Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Presonus croque dans la pomme
7/10
Partager cet article

Les interfaces audio compatibles iOS sont à la mode, et PreSonus, dont les produits d’entrée de gamme commençaient à accuser de leur âge, se devait de sortir de nouveaux produits. C’est désormais chose faite avec les deux nouvelles AudioBox i Series, affublées respectivement de un et deux préamplis micro et compatibles avec les iBidules. C’est la plus petite et donc la plus abordable qui nous intéresse aujourd’hui : la AudioBox iOne.

You’re the iOne that iWant

Nous avons testé il y a peu de temps la Scar­lett Solo de Focus­rite, sœur jumelle de la iTrack Solo dont les spéci­fi­ca­tions ressemblent énor­mé­ment à celles de la iOne. Étant donné que la seule diffé­rence entre la iTrack Solo et la Scar­lett Solo que nous avons testée il y a peu est la compa­ti­bi­lité iOS (et la présence d’une entrée ligne), nous pour­rons direc­te­ment compa­rer la iOne de PreSo­nus avec la iTrack Solo de Focus­rite, les deux courant défi­ni­ti­ve­ment dans la même caté­go­rie, à savoir celles des inter­faces audio compa­tibles iOS, équi­pées d’un préam­pli micro, d’une entrée instru­ment et coûtant moins de 120 €.

PreSonus AudioBox iOne

Si la petite iOne nous a immé­dia­te­ment séduits d’un point de vue esthé­tique, avec sa robe en alumi­nium bleu et ses potards gris, on ne peut dire qu’elle soit d’une origi­na­lité sans borne. Elle ressemble à ce qu’on peut voir sur le marché de l’in­ter­face audio d’en­trée de gamme depuis des années, à savoir un format « tiers de rack », avec les entrées devant, et les sorties derrières, grosso modo.

Côté avant-gardisme, on repas­sera. Mais cela n’em­pêche pas la petite inter­face de présen­ter un look très réussi et une qualité de construc­tion certaine. Si l’alu­mi­nium se raye faci­le­ment, on peut comp­ter sur lui pour résis­ter aux chocs lors du trans­port. De plus, les potards cran­tés sont agréables à mani­pu­ler et offrent une résis­tance parfaite. On est large­ment au niveau des Scar­lett qui sont elles aussi de très jolies petites inter­faces, et on reste large­ment au-dessus de ce que faisait le construc­teur loui­sia­nais aupa­ra­vant. Les anciennes Audio­Box on prit un bon coup de vieux !

PreSonus AudioBox iOne

Concer­nant la connec­tique, on reste dans du très clas­sique : une entrée micro au format XLR, une instru­ment au format Jack, une sortie casque en Jack qui nous fait l’hon­neur d’être sur le devant (c’est toujours plus pratique) et enfin des sorties pour les enceintes qui ont le bon goût d’être au format Jack TRS et donc symé­trique. Rappe­lons que chez Focus­rite, c’est du RCA, et donc asymé­trique. Premier bon point pour PreSo­nus.

Vous aurez remarqué qu’il n’y a pas d’en­trée ligne, à l’ins­tar de la iTrack Solo (mais pas la Scar­lett Solo, allez savoir pourquoi), ce qui reste assez dommage pour les posses­seurs de synthés.

Les diffé­rents réglages de gain se font donc à l’aide des deux petits potards situés à l’avant, et les sorties enceintes et casque ont la bonne idée d’avoir des potards sépa­rés, c’est toujours plus pratique. On acti­vera l’ali­men­ta­tion fantôme via le bouton idoine, tandis que son cousin baptisé « Direct » s’oc­cu­pera d’ac­ti­ver le retour sans latence des entrées dans le casque et les enceintes. On aurait préféré avoir un potard de mix, tant pis, la Scar­lett n’a de toute façon pas proposé mieux.

Bundle et iOS

Le bundle n’est pas à négli­ger si vous êtes à la recherche d’une STAN (ou DAW, en anglais). En effet, la version Artist de Studio One 2 est incluse, et vu qu’elle coûte envi­ron 100 €, c’est plutôt une bonne surprise. Le gros défaut de cette version est son inca­pa­cité à ouvrir les plug-ins tiers au format VST/AU, mais elle vous permet­tra en revanche d’avoir un bon rabais sur les versions Produ­cer et Profes­sio­nal. Par exemple, passer à la version Produ­cer (qui elle, charge les plug-ins tiers) ne vous coûtera que 100 €. Preso­nus propose aussi une appli­ca­tion iOS, Capture, dispo­nible en version 2 pistes gratui­te­ment ou 32 pistes pour moins de 10 €. Le prin­ci­pal attrait de cette appli­ca­tion concerne les utili­sa­teurs de Studio One, qui pour­ront trans­fé­rer faci­le­ment leurs prises faites avec Capture vers une session Studio One, en WiFi.

À l’ar­rière, on retrouve deux ports USB, un pour bran­cher l’in­ter­face à un ordi­na­teur (Windows, Mac) et l’autre pour la bran­cher à un iMachin. Pour pouvoir utili­ser la iOne avec un iPad ou un iPhone, il faudra bran­cher la tablette ou le smart­phone sur l’in­ter­face, et cette dernière sur secteur via le char­geur de votre iPad par exemple (qui offre une prise USB clas­sique). Si vous dési­rez avoir une solu­tion tota­le­ment nomade, il faudra ache­ter une batte­rie externe ayant un port USB (comme chez Anker, par exemple) déli­vrant assez de jus pour l’in­ter­face. Même si nous n’avons pas essayé la chose, n’ayant pas de batte­rie externe à dispo­si­tion, cela devrait fonc­tion­ner si l’on en croit le construc­teur… Reste à voir l’au­to­no­mie du système, qui dépen­dra de la capa­cité de la batte­rie externe utili­sée.

Main­te­nant que nous avons fait le tour de la bête, bran­chons là.

Bench­mark

Avec la latence réglée au mini­mum (32 échan­tillons), nous avons obtenu 3,72 ms en entrée et 2,77 ms en sortie, comme d’ha­bi­tude en 44,1 kHz. C’est mieux que sa concur­rente directe chez Focus­rite qui est plus aux alen­tours de 5 ms. C’est un très bon résul­tat pour une inter­face située dans cette four­chette de prix.

Pour tester les perfor­mances audio de l’in­ter­face, nous l’avons bran­chée dans notre Preci­sion Audio APx515, voici les résul­tats que nous allons compa­rer avec d’autres modèles précé­dem­ment testés.

Réponse en fréquence ligne

Même s’il n’y a pas d’en­trée au niveau ligne, nous avons voulu faire des tests avec le gain réglé sur 0 dB (même niveau en entrée et sortie de l’in­ter­face). La dévia­tion obte­nue est de ±0,197 dB, ce qui reste un peu moins bon que la Scar­lett que nous avons testée il y a peu (±0,095 dB), mais reste très hono­rable pour une inter­face d’en­trée de gamme (d’ha­bi­tude, nous obte­nons des résul­tats proches des ±0,5 dB dans cette gamme de prix).

THD Ratio Ligne
PreSonus AudioBox iOne

La distor­sion est quant à elle un peu meilleure que sur la Scar­lett, oscil­lant entre 0,01 % et 0,02 % suivant la fréquence. On peut donc en déduire que les deux inter­faces se valent lorsque l’on ne pousse pas le préam­pli.

Lorsque nous avons dû pous­ser le préam­pli pour conti­nuer les tests, nous avons été confron­tés à une limite de 40 dB, ce qui est plus faible que la Scar­lett Solo (47 dB) et assez limite d’une manière géné­rale pour une inter­face audio, même d’en­trée de gamme. On aurait aimé avoir au moins 55 dB de gain, voir 60 dB comme sur l’UR22 de Stein­berg (certes un peu plus chère, mais possé­dant deux préam­plis). On se retrouve donc assez rapi­de­ment à pous­ser le potard de gain, car la course est en plus loin d’être linéaire.

Réponse en fréquence Mic

Il nous a été impos­sible de régler le gain sur 34 dB comme nous le faisons d’ha­bi­tude à cause du potard cranté trop peu précis, nous avons donc mis le gain à 37 dB, donc presque à bout de course. Le problème à ce niveau, c’est que la réponse en fréquence se creuse beau­coup dans le bas du spectre et la dévia­tion en pâtit forcé­ment (±0,847 dB), même si au-dessus de 100 Hz, cela reste très conve­nable. Atten­tion quand même si vous enre­gis­trez un instru­ment chargé dans le bas du spectre. Le rapport signal/bruit est de 83 dB, ce qui reste moins bon que la Scar­lett (87 dB). Si on pousse un préam­pli dans ses derniers retran­che­ments, ça souffle forcé­ment toujours un peu.

THD Ratio Mic

Avec le gain pratique­ment à fond, la distor­sion est évidem­ment bien trop présente (entre 0,5 et 1 %), le meilleur résul­tat que nous ayons obtenu étant avec le potard à 25 dB de gain : la distor­sion retombe à 0,01/0,02 %, et la dévia­tion rede­vient normale par la même occa­sion.

Pour résu­mer, les résul­tats restent conve­nables tant qu’on ne pousse pas trop le préam­pli qui demeure un peu faiblard. Il faudra donc s’as­su­rer de ne pas avoir d’ins­tru­ment ou de micro deman­dant une grosse réserve de gain, sous peine de voir le souffle et la distor­sion appa­raître et le bas du spectre dispa­raitre.

Conclu­sion

PreSo­nus met à jour ses fameuses Audio­Box en leur donnant une compa­ti­bi­lité iOS plutôt bien­ve­nue. Leur look inflige un sacré coup de vieux aux anciens modèles et leur prix reste parfai­te­ment cali­bré. Leur simpli­cité d’uti­li­sa­tion, leur compa­cité et leur bundle comble­ront les débu­tants en MAO. Si la latence est très bonne, nous avons été en revanche moins convain­cus par le préam­pli, un peu limite pour certaines confi­gu­ra­tions de micros/instru­ments. Ceux qui recherchent une solu­tion nomade permet­tant de s’af­fran­chir tota­le­ment de prise secteur devront aussi prévoir l’achat une batte­rie externe. Quoi qu’il en soit, l’Au­dio­Box iOne reste une bonne inter­face pour un premier plon­geon dans le grand bain de la MAO, surtout si vous comp­tez adop­ter Studio One.

  • PreSonus AudioBox iOne
  • PreSonus AudioBox iOne
  • PreSonus AudioBox iOne
  • PreSonus AudioBox iOne
  • PreSonus AudioBox iOne
  • PreSonus AudioBox iOne
  • PreSonus AudioBox iOne
  • PreSonus AudioBox iOne
  • PreSonus AudioBox iOne
  • PreSonus AudioBox iOne
  • PreSonus AudioBox iOne

 

7/10
Points forts
  • Prix
  • Look soigné
  • Fabrication sérieuse
  • Studio One Artist 2 inclus, avec possibilité d’upgrade
  • Simple d’utilisation
  • Compacte
  • Bonne latence
  • Compatible iOS
Points faibles
  • Préampli avec très peu de gain et bruyant
  • Un switch au lieu d’un potard pour le monitoring direct
  • Solution iOS sans prise électrique possible, mais compliquée
Auteur de l'article Red Led

Je suis rentré dans la musique par la rosace d'une guitare classique et depuis, j'essaie d'en sortir sans trop de conviction.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.