Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Arturia Piano V
Photos
1/14

Test des pianos virtuels Arturia Piano V

Piano acoustique virtuel de la marque Arturia

Écrire un avis ou Demander un avis
test
68 réactions
Piano modèle
8/10
Partager cet article

Après les synthés, les orgues et pianos électriques, Arturia s’attaque aux pianos acoustiques avec Piano V. Un piano à queue dans la mare ?

Artu­ria est connu depuis long­temps pour ses modé­li­sa­tions logi­cielles de synthés de légende réunies au sein du bundle V Collec­tion dont la version 5 est sortie récem­ment. Or, cette dernière itéra­tion du bundle recèle une nouveauté de taille : la présence d’une appli­ca­tion de modé­li­sa­tions de pianos, Piano V, que l’on peut acqué­rir indi­vi­duel­le­ment pour le prix de 199 €.

Bien que la synthèse par modé­li­sa­tion existe depuis belle lurette, elle a jusqu’à présent essen­tiel­le­ment servi à la repro­duc­tion d’ins­tru­ments élec­tro­niques et très peu à celle d’ins­tru­ments acous­tiques. Pour ces derniers, le passage dans le monde virtuel s’est majo­ri­tai­re­ment fait via les banques de samples, au profit d’un accrois­se­ment du réalisme sonore, mais souvent au détri­ment de la richesse de nuances et d’ar­ti­cu­la­tions de jeu. Tel n’est pas le cas du prin­ci­pal rival de ce Piano V, le Piano­teq de Modartt, en posi­tion de quasi-mono­pole sur le marché des pianos modé­li­sés. Il s’agira de voir comment ce dernier se tire de la compa­rai­son avec ce nouveau chal­len­ger, sachant que la version Stage de Piano­teq est vendue 100 € de moins, quand sa version Stan­dard est vendue 50 € de plus.

Inter­face Homme Piano

Arturia Piano V : grand piano

Comme d’ha­bi­tude, inté­res­sons-nous tout d’abord à l’as­pect exté­rieur des choses, c’est-à-dire à l’in­ter­face. Dans le domaine, Artu­ria nous propose quelque chose de très épuré, dans le style « flat » à la mode en ce moment. On comprend vite par exemple que 3 barres verti­cales et une barre oblique symbo­lisent une étagère de livres, donc une biblio­thèque, donc… un brow­ser ! Nous y revien­drons. La partie centrale de l’in­ter­face présente une illus­tra­tion de l’ins­tru­ment choisi, ainsi que de la posi­tion des micros virtuels. Quant à la partie infé­rieure, elle permet d’ac­cé­der aux para­mètres d’ac­cor­dage, de réglage des marteaux, de gestion de la courbe de vélo­cité, de choix des presets de posi­tions des micros et de la petite table de mixage affé­rente, de réglage de la réverb et de l’éga­li­seur inté­gré.

Enfin, en tout petit, minus­cule, à peine visible, trois pédales géné­riques sont prévues pour l’en­semble des instru­ments dispo­nibles, et elles sont étran­ge­ment relé­guées au même niveau que l’op­tion d’ac­ti­va­tion du trai­te­ment multi­coeurs, le choix du canal MIDI, le bouton de Panic (pour couper toutes les notes actives) et le témoin de charge CPU. Notons pour termi­ner ce tour d’ho­ri­zon que l’on peut faci­le­ment attri­buer toutes les fonc­tions du logi­ciel à des contrô­leurs MIDI grâce à un bouton de MIDI Learn situé en haut à droite de l’in­ter­face. Chaque confi­gu­ra­tion MIDI peut ensuite être sauve­gar­dée indé­pen­dam­ment, rechar­gée, expor­tée ou bien impor­tée.

Comme promis plus haut, inté­res­sons-nous main­te­nant au navi­ga­teur de presets.

Big brow­ser is looking for

Le brow­ser nous donne accès aux 38 presets d’usine du logi­ciel. Quand je dis 38 presets, je devrais plutôt parler de 9 templates de base et de leurs 29 décli­nai­sons. C’est là la première vraie diffé­rence de Piano V par rapport à ses concur­rents. Là où le logi­ciel d’Ar­tu­ria propose par défaut 9 instru­ments, ses deux rivaux directs de chez Modartt n’en proposent par défaut que deux, d’autres pouvant ensuite être obte­nus ulté­rieu­re­ment pour envi­ron 50 € chacun, ce qui fait très rapi­de­ment grim­per la facture ! Les templates de base regroupent donc 9 instru­ments diffé­rents : Concert Grand, Inti­mate Grand, Pop Grand pour les pianos à queue, Clas­si­cal Upright, Jazz Upright, Piano-Bar Upright et Pop Upright pour les pianos droits et enfin Glass Grand et Metal Grand pour des pianos à queue sortant un peu de l’or­di­naire, et qui laissent entre­voir les possi­bi­li­tés tant promises de la synthèse à modé­li­sa­tion.

Arturia Piano V : browser

Les presets sont clas­sés par type, par banque (templates et presets), par carac­té­ris­tiques sonores et enfin par play­list. Car oui, on peut regrou­per les presets par play­list, ce qui est une très bonne nouvelle. Sachant qu’à partir de l’in­ter­face prin­ci­pale du soft, on peut aisé­ment passer d’un preset à l’autre au sein d’une même play­list via deux boutons fléchés (et « midi­fiables »), on dispose ici d’un système effi­cace pour enchaî­ner nos réglages favo­ris. Sur scène, cela peut s’avé­rer extrê­me­ment précieux !

Les presets béné­fi­cient d’une grande richesse d’in­for­ma­tions (nom, type, banque, auteur, s’ils font partie ou non de nos favo­ris, play­list d’ap­par­te­nance, carac­té­ris­tiques sonores, commen­taires), qui sont toutes éditables. Les presets d’usine ne sont pas modi­fiables, mais on peut en sauve­gar­der une copie qui le sera. On dispose égale­ment d’un moteur de recherche. Celui-ci ne se base que sur les noms des presets, et il aurait pu être inté­res­sant qu’il puisse égale­ment retrou­ver des presets via les mots employés dans les commen­taires. Mais ce n’est pas si grave, les presets pouvant être retrou­vés par l’in­ter­mé­diaire de toutes leurs autres carac­té­ris­tiques. Enfin, on peut créer ses propres tags, ce qui est une excel­lente chose dont certains concur­rents devraient s’ins­pi­rer ! Et souli­gnons-le : ce navi­ga­teur surclasse très nette­ment celui proposé par les produits Modartt.

Reste main­te­nant à nous occu­per de la raison d’être de ce logi­ciel…

Les pianos !

Pour commen­cer, voici des exemples sonores pour tous les templates : Clas­si­cal Upright, Jazz Upright, Piano-Bar Upright, Pop Upright, Concert Grand, Inti­mate Grand (demi-queue), Pop Grand (quart de queue), et enfin Glass Grand et Metal Grand :

clas­si­cal upright
00:0000:26
  • clas­si­cal upright 00:26
  • jazz upright 00:36
  • piano bar upright 00:16
  • pop upright 00:36
  • concert grand 00:44
  • inti­mate grand 00:26
  • pop grand 00:36
  • glass grand 00:44
  • metal grand 00:37

Non sans vous avoir précisé que la consom­ma­tion CPU pouvait grim­per assez vite, ce qui est dû à la tech­no­lo­gie employée et ne diffère pas de la concur­rence, je vous laisse juges. Person­nel­le­ment, je leur ai trouvé globa­le­ment plus de coffre que les Piano­teq, tandis que leur son semblait plus étouffé. Mais ce n’est qu’un avis person­nel, d’au­tant que ces carac­té­ris­tiques peuvent être modi­fiées de diverses manières, comme nous allons le voir.

Accor­dage avec le sujet

Arturia Piano V : tuning

Les para­mètres d’ac­cor­dage sont peu ou prou les mêmes que sur Piano­teq Stan­dard, mais plus évolués que sur Piano­teq Stage, du moins en ce qui concerne les cordes. Là où ce dernier ne propose qu’un accor­dage global via la défi­ni­tion de la fréquence du La de réfé­rence, Piano V offre un peu plus de choix.

On trouve ainsi un para­mètre Unison Detune qui permet de désac­cor­der entre elles les cordes multiples des notes les plus élevées du clavier, ainsi qu’un para­mètre Stretch Tuning grâce auquel on peut défi­nir le degré d’ac­cor­dage des harmo­niques supé­rieures par rapport à la fonda­men­tale. C’est cela notam­ment qui permet de simu­ler, entre autres, le compor­te­ment des pianos de diffé­rentes tailles. En effet, comme le rappelle le mode d’em­ploi, plus les cordes d’un piano sont longues (donc, plus le piano est grand), plus le rapport mathé­ma­tique des notes fonda­men­tales produites par celles-ci sera précis avec leurs harmo­niques supé­rieures, et donc plus le son sera perçu comme « harmo­nieux » et agréable. Pour un rappel sur les fréquences fonda­men­tales et leurs harmo­niques, c’est par ici que ça se passe

On dispose égale­ment de réglages permet­tant d’agir sur le compor­te­ment des marteaux. On peut ainsi simu­ler leur action dyna­mique en agis­sant sur le para­mètre d’éloi­gne­ment vis-à-vis des cordes, mais on peut égale­ment régler la posi­tion de leur point d’im­pact sur la corde ainsi que le degré d’usure de leurs feutrines afin d’agir sur la brillance de l’ins­tru­ment. On regret­tera juste l’ab­sence de gestion des rebonds desdits marteaux, comme on peut la trou­ver chez Modartt.

Arturia Piano V : bruits et mécaniques

Préci­sons que Piano V propose de manière clas­sique la gestion des bruits de pédales, de marteaux et de lâcher de notes, choses que l’on retrouve égale­ment sur les deux Piano­teq. La diffé­rence, c’est que l’ins­tru­ment d’Ar­tu­ria propose égale­ment la gestion de l’ou­ver­ture du couvercle pour chaque piano.

Mention­nons enfin qu’il dispose d’un réglage de la courbe de vélo­cité en cinq points libre­ment déplaçables : ni plus ni moins ! Il est en effet impos­sible de modi­fier ce nombre, même si chaque courbe créée peut être sauve­gar­dée indé­pen­dam­ment. En face, Piano­teq propose un nombre de points illi­mité, et surtout la possi­bi­lité de créer égale­ment des courbes pour pilo­ter le compor­te­ment du piano par rapport aux messages de note-off, de pédale, et d’af­ter­touch, ce dernier domaine n’étant abso­lu­ment pas pris en consi­dé­ra­tion par Piano V.

« C’est un peu court, jeune homme… »

Bonjour micro

Arturia Piano V : micros

En ce qui concerne le place­ment des micros, Piano V se situe exac­te­ment entre ses deux rivaux de Modartt. Si la gestion des micros n’est pas tota­le­ment délais­sée sur Piano­teq Stage, les diffé­rents posi­tion­ne­ments simu­lés pour chaque preset ne sont pas acces­sibles et modi­fiables par l’uti­li­sa­teur. Pour Piano­teq Stan­dard, les micros sont quant à eux libre­ment posi­tion­nables. Piano V propose, quel que soit le preset instru­men­tal choisi, une section réser­vée au place­ment des micros, section qui dispose de ses propres presets.

Assez logique­ment, ceux-ci diffèrent selon l’ins­tru­ment choisi, piano droit ou piano à queue. Pour ces derniers, les posi­tions de micros sont au nombre de 4 : X/Y Close, X/Y Studio, AB et AB Studio. 4 micros virtuels sont utili­sés à chaque fois, en sachant que seuls les micros 1 et 2 sont impac­tés par les presets, les micros 3 et 4 restant en posi­tion overhead. Pour les pianos droits, c’est un peu diffé­rent avec les presets suivants : Hybrid, A/B et Decca, les micros 3 et 4 n’étant pas forcé­ment dédiés à l’ove­rhead.

Quel que soit l’ins­tru­ment choisi, et contrai­re­ment à Piano­teq Stan­dard, les presets proposent des posi­tions fixes qui ne seront pas modi­fiables. En revanche, on dispose d’une petite table de mixage permet­tant de gérer indi­vi­duel­le­ment la piste de chaque micro. On peut ainsi en régler le volume, la posi­tion dans l’es­pace stéréo ou bien tout simple­ment la désac­ti­ver. Tout cela nous permet­tra de sculp­ter le son de manière tout de même assez effi­cace, sans se perdre non plus dans des para­mé­trages sans fin. Dans les exemples suivants, vous pour­rez entendre alter­na­ti­ve­ment les diffé­rentes posi­tions de micros sur un piano à queue :

grand xy close
00:0000:44
  • grand xy close 00:44
  • grand xy studio 00:24
  • grand ab 00:23
  • grand ab studio 00:25

puis sur un piano droit :

upright hybrid
00:0000:18
  • upright hybrid 00:18
  • upright ab 00:18
  • upright decca 00:18

Le cas de l’EQ

Piano V dispose d’un petit EQ en trois points, chacun corres­pon­dant à un filtre agis­sant sur une plage de fréquences donnée et selon un compor­te­ment prédé­fini : passe-bas pour les basses, passe-bande pour les médiums et passe-haut pour les aigus. Atten­tion, aucun de ces filtres ne pourra dépas­ser les fréquences de coupure limite qui lui ont été assi­gnées : impos­sible de balayer l’en­semble du spectre sonore avec le filtre passe-bas, par exemple. En outre, aucun des trois filtres ne permet une mise à zéro totale des fréquences sur lesquelles on agit. On ne pourra donc jamais suppri­mer tota­le­ment une plage de fréquences donnée.

Arturia Piano V : EQ

L’EQ embarqué est donc clai­re­ment destiné à modi­fier le timbre des pianos sans déna­tu­rer fonda­men­ta­le­ment le son d’ori­gine. Pour des modi­fi­ca­tions sonores plus radi­cales, on fera appel à des effets externes, ce qui impo­sera alors l’uti­li­sa­tion d’une STAN ou tout du moins d’un hôte à plug-ins. Il est d’ailleurs amusant de consi­dé­rer que le manuel du logi­ciel incite lui-même à profi­ter des possi­bi­li­tés créa­tives de gestion d’ef­fets et de routing de la STAN au sein de laquelle on fera tour­ner le soft.

On trouve d’ailleurs une limi­ta­tion semblable sur les Piano­teq au niveau de l’im­pos­si­bi­lité de suppri­mer tota­le­ment certaines fréquences, même si l’EQ mis au point par Moddart est autre­ment plus complet, grâce notam­ment au nombre illi­mité de points de coupure de fréquence que l’on peut créer.

Dans tous les cas, on regret­tera une nouvelle fois que les éditeurs n’aient pas voulu jouer la carte de la liberté créa­tive offerte par la modé­li­sa­tion sonore. Tant pis.

Effet au singu­lier

Arturia Piano V : reverb

Le module de réverbe embarqué est à convo­lu­tion et offre 15 presets diffé­rents allant de la pièce d’ap­par­te­ment à diffé­rentes formes de salles de concert, en passant par des acous­tiques de studio, des envi­ron­ne­ments moins ortho­doxes comme une salle de verre ou un entre­pôt aban­donné, et enfin deux reverbes synthé­tiques, à savoir une « plate » et une « modern hard­ware » pour des systèmes plus récents.

Toutes ces réverbes ont le mérite d’être très natu­relles et d’of­frir des envi­ron­ne­ments réalistes et très rapi­de­ment évoca­teurs, comme souvent lorsque l’on a affaire à de la convo­lu­tion. Toute­fois, à l’ins­tar des filtres, on ne trou­vera pas la possi­bi­lité d’ac­cé­der à des réglages extrêmes auto­ri­sant des folies sonores inouïes. Lorsque l’on déplie le volet de para­mé­trage, on accède en effet à quatre potards agis­sant sur les para­mètres de durée, de taille de la pièce, de délai à partir duquel la réver­bé­ra­tion commence à bais­ser et d’équi­li­brage entre le signal « sec » et le signal traité (dry/wet). On n’aura par contre pas de réglage du temps de pré-delay ou de damping par fréquence.

Là encore, comparé aux produits de Modartt, Piano V fait un peu petits bras. En effet, Piano­teq Stage et Stan­dard proposent non seule­ment 2 presets de plus, mais égale­ment deux para­mètres supplé­men­taires, à savoir la balance entre les premières réflexions et la queue de réverbe, ainsi que le réglage du pré-delay. Les logi­ciels de Modartt offrent en outre la possi­bi­lité de chaî­ner  jusqu’à trois effets parmi un éven­tail d’une dizaine propo­sée, en plus de la réverbe trai­tée sépa­ré­ment. Au regard de cette offre, Piano V ne soutient clai­re­ment pas la compa­rai­son en termes de gestion des effets.

Conclu­sion

Comment le simu­la­teur de pianos d’Ar­tu­ria s’en sort-il et comment se situe-t-il par rapport à ses concur­rents directs, Piano­teq Stage et Stan­dard de Modartt ? Pour répondre à cette ques­tion, penchons-nous d’abord sur les points forts : qu’on aime ou pas les sons propo­sés, il faut recon­naitre qu’ils possèdent une person­na­lité propre qui les démarque de ceux des Piano­teq, tandis qu’on dispose de neuf instru­ments diffé­rents livrés par défaut, quand la concur­rence n’en propose que deux.

Par ailleurs, on sent le logi­ciel pensé pour trou­ver assez rapi­de­ment le son de piano souhaité, avec des presets pas trop nombreux, mais bien diffé­ren­ciés et faci­le­ment iden­ti­fiables, le tout appuyé par un brow­ser parti­cu­liè­re­ment perfor­mant et mieux pensé que celui inté­gré aux Piano­teq. Cette philo­so­phie du « tout faci­le­ment acces­sible » se prolonge dans le réglage des para­mètres. S’ils ne sont pas très nombreux, ces derniers permettent d’adap­ter rapi­de­ment la sono­rité du piano à un grand nombre de situa­tions données et de le faire rentrer faci­le­ment dans un mix. On notera encore une gestion plus fine des posi­tions de micros au sein de Piano V que sur Piano­teq Stage, même si le logi­ciel d’Ar­tu­ria offre moins de liberté offerte à ce niveau que le Piano­teq Stan­dard. On saluera enfin les possi­bi­li­tés d’ac­cor­dage (plus impor­tantes que sur Piano­teq Stage) et de gestion de la longueur des cordes (à l’ins­tar de Piano­teq Stan­dard).

Sans parler du son qui restera à l’ap­pré­cia­tion de chacun, on recon­naî­tra enfin que les produits de Modartt se révèlent beau­coup plus riches en termes de gestion des courbes de réponse, d’ef­fets inté­grés et de réglage d’EQ.

Le choix est donc complexe, mais Piano V pour­rait tirer son épingle du jeu par le nombre et la diver­sité des pianos et sono­ri­tés offerts par défaut… Évidem­ment, je ne saurais que trop vous conseiller d’es­sayer la version d’éva­lua­tion dispo­nible sur le site d’Ar­tu­ria car un piano se joue autant qu’il s’écoute. 

  • Arturia Piano V : grand piano
  • Arturia Piano V : upright
  • Arturia Piano V : browser
  • Arturia Piano V : bruits et mécaniques
  • Arturia Piano V : EQ
  • Arturia Piano V : micros
  • Arturia Piano V : tuning
  • Arturia Piano V : reverb

 

8/10
Points forts
  • Personnalité sonore
  • Le nombre de pianos proposés par défaut
  • L’interface très claire
  • L’ergonomie générale
  • L’accès très rapide à tous les paramètres
  • Certains paramètres très pertinents
  • La gestion des presets et le browser en général
Points faibles
  • Un seul effet proposé (mais de qualité) : la réverbe
  • Un seul paramètre gérable via courbe de réponse : la vélocité
  • Limitations de l'EQ
  • Pas assez de folie autorisée malgré l'utilisation de la synthèse à modélisation

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.