Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Eventide Tverb
Photos
1/10

Test Eventide Tverb

Réverbération algorithmique logicielle de la marque Eventide

Écrire un avis ou Demander un avis
Plug-in héroïque ?
7/10
Partager cet article

Eventide s'est associé au célèbre producteur/ingénieur du son Tony Visconti afin de créer un nouveau joujou sobrement baptisé Tverb. Comme nous allons le voir, ce plug-in est un peu à part puisqu'il ne s'agit pas d'un traitement audio "classique", mais plutôt d'une technique de production bien particulière. Revue de détail...

I will be King

Dispo­nible pour Mac (OS X 10.7+) et PC (Windows 7+) aux formats VST, AAX et AU, la Tverb d’Even­tide utilise le système de protec­tion iLok. Que les aller­giques au célèbre dongle physique se rassurent, l’édi­teur offre la possi­bi­lité, grâce au logi­ciel iLok License Mana­ger, de lier l’au­to­ri­sa­tion à une clé iLok, mais égale­ment direc­te­ment à votre ordi­na­teur. Notez aussi que l’achat du plug-in comprend deux licences à répar­tir libre­ment entre clé(s) USB iLok 2 ou ordi­na­teur(s).

Pour en finir avec les détails tech­niques, sachez qu’une instance de la Tverb consomme entre 0,8% et 1,2% de ressource CPU sur ma machine de guerre (Mac Pro fin 2013 Hexa­coeur Xeon 3,5 GHz – 32 Go DDR3) et induit 8 samples de compen­sa­tion de latence. Ces chiffres me paraissent tout à fait raison­nables, d’au­tant que ce joujou n’est pas de ceux que l’on glisse sur toutes les pistes d’un projet. Mais de quoi s’agit-il exac­te­ment ? C’est ce que nous allons voir tout de suite…

Eventide Tverb : Tverb

Comme son nom le laisse suppo­ser, Tverb navigue dans des eaux réver­bé­rantes, même s’il n’est pas ici ques­tion de la « réver­bé­ra­tion à papa » clas­sique. Afin de créer ce plug-in, Even­tide s’est inspiré d’une tech­nique de studio utili­sée pour la première fois par Tony Visconti lors de l’en­re­gis­tre­ment du titre « Heroes » de David Bowie. Depuis sa paru­tion en 77, cette chan­son a inspiré bon nombre de produc­teurs et l’as­tuce de Visconti est désor­mais un clas­sique des studios. La combine a pour base une cruelle réalité d’alors : il ne restait plus qu’une piste dispo­nible pour enre­gis­trer la voix du roi David et Visconti souhai­tait égale­ment captu­rer la réver­bé­ra­tion du lieu d’en­re­gis­tre­ment à deux endroits distincts. Pour pallier le manque de voies, l’in­gé­nieux ingé­nieur du son a eu l’idée d’en­voyer trois micros sur l’unique canal : le premier pour capter le chant du Thin White Duke, le deuxième légè­re­ment plus loin pour reprendre un peu du son de la pièce, et le dernier encore plus loin pour une réverbe plus pronon­cée. Le truc réside dans l’em­ploi de Gates sur les signaux des micros 2 et 3 avec des constantes tempo­relles diffé­rentes. Ainsi, lorsque Bowie chante douce­ment, aucun Gate ne s’ouvre et l’en­re­gis­tre­ment se réduit au signal inti­miste du premier micro ; lorsque sa voix s’en­vole sensi­ble­ment, le Gate du micro 2 s’ouvre et ajoute alors une petite ambiance ; enfin, lorsque David déraille, tous les micros sont ouverts pour un rendu d’une profon­deur envoû­tante.

 

Repro­duire cette méthode dans le monde réel ou virtuel n’a, en soi, rien de vrai­ment sorcier. Dans le premier cas, il suffira de calquer son mode d’en­re­gis­tre­ment à celui de Visconti ; dans le second, un envoi de la piste de chant vers deux canaux auxi­liaires virtuels avec un couple Gate/réverbe judi­cieu­se­ment confi­guré sur chacun d’eux fera la blague… Encore faut-il avoir le lieu ou le plug-in de réver­bé­ra­tion capable de tenir la route face à la salle origi­nelle, la Meis­ter­saal du Hansa Tons­tu­dio à Berlin. De plus, la solu­tion tout-en-un propo­sée par Even­tide semble offrir des pers­pec­tives beau­coup plus vastes que la tech­nique dont il s’ins­pire, jugez plutôt…

You will be Queen

La première chose qui frappe lors de l’ou­ver­ture de la Tverb, c’est son inter­face graphique photo­réa­liste du plus bel effet. Cela peut vous paraître anodin, mais l’édi­teur améri­cain nous a habi­tué à des GUI autre­ment plus austères, parfois à la limite du fouillis. Or, le graphisme est ici d’une élégance certaine et propose un agen­ce­ment rendant l’uti­li­sa­tion du plug-in diable­ment intui­tive. Seule ombre au tableau, cette inter­face n’est pas redi­men­sion­nable et il faut bien avouer que la lisi­bi­lité n’est pas opti­male sur un grand écran. Mais passons…

Eventide Tverb : Meistersaal

L’in­ter­face se divise essen­tiel­le­ment en deux parties. Le quart supé­rieur repré­sente la fameuse Meis­ter­saal et permet de placer libre­ment via glis­ser/dépo­ser les micros 2 et 3, ce qui aura pour effet de modi­fier le son réver­béré. Il est égale­ment possible de rentrer direc­te­ment au clavier la posi­tion laté­rale ainsi que la distance (malheu­reu­se­ment en pieds, pas en mètres…) de ces micros en cliquant sur les bulles appa­rais­sant lors de leur survol. Si cette façon de mani­pu­ler les micros ne sera pas la plus utili­sée, il est inté­res­sant de noter qu’elle permet de les placer exac­te­ment au même endroit, chose impos­sible dans le monde réel et qui n’est pour­tant pas sans inté­rêt, comme nous le verrons plus tard. 

Autre fonc­tion utile, Tverb comprend des raccour­cis qui faci­litent gran­de­ment la vie lors de la recherche du bon empla­ce­ment. Ainsi, le « glis­ser + Shift » sur un micro mets celui-ci en solo, un « glis­ser + clic droit » limite le dépla­ce­ment à un seul axe, « Alt + clic » ou double clic renvoie aux valeurs par défaut et « glis­ser + Cmd » augmente la préci­sion du chan­ge­ment de valeur.

Dernier point concer­nant ce quart supé­rieur du plug-in, et pas des moindres, le survol du micro prin­ci­pal permet d’ac­ti­ver des filtres passe-haut et passe-bas, mais surtout offre la possi­bi­lité de choi­sir la direc­ti­vité du micro ! En posi­tion cardioïde, le micro ne capte pas le son de la pièce ; en mode bidi­rec­tion­nel, nous obte­nons un léger ajout d’am­biance ; et enfin, en posi­tion omni­di­rec­tion­nelle, le signal s’ac­com­pagne d’une bonne dose de réverbe, certes subtile, mais bel et bien discer­nable. 

Eventide Tverb : Console

Passons main­te­nant à la partie infé­rieure de la Tverb. Cette dernière reprend le look d’une console vintage type Neve et offre 4 voies : une tranche pour chaque micro (donc post-réver­bé­ra­tion) et la voie master. À l’ins­tar de la confi­gu­ra­tion utili­sée par Visconti à l’époque, nous trou­vons un compres­seur sur la tranche du micro 1 avec les réglages clas­siques (on/off, seuil, ratio, temps d’at­taque et de relâ­che­ment, gain), et des modules de gate pour chacune des deux autres tranches avec les contrôles on/off, seuil, temps d’at­taque, de main­tien (Hold) et de relâ­che­ment, un switch Link pour lier les réglages des deux gates, et enfin un switch « Pre » pour que le signal pilo­tant les gates soit prélevé avant le compres­seur. Pas grand chose à redire ici, c’est simple et fonc­tion­nel. Seul détail légè­re­ment gênant, les indi­ca­teurs de niveaux d’en­trée et de réduc­tion de gain pour chaque module sont un tanti­net lilli­pu­tiens et donc pas vrai­ment utiles.

Concer­nant les tranches des micros à propre­ment parler, le premier détail qui saute aux yeux, ce sont les rota­tifs pour la balance gauche/droi­te… Contrai­re­ment à la tech­nique « de base » qui était, de fait, mono­pho­nique, la Tverb est stéréo ! Cela n’a peut-être l’air de rien dit comme ça, mais vous verrez à l’oc­ca­sion de la séance d’écoute que l’im­pact sonore de ce « détail » est diable­ment attrayant. 

Remarquez égale­ment la présence de boutons « Mute », « Solo », et inver­sion de pola­rité pour chacune des 3 tranches. Enfin, si cette fois-ci les VU-mètres indiquant les niveaux de sortie de chaque tranche sont d’une taille correcte, il est regret­table que la mani­pu­la­tion des faders vienne assom­brir ce beau tableau tant leur manie­ment à la souris n’est pas des plus aisés. En effet, il arrive fréquem­ment qu’en essayant « d’at­tra­per » un fader, ce dernier fasse litté­ra­le­ment un bond, et c’est loin d’être pratique.

Je ne m’at­tar­de­rai pas sur la voie master tant cette dernière est limpide. En revanche, prenons un instant pour parler du module situé juste au dessus de cette tranche, à savoir le module baptisé « Room ». Contrai­re­ment à ce que l’on pour­rait croire, le but de cette section n’est pas de trai­ter la réver­bé­ra­tion a poste­riori. En fait, il s’agit ici de mode­ler le son de la pièce produi­sant la réver­bé­ra­tion, chose plutôt déli­cate dans la vie de tous les jours. Il est ainsi possible de modi­fier la taille de la queue de réverbe, la diffu­sion et le rendu fréquen­tiel dans le haut et le bas du spectre. L’en­semble est simple, effi­cace, rien à signa­ler.

Eventide Tverb : TinyVerb

Pour termi­ner ce tour d’ho­ri­zon, jetons un oeil à la barre supé­rieure du plug-in. En partant de la droite nous avons un réglage de mixage entre le signal source et le signal traité, un judi­cieux bouton « Mix Lock » permet­tant de verrouiller ce dosage lors du passage d’un preset à un autre, un bouton « i » ouvrant le manuel de la Tverb (très bien fait et bourré de bons conseils… mais seule­ment en anglais), et enfin un bloc consa­cré aux presets afin de les sauve­gar­der, rappe­ler, compa­rer, navi­guer, etc. Bref, rien de fonciè­re­ment neuf par rapport à d’ha­bi­tude chez Even­tide. Et c’est bien dommage d’ailleurs car certaines choses pour­raient être amélio­rées à mon sens. Par exemple, la fonc­tion « Compare » est inté­res­sante mais se limite à compa­rer un preset avec une varia­tion de celui-ci, ce qui n’est pas aussi puis­sant qu’un « undo/redo » ou un compa­ra­teur A/B. De plus, face au nombre impres­sion­nant de presets, le système de gestion est un poil archaïque… Des fonc­tions de recherche et / ou de tags seraient les bien­ve­nues pour s’y retrou­ver plus faci­le­ment. Enfin, si la fonc­tion « Mix Lock » est fort sympa­thique pour un plug-in de réver­bé­ra­tion « clas­sique », elle n’est pas des plus utiles ici car la Tverb s’uti­lise prin­ci­pa­le­ment en insert ; une option simi­laire pour les réglages de seuil des modules de gate et du compres­seur aurait été beau­coup plus inté­res­sante, me semble-t-il.

Avant de passer aux exemples sonores, une dernière remarque. L’uti­li­sa­teur devra faire atten­tion à l’al­ter­nance Play/Stop de la tête de lecture de sa STAN. En effet, si l’en­chaî­ne­ment est trop rapide, les gates n’au­ront pas le temps de reve­nir à leur posi­tion de « repos », ce qui peut pertur­ber la prise de déci­sion en situa­tion de mixage.

Stan­ding by the wall

Quoi de plus logique qu’une ligne de chant pour commen­cer cette séance d’écoute ?

01 Vox dry
00:0001:01
  • 01 Vox dry 01:01
  • 02 Vox cardio 01:01
  • 03 Vox omni 01:01
  • 04 Vox bi 01:01

Pour ces quatre premiers extraits, j’ai voulu illus­trer l’im­pact du choix de la direc­ti­vité du micro 1. Avouez que cette option est sympa­thique pour ajou­ter une petite touche d’am­biance, non ?

Passons main­te­nant au coeur de la Tverb avec les micros 2 et 3.

05 Vox wet only
00:0001:01
  • 05 Vox wet only 01:01
  • 06 Vox wet 01:01
  • 07 Vox wet pan 01:01
  • 08 Vox wet invert 01:01

Le premier exemple présente le signal unique­ment issu de ces deux micros avec les gates réglés de façon à s’ou­vrir progres­si­ve­ment en fonc­tion de l’in­ten­sité du chant. L’ex­trait suivant reprend les mêmes réglages avec en sus le signal du micro 1. Jolie mise en pers­pec­tive, n’est-ce pas ? Le sample suivant va encore plus loin en exploi­tant les possi­bi­li­tés stéréo­pho­niques du plug-in, ce qui permet de créer un mouve­ment laté­ral fort plai­sant. Enfin, le dernier extrait exploite une astuce présen­tée dans le manuel utili­sa­teur. Les micros 2 et 3 sont placés rigou­reu­se­ment au même endroit avec exac­te­ment les mêmes réglages de tranche à une excep­tion près, l’une des voies a sa pola­rité inver­sée. Résul­tat des courses, la réver­bé­ra­tion s’en­tend cette fois-ci lorsque la voix est calme et s’éteint lors des passages plus « pêchus ». Effet de contraste garanti pour une mise en oeuvre enfan­tine, un vrai régal !

Voyons à présent ce que donne la Tverb sur d’autres instru­ments, en commençant par un trom­bone.

09 Trom­bone dry
00:0000:48
  • 09 Trom­bone dry 00:48
  • 10 Trom­bone wet 00:48
  • 11 Trom­bone FX 00:48

Le premier extrait se résume au signal source. Pour le deuxième, aucun gate n’est activé et nous pouvons consta­ter que la réver­bé­ra­tion à elle seule vaut déjà son pesant de caca­huètes. Le dernier exemple emploie diffé­rents réglages pour les gates afin d’ob­te­nir une agréable sensa­tion de pers­pec­tive.

Passons à une ligne de basse synthé­tique.

12 Synth dry
00:0000:23
  • 12 Synth dry 00:23
  • 13 Synth wet 00:23
  • 14 Synth FX 00:23

Comme pour l’exemple précé­dent, le premier sample est « sec », le deuxième n’uti­lise pas les gates, et le troi­sième utilise des réglages permet­tant de renfor­cer le mouve­ment de vague ryth­mique du riff.

Testons la bête sur une guitare élec­trique.

15 eGtr dry
00:0000:21
  • 15 eGtr dry 00:21
  • 16 eGtr wet 00:21

Même démarche que précé­dem­ment et même constat : la réverbe seule sonne déjà très bien et les modules de gates permettent d’ob­te­nir rapi­de­ment une sensa­tion de mouve­ment des plus plai­santes.

En sera-t-il de même sur une batte­rie ?

18 Drums dry
00:0000:12
  • 18 Drums dry 00:12
  • 19 Drums wet 00:18
  • 20 Drums FX 00:14

Ici, j’ai volon­tai­re­ment utilisé une dose de réver­bé­ra­tion exagé­rée sur le bus complet car une fois les gates acti­vés et judi­cieu­se­ment réglés, le mouve­ment généré me parais­sait inté­res­sant.

Enchaî­nons avec une prise de piano.

21 Piano dry
00:0001:24
  • 21 Piano dry 01:24
  • 22 Piano wet 01:24
  • 23 Piano FX 01:24

Déci­dé­ment, la tech­nique de Visconti n’a pas son pareil pour renfor­cer le côté « drama­tique » d’une perfor­mance ! 

Pour finir, voici une petite expé­rience réali­sée à partir d’une piste de piano élec­trique.

24 ePiano dry
00:0000:24
  • 24 ePiano dry 00:24
  • 25 ePiano wet only 00:24
  • 26 ePiano FX 00:24

Pour ces exemples, j’ai tenté d’au­to­ma­ti­ser le mouve­ment des micros 2 et 3 au sein de la pièce virtuelle. Bien que le rendu soit ici plutôt outran­cier, la bonne nouvelle c’est que l’au­to­ma­tion se passe sans anicroche, pas le moindre clic audio comme c’est malheu­reu­se­ment trop souvent le cas avec certaines réverbes. Ici, tous les réglages sont auto­ma­ti­sables en toute trans­pa­rence. Chapeau bas !

Voilà qui clôture notre session d’écoute. Je tiens à souli­gner que la réali­sa­tion de ces exemples sonores a été un véri­table jeu d’en­fant. La prise en main n’est qu’une pure forma­lité et les conseils distil­lés dans le manuel d’uti­li­sa­tion consti­tuent une véri­table mine d’or.

As though nothing could fall

Si vous m’avez fait l’hon­neur de lire ces quelques lignes jusque-là, vous devez certai­ne­ment vous douter de la conclu­sion que je m’ap­prête à livrer. Tverb (221 € prix géné­ra­le­ment constaté) n’est certes pas exempt de défauts, il ne fait d’ailleurs pas non plus partie des plug-ins que je quali­fie­rais d’in­dis­pen­sables. Mais Bon Dieu que ça sonne ! La réver­bé­ra­tion à elle seule vaut déjà le détour. Mais la faci­lité de mise en oeuvre de la méthode Visconti et les sensa­tions sonores de mouve­ment, contraste et pers­pec­tive que cela procure enfoncent défi­ni­ti­ve­ment le clou pour faire de cet outil bien plus qu’un acces­soire super­flu. Honnê­te­ment, je ne lui décerne pas un Award parce que nous ne pouvons pas en donner un à tout le monde, mais ce n’est vrai­ment pas l’en­vie qui m’en manque.

Télé­char­gez les extraits sonores (format WAV)

  • Eventide Tverb : TinyVerb
  • Eventide Tverb : Tverb
  • Eventide Tverb : Meistersaal
  • Eventide Tverb : Console

 

7/10
Points forts
  • Le son !
  • Possibilités bien au-delà de la technique originale
  • GUI attrayante
  • Utilisation intuitive
  • Manuel complet et bourré de conseils
  • Automation totale sans clic audio
  • iLok avec ou sans dongle USB…
Points faibles
  • … Mais iLok quand même
  • Interface petite sur grand écran et non redimensionnable
  • Distance des micros exprimée en pieds
  • Maniement des faders délicat
  • Pas de comparateur A/B ou d'undo/redo
  • Gestionnaire de presets pas assez poussé

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.