Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
test
195 réactions
La Maschine infernale
8/10
Partager cet article

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Native Instruments frappe un grand coup en cette rentrée en présentant simultanément ses deux « monstres », j'ai nommé les nouvelles moutures respectives des claviers-maîtres Komplete Kontrol et, et, et... du contrôleur phare du constructeur : la Maschine !

Test de la Native Instruments Maschine mk3 : La Maschine infernale

Cela fait main­te­nant plus de huit ans déjà que la marque berli­noise jusque-là prin­ci­pa­le­ment spécia­li­sée dans l’édi­tion d’ins­tru­ments virtuels et de banques de samples a lancé son pavé dans la mare en propo­sant, pour la première fois, un système de produc­tion musi­cale basé sur un ensemble hybride composé d’un logi­ciel et d’un contrô­leur dédié. On ne rappel­lera pas une énième fois le succès rencon­tré par la formule, ni l’ef­fet produit sur les autres fabri­cants et éditeurs du secteur.

La gamme des Maschine s’est étof­fée au cours des années et propose aujour­d’hui des produits adap­tés à diffé­rents types d’usage, de la Mikro à la Studio, en passant par la version plutôt alter­na­tive Jam sortie l’an­née dernière. Celle que nous testons aujour­d’hui, la mk3 (Mark 3), est la troi­sième mouture de ce que nous pour­rions appe­ler la version stan­dard de la gamme.

Qu’a donc cette fameuse mk3 à nous propo­ser pour 589 € ? Saura-t-elle s’op­po­ser à une concur­rence qui se montre de plus en plus agres­sive et auda­cieuse (on pensera notam­ment à sa prin­ci­pale rivale, la MPC Touch d’Akai) ? C’est ce que nous allons immé­dia­te­ment tenter de défi­nir ensemble. Suivez-moi !

Débal­lage

Native Instruments Maschine mk3 : vue générale

Dès le débal­lage on se retrouve devant une belle bête de 320 × 301 × 41 mm pour 2,2 kg, qui inspire confiance ; une tradi­tion chez Native il faut le recon­naître. Le design épuré et « flat » rappelle forte­ment celui du Push d’Able­ton comme le souligne Los Teignos dans son test sur le Komplete Kontrol. Ce qui frappe d’em­blée se sont les deux grands écrans emprun­tés à la Maschine Studio, tout comme une bonne partie des boutons-pous­soirs situés à gauche. D’ailleurs en parlant de boutons-pous­soirs, on peut consta­ter qu’ils sont beau­coup plus nombreux que sur la version précé­dente de la Maschine, ce qui laisse augu­rer un accès plus aisé aux diffé­rentes fonc­tions de la Maschine. Nous verrons cela plus en détail.

Deux autres choses sautent aux yeux : les pads habi­tuels ont d’abord sérieu­se­ment pris un bon petit coup d’hor­mones de crois­sance. Nous verrons quelles sont les consé­quences sur le jeu. Ensuite nous avons droit à un magni­fique touch-strip direc­te­ment hérité de la Maschine Jam : joie !

C’est à peu près tout pour la face prin­ci­pale où l’on retrouve le bloc de trans­port sur lequel est apparu un bouton Stop et un bouton Follow, ainsi que la mollette rota­tive et cran­tée de la Maschine 2.. ah non ! Pas tout à fait, celle-ci s’avé­rant être égale­ment orien­table sur les axes hori­zon­tal et verti­cal à la manière d’un joys­tick ! Voilà qui est inté­res­sant…

Native Instruments Maschine mk3 : vue arrière

Mais c’est la face arrière qui va révé­ler la plus grosse surprise : outre les tradi­tion­nelles prise USB et prise MIDI DIN, on trou­ve… deux entrées ligne stéréo, une entrée micro, deux sorties stéréo et une prise casque, le tout au format jack 6,35 mm et assorti de contrôles de gain idoines ! Qu’est-ce à dire ? Tout simple­ment que cette version-là de la Maschine est équi­pée d’une carte audio : oui oui oui messieurs-dames !

Une prise pour pédale de sustain et/ou d’ex­pres­sion, une pour l’ali­men­ta­tion et un bouton de mise sous tension viennent complé­ter le tout. On remarquera juste l’ab­sence de fente de sécu­rité Kensing­ton : à chacun de veiller à la sécu­rité de son maté­riel !

Voyons ce que tout cela donne sur le terrain.

Démar­rage

Évacuons la ques­tion tout de suite : il n’y a pas grand chose à dire de la carte son inté­grée, elle est au niveau des autres produits du genre chez Native Instru­ments, c’est-à-dire tout à fait correcte. Sachez juste qu’elle ne dispose pas d’ali­men­ta­tion fantôme, ce qui fait qu’on ne pourra pas utili­ser de micros statiques avec (NDRC : à moins d’uti­li­ser de l’élec­tret alimenté par pile). Je l’ai utili­sée pendant toute la durée du test sans décro­chage parti­cu­lier en situa­tion musi­cale. En termes de qualité, on est proba­ble­ment sur quelque chose de l’ordre de la petite Trak­tor Audio mk2, ce que confir­me­ront proba­ble­ment nos bench­marks prochai­ne­ment.

Native Instruments Maschine mk3 : pads

Entrons main­te­nant dans le vif du sujet. On ne va pas se mentir : depuis ses débuts, la Maschine a su impo­ser une ergo­no­mie parti­cu­lière à laquelle j’ai person­nel­le­ment très vite adhéré. J’ai toujours éprouvé un vif plai­sir à construire un beat grâce au concours de la belle. On appré­cie notam­ment le fait de pouvoir baigner dans le son non-stop, auto­ri­sant la fabri­ca­tion d’un morceau entier sans jamais inter­rompre le signal audio, méthode qui s’avère redou­ta­ble­ment effi­cace en live. J’avais d’ailleurs repro­ché aux MPC Touch et Live de ne pas permettre cette même conti­nuité sonore alors qu’avec Maschine, c’est rapide, c’est effi­cace, on se concentre sur la musique et l’on aurait presque l’im­pres­sion de mani­pu­ler un instru­ment auto­nome, à quelques détails près. Ces quelques détails se sont encore « détailli­fiés » avec le temps et les évolu­tions des modèles de la gamme, mais il subsiste encore des scories dont nous parle­rons plus bas.

En commençant à jouer, ce que l’on remarque immé­dia­te­ment, ce sont bien entendu les pads plus grands et les deux beaux et grands écrans couleur déjà présen­tés. Les nouveaux pads sont clai­re­ment l’un des points forts les plus marquants de cette nouvelle mouture de la Maschine. Je les adore, voilà ! Leur surface un poil élar­gie par rapport aux précé­dents modèles permet notam­ment de jouer plus faci­le­ment des deux mains sur un même pad, pratique pour les roule­ments de caisse claire par exemple, alors que leur écart plus réduit permet à l’in­verse de jouer plus aisé­ment de deux pads à la fois d’une même main. Ils s’avèrent enfin parti­cu­liè­re­ment sensibles et réac­tifs. Un simple effleu­re­ment à peine appuyé suffit à les déclen­cher : à nous tous les plai­sirs des nuances musi­cales !

Fonc­tion-déter­rage

Mais si les nuances ne sont pas votre fort ou que vous avez simple­ment besoin d’un niveau sonore constant, pas de souci, la fonc­tion Fixed Velo­city s’est extir­pée des tréfonds des sous-menus des Maschine précé­dentes pour s’in­car­ner dans un fier bouton physique qu’il vous suffit d’ac­ti­ver d’un doigt lorsque l’en­vie vous prend. Et elle est loin d’être la seule fonc­tion à avoir suivi ce chemin-là !

Native Instruments Maschine mk3 : layout maschine studio

En effet, ses copines Arran­ger et Mixer ont fait de même ainsi que Keyboard et Chords qui sont allées retrou­ver Pad Mode, toutes les trois rejointes fort oppor­tu­né­ment par Step. Ah oui, j’ou­bliais : Macro a elle aussi fait surface sous forme d’un bouton, accom­pa­gnée d’une sous-fonc­tion Set sur laquelle nous revien­drons, Arp qui vient épau­ler Note Repeat déjà présent, ainsi que Follow, qui permet enfin d’ac­tion­ner en direct le suivi de lecture. Ah, le direct !

C’est un vrai bonheur de pouvoir enfin accé­der à toutes ces fonc­tions sans aller les cher­cher équipé de sa pelle et de sa pioche (et surtout de sa touche Shift, les habi­tués savent…) au fond des menus. Person­nel­le­ment mes préfé­rées sont Keyboard, Arran­ger et Mixer, mais chacun ses goûts, n’est-ce pas ?

D’ailleurs, soyons justes, la mk3 s’est ici conten­tée par certains aspects de reprendre le layout des boutons situés en haut à gauche de la Studio. Studio à laquelle elle a d’ailleurs emprunté égale­ment le troi­sième élément visuel­le­ment frap­pant après les pads et les boutons, j’ai nommé les deux beaux et grands écrans couleur.

S’ils sont de même taille que ceux de la Maschine Studio, ils réus­sissent le pari d’être à la fois plus contras­tés et moins gour­mands en élec­tri­cité que ces derniers, Native Instru­ments parlant même d’une réduc­tion de deux tiers de la consom­ma­tion élec­trique. On veut bien les croire sur parole, le fait étant que la mk3 ne néces­site plus d’ali­men­ta­tion externe contrai­re­ment à la Studio. Quoi qu’il en soit, les écrans en ques­tion sont parti­cu­liè­re­ment agréables et on observe la même qualité d’af­fi­chage quel que soit l’angle sous lequel on les contemple : un excellent point !

Jam-héri­tage

Si la Maschine mk3 a emprunté en les amélio­rant ses écrans à sa grande sœur la Studio ainsi qu’une partie de sa dispo­si­tion bouto­nesque, elle s’est aussi inso­lem­ment servie auprès d’un autre membre de la famille, la Jam, en lui ravis­sant non seule­ment un de ses touch-strips, mais égale­ment deux-trois petites fonc­tions pas piquées des vers sur lesquelles nous revien­drons.

Native Instruments Maschine mk3 : touch strip

Les touch-strips, cela fait main­te­nant quelques années que Native s’y inté­resse, et ils avaient fait leur première appa­ri­tion sur les claviers Komplete Kontrol en rempla­ce­ment des molettes (qui sont d’ailleurs reve­nues sur les nouveaux modèles en « chas­sant » l’un des strips en ques­tion, cf l’ex­cellent test de Los Teignos). Mais c’est surtout sur la Machine Jam qu’ils sont réel­le­ment appa­rus dans toute leur gloire.

Et j’adore ces trucs-là. Je ne le répé­te­rai jamais assez : c’est un vrai plai­sir que de pouvoir béné­fi­cier sur un seul contrô­leur soit d’une modu­la­tion progres­sive, soit de l’ac­cès direct à une valeur bien défi­nie selon que l’on fasse glis­ser son doigt sur la surface ou bien qu’on la touche à un endroit précis. Le bonheur.

Ici, le strip en ques­tion permet d’ac­com­plir 4 fonc­tions : pilo­ter le pitch bend, servir de molette de modu­la­tion, jouer des notes (oui madame !) ou pilo­ter l’un des huit Perform FX four­nis. Je rappelle rapi­de­ment ce que sont les Perform FX que nous avions déjà rencon­trés lors du banc d’es­sai de la Jam. Il s’agit d’ef­fets dont l’er­go­no­mie a été spécia­le­ment étudiée pour corres­pondre à une mani­pu­la­tion via touch-strip, et en consé­quence basés sur un mini­mum de para­mètres. Ils visent donc l’ef­fi­ca­cité et la simpli­cité d’uti­li­sa­tion avant tout.

« Et c’est quoi cette histoire de notes jouées avec un strip ? » me direz-vous. Eh bien c’est très simple : dans le mode Notes, le touch-strip permet de jouer toutes les notes corres­pon­dant soit à l’in­té­gra­lité des 16 notes d’une banque de pads, soit aux notes corres­pon­dant aux pads enfon­cés de l’autre main.

Et les emprunts à la Maschine Jam ne s’ar­rêtent pas là, loin s’en faut ! En effet, on retrouve sur la Maschine mk3 deux fonc­tion­na­li­tés très appré­ciées lors de leur appa­ri­tion sur la Jam, j’ai nommé Varia­tion et Lock. Je rappelle que Varia­tion permet d’ap­pliquer des éléments aléa­toires à une perfor­mance, que ce soit au niveau de la hauteur des notes, de leur vélo­cité, de la régu­la­rité ryth­mique, de la durée des notes etc. alors que Lock vous propose ni plus ni moins de sauve­gar­der instan­ta­né­ment tous les éléments de para­mé­trage de votre projet à l’ins­tant T, et ce dans 64 empla­ce­ments dispo­nibles, empla­ce­ments avec lesquels vous pouvez jouer de la même manière que vous le feriez avec les scènes et donc alter­ner entre eux en temps réel. Pour plus d’info, je vous invite à consul­ter le banc d’es­sai de la Jam.

Bouton-touchage

Et je vais termi­ner main­te­nant de parler d’er­go­no­mie maté­rielle avec les 8 enco­deurs tous nouveaux tous beaux, et sensibles au toucher ainsi que la fameuse roue cran­tée-joys­tick qui fait la fierté de Native Instru­ments. En ce qui concerne les potards non cran­tés, il n’y a pas grand chose à dire d’autre que la sensi­bi­lité au toucher simpli­fie bien des choses. Notam­ment dans la navi­ga­tion au sein du brow­ser : on touche un bouton en parti­cu­lier et là s’af­fichent immé­dia­te­ment tous les tags par exemple.

Puisqu’on parle du brow­ser, je me permets une aparté pour dire que je partage abso­lu­ment — pour Maschine — l’avis que mon cama­rade Los Teignos avait exprimé pour Komplete Kontrol concer­nant la gestion des tags. Il serait souhai­table, Native Instru­ments, que vous envi­sa­giez d’adap­ter défi­ni­ti­ve­ment à vos contrô­leurs maté­riels la fonc­tion­na­lité pour­tant présente aussi bien dans Komplete Kontrol que dans Maschine, j’ai nommé la possi­bi­lité d’ef­fec­tuer un filtrage selon plusieurs tags, et non un seul, voire de propo­ser carré­ment une option de filtrage par suppres­sion de tag. En revanche, je m’as­so­cie toujours à Los Teignos pour saluer l’ini­tia­tive de four­nir enfin des exemples audio pour tous les produits NI et plus large­ment pour tous les instru­ments virtuels compa­tibles NKS, la norme édic­tée par Native à la sortie du Komplete Kontrol premier du nom. Toute­fois, on pour­rait dans certains cas préfé­rer conti­nuer à opérer selon l’an­cienne méthode toujours dispo­nible, qui consiste à char­ger réel­le­ment le plug-in au lieu d’un simple fichier d’exemple afin de se faire une meilleure idée de la manière dont le plug se compor­tera réel­le­ment au final.

Pour finir avec cet aparté ainsi qu’avec les huit boutons sensibles au toucher, sachez que cette carac­té­ris­tique leur permet d’ac­ti­ver dans cette dernière version de Maschine une fonc­tion tout à fait géniale : on peut main­te­nant défi­nir les macros de contrôles direc­te­ment depuis la Maschine, simple­ment en effleu­rant le bouton physique corres­pon­dant à l’ins­tant T à un para­mètre donné que l’on souhaite « macro-ïfier ».

Bouton-pous­sage

Il est main­te­nant l’heure de parler du « gros bouton », le mélange de rota­tif et de joys­tick, le rota-stick… le joy-tif… non plus… bon bref restons-en au « gros bouton ». J’ai dit plus haut que Native tirait une certaine fierté de ce bouton. Il faut recon­naître que l’idée est plutôt origi­nale et que l’on peut se féli­ci­ter de pouvoir regrou­per en une seule commande les dépla­ce­ments hori­zon­taux et verti­caux via la partie « joys­tick », et le défi­le­ment de données, le juste réglage de para­mètre ainsi que la sélec­tion/vali­da­tion d’élé­ments via la roue cran­tée cliquable. Seule­ment voilà… le concept n’est à mon sens pas encore tota­le­ment abouti comme nous allons le voir.

Native Instruments Maschine mk3 : forme d'ondes

L’exemple le plus frap­pant concerne la navi­ga­tion au sein du piano-roll et la sélec­tion et l’édi­tion d’évé­ne­ments MIDI. En effet, le dépla­ce­ment au sein d’un pattern se fait par mouve­ments du joys­tick sur l’axe hori­zon­tal, événe­ment MIDI par événe­ment MIDI. Sauf que le moindre mouve­ment sur l’axe verti­cal vous fait immé­dia­te­ment sauter du pattern que vous étiez en train d’édi­ter vers celui du sound suivant ou précé­dent au sein du même groupe. Alors on finit certes par s’y faire et trou­ver le bon coup de main, mais ce n’est pas parti­cu­liè­re­ment ergo­no­mique.

De même, toujours dans le piano roll, s’il existe un moyen via les potards de dépla­cer et de zoomer rapi­de­ment la vue, la sélec­tion des événe­ments MIDI ne se fait toujours que par les mouve­ments laté­raux du joys­tick, d’un événe­ment à l’autre. Rien ne permet pour l’ins­tant en tous cas d’ac­cé­lé­rer le mouve­ment. Sur des patterns de quatre mesures, c’est déjà pénible alors je vous laisse imagi­ner ce qu’il en est pour la navi­ga­tion dans des sections plus grandes. Pourquoi ne pas avoir plutôt utilisé l’axe rota­tif du bouton pour faire défi­ler rapi­de­ment les événe­ments à grands coups de roulette, par exemple ? J’en profite pour signa­ler qu’en plus, les notes MIDI ne sont sélec­tion­nables simul­ta­né­ment que si elles sont conti­guës, faisant partie du même accord ou alors situées sur la même ligne. Hors ça, point de salut !

L’uti­li­sa­tion du joys­tick manque enfin de cohé­rence géné­rale. Ainsi, dans le brow­ser, quand les deux écrans affichent l’in­ter­face globale dudit brow­ser, un certain nombre de potards non-cran­tés se trouvent affec­tés à une tâche parti­cu­lière, mais à tout moment dans ce mode-là, on peut se dépla­cer via le joys­tick vers le para­mètre souhaité et le modi­fier au lieu d’uti­li­ser l’un des petits boutons pour cela. 

Le fait d’avoir deux, voire trois moyens d’ob­te­nir un même résul­tat est parti­cu­liè­re­ment pratique (cf test MPC Live). Et dans le cas présent, se dire qu’on a le choix entre tout faire d’une main, ou bien répar­tir la navi­ga­tion entre d’une part le gros rota­tif d’une main et les petits rota­tifs de l’autre, est une très bonne chose. Sauf que dans un mode sur deux, on perd la possi­bi­lité de se dépla­cer d’un para­mètre vers l’autre avec le joys­tick. Et je ne parle pas non plus de la carac­té­ris­tique cliquable du bouton qui n’est que très peu mise à contri­bu­tion. Ainsi, on aurait pu imagi­ner que certaines fonc­tions qui néces­sitent l’usage d’un bouton on/off auraient pu profi­ter d’être acti­vées via ce moyen-là. Manque de chance, c’est dans ces cas-là que l’en­vi­ron­ne­ment est l’un de ceux où l’on ne peut pas se dépla­cer vers ladite fonc­tion avec le joys­tick, et que cette dernière se trouve affec­tée à l’un des petits rota­tifs non-cliquables qu’il faudra alors tour­ner pour acti­ver ou désac­ti­ver la fonc­tion en ques­tion.

À l’ho­ri­zon, les nuages ?

Native Instruments Maschine mk3 : browser

L’uti­li­sa­tion des écrans révèle un autre type d’in­co­hé­rences. Si ces derniers sont vrai­ment de bonne qualité, leur mise en appli­ca­tion reste encore très perfec­tible dans bien des cas. On se retrouve ainsi bien souvent avec une toute petite partie de l’écran réel­le­ment utili­sée, soit que le reste de l’écran soit vide, soit qu’il soit occupé par des infor­ma­tions redon­dantes ou inutiles.

L’exemple le plus flagrant de ce cas de figure est celui du brow­ser. L’écran de droite sur lequel s’af­fichent les résul­tats du brow­sing est pour moitié inuti­le­ment occupé par un visuel corres­pon­dant au nom du plug utilisé, ne lais­sant que l’autre moitié de l’écran pour les noms des presets dont certains se trouvent alors tronqués. Or, certains de ces noms peuvent être porteurs d’in­for­ma­tions précieuses, comme par exemple lorsqu’ils présentent les arti­cu­la­tions de jeu repro­duites par le preset en ques­tion. Et cette occu­pa­tion de la moitié de l’écran d’af­fi­chage des presets par le nom du plug-in chargé est d’au­tant plus inutile que ledit plug-in est affi­ché en surbrillance dans le premier écran.

Et puisque l’on parle d’écran, je recon­nais que je me suis plusieurs fois durant ce test posé la ques­tion de la perti­nence du choix de Native de ne pas avoir sauté le pas du tactile. Combien de fois ai-je failli tapo­ter l’écran pour acti­ver telle ou telle fonc­tion. Je dois dire qu’Akai a fait un bond tech­no­lo­gique avec ses MPC touch et Live, bond tech­no­lo­gique que Native n’a visi­ble­ment pas encore rattrapé. Mais pour­sui­vons.

Les remarques que je m’ap­prête à faire main­te­nant concernent essen­tiel­le­ment le soft Maschine 2 et beau­coup moins le contrô­leur. Et je tiens à ce que l’on soit bien d’ac­cord : j’ap­pré­cie beau­coup la Maschine mk 3. Mais on aurait pu juste­ment imagi­ner que la sortie d’un nouveau contrô­leur eût pu aller de pair avec celle d’une nouvelle mouture du soft qui aurait pu inclure un certain nombre de choses que la commu­nauté des utili­sa­teurs réclame depuis un certain temps. Or ce n’est pas le cas. Ainsi, on n’a toujours pas d’al­go­rithme de time-stretch en temps réel. Les samples ne suivent pas auto­ma­tique­ment les modi­fi­ca­tions du tempo géné­ral du morceau, il faut conti­nuer à les modi­fier à la main. Rappe­lons tout de même qu’Able­ton gère ça depuis 18 ans main­te­nant… On ne dispose toujours pas non plus d’ou­tils d’au­to­ma­tion par ligne ou par courbes de Gauss au sein du soft, le dessin des auto­ma­tions ne se faisant que selon les contraintes de la grille, ou en mode tota­le­ment « main libre ».

 Et l’on atten­dra encore avant l’ar­ri­vée d’un outil d’ana­lyse du spectre, qui serait pour­tant bien utile dans cet envi­ron­ne­ment dont le prin­cipe créa­tif incite à l’em­pi­le­ment de sons.

On peut égale­ment regret­ter que Maschine soit toujours un peu enfermé dans sa struc­ture basée sur la scène et qui ne permet pas d’avoir par exemple une séquence qui traver­se­rait le morceau sans être affec­tée par les chan­ge­ments de scène des autres parties. Typique­ment : une voix qui trace­rait son chemin sans être touchée par les chan­ge­ments de scène de la musique qui l’ac­com­pagne. Sans doute les déve­lop­peurs de chez Native se penche­ront-ils sur la ques­tion le jour où l’au­dio fera réel­le­ment son entrée dans le monde de Maschi­ne…

Conclu­sage (salut ORLP…)

Comme je l’ai dit, j’ai toujours appré­cié le travail avec les diffé­rentes Maschine et le work­flow qui en découle. Non seule­ment la Mark 3 ne déroge pas à la règle, mais qui plus est elle améliore encore gran­de­ment la produc­ti­vité grâce notam­ment à sa nouvelle confi­gu­ra­tion de boutons qui donnent enfin un accès direct à certaines des fonc­tions les plus impor­tantes. On saluera égale­ment les fonc­tion­na­li­tés qu’elle emprunte à la Maschine Jam telles que le touch-strip ou les géniales fonc­tions Varia­tion et Lock.

On saluera égale­ment les enco­deurs rota­tifs sensibles au toucher qui permettent notam­ment la créa­tion de macros direc­te­ment à partir du contrô­leur, ainsi que les deux grands écrans emprun­tés, tout comme une partie du layout des boutons, à la Maschine Studio, et qui proposent un affi­chage de grande qualité. Et puis il y a une carte audio, une vraie carte audio !

Je reste toute­fois beau­coup plus dubi­ta­tif quant à la perti­nence des choix d’af­fi­chage qui peuvent être faits parfois, tout comme je n’ai que très moyen­ne­ment adhéré au bouton rota­tif joys­tick, dont j’ai trouvé qu’il était globa­le­ment assez mal exploité. Espé­rons que cela se règle prochai­ne­ment par une MAJ qui en profi­tera peut-être égale­ment pour combler les vieilles lacunes du logi­ciel, comme par exemple l’ab­sence de Time-stretch en temps réel. Parce qu’en face, il ne faut pas oublier qu’on a, pour un tarif appro­chant, la MPC Touch dotée elle-aussi d’une carte audio, mais surtout d’un écran tactile qui permet de faire beau­coup de choses…

Alors même si Maschine conserve à mon sens un work­flow plus fluide (et surtout sans inter­rup­tion audio)… hmmm… mesdames et messieurs de chez Native, c’est pour quand le tactile ?

  • Native Instruments Maschine mk3 : vue générale
  • Native Instruments Maschine mk3 : vue arrière
  • Native Instruments Maschine mk3 : pads
  • Native Instruments Maschine mk3 : touch strip
  • Native Instruments Maschine mk3 : layout maschine studio
  • Native Instruments Maschine mk3 : forme d'ondes
  • Native Instruments Maschine mk3 : browser

 

8/10
Points forts
  • Le design
  • La qualité de fabrication
  • Toujours le workflow Maschine, mais amélioré ...
  • ... par les pads encore plus agréables qu’auparavant
  • ... par les boutons d’accès direct aux fonctions
  • ... par les encodeurs rotatifs
  • ... par les deux grands écrans
  • Avec une interface audio en prime !
  • Utilisable avec de l'USB only
  • Le bundle Komplete Select
Points faibles
  • Capacités d’affichage encore sous-exploitées pour l’instant
  • L’encodeur-joystick, pas très bien implémenté
  • Des lourdeurs ergonomiques au niveau de l’édition du piano-roll notamment
  • Toujours pas de Time-stretch temps réel
  • Attention à l’avancée technologique de la concurrence !

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.