LiveAujourd'hui à 12h30, on étudie les différentes offres de la Komplete 14 et on tire des conclusions
Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
test
134 réactions
Le facteur X
8/10
Partager cet article

Après une annonce en septembre dernier et un évènement organisé dans les fabuleux studios londoniens AIR, couvert en vidéo par votre serviteur, il est temps pour Audiofanzine de faire un test en bonne et due forme des dernières Apollo X. Si toi aussi tu aimes les hexacœurs et les mesures, c’est par ici que ça se passe.

Test de l'interface Universal Audio Apollo x8p : Le facteur X

À première vue, les nouvelles Apollo X restent très proches des anciennes, avec une fini­tion légè­re­ment diffé­rente, plus claire, mais les mêmes potards et boutons et les mêmes VU-mètres. C’est donc à l’in­té­rieur que la diffé­rence se fait, avec sans surprise l’ap­pa­ri­tion d’une connec­ti­vité Thun­der­bolt 3 (rétro­com­pa­tible TB 1 et 2), la carte d’ex­ten­sion exis­tant déjà sur les Apollo 8 « tout court », et surtout le passage à l’hexa­cœur de série en lieu et place des Quad Core de la géné­ra­tion précé­dente. Sur le papier, nous avons donc un gain de +50 % sur les DSP, ce qui n’est pas rien. Bien sûr, les plus grin­cheux d’entre nous diront qu’en 3 ans, c’est la moindre des choses, mais si on regarde du côté des ordi­na­teurs, notam­ment les MacBook Pro, le passage à l’hexa­cœur est rela­ti­ve­ment récent, et entre un ordi­na­teur portable et pommé de 2018 et un de 2012 (les deux dernières bécanes de votre servi­teur), les diffé­rences ne sont pas énormes non plus et seule une panne subite et irré­pa­rable a pu justi­fier le rempla­ce­ment.

Le passage à l’hexa­cœur est donc une bonne nouvelle, notam­ment parce que l’UAD-2 se fait de plus en plus débor­der par certains plug-ins n’hé­si­tant pas à occu­per jusqu’à un cœur entier. À noter en passant que les versions Quad dispa­raissent du cata­logue et que tous les nouveaux modèles intègrent ainsi 6 cœurs. On retrouve 4 confi­gu­ra­tions, avec 2, 4 ou 8 préam­plis micro ou que des entrées lignes (de 2 000 à 3 500 €).

Universal Audio Apollo x8p : apollo x8p carousel 3 @2x 1

Le modèle en notre posses­sion est la x8p, dotée de 16 entrées et 22 sorties, dont 8 entrées micro/ligne en XLR/TRS, 8 entrées/sorties ligne supplé­men­taires sur connec­teur DB25, 2 entrées instru­ments en façade, de l’ADAT (8 canaux à 96 kHz TOSLINK), du Word Clock en BNC, 2 sorties casques indé­pen­dantes, deux sorties Moni­tor en jacks TRS et enfin deux connec­teurs Thun­der­bolt 3. Si votre ordi­na­teur ne dispose que de connec­teurs Thun­der­bolt 1 ou 2, il faudra penser à ache­ter l’adap­ta­teur adéquat (55 € chez Apple !).

7.1 fameux trois-mâts, fin comme un oiseau

Parce que les deux inter­faces possèdent énor­mé­ment de choses en commun, n’hé­si­tez pas à lire ou relire le test de l’Apollo 8 de 2015 dispo­nible ici, nous ne revien­drons pas dessus dans ce test.

Côté nouveau­tés, on voit débarquer la gestion du multi­ca­nal en moni­to­ring (jusqu’au 7.1), une option Headroom +20/+24 dBu pour inté­grer l’in­ter­face avec les consoles de mixage pro et surtout, à l’ins­tar de l’Apollo Twin MKII, un micro Talk­back situé sur le rack (c’est un petit trou au-dessus du logo rétroé­clairé UA) avec sa tranche asso­ciée dans la console virtuelle. L’in­té­gra­tion est réus­sie, on peut régler les envois (Aux et Cue), mettre des inserts, envoyer le signal vers une sortie physique spéci­fique et acti­ver le tout avec un simple bouton « Talk ». Il ne reste plus qu’à pouvoir mettre des trai­te­ments en insert sur le master, et la console virtuelle sera complète. En atten­dant, nous passons par les AUX et les CUE pour palier ce manque, ces premiers auto­ri­sant les plug-ins en insert.

Universal Audio Apollo x8p : apollo x8p carousel 2 @2x 1

On notera que l’Apollo x8 est direc­te­ment compa­tible Mac et Windows, ce qui est une très bonne chose, car ce n’était pas le cas en 2015 lors de la sortie de l’Apollo 8. En revanche, il faudra toujours possé­der un port Thun­der­bolt pour profi­ter de la bête, ce qui reste toujours un peu dommage quand certains concur­rents proposent aussi de l’USB.

On passe main­te­nant aux perfor­mances audio, afin de véri­fier qu’elles sont toujours aussi bonnes.

Bench­mark

Nous avons réglé la mémoire tampon au mini­mum (32 échan­tillons) afin d’ob­te­nir la meilleure latence : 1,63 ms en entrée et 0,54 ms en sortie (en 96 kHz). C’est équi­valent au précé­dent modèle, ce qui est excellent et fina­le­ment guère surpre­nant.

Afin de tester l’in­ter­face, nous avons fait des bench­marks avec notre APx515 d’Au­dio Preci­sion, et nous allons pouvoir compa­rer les résul­tats à ceux obte­nus avec les inter­faces précé­dem­ment testées.

Voici les résul­tats avec les niveaux lignes, à 96 kHz :

deviation ligne

THD ligne

Avec une dévia­tion de ±0,097 dB, le résul­tat est curieu­se­ment légè­re­ment moins bon que sur les précé­dents modèles (mais équi­valent l’Apogee Ensemble qui a obtenu ±0,087 dB), mais il convient de remettre en pers­pec­tive ces données. On parle ici de quelques centièmes de dB sur l’en­semble du spectre, sachant que l’oreille humaine n’ar­rive à déce­ler, au mieux, que des paliers de mini­mum 1 dB. C’est pourquoi choi­sir une inter­face plutôt qu’une autre juste en se basant sur quelques dixièmes de dB nous semble absurde. Il existe d’autres para­mètres à prendre en compte, souvent plus impor­tants (nombre d’E/S, latence, routing, partie logi­cielle, effets inté­grés…), lors de l’achat. N’ou­blions pas non plus le blind test orga­nisé par Audio­fan­zine il y a quelques années entre une inter­face audio à 150 € et une autre à plusieurs milliers d’eu­ros. Seule­ment les deux tiers des parti­ci­pants avaient trouvé la bonne réponse, sans comp­ter le fait que chaque personne avait une chance sur deux de gagner. Avec un véri­table test ABX, le résul­tat aurait sûre­ment été tout autre… Nous avons la chance de dispo­ser d’un outil dont la préci­sion dépasse nos capa­ci­tés audi­tives, il convient main­te­nant de l’uti­li­ser à bon escient.

Concer­nant la distor­sion, on reste en dessous de 0,002 % voire 0,001 % sous la barre de 10 kHz. Ce résul­tat est excellent.

Voici les résul­tats au niveau micro, avec le gain réglé numé­rique­ment à 34 dB (sur 65 dB dispo­nibles).

deviation micro

THD micro

On constate que les résul­tats restent équi­va­lents au niveau ligne (dévia­tion de ±0,092 dB et THD sous 0,002 %), ce qui est une très bonne chose et prouve que les préam­plis sont complè­te­ment trans­pa­rents (et ce, au dixième de dB près, lol). Côté bruit de fond et avec ce réglage de gain, on obtient un rapport signal/bruit de 108 dB, ce qui est excellent. Les préam­plis restent très silen­cieux.

Petite nouveauté 2019 des bancs d’es­sai Audio­fan­zine, nous avons aussi testé la sortie casque et l’en­trée instru­ment haute impé­dance. Pour la première, la dévia­tion est presque iden­tique (même un peu meilleure avec ±0,081 dB) et la distor­sion toujours en-dessous de 0,002 %. Rien à redire. La puis­sance est aussi confor­table même avec des casques à haute impé­dance (10,09 mVrms) et le rapport signal/bruit avec le potard à fond reste à 99 dB, ce qui est aussi très bon. L’en­trée instru­ment reste dans la même veine que les autres entrées avec une dévia­tion de ±0,096 dB et une distor­sion sous la barre des 0,002 %. Solide.

Pour résu­mer les perfor­mances audio de l’Apollo x8, elles restent en accord avec ce que l’on est en droit d’at­tendre d’une inter­face de ce prix.

Conclu­sion

La dernière version des Apollo donne le change avec au premier plan le DSP qui passe à l’hexa­cœur sur toute la gamme pour un prix iden­tique (2 500 € pour la x8), soit un gain de +50 % en ressources pour empi­ler plus de plug-ins. On pourra toujours regret­ter l’ab­sence de véri­table révo­lu­tion chez UA comme on a pu connaitre lors du passage de l’UAD-1 à l’UAD-2 il y a… 10 ans main­te­nant. On devra se conten­ter d’une belle évolu­tion accom­pa­gnée de quelques petites choses bien sympa­thiques comme la gestion du multi­ca­nal pour le moni­to­ring, le micro Talk­back inté­gré (avec sa gestion sans accroc dans la console virtuelle) et le passage au Thun­der­bolt 3 (rétro­com­pa­tible). Le reste, on le connait et c’est toujours un plai­sir de retrou­ver de bonnes perfor­mances audio, une latence mini­male, une construc­tion exem­plaire et bien sûr des plug-ins compa­tibles, certes pas donnés, mais qui en font baver plus d’un.

  • Universal Audio Apollo x8p : apollo x8p carousel 1 @2x
  • Universal Audio Apollo x8p : apollo x8p carousel 3 @2x 1
  • Universal Audio Apollo x8p : apollo x8p carousel 2 @2x 1
  • deviation ligne
  • THD ligne
  • deviation micro
  • THD micro

 

8/10
Points forts
  • Tout ce qu’on aimait sur l’Apollo 8 (préamplis, convertisseurs, latence, Unison, plugs UAD…)
  • +50 % de ressources DSP avec l’hexacœur, et sur tous les modèles
  • Monitoring multicanal (7.1)
  • Micro Talkback intégré
  • Deux ports Thunderbolt 3
  • Rétrocompatible Thunderbolt 1 et 2
Points faibles
  • Thunderbolt only
  • Même avec 6 cœurs, on peut être limité
Auteur de l'article Red Led

Je suis rentré dans la musique par la rosace d'une guitare classique et depuis, j'essaie d'en sortir sans trop de conviction.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.