Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Image Line FL Studio 12
Photos
1/34

Test Image Line FL Studio 12

Séquenceur électro de la marque Image Line appartenant à la série FL Studio

Le paradis du fruit
9/10
Award Qualité / Prix 2015
Partager cet article

Il y a deux ans sortait la précédente version de FL Studio (anciennement Fruity Loops), qui se démarquait principalement par l’officialisation du mode « performance », l’ajout du plug-in « control surface » qui permet de se constituer sa propre surface de contrôle virtuelle, ainsi qu’une mise à jour du « patcher », l’outil de création modulaire de méta-instruments propriétaire de FL Studio.

Aujour­d’hui, le séquen­ceur d’Image Line nous est livré dans sa toute dernière mouture, la douzième, avec notam­ment une complète refonte graphique et l’op­ti­mi­sa­tion pour une utili­sa­tion tactile, mais égale­ment un certain nombre de nouveau­tés que nous allons détailler ensemble.

Mais avant d’en­ta­mer le tour d’ho­ri­zon des nouveau­tés de FL Studio, rappe­lons un peu le fonc­tion­ne­ment parti­cu­lier de ce logi­ciel, ce qui permet­tra aux nouveaux venus de mieux comprendre de quoi nous parlons ici. Ceux qui connaissent peuvent se rendre direc­te­ment au para­graphe suivant.

 

Fonc­tion­ne­ment

 

La singu­la­rité de FL Studio se mani­feste dès le premier regard par l’ap­pa­ri­tion d’un step-séquen­ceur réglé par défaut sur 4 pistes et 16 pas, réglage tota­le­ment modi­fiable bien sûr. C’est ce step-séquen­ceur qui repré­sente la colonne verté­brale du logi­ciel. Et c’est donc autour de lui que s’ar­ti­culent les autres éléments, à savoir la table de mixage, le piano-roll, la play­list (qui corres­pond peu ou prou à la fenêtre d’ar­ran­ge­ment des séquen­ceurs concur­rents), l’édi­teur audio interne Edison (à partir de la « Produ­cer Edition », voir plus bas) et l’en­semble des instru­ments et outils, proprié­taires ou étran­gers, réper­to­riés par le brow­ser.

Le prin­cipe créa­tif de FL Studio est le suivant. On déve­loppe des « patterns » dans le step-séquen­ceur en combi­nant, entre eux, instru­ments virtuels, réels, fichiers audio et même des clips d’au­to­ma­tions. Tout ce petit monde, à l’ex­cep­tion bien sûr des clips d’au­to­ma­tion, est mélangé et égalisé dans la table de mixage, à laquelle on peut ajou­ter les effets que l’on souhaite.

Pour ce qui est de la construc­tion même d’un morceau, les patterns – clips d’au­to­ma­tion inclus, cette fois – sont montés et arran­gés dans la « play­list » (l’équi­valent d’une fenêtre d’ar­ran­ge­ment dans un séquen­ceur tradi­tion­nel).

Et, enfin, grâce au « perfor­mance mode », ces mêmes patterns peuvent être mani­pu­lés à la volée un peu à la manière des clips dans Able­ton Live ou Bitwig Studio, avec certaines petites limi­ta­tions toute­fois par rapport aux logi­ciels spécia­li­sés dans le domaine. Par exemple, on ne peut pas, en cours de lecture, alter­ner direc­te­ment du mode « perfor­mance » à la lecture des patterns déjà séquen­cés. Mais rien de bien grave toute­fois, ça fonc­tionne très bien, et comme le recon­naissent les déve­lop­peurs eux-mêmes, le mode perfor­mance n’a de toute manière jamais été pensé pour être la fonc­tion prin­ci­pale du soft.

Après ce petit, mais néan­moins néces­saire rappel du fonc­tion­ne­ment géné­ral de FL Studio, voici main­te­nant venu le temps de nous pencher plus préci­sé­ment sur les petits et grands chan­ge­ments appor­tés par cette (ces) nouvelle(s) mouture(s).

Commençons, pour cela, par un tour d’ho­ri­zon des versions et « Editions » de FL Studio.

Les éditions payantes et les versions gratuites

Depuis notre dernier test, FL Studio a fait l’objet de multiples mises à jour, ce qui témoigne notam­ment de l’im­por­tance que les déve­lop­peurs attachent au suivi de leur produit.

Par exemple, le logi­ciel est devenu compa­tible 64 bits depuis juillet 2014, et Image Line est l’un des rares éditeurs à ma connais­sance à propo­ser de lui-même, depuis novembre 2013, une appli gratuite de télé­com­mande WiFi proprié­taire pour pilo­ter son logi­ciel via un appa­reil nomade. Nous revien­drons d’ailleurs sur cette télé­com­mande à la fin de ce test, car, même si elle ne repré­sente pas l’une des nouveau­tés de cette version, elle apporte un confort non négli­geable à la mani­pu­la­tion du soft.

Puisque nous parlons de gratuité et de mises à jour, il est impor­tant de rappe­ler – et de saluer comme il se doit – le fait que celles-ci, qu’elles soient mineures (les chiffres après le(s) point(s) dans le numéro de version) ou majeures (le nombre avant le(s) point(s)), sont toujours entiè­re­ment gratuites pour les ache­teurs anté­rieurs.

Ceux-ci ne refont ensuite chauf­fer la carte bleue que s’ils souhaitent éven­tuel­le­ment faire monter leur séquen­ceur en gamme, c’est-à-dire le faire passer à l’« édition » supé­rieure pour reprendre la termi­no­lo­gie maison d’Image-Line.

D’ailleurs, livrons-nous à un petit rappel des éditions dispo­nibles.

Nous avons la « Fruity Edition », 89 €, qui possède toutes les fonc­tions de base de FL Studio hormis la gestion de l’au­dio. Ensuite nous avons la « Produ­cer Edition », 189 €, qui permet quant à elle la gestion de l’au­dio, mais ne dispose que des synthés virtuels les plus anciens. La « Signa­ture Edition », 289 €, propose quelques synthés virtuels et effets supplé­men­taires, et enfin la « All Plugins Bundle », 680 €, offre toute la gamme des instru­ments et outils virtuels d’Image Line.

À noter que, quelle que soit l’édi­tion que vous choi­sis­sez, vous pouvez bien entendu la complé­ter avec les plug-ins de votre choix ache­tables sépa­ré­ment sur le site d’Image Line.

Si tous sont bien entendu au format proprié­taire de FL Studio, un certain nombre est égale­ment télé­char­geable en VST, tel le superbe instru­ment virtuel « Harmor », mêlant synthèse addi­tive, sous­trac­tive, graphique et lecture de samples, ou bien l’ef­fet « Gross Beat » (sic) pour la défi­ni­tion et l’ap­pli­ca­tion de sché­mas ryth­miques et tempo­rels à votre musique.

Puisque nous évoquons la compo­si­tion de chaque « Edition » en termes d’ou­tils et de fonc­tion­na­li­tés, voici ce que la version 12 du logi­ciel apporte comme évolu­tions dans le domaine.

La « Fruity Edition » obtient la gestion des clips d’au­to­ma­tion, la « Produ­cer Edition » obtient le synthé­ti­seur FM « Sytrus » et le compres­seur multi­bande « Maxi­mus », le « Signa­ture Bundle » obtient le module « Newtone » pour la gestion de hauteur et de durée « à la Melo­dyne version mono­dique » des échan­tillons audio, l’ef­fet « Gross Beat » sus-(re-sic)-mentionné et le synthé­ti­seur « Harm­less », version allé­gée d’Har­mor.

À noter que ces upgrades sont rétro­ac­tifs pour les utili­sa­teurs de versions anté­rieures qui ne souhai­te­raient pas passer à la version 12. Ceux-ci pour­ront ainsi gratui­te­ment télé­char­ger les éléments qui leur manquent sans pour autant faire évoluer leur séquen­ceur vers la version 12 (évolu­tion d’ailleurs elle aussi gratuite, comme signalé plus haut). 

Bien que ce soit la version « All Plugins Bundle » que nous ayons testée, tous les outils ou toutes les fonc­tions dont je parle­rai à partir de main­te­nant, qu’il s’agisse de nouveau­tés ou non, seront des éléments présents dans toutes les éditions de FL Studio.

Enfin, toujours à propos des mises à jour, pendant que je rédi­geais ce test, basé origi­na­le­ment unique­ment sur la version 12.0.2, est sortie la version 12.1 BÊTA, encore dispo­nible au télé­char­ge­ment jusqu’au 12 août inclus (dépê­chez-vous !). Et vu que cette dernière apporte son lot d’évo­lu­tions inté­res­santes, la rédac­tion et moi-même nous sommes mis d’ac­cord pour vous en parler dans ce test. À chaque fois que j’évoque­rai donc une nouveauté, je préci­se­rai si elle provient de cette version BÊTA. En l’ab­sence de préci­sion de ma part, on consi­dè­rera qu’il s’agit d’une nouveauté de la dernière version défi­ni­tive en date à la rédac­tion de ce test (la 12.0.2 donc, pour ceux qui suivent).

Test qu’il est main­te­nant grand temps de débu­ter pour de bon, en nous penchant donc gaie­ment sur l’in­ter­face géné­rale du logi­ciel, objet de nombreux efforts des déve­lop­peurs pour cette dernière mouture de leur soft.

L’in­ter­face géné­rale liftée

Là, je me permet­trai tout d’abord un petit aparté pour souli­gner une chose : le logi­ciel s’ouvre en à peine 3 secondes montre en main, et ce même sur mon PC qui n’est plus de première jeunesse (4 ans au comp­teur) !

Et pendant toute la durée de ce test, je n’ai pas constaté un seul bug, que ce soit sur l’une ou l’autre version testée. Donc chapeau bas à l’équipe de déve­lop­pe­ment d’Image Line sur ce point.

Mais reve­nons à l’in­ter­face, qui vient main­te­nant de s’af­fi­cher.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que celle-ci a très forte­ment évolué depuis la dernière fois… et ce n’est pas un hasard. En effet, cette version 12 marque l’en­trée défi­ni­tive de FL Studio dans le monde de la mani­pu­la­tion tactile et de l’af­fi­chage vecto­riel.

Les para­mètres graphiques de l’in­ter­face utili­sa­teur peuvent d’ailleurs main­te­nant être défi­nis dans le menu géné­ral d’op­tions (gene­ral settings) du logi­ciel. On peut ainsi augmen­ter indi­vi­duel­le­ment l’af­fi­chage de ladite inter­face, des barres d’ou­tils et des fenêtres de modules jusqu’à 400 %.  

Les nouvelles options sont ainsi censées permettre l’af­fi­chage sur des écrans 8 k. Je n’ai pas pu le véri­fier par moi-même, mais Image-Line ne nous a pas habi­tués à racon­ter des cracks.

Pour le para­mé­trage de la mani­pu­la­tion tactile d’« objets », on peut égale­ment défi­nir le nombre de points par pouce. Mais à partir de Windows 8.1, ceci se fait norma­le­ment auto­ma­tique­ment. On peut égale­ment choi­sir d’op­ti­mi­ser son inter­face en fonc­tion de l’uti­li­sa­tion d’une souris multi-boutons, d’un stylet ou de ses doigts pour une utili­sa­tion en mode « multi-touch ».

Pour en reve­nir à l’af­fi­chage « pur et dur », finis, donc, les petits boutons et l’in­ter­face parfois un peu touf­fue des versions précé­dentes. Avec FL Studio 12, les boutons se sont agran­dis, espa­cés, et s’ils ont parfois perdu en finesse graphique, ils sont deve­nus beau­coup plus lisibles, ce qui n’est pas négli­geable même quand on ne travaille pas sur un écran tactile.

Ainsi, même dans ce cas-là, on ne trou­vera pas désa­gréable (au contraire) le nouveau gros bouton rota­tif acti­vable à partir de la barre de trans­port, et qui reprend le dernier para­mètre mani­pulé avec la souris… quel que soit l’ori­gine de ce para­mètre : table de mixage, plug-in interne de FL Studio, plug-in externe VST, etc.

On appré­ciera aussi la possi­bi­lité de défi­nir soi-même les boutons d’ac­cès direct que l’on souhaite avoir dans la barre prin­ci­pale.

Enfin, on consta­tera que la table de mixage est désor­mais, grâce aux graphismes vecto­riels, tota­le­ment redi­men­sion­nable. Elle est égale­ment main­te­nant « magné­ti­sable » aux fenêtres des autres éléments de FL Studio. 

À part les aspects esthé­tique et ergo­no­mique, qui se retrouvent sur tout l’en­semble du design du soft, des chan­ge­ments d’ordre fonc­tion­nel ont égale­ment eu lieu dans l’in­ter­face.

Tout d’abord, certains menus ont échangé leurs places : celui des  « Chan­nel options » a migré de la barre prin­ci­pale vers le step-séquen­ceur, et celui des « patterns » a effec­tué le chemin inverse.

Ensuite, les « chan­nel settings » (les options des pistes du step-séquen­ceur) sont désor­mais inté­grés au « plugin wrap­per » (le module qui permet de rendre utili­sables des VSTs tiers au sein de FL Studio). Tout est ainsi réuni en une seule et même inter­face (dont l’as­pect a lui aussi parti­cu­liè­re­ment changé), les plug-ins externes conser­vant en plus le volet « wrap­per settings » des versions précé­dentes. Excel­lente chose.

A gauche, les fonc­tions du plug-in wrap­per affec­tées au synthé­ti­seur « Massive » de Native Instru­ments :

Enfin, l’ins­tal­la­tion et la recon­nais­sance des VSTs externes ont évolué. La version 12.0.2 avait supprimé la fonc­tion « add plug-in » des « chan­nel options », en la remplaçant en quelque sorte par la nouvelle rubrique « instal­led » du brow­ser. Devant les protes­ta­tions des utili­sa­teurs, la fonc­tion en ques­tion a été réin­té­grée. 

Mais obser­vons main­te­nant en détail l’évo­lu­tion des diffé­rents éléments de FL Studio, en commençant par…

 

 

 

La table de mixage vecto­ri­sée

 

Dans la série des amélio­ra­tions esthé­tiques (et pratiques), les plus gros progrès ont été faits au niveau de la table de mixage, qui offre main­te­nant cinq modes d’af­fi­chages, dont un « extra-large » visi­ble­ment pensé là aussi pour l’uti­li­sa­tion tactile.

On remarque bien sûr immé­dia­te­ment la tran­si­tion graphique vers un affi­chage vecto­riel, ce qui auto­rise comme nous le disions plus haut tous les redi­men­sion­ne­ments possibles et offre des anima­tions parti­cu­liè­re­ment agréables.

Une autre amélio­ra­tion impor­tante de la table de mixage réside dans le fait que les liens entre les tranches sont main­te­nant affi­chés sans aucune ambi­guïté, grâce à de nouveaux câbles virtuels tout beaux tout neufs, mais qui peuvent être dissi­mu­lés si vous le préfé­rez (de toute manière, seuls appa­raissent les câbles concer­nant la piste sélec­tion­née…)

Toute­fois, s’il est main­te­nant devenu beau­coup plus simple de repé­rer d’un seul coup d’œil la desti­na­tion du signal d’une tranche, il reste encore un poil moins évident d’iden­ti­fier celles dont elle-même était la desti­na­tion.

Il est encore néces­saire, pour cela, d’ac­ti­ver via un sous-menu la sélec­tion des tranches sous-grou­pées, et, si celles-ci sont éloi­gnées, de suivre les câbles appa­rus.

On a donc tout inté­rêt à lier entre elles des tranches proches si l’on veut créer des groupes.

Car s’il est possible de les dépla­cer ulté­rieu­re­ment pour les rappro­cher, ce n’est pas encore de manière tout à fait opti­male à mon goût (mais cela n’en­gage que moi).

On peut en effet toujours, comme par le passé, dépla­cer les tranches par crans d’une unité vers la gauche ou vers la droite, et bien que cela puisse sembler fasti­dieux comme ça en le disant, dans les faits, cela va assez vite en main­te­nant enfon­cées les commandes idoines (alt+l ou shift+­mo­lette de la souris). Pour accé­lé­rer le proces­sus, la version 12 de FL Studio permet doré­na­vant de « docker » direc­te­ment les tranches sélec­tion­nées aux extré­mi­tés ou au centre de la table, afin de les rappro­cher de leur desti­na­tion.

Mais comme je suis un grand rêveur, je me prends à imagi­ner la possi­bi­lité d’at­tra­per à la souris la tranche concer­née et de la dépo­ser direc­te­ment à l’em­pla­ce­ment souhaité, comme cela est le cas dans d’autres softs.

Et puisque nous évoquons les petits défauts, il est à noter qu’il n’est toujours pas possible de créer ou de suppri­mer des tranches de console. Cela dit, les 103 dispo­nibles suffi­ront ample­ment à la très grande majo­rité des projets, et si l’on veut, l’on peut choi­sir de n’en affi­cher que le nombre que l’on souhaite. 

Quoi qu’il en soit, pour en reve­nir aux nouveaux câbles virtuels : ces derniers permettent une meilleure visua­li­sa­tion des routages de la console, amélio­rant ainsi forte­ment la gestion notam­ment des sous-groupes. 

 

Concer­nant ceux-ci, comme pour les précé­dentes versions du logi­ciel, on peut en créer autant qu’on le désire, mais de manière plus simple que par le passé. Ainsi, on peut main­te­nant sélec­tion­ner plusieurs tranches et les grou­per grâce à l’op­tion « create group ». Elles seront alors immé­dia­te­ment unifiées sous un même nom. Il faudra tout de même prévoir d’in­clure dans ledit groupe une tranche servant à mixer toutes les autres.

Sinon, si l’on ne souhaite qu’uni­fier momen­ta­né­ment des tranches pour agir simul­ta­né­ment sur leurs faders, il suffit simple­ment de les sélec­tion­ner, et de mouvoir le fader de l’une d’elles pour que les autres suivent. Cette parti­cu­la­rité dispa­raît quand on désélec­tionne les tranches.

La nouvelle fonc­tion « sepa­ra­tor » permet d’ac­ti­ver indi­vi­duel­le­ment la sépa­ra­tion visuelle entre les tranches, afin de clari­fier encore leur gestion (les « selec­tors » dispa­raissent par exemple auto­ma­tique­ment entre les tranches d’un même groupe). Et comme si cela n’était toujours pas suffi­sant, on a la possi­bi­lité aujour­d’hui de colo­rer non plus unique­ment le sommet de la tranche, mais la tranche entière (BÊTA), avec trois inten­si­tés de couleur qui plus est (BÊTA).

On remarquera égale­ment que, sur la version BÊTA, la valeur des faders est reprise numé­rique­ment direc­te­ment au-dessus d’eux. 

La nouvelle table de mixage s’illustre égale­ment par le fait que nous pouvons, main­te­nant, affi­cher direc­te­ment les effets présents sur la piste sous le fader (ou éven­tuel­le­ment sous le bouton de sépa­ra­tion stéréo si l’af­fi­chage de celui-ci, devenu option­nel, a été demandé). L’af­fi­chage de l’ins­pec­teur de piste, aupa­ra­vant le seul moyen d’ac­cé­der auxdits effets, n’est donc plus obli­ga­toire. Il le reste par contre pour accé­der aux réglages de l’équa­li­zer inté­gré ou à celui de compen­sa­tion de latence de chaque piste. Par contre, on notera que l’EQ inté­gré de la table de mixage n’est toujours pas bypas­sable, seuls les effets en inserts le sont. 

Mais l’une des plus grandes nouveau­tés concer­nant la table de mixage est la possi­bi­lité d’in­diquer, beau­coup plus simple­ment qu’au­pa­ra­vant, à quelle tranche de la table on souhaite affec­ter une piste du step-séquen­ceur, à l’aide du tout nouveau « Chan­nel rack track selec­tor » (BÊTA). 

Le step-séquen­ceur opti­misé 

« Chan­nel rack » qui est d’ailleurs la nouvelle déno­mi­na­tion du step-séquen­ceur. Ce chan­ge­ment de nom implique­rait-il qu’Image Line opére­rait un subtil, mais profond chan­ge­ment dans la philo­so­phie de son soft ? À voir. En tous cas, il semble­rait que l’édi­teur souhaite encore renfor­cer l’in­ter­ac­tion entre le step sequen­ceur et les autres éléments du logi­ciel, notam­ment le piano-roll et la table de mixage. 

Pour cette dernière, nous l’avons vu, cela passe par ce tout petit chan­ge­ment en appa­rence, mais ô combien pratique : l’ajout de ce fameux « track selec­tor » devant chaque piste du step-séquen­ceur (BÊTA).

Cela signi­fie, comme je le disais plus haut, que doré­na­vant, vous pour­rez attri­buer direc­te­ment un numéro de tranche de mixage à chaque piste du chan­nel rack, sans plus avoir à ouvrir la fenêtre de para­mé­trage de ladite piste, les fameux « chan­nel settings ». Toute­fois, vous pouvez conti­nuer à le faire, hein, si le cœur vous en dit.

D’ailleurs, l’une des carac­té­ris­tiques de FL Studio, à travers son histoire, est qu’une nouvelle manière de faire, intro­duite par une nouvelle version du soft, ne remplace pas forcé­ment l’an­cienne, mais que les deux s’ad­di­tionnent. Ainsi, les anciens utili­sa­teurs ne sont pas débous­so­lés, et les nouveaux découvrent plusieurs manières d’opé­rer, ce qui leur permet de choi­sir la mieux adap­tée à leur work­flow person­nel. Pas bête, même si la contre­par­tie de cette philo­so­phie est que l’on peut vite se trou­ver face à une liste impres­sion­nante de menus et sous-menus. Mais nous nous égarons.

Pour en reve­nir au menu des chan­nel settings, sachez que nous avons main­te­nant le bouton « track » situé sous la fenêtre d’at­tri­bu­tion des tranches de mixage, et qui permet quant à lui d’af­fec­ter direc­te­ment la première tranche de console dispo­nible à la piste de step-séquen­ceur concer­née, sans plus néces­si­ter de passer par un sous-menu comme aupa­ra­vant. Une autre idée très pratique.

Cepen­dant, les chan­ge­ments concer­nant le chan­nel rack (ou step-séquen­ceur, si vous préfé­rez) ne s’ar­rêtent pas là, tant s’en faut.

La fenêtre du chan­nel rack dispose main­te­nant elle aussi, comme les autres éléments du logi­ciel, de sa petite flèche en haut à gauche (les connais­seurs la recon­naî­tront) pour faire appa­raître le menu corres­pon­dant, qui aupa­ra­vant était acces­sible via la barre de menus géné­rale du soft.

Comme nous l’avons vu plus haut, la prin­ci­pale chose à noter dans ledit menu – hormis sa migra­tion depuis la barre géné­rale des menus – est la dispa­ri­tion, dans la version 12.0.2, de l’op­tion « more plug-ins », qui permet­tait d’ajou­ter des plug-ins au choix à la section des favo­ris… et sa réap­pa­ri­tion dans la version 12.1 BÊTA, là aussi suite à la demande expresse des inter­nautes dans les forums d’Image Line. Il semble­rait que ce retour soit défi­ni­tif. 

À propos de la gestion des plug-ins au sein du chan­nel rack, nous avons main­te­nant égale­ment un bouton « + » situé en dessous des pistes. Celui-ci permet d’ac­cé­der encore plus rapi­de­ment à la liste des outils sonores, sans avoir à passer ni par le menu du chan­nel rack, ni par le brow­ser (ni par sa version exclu­si­ve­ment graphique, le génial « plugin picker »), ni par le menu « add » de la barre de menus prin­ci­pale, ni par le clic droit sur une piste exis­tante suivi de choix de l’op­tion « insert »… Tout cela pour vous indiquer, en passant, les multiples solu­tions qui existent pour faire entrer un géné­ra­teur de son dans votre compo !

Et pour illus­trer ce que je disais précé­dem­ment concer­nant la tendance tout à fait défen­dable d’Image Line qui consiste à addi­tion­ner les manières d’ob­te­nir un même résul­tat plutôt que de rempla­cer les anciennes par les nouvelles.

Une autre nouveauté réside dans le fait que la taille des pistes du chan­nel rack soit main­te­nant modi­fiable par simple étire­ment du bord de la fenêtre. Par défaut, le chan­nel rack est confi­guré pour repré­sen­ter une mesure de 4 temps subdi­vi­sée en doubles-croches, donc un ensemble de 16 pas de séquençage (réglage tota­le­ment modi­fiable dans le panneau de confi­gu­ra­tion du logi­ciel, jusqu’à 16 subdi­vi­sions par temps, soit des quadruples croches, toujours aussi rare­ment repré­sen­tées dans les autres séquen­ceurs). Quand on étire les pistes, les pas de séquençage supplé­men­taires qui s’af­fichent sont grisés pour montrer qu’ils ne font pas partie du para­mé­trage géné­ral, mais sont toute­fois acti­vables à tout moment.

Enfin, j’ai gardé l’une des plus grosses modi­fi­ca­tions pour la fin…

Les habi­tués auront peut-être constaté, en obser­vant les captures d’écran… la dispa­ri­tion des « graph- » et « keyboard editor » ! En effet, ces deux petits éditeurs, qui permet­taient d’un « trait de souris » de dessi­ner des courbes pour attri­buer des valeurs de para­mètre ou des notes à chacun des pas du step-séquen­ceurs, ne sont plus !

Ils étaient pour­tant bien pratiques, et ajou­taient une part de spon­ta­néité et d’aléa­toire souvent bien­ve­nue dans la créa­tion de patterns. Image Line défend l’idée de leur dispa­ri­tion en argu­men­tant qu’ils souhaitent faire évoluer le rôle de ces outils au piano-roll du logi­ciel. Soit.

Sauf que ce dernier, s’il se révèle extrê­me­ment riche en possi­bi­li­tés, n’offre pas, en ce qui concerne les notes, la même spon­ta­néité de tracé que le « keyboard editor ». D’où la grogne de nombreux utili­sa­teurs, ce qui pour­rait, selon ce qu’Image Line lais­sait entendre dans sa vidéo de présen­ta­tion, mener à un éven­tuel retour des « editors ». On ne peut que le souhai­ter !

Nous verrons dans le prochain para­graphe entre autres de quelle manière Image Line a pensé trans­fé­rer leurs fonc­tions au piano-roll. Et puisque nous parlons des regrets, certaines choses conti­nuent à me chagri­ner depuis le dernier test.

Concer­nant l’in­ter­ac­tion entre le chan­nel rack et les tranches de console, il y aurait à mon sens des choses à amélio­rer.

En effet, la sélec­tion de tranches de console via le selec­tor du chan­nel rack ne permet pas d’en­voyer les noms et les couleurs des pistes du chan­nel rack corres­pon­dantes. Ceci ne peut se faire qu’à partir de la fonc­tion « route selec­ted chan­nels to this track » de la table de mixage. Or ce routing réaf­fecte les tranches de la table de mixage selon l’ordre des pistes du chan­nel rack, et non selon le numéro prévu dans le sélec­tor, qui est alors auto­ma­tique­ment modi­fié.

Mais ce qui m’em­bête surtout, c’est le pilo­tage MIDI de ces mêmes pistes de chan­nel rack par claviers/contrô­leurs à pad externes, pilo­tage qui n’a pas évolué depuis la dernière fois et dont j’avais déjà signalé l’as­pect peu pratique.

Premiè­re­ment, impos­sible d’af­fec­ter simple­ment plusieurs pistes simul­ta­né­ment à un seul appa­reil de contrôle, à moins de passer par un méta-instru­ment réalisé au sein du « patcher », ou par des pistes dites « layer » qui permettent d’em­pi­ler plusieurs instru­ments, ou encore par une fonc­tion « midi out » utili­sable pour les vsts externes, mais pas pour les plugins de FL Studio. On est encore loin, dans ce domaine, de la souplesse offerte par d’autres séquen­ceurs.

Ensuite, si vous souhai­tez pilo­ter plusieurs pistes avec chacune un contrô­leur diffé­rent, sachez que l’af­fec­ta­tion d’un contrô­leur à une piste se fait en fonc­tion du canal MIDI dudit contrô­leur, c’est-à-dire que le contrô­leur commu­niquant sur le canal MIDI au numéro le plus petit pilo­tera la piste la plus haute dans le chan­nel rack parmi les pistes sélec­tion­nées.

Donc, si vous n’y prenez pas garde, vous risquez fort de vous retrou­ver à pilo­ter une batte­rie avec un clavier pendant que vous devrez vous escri­mer avec votre contrô­leur à pad pour impro­vi­ser le solo de piano que vous aviez prévu, sachant que l’ac­cès aux para­mètres MIDI des contrô­leurs modernes est souvent plus compliqué que l’ac­cès à ceux des contrô­leurs plus anciens. Ou alors il vous faudra dépla­cer les pistes pour faire corres­pondre leur ordre aux numé­ros des canaux MIDI de vos contrô­leurs physiques. Donc s’il vous plaît, Image Line, faîtes un petit effort de ce côté-là, d’au­tant qu’à part cela la gestion MIDI de votre soft est vrai­ment excel­lente (exemple : le génial « multi­link », qui permet d’af­fec­ter les mêmes boutons d’un contrô­leur à des para­mètres diffé­rents en fonc­tion du plug-in ou de l’élé­ment de FL Studio que l’on pilote à l’ins­tant T).

Mais dans l’ab­solu, on arrive toujours par obte­nir le résul­tat que l’on souhaite.

Le piano-roll

Dans le cadre de l’in­ter­ac­tion accen­tuée du chan­nel rack et du piano-roll voulue par Image Line, il faut recon­naître, même si je regrette la dispa­ri­tion des « editors », que les déve­lop­peurs ont eu une idée assez astu­cieuse pour combler cette dernière.

Ils ont en effet imaginé de conser­ver une trace, dans le piano-roll d’une piste donnée, des pas de séquençage acti­vés puis désac­ti­vés dans la piste de chan­nel rack corres­pon­dante. Dans le piano-roll, les notes ne sont alors plus suppri­mées, mais simple­ment désac­ti­vées elles aussi. Ceci afin de permettre de conser­ver leurs courbes de vélo­cité ou autres effets appli­cables par note, permet­tant ainsi de réuti­li­ser ces courbes pour les nouvelles notes remplaçant les précé­dentes.

Cette option de la version 12 de FL Studio étant figée, certains utili­sa­teurs s’en sont éton­nés, et Image Line a décidé de corri­ger le tir dans la version 12.1 BÊTA, dans laquelle on peut choi­sir si la désac­ti­va­tion des pas dans le chan­nel rack entraîne unique­ment la désac­ti­va­tion des notes corres­pon­dantes dans le piano-roll, ou bien leur dispa­ri­tion pure et simple. 

Une autre grande nouveauté du piano-roll concerne les « ghost chan­nels », c’est-à-dire les autres piano-rolls d’un même pattern. Jusque-là, il était unique­ment possible, si on le souhai­tait, de les rendre visibles lorsque l’on éditait un piano-roll donné. À partir de main­te­nant, on peut égale­ment les éditer direc­te­ment à partir du piano-roll sur lequel on est en train de travailler.

Si ce n’est pas toujours évident, notam­ment quand plusieurs notes de diffé­rents instru­ments se super­posent, cela permet toute­fois de rapides correc­tions, et cela s’avère globa­le­ment fort pratique même si l’ac­cès direct au piano-roll concerné reste à mon sens préfé­rable pour une édition pous­sée.

On a main­te­nant égale­ment la possi­bi­lité, toujours dans le piano-roll, de rajou­ter des marqueurs de temps, comme dans la play­list ou d’autres éléments (comme Edison ou Slicex, les prin­ci­paux outils de trai­te­ment audio de FL Studio). Une excel­lente initia­tive, à mon sens. Toute­fois, et contrai­re­ment à leur utili­sa­tion dans les autres éléments de FL Studio, les marqueurs de temps du piano-roll sont réser­vés à un usage « infor­ma­tif » et ne permettent pas, par exemple, de créer une région de bouclage.

Enfin, nous avons l’ou­til « stamp » qui remplace l’an­cien outil « chord » et qui permet de placer des accords prédé­fi­nis à la volée.

À noter que, même si le mode d’em­ploi ne le précise pas (mais merci à notre lecteur « dark­moon » pour cette préci­sion), les notes d’un accord ainsi créé peuvent être ensuite déso­li­da­ri­sées les unes des autres afin, notam­ment, de pouvoir allé­ger l’ac­cord en suppri­mant des notes ou bien effec­tuer des renver­se­ments.

Une autre chose qui me gêne, et ce déjà depuis le dernier test, c’est que la fonc­tion « snap », censée permettre de coller une note au prochain repère de grille, soit réglé par défaut avec un main­tien de l’off­set.

Je m’ex­plique : si une note est située légè­re­ment après le premier temps, et que je souhaite la faire coller au deuxième temps, FL Studio effec­tuera l’opé­ra­tion en main­te­nant le déca­lage, c’est-à-dire que la note sera désor­mais légè­re­ment déca­lée par rapport au deuxième temps. Pour suppri­mer ce déca­lage, il faut ensuite acti­ver la fonc­tion « quick quan­tize ».

Que ce main­tien de l’off­set soit possible, c’est une excel­lente idée en soi, mais person­nel­le­ment j’au­rais préféré qu’il s’agisse d’une option et non du réglage par défaut.

Enfin bon, je recon­nais que c’est une ques­tion de goût person­nel.

Le brow­ser clari­fié

Le brow­ser de FL Studio fait partie des éléments de FL Studio qui ont gagné en clar­té… notam­ment par l’amé­lio­ra­tion d’une fonc­tion déjà exis­tante : celle des « snap­shots ». Celle-ci permet­tait déjà, dans les versions précé­dentes du logi­ciel, d’ac­cé­der à des confi­gu­ra­tions person­nelles dudit brow­ser (9 person­na­li­sables + 1 fonc­tion « auto » qui permet toujours aujour­d’hui d’ou­vrir auto­ma­tique­ment le dossier du brow­ser corres­pon­dant à la fonc­tion ou le plug-in utilisé à l’ins­tant T dans le logi­ciel). Cette fonc­tion « snap­shot » a évolué, avec la version 12 du logi­ciel, dans le sens où les trois premiers « snap­shots » sont main­te­nant prédé­fi­nis. Ils permettent respec­ti­ve­ment direc­te­ment d’ac­cé­der soit à la tota­lité des rubriques du brow­ser, soit aux plug-ins, soit aux éléments spéci­fiques utili­sés dans le projet en cours. Ces fameux snap­shots sont d’ailleurs main­te­nant acces­sibles immé­dia­te­ment via trois petits boutons en haut du brow­ser. Les snap­shots suivants, person­na­li­sables, pour­ront venir s’ajou­ter à cette série, avec leur propre bouton distinc­tif.

Moi qui avais critiqué l’as­pect un peu foutraque du brow­ser dans mon précé­dent test, j’avoue que j’ai eu le plai­sir de consta­ter cette heureuse évolu­tion des choses. 

On regret­tera toute­fois l’ab­sence de certains éléments dans l’af­fi­chage du projet en cours, tels que les fichiers audio ou les clips d’au­to­ma­tion. Ce n’est pas très grave, on peut les trou­ver rapi­de­ment ailleurs, mais c’eût été encore plus pratique de les avoir immé­dia­te­ment à dispo­si­tion.

L’autre chan­ge­ment impor­tant inter­venu dans le brow­ser est l’ap­pa­ri­tion de l’op­tion « delete » dans le menu contex­tuel de chaque élément réper­to­rié dans le brow­ser. Ceci est une avan­cée plus impor­tante qu’elle ne pour­rait le paraître au premier abord, car elle nous évite d’avoir à ouvrir une fenêtre de Windows pour aller effa­cer le raccourci qui s’y trouve, comme c’était le cas aupa­ra­vant. Je parle de raccourci, car je vous rassure, il ne s’agis­sait pas de suppri­mer défi­ni­ti­ve­ment vos plug-ins si patiem­ment instal­lés (n’est-ce pas, collègues amateurs de Komplete ou d’EWQLSO ?), mais unique­ment leurs raccour­cis.

Tout comme dans cette nouvelle version : la nouvelle fonc­tion « delete » n’ef­face que l’en­trée du plug-in dans le brow­ser, pas le plug-in lui-même. N’hé­si­tez donc pas à vous servi de cette fonc­tion si vous en ressen­tez le besoin.

Pour ceux qui seraient toujours un peu fâchés avec le brow­ser de FL Studio, Image Line rappelle qu’il ne s’agit au bout « que » d’une arbo­res­cence de fichiers un peu mise en forme (comme tout brow­ser, dans le fond…) et qu’on peut faci­le­ment opérer les modi­fi­ca­tions que l’on souhaite en se rendant dans le dossier source via l’ex­plo­ra­teur Windows.

Pour termi­ner le tour des nouveau­tés concer­nant les éléments de base de FL Studio, voyons main­te­nant les éléments qui ont évolué dans la play­list. 

La play­list peu modi­fiée

La play­list a égale­ment eu droit à son petit lot de chan­ge­ments, mais beau­coup moins essen­tiel que ceux de ses collègues. On peut doré­na­vant faire glis­ser des fichiers audio par lots. Ils s’af­fi­che­ront alors chacun dans une piste diffé­rente de la play­list. Les noms des pistes peuvent rester affi­chés lorsque la play­list défile pendant la lecture du morceau. Et enfin, on peut iden­ti­fier main­te­nant faci­le­ment les clips qui se chevauchent malen­con­treu­se­ment.

Nouveaux plug-ins ?

Eh bien la version 12.0.2 n’en propose pas, mais la version 12.1 BÊTA, si !

Nous avons ainsi droit à un nouveau lecteur de vidéos, qui accepte doré­na­vant quasi­ment tous les types de formats, ainsi que le SMPTE pour le time­code.

Nous avons égale­ment un nouveau pad virtuel de commande MIDI, nommé « Fruity X-Y-Z Control­ler », qui comme son nom l’in­dique n’est plus limité aux axes d’abs­cisse (X) et d’or­don­née (Y), mais inclue égale­ment la profon­deur (Z).

On pourra donc lui assi­gner libre­ment trois para­mètres MIDI, et non plus unique­ment deux. À noter que le « Fruity X-Y Control­ler » tradi­tion­nel à « seule­ment » deux dimen­sions fait toujours partie des outils MIDI de FL Studio. 

Dans le nouveau contrô­leur à trois dimen­sions, la profon­deur se gère soit via la molette de la souris, soit en version tactile via l’écar­te­ment ou le rappro­che­ment de deux doigts (à l’image des fonc­tions de zoom/dézoom sur la plupart des tablettes et smart­phones tactiles).

Diverses commandes permettent de régler notam­ment la vitesse de réac­tion de chacun des axes, ou encore la couleur géné­rale du contrô­leur, par exemple pour la faire corres­pondre à celle du plug-in contrôlé.

Ce nouveau module s’avère très pratique à l’usage.

 

Mais, à mon sens, la prin­ci­pale nouveauté en termes d’ou­tils réside dans l’ap­pa­ri­tion du « VFX Keyboard Split­ter » !

Celui-ci, utili­sable prin­ci­pa­le­ment dans « patcher » comme montré dans l’illus­tra­tion ci-dessus, est destiné à répar­tir sur plusieurs géné­ra­teurs de sons diffé­rents (16 au maxi­mum) les infor­ma­tions prove­nant d’un clavier MIDI ou d’un contrô­leur à pads.

On peut divi­ser le clavier virtuel du Keyboard split­ter en seize zones, défi­nies soit par les notes dudit clavier, soit par les niveaux de vélo­cité envoyés par le clavier maître, auto­ri­sant donc le para­mé­trage indi­vi­duel du pilo­tage de seize instru­ments maxi­mum.

Chaque zone est défi­nis­sable par une enve­loppe.

Mais explo­rons cela plus en détail. 

Le manie­ment du Keyboard Split­ter est extrê­me­ment simple. Chaque zone dispose de son propre écran d’édi­tion, qui permet de bascu­ler entre les réglages de clavier et ceux de vélo­ci­tés. Chaque zone est repré­sen­tée par une courbe de couleur diffé­rente de l’autre. Chaque écran de zone permet de ne gérer qu’une seule courbe – celle de la zone concer­née – ce qui évite les modi­fi­ca­tions malen­con­treuses de courbes préa­la­ble­ment défi­nies d’autres zones. Toute­fois, les autres courbes en ques­tion restent visibles en arrière-plan, ce qui est parfait pour le para­mé­trage d’une courbe par rapport à ses copines.

On peut défi­nir d’un clic droit les courbes auto­ma­tiques suivantes : Hold, smooth, trois formes de courbes simples, 3 formes de courbes doubles, une demi-sinu­soïde, esca­liers, impul­sions. Ou alors on a la possi­bi­lité de dessi­ner libre­ment la courbe que l’on souhaite. Et dans tous les cas, on peut égale­ment copier la valeur d’un point de la courbe et repor­ter cette valeur sur un autre point.

On peut égale­ment choi­sir de faire corres­pondre ou non les points à la grille tempo­relle prédé­fi­nie. Les points peuvent être dépla­cés indi­vi­duel­le­ment ou en groupe.

Les zones peuvent être défi­nies à la souris ou bien manuel­le­ment direc­te­ment à partir du contrô­leur MIDI connecté : il suffit d’en­fon­cer, l’une après l’autre, les touches qui servi­ront de point de départ de chaque zone. Enfan­tin et extrê­me­ment rapide.

Chaque zone dispose égale­ment de la possi­bi­lité de trans­po­ser, indi­vi­duel­le­ment, la hauteur des notes MIDI entrantes.

Une fonc­tion aléa­toire permet enfin de défi­nir la proba­bi­lité qu’une voix soit acti­vée par rapport à une autre, ceci en fonc­tion de l’en­ve­loppe. Prenons l’exemple de plusieurs zones, toutes ayant leur fonc­tion aléa­toire acti­vée. Si l’une d’elles a en plus une enve­loppe tracée au sommet – donc à 100 % – c’est elle qui sera toujours acti­vée. Sinon, les zones se déclen­che­ront avec la proba­bi­lité repré­sen­tée par leur courbe respec­tive.

À l’usage le VFX Keyboard split­ter se révèle redou­table de simpli­cité et d’ef­fi­ca­cité, et l’on ne peut que souhai­ter qu’Image Line le conserve au sortir de la version BÊTA de FL Studio 12. 

Nouveaux sons ?

La version BÊTA nous propose de nouvelles sono­ri­tés, avec quatre banques de drums pour FPC, la boîte à rythmes virtuelle maison de FL Studio, et surtout, grande nouveauté, car faisant jusque-là cruel­le­ment défaut au séquen­ceur d’Image Line, un piano, échan­tillonné sur une base de Stein­way (mais lequel, mystè­re…), prévu pour le lecteur de samples interne Direct­Wave.

Je vous laisse vous faire votre opinion par vous-même avec ces quelques exemples audio.

Le premier regroupe trois courts morceaux de piano par votre servi­teur, et le second 4 boucles de batte­rie… prédé­fi­nies, avec respec­ti­ve­ment chacune des nouvelles banques.

 

00:0000:00
00:0000:00
 

  

Image line Remote – la télé­com­mande dédiée

 

Enfin, pour termi­ner ce test, et comme je l’an­nonçais au début, je ne résiste pas à l’en­vie de vous présen­ter la télé­com­mande WiFi « maison » qu’Image Line a déve­lop­pée pour FL Studio (ainsi que pour Decka­dance, son soft de DJing), même si, ayant fait son entrée fin 2013, ladite télé­com­mande n’est pas à propre­ment parler une nouveauté. Mais son ergo­no­mie, la puis­sance de ses fonc­tions… et sa gratuité m’ont incité à en parler ici.

IL Remote est compa­tible avec tous les appa­reils iOS et Android.

Sa mise en œuvre est simplis­sime : on lance l’ap­pli­ca­tion sur l’ap­pa­reil externe, on active la fonc­tion « enable image line remote » dans les options MIDI de FL Studio… et c’est tout, cela fonc­tionne.

Si toute­fois le moindre problème de connexion devait se présen­ter, un tuto­riel vidéo très bien fait explique la marche à suivre pour pouvoir s’en sortir.

En ce qui concerne le fonc­tion­ne­ment de l’ap­pli­ca­tion, les possi­bi­li­tés par défaut sont un peu diffé­rentes selon le type d’ap­pa­reil utilisé (surtout à cause de la taille de l’écran qui diffère), mais pour vous donner une idée, je vais vous citer les onglets auxquels j’ai accès par défaut sur mon iPhone.

Le premier, « main », permet le contrôle des prin­ci­pales fonc­tions de trans­port du soft ainsi que le réglage du métro­nome (via tap tempo et/ou enco­der rota­tif, sans comp­ter les fonc­tions de nudge pour accé­lé­rer ou ralen­tir le tempo progres­si­ve­ment). Mais à partir de ce même écran, on peut égale­ment comman­der l’ou­ver­ture et la ferme­ture de tous les prin­ci­paux modules de FL Studio, à savoir la play­list, le step sequen­cer (chan­nel rack), le piano roll, le plug-in picker, le mixer et même la fenêtre de para­mé­trage de FL Studio.

Le second onglet, « piano », présente un clavier virtuel de deux octaves (modi­fiable comme toutes les autres commandes de l’ap­pli­ca­tion, nous le verrons plus bas) surplombé de trois faders, d’une surface de contrôle XY et d’un bouton rota­tif permet­tant de sélec­tion­ner le canal que l’on souhaite pilo­ter. Les faders sont inti­tu­lés « pitch », « mod 1 » et « mod 2 », mais sont en fait libre­ment assi­gnables à n’im­porte quelle fonc­tion, tout comme sur le pad XY.

Le troi­sième onglet propose une repré­sen­ta­tion simpli­fiée de FPC, la boîte à rythme façon MPC de FL Studio, avec 16 pads et trois faders, ces derniers étant eux aussi libre­ment assi­gnables.

L’on­glet « harmo » présente une grille de 8×8 pads, sur lesquels on peut distri­buer diffé­rents types de gammes (24 en tout en incluant le mode chro­ma­tique). L’on­glet « slicex » permet de pilo­ter… le plug-in « slicex », l’ou­til de décou­page audio de FL Studio. L’on­glet « perform » offre une vue de la play­list et permet de lancer les clips et les scènes du mode « perfor­mance ». Enfin, l’on­glet « mix » reprend les prin­ci­pales fonc­tions de la table de mixage.

Mais si, comme je le disais plus haut, les fonc­tions par défaut diffèrent un peu d’une machine à l’autre, tout est inté­gra­le­ment para­mé­trable, aussi bien la confi­gu­ra­tion de chaque onglet, que même le nombre d’on­glets en eux-mêmes, et jusqu’aux commandes qu’ils contiennent (voir plus bas).

On peut ajou­ter ou suppri­mer autant d’on­glets que l’on souhaite, en tous cas en ce qui concerne les tablettes. Sur smart­phone (iPhone en ce qui me concerne), on ne peut ajou­ter d’on­glet supplé­men­taire, mais on peut suppri­mer ou rempla­cer ceux exis­tants.

On peut bien entendu égale­ment créer un onglet à partir de rien, en ajou­tant tous les types de contrô­leurs que l’on souhaite, à savoir : pad, fader, bouton, molette, mixer, contrô­leur XY, lanceur de clips, clavier de piano, grille harmo­nique de pads, conte­neurs. Chaque contrô­leur indi­vi­duel peut être indé­pen­dam­ment para­mé­tré comme bon vous semble. À noter que ceux de type « pads » pour­ront même être affec­tés à un raccourci clavier de FL Studio ou Decka­dance, rendant ainsi possible le pilo­tage de quasi­ment toutes les fonc­tions des logi­ciels via la télé­com­mande.

On pourra même utili­ser le micro inté­gré de son smart­phone ou de sa tablette pour servir de « brea­th­con­trol­ler ». 

Mais on peut aussi créer ses onglets à partir de layouts déjà exis­tants. Il en existe de prédé­fi­nis pour tous les modules Image Line de base ainsi que les situa­tions liées à l’uti­li­sa­tion des deux softs, FL Studio et Decka­dance.

Atten­tion déli­cate : l’ap­pli­ca­tion nous grati­fie d’un rappel du niveau de charge de la batte­rie de notre appa­reil ainsi que de l’état du réseau WiFi. Cela nous évite d’avoir à retour­ner à l’écran d’ac­cueil de l’ap­pa­reil pour surveiller ce genre de chose.

 

Conclu­sion

Je n’ai vrai­ment pas grand-chose à repro­cher à FL Studio, douzième du nom, que ce soit dans sa version offi­cielle 12.0.2, ou encore moins dans sa version 12.1 BÊTA dont on espère qu’ils conser­ve­ront toutes les trou­vailles (ah, le sélec­teur de tranches de mix dans le « chan­nel rack » !).

La refonte graphique et fonc­tion­nelle du logi­ciel pour le rendre plus acces­sible au monde tactile profite à tout le monde – même à ceux qui n’em­ploient pas encore d’écran tactile – tant la lisi­bi­lité géné­rale et l’er­go­no­mie du logi­ciel s’en trouvent amélio­rées.

Les seules choses un peu néga­tives qui me viennent à l’es­prit, à l’is­sue de ce test, ne sont fina­le­ment pas très graves, mais peuvent être un peu pénibles à la longue (notam­ment la gestion des tranches de console encore perfec­tible malgré tout, ou l’af­fec­ta­tion MIDI des pistes du chan­nel rack à des contrô­leurs externes un peu datée et peu pratique).

Mais ce ne sont fina­le­ment que des détails au regard de ce qu’offre le séquen­ceur d’Image Line. Et je n’em­ploie pas le mot « offre » par hasard, car je resou­ligne le fait que toutes les mises à jour sont gratuites, tout comme la télé­com­mande WiFi pour iOS et Androïd qui, si elle ne fait pas partie des nouveau­tés de cette version du logi­ciel, se marie telle­ment bien avec lui qu’il serait dommage de s’en priver.
Enfin, je tiens à termi­ner en saluant les efforts perma­nents des déve­lop­peurs d’Image Line qui ne cessent de constam­ment faire progres­ser leur séquen­ceur tout en main­te­nant un très haut niveau de stabi­lité – aucun bug à signa­ler de mon côté durant ce test, même pour la version BÊTA. Beau­coup devraient s’en inspi­rer !

En cadeau bonus, voici une vidéo plus géné­rale sur l’uti­li­sa­tion de FL Studio 12 :

 

On refait le patch : les tests vidéo d'Audiofanzine Voir tous les épisodes de "On refait le patch : les tests vidéo d'Audiofanzine"
9/10
Award Qualité / Prix 2015
Points forts
  • Mise à jour gratuite
  • Interface graphique entièrement modulable (vectorielle)
  • Gestion du tactile
  • Une table de mixage améliorée
  • Un piano correct
  • Channel rack nouveau crû
  • Le pad d’effet en 3D
  • Le splitter MIDI
  • Stabilité et légèreté du soft
Points faibles
  • Gestion des groupes dans le mixeur
  • Impossible de changer l’ordre des channels
  • Certaines autres petites bizarreries/partis pris ergonomiques
  • Version Mac qui n’en est pas vraiment une (crossover)

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.