LiveAujourd'hui à 12h30, on teste Kontakt 7 dans la Komplete 14 !
Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
test
25 réactions
La pièce maîtresse, est-ce elle ?
8/10
Partager cet article

Sorties au premier semestre 2020, lors du NAMM, les deux nouvelles interfaces audio SSL 2 et 2+ signent l’entrée de Solid State Logic dans le marché de l’interface pro/grand public : mais réussissent-elles le pari de s’élever au niveau de qualité auquel nous ont habitués leurs célèbres consoles ? Et sauront-elles faire leur place dans un marché déjà bien fourni ?

Test de l'interface audionumérique SSL 2 et SSL 2+ : La pièce maîtresse, est-ce elle ?

SSL SSL 2 : 20210511_170238Il faut commen­cer cet article en signa­lant qu’en plus des fonc­tions clas­siques d’une inter­face audio, ces deux petites nouveau­tés embarquent un circuit analo­gique (nommé 4K) d’imi­ta­tion de la signa­ture sonore « chaude » (compre­nez : riche en distor­sion harmo­nique) qui a fait la popu­la­rité des consoles 4000 G. Il y a donc, de la part du construc­teur, la volonté de s’ins­crire dans un patri­moine, en propo­sant un produit actua­lisé et « griffé » SSL. Bien évidem­ment, la compa­rai­son directe avec une console 4000 G est impos­sible. L’ap­pré­cia­tion de la simu­la­tion propo­sée par ses inter­faces sera donc lais­sée à ses utili­sa­teurs : certains d’entre eux auront peut-être accès à l’ori­gi­nal… Profi­tons donc plutôt des mérites propres aux inter­faces testées, d’au­tant plus qu’elles n’en manquent pas.

Débal­lage

SSL SSL 2+ : 20210511_170355La première chose qui nous frappe, en décou­vrant les inter­faces, c’est leur mélange de soli­dité et de légè­reté. Soli­dité, car, en ce qui concerne la construc­tion, elles mêlent le plas­tique bien rigide pour l’en­tou­rage et le métal en façade arrière et supé­rieure, façades sur lesquelles tous les ports, connec­tiques et contrôles sont ferme­ment fixés. Légè­reté, car avec un poids de 880 grammes pour la SSL 2 (et, légè­re­ment plus lourd, 900 grammes pour la 2 +), les inter­faces sont faci­le­ment portables. Sur ce point déjà, le fabri­cant touche juste. En plus, elles sont entiè­re­ment autoa­li­men­tées par le port USB-C, en voilà une bonne idée.

Du point de vue des acces­soires, en revanche, c’est mini­mal : les inter­faces sont chacune accom­pa­gnées de deux câbles (USB-C vers USB-C et adap­ta­teur USB-C vers USB-A), un guide de démar­rage rapi­de… et c’est tout. On se permet­tra de remarquer qu’on aurait pu espé­rer une pochette pour les utili­sa­tions nomades, cela aurait bien complété l’ef­fort géné­ral de porta­ti­vité.

Esthé­tique­ment, on retrouve le style des consoles SSL, avec les boutons gris à capu­chons colo­rés, en plas­tique certes, mais solides. Bonne idée du construc­teur à notre sens : adop­ter un profil géné­ral proche des concur­rentes (Ante­lope ou UA, par exemple) mais en rappe­lant sa signa­ture person­nelle par une touche discrète et distinc­tive. On ajou­tera, non pas une critique, mais plutôt une crainte en ce qui concerne la façade supé­rieure : le métal brossé, très élégant, laisse craindre les rayures (à voir avec le temps…). Les deux inter­faces fonc­tionnent en USB 2.0 (sur port USB-C, je sais, je me répè­te…).

Prise en main

SSL SSL 2+ : 20210511_170456Nous avons jugé sensé d’ef­fec­tuer un seul test pour les deux inter­faces étant donné leur simi­la­rité. Compa­rons donc leurs façades supé­rieures : sur les deux appa­reils, on retrouve une confi­gu­ra­tion simi­laire, avec deux voies, commu­tables en entrée ligne-instru­ment-micro, avec chacune son potard de gain, plus un commu­ta­teur pour l’ému­la­tion 4K. Chaque voie possède égale­ment son VUmètre à LED, et un bouton pour l’ali­men­ta­tion fantôme. Le prin­cipe de la sélec­tion d’en­trée est simple : de base, l’in­ter­face est confi­gu­rée pour l’en­trée micro, sauf si l’en­trée ligne est commu­tée ; lorsque le bouton Hi-Z est enfoncé en plus, l’im­pé­dance d’en­trée ligne est adap­tée pour des sources instru­ment (guitare, basse…). Vers le centre de la façade supé­rieure, on trouve l’ha­bi­tuel « gros bouton » pour régler le niveau de moni­to­ring. Sa taille nous a paru satis­fai­sante pour un réglage nuancé. Pour l’ins­tant, tout est pareil entre les deux appa­reils…

C’est à la droite de ce bouton que l’on repère la  première varia­tion : sur le modèle 2 on trouve seule­ment un poten­tio­mètre pour le mix entrée/USB, commu­table en mono ou stéréo, et l’at­té­nua­teur pour le moni­to­ring casque ; la SSL 2+ offre, quant à elle, un autre atté­nua­teur pour un second moni­to­ring casque, auquel peuvent être assi­gnés les canaux de sortie 3 et 4. Résul­tat : on béné­fi­cie de deux moni­to­rings casque indé­pen­dants, et même de deux mix diffé­rents, une très bonne idée pour une « simple » desk­top.

Pour ce qui est des façades arrières, on y découvre deux entrées combo Jack 6,35 mm TRS-XLR. En revanche, les sorties diffèrent : sur les deux modèles, 2 sorties sur Jack TRS, avec en plus sur la SSL 2+ une paire de sorties non symé­triques (sur fiches RCA, rece­vant le même mix que les sorties sur Jack TRS) et une deuxième, pour un mix paral­lèle gérable depuis la STAN, sur les sorties 3 et 4. Le construc­teur semble avoir pensé aux DJ, qui le remer­cie­ront. Les utili­sa­teurs du format MIDI seront égale­ment de la partie, avec des ports entrée et sortie sur le modèle SSL 2+. Atten­tion toute­fois, pas d’en­trées/sorties digi­tales sur ces inter­faces ! Un manque, qui n’est pas unique dans la gamme de prix de la SSL 2, mais qui surprend plus sur la SSL 2+.

Nous sommes donc face à deux inter­faces simples mais assez complètes pour des utili­sa­tions en home-studio quoti­diennes (surtout la 2+). Pour l’ins­tal­la­tion de l’in­ter­face sous Windows, il est néces­saire de télé­char­ger un driver alors qu’elle est direc­te­ment recon­nue sous Mac. Pour finir, parlons chiffres : ces deux inter­faces sont propo­sées aux prix recom­man­dés de 194 euros (modèle 2) et 269 euros (modèle 2+).

Bench­mark


Afin de tester l’in­ter­face, nous avons fait un bench­mark avec notre fidèle APx515 d’Au­dio Preci­sion (lien). Comme d’ha­bi­tude, nous publions les résul­tats obte­nus en THD, rapport signal/bruit et dévia­tion des voies, pour les entrées et sorties analo­giques. Pour toutes les confi­gu­ra­tions, je règle le gain pour obte­nir le meilleur résul­tat possible.

Nous publions les tests effec­tués sur la SSL 2+, en sachant que nous avons obtenu des résul­tats très simi­laires sur le modèle infé­rieur.

Latence : à 32 échan­tillons, nous obte­nons une latence de 2,22 ms en entrée, et 2,49 ms en sortie pour les deux inter­faces. A 64 échan­tillons : 2,95 ms et 2,49 ms.

Commençons donc avec les entrées ligne :

TEST 1

TEST 2


SSL SSL 2+ : 20210511_170604Comme d’ha­bi­tude, on injecte un signal de 1 V RMS, en ajus­tant le gain pour le meilleur résul­tat en THD, et pas d’at­té­nua­tion en sortie moni­teur.

Linéa­rité : excel­lente, à ±0,045 dB. On remarque aussi des résul­tats presque abso­lu­ment simi­laires sur les deux voies, ce qui est toujours un gage de grande qualité (bonne sélec­tion des compo­sants). Un peu infé­rieur à ce que nous avions obtenu avec la Scar­lett 2i2 G3 mais, dans une toute autre gamme de prix, l’Au­dio Zen Tour Synergy Core ne faisait pas aussi bien.

THD : en dessous de 0,005 % sur la plupart du spectre de fréquence, c’est correct, assez typique de ce que l’on trouve dans cette gamme de prix. En revanche, ce que je remarque surtout, c’est que la courbe est bien stable, mis à part quelques pics à partir de 5 kHz.

Rapport Signal/Bruit : 97,281 dB, un résul­tat très esti­mable, compa­rable à ce que l’on obtient chez Focus­rite, par exemple.

A noter : les résul­tats sont en tout point simi­laires sur la sortie RCA.

Même condi­tions de test, mais avec le bouton 4K enclen­ché. On remarque tout de suite une diffé­rence forte, en parti­cu­lier dans le haut du spectre :

TEST 3

TEST 4

Linéa­rité : on remarque une dévia­tion assez marquée, avec un boost du haut du spectre (à partir de 1 kHz, annoncé par le construc­teur). Visi­ble­ment, l’op­tion 4K fait ce qui est promis !

THD : là, on décolle complè­te­ment, avec une moyenne entre 2 et 5 %. Il faut, bien entendu, garder en tête que la distor­sion est un élément intrin­sèque et volon­taire de cette émula­tion. Même conclu­sion donc que sur les émula­tions de préam­pli de la Symphony Desk­top : les tests objec­tifs de THD touchent à leurs limites quand l’ap­pa­reil est fait pour distordre.

Rapport Signal/Bruit : malgré toutes ces dévia­tions, le résul­tat reste assez simi­laire avec ou sans la fonc­tion 4K, avec une diffé­rence de 96,817 dB. Excellent !

Passons main­te­nant à l’en­trée micro.

TEST 5

TEST 6

Comme d’ha­bi­tude, j’en­voie un signal de 100 mV RMS, et règle le gain pour le meilleur résul­tat en THD, sans atté­nua­tion en sortie.

Linéa­rité : là aussi la linéa­rité est excel­lente avec un résul­tat de  ±0,073 dB sur chaque voie. On remarque égale­ment des résul­tats exac­te­ment simi­laires sur les deux voix, toujours un bon signe.

THD : Ici, on est dans du vrai­ment très bon, meilleur que l’en­trée ligne, avec une THD plon­geant sous les 0,002 % sur la majo­rité du spectre. Comme sur les autres entrées, un résul­tat qui dévie au dessus de 2 kHz, mais en restant très accep­table.

Rapport Signal/Bruit : 95,416 dB.

Je note rapi­de­ment : en appliquant l’ému­la­tion 4K, on remarque des résul­tats simi­laires à l’en­trée ligne, c’est-à-dire un boost du signal au-dessus de 1 kHz et une THD élevée, mais un rapport signal-bruit inchangé.

La commu­ta­tion de l’en­trée ligne en mode haute impé­dance pour s’adap­ter aux signaux guitare et basse donne des résul­tats excel­lents, proches de ceux de l’en­trée ligne du point de vue de la linéa­rité, mais plus élevé du point de vue de la THD, qui augmente de façon signi­fi­ca­tive dans le bas du spectre :

TEST 7


Le rapport signal-bruit, quant à lui, baisse un peu en qualité, à 61,129 dB.

Je me permets une conjec­ture : je pense que ces petits défauts viennent du fait que le sélec­teur d’im­pé­dance d’en­trée s’ap­plique à une entrée ligne, alors qu’un signal de micro d’ins­tru­ment à corde délivre, en moyenne 200 à 500 mV RMS en sortie, loin de la norme ligne. On est donc obligé de vrai­ment pous­ser le gain, ce qui occa­sionne plus de souffle. Je pense qu’une boîte de direct active avant l’in­ter­face pour­rait aider. On peut aussi enclen­cher l’op­tion haute impé­dance sur l’en­trée micro, mais là, la sensi­bi­lité sera un peu élevée pour des micros punchy… Bref, on doit bien dire que ces SSL ne proposent pas d’en­trées vrai­ment dédiées aux signaux d’ins­tru­ment.

Pour finir, nous testons la sortie casque :

TEST 8

TEST 9


Linéa­rité : comme souvent, le résul­tat est un peu moins bon que la sortie moni­teur, à ±0,0453 dB, avec une dévia­tion entiè­re­ment située au-dessus de 2 kHz.

THD : là aussi les résul­tats sont plus élevés en parti­cu­lier dans le bas du spectre en dessous de 100 Hz, avec une moyenne tour­nant malgré tout à 0,005 %, donc un résul­tat très bon.

Rapport signal-bruit : très correct pour une prise casque, à 85,504 dB.

Une dernière chose à noter : tout au long de ce test, j’ai été frappé par la très grande préci­sion des VUmètres à LED, qui passe vrai­ment dans le rouge exac­te­ment quand la satu­ra­tion commence (véri­fié à l’os­cil­lo­scope par votre servi­teur).

Conclu­sion

SSL SSL 2+ : 20210511_170653Pour commen­cer, je note que le modèle SSL 2+, s’il me semble évidem­ment plus dési­rable, n’en­lève rien à son petit cama­rade, la SSL 2, qui contient vrai­ment tous les éléments néces­saires pour une pratique basique du home studio (j’in­siste sur « basique », qui signi­fie pour moi enre­gis­tre­ment, trai­te­ment et mixage de signaux analo­giques, instru­ments ou voix). La qualité sonore est égale­ment au rendez-vous sur les deux appa­reils, ce qui fait de la SSL 2 un bon inves­tis­se­ment pour quelqu’un souhai­tant abor­der les bases d’une pratique de home-studiste, sans les limi­ta­tions sonores de l’en­trée de gamme. A partir de ce modèle, la 2+ augmente les possi­bi­li­tés (MIDI), et les utili­sa­tions (DJing) mais reste clai­re­ment ancrée dans un modèle établi, prin­ci­pa­le­ment axé sur l’ana­lo­gique. Alors, ce qui semble manquer, malgré tout ? Les E/S numé­riques, bien sûr, qui sont présentes sur d’autres inter­faces au même prix, et qui permettent de diver­si­fier les modes d’uti­li­sa­tion de ce genre d’ap­pa­reil. Il reste donc une marge d’ex­pan­sion claire pour Solid State Logic mais, malgré cela, nous avons trouvé que SSL, qui n’est pas exac­te­ment une marque débu­tante, s’of­frait des débuts solides dans le monde du home-studio.

  • SSL SSL 2 : 20210511_170238
  • SSL SSL 2+ : 20210511_170355
  • SSL SSL 2+ : 20210511_170423
  • SSL SSL 2+ : 20210511_170456
  • SSL SSL 2+ : 20210511_170604
  • SSL SSL 2+ : 20210511_170653

 

8/10
Points forts
  • Solidité et portativité
  • Auto-alimentation
  • Qualité sonore
  • Excellente précision des VUmètres
Points faibles
  • Pas class-compliant
  • Pas d’E/S numériques
  • Pas d’entrée vraiment dédiée Hi-Z

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.