Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Eiosis AirEQ Premium
Photos
1/17

Test Eiosis AirEQ Premium

Egaliseur paramétrique logiciel de la marque Eiosis

Prix public US : $149
Un second souffle ?
9/10
Award Valeur sûre 2015
Partager cet article

Huit ans après le premier du nom, Eiosis présente une édition « Premium » de son plug-in d’égalisation AirEQ.

Dès sa sortie en 2006, AirEQ s’était taillé une jolie répu­ta­tion, notam­ment grâce à sa fameuse bande « Air » distil­lant une clarté sonore inédite pour l’époque dans le monde de l’au­dio­nu­mé­rique. Avec cette nouvelle version remise au goût du jour, l’édi­teur prétend aller encore plus loin puisque le slogan de l’en­gin n’est ni plus ni moins que « Beyond Analog », soit litté­ra­le­ment « au-delà de l’ana­lo­gique ». Une telle promesse n’a bien évidem­ment pas manqué de titiller la rédac­tion d’Au­dio­fan­zine qui m’a aussi­tôt mandaté pour réali­ser un banc d’es­sai en profon­deur. Après plus de trois semaines de tests, voici mes conclu­sions…  

Once upon a time in Greno­ble…

En guise de mise en bouche, je vous propose une petite paren­thèse consa­crée à l’édi­teur de ce plug-in. Ceux d’entre vous qui ont bonne mémoire se souviennent peut-être qu’à l’ori­gine cette société s’ap­pe­lait Elio­sound. Puis, courant 2007, cette entre­prise française basée à Grenoble est deve­nue Eiosis. Outre AirEQ premier du nom sorti en 2006, Eiosis s’est fendu d’un voco­der, d’un de-esser, ainsi que d’un tran­sient desi­gner entre 2007 et 2008. Et puis plus rien… Cela est d’au­tant plus surpre­nant que chacun de ces produits a béné­fi­cié à chaque fois d’un accueil chaleu­reux de la part des home-studistes de tout poil. Cepen­dant, la chose est moins surpre­nante lorsque l’on sait que derrière Eiosis se cache Fabrice Gabriel. Ce nom vous dit quelque chose, n’est-ce pas ? Eh oui, il s’agit bien du petit « fren­chy » qui s’est asso­cié avec Steven Slate pour créer les fameux plug-ins VCC, VTM, etc. de Slate Digi­tal. Ces dernières années, cette société améri­caine est deve­nue incon­tour­nable dans le domaine de l’ému­la­tion de maté­riel analo­gique de légende, et c’est monsieur Gabriel qui a codé tout ça. D’ailleurs, notez qu’en paral­lèle d’Ai­rEQ pour Eiosis, Fabrice vient égale­ment de sortir le Virtual Mix Rack avec Slate Digi­tal et qu’à l’heure où vous lirez ces quelques lignes, je serai en pleine rédac­tion du test de celui-ci.

Bref, tout ça pour dire que le « grand sommeil » d’Eio­sis n’en était pas vrai­ment un, car Fabrice Gabriel est quelqu’un de toujours bien occupé. Malgré tout, il a eu la gentillesse de bien vouloir m’ac­cor­der un entre­tien télé­pho­nique de plus de deux heures afin de parler de ses dernières réali­sa­tions. J’ai trouvé cela telle­ment inté­res­sant que je lui ai demandé l’au­to­ri­sa­tion de publier quelques extraits sonores de ce dialogue. Si le cœur vous en dit, vous les trou­ve­rez en fin d’ar­ticle. Et croyez-moi, ça vaut le détour ! 

Bien, le décor étant planté, passons aux choses sérieuses.

Back to the future

Élimi­nons d’en­trée les consi­dé­ra­tions tech­niques. AirEQ est un plug-in dispo­nible pour Mac OS X (10.7 ou supé­rieur) et Windows (Vista ou plus) aux formats VST (2 & 3), AAX, RTAS et AU en 32 et 64 bits. Le système de protec­tion passe par iLok, et malheu­reu­se­ment l’op­tion d’au­to­ri­sa­tion liée direc­te­ment à l’or­di­na­teur n’est pas permise. Du coup, un dongle USB iLok est obli­ga­toire, même pour la version de démons­tra­tion. Un tel système de protec­tion a ses avan­tages et ses incon­vé­nients, mais j’y revien­drai plus tard… 

Eiosis AirEQ Premium

Au niveau de l’ins­tal­la­tion à propre­ment parler, pas grand-chose à signa­ler, hormis peut-être la taille de l’ins­tal­leur qui est éton­nam­ment lourd, envi­ron 300 Mo compressé et pas loin de 1 Go une fois installé. Ceci s’ex­plique en partie par la présence de fichiers haute défi­ni­tion pour l’in­ter­face graphique et l’ins­tal­la­tion systé­ma­tique de l’en­semble des formats dispo­nibles pour votre OS. Par contre, après instal­la­tion, aucune trace d’un manuel d’uti­li­sa­tion digne de ce nom… Il y a juste un « Opera­tio­nal Guide » en anglais qui décrit les actions de base à la souris et les raccour­cis clavier. Cepen­dant, il n’y a pas d’inquié­tude à avoir à ce sujet, car d’une part, Eiosis m’a affirmé qu’un manuel complet arri­ve­rait sous peu (NDLR : le manuel est désor­mais dispo­nible) ; et d’autre part, l’uti­li­sa­tion d’Ai­rEQ n’a vrai­ment rien de sorcier tant son ergo­no­mie est bien pensée.

En ce qui concerne la consom­ma­tion CPU, AirEQ est en revanche un cham­pion de la légè­reté. Sur ma bécane de test, à savoir un petit MacBook Air équipé d’un Core i7 bicœur cadencé à 2 GHz, une instance du plug-in consomme en moyenne entre 0.3 et 0.7 %, avouez que c’est impres­sion­nant ! Si la qualité audio est au rendez-vous, vous pour­rez aisé­ment caler cet égali­seur par palette de douze sur chacune de vos pistes. OK, j’exa­gère un peu, mais il y a vrai­ment de quoi en mettre partout sans sclé­ro­ser son CPU, ce qui est une très bonne chose. D’autre part, AirEQ n’en­gendre abso­lu­ment aucune latence, ce qui permet d’en­vi­sa­ger son utili­sa­tion en situa­tion « Live ».

Voyons main­te­nant ce que cet égali­seur a dans le ventre…

Le 5e élément

Eiosis AirEQ Premium

AirEQ est un plug-in d’éga­li­sa­tion propo­sant pas moins de 9 bandes débrayables, mais on ne peut pas dire que ce soit les bandes de monsieur Tout-le-Monde. Il y a tout d’abord les bandes bapti­sées « Earth » et « Air » aux extré­mi­tés du spectre. Sur ces dernières, pas de réglages de la fréquence ou du facteur Q, juste un potard de gain navi­guant entre plus ou moins 18 dB. Ces poten­tio­mètres sont d’ailleurs curieu­se­ment placés sur l’in­ter­face graphique puisqu’ils se trouvent en regard des rota­tifs contrô­lant la fréquence des autres bandes. Rien de bien grave ici, mais c’est vrai que cela peut parfois prêter à confu­sion. Bref, avec leurs noms ésoté­riques, ces bandes n’en sont pas moins diable­ment effi­caces. Utili­sées à bon escient, Earth permet de redon­ner du poids dans le grave sans effets secon­daires néfastes tandis que Air apporte une clarté assez jouis­sive sans une once d’agres­si­vité. Je ne sais honnê­te­ment pas ce qui se cache derrière, et à vrai dire je m’en fiche un peu parce que ça sonne !

Restons aux extré­mi­tés du spectre avec les filtres passe-haut et passe-bas. Ici, nous avons droit à des réglages pour le facteur Q (de 0.35 à 4) et la fréquence de coupure (de 5 Hz à 10 kHz pour le HPF et de 20 Hz à 30 kHz pour le LPF). Au niveau des pentes, nous avons le choix entre −6 et −12 dB par octave, ce qui est rela­ti­ve­ment peu par rapport à la concur­rence. Cepen­dant, l’édi­teur affirme que le choix sera plus étoffé à la faveur d’une mise à jour future. Rien à signa­ler ici, ça fait le job propre­ment et c’est tout ce que l’on demande fina­le­ment.

Si vous avez bien compté, il nous reste 5 bandes à trai­ter, et celles-ci sont vrai­ment très parti­cu­lières. Tout d’abord, elles peuvent toutes être confi­gu­rées en filtre en cloche (Bell) ou en une sorte de filtre en cloche plus resserré (« Steep Bell ») qui sera idéal pour anni­hi­ler des para­sites de façon ultra ciblée. D’autre part, deux de ces bandes offrent en sus une confi­gu­ra­tion en filtre de type plateau. Chacune des bandes peut se bala­der entre 10 Hz et 30 kHz avec +/- 18 dB de gain et un Q navi­guant entre 0.10 et 7. Avec ça, il y a déjà de quoi faire, mais rien de vrai­ment trans­cen­dant par rapport à la concur­rence. Sauf que l’Ai­rEQ ne s’en tient pas là… 

Eiosis AirEQ Premium

En effet, ces 5 bandes voient leur compor­te­ment modi­fié par le fader « Charac­ter » qui permet de se bala­der de façon conti­nue entre les réglages « Water » et « Fire » en passant par « Neutral ». Mais qu’est-ce donc encore que cette tisane, me deman­de­rez-vous ? Pour « Neutral », l’ex­pli­ca­tion est évidem­ment toute simple puisqu’alors le compor­te­ment des bandes est semblable aux filtres ordi­naires. Pour « Water » et « Fire », c’est assez diffi­cile à expri­mer… Disons qu’avec son sommet plat, « Water » agit comme une sorte de levier fréquen­tiel afin de trou­ver une balance idéale et trans­pa­rente sur la largeur de bande choi­sie, alors que la rondeur exacer­bée de « Fire » propose une action plus ciblée sur la fréquence centrale sans provoquer de réso­nance désa­gréable. Si le concept est diffi­ci­le­ment compré­hen­sible par écrit, il n’en reste pas moins qu’à l’usage, ce réglage « Charac­ter » est diable­ment effi­cace. L’ef­fet sur le son est bien réel et surtout de toute beauté. 

Autre réglage inha­bi­tuel pour un égali­seur, le fader « Strength ». Ce dernier permet d’at­té­nuer ou d’ac­cen­tuer l’im­pact sonore global d’Ai­rEQ, ce qui est plutôt bien vu, car il est fort agréable de pouvoir « doser » une égali­sa­tion après avoir déjà trouvé une balance conve­nable pour le signal traité sans avoir à tout reprendre du début. Cela peut égale­ment servir à exagé­rer l’éga­li­sa­tion lorsque l’on travaille les fréquences pour mieux entendre ce que l’on fait, pour reve­nir ensuite à un équi­libre plus raison­nable.

Comme si tout cela ne suffi­sait pas déjà, il se trouve qu’Ai­rEQ permet de person­na­li­ser le compor­te­ment de chaque bande indé­pen­dam­ment les unes des autres. Par un clic droit sur le switch d’ac­ti­va­tion de l’une des bandes, il est possible de choi­sir si celle-ci est influen­cée ou non par le réglage « Strength », si elle adopte le « Charac­ter » global ou si elle a un « Charac­ter » indé­pen­dant, et enfin si elle agit sur le signal stéréo, ou droit, ou gauche (en mode LR), ou mid, ou side (en mode MS) ! Une telle souplesse ouvre des pers­pec­tives sonores assez démen­tielles, et ce, sans nuire à l’er­go­no­mie de l’en­semble. Imagi­nez donc, vous pouvez par exemple boos­ter la bande « Air » sur la compo­sante laté­rale du signal tout en égali­sant les médiums sur la tota­lité de la stéréo ou en ampli­fiant le grave unique­ment au centre. Et si vous y êtes allé un peu fort sur la majo­rité des bandes mais que vous êtes content de votre coupe-bas, vous bais­sez le « Strength » en pensant bien à exclure le coupe-bas et hop ! le tour est joué. Simple et sans bavure. Chapeau bas monsieur Gabriel ! 

En parlant d’er­go­no­mie, AirEQ, comme beau­coup d’autres égali­seurs, propose l’écoute d’une bande en solo via la combi­nai­son shift+­click sur le potard de réglage de la fréquence. Mais Eiosis va beau­coup plus loin que ça en offrant quelques raffi­ne­ments. Tout d’abord, il y a deux modes de fonc­tion­ne­ment : le « Band Solo » clas­sique qui ne laisse écou­ter que la bande en ques­tion et coupe tout le reste, et le « Frequency Finder » qui booste la fréquence de la bande de travail tout en lais­sant le reste du signal intact. Si le premier mode est pratique pour partir à la chasse des fréquences para­sites, le second est, quant à lui, hyper effi­cace pour cher­cher des zones fréquen­tielles telles que l’at­taque ou le corps d’un instru­ment, car l’écoute reste dans le contexte du signal égalisé. Et comme chez l’édi­teur greno­blois le souci du détail semble être une constante, il est possible de choi­sir de combien de déci­bels la bande sera ampli­fiée lors de cette écoute (3, 6 ou 12 dB) ainsi que la largeur de bande (soit le réglage actuel de la bande, soit le Q maxi­mum).

Eiosis AirEQ Premium

Prenons main­te­nant un instant pour parler du compor­te­ment sonore de cet égali­seur. AirEQ peut être rela­ti­ve­ment désta­bi­li­sant au premier abord, car il est très « sensible ». J’en­tends par là qu’une ampli­fi­ca­tion d’un simple petit déci­bel sur une bande de fréquences peut faire une diffé­rence énorme, contrai­re­ment à certains plug-ins où il faut y aller à coup de 6 dB pour entendre quelque chose. Au niveau sensa­tion, cela m’a rappelé l’écart quali­ta­tif que l’on peut perce­voir entre l’éga­li­sa­tion d’une belle console de Live style Midas et une console d’en­trée de gamme. Pour AirEQ, cette sensi­bi­lité s’ex­plique par le rapport étroit entre­tenu par les para­mètres de gain, de Q, et de « Charac­ter ». En effet, tout ce beau monde travaille de concert afin qu’un chan­ge­ment de Q et/ou de « Charac­ter » n’af­fecte pas la sensa­tion de volume sonore perçu. Et c’est plutôt bien vu, car cela faci­lite gran­de­ment les réglages pour des correc­tions fréquen­tielles ciblées. De fait, mieux vaut consi­dé­rer les poten­tio­mètres de gain comme des réglages de « loud­ness » plutôt que de simples réglages de gain clas­siques. 

Nous avons presque fini le tour du proprié­taire en ce qui concerne les possi­bi­li­tés d’éga­li­sa­tion en soi. Je ne vous ai pas encore parlé des poten­tio­mètres pour les gains d’en­trée et de sortie, ni du switch d’in­ver­sion de phase ou du bouton de bypass, mais il n’y a pas vrai­ment de quoi faire un roman là-dessus, ça fait le job et c’est tout ce que l’on demande. En revanche, je pour­rai vous parler du grand absent : la compen­sa­tion auto­ma­tique du gain. Bien que cette fonc­tion ne soit pas (encore) géné­ra­li­sée, elle est tout de même de plus en plus répan­due et telle­ment pratique que l’on s’étonne de ne pas la trou­ver ici. D’au­tant qu’à l’usage, AirEQ est le genre d’éga­li­seur qui pousse natu­rel­le­ment à une approche addi­tive de l’éga­li­sa­tion plutôt qu’à une approche sous­trac­tive, ce qui a une fâcheuse tendance à trom­per l’oreille si l’on n’y prend garde. Heureu­se­ment, le plug-in propose tout de même un garde-fou que nous allons voir dans le prochain chapitre. D’autre part, Fabrice Gabriel m’a assuré qu’il travaillait à l’im­plé­men­ta­tion d’une telle fonc­tion.

Bien, j’es­père que vous n’êtes pas trop essouf­flé, car il y a encore pas mal de choses à dire sur cet EQ qui s’avère déci­dé­ment extrê­me­ment dense au niveau des fonc­tion­na­li­tés. En effet, je n’ai pas encore évoqué les retours visuels propo­sés, et de ce côté-là non plus, AirEQ n’est vrai­ment pas en reste… 

Eyes wide shut

Au-dessus de son habillage en métal brossé, AirEQ dispose de plusieurs aides visuelles aussi agréables à l’œil qu’ef­fi­caces. Il y a tout d’abord les indi­ca­teurs de niveaux d’en­trée et de sortie. Pour la sortie, nous avons droit aux niveaux crête et RMS avec choix de l’échelle (dBFS, K-12, K-14 ou K-20). Pour l’en­trée, il y a bien sûr le niveau crête, mais il est aussi possible d’af­fi­cher la diffé­rence RMS entre l’en­trée et la sortie du plug-in. Cette fonc­tion est le fameux garde-fou dont je vous parlais à l’oc­ca­sion de l’ab­sence d’une fonc­tion de compen­sa­tion auto­ma­tique du gain. En effet, grâce à elle, il est très facile de compen­ser manuel­le­ment les fluc­tua­tions de niveau engen­drées par l’éga­li­sa­tion via les poten­tio­mètres de gain d’en­trée ou de sortie.

Entre ces indi­ca­teurs de niveaux se trouve une zone d’af­fi­chage à usages multiples. Il y a tout d’abord la repré­sen­ta­tion graphique de chaque bande et la courbe d’éga­li­sa­tion globale. Bien que l’aide visuelle procu­rée soit indé­niable, il y a tout de même deux défauts à signa­ler ici. 

Premiè­re­ment, contrai­re­ment à ce que l’on trouve un peu partout, il est impos­sible de régler les bandes en les « attra­pant » direc­te­ment via ces repré­sen­ta­tions graphiques. Person­nel­le­ment, cela ne me gène abso­lu­ment pas, car je n’ai jamais été fan de cette façon de faire. Toute­fois, ce système d’in­ter­ac­tion avec le graphique est bien souvent plébis­cité par les utili­sa­teurs et il m’ap­pa­rait impor­tant de signa­ler que pour l’ins­tant cela n’est pas possible avec ce plug-in. Oui, vous avez bien lu, j’ai écrit « pour l’ins­tant », car l’édi­teur pense inté­grer cette fonc­tion­na­lité dans un futur proche.

Le deuxième petit accroc vient du fait qu’il est impos­sible de savoir sur quelle bande du graphique on travaille tant que l’on n’a pas mani­pulé l’un des para­mètres. Mais encore une fois, Eiosis est au courant de ce fait et semble travailler à une solu­tion.

Cette zone d’af­fi­chage offre égale­ment un analy­seur de spectre en temps réel du plus bel effet qui permet de visua­li­ser au choix l’en­trée, l’en­trée x l’éga­li­sa­tion ou la sortie. 

La bonne idée derrière ces retours visuels, c’est qu’ils sont tous esca­mo­tables un à un. Et il est même possible de masquer entiè­re­ment cette zone supé­rieure pour ne plus avoir que la partie utile de l’éga­li­seur à propre­ment parler, ce qui privi­lé­gie le travail « à l’an­cienne » en se fiant à nos petites oreilles plutôt qu’à nos yeux, ce qui n’est vrai­ment pas plus mal si vous voulez mon avis. D’au­tant que si malgré tout, vous souhai­tez jeter un coup d’œil fugace à votre courbe d’éga­li­sa­tion, un simple Command+­Click sur la partie « métal­lique » de l’in­ter­face graphique la fera réap­pa­raître tant que le click sera main­tenu. C’est simple et effi­cace, bravo.

Il me reste­rait encore beau­coup à dire mais cet article ferait alors plus de quatre fois la taille d’un article normal. Je vais essayer de me limi­ter à un petit « x3 » et pour ce faire, il va me falloir faire l’im­passe sur les fonc­tions Undo/Redo, le compa­ra­teur A/B, l’af­fi­chage des fréquences en rela­tion avec les notes (avec choix de la fréquence réfé­rence pour le La, s’il vous plaît !), l’af­fi­chage du Q en valeur octave, l’op­tion de varia­tion du potard de gain en continu ou par pas (avec choix de la taille des pas), etc. En revanche, il faut abso­lu­ment que je vous parle des présets !

Eiosis AirEQ Premium

Pour bien comprendre ces présets, il faut savoir qu’Ai­rEQ permet d’at­tri­buer le nom de votre choix à chacune des bandes. Cela peut paraître bête et pour­tant c’est quelque chose de diable­ment utile. Premiè­re­ment parce que cela permet de nommer une bande suivant l’usage que vous en avez eu sur telle ou telle piste de tel ou tel projet, ce qui vous faci­li­tera la vie si vous devez un jour y remettre le nez dedans. Et deuxiè­me­ment, cela prend tout son sens lorsqu’on charge un préset… Prenons par exemple le préset « Kick Drum » dans la caté­go­rie « Drum » et char­geons-le sur une piste de grosse caisse. Que se passe-t-il alors ? Eh bien abso­lu­ment rien, et c’est toute la beauté de la chose ! En effet, les présets n’ap­pliquent par défaut aucun boost ou cut. Par contre, le nom, la fréquence, le Q et le « Charac­ter » des bandes changent. Par exemple, pour notre Kick, il y a les bandes « LoClean », « Sub », « Bass », « Impact », « Attack », « Click » et « HiClean », ce qui est plus que parlant, et c’est à l’uti­li­sa­teur de doser le gain et d’af­fi­ner les réglages en fonc­tion de la matière sonore qu’il travaille. Ce système est simple, éduca­tif et telle­ment effi­cace que c’est bien la première fois de ma vie que je conseille d’uti­li­ser des présets pour un égali­seur ! 

 Voilà, je pense que nous avons enfin fait le tour de l’es­sen­tiel. Mais avant de passer aux exemples sonores, lais­sez-moi vous comp­ter les mésa­ven­tures de votre servi­teur en terri­toire iLok… 

iLok Story

J’ai eu ma première clé iLok il y a quelques années de cela. Contrai­re­ment à la plupart des histoires d’amour, celle-ci ne commence pas vrai­ment bien. En effet, lors d’une pres­ta­tion « Live », un malan­drin passa­ble­ment aviné s’est malen­con­treu­se­ment appro­ché d’un peu trop près de mon laptop. Face à cette masse de viande saoule, la clé iLok ne put bien évidem­ment pas résis­ter long­temps et se brisa dans un fracas toni­truant, empor­tant au passage le port USB sur lequel elle était bran­chée… Résul­tat des courses, ce soir-là, j’ai dû faire le deuil d’une dizaine de licences de plug-ins, sans parler du port USB mort au combat. Je m’étais alors juré que l’on ne m’y repren­drait plus…

Pour­tant, lorsque la rédac­tion d’Au­dio­fan­zine me contacta il y a un mois de cela pour me propo­ser de faire les tests de l’Ai­rEQ et du Virtual Mix Rack, je ne pus m’em­pê­cher de succom­ber une fois encore à la tenta­tion tant les nouveaux joujoux signés par Fabrice Gabriel m’in­tri­guaient. Cette seconde noce avec l’iLok allait-elle être plus heureuse que la précé­dente ? Eh bien, je dois avouer que ce fut le cas. Les premiers jours tout du moins… Car après une semaine d’uti­li­sa­tion sans la moindre anicroche, le logi­ciel « iLok License Mana­ger » a décidé de ne tout simple­ment plus recon­naître ma clé, alors même que celle-ci était parfai­te­ment iden­ti­fiée par le système de ma bécane. J’ai tout essayé, redé­mar­rage, réins­tal­la­tion propre du logi­ciel, chan­ge­ment de port USB… sans succès. J’ai donc contacté le support iLok pour expliquer mon cas en espé­rant obte­nir une solu­tion rapide et effi­cace. Puis, plutôt que de rumi­ner dans mon coin et de perdre une jour­née de boulot, j’ai composé et enre­gis­tré un morceau qui se trouve être le dernier exemple audio que vous trou­ve­rez ci-après. Comme quoi, à toute chose malheur est bon ! Entre­temps, le support m’avait envoyé un email m’enjoi­gnant d’es­sayer telle ou telle mani­pu­la­tion afin de remé­dier à mon problème. Au passage, chapeau pour la réac­ti­vité ! Bref, le lende­main matin, avant de tenter les manœuvres de sauve­tage préco­ni­sées, j’ai tout de même rées­sayé de connec­ter la clé sans le moindre arti­fice par acquis de conscience. Et là, contre toute attente, plus aucun problème ! Malgré la joie ressen­tie à ce moment-là, je ne pus m’em­pê­cher de ressen­tir une certaine angois­se… En effet, abso­lu­ment rien n’avait changé en appa­rence depuis la veille et pour­tant tout était rede­venu normal. D’où ce ques­tion­ne­ment légi­time prove­nant du plus profond de mes entrailles : « What the fudge !? ». Ainsi, tout en pour­sui­vant le test des plug-ins, je n’ai eu de cesse de cher­cher à repro­duire l’in­ci­dent afin de ne plus jamais avoir à le subir à l’im­pro­viste. Et je me suis fina­le­ment rendu compte que l’iLok ne suppor­tait pas d’être connec­tée après mon clavier maître… C’est moche la jalou­sie ! Enfin, tout va pour le mieux depuis plus de deux semaines main­te­nant. Ce qui m’amène à rêver que, certes, les plus belles histoires d’amour commencent bien et finissent mal, mais peut-être que la plus belle histoire d’amour commence mal et ne finit jamais.

« Pff… Que de poésie dégou­li­nante !

– M’en parle pas… Qu’est-ce que c’est long ! Et t’as compris où il voulait en venir toi ?

– Euh… Pas vrai­ment. Perso, j’at­tends juste qu’il nous file les exemples audio et puis je filoche parce que je suis garé en double file là… » 

OK, pour les deux du fond qui sont pres­sés, je vais conclure en essayant de ne pas trop en faire. L’in­ci­dent étant survenu lors du test, il m’ap­pa­rais­sait impor­tant de le signa­ler ici. D’au­tant que je suis sûr qu’une grande partie des AFiens se pose beau­coup de ques­tions quant à l’iLok. Ces mésa­ven­tures montrent que ce système a des incon­vé­nients, comme tous les systèmes d’ailleurs. Et je pense que c’est mon rôle d’en parler, même si les problèmes cités ne sont aucu­ne­ment liés au plug-in en soi. L’iLok, ça bouffe un port USB, c’est fragile, et ce n’est pas à l’abri d’un plan­tage.

Ceci étant, il faut rendre à César ce qui est a César et parler égale­ment des avan­tages que ce système procure. Premiè­re­ment, à ce jour l’iLok n’est pas cracké d’après ce que j’en sais. D’autre part, il permet de pouvoir se bala­der avec la clé un peu partout et d’ainsi utili­ser les plug-ins auto­ri­sés sur n’im­porte quel ordi­na­teur. C’est un avan­tage incon­tes­table pour ceux qui sont amenés à vire­vol­ter de studio en studio. Enfin, comme le souli­gnait à juste titre Fabrice Gabriel lors de notre entre­tien, il se trouve que les plug-ins utili­sant l’iLok ont une valeur sur le marché de l’oc­ca­sion autre­ment plus élevée que la majo­rité des autres plug-ins.

Vous en savez certai­ne­ment assez main­te­nant pour peser le pour et le contre et vous forgez votre propre avis sur la ques­tion en toute connais­sance de cause. Sur ce, retour­nons main­te­nant à nos moutons avec une session d’écoute consa­crée aux joyeu­se­tés sonores que propose AirEQ ! 

Pump up the volume

Commençons par une suite d’ac­cords basiques réali­sée à la va-vite avec un patch de son d’orgue pour Kontakt.

01 Organ dry
00:0000:19
  • 01 Organ dry 00:19
  • 02 Organ Attack Neutral 00:19
  • 03 Organ Attack Fire 00:19
  • 04 Organ Attack Water 00:19
  • 05 Organ Body Neutral 00:19
  • 06 Organ Body Fire 00:19
  • 07 Organ Body Water 00:19
  • 08 Organ Q 00:19
  • 09 Organ wet 00:19
Eiosis AirEQ Premium

Le premier sample est le son brut. Avec les trois suivants, j’ai essayé de renfor­cer l’at­taque des notes au moyen d’un filtre en cloche. Le gain et le facteur Q sont les mêmes pour les trois exemples, seul le para­mètre « Charac­ter » change et passe d’un réglage « Neutral » à « Fire », puis « Water ». En posi­tion neutre, le résul­tat sonne fami­lier, mais nous pouvons cepen­dant remarquer un excellent respect des tran­si­toires. « Water » ne semble pas forcé­ment adapté à l’usage recher­ché. En revanche, la posi­tion « Fire » prend ici tout son sens. Le résul­tat est précis, musi­cal et trans­pa­rent, car exempt de réso­nance désa­gréable.

Refai­sons main­te­nant la même expé­rience, mais cette fois-ci en cher­chant le corps de l’ins­tru­ment. Le meilleur résul­tat semble ici être le réglage « Water ». En effet, ce dernier apporte un bel équi­libre et une rondeur dépour­vue d’agres­si­vité.

Le huitième exemple, quant à lui, illustre parfai­te­ment la symbiose entre le gain et le Q. Ici, j’ai auto­ma­tisé le facteur Q pour qu’il évolue de 0.10 à 7 sur un filtre en cloche en posi­tion « Water ». Remarquez qu’il n’y a aucun chan­ge­ment du volume perçu ! À l’usage, ce compor­te­ment est diable­ment pratique pour cibler avec préci­sion la zone du spectre que l’on cherche à retra­vailler.

Enfin, le neuvième sample propose une égali­sa­tion « idéale » selon moi pour insé­rer cet orgue dans le mix du morceau dont il est issu. Le but était de redon­ner du corps au son, ainsi que de ravi­ver la ligne de basse qui était bien pâli­chonne, tout en calmant les aigus et le haut-médium sans pour autant nuire à l’at­taque. Le résul­tat parle de lui-même, non ? 

Après ça, je me suis attaqué à un cas vrai­ment diffi­cile, à savoir une prise de guitare acous­tique réali­sée dans de piètres condi­tions. À l’ori­gine, cet enre­gis­tre­ment n’était qu’une prise témoin, voyons si nous pouvons tout de même en tirer quelque chose…

10 Gtr Acc dry
00:0000:43
  • 10 Gtr Acc dry 00:43
  • 11 Gtr Acc wet 00:43
Eiosis AirEQ Premium

La possi­bi­lité de régler le para­mètre « Charac­ter » de façon indé­pen­dante pour chacune des bandes a ici été déci­sive. En effet, il a été possible de calmer le bas-médium baveux via une bande en « Water », tout en rédui­sant la réso­nance plus que désa­gréable sur les attaques dans cette même zone de fréquences avec une autre bande en « Fire », et ce, sans trop déna­tu­rer l’ins­tru­ment. D’autre part, j’ai pu mettre en avant le « strum­ming » sans être agres­sif via une bande dans le haut-médium réglée à mi-chemin entre les posi­tions « Neutral » et « Water ». Le résul­tat global n’est bien entendu pas trans­cen­dant, mais il permet­tra de caler cette guitare acous­tique en fond de mix tout en lui garan­tis­sant une présence ryth­mique grâce au « strum­ming », ce qui est pour le moins ines­péré vu la qualité de la prise de départ !

Passons main­te­nant à une grosse caisse. 

12 Kick dry
00:0000:22
  • 12 Kick dry 00:22
  • 13 Kick wet 00:22

Le son d’ori­gine est loin d’être idéal. Cepen­dant, grâce à l’Ai­rEQ, j’ai pu consta­ter qu’il renfer­mait tout ce dont j’avais besoin. Ainsi, j’ai pu nettoyer le grave avec un léger coupe-bas tout en accen­tuant la portion utile avec un filtre « Water ». Un coup de « Fire » pour mettre en avant l’im­pact, un « Water » pour dimi­nuer le « click », un autre « Fire » pour domp­ter l’at­taque et le tour était joué. J’ai tout de même utilisé la bande « Air » afin de ne pas trop étouf­fer le son. Bref, le résul­tat est plus que probant, il me semble. Notez que pour réali­ser cet exemple, je suis parti de l’un des présets four­nis, ce qui m’a gran­de­ment faci­lité la tâche.

Penchons-nous à présent sur le mixage d’une batte­rie dans son ensemble.

14 Drums dry
00:0000:27
  • 14 Drums dry 00:27
  • 15 Drums wet 00:27

Le but ici était de donner à cette ryth­mique un peu plus de punch sans nuire à la sensa­tion d’es­pace. Et pour le coup, j’avoue que le résul­tat va au-delà de mes espé­rances. La caisse claire n’a plus trop de réso­nances désa­gréables tout en étant plus pêchue ; le bas est solide sans paraître étouffé ; et la bande « Air » accen­tue même la largeur de l’en­semble, que demande le peuple ?

Pour finir, je n’ai pu résis­ter à l’en­vie de vous présen­ter ce plug-in dans le contexte d’un mix.

16 What­soe­ver EQless
00:0002:20
  • 16 What­soe­ver EQless 02:20
  • 17 What­soe­ver AirEQ 02:20
Eiosis AirEQ Premium

Le premier extrait n’est qu’une mise à plat rapide avec tout de même un poil de réver­bé­ra­tion et une légère compres­sion sur la voix pour qu’elle ne soit pas trop noyée par le reste. Le second reprend exac­te­ment la même mise à plat avec une instance d’Ai­rEQ sur chacune des pistes. Et puis c’est tout ! Pas de compres­sion par piste, pas d’au­to­ma­tion des volumes, etc. Il y a juste un limi­teur en sortie qui rabote une ou deux crêtes par-ci par-là histoire d’ob­te­nir un niveau d’écoute global conve­nable, mais c’est égale­ment le cas et dans les mêmes propor­tions pour l’ex­trait sans égali­sa­tion. Avouez que le résul­tat est sympa­thique. On gagne en largeur, en profon­deur, en défi­ni­tion, en punch, ainsi qu’en clarté. Bref, il ne manque vrai­ment pas grand-chose pour arri­ver au résul­tat final, une petite session de gestion de la dyna­mique, un léger affi­ne­ment des réver­bé­ra­tions, puis une passe d’au­to­ma­tion et l’af­faire sera dans le sac. Bien sûr, je ne prétends pas que je ne serais pas arrivé à un résul­tat satis­fai­sant avec d’autres égali­seurs. En revanche, je peux affir­mer que le travail avec AirEQ sur ce titre a été diable­ment facile et rapide, et ça, c’est quelque chose de primor­dial à mon sens.

The Fresh Prince

N’en déplaise aux ayatol­lahs du « tous les plug-ins d’éga­li­sa­tion sonnent pareils », AirEQ est bel et bien diffé­rent. Et ce, sans user d’un quel­conque arti­fice puisqu’il n’y a ici aucune trace de géné­ra­tion de distor­sion harmo­nique. Ainsi, plutôt que de maquiller votre signal comme un camion volé, Eiosis vous propose plus simple­ment avec AirEQ de révé­ler la beauté natu­relle que renferment vos enre­gis­tre­ments. Avec sa souplesse d’uti­li­sa­tion, sa trans­pa­rence, ses courbes hors-normes à l’ef­fi­ca­cité redou­table, ses présets bien sentis et sa faible consom­ma­tion CPU, cet égali­seur est un outil de choix tant en condi­tion de mixage qu’en situa­tion de maste­ring. Certes, il n’est pas exempt de défauts. Cepen­dant, la plupart d’entre eux devraient être réso­lus à l’oc­ca­sion de mises à jour futures que j’at­ten­drai avec impa­tience. Pour le reste, AirEQ a telle­ment su me séduire que je lui décerne sans sour­ciller un Award « Valeur Sûre ».

Inter­view

Comme je vous le disais en début d’ar­ticle, Fabrice Gabriel a eu la gentillesse de bien vouloir m’ac­cor­der un entre­tien télé­pho­nique de plus de deux heures afin de parler de ces dernières réali­sa­tions (AirEQ et VMR). En voici quelques extraits que nous publions avec son aimable auto­ri­sa­tion. Veuillez m’ex­cu­ser pour la qualité audio médiocre de ces enre­gis­tre­ments. Pour ma défense, au moment de l’en­re­gis­tre­ment, l’idée de vous en présen­ter quelques morceaux choi­sis ne m’avait pas encore effleuré l’es­prit…

01Par­cours Fabrice
00:0011:13
  • 01Par­cours Fabrice 11:13
  • 02Ge­nese Eiosis AirEQ 09:59
  • 03Ai­rEQ 40:33
  • 04Ai­rEQ Futur 11:27
  • 05Con­trô­leur 04:16
  • 06iLok 09:35

Voilà, c’est tout pour aujour­d’hui. Vous aurez droit à la suite de cet entre­tien à l’oc­ca­sion du test du Virtual Mix Rack de Slate Digi­tal.

  • Eiosis AirEQ Premium
  • Eiosis AirEQ Premium
  • Eiosis AirEQ Premium
  • Eiosis AirEQ Premium
  • Eiosis AirEQ Premium
  • Eiosis AirEQ Premium
  • Eiosis AirEQ Premium
  • Eiosis AirEQ Premium
  • Eiosis AirEQ Premium
  • Eiosis AirEQ Premium

 

9/10
Award Valeur sûre 2015
Points forts
  • Faible conso CPU
  • Pas de latence
  • Ergonomie
  • Souplesse d’affichage
  • Son transparent
  • Respect des transitoires
  • Bandes Air et Earth, Character Fire et Water
  • Paramètre Strength
  • Personnalisation des bandes
  • Fonctions Band Solo et Frequency Finder
  • Presets
  • Lien étroit entre gain, Q et Character
  • Polyvalence
  • Privilégie le travail à l’oreille
  • iLok, mais…
Points faibles
  • iLok (?!)
  • Gros installeur
  • Quelques fonctions absentes en attendant des mises à jour
  • Privilégie l’approche additive

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.