Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Trio gagnant
8/10
Partager cet article

Seulement quelques semaines après sa sortie, le Trio+ est passé entre les mains de la rédaction d’Audiofanzine. Commercialisé moins d’un an après la première version, ce nouveau modèle suscite une interrogation : énième coup marketing ou nouveauté immanquable ?

Le concept du Trio premier du nom était remarquable. Cette éton­nante machine propo­sait aux guita­ristes un accom­pa­gne­ment basse/batte­rie auto­ma­tique­ment généré en fonc­tion de leur jeu. Il suffi­sait de jouer une série de notes pour que la basse suive le musi­cien et que la batte­rie s’adapte à son rythme. La section ryth­mique ainsi créée était modu­lable par l’in­ter­mé­diaire de sept styles musi­caux (Blues, Pop, Rock alter­na­tif, Rock, Coun­try, R&B, Jazz) et de 12 styles de jeu. 

Le Trio+ Band Crea­tor + Looper, puisque c’est son appel­la­tion complète, reprend cet élément fonda­teur de l’iden­tité de son prédé­ces­seur avec de nombreux ajouts. Ainsi, en plus des genres déjà présents sur le Trio origi­nal, cinq autres font leur appa­ri­tion : Métal, E-Pop, Hip-Hop, Folk, et Latin. Mais ce n’est pas tout, un looper est main­te­nant inté­gré à la pédale, tout comme un espace de stockage via carte SD, de nouvelles options pour compo­ser des chan­sons, et de nouvelles fonc­tions modi­fiant la façon dont est jouée la section ryth­mique. Mais tout ceci n’est qu’un aperçu des diffé­rentes possi­bi­li­tés offertes par le Trio+. Pour faci­li­ter notre décou­verte de pédale unique en son genre, procé­dons par étape. Penchons-nous dans un premier temps sur la créa­tion d’une section ryth­mique.

La section ryth­mique

DigiTech Trio+ Band Creator + Looper : Photos Test Trio+3

Comme nous l’in­diquions, le Trio+ reprend les grands prin­cipes du premier modèle, notam­ment dans la gestion de l’en­re­gis­tre­ment d’une section ryth­mique. Premiè­re­ment, il va falloir « ensei­gner » à la pédale un accom­pa­gne­ment. Après avoir enclen­ché l’in­ter­rup­teur Band situé en bas à droite de la pédale, une diode située au-dessus de celui-ci va cligno­ter en rouge très rapi­de­ment. Cela signi­fie que l’en­re­gis­tre­ment d’une section ryth­mique est prêt à démar­rer, il suffit alors de jouer une chan­son. Dès la première note, l’en­re­gis­tre­ment s’ac­tive auto­ma­tique­ment ! Pour le termi­ner, il faut appuyer à nouveau sur le bouton Band. La section ryth­mique démarre alors, en suivant les éléments mélo­diques et ryth­miques de la chan­son que l’on a jouée. Il est ensuite possible de jouer avec la section. Par exemple, un bref appui arrê­tera sa lecture. Il suffit d’ap­puyer à nouveau pour la relan­cer. À la manière de la fonc­tion undo/redo d’un looper, il est possible de rester appuyé quelques secondes sur le foots­witch une fois la section ryth­mique arrê­tée pour effa­cer la section enre­gis­trée ou la faire reve­nir. 

Il faut envi­sa­ger cette étape comme un cours donné à la pédale. Vous lui ensei­gnez une suite mélo­dique et ryth­mique. Il ne faut donc pas forcé­ment jouer une partie de guitare complète, mais plutôt des accords ou une fonda­men­tale. Digi­tech conseille d’ailleurs de s’en tenir à des accords majeurs/mineurs et 7e. Dans les faits, le Trio+ n’est pas aussi rigide, mais pour éviter les mauvaises surprises j’ai souvent privi­lé­gié un jeu ryth­mique marquant les temps forts et les notes fonda­men­tales. Voici trois extraits dans lesquels j’en­seigne à la pédale une section ryth­mique :

Test Trio+1
00:0000:29
  • Test Trio+1 00:29
  • Test Trio+2 00:46
  • Test Trio+3 00:33
DigiTech Trio+ Band Creator + Looper : Photos Test Trio+4

Le résul­tat est bluf­fant. On se sent vrai­ment écouté par la pédale ! De plus, Digi­tech a pensé à faci­li­ter la vie des guita­ristes, puisque c’est l’ins­tant où la première note est jouée qui compte et non pas l’ac­ti­va­tion du foots­witch. Mine de rien, cela offre un sacré confort. Profi­tons-en pour noter que la batte­rie et la basse sont chacune dotées d’un potard de volume afin de mixer le rendu final. 

Côté basse juste­ment, celle-ci a parfois tendance à s’em­bal­ler en multi­pliant les notes. C’était d’ailleurs l’un des défauts repro­chés par les posses­seurs du précé­dent modèle. Le fabri­cant de la pédale a pris cela en compte, puisqu’un bouton Simple Bass permet à présent de calmer les ardeurs de la quatre cordes. Après une première pres­sion, la basse reste très ryth­mée, mais évite les envo­lées mélo­diques en se concen­trant sur quelques notes de base. Une seconde pres­sion donnera une basse mini­ma­liste, se conten­tant de lais­ser réson­ner une note par mesure. Écou­tez ce que cela donne dans cet exemple sonore où j’ai baissé le volume de la batte­rie pour n’en­tendre que la basse. La ligne mélo­dique est d’abord normale, puis simpli­fiée une première fois, et enfin simpli­fiée une seconde fois.

00:0000:00

En ce qui concerne la batte­rie, ce sont les genres et les styles qui déter­mi­ne­ront sa nature. Nous y revien­drons plus tard.

Termi­nons ce point sur la section ryth­mique avec la gestion du tempo. Il est possible de le modi­fier via un bouton Tempo. Le bouton Alt Time situé tout en haut à droite de la pédale permet, lui, de multi­plier ou de divi­ser le tempo par deux lors d’une lecture. Malheu­reu­se­ment cela se fait de manière aléa­toire. Mais il est possible de maîtri­ser cela en utili­sant le bouton avant d’en­sei­gner une section ryth­mique. Un premier appui enclenche le mode lent, un second le mode rapide, et un troi­sième réta­blit le choix auto­ma­tique. Concen­trons-nous à présent sur le looper inté­gré.

Le looper

DigiTech Trio+ Band Creator + Looper : Photos Test Trio+11

Tout en bas à gauche du Trio+, à l’exact opposé du foots­witch Band, se trouve un inter­rup­teur Looper. Il existe diffé­rentes manières d’uti­li­ser les boucles. On peut commen­cer en enre­gis­trant une section ryth­mique, puis en enclen­chant à tout moment le looper via le foots­witch. Celui-ci se mettra en standby et cligno­tera en rouge jusqu’au début du prochain passage. La diode cessera alors son cligno­te­ment, indiquant ainsi que l’en­re­gis­tre­ment de la boucle est en cours. À la fin du passage, l’en­re­gis­tre­ment sera stoppé auto­ma­tique­ment et la boucle commen­cera sa lecture. Le looper est donc toujours calqué sur la section ryth­mique. Cela limite les possi­bi­li­tés créa­tives, mais assure une synchro­ni­sa­tion totale. Encore une fois, acces­si­bi­lité et faci­lité sont les maîtres mots de Digi­tech. Oui l’uti­li­sa­tion est bridée, mais nous n’avons jamais d’inquié­tudes ryth­miques, ce qui est une prouesse pour un looper. De plus, les over­dubs sont illi­mi­tés, et une fonc­tion undo/redo s’ac­tive en restant appuyé quelques secondes sur le foots­wich.

Dans ce cinquième extrait, j’en­re­gistre à la volée une session ryth­mique, puis je m’amuse à ajou­ter des boucles de guitare :

00:0000:00

Pour effa­cer une boucle, il est néces­saire de stop­per la lecture de la section ryth­mique en appuyant sur le foots­witch Band. Atten­tion, ceci coupera égale­ment la lecture de la boucle. Pour conti­nuer la lecture d’une boucle sans la section ryth­mique, il est possible de jouer avec les réglages de volume, dont un est dédié au volume de lecture de votre boucle. Si l’on ne souhaite pas utili­ser ses mains, il est alors néces­saire de bran­cher le foots­witch FS3X facul­ta­tif qui n’est pas livré avec la pédale. 

DigiTech Trio+ Band Creator + Looper : Photos Test Trio+10

L’on sent que le looper a été pensé pour soute­nir de la partie ryth­mique, et pas l’in­verse. Il n’est pas possible d’en­sei­gner une section ryth­mique à partir d’une boucle, ou de se calquer sur le tempo de celle-ci. C’est assez déce­vant, mais cela reste cohé­rent avec les ambi­tions du Trio : c’est l’ac­com­pa­gne­ment basse/batte­rie qui est au cœur de la pédale.

Enfin, l’uti­li­sa­tion du bouton Tempo affecte aussi les boucles. En modi­fiant le tempo, la diode Audio­las­tic s’illu­mine indiquant l’ac­ti­va­tion du time stret­ching. Le tempo de la boucle préa­la­ble­ment enre­gis­trée s’adap­tera donc. Par contre, il n’est alors plus possible d’en­re­gis­trer d’autres boucles. Il en va de même lorsqu’au­cune boucle n’est enre­gis­trée. Pour faire simple, si vous modi­fiez le tempo d’ori­gine, le looper est inopé­rant. 

Les genres et les styles

Le Trio+ embarque douze genres (Blues, Pop, Rock Alter­na­tif, Rock, Coun­try, R&B, Jazz, Métal, E-Pop, Hip-Hop, Folk, et Latin) et douze styles. Deux potards cran­tés sont dédiés à la sélec­tion de ces para­mètres. Un genre doit être sélec­tionné avant d’en­sei­gner à la pédale une section ryth­mique, mais il peut ensuite être modi­fié à la volée. En ce qui concerne les styles, la machine choi­sit auto­ma­tique­ment celui qui lui parait le plus appro­prié lors de l’en­re­gis­tre­ment. Il est néan­moins possible de pré-sélec­tion­ner un style parti­cu­lier.

DigiTech Trio+ Band Creator + Looper : Photos Test Trio+8

Les genres et les styles ont un impact profond sur le rendu de la section ryth­mique. Par exemple, les genres modi­fient radi­ca­le­ment les sons de batte­rie et de basse. Les styles apportent, eux, un ressenti diffé­rent, notam­ment au niveau de la batte­rie. Elle peut deve­nir plus synco­pée, groo­ver, incor­po­rer des shakers ou des char­leys plus présents, etc. Chaque style corres­pond à une utili­sa­tion précise de croches ou de doubles croches, binaires ou ternaires. Neuf styles sont en 4/4, et trois en 3/4. Le manuel en ligne du Trio+ décrit en détail l’iden­tité de chaque style, mais le mieux est d’ex­pé­ri­men­ter.

Si la plupart des noms de genres sont très évoca­teurs, ce n’est pas le cas du terme E-Pop. Il s’agit d’une musique dont la basse est très synthé­tique, et dont les batte­ries rappellent des boîtes à rythmes typiques de la musique élec­tro­nique. Le genre Latin s’ins­pire lui des musiques dites latino-améri­caines. Nous n’avons malheu­reu­se­ment pas la possi­bi­lité d’écou­ter en détail dans cet humble test tous les genres et styles. C’est pourquoi je passe rapi­de­ment en revue dans l’ex­trait suivant les 12 genres sur la même section ryth­mique, et dans cet ordre : Blues, R&B, Rock, Rock Alter­na­tif, Métal, Pop, E-Pop, Hip-Hop, Coun­try, Folk, Latin, et Jazz :

00:0000:00

Globa­le­ment, les sons de batte­rie et de basse sont plutôt convain­cants. Ils proviennent de Band-In-A-Box. À vrai dire, je trouve les batte­ries vrai­ment réus­sies, mais c’est selon moi beau­coup moins le cas pour la basse. Celle-ci est très géné­rique, et varie peu suivant les genres, si ce n’est en mode E-Pop et Jazz. Dans les autres cas, elle n’est que légè­re­ment modu­lée et égali­sée. C’est parfois déce­vant, notam­ment sur le genre Hip Hop. Si la batte­rie évoque irré­mé­dia­ble­ment les canons du genre, la basse, elle, fait tache. Pour conclure cette partie, écou­tons un exemple audio dans lequel j’en­chaîne les douze styles du genre Latin en partant du premier, puis un autre dans lequel je fais de même avec le genre Métal :

Test Trio+7
00:0001:49
  • Test Trio+7 01:49
  • Test Trio+8 01:08

Les effets

Le Trio+ est équipé d’ef­fets direc­te­ment inté­grés acces­sibles via un bouton Guitar FX, et d’une boucle d’ef­fets. Pour modi­fier le son de la guitare, il est donc possible de se limi­ter à la machine ou d’uti­li­ser son pedal­board. Après leur acti­va­tion, les effets s’ap­pliquent unique­ment à ce que l’on joue ou enre­gistre. On peut donc gérer indé­pen­dam­ment chaque boucle. 

DigiTech Trio+ Band Creator + Looper : Photos Test Trio+7

Première grande décep­tion, exac­te­ment comme sur le premier modèle de Trio, les effets embarqués sont assi­gnés à un genre précis. De base, le son de votre guitare est un clean sans aucun ajout. En appuyant une fois sur Guitar FX, l’ef­fet assi­gné au genre sélec­tionné s’en­clenche. Ainsi, si l’on sélec­tionne le genre Rock, on obtient une distor­sion. Un deuxième appui passe l’ef­fet du mode « rhythm » au mode « solo » : l’ef­fet a plus de volume et plus de gain. Chaque genre a donc un seul et unique effet atti­tré, et il s’agit de satu­ra­tions dans la plupart des cas (parfois couplées à une réverbe, ou à un léger delay). Les over­drives et les satu­ra­tions sont un peu déce­vants, parti­cu­liè­re­ment en mode « solo ». Ça sonne plutôt plat, et de façon un peu arti­fi­cielle. C’est flagrant lorsque l’on utilise un ampli guitare ! Je suis plus convaincu par l’uti­li­sa­tion de la boucle d’ef­fets. Il est d’ailleurs possible d’ajou­ter par-dessus celle-ci les effets inté­grés pour obte­nir plus de gain. Pour autant, les effets de base sont tout à fait exploi­tables, et ce côté tout-en-un est un atout consi­dé­rable : le Trio+ se suffit à lui-même.

Dans ce neuvième exemple sonore, je passe rapi­de­ment en revue les effets en mode « rhythm » dans cet ordre : Blues, R&B, Rock, Rock Alter­na­tif, Métal, Pop, E-Pop, Hip-Hop, Coun­try, Folk, Latin, et Jazz :

00:0000:00

Dans le prochain extrait, je fais la même chose mais avec les effets en mode « solo ».

00:0000:00

 

Compo­ser et orga­ni­ser des chan­sons

Le premier Trio offrait la possi­bi­lité d’en­re­gis­trer trois parties diffé­rentes, pour créer une chan­son. Avec le Trio+, il est possible d’en enre­gis­trer cinq. Cela peut, par exemple, corres­pondre à une intro­duc­tion, un couplet, un refrain, un pont, et une conclu­sion. Chaque partie peut conte­nir 48 mesures maxi­mum, mais Digi­tech conseille de ne pas dépas­ser les 32.

DigiTech Trio+ Band Creator + Looper : Photos Test Trio+6

Cinq boutons situés tout en haut de la pédale sont dédiés à chacune des parties. On peut ainsi sélec­tion­ner celle que l’on souhaite enre­gis­trer ou lire. Pour toutes les parties, il est néces­saire de réité­rer exac­te­ment le même proces­sus de créa­tion de sections ryth­miques que nous avons déjà détaillé. La lecture d’une partie s’ef­fec­tue en boucle, puis il suffit ensuite d’ap­puyer sur le bouton dédié à l’autre partie que l’on souhaite lire pour armer la future lecture. C’est unique­ment à la fin d’une partie que le passage s’ef­fec­tue.

Pour assu­rer un tempo simi­laire entre toutes les parties, il est possible d’ac­ti­ver un métro­nome se calquant sur la partie précé­dem­ment sélec­tion­née. Il faut simple­ment rester appuyé quelques secondes sur le bouton de la nouvelle partie. C’est très simple d’uti­li­sa­tion, et complè­te­ment intui­tif. Mais il est néces­saire d’avoir la pédale près de ses mains. Pour s’af­fran­chir d’une utili­sa­tion aux doigts, il est possible de passer d’une partie à une autre en restant appuyé 2 secondes sur le foots­witch Band. Le chan­ge­ment s’ef­fec­tuera dans l’ordre numé­rique. Mais une nouveauté appa­rait sur cette version +. Ainsi, si l’on souhaite alter­ner entre les parties dans un ordre diffé­rent, il suffit d’ap­puyer sur le bouton Seq puis d’en­trer une séquence en sélec­tion­nant les parties dans l’ordre souhaité. Si les tempos sont proches entre deux parties se succé­dant, ils seront auto­ma­tique­ment synchro­ni­sés. Pour véri­fier cela, la diode du bouton Alt Time et celle de la partie concer­née doivent cligno­ter avec le même rythme.

DigiTech Trio+ Band Creator + Looper : Photos Test Trio+1

Pour faci­li­ter l’in­ter­pré­ta­tion des morceaux pré-program­més dans la pédale, il est possible d’ac­ti­ver un décompte. Pour cela, il faut appuyer quelques secondes sur le bouton de la partie qui débu­tera la chan­son. Au final, lorsqu’on appuie sur l’in­ter­rup­teur Band, chaque temps de la première mesure sera marqué par des coups de baguettes, avant de réel­le­ment démar­rer la section ryth­mique.

Un mode « intense » est aussi dispo­nible pour toutes les parties. Il suffit d’ap­puyer sur le bouton dédié à une partie enre­gis­trée pour que la diode devienne rouge, indiquant ainsi que l’in­ten­sité sera plus impor­tante. Concrè­te­ment, la batte­rie devient plus véloce, plus dyna­mique, avec de nombreux coups de cymbales.

Au final, il est possible d’en­re­gis­trer en mémoire jusqu’à 12 chan­sons de 5 parties. Il suffit pour cela d’uti­li­ser le bouton Song. La molette cran­tée Style devient alors un outil de sélec­tion de chan­son. Comme souvent avec cette pédale, il suffit de rester appuyer sur le bouton Song quelques secondes pour effa­cer une chan­son enre­gis­trée. Avec toutes les possi­bi­li­tés liées à la compo­si­tion et l’or­ga­ni­sa­tion de chan­sons, le Trio+ prend une nouvelle ampleur. On imagine l’uti­li­ser dans des petits lives, ou pour des sessions de travail ou de répé­ti­tion pous­sées. Toutes les fonc­tions marchent remarqua­ble­ment bien, et sont surtout bien pensées.

Les diffé­rents bran­che­ments

Le Trio+ est équipé de deux sorties diffé­rentes : Amp et Mixer. Il s’agit d’une sortie dédiée aux amplis guitares et d’une sortie ligne. La pédale est égale­ment dotée d’une sortie casque avec un bouton de volume dédié. Faisons un point sur l’en­semble des bran­che­ments possibles.

DigiTech Trio+ Band Creator + Looper : Photos Test Trio+9

Si l’on branche unique­ment la sortie ligne, la section ryth­mique et la guitare sorti­ront ensemble sur une table de mixage ou une carte son par exemple. C’est le bran­che­ment que j’ai utilisé pour ce test. La batte­rie et la basse sonnent vrai­ment bien ! Concer­nant la guitare, le résul­tat est assez simi­laire à celui que j’ob­tiens en bran­chant ma six cordes direc­te­ment dans l’en­trée instru­ment de ma carte son Stein­berg UR22. Ce n’est pas mauvais, et il est de toute façon impos­sible de se rappro­cher du rendu d’un véri­table ampli guitare (du moins sans trai­te­ment numé­rique). Le système son a égale­ment beau­coup d’in­fluence sur le rendu final. Malheu­reu­se­ment, cette sortie n’est pas stéréo. Ainsi, lorsqu’on joue à la fois la section ryth­mique, une ou deux boucles, et la guitare live, le tout devient vite brouillon. On ne retrouve d’ailleurs pas ce problème avec la sortie casque, puisque celle-ci est stéréo. C’est très appré­ciable sur la basse et la batte­rie. De plus, la sortie est équi­pée d’une simu­la­tion de HP pour la guitare. Le son n’est pas parfait pour autant. La guitare est légè­re­ment étouf­fée, il manque un peu de clarté, de brillan­ce… Mais il y a néan­moins large­ment de quoi se faire plai­sir à la maison.

Si l’on branche unique­ment la sortie Amp, la section ryth­mique et la guitare sorti­ront ensemble dans l’am­pli guitare. Les sons de basse et de batte­rie perdent en qualité. Le son est moins large, moins bien défini, et le char­ley et les cymbales en sont les prin­ci­pales victimes. Au final, c’est l’uti­li­sa­tion des deux sorties en paral­lèle qui surprend. Car oui, il est possible de bran­cher les deux sorties afin que la guitare résonne dans l’am­pli et que la basse et la batte­rie tambou­rinent dans une sono. C’est clai­re­ment le bran­che­ment à privi­lé­gier si vous souhai­tez peau­fi­ner votre son. Les défauts inhé­rents à chaque type d’uti­li­sa­tion se retrouvent gommés.

Enfin, évoquons une dernière possi­bi­lité. Les sorties Amp et Mix sont tech­nique­ment iden­tiques (asymé­trique 6.35 mm (TS) et impé­dance de 1 kOhms), il est donc possible d’uti­li­ser la sortie Amp dans une seconde entrée de votre carte son, ou de votre table de mixage, et ainsi trai­ter indé­pen­dam­ment le signal guitare. Oubliez les effets inté­grés limi­tés, et à vous les joies des amplis virtuels et autres effets numé­riques ! De plus des possi­bi­li­tés de spatia­li­sa­tion s’offrent à vous.

Une affaire de famille

Comment ne pas être séduit par le Trio+ ? Cette pédale concré­tise tous les rêves des guita­ristes soli­taires et autres travailleurs achar­nés. Toutes les fonc­tions sont utiles, et marchent admi­ra­ble­ment bien. C’est simple, intui­tif, et profond à la fois. On imagine même l’uti­li­ser pour des petits lives ou du travail de compo­si­tion un peu sérieux. J’ai parti­cu­liè­re­ment appré­cié la présence de nombreuses diodes donnant de précieuses infor­ma­tions sur les actions enclen­chées, les tempos, etc. De plus, le looper, les nouvelles fonc­tions de compo­si­tion et d’or­ga­ni­sa­tion de chan­sons, la carte SD, et la boucle d’ef­fets envoient le premier modèle aux oubliettes. Cerise sur le gâteau, la pédale est plutôt jolie, et est livrée avec une alimen­ta­tion.

Malgré tout, les sons embarqués dans le Trio+ restent limi­tés. Les amateurs de son chiadé devront avoir un vrai ampli guitare, un vrai système son, et de vraies pédales. Le live me parait aussi diffi­ci­le­ment envi­sa­geable sans le foots­witch FS3X non livré. Je regrette d’ailleurs qu’il n’y ait pas d’op­tion permet­tant de stop­per une chan­son de manière moins abrupte qu’un simple stop. Mais le Trio+ ravira n’im­porte quel guita­riste, j’en suis persuadé. Malheu­reu­se­ment toutes les nouvelles fonc­tion­na­li­tés ont un coût, et le Trio+ est commer­cia­lisé à envi­ron 300 €, contre 186 € en moyenne pour le premier Trio. La diffé­rence est consé­quente, et les deux produits ne se posi­tionnent au final pas de la même façon. Pour passer des moments fun et se faire plai­sir à la maison, le Trio devrait suffire, même si le Trio+ est bien plus complet. Person­nel­le­ment, je ne suis pas prêt à dépen­ser 300 € pour une telle utili­sa­tion. Mais pour travailler plus sérieu­se­ment, voire pour faire des petits lives, le Trio+ s’avère indis­pen­sable. Quel que soit votre choix, sachez que le Trio+ est indu­bi­ta­ble­ment une réus­site au concept unique.

  • DigiTech Trio+ Band Creator + Looper : Photos Test Trio+1
  • DigiTech Trio+ Band Creator + Looper : Photos Test Trio+2
  • DigiTech Trio+ Band Creator + Looper : Photos Test Trio+3
  • DigiTech Trio+ Band Creator + Looper : Photos Test Trio+5
  • DigiTech Trio+ Band Creator + Looper : Photos Test Trio+4
  • DigiTech Trio+ Band Creator + Looper : Photos Test Trio+6
  • DigiTech Trio+ Band Creator + Looper : Photos Test Trio+10
  • DigiTech Trio+ Band Creator + Looper : Photos Test Trio+11
  • DigiTech Trio+ Band Creator + Looper : Photos Test Trio+7
  • DigiTech Trio+ Band Creator + Looper : Photos Test Trio+8
  • DigiTech Trio+ Band Creator + Looper : Photos Test Trio+9

 

8/10
Points forts
  • Aucun produit équivalent au format pédale
  • Fonctionnement intuitif malgré les multiples possibilités
  • Excellent outil de travail et de loisir
  • Possibilités de modifier le feeling global de la section rythmique (tempo, intensité, simplification de la basse, etc.)
  • Les sorties Amp et Mix s’adaptant aux différents branchements
  • Les 5 parties et les 12 chansons enregistrables (extensible grâce aux cartes SD)
  • La boucle d’effets
  • L’alimentation fournie
  • Bons sons de batteries
  • Le looper apporte un véritable plus et est facile d’utilisation…
Points faibles
  • … mais perd énormément en flexibilité comparé à un looper indépendant
  • Je trouve les sons de basses un peu moins bons et moins variés
  • Les effets sonnent moyennement, et sont dépendants du genre sélectionné (une petite réverbe pour les sons clairs manque cruellement)
  • Le footswitch vendu séparément est nécessaire pour une utilisation de type live
  • Peut-être un peu cher

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.