Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
test
30 réactions
Le retour de l'enfant pro-wig
8/10
Partager cet article

Voici maintenant 7 ans apparaissait Bitwig Studio, issu du travail d’un groupe de dissidents d'Ableton. Arrivée aujourd’hui à sa quatrième version, la STAN allemande a-t-elle définitivement su se distinguer de Live, son célèbre modèle ?

Test de Bitwig Studio 4 : Le retour de l'enfant pro-wig

Appa­rue en juillet de cette année, voici donc la quatrième itéra­tion de la fameuse STAN à boucles berli­noise, du moins la plus jeune d’entre les deux. Vendue au prix de 99 € pour la version légère « 16-track » et de 399 € pour la version complète, avec un plan d’un an de mises-à-jour gratuites, elle propose notam­ment comme nouveau­tés le comping et l’ap­pa­ri­tion d’une série de nouveaux opéra­teurs desti­nés à agir sur les événe­ments MIDI. Après nous être penchés sur les nouvelles fonc­tion­na­li­tés du logi­ciel, je vous propo­se­rai de dres­ser un bilan compa­ra­tif entre Bitwig et son modèle Able­ton Live.

général.JPG

M1-nous les uns les autres

La première nouveauté que nous propose la dernière version de Bitwig Studio, c’est la compa­ti­bi­lité avec le nouveau proces­seur qui équipe les ordi­na­teurs siglés de la pomme.

Depuis fin 2020 Apple a en effet aban­donné son parte­na­riat avec Intel en ce qui concerne la fabri­ca­tion des proces­seurs de ses appa­reils. Désor­mais, la firme de Cuper­tino s’ap­puie sur sa propre tech­no­lo­gie pour animer ses machines. La puce M1 inclut en fait tout un système en elle-même. Elle comporte entre autres un proces­seur central pour le trai­te­ment des opéra­tions courantes qui peut compor­ter jusqu’à 16 cœurs, un proces­seur graphique de 8 cœurs, et une unité d’ap­pren­tis­sage auto­ma­tique – le Neural Engine – de 16 cœurs elle aussi. Toutes les appli­ca­tions ne sont pas encore compa­tibles avec cette nouvelle tech­no­lo­gie, et certaines doivent passer par un trai­te­ment inter­mé­diaire via le proto­cole Rosetta 2 pour fonc­tion­ner avec le M1. Ce n’est pas le cas de Bitwig Studio 4, qui rejoint la liste des logi­ciels de musique immé­dia­te­ment utili­sables avec la dernière puce d’Apple.

Opéra­tion: jeu

L’autre nouveauté majeure que nous apporte la 4e version de Bitwig Studio, ce sont les modi­fi­ca­teurs de jeu qui font leur grande entrée dans la STAN alle­mande.. On dispose ainsi de quatre opéra­teurs: « chance  », « repeat », « occur­rence » et « recur­rence ». Le premier permet de défi­nir la proba­bi­lité qu’une note soit jouée. « Repeat » permet de divi­ser la durée d’une note en autant de frac­tions qu’on le souhaite, jusqu’à 128. Deux autres para­mètres permettent de produire des frac­tions de plus en plus longues ou de plus en plus courtes, et de produire des cres­cen­dos et decres­cen­dos sur cette même durée. « Occur­rences » permet de défi­nir les moda­li­tés de lecture d’un événe­ment MIDI. Et « récur­rence » de quelle manière il doit se répé­ter. Enfin les événe­ments peuvent être ratta­chés à l’ac­ti­va­tion ou non du bouton « fill » qui a fait son appa­ri­tion dans la barre d’ou­tils supé­rieure de Bitwig. Ce bouton étant comme de nombreuses autres fonc­tion­na­li­tés du logi­ciel affec­table à un raccourci clavier ou une commande MIDI, on pourra donc très simple­ment acti­ver la lecture des événe­ments MIDI asso­ciés à ce bouton. La section « expres­sion », quand à elle, se voit pour­vue d’un para­mètre spread, qui permet de défi­nir une ampli­tude de varia­tion aléa­toire autour d’une valeur centrale attri­buée à chacune des « expres­sions » asso­ciées à chaque événe­ment MIDI: vélo­cité, timbre, pres­sion, volume et place­ment dans l’es­pace stéréo.velocity spread.JPG Enfin, la succes­sion des événe­ments aléa­toires program­més au sein des clips de Bitwig 4 peut être ré-initia­li­sée à chaque lecture des clips concer­nés, ou bien repro­duite telle quelle selon un même schéma. On peut donc consta­ter que l’édi­teur alle­mand n’a vrai­ment pas fait les choses à moitié dans les possi­bi­li­tés qu’il nous a données de modi­fier à la volée ou auto­ma­tique­ment les para­mètres de lecture des clips. Et dans la pratique, tous ces éléments sont un véri­table bonheur à utili­ser !

Tous au comping !

Après la version 11 de Live, c’est au tour de Bitwig Studio de rattra­per son retard en ce qui concerne le comping. Il faut tout de même préci­ser que cette tech­nique permet­tant de choi­sir rapi­de­ment diffé­rents éléments au sein des multiples prises d’une piste donnée pour en consti­tuer faci­le­ment un assem­blage était initia­le­ment appa­rue au sein de DAW ayant adopté une approche linéaire de la compo­si­tion, et que le prin­cipe de fonc­tion­ne­ment de DAW telles que Live ou Bitwig repo­sant sur les clips audio et MIDI avait dans un premier temps rendu cette tech­nique un peu moins indis­pen­sable. Ce qui ne nous empêche pas de saluer son adop­tion tout d’abord dans Live, et main­te­nant dans Bitwig Studio. On saluera notam­ment le fait que le comping ne nous soit pas seule­ment proposé dans l’ar­ran­ge­ment, mais égale­ment dans la matrice de clips. On appré­ciera égale­ment le fait que l’on puisse trans­for­mer une seule prise conti­nue en plusieurs prises sépa­rées – dans le cas où l’on aurait enre­gis­tré en une seule fois plusieurs répé­ti­tions d’un même passage musi­cal – afin de pouvoir les trai­ter ensuite comme autant de sources pour le comping. On regret­tera simple­ment que contrai­re­ment à Live, le comping ici ne puisse se faire que sur des prises audio et non sur des prises MIDI.

comping.JPG


Import-export

Enfin on appré­ciera de voir appa­raître dans cette nouvelle version de Bitwig une fonc­tion­na­lité somme toute assez rare : la possi­bi­lité de char­ger des projets issus d’Able­ton Live et de FL Studio, une option qui fonc­tionne globa­le­ment très bien. En revanche, les projets ainsi impor­tés dans Bitwig Studio ne peuvent pas être sauve­gar­dés évidem­ment au format de leur STAN d’ori­gine. Et bien sûr, la prise en charge des géné­ra­teurs de sons d’ori­gine ne fonc­tionne qu’avec les plugs tierces et les samples. Pour ce qui est des effets natifs des STAN concer­nées, Bitwig est capable de trou­ver des corres­pon­dances pour Able­ton. Au sujet de FL Studio, Bitwig ne reprend pas les réglages de mix, ceci étant dû proba­ble­ment à la trop grande diffé­rence entre les logiques de routage des deux logi­ciels.

Enfin, pour ce qui est de l’ex­port de vos mixages, ils peuvent main­te­nant être effec­tués non seule­ment en WAV, mais égale­ment en FLAC, OGG, MP3 et OPUS.

export.JPG

Arrivé à ce stade de mon banc d’es­sai, je suis bien obligé de consta­ter que si les nouvelles fonc­tion­na­li­tés propo­sées par Bitwig Studio sont tout à fait utiles et bien­ve­nues, elles n’en demeurent pas moins un peu chiches en nombre et surtout, notam­ment en ce qui concerne le comping et l’ins­tau­ra­tion des nouveaux opéra­teurs, elles rappellent sérieu­se­ment les évolu­tions appor­tées de leur côté par Able­ton à leur propre STAN, Live. Je vous propose donc de nous pencher, une bonne fois pour toutes, sur ce qui rapproche et ce qui sépare ces deux séquen­ceurs.

Un furieux air de famille

Je rappe­lais en intro­duc­tion du présent article que Bitwig est née de la séces­sion de certains employés d’Able­ton, qui avaient quitté l’en­tre­prise avec l’idée de créer un logi­ciel qui corri­ge­rait les défauts de Live et comble­rait ses lacunes. Cette volonté correc­trice s’est toujours ressen­tie dans les diffé­rentes itéra­tions de Bitwig Studio, même si l’on avait perçu lors de la sortie de la version 3 une très nette volonté d’af­fir­mer sa propre iden­tité, notam­ment avec l’ap­pa­ri­tion de « The Grid », le système modu­laire de créa­tion d’ins­tru­ments et d’ef­fets virtuels inté­gré de Bitwig Studio. Mais aujour­d’hui, au vu des choix d’évo­lu­tion adop­tés par Bitwig dans cette dernière version de son logi­ciel – très proches de ceux choi­sis par Able­ton pour Live dans sa version 11 – il nous semble que l’édi­teur ait un peu laissé de côté pour l’ins­tant la volonté de creu­ser un sillon person­nel et ait souhaité plutôt à nouveau se posi­tion­ner comme une version alter­na­tive d’Able­ton Live. Il nous a semblé donc perti­nent de dres­ser un bilan, au bout de toutes ces années, des deux logi­ciels « frères enne­mis ».

Les deux STAN reposent bien entendu prin­ci­pa­le­ment sur la possi­bi­lité d’agen­cer des clips MIDI et audio sur une matrice afin de les déclen­cher à volonté et dans l’ordre que l’on souhaite, ou bien de les dispo­ser plus tradi­tion­nel­le­ment sur une time­line à l’ins­tar des STAN plus clas­siques. Mais les inter­faces des deux logi­ciels diffèrent toute­fois sur de nombreux points, l’un des prin­ci­paux étant la possi­bi­lité pour Bitwig Studio d’af­fi­cher simul­ta­né­ment et de manière parfai­te­ment inté­grée les deux espaces de travail prin­ci­paux, à savoir la matrice de clips et la section d’ar­ran­ge­ment. Une fonc­tion­na­lité à laquelle Able­ton a répondu en répar­tis­sant le fonc­tion­ne­ment de son Live sur deux instances inter­dé­pen­dantes du logi­ciel. Malgré ses airs de brico­lage de fortune, cette solu­tion s’avère parfai­te­ment fonc­tion­nelle. La répar­ti­tion de ces deux fenêtres peut se faire sur un ou deux écrans.

Concer­nant Bitwig Studio, la propo­si­tion est un peu diffé­rente. On peut en effet choi­sir dans l’es­pace de confi­gu­ra­tion du logi­ciel – le dash­board – un preset défi­nis­sant le nombre d’écrans physiques que l’on utili­sera, ainsi que les espaces de travail qui y seront repré­sen­tés (matrice de clips, écran d’ar­ran­ge­ment, table de mixage, etc.), tout cela pouvant être bien entendu modi­fié par la suite. Certains pour­raient consi­dé­rer que les efforts de norma­li­sa­tion de Bitwig Studio le rendent un peu plus rigide que Live. Mais tout cela est assez subjec­tif. D’un point de vue pure­ment esthé­tique, on pourra person­na­li­ser l’in­ter­face d’Able­ton Live grâce à des thèmes et des skins télé­char­geables, ce qui n’est pas le cas pour Bitwig Studio.

Pour ce qui est de la gestion de projet, Bitwig permet d’ou­vrir plusieurs projets simul­ta­né­ment, en affec­tant un onglet à chacun d’eux au sein de son inter­face, ce qui permet notam­ment de faci­le­ment trans­fé­rer des pistes, clips, chaînes d’ins­tru­ments et d’ef­fets, etc. d’un projet à l’autre. Toute­fois, le moteur audio ne peut être activé que pour un seul projet à la fois, et les plugins ne sont égale­ment char­gés que pour ce même projet. Able­ton Live, quant à lui, n’offre pas cette possi­bi­lité d’ou­ver­tures multiples, mais permet en revanche de char­ger les pistes indi­vi­duelles d’un projet au sein d’un nouveau projet.

En ce qui concerne l’ou­ver­ture de fichiers prove­nant d’autres STAN comme nous l’avons décrit plus haut, il s’agit pour l’ins­tant d’une fonc­tion­na­lité qui n’est maîtri­sée que par Bitwig Studio, Able­ton Live ne la propo­sant pas pour le moment en tout cas. La nature des pistes et le trai­te­ment dont elles peuvent faire l’objet diffère égale­ment un peu entre les deux logi­ciels. Dans Able­ton Live, on dispose de deux types abso­lu­ment incom­pa­tibles entre elles: les pistes MIDI et les pistes audio. Toute­fois, les pistes MIDI peuvent être gelées afin d’éco­no­mi­ser des ressources CPU, et la forme d’onde audio géné­rée à ce moment peut être dépla­cée sur une piste audio normale pour être trai­tée comme n’im­porte quel fichier audio stan­dard. À l’in­verse, les pistes audio peuvent être conver­ties en pistes MIDI avec un niveau de réus­site assez élevé. Les pistes gelées peuvent évidem­ment être dége­lées à tout moment afin d’être modi­fiée comme on le souhaite. Concer­nant Bitwig Studio, il n’y a pas de réelle diffé­rence entre les pistes MIDI et audio, chacune d’entre elles pouvant être trans­for­mée en une piste hybride capable d’ac­cueillir tout type de données. Contrai­re­ment à Live, on peut effec­tuer des exports en place des pistes MIDI. En revanche et de manière plutôt surpre­nante, on ne peut pas geler les pistes. Pour ce qui est des clips, Bitwig avait dès la première version fait sa spécia­lité de permettre l’édi­tion simul­ta­née des clips audio et MIDI. multiple.JPG

Able­ton a entre-temps comblé son retard pour les clips MIDI, mais pas encore pour les clips audio pour lesquels pour l’ins­tant il ne permet pas d’en éditer plusieurs à la fois, en dehors du réglage des marqueurs de times­tretch (warp). On notera égale­ment que Bitwig auto­rise du coup l’édi­tion de clips de tailles diffé­rentes, là où Live impose que les clips audio aient la même longueur pour pouvoir être édités simul­ta­né­ment.

Les modi­fi­ca­teurs de jeu sont beau­coup moins nombreux sur Able­ton Live que sur Bitwig Studio, notam­ment depuis la version 4 qui fait l’objet de l’ar­ticle d’aujour­d’hui. Live a toute­fois depuis sa dernière version comblé le retard qu’il avait par rapport à Bitwig concer­nant la norme MPE (MIDI Poly­pho­nic Expres­sion). S’il dispose d’une inté­gra­tion moins pous­sée des para­mètres de jeu aléa­toire que son concur­rent, Able­ton Live propose en revanche une gestion plus pous­sée de l’en­chaî­ne­ment auto­ma­tique des clips entre eux, et surtout depuis la version 11 puisque l’on peut enchaî­ner carré­ment des scènes entre elles, ce dont Bitwig est actuel­le­ment inca­pable.

Mais l’une des plus grandes forces de ce dernier, ce qui en fait l’un de ses traits les plus carac­té­ris­tiques en compa­rai­son de Live, ce sont ses capa­ci­tés modu­laires. Depuis le début, Bitwig Studio n’a cessé de les déve­lop­per, auto­ri­sant tout d’abord la modu­la­tion de para­mètre de plugs par ceux des autres, puis offrant la possi­bi­lité d’ajou­ter des sources de modu­la­tion indé­pen­dantes, et enfin depuis la version 3 l’ap­pa­ri­tion de the Grid permet­tant de créer de A à Z des instru­ments et des effets virtuels complets par simple asso­cia­tion de modules. Live intègre quant à lui la plate­forme de déve­lop­pe­ment Max for Live – une version dédiée de MAX/MSP de Cycling 74 . Celle-ci est certes beau­coup plus puis­sante que ce que propose Bitwig Studio, mais elle est égale­ment beau­coup moins facile d’ac­cès, moins bien inté­grée, et surtout dispo­nible qu’à partir de la version la plus chère du logi­ciel. Les capa­ci­tés des deux STAN en termes de modu­la­rité ne s’ar­rêtent pas à l’as­pect logi­ciel.

Elles sont en effet toutes les deux équi­pées pour pilo­ter des instru­ments hard­ware externes non seule­ment en MIDI bien évidem­ment mais égale­ment via CV. Enfin, les deux STAN sont compa­tibles avec Windows et Mac OS, Bitwig est en outre compa­tible avec Linux. Il n’ac­cepte en revanche pas les plugins AU, contrai­re­ment à Live.

Pour termi­ner ce compa­ra­tif, on rappel­lera que Live dispose de contrô­leurs physiques dédiés, dont bien sûr les fameux Push 1 et 2, ainsi qu’un grand nombre d’ap­pa­reils propo­sés par des fabri­cants tierces. Ceci n’est pas encore le cas pour Bitwig STudio, bien que des templates parti­cu­liè­re­ment bien conçus lui permettent de détour­ner à son propre avan­tage l’usage d’ap­pa­reils prévus initia­le­ment pour Live. Ce qui nous amène à conclure la chose suivante: Able­ton Live, notam­ment grâce à ces contrô­leurs dédiés, conserve un avan­tage sur Bitwig Studio en ce qui concerne la perfor­mance live, alors que Bitwig Studio se montre plus perfor­mant dans le pilo­tage d’ins­tru­ments modu­laires virtuels ou physiques.

Points de tension

Que pourra-t-on alors repro­cher réel­le­ment à cette dernière version de Bitwig Studio ? Eh bien pas gran­d’chose fina­le­ment, mais plutôt des éléments dont on peut finir par se deman­der pourquoi ils ne sont toujours pas pris en charge. Ainsi, outre de petits détails d’er­go­no­mie qui pour­raient être encore amélio­rés (comme par exemple le signa­le­ment des clips en train d’être over­dub­bés dans la matrice), on est en droit de s’éton­ner de l’im­pos­si­bi­lité de geler les pistes MIDI comme nous l’avons mentionné plus haut, une option qui n’est pas tota­le­ment compen­sée par le fait de pouvoir effec­tuer d’ex­port « en place », puisqu’à moins d’un « undo » immé­diat, l’on ne peut pas reve­nir ulté­rieu­re­ment à l’édi­tion des événe­ments MIDI concer­nés. On regret­tera égale­ment que l’on ne puisse toujours pas béné­fi­cier d’un véri­table outil de conver­sion de l’au­dio vers le MIDI, alors qu’Able­ton Live utilise des algo­rithmes de l’Ir­cam ou que d’autres intègrent Melo­dyne par exemple. On regret­tera un mode d’em­ploi toujours un peu limité à mon sens dans la descrip­tion des diffé­rents plugins internes. Et enfin on déplo­rera que malgré les évolu­tions du logi­ciel dans le domaine, il ne soit toujours pas possible d’ex­por­ter ses projets en AIFF, ni de gérer les plugins AU.

Conclu­sion

Dans le monde de la MAO, et peut-être dans celui de l’in­for­ma­tique en géné­ral, on a fina­le­ment rare­ment l’oc­ca­sion d’ob­ser­ver le déve­lop­pe­ment d’un lien quasi filial entre deux logi­ciels, avec ce que cela implique de dyna­miques rela­tion­nelles. Dans le cas présent, Bitwig Studio semblait au cours des années tuer de plus en plus le « père » Able­ton Live. Mais les choix d’évo­lu­tion qui ont été faits pour cette dernière version de Bitwig Studio- notam­ment l’in­té­gra­tion du comping et l’ajout de proba­bi­li­tés et de modi­fi­ca­teurs de jeu au sein des clips – sont très proches de ceux effec­tués par Able­ton pour sa dernière version de Live, et l’on semble presque assis­ter à une sorte de « retour à la maison » de la part de Bitwig, un ré-aligne­ment qui nous a d’ailleurs incité à dres­ser fina­le­ment un bilan compa­ra­tif des deux logi­ciels.

On appré­ciera toute­fois toutes les nouvelles fonc­tion­na­li­tés appor­tées, qu’il s’agisse de la compa­ti­bi­lité native M1, (qui rend encore plus incom­pré­hen­sibles les incom­pa­ti­bi­li­tés en termes d’ex­port AIFF et l’ab­sence de gestion des plugins Audio Units), du comping en arran­ge­ment et en matrice de clips, de l’ins­tau­ra­tion des nouveaux opéra­teurs d’évé­ne­ments MIDI ou encore de la possi­bi­lité d’im­por­ter des fichiers Able­ton ou FL Studio .

8/10
Points forts
  • Compatibilité M1
  • Comping en arrangement et en matrice de clips
  • Les nouveaux opérateurs d’événements MIDI
  • L’import des fichiers de travail Ableton Live et FL Studio
  • Les nouvelles capacités d’export
Points faibles
  • Des nouvelles fonctionnalités importantes mais peu nombreuses
  • Bitwig ne doit pas cesser de creuser son propre sillon
  • Toujours pas de gel de piste
  • Toujours pas d’audio vers MIDI
  • Toujours pas d’export en AIFF
  • Toujours pas de prise en charge des plugins Audio Units

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.