Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Lewitt LCT 140 AIR
Photos
1/23

Test des micros Lewitt LCT 140 Air

Micro statique à transistors à petite membrane de la marque Lewitt appartenant à la série LCT

Écrire un avis ou Demander un avis
test
17 réactions
Condensateurs en Lewittation
8/10
Award Qualité / Prix 2022
Partager cet article

Innovants dans l’univers du microphone, Lewitt nous propose une paire stéréo bon marché, et deux sons distincts pour un même modèle. Les LCT 140 Air, micros à condensateurs, sont-ils une option intéressante pour les petits budgets ? Éléments de réponse…

Test des micros Lewitt LCT 140 Air : Condensateurs en Lewittation

lewitt_etui_house.JPGLewitt, très jeune marque puisque fondée en 2009, se distingue par un posi­tion­ne­ment sur l’in­no­va­tion tech­no­lo­gique dans le monde des micros. C’est un sujet dont on entend souvent parler, le manque d’au­dace dans l’offre micro­phone, le fait que les construc­teurs se réfèrent encore la plupart du temps à des modèles vieux d’un demi-siècle ou plus. Et comme nous aussi, on aime nos vieux clas­siques, on est plutôt sensible à cette démarche conser­va­trice, on rechigne un peu à aller voir du côté de la nouveauté. Ce test est donc une bonne occa­sion de nous y confron­ter et de nous inté­res­ser de plus près à la démarche de Lewitt. La marque d’ori­gine autri­chienne (l’Au­triche est une terre de micros, déci­dé­ment) est spécia­li­sée dans le micro­phone, mais ratisse large dans ce domaine : de nombreux modèles à desti­na­tion des studios d’en­re­gis­tre­ment, de la scène, des radios-télé­vi­sions ou encore confé­ren­ces… Leur crédo, c’est de « faire évoluer le statu quo en matière de concep­tions de micro­phones ».

Légers comme l’air

lewitt_etui_close_2.JPGLes LCT 140 Air sont des micros à conden­sa­teurs, petites membranes à direc­ti­vité cardioïde. Ils sont desti­nés à de multiples usages, soit en paire stéréo, soit à l’unité, mais le construc­teur nous les recom­mande parti­cu­liè­re­ment pour les batte­ries en overhead et pour les guitares acous­tiques. La série LCT à laquelle appar­tient ce modèle, qui propose un large choix de micros à conden­sa­teurs, pour une gamme de prix tout aussi large, va de 040 à 1040. La paire de 140 nous est livrée avec quelques acces­soires : évidem­ment des pinces, qui nous semblent plutôt solides et bien faites, des bonnettes anti-vent et une petite housse de trans­port. La première chose qui nous frappe, c’est que les micros sont hyper­lé­gers ! 66 grammes chacun. Les pinces, pour­tant pas très impres­sion­nantes, sont nette­ment plus lourdes que les micro­phones, pour vous donner une idée. Pour un usage d’ove­rhead ou ambiances sur une perche, c’est plutôt pratique et cela permet­tra d’étendre une perche — même sur un pied de piètre qualité — sans s’inquié­ter pour la stabi­lité ou la soli­dité de l’en­semble. La marque nous précise que ce poids est dû à des boîtiers en alumi­nium, qui restent très résis­tants. On ne les a pas utili­sés assez long­temps pour pouvoir en témoi­gner, mais si la légè­reté n’est pas syno­nyme de fragi­lité, on valide assu­ré­ment. Le LCT 140 Air est assez clas­sique dans son allure, de type micro cigare, même si le logo Lewitt vert un peu flashy se distingue.

lewitt_solo_zoom.JPGSurtout, on remarque trois inter­rup­teurs : le PAD qui permet d’at­té­nuer de 12 dB, le Filtre qui est un coupe-bas à 80 Hz (atté­nua­tion de 12 dB par octave), et surtout le « Sound ». On touche ici à ce qui fait une des grandes spéci­fi­ci­tés de ce micro, et qui lui donne son nom « Air », car cet inter­rup­teur nous permet de choi­sir entre une réponse en fréquence linéaire « Flat » et ce son « aéré » qui consiste en une bosse très franche dans les fréquences aiguës. C’est une carac­té­ris­tique — ou un argu­ment de vente — que l’on retrouve dans d’autres produits sortis récem­ment, cette volonté des marques de propo­ser deux usages, ici deux signa­tures sonores, pour un seul produit. De notre point de vue, c’est évidem­ment inté­res­sant, et on va se faire un plai­sir de tester ces deux sons et de les compa­rer, les confron­ter à d’autres modèles qu’on connaît bien. Pour complé­ter le tableau, il est impor­tant de préci­ser que c’est une paire parti­cu­liè­re­ment bon marché : 299 € direc­te­ment sur le site de la marque, encore moins cher chez certaines boutiques en ligne.

Overheads Air Max

lewitt_stereopair_drum.JPGOn se lance donc dans un test gran­deur nature. Quoi de mieux pour tester des overheads que de faire des petites prises de batte­rie. On a notre kit Asba qui est déjà équipé en micros et on place notre paire de Lewitt à un mètre cinquante au-dessus de la grosse caisse, en formant un couple XY (le place­ment de celui-ci a été corrigé après les photos). Comme d’ha­bi­tude, et pour mieux se rendre compte du son des micros, on décide de n’ap­pliquer aucune correc­tion ni proces­seur de dyna­mique sur nos pistes. Une batte­rie en neuf lignes qui rentrent toutes dans notre console Amek, et dont on va juste corri­ger les phases, et donner un peu de laté­ra­li­sa­tion et d’ou­ver­ture dans la stéréo.

Dès la première écoute, on est assez séduit par ce qu’on entend, il y a du bas, de l’im­pact, un joli spectre harmo­nique et une belle défi­ni­tion dans le haut du spectre. On prend alors le parti de les compa­rer avec trois autres paires de micros statiques récents et non à nos vieux Neumann, parce que la marque insiste sur le fait qu’ils se carac­té­risent par leur inno­va­tion et leur moder­nité. On choi­sit les Rode NT5, parce que c’est exac­te­ment la même gamme de prix, et que c’est un petit diaphragme, les Oktava MK 012, à peine plus chers et petites membranes égale­ment, et une réfé­rence un peu plus onéreuse en la présence des AKG C414 XLS, qui sont eux à larges membranes, mais se carac­té­risent par un son moderne et plutôt brillant. Pour le test batte­rie, on décide de lais­ser le bas du spectre vivre et de ne pas enclen­cher le filtre coupe bas. Le résul­tat est très inté­res­sant, le son du couple en solo est plein et équi­li­bré, très percus­sif, et les tran­si­toires sont parti­cu­liè­re­ment précises sans pour autant être agres­sives ni sonner arti­fi­cielles. On se dit alors qu’en partant de cette base très équi­li­brée, il nous manque juste un peu de substance dans le bas des fûts pour avoir un son complet et prêt à être mixé.

overheads_lewitt_lct140_flat
00:0000:12
  • overheads_lewitt_lct140_flat00:12
  • overheads_akg_c41400:12
  • overheads_oktava_mk01200:12
  • overheads_rhodes_nt500:12

Quand on les intègre au reste de la prise en ouvrant les micros de proxi­mité, notre première impres­sion se confirme. L’image sonore est bien nerveuse comme on les aime et la stéréo est parfai­te­ment repré­sen­tée, notam­ment grâce à une très belle couleur dans le haut des médiums qui va donner un côté rebon­dis­sant aux attaques de la batte­rie. Notre paire de Lewitt s’in­tègre parfai­te­ment en donnant la juste dose de distance, de brillance, d’ou­ver­ture tant spatiale qu’har­mo­nique, et surtout des tran­si­toires saillants et pleins de carac­tère. Le spectre de fréquence est en revanche très dégagé d’un bas médium et d’un grave qui pour­raient être inté­res­sants. Mais ces mêmes fréquences peuvent aussi inter­fé­rer avec les micros de proxi­mité et accen­tuer certains phéno­mènes de phase, à l’image du conflit qu’on pourra avoir avec les C414 qui sont beau­coup plus char­gés dans ces fréquences du fait de leur large diaphragme.

drum_lewitt_flat
00:0000:12
  • drum_lewitt_flat00:12
  • drum_c41400:12
  • drum_oktava_mk01200:12
  • drum_rodes_nt500:12

 

On veut tout de suite essayer le mode Air de nos LCT 140, que la marque met parti­cu­liè­re­ment en avant. La confi­gu­ra­tion de la batte­rie est la même, rien ne change hormis ce petit commu­ta­teur qui, comme le montre le graphique fourni par Lewitt, confère une grosse augmen­ta­tion de plus ou moins 5 dB sur une bande de fréquence située entre 5 et 15 kHz. On est d’ailleurs un peu éton­nés que leur air ne soit pas consti­tué d’ai­gus plus hauts et notam­ment de 15 à 20 kHz, qui est souvent la bande de fréquence qu’on va augmen­ter quand on veut donner de l’air au mixage. Mais nous n’en sommes pas là, il s’agit pour l’ins­tant d’en­re­gis­tre­ment.

reponsefrequence_flatreponsefrequence_air

 

drum_lewitt_air
00:0000:12
  • drum_lewitt_air00:12
  • overheads_lewitt_lct140_air00:12

 

En solo, on se dit qu’ils y sont allés un peu fort sur l’ef­fet recher­ché, cinq déci­bels sur une plage si large, c’est tout de même assez impor­tant comme chan­ge­ment. Mais comme ce n’est pas un étage qui ouvri­rait tout le haut du spectre, mais unique­ment une plage défi­nie de hautes fréquences, les plus aiguës ne sont pas beau­coup augmen­tées et ne nous dérangent pas, alors que les fréquences concer­nées rapportent encore un supplé­ment de nervo­sité, et révèlent certains détails de cymbales ou de char­les­ton. On trouve tout de même que la bosse est un peu exces­sive entre 10 et 15 kHz. Elle nous révèle quelques arte­facts et compo­santes de l’en­ve­loppe qui ne sont pas tota­le­ment néces­saires à nos oreilles (mais ça reste une ques­tion de goût).

À gauche le graphique repré­sente l’ana­lyse du spectre d’un overhead en mode Flat, et à droite en mode Air.

analyser_oh_flatanalyser_oh_air

On est clai­re­ment à l’op­posé des Oktava MK012 qui sont vrai­ment très pauvres dans cette bande de fréquence, mais para­doxa­le­ment très char­gés en grave et en bas médium. Quand on l’in­tègre au reste des sources, l’im­pres­sion s’at­té­nue et on retrouve quelque chose de plus nerveux, mais aussi encore plus moderne que la posi­tion Flat. On se rapproche fina­le­ment plus de la couleur des Rhodes NT5, mais avec un haut médium et des aigus beau­coup plus contrô­lés et musi­caux, et des tran­si­toires éminem­ment plus subtiles et natu­relles.

Sur la guitare, des attaques qui vont Witt

4micros_ gtr2.JPGLe construc­teur mentionne un autre usage recom­mandé pour l’uti­li­sa­tion de ces micros, et c’est une autre de nos acti­vi­tés favo­rites au studio, en l’oc­cur­rence les prises de guitare acous­tique. Cela va nous permettre d’es­sayer le micro tout seul, sorti de son utili­sa­tion en paire stéréo, ce qui révèle souvent un autre carac­tère. On repro­duit le même mode opéra­toire, sauf que cette fois, on peut carré­ment le faire en une seule prise, avec les quatre micros bien alignés devant, à plus ou moins 30 cm de la guitare comme le préco­nise Lewitt. On va être obli­gés de tricher un petit peu parce que les MK 012 ont un gain plus faible que les autres, alors utili­sera le trim de notre DAW pour remettre le signal d’aplomb.

La première chose qui nous plait, c’est que le son est assez natu­rel­le­ment débar­rassé du côté un peu boueux que peuvent avoir les prises de guitare acous­tique quand elles ne sont pas corri­gées. L’ef­fet de pompe dans le bas du spectre qui vient des coups de média­tor de la ryth­mique est parti­cu­liè­re­ment repré­senté dans les prises du C414 et du MK012. On a l’im­pres­sion que la piste du LCT 140 pour­rait se placer natu­rel­le­ment dans un mix sans être « nettoyée » de ce surplus de grave. On adopte parfois une distance un peu plus impor­tante entre la source et le micro pour palier à cet effet quand on enre­gistre des guitares acous­tiques avec des micros statiques large membrane de haute-fidé­lité. 

gtr_lewitt_lct140_flat
00:0000:18
  • gtr_lewitt_lct140_flat00:18
  • gtr_akg_c41400:18
  • gtr_oktava_mk01200:18
  • gtr_rhodes_nt500:18

 

Le deuxième point qui nous saute aux oreilles, ce sont les coups de média­tor sur les cordes, le « strum » comme ils disent outre-Atlan­tique. En règle géné­rale, il se situe dans le spectre harmo­nique entre 3.5 et 12 kHz, en fonc­tion de la guitare, des cordes et du guita­riste, mais il est souvent assez déséqui­li­bré et on va avoir tendance à vouloir creu­ser certaines fréquences qui seraient trop présentes. En l’oc­cur­rence, on aurait tendance à aller nettoyer autour de 7 kHz dans la prise du Rode. Encore une fois, celle du Lewitt est très équi­li­brée et les hautes fréquences sont natu­relles et douces, malgré leur réac­ti­vité et leur nervo­sité. Il y a une très belle densité entre 2 et 3 kHz, qui va situer le bas de l’at­taque dans cette plage de fréquence, et ainsi donner une assise confor­table et très agréable.

On a main­te­nant envie de tester les petites options, et on enclenche donc de nouveau le mode Air. Cela nous parait encore une fois un peu exces­sif dans le haut (très haut) du spectre, parce que ça vient rele­ver les arte­facts du jeu, et aussi placer la bande de fréquences que consti­tuent les attaques et les bruits de doigts plus haut et renfor­cer ces compo­santes. C’est encore une fois une ques­tion de goûts, mais on préfère quand ces fréquences sont conte­nues et maitri­sées, même si ça pour­rait parfai­te­ment conve­nir si on voulait doubler une ryth­mique de guitare élec­trique, pour rajou­ter surtout de l’at­taque et venir enri­chir le haut du spectre, mais c’est une histoire de produc­tion, à ce compte-là. 

gtr_lewitt_lct140_air
00:0000:18

On finit par tester le filtre coupe-bas, qui est censé agir à 80 Hz, mais qui en fait remonte beau­coup plus haut et adopte une pente plutôt douce et musi­cale. On a alors consi­dé­ra­ble­ment allégé le bas du spectre, de telle sorte qu’on se retrouve avec un son plutôt médium et presque un peu aigre, mais qui reste pour autant très musi­cal et chaleu­reux. Il pour­rait sans trop de diffi­culté se combi­ner en doublage stéréo avec une autre guitare, sans appor­ter trop de pâte harmo­nique ni être enva­his­sant. C’est exac­te­ment ce qu’on attend d’un filtre coupe-bas sur un micro, un résul­tat marqué, mais qui reste équi­li­bré et musi­cal.

gtr_lewitt_lct140_coupe­bas
00:0000:18

Conclu­sion

Pour ce prix-là, les LCT 140 Air sont de sérieux concur­rents ! Les aigus sont beaux, les tran­si­toires rapides et natu­relles, leur légè­reté permet de les placer faci­le­ment. On manque peut-être un peu de bas et de bas médium pour qu’ils soient encore plus poly­va­lents, mais pour un budget aussi modeste, on ne peut pas trop en deman­der. Le son « Air » est un peu exces­sif à notre goût, mais certains le trou­ve­ront sans doute utile, et pour nous la qualité et l’équi­libre du son en posi­tion « Flat » justi­fient ample­ment le choix de cette paire.

8/10
Award Qualité / Prix 2022
Fabrication (?) : Chine
Points forts
  • Une réponse en fréquence globalement linéaire
  • La musicalité du son
  • Des aigus et haut médiums très beaux
  • Des transitoires naturelles
  • Une légèreté impressionnante
  • Le prix très raisonnable !
Points faibles
  • Un "Air" un peu excessif
  • Léger manque de bas dans la réponse en fréquence
Auteur de l'article Studios Megaphone Les Studios Megaphone

Les Studios Mégaphone, c'est un ensemble de studios de création, enregistrement et production musicale... situé à Aubervilliers juste au nord de Paris. Dimitri et Manuel sont les deux techniciens son et musiciens qui font tourner le studio principal.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur de l'article Studios Megaphone Les Studios Megaphone

Les Studios Mégaphone, c'est un ensemble de studios de création, enregistrement et production musicale... situé à Aubervilliers juste au nord de Paris. Dimitri et Manuel sont les deux techniciens son et musiciens qui font tourner le studio principal.

cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.