Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Spectrasonics Keyscape
Photos
1/45

Test Spectrasonics Keyscape

test vidéo
68 réactions
Vous reprendrez bien un peu de clavier ?
9/10
Award Valeur sûre 2016
Partager cet article

On ne l' attendait pas forcément sur ce terrain et voici que Spectrasonics débarque avec Keyscape, un instrument virtuel dédié à sa majesté aux touches noires et blanches, dans sa version électrique comme acoustique.

Spec­tra­so­nics, un nom qui résonne toujours comme la promesse de grosses banques et de gros son. Après Trillian, l’énorme banque de samples dédiée à la basse sous toutes ses formes, et Omni­sphere, le synthé/sampleur virtuel de tous les super­la­tifs, voici donc Keys­cape. Cette fois-ci, l’édi­teur vise l’ex­haus­ti­vité et l’ex­cel­lence sonore dans le domaine des instru­ments à clavier, du toy piano au Celesta en passant bien entendu par le piano à queue de concert, diffé­rents modèles de pianos élec­triques et autres Clavi­net, le tout au tarif plutôt allé­chant de 349 € (399 $ sur le site de l’édi­teur). Spec­tra­so­nics atteint-il ses objec­tifs ? Voyons cela sans plus attendre en vidéo, puis en bons vieux mots pour les amateurs de lecture :

 

La collec’­sons divers

Tout d’abord, voici un petit rappel des instru­ments propo­sés : nous avons un Yamaha C7, deux modèles de pianos droits Wing, deux pianos élec­triques Rhodes dont le fameux Mark 1, un piano élec­trique Vintage Vibe, deux Wurlit­zer dont le clas­sique 200A, un CP-70, plusieurs pianets, un piano élec­trique produit en Alle­magne de l’Est (Welt­meis­ter Clavi­set), un Dulci­tone, un Celesta, un carillon (Chimea­tron), deux Clavi­net, un clavi­corde, un clave­cin élec­trique, un Dolceola (sorte de citare équi­pée d’un clavier), six modèles de pianos jouets (oui, vous avez bien lu, six !), un harmo­nium (ou orgue à souf­flet) élec­trique, quatre claviers réser­vés aux basses et enfin trois sono­ri­tés issues respec­ti­ve­ment des stars numé­riques des années 80 qu’étaient les Roland MKS 20, MK 80 et JD 800, comme par hasard trois appa­reils au déve­lop­pe­ment desquels le futur président de Spec­tra­so­nics Eric Persing a acti­ve­ment parti­cipé en tant que Sound Desi­gner en chef. À cela s’ajoute enfin un certain nombre d’ins­tru­ments « hybrides » compo­sés de deux presets d’ins­tru­ments issus de la liste ci-dessus.

Le plai­sir…

Comme on peut le consta­ter, la liste est assez impres­sion­nante, d’au­tant que pour chacun de ces instru­ments, on dispose d’une bonne dizaine (voire une ving­taine) de presets parti­cu­liè­re­ment bien défi­nis qui sonnent immé­dia­te­ment. Effet « whaou » garanti en bien des occa­sions. De nombreux presets imposent instan­ta­né­ment une ambiance et s’avèrent ainsi parti­cu­liè­re­ment inspi­rants. Par leur qualité évoca­trice, on compren­dra que nombre d’entre eux trou­ve­ront natu­rel­le­ment leur place dans le travail du son à l’image, au risque peut-être parfois de tomber dans le pléo­nasme. Mais au-delà de la qualité du son en lui-même, ces instru­ments délivrent un plai­sir de jeu assez intense. Au risque de paraître dithy­ram­bique, je n’ai que très rare­ment éprouvé autant de plai­sir à jouer sur des instru­ments virtuels qu’avec les instru­ments de cette collec­tion-là. Voilà, c’est dit.

Spectrasonics Keyscape : C7

En tant que pianiste, j’ai notam­ment beau­coup appré­cié le C7. L’ex­cel­lente réac­ti­vité à la vélo­cité garan­tit de grandes possi­bi­li­tés d’ex­pres­sion. Cette réac­ti­vité est due en bonne partie au nombre de couches (layers) de samples employées dans la fabri­ca­tion de cette banque. Spec­tra­so­nics n’a pas voulu trop entrer dans les détails (secrets de fabri­ca­tion ?) quand je leur ai posé la ques­tion, mais ils m’ont tout de même répondu que certaines banques avaient néces­sité jusqu’à 32 couches diffé­rentes. Et cela s’en­tend. Les arti­cu­la­tions sont parti­cu­liè­re­ment bien repro­duites, et natu­rel­le­ment, les inten­tions de jeu s’en trouvent d’au­tant mieux servies, l’ex­pres­si­vité se hissant à un niveau rare­ment atteint jusque-là. Mention spéciale égale­ment au Rhodes Mark 1 qui dépasse très large­ment celui de Scar­bee pour Kontakt en matière de plai­sir de jeu. Le son, comme celui de tous les instru­ments de Keys­cape d’ailleurs, est énorme, remplis­sant tout le spectre, provoquant un ravis­se­ment en jeu solo qui néces­si­tera sans doute plus d’ef­fort toute­fois que le Scar­bee à l’heure de devoir faire rentrer le monstre dans un mix.

Globa­le­ment, Keys­cape est donc conçu autour de l’idée du plai­sir immé­diat, et l’on retrouve cette philo­so­phie dans l’in­ter­face très simple propo­sée par le logi­ciel. Le brow­ser permet de navi­guer assez aisé­ment entre les presets des diffé­rents instru­ments, qu’ils soient d’usine ou bien défi­nis par l’uti­li­sa­teur. Il dispose d’un moteur de recherche inté­gré, d’une fonc­tion de pré-écoute ainsi que de la possi­bi­lité d’at­tri­buer une note à chacun des presets. Ceux-ci proposent un lot de para­mètres prédé­fini que Spec­tra­so­nics a jugé les plus perti­nents pour chaque instru­ment. Les réglages de ces para­mètres se trouvent être égale­ment prévus pour être les plus simples possible. Il n’est ici nulle­ment ques­tion de « se prendre la tête ».

…a un prix

Mais tout ceci ne s’ob­tient pas sans certaines contraintes, voire carré­ment certaines inco­hé­rences. Tout d’abord, le nombre impor­tant de couches de sampling entraîne forcé­ment une infla­tion du poids des banques, avec tout ce que cela implique de prérequis en termes d’es­pace disque et de perfor­mances géné­rales de la machine censée faire tour­ner le logi­ciel.

Dans le cas présent, une instal­la­tion complète occu­pera plus de 70 Go sur votre disque dur. Sachez toute­fois que vous aurez la possi­bi­lité de n’ins­tal­ler qu’une partie (prédé­fi­nie) des instru­ments, pour ne plus occu­per qu’un espace de 30 Go. Mais dans les deux cas, les instru­ments néces­si­te­ront tout de même de bonnes capa­ci­tés de strea­ming de la part de l’or­di­na­teur hôte si l’on souhaite profi­ter de toutes leurs capa­ci­tés expres­sives. Si l’on est un peu moins exigeant à ce niveau, Spec­tra­so­nics propose une option « thin­ning » dans tous ses presets qui permet d’« amai­grir » les banques en reti­rant des couches de samples. C’est certes dommage pour l’ex­pres­si­vité, mais certaines machines moins récentes en seront recon­nais­santes.

A l’in­verse, on peut aussi char­ger l’in­té­gra­lité d’une banque en mémoire. Mais d’une part cela s’avère extrê­me­ment long (plusieurs minutes), et d’autre part cela peut mettre en péril la stabi­lité de votre confi­gu­ra­tion si votre RAM n’offre pas une marge de manœuvre suffi­sante. Spec­tra­so­nics recom­mande 8 Go de mémoire au mini­mum et un Core 2 Duo à 2,2 GHz. Person­nel­le­ment, avec cette quan­tité de RAM et un i5 quadri­cœur de l’an­née dernière, je me suis trouvé parfois un peu « juste ». À vous de voir, donc…

Ceci nous amène au point noir suivant, certai­ne­ment lié à l’as­pect très gour­mand du logi­ciel dont nous venons de parler : le nombre de voix de poly­pho­nie est limité à 64. Si cela peut sembler beau­coup, il ne faut pas oublier que cela n’in­clut pas unique­ment les notes que nous jouons, mais aussi celles que nous avons jouées et dont la réso­nance après relâ­che­ment n’est pas encore ache­vée. Avec l’em­ploi d’une pédale de sustain prolon­geant encore la durée de la réso­nance, les 64 voies de poly­pho­nie se verront rapi­de­ment atteintes lors de l’exé­cu­tion de certains morceaux, notam­ment dans le réper­toire clas­sique. Oubliez Chopin, Scria­bine et Rach­ma­ni­nov. C’est très dommage, surtout compte tenu de la qualité du travail effec­tué sur le C7 de Yamaha.

Le tour du clavier ?

Spectrasonics Keyscape : Duo

Et puisqu’on en parle, on regret­tera d’ailleurs que cette collec­tion ne comporte qu’un seul piano à queue. Quid de Stein­way, Fazioli, Bösen­dor­fer ? On pourra bien sûr se conso­ler de leur absence par la grande richesse de presets propo­sés pour le piano japo­nais, offrant un grand éven­tail de couleurs sonores, mais il n’em­pêche que ce choix, combiné à d’autres oublis, s’avère dérou­tant quand le nom du logi­ciel lais­sait entre­voir un pano­rama des instru­ments à clavier. Dans la série des absents, on notera ainsi les orgues acous­tiques et élec­triques (surtout le Hammond, parti­cu­liè­re­ment incom­pré­hen­sible lorsque l’on consi­dère le reste de l’offre), ainsi que le clave­cin acous­tique, pas tota­le­ment remplacé par le clavi­corde ou le clave­cin élec­trique.

On regret­tera égale­ment que l’on ne puisse pas libre­ment asso­cier les instru­ments entre eux, les presets d’ins­tru­ments hybrides étant fixes. Qui plus est, le para­mé­trage entre eux se limi­tera au réglage de gain. En effet, aucune possi­bi­lité de morphing, de déclen­che­ment en fonc­tion de la vélo­cité, de la tessi­ture, ou même de répar­ti­tion dans l’es­pace.

Gravé dans le marbre

Finis­sons par évoquer les divers effets utili­sés dans les diffé­rents patches et qui s’avèrent dans l’en­semble plutôt effi­caces même si l’uti­li­sa­teur n’a aucu­ne­ment la main sur leur choix et leur posi­tion­ne­ment dans le trajet du signal : on ne dispose ainsi pas d’une section d’ef­fets en tant que telle mais bien d’ef­fets inté­grés par les sound desi­gners de Spec­tra­so­nics à même le patch, sans qu’au­cun choix ne nous soit laissé. Si un preset propose ainsi un Flan­ger, mais pas de Tremolo, vous n’au­rez d’autre possi­bi­lité que de trou­ver un preset qui propose le Tremolo, mais pas forcé­ment le Flan­ger du coup. Combi­ner un flan­ger et une Wah sur un piano jouet ? Si personne n’y a pensé chez Spec­tra, vous n’au­rez pas le loisir d’es­sayer cela vous même.

On se sent alors rapi­de­ment limité dès que l’on souhaite réel­le­ment sculp­ter le son, tandis qu’on déplore certains oublis assez incom­pré­hen­sibles du point de vue de l’ému­la­tion, comme la gestion de l’ou­ver­ture du capot sur les pianos. Toute­fois, en dehors de ce détail, le côté figé de Keys­cape n’est pas une fata­lité, car si le logi­ciel est parfai­te­ment utili­sable de manière auto­nome, il s’in­tègre, comme Trilian avant lui, à l’in­té­rieur d’Om­ni­sphere dont il vient gros­sir la base d’ins­tru­ments. Et le jeu en vaut large­ment la chan­del­le…

Omni­sphere chau­de­ment recom­mandé

Le premier béné­fice que l’on découvre en utili­sant Keys­cape dans Omni­sphere tient dans le gestion­naire de presets du logi­ciel, autre­ment plus évolué. Mais c’est surtout dans l’édi­tion que l’on gagne le plus, une petite croix appa­rais­sant sur chaque inter­face d’ins­tru­ment et sur laquelle il suffit de cliquer pour retrou­ver les outils que l’on connait bien.

Spectrasonics Keyscape : Omnisphere

Grâce au vais­seau amiral de Spec­tra­so­nics, vous pour­rez alors éditer chaque patch de Keys­cape en profon­deur, mais aussi les combi­ner grâce au système de multis nette­ment plus puis­sant que ce qui est proposé avec les patches hybrides. À vous donc le laye­ring d’ins­tru­ments les plus divers avec tous les splits de claviers ou de vélo­ci­tés qui vous font plai­sir, en usant et abusant des nombreuses sections d’ef­fets que propose Omni­sphere ! À vous encore le recours aux diffé­rents modules de synthèse du synthé ! Bref, si Keys­cape seul conten­tera sans problème ceux qui cherchent un instru­ment prêt à jouer façon clavier de scène, ceux qui veulent aller plus loin auront tout inté­rêt, s’ils veulent agran­dir le terrain de jeu du sound design, à inves­tir dans Omni­sphere s’ils ne le possèdent pas déjà. En l’ab­sence de bundle chez Spec­tra­so­nics, la facture sera ainsi deux fois plus salée, mais ce n’est vrai­ment que dans ce contexte que Keys­cape révé­lera tout son poten­tiel.

Conclu­sion

Spec­tra­so­nics propose avec Keys­cape une banque de sons de claviers impres­sion­nante à bien des égards, autant au niveau de ses mensu­ra­tions que de la qualité audio déli­vrée, de l’ins­pi­ra­tion qu’elle offre ou encore de l’ex­pres­si­vité qu’elle auto­rise. Vous aurez accès à un très grand plai­sir de jeu… pour peu que vous dispo­siez d’une machine puis­sante. Cette néces­sité vient en effet un peu ternir le rapport qualité/prix qui pour­rait s’avé­rer très inté­res­sant si l’on ne tenait pas compte du prix de l’or­di­na­teur néces­saire pour faire fonc­tion­ner le logi­ciel au meilleur de ses capa­ci­tés.

Si certaines absences parmi les instru­ments (un seul piano à queue, pas d’orgue ou de clave­cin acous­tique) sont un peu éton­nantes dans un produit qui se veut exhaus­tif dans le domaine des instru­ments à clavier, si la limi­ta­tion à 64 voies de poly­pho­nie inter­dira malheu­reu­se­ment l’in­ter­pré­ta­tion d’œuvres trop virtuoses, on souli­gnera enfin que seuls les posses­seurs d’Om­ni­sphere pour­ront accé­der à toutes les possi­bi­li­tés de réglage.

Mais hors de ces quelques contrain­tes… quel bonheur !

  • Spectrasonics Keyscape : C7
  • Spectrasonics Keyscape : Search Clavinet
  • Spectrasonics Keyscape : Duo
  • Spectrasonics Keyscape : Omnisphere

 

On refait le patch : les tests vidéo d'Audiofanzine Voir tous les épisodes de "On refait le patch : les tests vidéo d'Audiofanzine"
9/10
Award Valeur sûre 2016
Points forts
  • Ça sonne grave !
  • Impressionnante collection de claviers électriques
  • Simple d’utilisation
  • Traitements adaptés contextuellement
  • Les instruments hybrides
  • Jouabilité
  • Inspirant
  • Intégré dans Omnipshere
  • Rapport qualité/prix
  • Installation « Lite » possible
Points faibles
  • Gourmand à tous points de vue
  • Son HDR « larger than life »
  • Trois pianos acoustiques seulement
  • Pas de clavecin acoustique ni d’orgue
  • 64 voix de polyphonie
  • Sans Omnisphere, pas le droit d’ouvrir le capot

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.