Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google

L'enregistrement de la guitare acoustique

Le guide de l’enregistrement - 160e partie
Partager cet article

Pour l’avant-dernier épisode de notre grand guide consacré à l’enregistrement en situation Home Studio, nous allons nous pencher sur le cas de la guitare acoustique.

Accéder à un autre article de la série...

Étant donné le chemin parcouru depuis le début de cette série, cela devrait se passer sans anicroche, mais juste au cas où vous auriez malen­con­treu­se­ment sauté quelques chapitres, commençons par un petit rappel…

Le travail à la source

Ni allons pas par quatre chemins : si le son de votre instru­ment ne vous convient pas a minima avant même d’avoir placé le moindre micro, il n’existe aucun sorti­lège secret jalou­se­ment gardé par les Illu­mi­nati de la loge des tech­ni­ciens du son suscep­tible de pouvoir chan­ger cela lors de l’en­re­gis­tre­ment, du mixage, du maste­ring ou même à l’oc­ca­sion d’une messe noire sous une lune rousse arro­sée du sang d’un agneau encore vierge sanc­ti­fié par Pipo IX en personne. Mora­lité, sélec­tion­nez bien votre guitare en fonc­tion du son dont vous avez besoin pour le titre en cours de produc­tion. Dans le même ordre d’idée, prenez le temps de choi­sir judi­cieu­se­ment le tirant de vos cordes, faites atten­tion à leur vétusté, envi­sa­gez le jeu au doigt ou au média­tor, choi­sis­sez avec soin l’épais­seur et la matière dudit plectre, réflé­chis­sez à l’im­pact sonore de la zone où vous jouez (plutôt vers le manche ou vers le cheva­let) ainsi qu’au « voicing » de vos accords, etc. Croyez-moi sur parole, tous ces points auront beau­coup plus d’im­pact sur le rendu de vos enre­gis­tre­ments que l’uti­li­sa­tion de tel ou tel micro placé à tel ou tel endroit. Si vous souhai­tez en savoir un peu plus sur ce genre de consi­dé­ra­tions, je vous invite à jeter un œil à cet article sur le travail à la source ainsi qu’à celui-ci sur les prérequis de l’en­re­gis­tre­ment de la guitare élec­trique, ou bien encore celui-là sur le reste des prérequis concer­nant l’en­re­gis­tre­ment de la guitare élec­trique.

Sur ce, entrons dans le vif du sujet !

Capta­tion mono de la guitare acous­tique

Qu’il s’agisse d’une guitare folk ou clas­sique jouant un arpège, un riff ou une ryth­mique en « strum­ming », le meilleur point de départ consiste à utili­ser un micro élec­tro­sta­tique cardioïde à petite membrane placé à hauteur du manche et à une distance comprise entre quinze et cinquante centi­mètres de ce dernier, la capsule visant la douzième frette. Pour être plus clair, voici un petit schéma :

 

01_mono

 

Le son ainsi obtenu sera bien équi­li­bré. Vous pouvez jouer sur la distance afin de travailler la balance entre l’at­taque et le sustain. Il est égale­ment possible de légè­re­ment jouer sur l’orien­ta­tion de la capsule, comme indiqué sur le schéma, de façon à obte­nir un son plus gras (vers le corps de l’ins­tru­ment) ou un son plus clair (vers le manche). Atten­tion cepen­dant, ne péchez pas par excès sous peine d’ob­te­nir un son « boueux » ou, au contraire, un son trop « fin ».

Notez que l’uti­li­sa­tion d’un cardioïde à petite membrane permet de mini­mi­ser l’ef­fet de proxi­mité tout en évitant de trop grands chan­ge­ments de timbre à l’oc­ca­sion d’éven­tuels mouve­ments du guita­riste lors de sa perfor­mance. Ne vous atten­dez toute­fois pas à des miracles si ce dernier a plus la bougeotte qu’un raver sous acide…

Cette tech­nique d’en­re­gis­tre­ment mono convien­dra pour la plupart des produc­tions de musiques actuelles où la guitare n’est pas l’ins­tru­ment central et lorsque l’ar­ran­ge­ment est un tant soit peu chargé. Si vous ressen­tez tout de même le besoin d’avoir un peu plus « d’épais­seur », plutôt qu’une prise stéréo, je vous invite à envi­sa­gerla tech­nique du doublage dont je vous ai déjà parlé à l’oc­ca­sion du chapitre consa­cré à la guitare élec­trique. En effet, le rendu me semble beau­coup plus inté­res­sant dans le cadre des musiques actuelles lorsque la guitare acous­tique n’a qu’un rôle de soutien : la spatia­li­sa­tion ainsi obte­nue est plus « vivante », ce qui permet de rendre l’ins­tru­ment plus faci­le­ment percep­tible par l’au­di­teur sans pour autant le mettre trop à l’avant-scène et surtout, sans avoir à tritu­rer outre mesure la pâte sonore lors du mixage.

Passons à présent à l’en­re­gis­tre­ment en stéréo.

Guitare acous­tique en stéréo

La capta­tion en stéréo d’une guitare acous­tique est parti­cu­liè­re­ment inté­res­sante lorsque l’ar­ran­ge­ment de la compo­si­tion est rela­ti­ve­ment aéré. Le cas typique se résume à un simple couple guitare/voix. Pour ce genre de produc­tion, une prise stéréo­pho­nique de guitare acous­tique donnera une certaine épais­seur sonore au titre tout en déga­geant le centre, ce qui lais­sera ainsi une belle place au chant.

Commençons par la tech­nique la plus simple à mettre en œuvre, le couple X/Y. Ici, rien de bien sorcier : il suffit d’uti­li­ser deux micro­phones cardioïdes appai­rés et de posi­tion­ner les deux capsules des micros au plus proche de façon à obte­nir un angle de 90 degrés. Placez alors ce couple comme vu précé­dem­ment, à savoir à hauteur du manche et à une distance comprise entre quinze et cinquante centi­mètres de ce dernier, l’axe du couple visant la douzième frette. Voici un schéma illus­trant cette méthode :

 

02_XY

 

À l’ins­tar de la tech­nique de prise mono, mieux vaut privi­lé­gier des micros élec­tro­sta­tiques dotés d’un petit diaphragme. De plus, vous pouvez égale­ment travailler sur la distance de place­ment afin de gérer la propor­tion entre attaque et sustain ou légè­re­ment jouer sur l’orien­ta­tion du couple pour doser la balance spec­trale.

L’uti­li­sa­tion du couple X/Y a plusieurs avan­tages : la faci­lité de mise en pratique, une très bonne compa­ti­bi­lité mono et une largeur stéréo somme toute réaliste. Ceci étant, pour un rendu « larger-than-life », rien ne vaut un couple A/B. Pour mettre en œuvre cette méthode, prenez à nouveau deux micro­phones cardioïdes appai­rés – toujours de préfé­rence des élec­tro­sta­tiques à petite membrane. Posi­tion­nez-en un à la douzième frette comme précé­dem­ment, mais placez l’autre de façon à ce que la capsule pointe vers le cheva­let, comme indiqué sur l’illus­tra­tion suivante :

 

03_AB

 

Les distances de place­ment sont encore de l’ordre de quinze à cinquante centi­mètres de l’ins­tru­ment et toujours au niveau de la hauteur du plan défini par le manche. Afin de limi­ter les problèmes de phase, veillez à respec­ter la règle du 3:1 décrite dans cet article. De plus, faites atten­tion à ce que les mouve­ments de bras du musi­cien ne masquent pas le cheva­let à la « vue » du second micro, cela compro­met­trait à coup sûr la consis­tance de la prise.

L’avan­tage de cette tech­nique est bien entendu une largeur stéréo incom­pa­rable. En revanche, la compa­ti­bi­lité mono prend au passage un coup dans l’aile. À vous donc de peser le pour et le contre.

Sélec­tion de micros pour l’en­re­gis­tre­ment d’une guitare acous­tique

Pour conclure ce chapitre, voici une sélec­tion de micros parti­cu­liè­re­ment adap­tés selon moi à la capta­tion de guitares acous­tiques. Comme d’ha­bi­tude, cette liste n’est d’une part abso­lu­ment pas exhaus­tive, car je ne connais bien évidem­ment pas la tota­lité des micros exis­tants ; et d’autre part, elle est forcé­ment subjec­tive puisque reflé­tant mes goûts en la matière.

Je l’ai répété plusieurs fois, mieux vaut privi­lé­gier les élec­tro­sta­tiques à petit diaphragme. Or, si vous me faites l’hon­neur de suivre avec assi­duité cette série, vous n’êtes pas sans savoir que j’ai un petit chou­chou au sein de cette famille de micro : les Oktava MK-012. Je vous assure que je ne suis abso­lu­ment pas spon­so­risé par cette marque russe, mais force est de consta­ter que le rapport qualité/prix de ces joujoux est impa­rable.

Lorsqu’il s’agit d’en­re­gis­trer une ryth­mique sur une folk jouée au média­tor, j’ai cepen­dant un autre chou­chou, l’AKG C451 B dont la brillance ajoute une très agréable petite « étin­celle » au « strum­ming ».

Évidem­ment, Neumann propose des modèles cardioïdes à petite membrane des plus plai­sants, comme le KM 184 par exemple.

Pour la capta­tion de guitares acous­tiques à cordes en nylon lorsqu’il s’agit de l’ins­tru­ment prin­ci­pal, j’ap­pré­cie tout parti­cu­liè­re­ment les Schoeps CMC 6U équi­pés de capsules MK4, mais ça n’est pas une solu­tion à la portée de toutes les bourses, j’en conviens.

D’ailleurs, puisque nous venons d’en­trer dans la caté­go­rie des micros d’ex­cep­tions, voici les inévi­tables entorses à la règle du cardioïde à petit diaphragme. Il y a tout d’abord le micro à ruban Royer Labs R-121. Ce dernier fait vrai­ment des miracles sur les guitares acous­tiques, mais pour être tout à fait honnête, je n’ai, à ce jour, jamais rencon­tré de source sonore capable de le mettre réel­le­ment en mauvaise posture. Ensuite, les légen­daires Neumann U 47 et U 87 sont évidem­ment toujours des candi­dats de choix. Enfin, pour une pâte sonore rétro à souhait, les Coles 4038 sont de véri­tables bijoux.

Notez qu’il est bien entendu possible d’en­re­gis­trer la guitare acous­tique avec n’im­porte quel micro dans l’ab­solu. Je me suis d’ailleurs moi-même long­temps contenté d’un micro à conden­sa­teur cardioïde large membrane premier prix à mes débuts et j’ai tout de même réussi à obte­nir des résul­tats satis­fai­sants. Ceci dit, cela me deman­dait beau­coup plus de travail, à la prise comme au mixage. Du coup, si vous êtes amené à très souvent enre­gis­trer ce type d’ins­tru­ment, je ne saurais trop vous recom­man­der d’in­ves­tir dans une paire de micros dédiés, je vous garan­tis que ça chan­gera votre vie.

Sur ce, rendez-vous au prochain épisode pour l’ul­time chapitre de cette série consa­cré à l’en­re­gis­tre­ment en situa­tion Home Studio !

← Article précédent dans la série :
L'enregistrement des percussions
Article suivant dans la série :
Le guide de l'enregistrement en Home Studio - Conclusion →

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.