Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
test
17 réactions
Trash laisse des traces
8/10
Partager cet article

iZotope présente Trash 2 comme un outil permettant de salir, encrasser, souiller, dégrader et même détruire les sons. Et c'est vrai mais réducteur ; ça inciterait même certains utilisateurs à passer leur chemin. Disons plutôt que Trash 2 est annonciateur du chaos sonore : tout commencera par un frémissement imperceptible, puis une oscillation insidieuse se changera en vibration sauvage, suivie d'une excitation incontrôlable qui mènera à la déstructuration définitive du son. Avec Trash 2, iZotope vous permet de stabiliser ce processus où bon vous semble avant l'emballement final. Et là, l'envie d'en être revient irrésistiblement...

On télé­charge les exécu­tables de 30,6 MB (plugin) et 2,6 MB (exten­sion). Pour le format du plugin sous Windows, vous avez le choix entre DirectX, Pro Tools, VST 32 bits et VST 64 bits, le tout pour 195 euros. Les diffé­rents plugins offrent une poly­va­lence appré­ciable qui permet de dispo­ser de Trash 2 dans diffé­rents envi­ron­ne­ments de travail. Vous pouvez utili­ser Trash 2 sans limi­ta­tion pendant 10 jours, après quoi sa sortie restera muette jusqu’à ce que vous l’ache­tiez, auquel cas vous pour­rez l’ac­ti­ver par auto­ri­sa­tion en ligne, chal­lenge/réponse ou iLok.

Préli­mi­naires

Au premier démar­rage, le gestion­naire de presets (Preset mana­ger) s’ouvre en surim­pres­sion du plugin. Il propose de clas­ser les presets dont la liste comporte plusieurs réper­toires nommés Aggres­sive, Expe­ri­men­tal, Heavy, Percus­sive, Subtle et Utility. A cela s’ajoutent les presets de l’ex­ten­sion clas­sés dans un réper­toire logique­ment baptisé Edge.

Izotope Trash 2

Le gestion­naire de presets offre de clas­siques boutons d’ajout, suppres­sion et créa­tion de réper­toire, ainsi que quelques fonc­tion­na­li­tés plus avan­cées pour copier vos réglages dans le preset sélec­tionné, pour écou­ter la diffé­rence entre le para­mé­trage origi­nel et les modi­fi­ca­tions que vous avez effec­tuées et pour modi­fier le chemin d’ac­cès au réper­toire des presets.

Avant d’en­trer dans le vif du sujet, rappe­lons que, comme les trai­te­ments de la dyna­mique (compres­seur, noise gate, etc.), la satu­ra­tion/distor­sion change de compor­te­ment en fonc­tion du niveau d’en­trée. Donc tout commence par l’ajus­te­ment correct des niveaux, un vieux réflexe hérité de l’époque du tout analo­gique qu’il convient de culti­ver. Et au cas où le signal dépas­se­rait occa­sion­nel­le­ment le maxi­mum numé­rique en sortie, Trash 2 est doté d’un limi­teur qui évitera l’écrê­tage audible.

Morceaux de choix

Izotope Trash 2

Trash 2 est composé d’une série de sections de trai­te­ments repré­sen­tées dans la fenêtre Graph. On trouve les sections FILTER 1 (égali­sa­tion), TRASH (distor­sion), FILTER 2 (encore égali­sa­tion), CONVOLVE (convo­lu­tion), DYNA­MICS (compres­sion/gating) et DELAY. Il s’agit ici de l’ordre des sections par défaut, illus­tré par l’ali­gne­ment des boutons en bas de la fenêtre du plugin. On peut modi­fier l’ordre des sections en cliquant sur Graph puis en déplaçant à la souris les diffé­rentes sections placées sur la ligne hori­zon­tale qui symbo­lise le trajet du signal. Tout est possible, y compris la mise en paral­lèle des deux sections FILTER !

Izotope Trash 2

Petit défaut d’er­go­no­mie, l’ordre des boutons de section alignés en bas de la fenêtre du plugin est fixe, autre­ment dit il ne change pas en fonc­tion du nouveau routing défini dans Graph. Instinc­ti­ve­ment, on aura tendance à se repré­sen­ter l’ordre des sections confor­mé­ment à ce que suggère l’ordre des boutons, et il faudra donc reve­nir régu­liè­re­ment à la fenêtre Graph pour bien s’im­pré­gner de l’ordre actuel des sections, surtout si le routing utilisé est origi­nal. À la décharge d’iZo­tope, il faut admettre qu’il n’est pas évident de symbo­li­ser le fait que les deux sections FILTER sont paral­lèles à l’aide d’une unique rangée de boutons…

Les jeunes filtres en flirt

Izotope Trash 2

Les sections FILTER 1 et 2 sont iden­tiques. Chacune est un égali­seur complet composé de six filtres dont on édite les para­mètres numé­rique­ment ou graphique­ment. On peut choi­sir la famille et le type de chaque filtre. L’édi­teur nous donne l’em­bar­ras du choix puisque le menu propose sept familles de filtres : Rez (réso­nance), Vowel (voyelle), Screa­ming (euh, gueu­lard ?) ainsi que Clean, Synth, Satu­ra­ted et Retro qu’il est inutile de traduire.

On l’aura compris, les familles ne classent pas les filtres par type mais par couleur sonore. A quelques excep­tions près, on retrou­vera donc chaque type de filtre dans diffé­rentes familles, ce qui permet de les décli­ner en diffé­rentes varia­tions. Chaque famille comporte deux à six filtres : filtres en cloche, en plateau, passe-haut, passe-bas, passe-bande, plus deux filtres spéciaux pour le trai­te­ment des voix. Chaque filtre offre deux ou trois para­mètres éditables : fréquence de 20 Hz à 20 kHz, ampli­fi­ca­tion/atté­nua­tion jusqu’à +/-10 dB, réso­nance/largeur de bande, bref du clas­sique.

En utili­sa­tion stan­dard, la section filtres s’avère très pratique et a le bon goût d’ap­par­te­nir à la famille des égali­seurs ni agres­sifs, ni gueu­lards. Quand on sait préci­sé­ment comment égali­ser le signal, par exemple parce qu’on veut juste corri­ger une bande de fréquences étroite de façon précise, on trou­vera faci­le­ment le filtre appro­prié en piochant dans la famille Clean qui permet les trai­te­ments les plus neutres. Inver­se­ment, si l’on souhaite égali­ser le signal pour l’em­bel­lir, on pourra par exemple dégrais­ser le bas du spectre avec le passe-haut neutre de la famille Clean, puis tester diffé­rentes varia­tions de ce même passe-haut en piochant dans les familles Retro, Rez, etc. Les valeurs des para­mètres éditables n’étant pas modi­fiées quand on passe d’une varia­tion à l’autre, la couleur change mais le trai­te­ment reste à peu près le même. Voilà qui est pratique, même s’il faudra réajus­ter les para­mètres parce que les diffé­rentes carac­té­ris­tiques de pente et de réso­nance des varia­tions ne sont pas neutres sur l’équi­libre fréquen­tiel.

Mais la section FILTER ne se limite pas à une égali­sa­tion clas­sique : chaque filtre est doté d’une partie modu­la­tion (désac­ti­vée par défaut) qui permet de réali­ser une égali­sa­tion dyna­mique, c’est-à-dire dépen­dante du niveau du signal, et même de créer des effets de type « enve­lope follo­wer ». Mais qu’est-ce qu’on entend par modu­ler un filtre ? C’est faire varier ses para­mètres (fréquence, pente/réso­nance, ampli­fi­ca­tion/atté­nua­tion) à partir d’une source de modu­la­tion qui, dans le cas de Trash 2, est soit l’en­ve­loppe du signal, autre­ment dit son niveau, soit un oscil­la­teur basse fréquence (LFO).

Izotope Trash 2

La modu­la­tion du filtre à partir de l’en­ve­loppe du signal offre des réglages de seuil, d’at­taque et de relâ­che­ment, c’est-à-dire tout ce qu’il faut pour contrô­ler le compor­te­ment du filtre à partir de la dyna­mique du signal. Une chaîne laté­rale (bouton Side­chain) est égale­ment dispo­nible pour contrô­ler la modu­la­tion du filtre à partir d’un signal externe, habi­tuel­le­ment un instru­ment ryth­mique comme la grosse caisse ou le char­ley. Notez que le Side­chain de la version VST2 du plugin ne fonc­tionne pas dans mon Cubase 6.5. Il faudra donc utili­ser la version VST3, à condi­tion de dispo­ser de Cubase 4.1 ou plus récent.

La modu­la­tion par LFO propose quant à elle un sélec­teur de forme d’onde (sinus, carrée, dent de scie, triangle, bruit, etc.) et un réglage de fréquence qui déter­mine la vitesse de la modu­la­tion. A cela s’ajoute un bouton de synchro qui applique le tempo du séquen­ceur au LFO, auquel cas le réglage de fréquence se trans­forme en sélec­teur de note (noire, croche, double-croche, etc., le tout en binaire, trio­let ou pointé).

Izotope Trash 2

L’écran graphique de la section FILTER repré­sente les filtres ainsi que leurs réglages, la courbe d’éga­li­sa­tion qui en résulte et le niveau du signal sur tout le spectre audible. Il permet de modi­fier tous les para­mètres des filtres, y compris le type de filtre par clic droit. L’er­go­no­mie est très bonne et on édite faci­le­ment tout l’éga­li­seur direc­te­ment dans le graphique. Dès qu’on décide de modu­ler un filtre, la repré­sen­ta­tion graphique devient presque incon­tour­nable car elle permet de régler faci­le­ment la cible, c’est-à-dire l’état du filtre quand la modu­la­tion est maxi­male, et de visua­li­ser l’évo­lu­tion de la modu­la­tion. Ainsi, le graphique affiche un second filtre qui corres­pond à la cible et permet de régler tous ses para­mètres (fréquence, pente/réso­nance, ampli­fi­ca­tion/atté­nua­tion) : en quelques coups de souris, on peut réali­ser un filtrage dyna­mique, par exemple pour atté­nuer progres­si­ve­ment une bande de fréquences donnée quand le niveau du signal dépasse un certain seuil et/ou pour créer des effets de type enve­lope follo­wer, auto-wah, etc.

Au final, la section FILTER en elle-même s’avère très poly­va­lente. Et quand on consi­dère que Trash 2 permet d’in­sé­rer libre­ment deux sections FILTER indé­pen­dantes dans le flux de signal, en série avec n’im­porte quelles autres sections ou en paral­lèle entre elles, on comprend qu’on a énor­mé­ment de possi­bi­li­tés. Pour­tant, à l’usage, il appa­raît que le but d’iZo­tope n’est certai­ne­ment pas de multi­plier les possi­bi­li­tés à l’in­fini, mais plutôt d’of­frir un contrôle accru de la distor­sion : on égalise le signal avant la section TRASH afin de mieux contrô­ler le compor­te­ment de la distor­sion en fonc­tion des fréquences, puis on utilise le second filtre après la section TRASH pour suppri­mer les pollu­tions et déter­mi­ner la couleur sonore de la distor­sion (ou du son global). C’est un régal à utili­ser.

L’in­tel­li­gence du Trash mental

Un rapide coup d’œil à la section TRASH confirme qu’elle consti­tue le cœur du plugin. C’est ici que l’on peut satu­rer le signal, le distordre, voire même le démo­lir. Pour cela, on dispose de deux étages de distor­sion dont on devine qu’ils ne sont pas unique­ment desti­nés à tordre le signal jusqu’à ce que mort s’en­suive, mais plutôt à simu­ler une confi­gu­ra­tion réelle, par exemple celle d’un guita­riste utili­sant une pédale de boost/over­drive devant le canal Lead de son ampli.

iZotope Thrash 2

Les deux étages de distor­sion sont iden­tiques. Il sont compo­sés d’une liste d’al­go­rithmes de distor­sion, d’un bloc de mani­pu­la­tion de la forme d’onde (Shape), d’une partie filtre (Filter) et d’un bloc d’édi­tion des para­mètres prin­ci­paux de la distor­sion. Les musi­ciens pres­sés pour­ront procé­der de la façon suivante : on choi­sit d’abord un algo­rithme en sélec­tion­nant une caté­go­rie (Distort, Drive, Faulty, Fuzz, Heavy, Retro ou Satu­rate) puis une distor­sion dans une liste compre­nant 5 à 19 algo­rithmes selon les caté­go­ries. Ensuite, on règle les para­mètres prin­ci­paux de la distor­sion, c’est-à-dire Pre pour le niveau d’en­trée, Drive pour l’in­ten­sité de la distor­sion, Gain pour le niveau de sortie du signal saturé et Mix pour la balance entre le signal source et le signal distordu. Certains algo­rithmes offrent un para­mètre supplé­men­taire baptisé Style qui permet de tordre encore le son. Pour contrô­ler la distor­sion, on pourra jouer sur le niveau d’en­trée (Pre), sur le Gain et, le cas échéant, sur le Style, sachant que ce dernier para­mètre a tendance à écra­ser et à voiler légè­re­ment le son, tandis que le réglage de Gain reste très respec­tueux de la dyna­mique et de la brillance du signal, ce qui n’est pas pour déplaire !

Quand on utilise Trash 2 comme un ampli pour jouer de la guitare ou de la basse direc­te­ment dans son séquen­ceur, le nombre, la variété et la qualité des algo­rithmes permettent de trou­ver rapi­de­ment le ou les sons souhai­tés et de s’amu­ser avec l’ins­tru­ment sans se lasser. Tout est possible, de la satu­ra­tion type boos­ter à la grosse distor­sion type high-gain, de l’over­drive rond au crunch bien sec, de la satu­ra­tion serrée à la destruc­tion totale du signal – comme qui dirait, y a de l’algo dans l’air !

iZotope Thrash 2

Ceux qui souhaitent aller plus loin dans le contrôle de la distor­sion, notam­ment parce qu’ils comptent utili­ser Trash 2 sur des instru­ments variés, par exemple des batte­ries, percus­sions, pianos élec­triques, synthés, etc., voudront explo­rer plus avant les entrailles du plugin. Et c’est là que les blocs Shape et Filter de chaque étage de distor­sion entrent en jeu : quand on charge un algo­rithme, le graphique carré sous l’on­glet Shape affiche la courbe de base de l’al­go­rithme sélec­tionné (en rouge), la courbe résul­tant des modi­fi­ca­tions appor­tées à la courbe de base (en orange/gris) et la courbe résul­tant de l’ap­pli­ca­tion des deux (en bleu). Remarquez que vous pouvez affi­cher/masquer chaque courbe à volonté.

C’est beau les courbes, surtout celles qu’on devine sous les étoffes légères des tenues esti­vales qui habillent les filles dès les premiers rayons de soleil prin­ta­nier – vous êtes libre d’échan­ger les « filles » contre des « garçons » ! Mais quand il s’agit d’au­dio, on appré­cie que le repère dans lequel sont tracées ces courbes affrio­lantes soit légendé. Un coup d’œil dans l’aide (en anglais) du plugin s’im­pose. On apprend que la moitié supé­rieure du graphique repré­sente le trai­te­ment appliqué à la portion posi­tive de la forme d’onde, la moitié infé­rieure celui appliqué à la portion néga­tive. On imagine donc avoir quelque chose comme l’am­pli­tude sur l’axe verti­cal et le temps sur l’axe hori­zon­tal, mais ça reste joli­ment mysté­rieux, un peu comme les courbes à peine révé­lées évoquées plus haut.

On dispose de diffé­rents outils pour éditer la courbe de base qui, par défaut, se compose de deux segments symé­triques, l’un posi­tif et l’autre néga­tif. Dans le graphique, on peut ajou­ter un ou plusieurs points de sépa­ra­tion pour décom­po­ser la courbe en segments plus nombreux. Dans chaque segment, un point d’in­flexion, appelé point de tension, permet de régler la cour­bure du segment. Enfin, le graphique four­nit deux petits curseurs, l’un verti­cal, l’autre hori­zon­tal, qui agissent sur tous les points de tension. Le premier modi­fie la profon­deur de la cour­bure des segments, le second l’angle au point de tension, un peu comme le para­mètre soft/hard knee d’un compres­seur. A droite du graphique, un menu dérou­lant permet de choi­sir le type de courbe (Linear, Tension, Square, Triangle, Sine ou Stairs) pour chaque segment. Inutile de s’ap­pe­san­tir sur le fait que ce dernier para­mètre modi­fie radi­ca­le­ment les carac­té­ris­tiques de la distor­sion.

iZotope Thrash 2

Trash 2 offre deux fonc­tions supplé­men­taires qui s’ap­pliquent à l’en­semble des segments : le bouton Log Mode trans­pose la forme d’onde de l’échelle linéaire dans l’échelle loga­rith­mique, ce que le graphique confirme visuel­le­ment ; le bouton Bipo­lar permet quant à lui d’édi­ter la moitié néga­tive de la forme d’onde indé­pen­dam­ment de la moitié posi­tive. Le mode loga­rith­mique donne géné­ra­le­ment des résul­tats inté­res­sants quand on souhaite affi­ner une distor­sion qui « gratte » un peu trop en mode linéaire. Pour sa part, le mode bipo­laire permet de travailler la courbe à l’en­vie, quitte a risquer l’in­di­ges­tion de bidouillage. Enfin, le bouton DC Offset permet de suppri­mer toute tension d’off­set suscep­tible d’ap­pa­raître avec les courbes bipo­laires.

A chaque onglet Shape est asso­cié un égali­seur deux bandes nommé Filter. Il propose deux filtres en plateau pour travailler le bas et le haut du spectre. On édite ces filtres direc­te­ment dans la repré­sen­ta­tion graphique carrée, de la même façon que dans les deux sections FILTER. Pour chaque filtre, on peut régler la fréquence de 20 Hz à 20 kHz, l’am­pli­fi­ca­tion/atté­nua­tion de +27 à –30 dB et la pente de 1 à 0,1.

Bref, il y a de quoi faire, d’au­tant que tout est dispo­nible en double puisque le second étage de distor­sion avec choix de l’al­go­rithme, modules Shape/Filter et para­mètres globaux est iden­tique au premier, à ceci près qu’il n’est pas alimenté par l’en­trée du plugin mais par la sortie du premier étage de distor­sion. A ce stade du banc d’es­sai, la section TRASH me semble déjà excep­tion­nel­le­ment complète et poly­va­lente. La preuve, j’en suis déjà à 5 pages de texte et je pleure en pensant que nous n’avons toujours pas abordé la convo­lu­tion, la compres­sion ni le delay ! Mais en remarquant le bouton Multi­band, je comprends que je n’en ai pas fini de la section TRASH.

iZotope Thrash 2

La repré­sen­ta­tion graphique en haut du plugin prend tout son sens avec le module multi­bande qui offre jusqu’à quatre bandes de trai­te­ment indé­pen­dantes. Ce grand écran affiche soit la forme d’onde à la façon d’un séquen­ceur, ce qui permet de visua­li­ser les varia­tions d’am­pli­tude du signal quand on édite le module Shape, soit la courbe de réponse en fréquence de 20 Hz à 20 kHz, qui pourra être utile pour régler l’éga­li­seur deux bandes. En fait, tant qu’on travaille en large bande, on se passe volon­tiers de l’af­fi­cheur graphique et on décolle les yeux de l’écran pour se détendre et s’en remettre plei­ne­ment à ses oreilles. En multi­bande, l’af­fi­chage de la réponse en fréquence devient indis­pen­sable car il permet de voir et de modi­fier les bandes et les fréquences de coupure. Toute l’édi­tion s’ef­fec­tue direc­te­ment dans le graphique qui donne égale­ment la possi­bi­lité d’écou­ter chaque bande en solo. En repas­sant à l’af­fi­chage de la forme d’onde, on pourra aussi visua­li­ser l’am­pli­tude de la portion de signal conte­nue dans chaque bande, bien que ce soit géné­ra­le­ment super­flu. Une fois les bandes de fréquences défi­nies à l’aide du grand affi­cheur, on peut leur appliquer diffé­rentes distor­sions. Autre­ment dit, chaque bande dispose d’une section TRASH complète avec toute sa collec­tion d’al­go­rithmes, ses deux étages de distor­sion, ses filtres et ses deux jeux de para­mètres globaux, rien que ça !

Avec tout ça, on peut faire plein de choses marrantes, mais aussi et surtout, plein de choses utiles, notam­ment sur des sources qu’on n’as­so­cie pas néces­sai­re­ment à l’ef­fet distor­sion… On peut par exemple satu­rer (voire distordre) la réso­nance d’une grosse caisse sans perdre de préci­sion sur l’at­taque. Inver­se­ment, on peut distordre le médium et satu­rer l’aigu d’une basse, notam­ment d’une basse synthé­tique, tout en conser­vant un grave propre. La satu­ra­tion/distor­sion multi­bande est aussi très précieuse pour trai­ter les instru­ments à percus­sion et les pianos élec­triques, épais­sir et enri­chir leur son en conser­vant les détails du jeu du musi­cien. Et bien entendu, la distor­sion multi­bande fait des merveilles avec les parte­naires natu­rels de Trash 2 , c’est-à-dire une guitare ou une basse élec­triques, qu’elles soient enre­gis­trées direc­te­ment dans l’or­di­na­teur à des fins de re-amping ou qu’elles aient été enre­gis­trées en sortie d’am­pli.

Trash Convolve en justes noces

iZotope Thrash 2

Comme son nom l’in­dique, la section CONVOLVE est dédiée à la convo­lu­tion, autre­ment dit elle applique une réponse impul­sion­nelle au signal source. Le plugin contient de nombreuses réponses impul­sion­nelles clas­sées en caté­go­ries. La liste des caté­go­ries (Amps, Body, Devices, FX, MechA­ni­mal, Tail, Tone et Vowels) illustre bien la diver­sité des samples four­nis qui vont du baffle guitare à un objet ou un espace quel­conque. Malgré leur nombre respec­table, les baffles et haut-parleurs sont loin d’être majo­ri­taires dans cette liste, ce qui rappelle de nouveau à l’uti­li­sa­teur qu’il ne doit pas consi­dé­rer Trash 2 comme une simu­la­tion d’am­pli instru­ment. Et ce n’est pas tout : chaque réponse impul­sion­nelle four­nie avec le plugin corres­pond à trois samples d’une même source enre­gis­trés avec trois types de micro diffé­rents : dyna­mique, à conden­sa­teur ou à ruban. Pour passer d’une variante à l’autre, il suffit de cliquer sur les boutons corres­pon­dants. Et pour ceux qui en veulent toujours plus, iZotope propose d’ajou­ter vos propres samples au format Wav ou Aiff à la liste des réponses impul­sion­nelles.

Après avoir choisi une réponse impul­sion­nelle, vous pouvez élar­gir la base stéréo du signal à l’aide de deux curseurs : Sepa­rate ajoute un léger déca­lage entre les deux canaux (atten­tion à la phase !) tandis que Width permet de faire passer progres­si­ve­ment la sortie de la section de convo­lu­tion de mono à stéréo puis à stéréo x2. Et comme la section TRASH, CONVOLVE dispose de réglages Gain et Mix pour contrô­ler la part de la convo­lu­tion dans l’en­chaî­ne­ment des diffé­rents trai­te­ments appliqués au signal.

A l’usage, la section CONVOLVE colore bien plus le son que je ne l’avais imaginé. Bien entendu, cela s’ex­plique par les nombreuses réponses impul­sion­nelles four­nies, les amplis, baffles, ambiances, objets, voyelles, cris d’ani­maux, sons et réso­nances en tous genres, tous affu­blés de noms très imagés mais plutôt expli­cites. Beau­coup modi­fient forte­ment la réponse en fréquence, les timbres, la dyna­mique et les tran­si­toires. Bref un peu tout, et c’est bien normal eu égard à la diver­sité des réponses impul­sion­nelles four­nies. Mais il y a autre chose : même quand elle est mixée très en retrait, la convo­lu­tion a des réper­cu­tions sur la préci­sion sonore. Il se passe quelque chose dans le signal, c’est suspect et indé­fi­nis­sable. L’équi­libre semble modi­fié et on pense immé­dia­te­ment à la phase… Bref, aux guita­ristes et bassistes qui souhaitent utili­ser Trash 2 en re-amping, je conseille de sélec­tion­ner la convo­lu­tion dési­rée assez tôt pendant l’édi­tion du plugin, tout du moins avant de passer du temps à para­mé­trer les sections FILTER et TRASH, sous peine de devoir retou­cher à tous vos réglages une fois la section CONVOLVE acti­vée. Pour les autres, ceux qui font de la R&D sonore, lâchez-vous : les possi­bi­li­tés sont immenses et les expé­ri­men­ta­tions abou­tissent souvent à des résul­tats surpre­nants qui présentent l’avan­tage d’être encore utili­sables dans un cadre musi­cal.

Dyna­mics, c’est de la dyna­mite !

iZotope Thrash 2

La section DYNA­MICS nous ramène en terrain connu : il s’agit d’un étage de trai­te­ment de la dyna­mique clas­sique composé d’un compres­seur et d’un gate dispo­sant chacun de réglages de seuil, de ratio, d’at­taque et de relâ­che­ment. Un module de sélec­tion soft/hard knee défi­nit la carac­té­ris­tique de la courbe de compres­sion/expan­sion aux niveaux seuils tandis qu’un sélec­teur sous l’af­fi­cheur de niveaux déter­mine le mode de détec­tion (crête/RMS). Les ratios du compres­seur et du gate peuvent prendre des valeurs « posi­tives » jusqu’à 30:1, mais aussi des valeurs « néga­tives » jusqu’à 1:10 qui permettent de faire de la compres­sion vers le haut (upward compres­sion), c’est-à-dire augmen­ter le niveau du signal quand il est infé­rieur au seuil. Pour finir, le clas­sique module global four­nit les réglages de Gain et Mix, ainsi qu’un bouton Auto Gain qui aligne le niveau du signal traité sur celui du signal source. C’est complet, ergo­no­mique, simple, effi­cace et ça sonne ! Le compres­seur a tendance à manger un peu l’aigu, ce qui est normal et prouve même qu’il traite vrai­ment tout le spectre audible.

iZotope Thrash 2

Mais iZotope ne s’est pas arrêté en si bon chemin et a ajouté un module multi­bande iden­tique à celui de la section TRASH. On peut donc décou­per le signal en deux, trois ou quatre bandes de fréquences distinctes que l’on édite direc­te­ment dans le grand écran graphique. A partir de là, vous dispo­sez d’une section DYNA­MICS complète pour chaque bande, et même plus puisque des boutons Side­chain s’ajoutent au compres­seur et au gate afin de les déclen­cher à l’aide d’un signal de commande externe. Ici encore, la chaîne laté­rale de la version VST2 du plugin ne fonc­tionne pas dans Cubase et il faudra passer par la version VST3 avec Cubase 4.1 ou plus récent ! Comme ça fait vrai­ment beau­coup de fonc­tion­na­li­tés, iZotope a eu la bonne idée d’ajou­ter un mode d’af­fi­chage compact (bouton All) qui regroupe tous les para­mètres et niveaux de chaque bande sur une seule page. Bravo ! Et souli­gnons que, une fois encore, on sent vrai­ment que les personnes qui ont conçu le plugin se sont mises à la place de l’uti­li­sa­teur et ont privi­lé­gié l’er­go­no­mie malgré la flopée de réglages, para­mètres, affi­cheurs et infor­ma­tions. Re-bravo !

iZotope Thrash 2

Et puisqu’on parle d’in­tel­li­gence de concep­tion au service de l’uti­li­sa­teur, signa­lons que, lors des chan­ge­ments de filtre (section FILTER), d’al­go­rithme (section TRASH) et de réponse impul­sion­nelle (section CONVOLVE), les para­mètres ne sont ni modi­fiés, ni réini­tia­li­sés. On peut ainsi compa­rer au mieux les diffé­rents résul­tats et éviter de repar­tir de zéro dans l’édi­tion. Dans le même ordre d’idées, le module multi­bande de la section DYNA­MICS offre un bouton Link qui permet de lier les para­mètres entre bandes. Ainsi, après avoir para­mé­tré les bandes indi­vi­duel­le­ment, on les lie entre elles pour travailler avec un seul jeu de para­mètres comme sur un compres­seur large bande clas­sique.

iZotope Thrash 2

Dans DYNA­MICS, le grand affi­cheur en haut du plugin est encore plus précieux que dans la section de distor­sion. Il propose trois modes d’af­fi­chage : soit forme d’onde + niveau de gain (en rouge), soit réponse en fréquence + bandes et coupures (comme dans la section TRASH), soit réponse en fréquence + filtre de l’étage de détec­tion. L’éga­li­seur en ques­tion, que l’on règle direc­te­ment dans le graphique, est un deux bandes en plateau, chaque filtre étant réglable en fréquence (de 20 Hz à 20 kHz) et en qualité (de 0,2 à 5). Une préci­sion pour les profanes de la compres­sion : cet égali­seur n’est pas direc­te­ment audible car il traite unique­ment le signal de commande dont le niveau déter­mine la réac­tion du compres­seur et du gate. Si l’idée n’est pas neuve – elle est même vieille comme mes robes, elle reste toujours aussi précieuse. Et pourquoi ça ? Parce que le compres­seur et le gate réagissent plus au grave qu’à l’aigu. Et re-me-le-me-le pourquoi ? Parce que la plupart de l’éner­gie du signal est concen­trée dans le grave. Quand on traite des sous-groupes ou un mix complet, c’est même la raison prin­ci­pale de l’ef­fet de pompage et de la perte d’aigu géné­rés par les compres­seurs large bande, effets que l’on peut contre­car­rer dans Trash 2 grâce audit filtre de l’étage de détec­tion… ou à la compres­sion multi­bande. Une remarque à ce sujet : j’ai très peu utilisé la compres­sion multi­bande parce que c’est bien gentil d’avoir tous ces para­mètres et le souci du détail, mais on aime surtout aller droit au but et avan­cer dans son mix. En fait, la compres­sion large bande est suffi­sante, et même très effi­cace, avec la plupart des signaux hormis un groupe tel qu’une batte­rie complète. Mais dans ce cas, on choi­sira souvent un compres­seur multi­bande spécia­lisé auquel on est habi­tué. A mon goût, le multi­bande de la section DYNA­MICS relève presque du gadget, contrai­re­ment au multi­bande de la section TRASH.

Le delay qu’est pas laid

iZotope Thrash 2

Pour finir, Trash 2 propose une section DELAY qui me plaît beau­coup pour ses sono­ri­tés et sa simpli­cité. On dispose de six delays diffé­rents (Tape, Tape/Tube, Analog, Lo-fi Digi­tal, Broken Bit et Digi­tal). Le grain, la couleur et la réponse tran­si­toire changent à chaque algo­rithme et la palette sonore est très large. On peut régler le temps de delay en unité de temps (de 0,1 ms à 2 s) ou de note quand le plugin est synchro­nisé au tempo du séquen­ceur (noire, croche, double-croche, etc., le tout en binaire, trio­let ou pointé). Feed­back déter­mine l’évo­lu­tion du volume des répé­ti­tions, et donc aussi leur nombre. En fait le nombre de répé­ti­tions est infini et seule la réduc­tion progres­sive du niveau permet de les inter­rompre. Et comme Feed­back peut aussi ampli­fier le niveau des répé­ti­tions par rapport à celui du signal origi­nal, on peut faire sonner le delay indé­fi­ni­ment. Bruits bizarres garan­tis, même quand aucune source n’ali­mente le plugin !

iZotope Thrash 2

Width permet d’élar­gir progres­si­ve­ment le champ stéréo de mono à stéréo puis à stéréo x2 tandis que Trash déter­mine la dégra­da­tion du delay à chaque répé­ti­tion, sachant que cette dégra­da­tion varie en fonc­tion du type de delay choisi. On aura donc de la satu­ra­tion, de la distor­sion ou de la tron­ca­tion de bits pour notre plus grand plai­sir. Pour en finir avec les commandes, des curseurs Dry et Wet permettent de régler le niveau du signal source et celui du delay. Et pour­tant, ce n’est pas tout : une fois de plus, le grand écran graphique en haut du plugin apporte son lot de fonc­tions. Outre la repré­sen­ta­tion du niveau du signal origi­nal et des répé­tions, il propose un mode d’af­fi­chage de la réponse en fréquence qui four­nit égale­ment un égali­seur deux bandes en plateau à éditer direc­te­ment dans le graphique. Cet égali­seur est iden­tique à celui de l’étage de détec­tion du module DYNA­MICS et traite unique­ment le signal d’ef­fet.

Trash 2 Piano
00:0001:27
  • Trash 2 Piano 01:27
  • Trash2 Snare 01:10
  • Trash2 Bass 01:27
  • Trash2 Guitar­Ream­ping 01 01:54
  • Trash2 Guitar­Ream­ping 02 02:20
  • Trash2 Guitar­Ream­ping 03 01:14
 

N’en jetez plus, j’en rede­mande !

Comme beau­coup, je connais­sais iZotope surtout grâce à Ozone, un plugin d’op­ti­mi­sa­tion audio aux allures de système de maste­ring complet. Et sur ce plan, Trash 2 présente une géné­tique semblable : il propose une suite de modules complé­men­taires et géné­ra­le­ment très complets qu’on orga­nise libre­ment au sein du plugin. Trash 2 concourt dans la caté­go­rie des distor­sions, mais il est beau­coup plus, à commen­cer par une distor­sion multi­bande, mais aussi un compres­seur/gate multi­bande, un double égali­seur para­mé­trique 6 bandes, un delay simple mais qui fait du son et du bon, et même un simu­la­teur d’am­plis, d’es­paces, d’objets et de tout ce qu’on veut…

Trash 2 fait très bien son boulot en re-amping sur des guitares et des basses, mais aussi pour trai­ter des instru­ments déjà ampli­fiés et même toute une kyrielle de sources comme des percus­sions, des claviers et pianos, des voix, etc. Les possi­bi­li­tés sont immenses et il est tentant d’exa­gé­rer les trai­te­ments au détri­ment du contexte musi­cal. En fait, c’est le risque avec nombre de plugins actuels auxquels les éditeurs ajoutent des fonc­tions à chaque mise à jour et qui finissent par ressem­bler à une DAW dans une DAW. Et pour­tant, il restera toujours des esprits chagrins pour objec­ter que certaines fonc­tion­na­li­tés manquent encore à Trash 2 : par exemple le delay ne permet pas de créer de figures ryth­miques élabo­rées, le compres­seur fait de la compres­sion vers le haut mais pas de décom­pres­sion, le double égali­seur pour­rait propo­ser d’autres types de filtres, la chaîne laté­rale de l’éga­li­seur, du gate et du compres­seur devrait permettre d’uti­li­ser des signaux externes en VST2, etc. A défaut de ces fonc­tion­na­li­tés, et à condi­tion d’ai­mer la convo­lu­tion et le sound design, les esprits chagrins pour­ront toujours enri­chir Trash 2 de 70 presets et 30 nouvelles réponses impul­sion­nelles grâce au pack d’ex­ten­sion Edge Expan­sion. Tous les autres pour­ront s’en passer.

Person­nel­le­ment, je trouve le plugin très bien tel qu’il est, peut-être même déjà « trop complet » sachant que je n’ai quasi­ment pas utilisé la compres­sion multi­bande. Quand on a une idée précise des trai­te­ments à effec­tuer sur une piste, Trash 2 permet d’ar­ri­ver rapi­de­ment à ses fins : la qualité audio est bonne, la préci­sion sonore permet de travailler les détails et l’uti­li­sa­tion du plugin est simple et agréable. Inver­se­ment, quand on tâtonne sur une piste sans savoir dans quelle direc­tion aller, Trash 2 permet d’es­sayer effi­ca­ce­ment diffé­rentes options adap­tées à l’en­vi­ron­ne­ment musi­cal. C’est certai­ne­ment ce qui me plaît le plus dans Trash 2 : ce plugin fait du son, un son vivant et chaleu­reux qui fonc­tionne très bien avec les sources acous­tiques et élec­triques. Il faut dire que mes goûts musi­caux m’ont incité à utili­ser Trash 2 sur des instru­ments enre­gis­trés plutôt que sur des séquences de synthé.

Qu’il s’agisse de la satu­ra­tion/distor­sion, du delay, des égali­seurs ou du compres­seur/gate, j’ai toujours réussi à conser­ver un son orga­nique, certains résul­tats dépas­sant même mes espé­rances. Seule la section à convo­lu­tion me laisse un peu perplexe. En fait, la bonne qualité audio des diffé­rents trai­te­ments permet d’uti­li­ser Trash 2 comme un plugin de compres­sion, d’éga­li­sa­tion ou de delay, les autres sections restant désac­ti­vées. Et l’air de rien, au fur et à mesure de l’uti­li­sa­tion, Trash 2 s’im­pose peu à peu. Plus on y goûte, plus on y prend goût et on finit par se dire qu’il est temps de dégrais­ser quelque peu son réper­toire de plugins.

Sautez sur les FLACs et atten­tions aux écla­bous­sures :

Guitare ryth­mique 1, re-amping
Passage 1 = source
Passage 2 = Trash + Filter
Passage 3 = Filter + Trash + Convolve + Filter
Passage 4 = Filter + Trash (2 bandes) + Filter
Passage 5 = Trash + Delay

Guitare ryth­mique 2, re-amping
Passage 1 = source
Passage 2 = Trash + Filter
Passage 3 = Trash + Delay
Passage 4 = Trash (3 bandes) + Filter + Dyna­mics
Passage 5 = Trash + Filter

Guitare solo, re-amping
Passage 1 = source
Passage 2 = Filter + Trash + Delay
Passage 3 = Trash + Filter + Convolve + Dyna­mics
Passage 4 = Trash + Filter + Convolve
Passage 5 = Trash + Filter + Delay

Basse
Passage 1 = source
Passage 2 = Trash + Filter
Passage 3 = Trash (3 bandes)
Passage 4 = Filter + Trash
Passage 5 = Filter + Trash + Filter + Dyna­mics

Caisse claire
Passage 1 = source
Passage 2 = Trash + Dyna­mics + Filter
Passage 3 = Dyna­mics + Trash + Filter
Passage 4 = Filter + Trash + Convolve + Dyna­mics + Filter

Piano élec­trique
Passage 1 = source
Passage 2 = Filter + Trash + Convolve + Filter
Passage 3 = Filter + Trash + Delay
Passage 4 = Filter + Trash + Convolve + Filter
Passage 5 = Trash + Filter + Convolve

8/10
Points forts
  • Sonorité générale
  • Complet et polyvalent
  • Ergonomique et logique
  • Bon compromis possibilités/simplicité (messieurs d'Izotope, surtout ne rajoutez rien, au contraire)
  • Les deux sections Filter
  • Grain et personnalité des sections Trash et Delay
  • Multibande dans la section Trash
Points faibles
  • La section Convolve
  • Extension largement dispensable
  • Multibande dans la section Dynamics pas vraiment utile
  • Sidechain du plugin VST2 ne fonctionne pas dans Cubase

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.