Waves J37 Tape
+
Waves J37 Tape
Comparateur de prix
Petites annonces
test Une vague de saturation

Test du Waves J37 Tape

  • Réagir
  • 114 réactions
  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail

Comme vous l’avez certainement remarqué, la saturation à bande est à la mode en ce moment. Bien que possédant déjà à son catalogue des plug-ins du genre, un éditeur aussi important que Waves se devait de répondre à l’engouement général pour ce type de produit. C’est chose faite avec le J37 Tape. Sortira-t-il du lot face à la rude concurrence ? C’est ce que nous allons essayer de voir…

Sur la route de l’abbaye

Le J37 Tape est une nouvelle fois le fruit de la collaboration entre Waves et les studios Abbey Road. Il s’agit de la modélisation d’un enregistreur 4 pistes à bande J37 signé par les suisses de chez Studer. Ce multipiste fut utilisé dans les célèbres studios lors de la seconde moitié des années 60 ainsi qu’au début des 70’s. Il est notamment en grande partie responsable du son du fameux Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band, George Martin l’ayant employé à outrance pour la création des couches sonores successives de l’album culte des Fab Four. Comme d’habitude à cette époque, les techniciens des studios d’EMI y sont allés de leur petite touche personnelle en modifiant la bête afin de l’adapter à leurs standards. Le plug-in s’accompagne également de la modélisation de 3 types de bandes conçus par EMI et exclusivement utilisés aux studios Abbey Road : les EMI TAPE 888, 811 et 815. 

Waves J37 Tape

D’un point de vue pratique, le plug-in J37 est disponible en version native pour Mac et PC aux formats VST, VST3, AU, RTAS et AAX en 64 bit. À noter qu’une version au format SoundGrid est également disponible. L’installation et l’autorisation s’effectuent très simplement via les logiciels Waves Complete V9r14 et Waves License Center. Notre machine de test est un MacBook Air Intel Core i7 2 GHz avec 8 Go de RAM, tournant sous Mac OS X 10.7.5. Le séquenceur utilisé est Reaper 4.54. À titre informatif, sachez qu’une instance mono du J37 consomme chez nous environ 2 % des ressources CPU, une instance stéréo oscille quant à elle entre 3 et 5 %.

Le décor étant planté, passons maintenant aux choses sérieuses !

No gain, no pain

Waves J37 Tape

Dès l’ouverture, la première chose qui frappe c’est l’interface graphique. C’est beau, il n’y a pas à dire. Sauf que nous nous apercevons vite qu’une bonne moitié de la chose ne sert strictement à rien d’autre qu’à titiller nos pupilles avec une jolie animation de bande tournoyante. Nos écrans ne sont-ils pas déjà assez chargés ? Bref, faisons fi de tout cela pour nous intéresser dans un premier temps aux différents types de bande ainsi qu’à la vitesse de lecture. Nous avons passé un synthétiseur virtuel au travers du J37 avec dans l’ordre les réglages suivants : signal source, puis bande 888, 811 et 815 à 15 ips (Bias Nominal), puis 888, 811 et 815 à 7,5 ips (Bias Nominal), et enfin la 815 avec +3 puis +5 dB de Bias à 15 ips.

01 Synth dry
00:0000:19
  • 01 Synth dry 00:19
  • 02 Synth 888 15 00:19
  • 03 Synth 811 15 00:19
  • 04 Synth 815 15 00:19
  • 05 Synth 888 7.5 00:19
  • 06 Synth 811 7.5 00:19
  • 07 Synth 815 7.5 00:19
  • 08 Synth 815 15 3 00:19
  • 09 Synth 815 15 5 00:19

Les différences fréquentielles sont ici subtiles car nous n’avons pas poussé le gain d’entrée outre mesure, la distorsion harmonique est donc limitée. En revanche, niveau gestion des transitoires, il y a un monde. Surtout avec la bande 811 à 7,5 ips qui aplanit sévèrement. C’est plutôt un bon point, nous retrouvons bien là un comportement typique des enregistrements sur bande. Un bémol cependant, lors du test nous nous sommes aperçus qu’en passant d’un réglage à un autre en cours de lecture, cela engendrait un bref silence. Assez gênant lorsque l’on veut comparer. Jugez plutôt : 

00:0000:00

En ce qui concerne l’aspect saturation, voici un petit arpège de guitare trituré comme suit : signal original, 815 à 15 ips, 811 puis 888 à 7,5 ips.

11 Gtr Arp dry
00:0000:30
  • 11 Gtr Arp dry 00:30
  • 12 Gtr Arp 815 15 00:30
  • 13 Gtr Arp 811 7.5 00:30
  • 14 Gtr Arp 888 7.5 00:30
Waves J37 Tape

Nous avons ici joué avec le réglage In qui gère le gain d’entrée afin d’obtenir plus ou moins de saturation. Notons au passage que le plug-in offre une option permettant de lier le réglage du niveau d’entrée avec celui de sortie. Vraiment pratique pour ne pas se laisser berner par un son trop fort. Les résultats sur le plan sonore sont assez sympathiques, allant de la légère distorsion à quelque chose de franchement plus « trash ». Il faudra prendre quelques précautions lors du réglage de l’étage d’entrée car le J37 est vraiment très sensible à ce niveau-là. Gare à votre structure de gain sous peine de bouillie sonore ! Heureusement, Waves a pris soin d’intégrer un VU-mètre dont nous pouvons définir le calibrage. Bien que petit, il semble assez efficace. Preuve en est, cette capture d’écran ci-contre, qui le compare avec notre VU-mètre habituel.

Outre la saturation induite par l’enregistreur à bande, l’éditeur a ajouté un potentiomètre « Sat » qui permet d’en rajouter encore une couche. Pourquoi pas me direz-vous ? Attention cependant de ne pas trop en abuser car cette distorsion sonne très vite artificielle. 

00:0000:00

Histoire de tester la bête plus avant, nous nous sommes amusés avec une boucle de batterie. Une instance du J37 a été insérée sur chacun des éléments du kit ainsi que sur le bus. À chaque fois le son est conforme à nos attentes. Mais nous avons tout de même à ce stade une remarque à faire. Contrairement à certains de ses concurrents, le J37 ne propose pas de fonction pour grouper plusieurs instances et ainsi les piloter à partir d’une seule interface. Et c’est fort dommage, d’autant que pour tirer la quintessence de ce genre de plug-in, il faut normalement en utiliser un exemplaire sur chacune des pistes d’un projet.

16 Drums dry
00:0000:13
  • 16 Drums dry 00:13
  • 17 Drums 815 15 00:13
  • 18 Drums 815 7.5 00:13
  • 19 Drums 811 7.5 00:13

Que serait un enregistreur à bande sans les effets de pleurage et de scintillement ? Waves y a bien entendu pensé et nous offre des réglages indépendants pour le Wow et le Flutter. Encore une fois, ces derniers sont à manipuler avec précaution tant ils partent vite en grand n’importe quoi. Ceci dit, utilisés avec parcimonie, ils sont assez efficaces. Nouvelle ombre au tableau, c’est en manipulant le Wow & Flutter que nous nous sommes à nouveau arrachés le peu de cheveux qu’il nous reste en pestant contre cette satanée interface graphique immense avec ses potards minuscules… Avouez que la lisibilité est plus que limite.

20 Gtr Arp 815 7.5 wow
00:0000:30
  • 20 Gtr Arp 815 7.5 wow 00:30
  • 21 Gtr Arp 815 7.5 wow strong 00:30
Waves J37 Tape
Waves J37 Tape

Notre calme retrouvé, nous nous sommes intéressés aux trois boutons « Modeled Tracks ». Le J37 original étant un 4 pistes, Waves a pris le parti de modéliser les pistes 2 et 3 ainsi que le couple 2+3. Disponible uniquement sur le plug-in en version stéréo, ce dernier simule la diaphonie (crosstalk) de l’enregistreur. Afin de mettre ce phénomène en avant, nous avons utilisé une instance stéréo sur notre synthétiseur mono. L’effet est subtil mais le son semble plus large et vivant. Nous en avons la confirmation grâce à un analyseur d’image stéréo :

00:0000:00
Waves J37 Tape
Waves J37 Tape

Parlons maintenant de souffle. À notre grand étonnement, le J37 semble en manquer. Il dispose bien sûr d’un réglage du niveau de souffle mais celui-ci semble juste se superposer au signal source sans l’influencer outre mesure. Or, sur une machine hardware, le souffle a tout de même un certain impact sur le son enregistré… Pour en avoir le cœur net, nous avons réalisé un « null test » en appliquant sur une voix une instance du J37 avec une bonne dose de souffle, nous avons ensuite dupliqué cette piste et inversé sa phase. Il en résulte uniquement du souffle. La bonne nouvelle c’est que cela prouve que le souffle du J37 est aléatoire, puisque nous n’obtenons pas un silence parfait. La mauvaise, c’est que notre impression de départ était justifiée. Ce souffle n’influence en aucun cas le signal source car sinon, avec ce test d’inversion de phase, il devrait rester une trace plus ou moins marquée de notre prise de voix. 

23 Voix dry
00:0000:19
  • 23 Voix dry 00:19
  • 24 Voix souffle 00:19
  • 25 Voix null souffle 00:19

Pour finir, nous avons utilisé une instance du plug-in sur chacune des pistes d’une mise à plat. Cette fois encore, l’absence d’une fonction groupe s’est faite cruellement sentir. Ceci mis à part, le résultat obtenu est tout de même intéressant. L’effet de cohésion (glue) entre les pistes est bel et bien là et nous gagnons une certaine présence. D’un point de vue dynamique, il n’y aura pas besoin d’abuser de la compression. En revanche, il faudra définitivement donner un bon coup d’EQ sur la plupart des pistes afin de peaufiner tout ça avant automation, notamment dans le bas du spectre où c’est un joyeux foutoir. 

26 Night dry
00:0002:45
  • 26 Night dry 02:45
  • 27 Night 02:45

Cadeau Bonux

Waves J37 Tape

En sus de la simulation de l’enregistreur des studios Abbey Road, Waves a doté le J37 d’une section Delay censée reproduire le son chaleureux d’un délai à bande. Bien qu’étant chiche au niveau des réglages offerts, celui-ci délivre une musicalité certaine. Trois modes de fonctionnement sont au programme : Slap, Ping-Pong et Feedback. Vous pourrez doser le niveau des lignes droite/gauche ainsi que le temps de retard en synchro ou pas avec le séquenceur hôte. Enfin, des filtres passe-haut et passe-bas complètent le tableau en sortie du Delay. Nous aurions aimé avoir un peu plus la main sur la bête avec par exemple la gestion du panoramique, mais ne boudons pas notre plaisir car le son est bel et bien là : (samples 28 à 30)

28 Gtr delay ping
00:0000:30
  • 28 Gtr delay ping 00:30
  • 29 Gtr delay slap 00:31
  • 30 Gtr delay feedback 00:18

Conclusion

Certes, nous n’avons jamais eu la chance de poser nos mains sur le fameux J37 ayant participé à la légende des Beatles, toutefois, à l’issu de ce test, nous doutons fortement que la modélisation soit fidèle à 100 %. Le son « à bande » est d’une certaine façon bien présent mais il manque tout de même le petit quelque chose qui nous donne immanquablement le sourire lorsque nous branchons notre véritable Studer A800. Non, ce n’est pas du tout le même modèle mais nous nous attendions tout de même à mieux de la part de Waves. Ce plug-in nous semble de plus assez difficile à maîtriser tant il est sensible. Le néophyte aura tôt fait de saccager le son en ayant la main trop lourde sur le gain d’entrée. Ajoutez à cela une interface graphique plus belle qu’ergonomique et vous obtenez un bilan mi-figue, mi-raisin. La fonction de Delay est tout de même là pour adoucir la pilule. Enfin, comme d’habitude, ne prenez pas notre avis pour argent comptant. L’éditeur propose une version de démonstration alors n’hésitez surtout pas à vous forger votre propre opinion en usant du J37 sur l’une de vos productions.

Téléchargez les fichiers sonores (format FLAC)

 

Notre avis :
Points forts Points faibles
  • Un parfum du « son à bande »
  • Fonction Level Link
  • Wow & Flutter séparés avec réglages indépendants Rate et Depth
  • Delay
  • Interface graphique immense et pourtant peu fonctionnelle
  • Pas de groupement d’instances
  • Très (trop ?) sensible au niveau de la structure de gain
  • Saut du son lors des changements de bandes ou BIAS
  • Pas de panoramique pour le Delay
  • Un poil cher à plein tarif
À propos de nos tests
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail