Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou

L'enregistrement du piano droit par en dessus (1ère partie)

Le guide de l’enregistrement - 148e partie

Pour ce premier passage à l'acte, nous commencerons par l'enregistrement du type de piano certainement le plus répandu en situation de home studio, à savoir le piano droit.

Accéder à un autre article de la série...

Attaquons par le cas le plus « simple », la capta­tion par en dessus qui ne néces­site aucune mani­pu­la­tion parti­cu­liè­re­ment compliquée de l’ins­tru­ment en soi. Il suffit simple­ment d’ou­vrir le couvercle de façon à ce que celui-ci ne vienne pas s’in­ter­po­ser entre le son produit par l’ins­tru­ment et le dispo­si­tif de capta­tion.

Disclai­mer

Ne dispo­sant malheu­reu­se­ment pas d’un quel­conque piano à demeure, sachez que les exemples sonores présen­tés à l’oc­ca­sion de ce chapitre ont été réali­sés grâce à l’ex­cellent instru­ment virtuel Piano­teq de Modartt. En sus de nombreuses modé­li­sa­tions de piano, ce dernier propose plusieurs émula­tions de micros qu’il est possible de placer libre­ment autour de l’ins­tru­ment, ce qui permet d’ob­te­nir des capta­tions diable­ment réalistes. Cerise sur le gâteau, l’uti­li­sa­tion de Piano­teq est la garan­tie que votre appré­cia­tion des diffé­rents extraits ne sera aucu­ne­ment influen­cée par d’éven­tuelles varia­tions de qualité de jeu puisque les fichiers sources MIDI sont stric­te­ment les mêmes d’un exemple à l’autre.

Notez égale­ment que j’ai volon­tai­re­ment harmo­nisé le niveau des extraits afin que vous ne soyez pas influencé par des diffé­rences de sensa­tion de volume perçu. Gardez toute­fois bien à l’es­prit qu’il est évident qu’un micro placé près de l’ins­tru­ment donnera un rendu plus fort et néces­si­tera donc moins de gain au niveau de la préam­pli­fi­ca­tion qu’un micro éloi­gné.

Mono

Rentrons à présent dans le vif du sujet avec l’en­re­gis­tre­ment mono. Il ne s’agit pas là de la tech­nique qui vous permet­tra d’ob­te­nir un rendu ultra-réaliste de votre instru­ment. Cepen­dant, une capta­tion mono est souvent suffi­sante pour des produc­tions à la sauce Pop où le piano n’a pas un rôle primor­dial, ou bien encore pour des produc­tions flir­tant avec une esthé­tique « vintage ». L’avan­tage de cette tech­nique, c’est qu’elle est extrê­me­ment facile à mettre en oeuvre et qu’elle n’en­gendre logique­ment pas de problèmes rela­tifs à la gestion de la phase.

Quelle est donc la procé­dure à suivre ? Posi­tion­nez tout simple­ment votre micro au-dessus du piano en orien­tant la capsule vers le point d’im­pact entre les marteaux et les cordes. Partant de là, vous pouvez jouer sur la hauteur et le posi­tion­ne­ment laté­ral du micro, comme indiqué sur le maladroit dessin suivant :

01

Pour illus­trer mon propos, voici quelques exemples sonores réali­sés avec une modé­li­sa­tion du micro AKG C414 en mode cardioïde posi­tionné au-dessus du piano droit U4 dans Piano­teq. Commençons avec une bête montée chro­ma­tique qui n’a rien de musi­cal, mais qui permet de mettre en évidence l’im­pact du place­ment sur le spectre du rendu :

01_Chrom_Mono_Cardio_C_H-5
00:0000:50
  • 01_Chrom_Mono_Cardio_C_H-500:50
  • 02_Chrom_Mono_Cardio_C_H2000:50
  • 03_Chrom_Mono_Cardio_C_H7000:50
  • 04_Chrom_Mono_Cardio_L_H-500:50
  • 05_Chrom_Mono_Cardio_L_H2000:50
  • 06_Chrom_Mono_Cardio_L_H7000:50
  • 07_Chrom_Mono_Cardio_R_H-500:50
  • 08_Chrom_Mono_Cardio_R_H2000:50
  • 09_Chrom_Mono_Cardio_R_H7000:50

Afin de comprendre ce qu’il se passe, voici la nomen­cla­ture que j’ai utili­sée pour nommer les diffé­rents extraits :

  • « C » corres­pond à un place­ment laté­ral centré ;
  • « L » indique que le micro se situe au milieu du tiers gauche de l’ins­tru­ment ;
  • « R » signale un micro placé au milieu du tiers droit du piano ;
  • La lettre « H » suivie d’un nombre indique la distance en centi­mètres en prenant comme point de départ le haut de l’ins­tru­ment. Ainsi, « -5 » corres­pond à un micro placé légè­re­ment à l’in­té­rieur du cadre, « 20 » corres­pond au micro situé à 20 centi­mètres au-dessus, etc.

Voici main­te­nant une de mes compo­si­tions qui permet­tra de mettre en avant les diffé­rences de rendu au niveau de la dyna­mique ainsi que les varia­tions spec­trales induites par le place­ment en fonc­tion de l’éten­due du registre de ce morceau :

10_Music_Mono_Cardio_C_H-5
00:0001:23
  • 10_Music_Mono_Cardio_C_H-501:23
  • 11_Music_Mono_Cardio_C_H2001:23
  • 12_Music_Mono_Cardio_C_H7001:23
  • 13_Music_Mono_Cardio_L_H-501:23
  • 14_Music_Mono_Cardio_L_H2001:23
  • 15_Music_Mono_Cardio_L_H7001:23
  • 16_Music_Mono_Cardio_R_H-501:23
  • 17_Music_Mono_Cardio_R_H2001:23
  • 18_Music_Mono_Cardio_R_H7001:23

Bien que vous puis­siez écou­ter ces extraits direc­te­ment sur notre site au travers du lecteur inté­gré, je vous invite forte­ment à télé­char­ger ces derniers (au format FLAC en fin d’ar­ticle). Vous pour­rez alors les analy­ser plus faci­le­ment au sein de vote STAN de prédi­lec­tion en bascu­lant de l’un à l’autre en un tour­ne­main dans l’ordre que vous souhai­tez.

Modartt Pianoteq Pro 6 : pianoteq-ui-antpetrofQue peut-on déduire de cette première session d’écoute ? Tout d’abord, concer­nant la hauteur, plus le micro est proche du point d’im­pact marteaux / cordes et plus l’équi­libre entre tran­si­toire et sustain bascule logique­ment en faveur du premier. En outre, prendre de la hauteur dimi­nue l’ef­fet « gros plan » sur telle ou telle zone du clavier pour un résul­tat un peu plus natu­rel. L’in­con­vé­nient, c’est que cela augmente l’im­pact du son de la pièce sur le rendu final, ce qui peut être problé­ma­tique si l’acous­tique du lieu n’est pas maîtri­sée. 

Bien évidem­ment, le posi­tion­ne­ment laté­ral influence quant à lui la balance spec­trale du rendu en mettant l’ac­cent sur la zone du clavier la plus proche de la capsule. Pour éviter que cela ne soit source d’en­nuis, il convient de placer laté­ra­le­ment votre micro selon deux critères : d’une part, l’éten­due du registre de votre morceau, et d’autre part, la balance fréquen­tielle que vous souhai­tez obte­nir. 

De façon plus concrète, pour le morceau utilisé en guise d’exemple, un résul­tat final équi­li­bré à mon sens s’ob­tient en plaçant le micro à 20 centi­mètres au-dessus du piano et en le posi­tion­nant à une petite poignée de centi­mètres à gauche du centre. Ainsi, le son me paraît présen­ter une bonne balance tran­si­toire / sustain tout en arbo­rant une belle homo­gé­néité fréquen­tielle :

19_Music_Mono_Cardio_Notes_H20
00:0001:23

Pour finir cet épisode, voici quelques exemples supplé­men­taires qui me semblent dignes d’in­té­rêt : 

20_Music_Mono_Omni_Notes_H20
00:0001:23
  • 20_Music_Mono_Omni_Notes_H2001:23
  • 21_Music_Mono_Omni_Closed_Notes_H2001:23
  • 22_Music_Mono_Omni_MK2_Notes_H2001:23
  • 23_Music_Mono_Omni_U87_Notes_H2001:23

Le premier reprend exac­te­ment le même posi­tion­ne­ment de micro, sauf que cette fois-ci, le C414 est en mode omni­di­rec­tion­nel. Vous remarque­rez certai­ne­ment que le son gagne en « natu­rel » à défaut d’autre terme. Si vous cher­chez à comprendre le pourquoi du comment, je vous invite à relire l’épi­sode de la semaine dernière !

Pour le deuxième extrait, je me suis amusé à « fermer le couvercle virtuel » de Piano­teq. Le résul­tat n’est bien entendu pas tota­le­ment inin­té­res­sant et une pâte sonore telle que celle-ci pourra très certai­ne­ment être avan­ta­geu­se­ment utili­sée sur des produc­tions typées. Avouez toute­fois que ce n’est pas fonciè­re­ment le rendu que le quidam espère lorsqu’il parle du son d’un piano.

Sur les deux derniers exemples, j’ai mis à profit les possi­bi­li­tés de modé­li­sa­tions du piano virtuel employé afin de vous propo­ser d’écou­ter des capta­tions réali­sées avec du maté­riel (virtuel) de milieu et haut de gamme : un préam­pli Schoeps CMC 6 avec une capsule omni­di­rec­tion­nelle MK2 et un Neumann U87 en mode omni­di­rec­tion­nel. Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais person­nel­le­ment, je trouve que le son est beau­coup plus « vivant », notam­ment avec une belle sensa­tion 3D prove­nant certai­ne­ment d’une meilleure retrans­crip­tion des « mouve­ments » de la dyna­mique. Alors oui je sais, ce ne sont pas de véri­tables prises, juste un banal simu­lacre digi­tal. Ceci étant, je vous assure que c’est abso­lu­ment conforme à ce que nous aurions obtenu « IRL ».

Sur ce, rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle méthode d’en­re­gis­tre­ment du piano droit.

 

← Article précédent dans la série :
Le choix des micros pour l'enregistrement du piano
Article suivant dans la série :
L'enregistrement du piano droit par en dessus (2e partie) →

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.