On Stage/Backstage
Forums thématiques On Stage/Backstage
Plus qu'une histoire de studio, la musique est faite pour être jouée sur scène, devant un public. Galères, anecdotes ou conseils : vous trouverez ici tout le nécessaire pour réussir vos prestations Live.
  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail

Les conneries on stage

 
AuteursMessages

Chap's

offline
Chap's
874 posts au compteur
Posteur AFfolé

Score contributif : 175

19861 Posté le 09/10/2019 à 08:28:56
Ahah sympa cette remarque de flutiste.

«Joue chaque note comme si c’était la dernière que tu devais jouer»  Flea

Nick Zefish

offline
Nick Zefish
10042 posts au compteur
Modérateur thématique

Score contributif : 170

19862 Posté le 09/10/2019 à 09:36:38
Ben c'est pas dit avec beaucoup de tact, mais pas totalement faux dans bien des cas:
- les basses sont plutôt en dessous de la zone de sensibilité de l'oreille, et "en support" dans l'écriture des morceaux (sauf en jazz ou un contrebasse peut être à égalité avec les autres instruments). En tant que spectateur, on prête moins attention à la basse qu'à une guitare en son saturé.
- Et si la sono est toute pourrave et mal réglée, tout le bas du spectre est un vrombissement continu. Pas moyen d'entendre quoi que ce soit de précis là dedans.

Jimbass

offline
Jimbass
11282 posts au compteur
Drogué à l'AFéine

Score contributif : 1 376

19863 Posté le 09/10/2019 à 10:10:15
Et il ne serait pas étonnant qu'une flûtiste ait entraîné son oreille à être sensible en priorité aux hautes fréquences.

Mais :grrr: quand même !

[ Dernière édition du message le 09/10/2019 à 10:10:43 ]

Djardin

offline
Djardin
17777 posts au compteur
Drogué à l'AFéine

Score contributif : 1 882

19864 Posté le 09/10/2019 à 10:16:20
Dans les basses, tant que c'est dans le rythme, c'est bon.

La justesse, le nom des notes, c'est un détail.

Référence en matière de bon gout capillaire et vestimentaire.
homme à tête de zizi.

http://soundcloud.com/djardin

KoalaMan

offline
KoalaMan
18601 posts au compteur
Drogué à l'AFéine

Score contributif : 804

19865 Posté le 09/10/2019 à 10:33:29
:8O: Y'a plusieurs notes au tuba ??

#jesuisla Pour faire d'internet un endroit meilleur.

 

Répondre à la haine par des faits et de la tolérance.

Djardin

offline
Djardin
17777 posts au compteur
Drogué à l'AFéine

Score contributif : 1 882

19866 Posté le 09/10/2019 à 10:46:01
Bah, disons que tu mets 4 tuba côte à côte qui jouent la même chose, t'as 4 notes différentes.

Mais c'est la température, hein, tout ça.

Référence en matière de bon gout capillaire et vestimentaire.
homme à tête de zizi.

http://soundcloud.com/djardin

daRinze

offline
daRinze
26962 posts au compteur
Vie après AF ?

Score contributif : 1 084

19867 Posté le 09/10/2019 à 11:07:16
Dans l'orgue, au pédalier, les notes les plus basses sont dans des fréquences que le cerveau ne sait pas interpréter comme une "note de musique".

Par exemple le DO1 produit une fréquence de 16,67 Hz (selon le diapason de l'orgue, cela peut varier entre 16Hz et 17Hz) : on entend distinctement "un son" quand on le joue, mais ce son n'est absolument pas "une note" de musique. C'est une espèce de raclement, de grondement, de frottement, accompagné d'un souffle, comme un moteur électrique qui aurait un balourd sur son axe, et ne tournerait pas rond. C'est un bruit en fait, et le cerveau est incapable de relier ce bruit à une position quelconque dans une quelconque gamme. On se demande comment ce son qu'on entend est supposé venir se marier heureusement dans un accord, genre, on voudrait ajouter un bruit de tronçonneuse dans un accord en disant "non mais si, ça va faire une note...".

Ce phénomène perdure presque jusqu'au FA, situé vers 24Hz environ. A partir de là, le cerveau commence à distinguer une "note". Mais auparavant, que l'on enfonce le DO, le DO#, le RE, le MI ou le MIb, on ne perçoit aucune différence entre les sons joués. Ce qui se passe en réalité, se produit au niveau acoustique et physique, lorsque ces fréquences hyper basses entrent en résonance avec les fréquences qui sont traditionnellement dans la zone de compréhension du cerveau et qu'il assimile parfaitement à des notes. Le cerveau ne sait pas directement décoder les fréquences hyper basses.

Je suis Darth Rinze, leader suprême du Premier Orgue. Certains m'appellent aussi le Cochereau de la Garrigue.

[ Dernière édition du message le 09/10/2019 à 11:13:45 ]

Fresnel34

offline
Fresnel34
1531 posts au compteur
AFicionado

Score contributif : 550

19868 Posté le 10/10/2019 à 18:37:45
Bonjour,


Citation de Nick Zefish :
En tant que spectateur, on prête moins attention à la basse qu'à une guitare en son saturé.
- Et si la sono est toute pourrave et mal réglée, tout le bas du spectre est un vrombissement continu. Pas moyen d'entendre quoi que ce soit de précis là dedans.



Hors sujet :
Exemple ou contre-exemple avec cet extrait d'un concert de Grand Funk Railroad à Jacksonville en 1970 (ça a bercé ma jeunesse) même si là, au delà des hurlements des spectateurs, tu ne peux pas ignorer la basse :


sonicsnap

offline
sonicsnap
30832 posts au compteur
Vie après AF ?

Score contributif : 5 921

19869 Posté le 10/10/2019 à 19:40:11
Grand Funk!! :aime:
En effet, la basse se discerne très bien!

Fresnel34

offline
Fresnel34
1531 posts au compteur
AFicionado

Score contributif : 550

19870 Posté le 10/10/2019 à 19:58:17
Bonjour,


une "petite" et surtout ancienne (près de 30ans)

Je faisais la sono de la fête de fin d'année scolaire de l'école publique de mes petits,
le plan classique à l'époque :
Jeux habituels de kermesse, spectacle avec les gamins se produisant sur l'estrade, remise des prix pour encourager les plus méritants, discours du directeur et instituteurs et le soir petit bal disco que j'animais, le tout avec du matériel que j'avais loué à vraiment pas cher à un sonorisateur pro local

Même si je n'en ai plus la totale assurance, ce devait être un vendredi car le samedi c’était le tour d'une des écoles privées catholiques d'organiser sa fête (a cette époque les écoles étaient encore ouvertes le samedi matin et toute la journée pour leur fête)


C'est justement grâce à cette fête de l'école catho que nous, école publique avions loué notre matériel pour quasiment rien, car je m’étais entendu avec le loueur pour lui réinstaller le samedi "chez les curés" le matériel utilisé le vendredi dans mon école car il ne pouvait se libérer qu'en fin de mâtiné
En effet c’était lui qui faisait l'après-midi la régie son de leur kermesse, bref un échange de bons procédés qui permettait à l'école publique d’économiser un paquet de fric.


Donc le samedi matin je me pointe "chez les curés" pendant que le personnel et les bénévoles assuraient les préparatifs de la fête.

Je ne sais pas comment c'est de nos jours mais à l'époque une école catholique c’était vraiment . . heu comment dire . . .catholique ! !

Des sœurs, des grenouilles de bénitiers, un curé un vrai, un max de BCBG, manquait plus que des cols Claudine pour parfaire le tableau de la "France éternelle" Au final des gens plutôt sympathiques, très impliqués pour assurer le succès de cette journée et se proposant constamment de m'aider, ce que je refusai systématiquement pour éviter tout geste maladroit.

De mon coté, je monte toute la sono prévue pour la même configuration et utilisation que la veille, et comme le soir "les curés" avaient eux aussi décidé d'un petit bal disco, j'installe les platines vinyl et CD.

Fin de l'install, je passe aux essais,

en premier le micro DJ - je demande un report, OK cela semble bon, tous le monde m'entends correctement.

Second essai, une platine vinyl, je sors un Maxi au hasard d'un bac perso, le pose sur le TD, démarre la lecture, pousse le volume en ayant droit à quelques regards courroucés, mais bon, pour les essais faut pas faire semblant, une longue intro bien rythmée, le pied de batterie bien présent, quand d'un coup l'horreur !

Là dans la cour de cette école de curé surgit distinctement des HPs un cri mainte fois répété avant que je ne réalise et arrête le blasphème : "SATANIQUE ! ! SANS LOGIQUE ! !"

Hé oui, le disque que j'avais pris au hasard et sans y voir la moindre malice ou intervention de Belzebut, afin de tester le son dans cette école catholique au milieu de tous ces religieux et fidèles pratiquants était celui-ci ou une version approchante :


Inutile de préciser que j'étais dans mes petits souliers et que dès que le sonorisateur pro s'est pointé, je me suis éclipsé sans attendre que le curé me prenne en confession ! ! !

Revenir en haut de la page