mique, sans tomber dans le travers des navi­ga­tions à tiroirs qui sont le propre des usines à gaz HALion ou Kontakt. A coup sûr, un switch permet­tant de bascu­ler vers l’af­fi­chage de la forme d’onde sur l’écran prin­ci­pale n’au­rait pas ruiné l’er­go­no­mie du logi­ciel. Pour la troi­sième version peut-être…

Autre petit détail éner­vant concer­nant l’er­go­no­mie : la molette de la souris n’est pas gérée, ce qui oblige à jouer de l’as­cen­seur pour parcou­rir la banque de sons (1500 patchs dans la version XL, qu’on pourra complé­ter avec les dizaines de CD à paraître chez Sonic Reality ou avec les anciennes banques de Sample­Tank 1). Je sais, je pinaille, d’au­tant qu’IK Multi­me­dia a inté­gré un moteur de recherche pour parcou­rir la banque de sons. Mais simpli­fier la consul­ta­tion d’une arbo­res­cence me semble un peu plus essen­tiel que de pouvoir chan­ger la couleur et le contraste de l’écran prin­ci­pal…
Enfin, on ne pourra s’em­pê­cher parfois de pester contre le génial STRETCH. Lui qui sur certains patch réalise des miracles, semble parfois bien en peine avec certains sons sans qu’on comprenne toujours pourquoi… Bref, le chose est promet­teuse, mais ne semble pas facile à domp­ter, surtout lorsqu’on réalise ses propres patchs à partir de samples perso.

Conclu­sion

La boîte de SampleTank 2

Si son inter­face est perfec­tible et si quelques bugs sont encore à déplo­rer, Sample­Tank 2 XL est incon­tes­ta­ble­ment une réus­site qui éclipse bien des concur­rents sur le terrain de l’in­no­va­tion tech­nique ou sur celui de la musi­ca­lité. Doté d’une section d’ef­fets gargan­tuesque, d’un moteur audio extrê­me­ment perfor­mant et d’une banque de sons à la fois complète et de bonne facture, il peut sans problème être l’unique VSTi de votre Home Studio sans que vous vous sentiez limité. Dans ce contexte, il offre à 499 € un excellent rapport qualité/prix et consti­tue, à mon sens, un très bon inves­tis­se­ment.

Gardez toute­fois à l’es­prit que Sample­Tank 2 est, tout comme son prédé­ces­seur, un instru­ment hybride. Si vous cher­chez un sampler au sens strict du terme (avec tout ce que cela implique en terme d’Edi­tion et d’ou­ver­ture aux diffé­rents formats exis­tants), vous gagne­rez à aller voir du côté de Mach5, HALion ou encore Kontakt. Par ailleurs, le bébé d’IK Multi­me­dia ne saurait, à l’heure actuelle, riva­li­ser sur le terrain de certains gros expan­deurs logi­ciels qui ont été conçus spécia­le­ment pour un instru­ment (BFD par exemple). S’il fallait lui dési­gner un concur­rent, on pense­rait donc plus volon­tiers à un autre hybride tel qu’Hy­per­so­nic. Or, à moins que les modules supplé­men­taires annoncé par Wizoo ne changent la donne, il faut admettre que les sons produits par Sample­Tank sont nette­ment supé­rieurs à ceux du VSTi de Stein­berg.

Quant aux posses­seurs de Sample­Tank 1, ils ont selon moi tout inté­rêt à se payer l’up­grade dans la mesure où ils garde­ront une compa­ti­bi­lité ascen­dante avec leurs anciennes banques et béné­fi­cie­ront des progrès tech­no­lo­giques appor­tés par cette version, STRETCH en tête…

 

 

8/10
Points forts
  • Une vraie amélioration par rapport à SampleTank 1
  • Les possibilités offertes par STRETCH et les deux autres moteurs de Sampling
  • Les fonctions Loop Sync et le Legato avec STRETCH
  • La section d'effets excellente
  • La banque de sons énorme et, globalement, de très bonne qualité
  • Un logiciel et des sons qui donnent envie de jouer et d'écrire dès les premières notes
  • Bon rapport qualité/prix
Points faibles
  • Certains sons cheap et le manque de définition sur pas mal de patchs
  • On aurait aimé disposer de la section d'effets en dehors du programme
  • Quelques bugs parfois
  • Ergonomie de l'édition et de la création de samples à revoir
Auteur·rice de l’article
Arnaud Cueff(Los Teignos)
Éditorialiste et rédacteur

Si j'ai fait de la guitare et un peu d'harmonica classiques en ENM dans mon enfance, c'est en autodidacte que j'ai fait l'essentiel de ma formation en matière de musique comme d'audio. Après des études de Lettres Modernes, j'ai travaillé pour la presse spécialisée puis web, tant dans le domaine des instruments de musique que dans celui des jeux vidéo (d'où mon pseudo). Je suis monté à bord du bateau Audiofanzine en 2004 en tant que rédacteur en chef, fonction que j'ai laissé quelques années plus tard à Grégoire Nachbauer (Red Led) tout en gardant un pied dans l'éditorial, en conservant notamment la rédaction de l'édito envoyé chaque semaine via la newsletter hebdomadaire du site comme en réalisant des tests, dossiers et contenus vidéos sur mes sujets de prédilection.

Soyez le premier à réagir à cet article

    Vous souhaitez réagir à cet article ?

    Se connecter
    Devenir membre
    Auteur·rice de l’article
    Arnaud Cueff(Los Teignos)
    Éditorialiste et rédacteur

    Si j'ai fait de la guitare et un peu d'harmonica classiques en ENM dans mon enfance, c'est en autodidacte que j'ai fait l'essentiel de ma formation en matière de musique comme d'audio. Après des études de Lettres Modernes, j'ai travaillé pour la presse spécialisée puis web, tant dans le domaine des instruments de musique que dans celui des jeux vidéo (d'où mon pseudo). Je suis monté à bord du bateau Audiofanzine en 2004 en tant que rédacteur en chef, fonction que j'ai laissé quelques années plus tard à Grégoire Nachbauer (Red Led) tout en gardant un pied dans l'éditorial, en conservant notamment la rédaction de l'édito envoyé chaque semaine via la newsletter hebdomadaire du site comme en réalisant des tests, dossiers et contenus vidéos sur mes sujets de prédilection.