Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou

La technique du 3:1

Le grand guide de l’enregistrement - 15e partie

Dans cet épisode, je vous propose de découvrir une petite astuce que toute personne débutant en enregistrement se doit de connaître : la technique du 3:1.

Accéder à un autre article de la série...

Comme vous l’avez sans doute déjà remarqué depuis le début de cette série, j’es­saye toujours, autant que faire se peut, d’en­re­gis­trer chaque instru­ment avec un seul et unique micro. Est-ce à cause de mes racines soli­de­ment ancrées dans le sud de la France ? Bien sûr que non. Je ne nie abso­lu­ment pas avoir un joli baobab en guise de poil dans la main. Toute­fois, ce dernier n’a, d’une part, abso­lu­ment rien à voir avec mes origines à mon humble avis ; et, d’autre part, cette flemme natu­relle n’in­fluence que très rare­ment mes actes lorsqu’il s’agit d’as­sou­vir ma passion du son. Est-ce alors en raison des contraintes maté­rielles que je me suis impo­sées pour la réali­sa­tion de ces articles ? Oui, dans une certaine mesure. Le but étant d’es­sayer de trans­mettre des tech­niques repro­duc­tibles par le plus grand nombre, la recherche de simpli­cité est une néces­sité. De plus, la carte d’ac­qui­si­tion audio que j’uti­lise ici ne possède que deux préam­plis, cela ne pousse évidem­ment pas à la débauche micro­pho­nique. Cepen­dant, je vous assure que dans la majo­rité des cas, même sans ces contraintes, je n’au­rais pas opté pour des tech­niques diffé­rentes. J’au­rais sans doute utilisé quelques péri­phé­riques externes en plus avec parfois d’autres micros mieux adap­tés selon les situa­tions, mais toujours en conser­vant ma ligne mini­ma­liste qui consiste à réduire le nombre de micros au strict néces­saire.

Mais alors, pourquoi cette obses­sion du micro unique ? Premiè­re­ment parce que, dans la majo­rité des cas au sein d’une « produc­tion moderne » consti­tuée de capta­tions sépa­rées et à l’ar­ran­ge­ment plus ou moins touffu, les instru­ments à enre­gis­trer sont mono­pho­niques et l’im­pres­sion d’un quel­conque place­ment spatial dès la prise peut compliquer les phases ulté­rieures, surtout avec une acous­tique « home studio ». Bien sûr, pour les instru­ments stéréo, les compo­si­tions n’im­pliquant qu’un ou deux musi­ciens, ou bien encore les ensembles, ce sera une autre histoire.

3 1 miking

Deuxiè­me­ment, travailler avec plusieurs micros entraine inévi­ta­ble­ment certains problèmes dont je préfère me passer. Il y a d’abord la problé­ma­tique du choix lors du mixage. Quel(s) micro(s) vais-je garder ? Vais-je les mixer tous ensemble ? Cela apporte-t-il réel­le­ment quelque chose ? L’être humain a une fâcheuse tendance à vouloir justi­fier le bien­fondé de ses actions a poste­riori, même si c’est au détri­ment de ses objec­tifs premiers. Anec­dote amusante à ce sujet : un ami ingé­nieur en urba­nisme m’a un jour raconté qu’il était extrê­me­ment rare qu’une personne fasse demi-tour lorsqu’elle se rend compte qu’elle s’est trom­pée de chemin. Neuf fois sur dix, nous préfé­rons faire un détour pour retom­ber sur nos pattes plutôt que de rebrous­ser chemin alors que cela serait plus court… Eh bien j’ai malheu­reu­se­ment souvent constaté qu’un phéno­mène simi­laire nous pous­sait à utili­ser toutes les pistes à notre dispo­si­tion pour un instru­ment, même si le rendu n’est pas au rendez-vous… True story.

Autre problème inhé­rent à la capta­tion au moyen de plusieurs micros : les problèmes liés à la phase. Si vous ne savez pas de quoi il retourne, je vous invite à lire ces trois petits articles. Bien sûr, il est possible, dans une certaine mesure, d’amé­lio­rer ces histoires de phase lors du mixage. Mais à quoi bon s’in­fli­ger cela lorsqu’on peut s’en passer ?

Bref, cette longue intro­duc­tion peut se résu­mer ainsi : lorsque vous arri­vez à obte­nir le son que vous souhai­tez avec un seul micro, rien ne sert d’al­ler cher­cher plus loin.

Néan­moins, arri­ver à vos fins au moyen d’un unique micro ne sera pas toujours possible. L’ar­ticle précé­dent en est une parfaite illus­tra­tion : pour avoir un supplé­ment de « slap » sur la contre­basse, l’ajout d’un second micro était néces­saire. Et comme quoi qu’il arrive, en matière de capta­tion audio, la règle d’or N° 1 doit toujours préva­loir, n’hé­si­tez jamais à employer tous les moyens néces­saires afin d’at­teindre le son que vous dési­rez dès la prise. Mais alors, comment se prému­nir des soucis de phase ? C’est ce que nous allons voir…

Méthode

La tech­nique du 3:1 est somme toute très basique : la distance sépa­rant le premier micro du second doit être au moins égale à trois fois la distance sépa­rant le premier de la source. Pour être plus clair, voici un schéma basique, mais assez expli­cite :

01

Je ne rentre­rai pas dans les expli­ca­tions du pourquoi de la chose, mais cette façon de faire aide à mini­mi­ser les éven­tuels problèmes. En revanche, voici quelques commen­taires supplé­men­taires en regard de cette méthode :

  • Le but est ici de mini­mi­ser les problèmes, il est tota­le­ment illu­soire d’es­pé­rer les éradiquer, c’est tout bonne­ment impos­sible ;
  • Il s’agit là d’une base de travail, à vous de broder autour afin de trou­ver les posi­tions rela­tives qui donne­ront le meilleur rendu pour votre morceau ;
  • Cela ne dispense abso­lu­ment pas de véri­fier visuel­le­ment la cohé­rence de vos formes d’ondes une fois l’en­re­gis­tre­ment fait et vous pouvez bien entendu réali­gner dans votre STAN le cas échéant ;
  • Cela ne vous empêche pas non plus de faire un usage créa­tif du filtrage en peigne à partir du moment où c’est le son que vous souhai­tez obte­nir ;
  • Au final, seules vos oreilles sont juges, faites-leur donc confiance.

Pour conclure, sachez que cette tech­nique du 3:1 est égale­ment une bonne base de départ lorsque vous enre­gis­trez en « close miking » plusieurs instru­ments en même temps, le but étant alors de limi­ter la « repisse » d’un instru­ment sur un autre.

← Article précédent dans la série :
L’enregistrement de la contrebasse pizzicato
Article suivant dans la série :
Le rangement, c’est maintenant ! →

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.