Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
sonible frei:raum
Photos
1/19

Test sonible frei:raum

Egaliseur paramétrique logiciel de la marque sonible

Écrire un avis ou Demander un avis
Libérateur d’espace
8/10
Award Innovation 2015
Partager cet article

La vie de pigiste pour Audiofanzine a ses avantages et ses inconvénients… Certes, passer son temps à tester les dernières nouveautés du monde de l’audio a de quoi rassasier la boulimie du Geek qui sommeille en nous. Cependant, au bout du énième banc d’essai consacré à la énième déclinaison virtuelle d’une machine hardware de légende, la lassitude commence à se faire sévèrement sentir.

Heureu­se­ment, de temps en temps, un produit sorti de nulle part vient ravi­ver la flamme couvant sous les braises encore chaudes de notre curio­sité meur­trie. Oui, je sais, j’en fais des caisses, mais je vous assure que parfois le manque de réelle inno­va­tion dans notre petit milieu a quelque chose de pesant. D’où mon bonheur non feint de vous présen­ter aujour­d’hui Frei:raum, un plug-in d’éga­li­sa­tion pour le moins singu­lier… 

Servus !

Avec son petit nom diffi­ci­le­ment prononçable pour les non-germa­no­phones, Frei:raum nous vient tout droit de Graz en Autriche. Déve­loppé par la toute jeune société Sonible, qui s’était jusqu’alors plutôt illus­trée dans le milieu hard­ware broad­cast, ce plug-in ressemble de prime abord à un égali­seur sept bandes somme toute ordi­naire. Sauf qu’en réalité, il n’en est rien ! En effet, outre ses fonc­tions d’éga­li­sa­tion « clas­siques », Frei:raum propose trois algo­rithmes indé­pen­dants de trai­te­ment du signal évoluant en paral­lèle qui le trans­forment en un outil autre­ment plus nova­teur que l’EQ de base. Mais commençons par le commen­ce­ment.

Sonible Frei:raum

Avec son bandeau supé­rieur vert, le premier algo­rithme est celui qui fait office d’éga­li­seur « ordi­naire » sept bandes à phase linéaire. Chacune des bandes dispose de réglages pour la fréquence (de 20 Hz à 20 kHz), le gain (+/- 24 dB), et le Q (0 à 20). Ces bandes sont débrayables, peuvent être mises en solo et proposent deux types de filtres chacune. Aux deux extrêmes, nous avons droit à un filtre en cloche et un passe-haut ou passe-bas. Juste à côté de ces bandes, nous avons le choix entre filtre en cloche ou en plateau. Et enfin, les trois bandes situées au milieu peuvent être confi­gu­rées en filtre en cloche basique ou passer en mode Smart EQ, ce dernier étant symbo­lisé par une petite baguette magique. Avant d’ex­pliquer ce curieux mode « magique », un petit mot quant à l’er­go­no­mie. 

Les bandes peuvent se régler de plusieurs façons. Tout d’abord via le bandeau supé­rieur, soit avec un clic main­tenu sur une valeur suivi d’un glis­se­ment vers le haut ou le bas, soit avec un double-clic sur une valeur pour une saisie au clavier. 

Il est égale­ment possible « d’at­tra­per » et de mani­pu­ler une bande direc­te­ment sur la repré­sen­ta­tion graphique centrale. Un code couleur permet alors de savoir clai­re­ment sur quelle bande vous travaillez, mais égale­ment sur quelle largeur de bande. Une telle mani­pu­la­tion en main­te­nant la touche Alt enfon­cée permet de régler le Q, la même chose avec cette fois la touche Shift bloque la fréquence pour ne travailler que sur le gain, et un double-clic remet tout à zéro.

D’autre part, l’éga­li­sa­tion peut se régler « à l’aveugle » en acti­vant le mode « blind:flug » via un clic sur le bouton idoine situé dans le coin supé­rieur droit de l’in­ter­face. Ainsi, vous trou­ve­rez des poten­tio­mètres virtuels en lieu et place de la repré­sen­ta­tion graphique centrale.

Pour finir, Frei:raum dispose d’un switch « clear solo » afin de suppri­mer les solos actifs sur les diverses bandes, d’un autre label­lisé « flat » pour remettre l’al­go­rithme sur lequel vous travaillez à zéro, d’un bypass et d’un solo pour chacun des trois algo­rithmes, ainsi que d’un bypass pour court-circui­ter le trai­te­ment du plug-in dans son ensemble sans avoir à subir de sauts audio à cause de la latence induite par cet EQ… Car c’est l’un des points noirs de l’en­gin, une bien belle latence de 4096 samples mini­mum. Ceci étant, ce n’est pas si énorme que ça pour un égali­seur à phase linéaire. Et puis il y a les fonc­tions bonus, à commen­cer par le Smart EQ… 

Sonible Frei:raum

Que se passe-t-il lorsque l’on clique sur la baguette magique de l’une des trois bandes centrales ? Eh bien, la bande bascule en mode Smart EQ et se voit affu­blée d’une petite étiquette avec un bouton de type « record » permet­tant d’ana­ly­ser le contenu spec­tral du signal traité. Pour un résul­tat effi­cace, il faut lancer l’ana­lyse sur une portion signi­fi­ca­tive de votre voie ne conte­nant que très peu de silence. Une fois cela fait en une poignée de secondes, la bande n’agit alors plus du tout comme un filtre clas­sique, mais plutôt comme un filtre « intel­li­gent », s’adap­tant au mieux à la source. Le résul­tat est assez diffi­cile à décrire avec des mots, mais ce Smart EQ semble trai­ter le signal en tenant compte des réso­nances afin d’ob­te­nir une balance opti­male. Chose curieuse, si l’on compte utili­ser les trois bandes dans ce mode, il faudra lancer le proces­sus pour chacune d’entre elles, alors que les résul­tats semblent iden­tiques. Notez d’autre part qu’un potard « sensi­ti­vity » permet de doser l’acuité de l’al­go­rithme : une valeur faible se concen­trera sur les crêtes d’une largeur de bande étroite, alors qu’une valeur plus élevée agira d’une façon plus globale.

À l’usage, l’en­semble est rela­ti­ve­ment perti­nent et la possi­bi­lité de ne trai­ter que certaines parties du spectre via les trois bandes permet d’ajus­ter le tout à son goût. Cepen­dant, n’at­ten­dez pas de cet algo­rithme qu’il fasse tout le travail à votre place, nous ne sommes pas dans le monde de Oui-Oui. D’autre part, une ampli­fi­ca­tion ou une atté­nua­tion trop violente avec cet outil entrai­nera forcé­ment quelques arte­facts audio plus ou moins audibles, il faut donc savoir raison garder. Mais enfin, le rendu sonore est tout de même assez bluf­fant, comme nous le verrons par la suite avec les exemples audio.

Sonible Frei:raum

Passons main­te­nant au deuxième algo­rithme, j’ai nommé Proxi­mity EQ. Tout de bleu vêtu, ce dernier n’a en fait rien à voir avec un égali­seur, si ce n’est que son action peut être défi­nie indé­pen­dam­ment selon sept bandes. Mais que fait-il donc alors ? Eh bien, comme son nom le laisse suppo­ser, Proxi­mity EQ offre la gestion de la sensa­tion de distance avec la source sonore en dosant le mélange entre le signal utile et le signal réver­béré. Bref, il s’agit plus ou moins d’une sorte de « dé-réver­bé­ra­teur » multi­bandes. Outre le fait de pouvoir appliquer Proxi­mity EQ de façon plus ou moins pronon­cée selon les zones du spectre sonore, l’al­go­rithme dispose d’un potard de balance globale de son action, d’un autre baptisé « strength » ajus­tant la sépa­ra­tion entre le son direct et le son diffus, et enfin d’un dernier poten­tio­mètre « smoo­thing » pour adou­cir le rendu et ainsi éviter les arte­facts. Comme avec le Smart EQ, les résul­tats obte­nus sont la plupart du temps probants. De plus, poussé dans ses derniers retran­che­ments, ce trai­te­ment produit des sono­ri­tés assez étranges qui pour­ront éven­tuel­le­ment servir en situa­tion de Sound Design. 

Sonible Frei:raum

Le dernier algo­rithme répond au doux nom d’En­tropy EQ et se distingue visuel­le­ment de ses confrères par sa teinte garance. À l’ins­tar du Proxi­mity EQ, ce trai­te­ment n’est pas un égali­seur à propre­ment parler. Entropy EQ se propose tout simple­ment de doser le mélange entre le contenu harmo­nique et inhar­mo­nique du signal, compre­nez par là qu’il gère la balance entre les tran­si­toires et le déclin du son. En cela, il se comporte un peu comme un Tran­sient Desi­gner, sauf qu’une fois encore, cet algo­rithme travaille sur sept bandes. Niveau réglage, outre ceux des diffé­rentes bandes, Entropy EQ offre un poten­tio­mètre pour la balance globale du trai­te­ment ainsi qu’un potard « strength » gérant la sépa­ra­tion entre contenu harmo­nique et inhar­mo­nique. Là encore, le rendu sonore est à la hauteur des attentes. De plus, il s’avère que cet Entropy EQ se marie à merveille avec l’al­go­rithme Proxi­mity EQ lorsqu’il s’agit d’af­fi­ner encore plus la sensa­tion d’es­pace sonore. Enfin, ce dernier larron peut lui aussi être inté­res­sant en matière de Sound Design.

Après ce tour du proprié­taire, prenons un instant pour nous plaindre un petit peu…

Motzig…

Frei:raum est un plug-in dont l’in­ter­face est rela­ti­ve­ment claire avec des retours visuels colo­rés foison­nants censés faci­li­ter sa mani­pu­la­tion. Cepen­dant, trop de couleur finit par tuer la couleur. À tel point qu’on se surprend parfois à mani­pu­ler une bande de l’un des trois algo­rithmes alors qu’on pensait travailler sur un autre. Cela n’a rien de rédhi­bi­toire et l’on finit par s’y faire, mais enfin, cela fait tout de même désordre. Peut-être qu’une fonc­tion « lock » bloquant telle ou telle bande sur son réglage actuel pour­rait éviter quelques acci­dents malen­con­treux. Ou bien encore une fonc­tion « undo/redo » afin de pouvoir reve­nir en arrière pour­rait servir de garde-fou… Bref, en l’ab­sence de solu­tion, la prudence est de mise.

Hormis cela, il est regret­table que Sonible n’ait pas cru bon d’in­té­grer un compa­ra­teur A/B. En effet, pour obte­nir un résul­tat des plus natu­rels, il est néces­saire de prendre son temps pour affi­ner les diffé­rents réglages. Pour ce genre de tâche, une fonc­tion A/B aurait été une arme précieuse.

Au rayon des absents, nous pouvons égale­ment comp­ter l’op­tion « dry/wet ». C’est assez dommage, car cela faci­lite diable­ment la vie avec ce genre de trai­te­ment. D’ailleurs, il aurait été encore plus judi­cieux d’in­clure un potard « dry/wet » indé­pen­dant pour chacun des algo­rithmes.

Enfin, en grands gour­mands que nous sommes, nous aurions appré­cié avoir la possi­bi­lité de régler les para­mètres « strength » et « smoo­thing » des Proxi­mity EQ et Entropy EQ de façon indé­pen­dante pour chacune des bandes. Cela aurait réel­le­ment décu­plé la puis­sance de la bête. Toute­fois, ne boudons pas notre plai­sir, car il y a déjà large­ment de quoi faire. 

Avant de passer à notre session d’écoute, faisons un point sur quelques détails tech­niques que j’ai omis de préci­ser en début de test. Frei:raum est dispo­nible aux formats VST, AAX et AU en 32 et 64-bit pour Mac OS X (10.7 et plus) et Windows (Seven et plus).

Ques­tion tarif, il vous faudra débour­ser 399,90 € pour pouvoir profi­ter de l’en­gin sur un ou deux ordi­na­teurs. Oui, ça pique un peu. En même temps, vu les capa­ci­tés de cet égali­seur hors-normes, nul doute que l’édi­teur a dû dépen­ser pas mal d’éner­gie en R&D et cela se paye, c’est évident. De plus, Sonible offre une remise éduca­tion de 40 %, ce qui est tout de même géné­reux.

L’ins­tal­la­tion est un véri­table jeu d’en­fant. En revanche, pour l’au­to­ri­sa­tion, il y a un hic. La procé­dure est ultra simple en soi… mais néces­site obli­ga­toi­re­ment que votre ordi­na­teur soit connecté au net.

Pour finir, sachez que la bestiole consom­mait envi­ron 2,5 % de ressources CPU sur la machine de test (MacBook Air Core i7 bicœur cadencé à 2 GHz). Certes, cela n’est pas anodin, mais il faut bien se rendre compte que Frei:raum n’est pas non plus le style de plug-in qu’on utilise par palette de douze sur une même session. Rien d’alar­mant, donc.

Voyons main­te­nant ce que cet EQ atypique a dans le ventre… 

Mia gengan heit auf Lepschi !

Pour commen­cer, essayons Frei:raum sur une piste de batte­rie virtuelle noyée dans une réverbe.

01 Drums verb
00:0000:19
  • 01 Drums verb 00:19
  • 02 Drums verbless 00:19

Ici, le mariage Proxi­mity EQ / Entropy EQ donne quelque chose de plutôt convain­cant. Mais c’était un cas « facile », voyons ce que cela donne en partant d’une base beau­coup plus complexe…

03 Drums dry
00:0000:13
  • 03 Drums dry 00:13
  • 04 Drums wet 00:13
  • 05 Drums good 00:13
  • 06 Drums Sound Design 2 00:19
Sonible Frei:raum

Il s’agit de l’en­re­gis­tre­ment témoin d’une batte­rie réalisé lors d’une répé­ti­tion avec mon groupe au moyen… d’un simple iPhone 4S avec son micro mono d’ori­gine. Cette prise n’a jamais eu d’autre préten­tion que de servir de réfé­rence pour l’étape de compo­si­tion/arran­ge­ment d’un titre. Néan­moins, j’ai voulu tester ce que Frei:raum pouvait donner sur une source aussi « pauvre ». Le premier extrait est le son brut issu de l’iPhone. Le deuxième combine les trois algo­rithmes afin d’ob­te­nir un rendu plus ou moins exploi­table. Le troi­sième est un peu plus « char­cuté », mais c’est fina­le­ment ce qui conve­nait le mieux au titre en cours d’ar­ran­ge­ment. Enfin, le dernier est le résul­tat d’un petit plai­sir soli­taire durant lequel je me suis amusé à envoyer la batte­rie vers un auxi­liaire dispo­sant d’une instance du plug-in avec des réglages extrêmes pour l’En­tropy EQ et le Proxi­mity EQ, le tout suivi d’un delay. Avouez que ces résul­tats sont assez bluf­fants, surtout lorsqu’on sait que la source provient d’un télé­phone portable !

Conti­nuons avec une prise de guitare acous­tique.

07 Gtr dry
00:0000:43
  • 07 Gtr dry 00:43
  • 08 Gtr wet 00:43
  • 09 Gtr Sound Design 00:43

La source n’a vrai­ment rien d’ex­tra­or­di­naire. Cepen­dant, l’al­liance des trois trai­te­ments permet d’amé­lio­rer un peu la sauce. Certes, cela ne trans­forme pas notre pauvre guitare en instru­ment de premier plan, mais au sein d’un mix, cela sera sans doute suffi­sant. Enfin, je n’ai une fois de plus pas pu résis­ter à l’ap­pel de l’ex­pé­ri­men­ta­tion. Le sample 09 illustre une utili­sa­tion outran­cière du Proxi­mity EQ et de l’En­tropy EQ. Le rendu est inté­res­sant, n’est-ce pas ?

Passons main­te­nant à un autre cas que j’ai volon­tai­re­ment rendu diffi­cile pour les besoins de ce test.

10 Piano dry
00:0000:56
  • 10 Piano dry 00:56
  • 11 Piano bad 00:56
  • 12 Piano good 00:56
  • 13 Piano Sound Design 00:56

Le premier extrait corres­pond au signal source. Pour le deuxième, j’ai volon­tai­re­ment égalisé ce piano de façon illo­gique via l’EQ de mon séquen­ceur. Dans le troi­sième, je me suis servi du Smart EQ pour réta­blir un certain équi­libre tonal, mais j’ai égale­ment utilisé une touche des deux autres algo­rithmes pour rappro­cher un peu la source. Le résul­tat est plutôt sympa­thique, même si l’on peut noter la présence d’ar­te­facts sur les tran­si­toires. En même temps, il faut bien avouer que j’ai eu la main lourde sur l’éga­li­sa­tion salis­sante du départ. Enfin, je me suis encore une fois aven­turé du côté du Sound Design en mélan­geant Frei:raum avec un delay et une réver­bé­ra­tion. Planant, non ? 

Pour clôtu­rer cette séance d’écoute, j’ai à nouveau voulu soumettre la bête à rude épreu­ve…

14 Live dry
00:0000:28
  • 14 Live dry 00:28
  • 15 Live wet 00:28

Nous avons ici affaire à un extrait issu d’un enre­gis­tre­ment de l’un de mes tout premiers concerts… Ça ne me rajeu­nit pas tout ça… Bref, je suis abso­lu­ment inca­pable de vous dire qui a enre­gis­tré cela, et encore moins comment, mais le son est pour le moins infâme. Et malheu­reu­se­ment, Frei:raum n’a pas pu grand-chose contre ça. Comme je vous le disais un peu plus tôt, nous ne sommes pas dans le monde de Oui-Oui !

Zoin, bitte !

À l’is­sue de ce test, force est de consta­ter que Frei:raum possède des quali­tés indé­niables. Le mariage atypique de ses trois algo­rithmes en fait un outil puis­sant qui, certes, ne servira pas tous les jours à tout le monde, mais qui pourra faci­li­ter la vie, voire carré­ment sauver la mise dans certains cas. Malgré ses quelques défauts, l’in­ves­tis­se­ment en vaut large­ment la chan­delle pour peu que vous soyez à la recherche d’un trai­te­ment de cet acabit. Enfin, comme d’ha­bi­tude, je vous invite à télé­char­ger la version de démons­tra­tion afin de vous forger votre propre avis, cette dernière étant plei­ne­ment fonc­tion­nelle pendant 14 jours. Pour ma part, je féli­cite Sonible et décerne à ce Frei:raum un Award « Inno­va­tion ». Que les autres déve­lop­peurs en prennent de la graine, des plug-ins nova­teurs tels que celui-ci, nous en voulons tous les jours !

 Télé­char­gez les fichiers sonores (format WAV)

  • Sonible Frei:raum
  • Sonible Frei:raum
  • Sonible Frei:raum
  • Sonible Frei:raum
  • Sonible Frei:raum

 

8/10
Award Innovation 2015
Points forts
  • Plug-in atypique et novateur
  • Trois algorithmes indépendants
  • EQ intelligent
  • Dé-réverbérateur efficace
  • Gestion des transitoires
  • Travail sur 7 bandes pour chacun des algorithmes
  • Pertinence du mariage Proximity EQ / Entropy EQ
  • Invite à l’expérimentation (Sound Design)
  • Nombreux retours visuels colorés…
Points faibles
  • Mais cumul des couleurs parfois déroutant
  • Les 3 analyses pour Smart EQ
  • Artefacts audio si l’on abuse
  • Pas d’undo/redo
  • Pas de comparateur A/B
  • Pas de dry/wet
  • Connexion internet obligatoire pour l’autorisation

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.