Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
LiquidSonics Seventh Heaven
Photos
1/9

Test du LiquidSonics Seventh Heaven Professional

test
105 réactions
La réverbe au septième ciel ?
10/10
Award Valeur sûre 2017
Partager cet article

La deuxième mouture de Reverberate, produit phare de LiquidSonics, nous avait totalement bluffés avec sa technologie Fusion-IR. En effet, cette dernière apportait une flexibilité d’utilisation ainsi qu’une qualité audio sans précédent dans le petit monde de la réverbération à convolution.

Test du LiquidSonics Seventh Heaven Professional : La réverbe au septième ciel ?

La chose n’a d’ailleurs pas échappé à un autre éditeur de plug-ins puisque la récente Verb­Suite Clas­sics de Slate Digi­tal repose égale­ment sur cette surpre­nante tech­no­lo­gie et remporte un succès indé­niable. Or, Matthew Hill, la tête pensante de Liquid­So­nics, ne semble pas être du genre à se repo­ser sur ses lauriers. Il revient donc aujour­d’hui avec une nouvelle réver­bé­ra­tion exploi­tant encore plus avant les possi­bi­li­tés offertes par ses fameuses Fusion-IR. Bapti­sée Seventh Heaven, la bête se décline en deux versions : une complète quali­fiée de « Profes­sio­nal » et une allé­gée. Nous évoque­rons bien entendu le cas de la version « light », cepen­dant, l’es­sen­tiel de ce banc d’es­sai portera sur Seventh Heaven Profes­sio­nal, ou SHP pour les intimes.

M7 Rever­be­ra­tion Army

Dispo­nible aux formats VST 2/3, AU et AAX pour Mac OS X et Windows (32 et 64 bits), SHP est donc une réver­bé­ra­tion à convo­lu­tion employant la tech­no­lo­gie maison Fusion-IR. Ce plug-in repose unique­ment sur des banques de réponses impul­sion­nelles réali­sées à partir du fameux modèle hard­ware M7, avec l’ac­cord de son construc­teur, j’ai nommé Bricasti Design. Pour ceux qui ne connaî­traient pas ce fabu­leux joujou, sachez que la M7 est une réver­bé­ra­tion numé­rique en rack ayant su se faire une place parmi les plus grands noms du genre malgré son rela­ti­ve­ment jeune âge. Les aficio­na­dos de Liquid­So­nics se souvien­dront certai­ne­ment que l’édi­teur avait déjà réalisé des banques d’IR en fusion basées sur la M7 à l’oc­ca­sion de la sortie de Rever­be­rate 2 ainsi que pour la Verb­Suite Clas­sics. Ceci étant, monsieur Hill assure qu’il est reparti de zéro pour réali­ser les banques de SHP afin de captu­rer au plus près le carac­tère unique du modèle hard­ware et de pouvoir propo­ser des options spéci­fiques à la M7. Ainsi, l’uti­li­sa­teur devra instal­ler près de 10 Go de données (répar­ties en 3 télé­char­ge­ments) pour profi­ter plei­ne­ment des 218 presets dispo­nibles. Notez qu’il est possible de n’ins­tal­ler que le pack de base (3,2 Go) avec ses 80 presets, mais ce serait tout de même dommage. De plus, sachez qu’il est possible d’ins­tal­ler ces banques gargan­tuesques sur un disque externe, ce qui est fort bien­venu.

Pour en finir avec l’as­pect pratique des choses, signa­lons que SHP néces­site obli­ga­toi­re­ment un dongle USB iLok 2. Dommage que l’édi­teur ne donne pas la possi­bi­lité à l’uti­li­sa­teur d’op­ter pour le système d’au­to­ri­sa­tion iLok lié direc­te­ment à l’or­di­na­teur. Mais bon, d’après nos sources, Liquid­So­nics aurait passa­ble­ment souf­fert du pira­tage de Rever­be­rate 2, ce virage sécu­ri­taire est donc somme toute compré­hen­sible.

Sur ce, voyons concrè­te­ment ce que propose la bestio­le…

M7 à la maison

LiquidSonics Seventh Heaven : SHP Advanced

Dès l’ou­ver­ture, l’in­ter­face graphique impres­sionne. L’élé­gante robe alliant rouge et noir fait mouche en confé­rant à SHP une lisi­bi­lité fort agréable. Du coup, l’im­pos­si­bi­lité de redi­men­sion­ner la fenêtre n’est vrai­ment pas un problème et le plug-in se mani­pule avec une aisance surpre­nante en compa­rai­son de l’usine à gaz Rever­be­rate. Les réglages prin­ci­paux tombent litté­ra­le­ment sous la souris et un panneau esca­mo­table situé en bas de l’in­ter­face donne rapi­de­ment accès aux para­mètres avan­cés. Bref, c’est beau, simple et incroya­ble­ment fonc­tion­nel. Chapeau bas monsieur Hill !

L’ex­cellent manuel utili­sa­teur étant libre­ment acces­sible sur le site de l’édi­teur, nous n’al­lons pas perdre notre temps à décrire le fonc­tion­ne­ment de ce joujou par le menu. Concen­trons-nous plutôt sur les spéci­fi­ci­tés de l’en­gin.

Parlons tout d’abord des presets. Seventh Heaven Profes­sio­nal comprend l’en­semble des presets de la M7 (à l’ex­cep­tion des 4 patches NonLin qui devraient arri­ver sous peu via une mise à jour gratuite), c’est-à-dire ceux de la version 1 aux sono­ri­tés « natu­relles » et ceux de la version 2 dont la queue de réver­bé­ra­tion comporte des modu­la­tions pour un son plus « musi­cal ». Acces­sibles via 2 menus situés au centre de l’in­ter­face, l’un pour la famille (Ambience, Cham­bers, Halls, Plates, Rooms, Spaces) et l’autre pour les presets à propre­ment parler, ces 218 presets sont tout bonne­ment magni­fiques et ne néces­sitent que très peu de travail pour s’adap­ter à n’im­porte quelle source. En cela, SHP est bel et bien conforme aux souve­nirs émus que l’uti­li­sa­tion de la M7 hard­ware nous a laissé à chaque fois que nous avons eu la chance d’en croi­ser une en studio.

Pour bidouiller la pâte sonore, il est possible de gérer l’équi­libre entre les réflexions primaires et la queue de réver­bé­ra­tion. Mine de rien, c’est une chose plutôt rare dans le monde de la réver­bé­ra­tion à convo­lu­tion et cela donne un confort extra­or­di­naire lorsqu’il s’agit de peau­fi­ner le rendu. En effet, il est ainsi litté­ra­le­ment possible de travailler en deux temps, trois mouve­ments :

  • D’abord unique­ment sur les premières réflexions ;
  • Puis juste avec la queue de réverbe ;
  • Enfin, sur l’équi­libre entre les deux.

De plus, à l’ins­tar de son illustre modèle, SHP offre la possi­bi­lité de régler fine­ment le niveau de la queue de réver­bé­ra­tion dans la zone située en dessous de 200 Hz via le para­mètre VLF (Very Low Frequency). Ce dernier est diable­ment effi­cace puisqu’il permet de doser le « poids du corps » du signal réver­béré. Un véri­table régal !

LiquidSonics Seventh Heaven : SHP EQ

Termi­nons ce tour d’ho­ri­zon des réglages prin­ci­paux en citant les très utiles outils de visua­li­sa­tion qui affichent à droite de l’in­ter­face les niveaux en entrée et en sortie du plug-in, mais égale­ment les niveaux sépa­rés des trois compo­santes de la réver­bé­ra­tion (premières réflexions, queue de réver­bé­ra­tion et VLF).

La section infé­rieure esca­mo­table donne accès à deux panneaux. Le premier regroupe 10 réglages très bien pensés, parmi lesquels un sélec­teur de patterns pour les premières réflexions, un pré-délai ainsi qu’un délai avec option de synchro­ni­sa­tion au tempo, ainsi que tout le néces­saire afin de tailler la réponse en fréquence de la bête. Et comme si cela ne suffi­sait pas, Liquid­So­nics a ajouté dans le deuxième panneau un égali­seur 5 bandes qui permet de sculp­ter encore plus avant le spectre en sortie. Une fois de plus, simple et effi­cace.

Il y aurait encore beau­coup à dire sur ce petit bijou. Citons en vrac :

  • Les infos bulles très instruc­tives ; 
  • La possi­bi­lité de verrouiller certains para­mètres lors des chan­ge­ments de presets ;
  • La consom­ma­tion plus que raison­nable (infé­rieure à 0,7 % sur mon Mac Pro fin 2013 Hexa­cœur Xeon 3,5 GHz – 32 Go DDR3) ;
  • La latence nulle ;
  • Le mode basse consom­ma­tion pour les confi­gu­ra­tions les plus modestes qui ajoute 4 096 samples de latence ;
  • L’ab­sence de compa­rai­son A/B ;
  • Le système de sauve­garde des presets qui ne permet malheu­reu­se­ment pas d’avoir accès à vos propres presets direc­te­ment depuis le menu central ;
  • Etc.

Mais plutôt que de nous alan­guir sur ces « détails », termi­nons sur une note rela­tive à l’ex­pé­rience utili­sa­teur. Comme nous l’avons déjà évoqué, SHP est extrê­me­ment « user friendly ». À tel point que l’on en vient vite à oublier qu’il s’agit d’une réver­bé­ra­tion à convo­lu­tion ! Sérieu­se­ment, la souplesse et l’ef­fi­ca­cité de la bestiole abolissent clai­re­ment la fron­tière qui exis­tait jusqu’à présent entre réver­bé­ra­tion algo­rith­mique et convo­lu­tion. Du grand art, assu­ré­ment.

Cette excel­lence se retrouve-t-elle au niveau de la qualité du rendu sonore ? Spoi­ler alert : oui.

Aux armes, M7 est roi !

Commençons cette séance d’écoute par une petite berceuse foutraque :

01 Fire­thief break dry
00:0000:26
  • 01 Fire­thief break dry 00:26
  • 02 Fire­thief break Old Plate 00:26
  • 03 Fire­thief break Old Plate Cinema 00:26
  • 04 Fire­thief break Deep Cham­ber 00:26
  • 05 Fire­thief break Deep Cham­ber Music Club 00:26

L’ex­trait origi­nal possède déjà une certaine person­na­lité, mais ressemble tout de même en l’état à un collage maladroit. Sur le deuxième sample, le preset « Old Plate » donne un peu plus de profon­deur à cette grille de Mello­tron. Le rendu est fort sympa­thique, mais il manque encore un liant à l’en­semble. Qu’à cela ne tienne ! Une petite dose du preset « Cinema Room » sur le bus master et le tour est joué. Les quatrième et cinquième extraits reprennent le même prin­cipe avec les presets « Deep Cham­ber » pour le Mello­tron et « Music Club » sur l’en­semble. Voilà comment SHP peut suggé­rer des ambiances en un tour­ne­main, et avec un certain carac­tère, s’il vous plaît !

Conti­nuons avec une batte­rie :

06 Drums dry
00:0000:34
  • 06 Drums dry 00:34
  • 07 Drums Bums 00:34
  • 08 Drums Bums Club 00:34
  • 09 Drums Bums Club Groovy 00:34
LiquidSonics Seventh Heaven : SHP

Ici, la batte­rie est déjà sérieu­se­ment trai­tée afin d’avoir un son « in your face ». Malheu­reu­se­ment, le corps de l’ins­tru­ment a été sévè­re­ment touché dans la manœuvre. Le sample 07 utilise une première instance de SHP sur l’en­semble avec une réver­bé­ra­tion courte de la famille « Ambience » et une bonne dose de VLF histoire de gonfler sensi­ble­ment le « gras » du rendu. L’ex­trait suivant se voit agré­menté d’une petite dose du preset « Music Club » afin de recu­ler cette batte­rie dans l’es­pace. Enfin, le dernier exemple utilise le preset « Gated Space » sur la caisse claire avec pré-délai et délai calés au tempo de façon à modi­fier le groove de l’en­semble. Inté­res­sant, non ?

Pour les deux extraits suivants, nous avons progres­si­ve­ment appliqué une réver­bé­ra­tion de 30 secondes (!) sur une ligne de piano élec­trique via l’au­to­ma­tion du poten­tio­mètre Mix. Le premier extrait utilise le preset « Europa » issu de la M7 v1, le second, le preset « Concert Wave » prove­nant de la M7 v2.

10 Synth Euro­pa30
00:0000:51
  • 10 Synth Euro­pa30 00:51
  • 11 Synth Concert Wave30 00:51

Voyons à présent ce que peut donner SHP sur un mix complet :

12 So Pretty dry
00:0002:39
  • 12 So Pretty dry 02:39
  • 13 So Pretty Music Space 02:39
  • 14 So Pretty Vox Plate 02:39
  • 15 So Pretty Music Space Vox Plate 02:39
  • 16 So Pretty Music Space Vox Plate Hall Glue 02:39
LiquidSonics Seventh Heaven : SH

Le premier sample se résume au mixage « sec ». Sur le deuxième, une instance de SHP est utili­sée sur le bus global de la musique (i. e : sans les voix) afin de confé­rer une sensa­tion d’es­pace cohé­rent à l’ar­ran­ge­ment. Pour le troi­sième, seul le bus des voix est traité par une Plate. Le quatrième extrait illustre le mélange des deux précé­dents. Enfin, sur le dernier, une troi­sième instance de SHP est utili­sée en sus sur le bus Master afin de lier le tout. Certes, cela méri­te­rait un travail plus en finesse. Mais avouez tout de même que le rendu global obtenu avec seule­ment trois instances en deux coups de cuillère à pot est assez bluf­fant !

Pour finir, nous avons voulu illus­trer l’im­pact consé­quent du chan­ge­ment de pattern des premières réflexions au travers d’une voix :

17 Vox Plate 0
00:0000:20
  • 17 Vox Plate 0 00:20
  • 18 Vox Plate 7 00:20
  • 19 Vox Plate 15 00:20
  • 20 Vox Plate 24 00:20
  • 21 Vox Plate 31 00:20

Comme vous pouvez le consta­ter, il y a large­ment de quoi faire rien qu’en jouant sur cet unique para­mètre.

Avant d’ap­po­ser un point final à ce banc d’es­sai, prenons un instant pour discu­ter du tarif de Seventh Heaven Profes­sio­nal et de sa décli­nai­son allé­gée.

M7 merce­naire ?

LiquidSonics Seventh Heaven : SH Extended

Commer­cia­lisé au prix de 249 £, soit un peu moins de 300 €, SHP n’est pas une réver­bé­ra­tion à la portée de toutes les bourses. Ceci étant, compte tenu de la qualité sonore déli­vrée ainsi que de la faci­lité de mise en œuvre, ce tarif ne nous semble abso­lu­ment pas exagéré. Il s’agit là d’un outil réso­lu­ment profes­sion­nel qui satis­fera à coup sûr les utili­sa­teurs les plus exigeants, et cela se monnaye, point.

De plus, les MAOïstes moins fortu­nés peuvent tout de même goûter aux bien­faits de la bête grâce à la version « light » du plug-in, j’ai nommé Seventh Heaven. Pour seule­ment 59 £, soit envi­ron 70 €, ce dernier propose une tren­taine de presets issus de la M7 v1 qui sont rigou­reu­se­ment iden­tiques à ceux de la version Profes­sion­nal. Seventh Heaven offre évidem­ment beau­coup moins d’op­tions de sculp­ture sonore que son grand frère, mais il y a déjà large­ment de quoi obte­nir des rendus de haute volée. Que demande le Peuple ?

M7 sur 7

Pour conclure ce test, permet­tez-moi d’aban­don­ner le « nous » jour­na­lis­tique de distan­cia­tion pour reve­nir à un « je » beau­coup plus person­nel. Comme vous devez vous en douter, Seventh Heaven Profes­sio­nal m’a litté­ra­le­ment conquis ! Depuis la première fois où j’ai pu faire mumuse avec une véri­table M7, je rêve d’avoir les moyens de m’en offrir une pour mon petit studio person­nel. Malheu­reu­se­ment, si je parviens à vivre rela­ti­ve­ment confor­ta­ble­ment de mes acti­vi­tés musi­cales, cette réver­bé­ra­tion hard­ware hors-norme reste tout de même large­ment au-dessus de mes moyens. Et voilà qu’aujour­d’hui, pour une frac­tion du prix, Liquid­So­nics me permet d’ob­te­nir via un plug-in une qualité sonore qui n’a vrai­ment pas à rougir face au modèle origi­nal. Dieu que la vie est Belle !

En toute honnê­teté, Seventh Heaven Profes­sio­nal m’a telle­ment subju­gué que je suis quasi­ment certain d’en avoir perdu une bonne partie de mon objec­ti­vité. C’est pourquoi je vous invite forte­ment à télé­char­ger la version d’éva­lua­tion afin de vous forger votre propre opinion. Pour ma part, je lui accorde un score parfait ainsi qu’un Award Valeur Sûre. Cela fait main­te­nant presque cinq ans que je rédige des bancs d’es­sai pour Audio­fan­zine et il me semble bien que c’est la première fois que j’at­tri­bue un tel score, mais je le fais sans hési­ter une seule seconde car, pour moi, SHP est tout simple­ment la meilleure réver­bé­ra­tion logi­cielle dispo­nible actuel­le­ment.

Télé­char­gez les extraits sonores (format FLAC)

  • LiquidSonics Seventh Heaven : SHP
  • LiquidSonics Seventh Heaven : SHP Advanced
  • LiquidSonics Seventh Heaven : SHP EQ
  • LiquidSonics Seventh Heaven : SH
  • LiquidSonics Seventh Heaven : SH Extended

 

10/10
Award Valeur sûre 2017
Points forts
  • Tout
Points faibles
  • Rien qui ne vaille la peine d’être cité

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.