Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Naturel Microphones SR-1
Photos
1/28

Test Naturel Microphones SR-1

Le ruban à la française
Partager cet article

Naturel est une firme française fondée par Guillaume Naturel, saxophoniste de jazz accompagnant notamment l’artiste salsa Tito Puentes. Le SR-1, premier produit de la marque, est un microphone à ruban, entièrement fabriqué en France, qui vient concurrencer les « indétrônables » R121 de chez Royer ou 4038 de chez Coles. Alors, cocorico ?

Le débal­lage

Naturel Microphones SR-1

Le SR-1 est livré dans une housse, elle-même placée dans une boîte. Les précau­tions sont toujours bonnes à prendre avec des micros à ruban. Leur fragi­lité légen­daire (notam­ment à cause de la tech­no­lo­gie du ruban) néces­site de les conser­ver dans les meilleures dispo­si­tions. Évitez de l’ex­po­ser aux courants d’air ou aux trop grandes pres­sions acous­tiques, cela garan­tira une longue vie au SR-1 (et à tous les autres micros à ruban) !

En le sortant de sa housse, on est de suite attiré par la beauté du micro. Quel look ! Il fait, inévi­ta­ble­ment, bonne figure lorsqu’on l’ins­talle. Livré avec sa suspen­sion, Natu­rel a mis les petits plats dans les grands et a fourni à son (superbe) micro un condi­tion­ne­ment à la hauteur.

En condi­tion

Gracieu­se­ment prêté par Funky Junk, le Natu­rel SR-1 a passé plusieurs semaines au studio Mont­martre Recor­ding, où nous avons eu le loisir de l’es­sayer sur de nombreux instru­ments. Et nous n’avons pas été déçus de ses perfor­mances puisque nous l’avons régu­liè­re­ment utilisé, et ce dans de multiples circons­tances.

Le son, parti­cu­liè­re­ment chaud, déli­vré par ce micro lui confère une poly­va­lence fort appré­ciable. À l’image des autres micros à ruban haut de gamme, le SR-1 peut encais­ser de fortes pres­sions d’air. Sa réponse en fréquence est décrite comme plate et éten­due (de 20 Hz à 18 kHz), d’où, sans doute, le nom de « Natu­rel » pour la marque. Ce qui est, dans de nombreuses circons­tances, un sacré atout.

Comme les autres micros à ruban que nous utili­sons, le Natu­rel SR-1 s’adapte très bien aux batte­ries, aux cuivres, aux pianos ou aux guitares (acous­tiques et élec­triques). Nous l’avons soumis à divers tests compa­ra­tifs avec d’autres micros à ruban comme le Royer R121 et le Coles 4038. Pour info, le Natu­rel SR-1 possède une réponse en fréquence plus éten­due que les deux autres micros (20 Hz à 18 kHz pour les Natu­rel, de 30 Hz à 15 kHz pour le Coles et le Royer). D’un point de vue de la concep­tion, le Natu­rel tend à se rappro­cher du Royer, son aimant étant en néodyme. Le ruban, d’une épais­seur de 2 microns, est en alumi­nium. À l’ins­tar des autres micros à ruban, le SR-1 est un micro bidi­rec­tion­nel.

Les premières impres­sions qui nous viennent concernent les graves rendus par le micro. Sur une grosse caisse ou un ampli basse, le SR-1 est fabu­leux. La réponse en fréquence éten­due et quasi plate que l’on nous a vendu avec le micro n’est pas si évidente que ça. Sur de nombreuses sources il sera néces­saire de, soit le coupler avec un autre micro, soit boos­ter un peu les aigus. On peut consta­ter aussi que l’on a besoin de pous­ser plus le préam­pli avec le SR-1 qu’avec les autres rubans…

Nous l’avons, donc, soumis à un test compa­ra­tif avec d’autres micros à ruban (2 Coles, Royer R121) et plusieurs statiques (Neumann U87, 2 Neumann KM184, 2 AKG C414)

Pour tous ces tests, les impé­dances ont été réglées de cette manière :

Neve 1073 DPD : impé­dance High (1.2kΩ)

Phoe­nix Audio DRS-8 : fixe à 1.4kΩ

API 512c : fixe à 1.5kΩ

Amek : 5 kΩ

Extraits 1 : Overhead Drums en couple stéréo

Préam­pli : Neve 1073 DPD

OH Natu­rel
00:0000:16
  • OH Natu­rel 00:16
  • OH Coles 00:16
  • OH Km184 00:16
  • OH C414 00:16

Les premières impres­sions sont évidentes : le son des rubans est natu­rel­le­ment plus chaud, punchy, colo­ré… La diffé­rence de tech­no­lo­gie est flagrante. On remarque, par rapport aux statiques, un effet plus « boomy » sur la batte­rie dû au bas du spectre géné­ra­le­ment mieux défini et mis en valeur par les aigus plus doux. Il faut savoir que les rubans utili­sés sont bidi­rec­tion­nels, et que leur son est d’au­tant plus coloré par l’acous­tique de la pièce.

Commençons par noter les diffé­rences entre les deux rubans. Le Natu­rel SR-1 délivre un son chaud, plus sombre que les Coles : en contre­par­tie de son bas géné­reux, les médiums aigus et aigus paraissent un peu « enta­més » et moins précis que ses collègues, malgré une petite bosse dans les fréquences de préci­sion (16–17 k) que les autres micros à ruban n’ont pas, et qui dans cette confi­gu­ra­tion fait ressor­tir un peu trop la char­ley… C’est dommage, mais la couleur géné­rale reste typée et cohé­rente. Un place­ment de micro judi­cieux ou une légère EQ permet de contour­ner ce détail.

Naturel Microphones SR-1

Avec les Coles on atteint le sommet de l’équi­libre ! Au-delà des quelques diffé­rences concrètes de fréquences par rapport aux autres micros (bosse subtile dans les médiums légè­re­ment plus haute que le Natu­rel, ce qui le rend un peu plus « ouvert ») le résul­tat est impre­nable : le son est pure­ment et simple­ment musi­cal… Quelques mots subjec­tifs pour en parler : corps, punch, chaleur, beauté, défi­ni­tion. Quelques notes tech­niques : bas géné­reux (moins que le Natu­rel) et défini, médiums équi­li­brés et aigus doux : l’équi­libre entre les fûts et les cymbales est idéal. Mais le Natu­rel n’a pas à rougir, il possède sa propre couleur et s’in­tè­grera très bien parmi les autres micros de la batte­rie.

Comparé aux rubans, le rendu overhead avec les C414 est moins inté­res­sant (mais très correct) par son manque de corps (très peu de bas médiums et médiums en géné­ral, ce qui donne aux fûts un son moins gonflé qu’avec les rubans) et des aigus trop présents et pas toujours flat­teurs (cymbales et char­ley en avant plan). Ils ont cepen­dant le mérite d’être précis et inci­sifs sur les attaques kick/caisse claire. Moins beaux encore, les KM sonnent encore plus aigu, ce qui enlai­dit la char­ley qui sonne « sac plas­tique », et rend l’en­semble très synthé­tique.

Extraits 2 : Room Drums en couple stéréo

Préam­pli : Amek Pure­path DMCL

ROOM Natu­rel
00:0000:16
  • ROOM Natu­rel 00:16
  • ROOM Coles 00:16
  • ROOM Km184 00:16
  • ROOM C414 00:16

Quasi­ment les mêmes constats qu’en overhead, la couleur qu’ap­porte le ruban est incon­tes­ta­ble­ment plus musi­cale qu’avec un micro statique !

Les Natu­rels donnent tout de suite une belle sono­rité ronde, avec de très bonnes basses complé­tées par cette petite sensi­bi­lité dans les extrêmes aigus qui retrans­crivent bien le dyna­misme d’une batte­rie. Le kick et la caisse claire ressortent bien, l’en­semble est pêchu et équi­li­bré.

Les Coles quant à eux donnent un résul­tat plus racé avec cette diffé­rence de couleur (on sent une marche d’en­vi­ron 1/2 ton plus haut entre la bosse bas-médium des Coles et celle des Natu­rels) ainsi que des aigus plus ouverts, toujours doux et très raffi­nés. La couleur du son de batte­rie est magni­fique, typée « vintage » haute défi­ni­tion.

Extraits 3 : Guitare Folk

Préam­pli : Neve 1073 DPD

GtAc­Na­tu­rel
00:0000:12
  • GtAc­Na­tu­rel 00:12
  • GtAc­Coles 00:14
  • GtAcR121 00:12
  • GtAcU87 00:12

On constate beau­coup de graves dans le Coles, trop même. Une certaine chaleur certes, mais qui ne semble pas idéa­le­ment taillée pour la guitare acous­tique (bas et bas médium trop impor­tant et sans inté­rêt). Même chose pour le Natu­rel, qui est encore moins défini que le Coles dans les médiums aigus. Le Royer est quant à lui un peu plus précis, plus nasillard en compa­rai­son avec les deux autres, ce qui n’est pas pour déplaire, car on manquait de ces fréquences avec les deux précé­dents micros. Cepen­dant on est toujours loin de la clarté d’un U87 ! Ce dernier choix est dans la plupart des cas plus adapté à une prise de proxi­mité sur une guitare, mais tout est ques­tion de goût et d’orien­ta­tion, on peut avoir de très bonnes surprises avec des combi­nai­sons de micros et des place­ments judi­cieux.

Extraits 4 : Guitare Elec­trique

Préam­pli : Neve 1073 DPD

GtElec­Na­tu­rel
00:0000:28
  • GtElec­Na­tu­rel 00:28
  • GtElec­Coles 00:30
  • GtEle­cR121 00:29
  • GtEle­cU87 00:31

Vu le son de gratte qu’on obtient avec le Coles, on a tout de suite envie de ne poser que ce micro devant l’am­pli et basta ! Un bon bas, une grosse pêche et des aigus encore une fois déli­cieu­se­ment adou­cis et équi­li­brés, ce qui donne vrai­ment un beau son coloré, chaud, sensa­tion de velours…

Le Natu­rel n’est pas tout à fait aussi musi­cal, il est un peu moins ouvert, plus sombre, mais sa couleur parti­cu­lière est inté­res­sante sur un ampli guitare. Elle colle bien à des styles un peu plus dark, un peu plus crun­chy. On peut l’uti­li­ser seul pour un son plutôt sourd et caver­neux, ou bien le coupler à d’autres micros, en proxi­mité ou en room.

Comme sur la guitare acous­tique, le Royer R121 apporte les fréquences un peu plus concrètes de l’ins­tru­ment, à savoir les médiums et hauts médiums, ce qui réveille le coté agres­sif de l’am­pli et amène une préci­sion bien­ve­nue.

À côté de ça le U87 donne immé­dia­te­ment une teinte plus moderne par sa tech­no­lo­gie diffé­rente, les extrêmes aigus orientent immé­dia­te­ment le son de guitare vers un genre musi­cal diffé­rent, plus indus­triel et plus agres­sif, mais sans être pour autant parti­cu­liè­re­ment musi­cal… En tout cas sur un ampli ainsi réglé il fera diffi­ci­le­ment l’af­faire pour obte­nir un beau son brut avec un seul micro.

Les micro­phones à ruban, en plus d’avoir chacun leur couleur propre, donnent donc tous un gros son bien chaud sur les guitares satu­rées, avec un bas bien fourni et un ensemble cohé­rent et natu­rel­le­ment beau, avec un seul micro bien placé ! Ils sont un bonheur pour des genres musi­caux qui vont du blues au heavy métal en passant par la plupart des styles de rock.

Extraits 5 : Voix

Préam­pli : Neve 1073 DPD

Voix Natu­rel
00:0000:33
  • Voix Natu­rel 00:33
  • Voix Coles 00:33
  • Voix U87 00:33

Là encore, la grande présence des fréquences basses des micros à ruban ne rend pas un résul­tat convain­cant sur la voix (à moins d’un effet voulu), et surtout sur le SR-1 qui a vrai­ment un bas costaud. Telle­ment costaud que les plosives deviennent percus­sions (à tester sur du beat box ?)

On se retrouve encore une fois face à l’évi­dente perfec­tion du U87 à capter les voix (bas atté­nués, mais présents, médiums et aigus pleins et équi­li­brés, son clair et précis), mais encore une fois tout est ques­tion de choix.

Naturel Microphones SR-1

Note : après avoir étudié les carac­té­ris­tiques du Natu­rel SR-1, nous avons constaté de manière récur­rente une sensi­bi­lité du micro dans les fréquences aigües (entre 16k et 17k), un détail confirmé par l’ana­ly­seur de fréquences (cf. image ci-contre). Cette sensi­bi­lité est accen­tuée par un creux à 13 k. La courbe orange repré­sente la moyenne du spectre de la prise overhead des Coles, et la courbe blanche celle des Natu­rels. On constate le même phéno­mène sur toutes les autres prises que nous avons effec­tuées. Ces carac­té­ris­tiques n’ap­pa­raissent pas mani­fes­te­ment sur la courbe de réponse du micro, outre le fait qu’il a une réponse en fréquence éten­due dans les aigus face à la plupart des autres rubans qui coupent à 15 k. Choix du construc­teur ou défaut de fabri­ca­tion ?

Conclu­sion

Malgré l’im­pres­sion de manque d’ai­gus qu’il donne au premier abord et en compa­rai­son aux autres micros, nous avons appré­cié l’uti­li­sa­tion de ce micro, pour la couleur spéci­fique qu’il apporte sur chaque instru­ment : une texture douce, sombre, épais­se… Nous l’avons d’au­tant plus appré­cié sur les sources où les rubans sont perti­nents. En l’oc­cur­rence dans un style rock, l’éner­gie qu’il apporte sur la batte­rie et la guitare est remarquable ! Il possède vrai­ment un son unique, qui se mélan­gera volon­tiers avec d’autres micros (proba­ble­ment plus ouverts) pour créer d’autres couleurs très inté­res­santes. Il trouve donc large­ment sa place dans les studios dignes de ce nom !

Télé­char­gez les fichiers sonores (format FLAC)

 

Points forts
  • Fréquences basses puissantes et équilibrées
  • Son typé, couleur intéressante
  • Peut encaisser de plus forts niveaux de pression qu’un ruban traditionnel
  • Bonne fabrication, look d’enfer
  • Son prix (1000€), pour une fabrication 100 % made in France !
Points faibles
  • Médiums un peu enterrés
  • Moins ouvert et moins précis que la plupart des autres rubans
  • Petite bosse dans les extrêmes aigus, ce qui peut déséquilibrer légèrement certaines sources

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.