Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Focusrite Vocaster Two
Photos
1/19

Test de l'interface Vocaster Two de Focusrite

Interface ou contrôleur pour podcast & streaming de la marque Focusrite appartenant à la série Vocaster

Écrire un avis ou Demander un avis
test
12 réactions
Vocaster passe le casting
7/10
Partager cet article

C'est la tendance actuelle : le petit, le portable, le facile à aborder... C'est également la recette avec laquelle Focusrite tente de toucher le public des podcasteurs et affiliés. Voici donc venue la Vocaster Two (et la One, plus petite), mini interface qui mérite bien son petit test !

Test de l'interface Vocaster Two de Focusrite : Vocaster passe le casting

Vocaster Two détail.JPGCette semaine, on teste la nouvelle inter­face Vocas­ter Two de Focus­rite, une inter­face consa­crée (c’est la grande tendance actuelle) à la créa­tion de contenu audio et vidéo numé­rique : podcast, vlog, stream… On parle donc d’un équi­pe­ment petit, portable, simple à prendre en main et avec des préré­glages d’EQ embarqués : une inter­face à compa­rer avec la M Caster Live de Mackie ou la Reve­la­tor io24 de PreSo­nus, pour se remettre dans le contexte !

Commençons par le débal­lage.

Débal­lage 

La première chose qui nous a frap­pés en débal­lant la Vocas­ter Two c’est son poids parti­cu­liè­re­ment léger (420 gr). La coque externe a l’air plutôt solide, même si on regrette que son revê­te­ment mat marque beau­coup sous les doigts (voir photo ci-contre)…

Vocaster Two traces de doigt.JPGEn revanche, un bon point, et très éton­nant pour une inter­face autoa­li­men­tée : c’est la présence sur la face arrière d’un bouton marche-arrêt, que l’on trouve rare­ment sur ce genre d’ap­pa­reil. On trouve que c’est une très bonne idée, puisque cela permet­tra de désac­ti­ver l’in­ter­face hors utili­sa­tion, sans pour autant avoir à toucher le câblage, et donc à jouer sur la longé­vité des connec­tiques.

Tant qu’on est à décrire la face arrière : on y trouve toutes les entrées, c’est-à-dire deux entrées micro au format XLR, et une entrée auxi­liaire (niveau ligne) au format jack TRS 3,5 mm. Depuis cette face arrière, on peut égale­ment contrô­ler la mise en marche de l’ali­men­ta­tion fantôme +48 V DC, et la connexion de l’in­ter­face en Blue­tooth à un télé­phone ou un ordi­na­teur. À l’ar­rière toujours, on trouve égale­ment deux sorties sur prise jack TRS au format 6,35 mm pour connec­ter deux enceintes de moni­to­ring, ainsi qu’une sortie au format jack TRS 3,5 mm pour envoyer le mix géné­ral à une caméra.

Vocaster Two arrière.JPG

À ce stade du débal­lage, formu­lons une première critique, qui nous paraît impor­tante : alors que Focus­rite a tenté d’in­clure un maxi­mum d’en­trées et de sorties sur une inter­face de très petite taille, il aurait été inté­res­sant d’ins­tal­ler deux entrées combo XLR-Jack (plutôt que seule­ment XLR) pour permettre l’in­clu­sion de deux entrées au niveau ligne, et poten­tiel­le­ment de deux entrées instru­ments. Étant donné que le monde de la produc­tion de contenu numé­rique est très diver­si­fié, et que de nombreux podcas­teurs sont aussi des musi­ciens, ce choix nous a paru éton­nant, et assez peu concur­ren­tiel.

On notera égale­ment qu’au­cune des entrées ni sorties n’est fixées sur le châs­sis de l’ap­pa­reil, ce qui est toujours un point néga­tif quant à la durée de vie du produit.

Vocaster Two devant.JPG

La face avant ne demande pas de descrip­tion longue. On y trouve seule­ment les sorties casque, sur connec­teur Jack 6,35 mm TRS.

La face supé­rieure de l’ap­pa­reil, en revanche, est bien four­nie !

Vocaster Two top.JPGEn effet, elle accueille tous les contrôles (sauf l’ali­men­ta­tion + 48 volts, et la commu­ta­tion de l’an­tenne Blue­tooth, comme nous l’avons déjà signalé) : l’ha­bi­tuel « gros bouton », qui permet de contrô­ler un enco­deur dédié aux gains des deux entrées, sélec­tion­nables indé­pen­dam­ment grâce aux boutons « Host  » et « Guest » situés juste en dessous. De chaque côté de cet enco­deur on trouve un vumètre par mix (vumètre de gauche pour Host, de droite pour Guest), avec indi­ca­teur de satu­ra­tion. Atten­tion cepen­dant : on remarque tout de suite que ces vumètres sont de simples bandes lumi­neuses colo­rées sans aucune indi­ca­tion d’échelle. Diffi­cile donc de mesu­rer le niveau objec­tif du signal, par rapport à un niveau de réfé­rence. À droite et à gauche de ce contrôle de gain, deux poten­tio­mètres permettent de régler les niveaux de sortie casque et/ou moni­to­ring. Face à l’uti­li­sa­teur en bas de la face supé­rieure se trouve un bandeau avec deux fois trois boutons, permet­tant de contrô­ler pour chaque voie le mute, la sélec­tion du gain (avec une option de réglage auto­ma­tique du gain) et un bouton pour acti­ver quatre présé­lec­tions d’éga­li­sa­tion. 

Comme on le comprend bien dans cette descrip­tion, l’in­ter­face est très simple et on remarquera d’ailleurs que, comme sur la M Caster Live de Mackie, l’uti­li­sa­teur visé n’est clai­re­ment pas un « tech­ni­cien » chevron­né… ou en tout cas pas néces­sai­re­ment : par exemple, les deux voies micro ne sont pas numé­ro­tés 1 et 2, mais plutôt nommé « Guest » et « Host ». Pareil pour les sorties casque… Cela ne consti­tue pas une critique (il existe des marchés diffé­rents et des produits diffé­rents doivent s’adap­ter à leur clien­tèle prin­ci­pale), mais il est inté­res­sant de garder en tête le type de produit que nous avons entre les mains, pour savoir les attentes que nous pouvons avoir. Passons main­te­nant au soft­ware.

Le logi­ciel

Le logi­ciel fourni avec la Vocas­ter Two consti­tue une plate­forme de mixage très complète, permet­tant de contrô­ler toutes les options de l’in­ter­face, et de régler faci­le­ment tous les gains et les effets du mix. Elle inclut en plus, dans le coin en haut à droite, un bouton permet­tant de muter les enceintes de moni­to­ring, fonc­tion qui est absente de l’in­ter­face physique. 

Vocaster Two softwareSur la partie supé­rieure, on trouve les contrôles de gain des deux entrées micro, avec toutes les options simi­laires à celles acces­sibles depuis l’in­ter­face (égali­sa­tion et mute). On peut aussi y régler le gain auto­ma­tique­ment (bouton « Auto Gain ») et on découvre au passage, grâce à un menu dérou­lant, que le bouton d’éga­li­sa­tion peut être programmé pour commu­ter quatre préré­glages spéci­fiques : clean, warm, bright et radio.

La partie infé­rieure permet de régler le mix entre les deux entrées micro, l’en­trée auxi­liaire, l’en­trée Blue­tooth, et deux boucles de retour depuis l’or­di­na­teur, la première étant la boucle par défaut de sortie audio numé­rique, la seconde étant les sorties 13 et 14 de la STAN. Le logi­ciel comprend égale­ment le réglage du niveau de master. 

Comme sur l’in­ter­face physique, on remarque la simpli­cité, très « non-tech­nique », des contrôles de ce logi­ciel, et l’ab­sence là encore d’échelle sur les vumètres. Cela nous a paru être un poten­tiel problème, puisque non seule­ment on ne connaît pas préci­sé­ment l’échelle objec­tive utili­sée, mais en plus, cela rend plus diffi­cile la mémo­ri­sa­tion des niveaux, par exemple pour l’uti­li­sa­tion de diffé­rents micros. 

Ce soft­ware est complété par un bundle plei­ne­ment axé « créa­tion de contenu » : l’uti­li­sa­teur reçoit le logi­ciel Hinden­burg LITE, trois mois d’uti­li­sa­tion de Squad­Cast Pro Video, et six mois d’abon­ne­ment à Acast Influen­cer, plate­forme de publi­ca­tion en ligne.

Passons main­te­nant au bench­mark. 

Bench­mark

Afin de tester l’in­­ter­­face, nous avons fait un bench­­mark avec notre fidèle APx515 d’Au­­dio Preci­­sion. Comme d’ha­­bi­­tude, nous publions les résul­­tats obte­­nus en THD, rapport signal/bruit et dévia­­tion des voies, pour les entrées et sorties analo­­giques. Pour toutes les confi­­gu­­ra­­tions, je règle le gain pour obte­­nir le meilleur résul­­tat possible.

Il n’y a pas beau­coup d’en­trées sur cette inter­face ni beau­coup de sorties. Nous avons commencé par l’en­trée micro, en injec­tant un signal de 100 mV, et en ressor­tant sur la sortie moni­to­ring, sans atté­nua­tion. Réglage du gain au maxi­mum, juste avant satu­ra­tion.

Vocaster Two deviation 0,379 dB

Vocaster Two THD (SN 84,833 dB)

La dévia­tion est minime, de ±0,379 dB. La THD est très correcte avec une moyenne de 0,01% jusqu’à 3 kHz, puis une montée assez impor­tante, jusqu’à 0,1% à partir de 5 kHz.

Sur la sortie casque, on trouve des résul­tats simi­laires : 

Vocaster Two Headphone deviation 0,381 dB

Vocaster Two Headphone THD (SN 84,833 dB)

Ce qui est plutôt une bonne mesure, étant donné que l’am­pli casque n’ajoute que peu de distor­sion. D’ailleurs, le rapport signal bruit est simi­laire : 84,833 dB.

Selon nos mesures, on peut obte­nir un gain maxi­mum de 68,8 dB, mais à ce niveau la réponse ne fréquence et la THD sont nette­ment moins remarquables : 

Vocaster Two Deviation at Max Gain.JPG

Vocaster Two THD at Max Gain

Pour finir nous avons testé l’en­trée micro avec le préré­glage d’éga­li­sa­tion « radio », qui donne une réponse en fréquence comme ceci : 

Vocaster Two Gain with voice EQ

Conclu­sion 

La plus grande qualité de cette Vocas­ter Two c’est, bien entendu, la qualité de ses préam­plis micro, ce qui ne nous étonne pas de la part de Focus­rite : dévia­tion imper­cep­tible et THD plutôt très bonne pour une inter­face de ce type. Le logi­ciel, très facile à prendre en main, nous a paru égale­ment tout à fait inté­res­sant. Pour finir, chose fina­le­ment assez rare, il est inté­res­sant de pouvoir accé­der à toutes les options (ou presque, mais ça reste quelques détails) depuis soit le logi­ciel, soit l’in­ter­face, de façon égale. Ainsi chaque utili­sa­teur pourra faci­le­ment trou­ver ses marques, selon ses préfé­rences d’usage.

Vocaster Two signalétique.JPGLes deux points néga­tifs prin­ci­paux demeurent toujours notables à la fin de ce test. En premier lieu, l’ab­sence d’échelle sur toutes les visua­li­sa­tions de niveau, ce qui ne faci­lite pas la mémo­ri­sa­tion des réglages. Et en deuxième, et pas des moindres, l’ab­sence d’en­trée instru­ment, qui fait que cette inter­face ne vise clai­re­ment pas les musi­ciens, se coupant ainsi de toute une part du marché de l’au­dio.

De ce point de vue, donc, même si l’in­ter­face nous a paru offrir un certain nombre d’op­tions inté­res­santes, un bundle plutôt géné­reux, et une ergo­no­mie géné­rale bien pensée, nous trou­vons malgré tout qu’elle ne sera pas plei­ne­ment adap­tée aux attentes de chacun, et l’ache­teur doit en être conscient avant de faire son choix. Avec la Vocas­ter Two, Focus­rite réalise fina­le­ment un objet qui ne fait pas tout, mais qui fait bien ce qu’il propose, et c’est peut-être cela le meilleur point.

7/10
Fabrication (?) : Chine
Points forts
  • Qualité sonore
  • Simplicité d'usage
  • Bouton marche/arrêt
  • Portable
  • Grand nombre d'entrées
  • Bluetooth intégré
Points faibles
  • Pas d'entrée instrument
  • Pas d'échelles sur le vumètre
  • Connectiques non fixées au chassis
  • Pas de pochette de transport

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.