Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Miroslav Vitous String Ensembles 2
Photos
1/7

Test Miroslav Vitous String Ensembles 2

Samples de Cordes de la marque Miroslav Vitous

Écrire un avis ou Demander un avis
Prix public : 649 € TTC
Miroslav plus blanc

Le retour d’un précurseur de l’échantillonnage orchestral, Miroslav Vitous, avec un nouveau produit, MV String Ensembles 2.0 Composer’s Dream. Plus de 12 ans après l’originale et 4 ans après la première version, que peut nous offrir cette bibliothèque ?

Il est des parcours éton­nants, et remarquables, dans le domaine de la musique. Ainsi celui de Miro­slav Vitous : enfant prodige, élève excep­tion­nel, multi-instru­men­tiste, nageur sélec­tionné aux Jeux olym­piques de Munich en 1968 (si, si), départ aux États-Unis suite à l’ob­ten­tion d’un Prix et d’une bourse pour Berk­lee en 1966, puis pratique inten­sive de la contre­basse, le début de la renom­mée avec Corea, la suite avec Weather Report et plus tard ses propres albums. 

Non content de cette carrière qui laisse rêveur, Vitous s’est aussi fait remarquer dans le domaine de l’échan­tillon­nage, tout parti­cu­liè­re­ment celui de la banque orches­trale. Ne trou­vant pas chaus­sure à son pied (« crap » était le mot qu’il utili­sait pour quali­fier les produits exis­tants à l’époque…), il a entre­pris de réali­ser à ses propres frais l’échan­tillon­nage d’un orchestre complet, le Czech Phil­har­mo­nic dans une salle de rêve, le Dvorak Symphony Hall, selon le place­ment exact des instru­ments. Puis, réali­sant l’am­pleur finan­cière de la chose, il s’est auto-persuadé de la mettre en vente, pour le plus grand plai­sir des ache­teurs de l’époque puisqu’au­cun outil compa­rable n’était alors dispo­nible. Quelques années plus tard, il s’est tourné vers Sonic Reality et IK Multi­me­dia, en leur confiant la biblio­thèque plus tout le maté­riel non édité, ce qui a donné Phil­har­mo­nik, présenté au Winter NAMM 2005 (on en trou­vera le test ici).

Machine de test

MacPro Xeon 3,2 GHz

OS 10.6.8
Logic Pro 9.1.6
MV String Ensembles 2.0.1
Best Service Engine 2.0.2
Yellow Tools Inde­pen­dence Pro 3.0

En 2009, l’en­vie lui reprend et il réalise la première version de Miro­slav Vitous String Ensemble, cette fois-ci enre­gis­trée dans les CNSO Orches­tra Studios, toujours à Prague, avec des membres du Czech Natio­nal Symphony Orches­tra. Les critiques louent la qualité sonore, mais reprochent à la banque sa petite taille pour le prix (1399 $ prix public, 6,5 Go, corres­pon­dant à peu près à 40 Go, réduc­tion permise par la décom­pres­sion à la volée d’En­gine, l’hôte choisi), son manque de fichiers bouclés, de seconds violons, etc.

En 2012, voici la version 2.0 de la biblio­thèque. Étude.

Intro­du­cing Miro­slav Vitous String Ensembles 2.0 Compo­ser’s Dream

Miroslav Vitous String Ensembles 2.0

Cette nouvelle version est à la fois dispo­nible sous forme physique (2 DVD) ou par télé­char­ge­ment que l’on comman­dera sur le site de Best Service, le distri­bu­teur. Le prix reste le même quelle que soit la version choi­sie : 649 euros. Par télé­char­ge­ment, le nombre de fichiers s’élève à six, pour un total de 7,42 Go. Une fois les .rar décom­pres­sés, on obtient une biblio­thèque d’un poids de 11 Go qui, si l’on prend le ratio de compres­sion habi­tuel de Yellow Tools, corres­pond (sous réserve) à 65 Go d’échan­tillons. L’au­to­ri­sa­tion se fait par enre­gis­tre­ment sur le site avec un numéro de série fourni à l’achat puis chal­lenge/réponse via le E-License Mana­ger.

La biblio­thèque est four­nie avec Engine, l’ins­tru­ment virtuel déve­loppé pour Best Service par Yellow Tools, ce qui signi­fie qu’elle est aussi compa­tible avec Inde­pen­dence, le sampleur haut de gamme de ce dernier éditeur. L’ins­tal­la­tion place dans le dossier idoine les éléments graphiques de la banque, la docu­men­ta­tion, les échan­tillons (Images Files), les Layers (les instru­ments), Presets (pour Origami la réverbe à convo­lu­tion) et les Projects (l’équi­valent de Multis, incluant aussi des pré-réglages pour l’en­semble du logi­ciel). La docu­men­ta­tion inclut une aide à l’ins­tal­la­tion, un manuel de prise en main, un manuel complet, une liste des arti­cu­la­tions et un complé­ment concer­nant l’up­date 2.0.1. Quasi­ment tout ce qu’il faut, sauf que le manuel, réalisé par Vitous lui-même dans un anglais parfois parti­cu­lier, n’est pas d’une grande aide. Heureu­se­ment la liste des arti­cu­la­tions permet au moins de comprendre les raccour­cis des noms et envi­sa­ger l’uti­li­sa­tion des programmes grâce à leur nomen­cla­ture. Et c’est tant mieux, car le nombre de programmes est hallu­ci­nant, plus de 550…

Tout pour toutes les situa­tions ?

On retrouve bien sûr au menu les diffé­rents pupitres, Violins, Violas (altos), Cellos (violon­celles) et Basses (contre­basses). Mais aussi deux dossiers consa­crés à des présets d’or­chestre, en fait les sections jouant à l’oc­tave ou à l’unis­son. On salue l’ini­tia­tive, car le rendu est tota­le­ment diffé­rent de celui obtenu en jouant au clavier sur deux octaves, par exemple.

Dans l’exemple suivant, on enten­dra d’abord une phrase de Cellos doublée « manuel­le­ment », puis la même jouée avec le programme Octave (dans ce dernier cas, une seule note à la fois).

00:0000:00
Miroslav Vitous String Ensembles 2.0

Retour à nos sections sépa­rées. Commençons d’abord par un survol des sections, afin de spéci­fier quel type d’or­chestre est mis en œuvre. L’édi­teur nous précise qu’il four­nit deux banques en une, avec d’un côté des pupitres pour Large Ensembles, de l’autre pour Cham­ber Ensembles. Notons tout de suite que le nombre d’ins­tru­men­tistes par section sort de l’or­di­naire, puisque pour les ensembles impor­tants, on compte 24 violons (répar­tis entre 14 premiers violons et 10 seconds violons, ou rassem­blés en programmes uniques), 14 altos, 10 violon­celles et huit contre­basses (!). Et les ensembles de chambre sont tout aussi inha­bi­tuels : 14 violons, huit altos, cinq violon­celles et quatre contre­basses. À titre de compa­rai­son, l’or­chestre à peu près stan­dard est réparti comme suit : 14 premiers violons, 12 seconds violons, 10 altos, 8 violon­celles et six contre­basses.

Avec l’ud­pate 2.0.1, l’édi­teur a offert une nouvelle série de programmes nommés Blend, dans lesquels les samples béné­fi­cient de sortes de cross­fades avec les échan­tillons adja­cents, ce qui permet un passage d’un layer à l’autre plus progres­sif.

Miroslav Vitous String Ensembles 2.0

Les programmes par section sont clas­sés selon une logique récur­rente : une première caté­go­rie ne faisant appel qu’aux layers de vélo­ci­tés déclen­chés par le jeu sur le clavier et la vélo­cité en décou­lant. Une deuxième caté­go­rie reprend les mêmes complé­tés par le passage d’un layer à l’autre via la molette de modu­la­tion (la vélo­cité par le clavier reste active, ce qui permet un grand nombre de nuances). 

La troi­sième caté­go­rie de programmes reprend le même prin­cipe de choix via molette, mais cette fois-ci sans cross­fade : on passera d’une arti­cu­la­tion à l’autre de façon abrupte et sans possi­bi­lité de cross­fade en temps réel. Quatrième caté­go­rie, les Pads, qui portent parfai­te­ment leur nom. Cinquième et dernière caté­go­rie, les Round Robins, dont le prin­cipe est main­te­nant bien connu : une note répé­tée ne déclen­chera pas le même sample, mais plusieurs selon un ordre défini ou au hasard. 

Miroslav Vitous String Ensembles 2.0

Voici quelques exemples de programmes Round Robin, très géné­reux en échan­tillons alter­na­tifs, puisqu’on peut en comp­ter jusqu’à 32. Il y a quand même un truc, c’est-à-dire que le Round Robin n’uti­lise pas exclu­si­ve­ment des échan­tillons d’ar­ti­cu­la­tion semblables (par exemple que des Sustain), mais aussi des arti­cu­la­tions proches, voire légè­re­ment désac­cor­dées (l’édi­teur four­nit un grand nombre de programmes dits Detu­ned) en passant des sections larges ou plus réduites (par exemple des Sustain avec l’ajout de la 1st Chair, un petit ensemble d’ins­tru­ments solo conçus pour doubler quand néces­saire les ensembles). Ce qui pose parfois des problèmes de cohé­rence sonore.

Voici un exemple des Violas stac­cato, utili­sant de façon aléa­toire des programmes stac­cato en forma­tion huit et 14 altos, plus des programmes stac­cato mf.

00:0000:00

À l’écoute, cela semble un peu raide et présente malgré tout des répé­ti­tions. Mais ce serait oublier que MVSE (c’est plus court) est une biblio­thèque d’en­sembles. Et effec­ti­ve­ment, dès que l’on rajoute les autres pupitres, cela va mieux, comme le montre l’exemple suivant (d’abord tel que le propose la banque, avec un petit réglage de release, puis ensuite placé dans un envi­ron­ne­ment).

00:0000:00
 

Du nombre, toujours du nombre

Miroslav Vitous String Ensembles 2.0

Toutes ces caté­go­ries proposent aussi un grand nombre de sous-caté­go­ries : rien que pour les violons, on en compte 20, des Sustain au Tremolo, en passant par les Expres­sive, Legato, Pizzi­cato, Stac­cato, etc.

Une des premières actions serait donc de faire le tri dans tous ces programmes, afin de ne pas être encom­bré par trop des programmes qui ne corres­pon­draient pas à une manière de travailler. Car le prin­cipe adopté par l’édi­teur est celui d’une réponse au jeu direct, avec un son à l’en­re­gis­tre­ment et une program­ma­tion effec­tués en fonc­tion d’une tech­nique de jeu en direct précise. Par exemple, pour les trilles, il ne four­nit pas de cordes jouant cette figure, mais des programmes dédiés qui, s’ils n’ont pas tout à fait la véra­cité des trilles direc­te­ment exécu­tés, remplissent quand même leur fonc­tion, et surtout permettent ici de s’adap­ter à n’im­porte quel tempo. L’édi­teur a cepen­dant précisé qu’il four­ni­rait lors d’un update des trilles réel­le­ment joués.

L’exemple suivant fait entendre des trilles avec accé­lé­ra­tion et ralen­tis­se­ment de tempo, sur les Violons.

00:0000:00

Dans mon cas, je préfère les programmes faisant appel à la ModW­heel, dont je juge l’ac­tion bien plus réaliste, puisque les cres­cen­dos se font via cross­fade, que celle du jeu répon­dant unique­ment à la vélo­cité, qui respecte certes les nuances, mais ne permet que des cres­cen­dos/decres­cen­dos via la pédale de volume, et donc sans modi­fi­ca­tion du timbre, ce qui est tota­le­ment irréa­liste. Notons cepen­dant que certains programmes annon­cés comme avec cross­fade n’en sont pas puisque la molette agit sur le volume via un des Modi­fiers dispo­nibles.

On entend ici la diffé­rence entre les deux prin­cipes (via volume d’abord, via cross­fade ensuite, à deux vélo­ci­tés de départ).

00:0000:00
 
Miroslav Vitous String Ensembles 2.0

De même, les programmes Blend sont plus réus­sis que ceux n’uti­li­sant pas cette tech­nique. J’en­lè­ve­rais donc les programmes à base de vélo­cité unique­ment que l’on retrouve dans les programmes ModW­heel, puis ceux utili­sant la molette, mais sans cross­fade (dans lesquels la molette agit comme un inter­rup­teur pour passer d’une arti­cu­la­tion à une autre), etc. Ce qui repré­sente déjà un sacré paquet de programmes et éclair­cit d’au­tant la navi­ga­tion dans les dossiers.

On regret­tera donc de ne pas retrou­ver toutes les arti­cu­la­tions présentes dans le dossier repo­sant sur la vélo­cité dans ceux des ModW­heels. Néan­moins, on pourra, à condi­tion de possé­der Inde­pen­dence, repro­gram­mer les cross­fades via ModW­heel sur les arti­cu­la­tions manquantes. C’est du travail, mais cela vaut le coup. Espé­rons cepen­dant un update avant d’avoir fini la conver­sion de toute la banque…

Les programmes four­nis sont donc censés répondre à tous les cas de figure ; on trouve ainsi des VS 24 Sus ff Lead max 2 voices, dont l’énoncé est suffi­sam­ment parlant, ou des CE 5 Leg Sus MWVelZ blend, signi­fiant cinq violon­celles en sustain, avec zones de vélo­cité et cross­fade via ModW­heel, dont les échan­tillons se recouvrent. Toutes les abré­via­tions sont détaillées dans le fichier .pdf idoine.

L’édi­teur four­nit aussi les indis­pen­sables programmes utili­sant des KeyS­witches, dont aucune biblio­thèque ne peut plus faire l’éco­no­mie main­te­nant, tant le prin­cipe est idéal pour le jeu en direct.

Voilà un exemple en situa­tion, utili­sant prin­ci­pa­le­ment des Legato Expres­sive Blend avec cross­fade via ModW­heel.

00:0000:00

 Télé­char­gez les fichiers sonores : flac.zip

Bilan

Sans surprise (à l’ex­cep­tion du nombre de programmes dispo­nibles !), on retrouve la qualité des précé­dentes réali­sa­tions de Vitous. Le son est là, avec ses carac­té­ris­tiques propres (en parti­cu­lier l’ar­chet ultra présent sur les violons), la musi­ca­lité est toujours présente, renfor­cée par le nombre d’ar­ti­cu­la­tions four­nies. Et n’ou­blions pas que l’on dispose de deux orchestres en un. On peut cepen­dant se deman­der l’uti­lité de certains des programmes, comme les ModW­heel sans cross­fade, puisqu’un KeyS­witch fait aussi bien.

On peut regret­ter ce qui faisait l’une des forces des toutes premières biblio­thèques signées du bassiste, le place­ment dans un espace et sur une scène, qui permet­tait de placer très rapi­de­ment une base réaliste. La consti­tu­tion des sections est aussi plutôt hors norme, et il faudra être très atten­tif à leur volume respec­tif. Et il est aussi dommage que quasi­ment tous les Release soient par défaut au mini­mum. On notera quelques programmes posant problème en termes de cross­fade ou de tenue suivant la vélo­cité et la hauteur (par exemple le CE 5 Det MW VelZ, et quelques autres), ou certains cross­fades qui n’en sont pas (molette agis­sant sur le volume). On peut aussi trou­ver quelques notes à vélo­cité égale plus courtes que d’autres au sein d’un même programme.

L’adjonc­tion par l’up­date 2.0.1 des programmes Blend est un plus, même si l’on se demande pourquoi cela n’a pas été fait dès le départ. Les programmes via ModW­heel sont très effi­caces et musi­caux, dommage que toute la banque ne soit pas conçue sous cet angle, bien plus pratique et réaliste.

Une alter­na­tive aux ténors du genre que sont VSL et East­West, avec un genre de prédi­lec­tion et un son (disons musique de film lyrique) que ne présentent pas les deux préci­tés. Du beau travail, à un tarif plutôt bien ciblé (649 euros).

Points forts
  • Deux orchestres en un
  • Son global
  • Concept «un style de jeu, un programme»
  • Premiers et seconds violons
  • Petite et grande sections par instrument
  • Divisi
  • Les habitués retrouveront le son Vitous
  • Player Engine fourni
  • Ergonomie et efficacité de la plateforme Engine
  • Compatible avec Independence
  • Puissance d’édition dans Independence
  • Musicalité
  • Nombre d'articulations
  • Nombre de programmes !
  • Version Blend des programmes
  • Updates annoncés intéressants (trilles, nouveaux programmes ModWheel, etc.)
Points faibles
  • Certains programmes inutiles
  • Quelques crossfades ratés
  • Quelques longueurs dépareillées
  • Crescendo via Crossfade ou volume ?
  • Choix du nombre d’instrumentistes par section pouvant poser problème
  • Archet (toujours...) trop fort sur les violons
  • Toutes les articulations devraient être disponibles en ModWheel Xfades
  • Pas de vraies trilles
  • Manuel un peu abscons

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.