Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Cakewalk Sonar 6 Producer Edition
Photos
1/18

Test de Sonar 6

Séquenceur généraliste de la marque Cakewalk appartenant à la série Sonar 6

test
Sonar passe la 6ème

Cakewalk, pourtant leader des séquenceurs audionumériques outre Atlantique, reste un challenger en France face à Steinberg. Les choses ont commencé à changer avec la version 4, puis la magnifique version 5 de Sonar qui avait reçu l'award qualité / prix d'Audiofanzine. Cette nouvelle version 6 risque encore de faire bouger les lignes de partage et donner quelques sueurs froides au leader japonais…

Cake­walk, pour­tant leader des séquen­ceurs audio­nu­mé­riques outre Atlan­tique, reste un chal­len­ger en France face à Stein­berg. Les choses ont commencé à chan­ger avec la version 4, puis la magni­fique version 5 de Sonar qui avait reçu l’award qualité / prix d’Au­dio­fan­zine. Cette nouvelle version 6 risque encore de faire bouger les lignes de partage et donner quelques sueurs froides au leader japo­nais…

Si vous n’êtes pas un habi­tué de Sonar, je vous invite à lire le test de la version 5 qui vous donnera une assez bonne idée des fonc­tion­na­li­tés globales du programme. Ici, nous allons essen­tiel­le­ment évoquer les nouveau­tés de la version 6.

Présen­ta­tion et Inter­face

Boite

Sonar se présente dans une belle boîte avec un manuel papier assez complet et bien traduit. L’ins­tal­la­tion se fait sans soucis, de même que le para­mé­trage du logi­ciel concer­nant les drivers audio et MIDI et les surfaces de contrôle. Pour l’ac­ti­va­tion, c’est la procé­dure habi­tuelle : après instal­la­tion, le logi­ciel est plei­ne­ment fonc­tion­nel pendant 30 jours. Pour l’uti­li­ser au-delà de cette période, on enre­gistre chez Cake­walk son numéro de série et son adresse e-mail et on reçoit un code d’ac­ti­va­tion qu’il suffira de rentrer. C’est tout. Pas d’ana­lyse de votre confi­gu­ra­tion maté­rielle pour des codes spéci­fiques, pas de dongle USB… Ajou­tons à ceci une aide en ligne très complète : on y retrouve des didac­ti­ciels, les nouveau­tés, des chapitres sur l’op­ti­mi­sa­tion audio, une descrip­tion des fonc­tions menu par menu, une descrip­tion de chaque vue, etc.

Puisqu’on parle de para­mé­trage, une première nouveauté : il est désor­mais possible de renom­mer les drivers dans Sonar, que ce soient les entrées/sorties audio ou MIDI. Ceci est parti­cu­liè­re­ment précieux si vous avez une (ou plusieurs) carte son compor­tant de nombreuses E/S. Ça n’a l’air de rien, mais le gain de confort et de clarté est très appré­ciable.

Dans le même ordre d’idée, on peut désor­mais renom­mer ses plug-ins, de même qu’or­ga­ni­ser libre­ment ses menus de plug-ins. Oui, 'ses’ puisqu’on peut mémo­ri­ser plusieurs confi­gu­ra­tions. Ainsi, on peut désor­mais clas­ser ensemble toutes les réverbes, tous les délais, etc. Et pouvoir les renom­mer est précieux. Quand on a une collec­tion de plusieurs dizaines de plug-ins free­ware qui ne servent qu’oc­ca­sion­nel­le­ment pour un son ou une couleur parti­cu­lière, il est parfois diffi­cile de s’y retrou­ver et il faut alors en ouvrir plusieurs pour retrou­ver celui que l’on veut. Désor­mais, en les orga­ni­sant par caté­go­rie et en ajou­tant un mot ou deux de descrip­tion, on s’y retrouve immé­dia­te­ment. Royal.

Au niveau de l’as­pect, toutes les couleurs du logi­ciel sont inté­gra­le­ment person­na­li­sables et beau­coup d’élé­ments ont été gros­sis, ce qui s’avère un point très posi­tif pour la lisi­bi­lité. Certains Cuba­siens passés à Sonar déplo­raient la peti­tesse des infor­ma­tions, ils devraient désor­mais être plus à l’aise. Mais par consé­quent, on affiche moins d’in­for­ma­tions sur une surface donnée.

Affi­chage dyna­mique et para­mé­trable

Piste étroite

 

 

On dispose d’un affi­chage dyna­mique du panneau de pistes par onglet. Ceci permet de n’af­fi­cher que les éléments que l’on souhaite : tout, mix, FX, E/S ou person­na­lisé. On peut tota­le­ment redis­po­ser à son goût les diffé­rents éléments du panneau de piste par glis­ser/dépo­ser. Il suffit de saisir à la souris un élément en appuyant sur ALT. Leur dispo­si­tion change par ailleurs de façon dyna­mique en fonc­tion de la largeur que l’on donne au panneau de pistes.


Sur ces images, les vumètres sont hori­zon­taux, mais par défaut, ils sont verti­caux. Dans ce cas, lorsqu’on réduit la hauteur de piste au mini­mum, on conserve un mini vumètre sur l’en­tête de piste. Pratique ! Rappe­lons aussi que ces derniers sont inté­gra­le­ment confi­gu­rables : leur échelle (en dB), l’af­fi­chage crête, RMS ou les deux, la fréquence de mise à jour en ms, les temps d’at­taque et de relâ­che­ment… En chipo­tant un peu, on peut regret­ter de ne pas avoir de presets corres­pon­dant par exemple au compor­te­ment des vumètres sur des consoles phares.


Piste Large

 

Puisqu’on parle de console, on peut au passage rappe­ler que Sonar permet égale­ment de para­mé­trer le compor­te­ment des pano­ra­miques afin de les faire corres­pondre à celui de sa console analo­gique habi­tuelle.


Enfin, on retrouve l’ins­pec­teur de piste qui s’ap­pelle par une touche et qui permet de retrou­ver l’in­té­gra­lité des para­mètres de la piste sélec­tion­née sur toute la hauteur de la fenêtre à gauche du panneau de pistes. On peut aussi choi­sir les éléments à affi­cher ou masquer dans l’ins­pec­teur.

Les menus sont égale­ment person­na­li­sables. Sonar propose par défaut le set de Sonar 6 et celui de Sonar 5 que l’on peut modi­fier. On peut créer ses propres sets de menus et passer de l’un à l’autre en fonc­tion de la tâche que l’on exécute. Ceci concerne tous les menus, y compris contex­tuels. On peut dépla­cer les éléments, les réor­ga­ni­ser en sous-menus, en masquer, etc. En revanche, on ne peut pas ajou­ter d’élé­ments, ce qui est bien dommage. Il eut été inté­res­sant de pouvoir inté­grer par exemple diffé­rentes confi­gu­ra­tions d’écran à un menu contex­tuel. Il faudra se conten­ter de les appe­ler par raccour­cis.
Console

Les barres d’ou­tils sont égale­ment person­na­li­sables. On peut modi­fier les barres d’ou­tils exis­tantes, les dépla­cer, les rendre flot­tan­tes… On a égale­ment 3 barres d’ou­tils « utili­sa­teur », égale­ment para­mé­trables à souhait. Hélas, si l’on dispose de nombreux boutons, on ne peut en créer et à l’op­posé des raccour­cis claviers ou MIDI, toutes les commandes de logi­ciel ne sont pas dispo­nibles pour les barres d’ou­tils.

La console

Pour moi, c’est le point qui blesse. Je ne suis pas du tout enthou­siasmé par la nouvelle inter­face de la console. Certes, il n’y a pas de gros boule­ver­se­ments, mais elle aussi est désor­mais sur le prin­cipe de widgets plus gros. Il devient désor­mais diffi­cile d’af­fi­cher la tota­lité de la hauteur d’une tranche sur un écran 19", surtout si l’on utilise les icônes de pistes. Person­nel­le­ment, je préfé­rais l’as­pect de la console de la version 5. Peut-être d’autres gens seront-ils plus satis­faits de ce nouvel aspect, il est vrai plus lisible.


Rien de catas­tro­phique tout de même : avec la possi­bi­lité d’af­fi­cher/masquer faci­le­ment les éléments que l’on désire, de rétré­cir la largeur des tranches que l’on veut pour en affi­cher plus à l’écran, la console reste plus que fonc­tion­nelle. Et la vue ne s’en portera sans doute que mieux !

Zoom

X-Ray

La fonc­tion zoom a aussi été amélio­rée avec des raccour­cis clavier plus intui­tifs et (enfin) une gestion de la molette de la souris. Celle-ci, combi­née avec les touches ctrl, alt ou shift permet diffé­rents zooms appor­tant un grand confort et une rapi­dité de travail. Ici encore, on peut person­na­li­ser le compor­te­ment du zoom pour par exemple choi­sir qu’il se fasse à la posi­tion de la souris ou de la barre de lecture.


Rappe­lons au passage que Sonar est parti­cu­liè­re­ment bien implé­menté au niveau raccour­cis claviers. Énor­mé­ment de fonc­tions sont direc­te­ment acces­sibles par une touche et on peut person­na­li­ser ses raccour­cis à l’en­vie. Pratique­ment toutes les fonc­tions du logi­ciel (y compris l’ap­pel des scripts) peuvent se voir aisé­ment affec­ter un raccourci clavier et/ou MIDI. Ces raccour­cis MIDI, déjà présents de longue date, sont extrê­me­ment pratiques pour qui travaille avec des claviers maîtres. On affecte par exemple à la touche la plus basse du clavier le rôle d’in­diquer qu’on « joue » un raccourci et non une note et les autres touches de votre clavier seront autant de raccour­cis. Avec la proli­fé­ra­tion des claviers munis de contrô­leurs, le travail avec de telles surfaces de contrôles fait qu’on finit pratique­ment par ne plus toucher à son clavier d’or­di­na­teur que lorsqu’on doit rentrer des noms de pistes ou de fichiers. Confor­table, isn’t it ?


Les nouveau­tés de l’in­ter­face apportent donc un plus certain dans le confort de travail. À celles-ci, signa­lons la fonc­tion X-Ray permet­tant de rendre une fenêtre trans­pa­rente et inopé­rante à la souris par un simple raccourci clavier, ce qui permet de travailler sur la fenêtre située dessous, et ce, sans néces­si­ter de redi­men­sion­ne­ment, repo­si­tion­ne­ment, réduc­tion & agran­dis­se­ment.

ACT : Dialogue avec les surfaces de contrôle

ACT signi­fie « active control tech­no­logy ». Il faut toujours que les éditeurs et les construc­teurs donnent des noms ronflants pour leurs amélio­ra­tions ! Mais là, il faut bien dire que ça méri­tait un petit nom doux. Mais de quoi qu’il s’agit donc t-il donc ? Tout simple­ment d’un système permet­tant (enfin !) de faire dialo­guer faci­le­ment les surfaces de contrôles MIDI avec Sonar. Bien sûr, ce n’est pas d’hier qu’on peut utili­ser des surfaces de contrôle avec ce logi­ciel, mais il faut bien dire que la chose était plutôt limi­tée, canton­née essen­tiel­le­ment à quelques appa­reils prédé­fi­nis comme la Kenton Freak ou la Peavey 1600 et évidem­ment, la Mackie Control et tous les appa­reils compa­tibles MC. Sorti de là, le travail avec des contrô­leurs externes s’avé­rait souvent fasti­dieux.

Si par ailleurs on pouvait contrô­ler faci­le­ment n’im­porte quel para­mètre de piste à l’aide d’un simple MIDI learn, la chose était large­ment insuf­fi­sante pour qui travaille avec de gros projets et beau­coup de plug-ins. Désor­mais, la gestion des surfaces de contrôles externes est excel­lente. Le prin­cipe de l’ACT est de défi­nir un « plug-in  » pour chaque surface de contrôle (atten­tion : un appa­reil en mode Mackie Control reste dans ce mode et ne passe pas par l’ACT, dont il n’a d’ailleurs pas besoin). Une fois le plug-in de surface défini (l’af­faire de quelques secondes), celle-ci permet de contrô­ler les éléments de Sonar. La première chose qui saute aux yeux est les « VEI » (pour « vous êtes ici ») : les bords des pistes actuel­le­ment contrô­lées par la surface prennent la couleur défi­nie pour celle-ci, ce qui permet de savoir en perma­nence où on en est. De plus, de petits numé­ros affichent l’ordre de piste contrô­lée par la surface. Exemple : je contrôle mes pistes 1 à 8 avec mon PCR (défini en rouge) et ma BCF2000 (en bleu) en mode Mackie Control est sur les pistes 9 à 16 tandis que ma BCR2000 (en vert) est affec­tée aux pistes 17 à 24. Les bords des pistes 1 à 8 sont rouges avec les numé­ros 1 à 8, ceux des pistes 9 à 16 sont bleus avec les numé­ros 1 à 8 (ce qui me permet de voir immé­dia­te­ment que ma piste 9 est contrô­lée par la voie 1 de la BCF, la piste 10 par sa voie 2, etc.). Ceux des pistes 17 à 24 sont verts avec numé­ros de 1 à 8 ce qui me permet de savoir que la voie 1 de ma BCR contrôle la piste 17, la voie 2 la piste 18 etc.

Second point fort : tout comme c’est le cas avec une Mackie Control, on peut dépla­cer les surfaces ACT d’un piste à l’autre ou d’un groupe de pistes à l’autre, soit sur la surface par des boutons dédiés, soit direc­te­ment dans le logi­ciel avec un clic droit sur un bord de piste qui ouvre un menu contex­tuel compor­tant la liste des surfaces. Il suffit de sélec­tion­ner la surface dési­rée pour que sa voie 1 contrôle désor­mais la piste où l’on a cliqué (et ses autres voies les pistes suivantes). Surtout, l’ACT permet de contrô­ler pratique­ment tout élément actif à partir du moment où il est auto­ma­ti­sable. Cela peut être les pistes, les EQ, les sends, l’éga­li­seur… On peut aussi passer, tout comme sur une Mackie Control, du contrôle des pistes à celui des bus ou des « mains » (sorties prin­ci­pales).

EQ

On peut de même contrô­ler les plug-ins. Quand l’ACT est actif, le plug-in sélec­tionné à l’écran passe sous le contrôle de la surface ACT en cours. L’ACT peut aussi être désac­tivé (à l’écran ou par un bouton dédié sur la surface de contrôle) pour que le contrô­leur conti­nue par exemple à contrô­ler les pistes, même si l’on ouvre un plug-in. Enfin, on peut de même le « verrouiller » (lock) pour qu’il garde le contrôle sur tel ou tel plug-in même si on change le focus sur une autre fenêtre ou sur un autre plug-in. Un régal !

De nombreuses surfaces de contrôles phares du marché sont d’ores et déjà inté­grées en ACT, comme les Alesis Photon 25, E-MU Xboard25, claviers maîtres Edirol, Korg Kontrol49, M-Audio Axiom 49 et Phat.Boy. Et il y fort à parier que d’autres encore arri­ve­ront bien­tôt puisque Cake­walk propose appa­rem­ment un SDK gratuit pour déve­lop­per des plug-ins ACT.

Mais si votre surface chérie n’est pas défi­nie, vous pouvez toujours l’uti­li­ser en ACT avec le plug-in géné­rique qui, à défaut d’être visuel­le­ment sexy (là où un ACT spéci­fique reprend l’as­pect du hard­ware concerné) fait parfai­te­ment bien son travail. Il comporte 8 potards rota­tifs, 8 sliders, 11 boutons et un bouton shift, le tout à multi­plier par 4 banques ce qui permet de contrô­ler jusqu’à 140 para­mètres !

Pourquoi 11 boutons ? Parce que beau­coup de surfaces de contrôles comportent en plus de 8 boutons de fonc­tion 3 boutons de trans­port (stop, play et retour au début par exemple). Non seule­ment on peut para­mé­trer tout ceci, mais on peut exclure de l’ACT des boutons, voire des sliders ou des potards. Ce qui permet par exemple de conser­ver à nos 3 boutons les fonc­tions de trans­port, même lorsqu’on travaille sur un plug-in. Ça n’a peut-être l’air de rien, mais non seule­ment tout ceci donne un énorme contrôle du logi­ciel par les surfaces de contrôle externes (fussent-elles un simple clavier maître muni de potards et sliders), mais celles-ci peuvent litté­ra­le­ment se bala­der à l’in­té­rieur du projet, d’une piste ou d’un groupe de piste à l’autre, d’un plug-in à l’autre tout comme on le fait avec une Mackie Control. Cela me permet par exemple désor­mais de travailler avec ma BCF2000 en Mackie Control pour tout ce qui concerne les pistes et un PCR et une BCR en ACT pour les plug-ins. Un régal !

Les plug-ins

Côté plug-ins, pas nombreuses nouveau­tés cette fois-ci. Il faut dire que la version 5 avait apporté un lot plus que consé­quent avec notam­ment d’ex­cel­lents synthés virtuels, le génial Roland V-Vocal et la réverbe à convo­lu­tion perfect space… On retrouve tous ces éléments ici, sans chan­ge­ment, mais en néces­si­taient-ils ? Signa­lons juste le compres­seur Soni­tus désor­mais dispo­nible en surround. Tout de même ! Peu de nouveau­tés, donc, mais pas des moin­dres…

Session Drum­mer II

Session Drummer II

Le session drum­mer était un vieil élément de Sonar. Un plug-in MIDI compor­tant une biblio­thèque de boucles ryth­miques variées et clas­sées par styles et tempo pour compo­ser des parties ryth­miques complètes. On pouvait y ajou­ter ses propres patterns joués par un ou des instru­ments virtuels. Désor­mais, celui-ci n’est plus néces­saire. Le Session Drum­mer II n’est plus un « effet » MIDI, mais un instru­ment virtuel complet. Il propose non seule­ment les patterns ryth­miques, mais égale­ment les samples. Ceux-ci sont de bonne qualité, mais peu nombreux. On peut évidem­ment rajou­ter des boucles MIDI comme des samples. Évidem­ment, cet instru­ment virtuel est loin d’un Battery, d’un DFH ou autre ténor du marché. Il permet tout de même de travailler pour qui n’est pas équipé d’un tel plug-in (de surcroît coûteux), offrant ainsi sans dépense supplé­men­taire la possi­bi­lité d’in­té­grer dans ses projets de parties de batte­rie réalistes. Ce plug in suffira sans doute à ceux qui n’ont qu’oc­ca­sion­nel­le­ment besoin d’un tel instru­ment, soit qu’ils travaillent essen­tiel­le­ment avec des sons élec­tros (ils trou­ve­ront leur bonheur dans les autres instru­ments four­nis comme le Roland Groo­ve­Synth), soient qu’ils utilisent des boucles audio ou enre­gistrent de vraies batte­ries acous­tiques. Les autres ne feront sans doute pas l’im­passe sur l’achat d’un vrai produit dédié. Mais Session Drum­mer II pourra s’avé­rer pratique au démar­rage d’un projet pour dispo­ser rapi­de­ment d’une piste batte­rie témoin sans la consom­ma­tion de mémoire et de ressource inhé­rente aux « gros » instru­ments virtuels.

VC-64 Vintage Chan­nel

VC-64

Là, on tape dans le beau­coup plus sérieux. Il s’agit d’un plug-in émulant une tranche de console vintage et regrou­pant un noise gate, un dé-esseur, deux compres­seurs, deux égali­seurs tota­le­ment para­mé­triques 4 bandes, un inver­seur de phase et un gain de sortie. Ouf ! Chaque section peut être mise en service indé­pen­dam­ment des autres. On dispose d’un choix de 10 routages diffé­rents des effets, permet­tant notam­ment du side chain sur un compres­seur par un égali­seur, du mid-side, de la compres­sion deux bandes, du stéréo split… Ajou­tons à ceci les deux mémoires A et B pour effec­tuer des compa­rai­sons immé­diates entre deux réglages et un ensemble d’une quaran­taine de presets « réali­sés par des pros » qui sonnent vrai­ment bien. Le VC-64 est un très bon plug-in qui sonne bien et apporte, outre de larges possi­bi­li­tés de travail, un véri­table plus au son.

Audios­nap : le maître du temps

Voilà sans doute LA grosse nouveauté de cette version 6. Un article complet serait néces­saire à la descrip­tion en détail de la chose. Alors on va faire dans le résumé et le simple : avec l’Au­dios­nap, on fait ce qu’on veut. Il permet une gestion totale (ou quasi totale) du place­ment tempo­rel de l’au­dio. Vous connais­sez certai­ne­ment la quan­ti­za­tion en MIDI, fonc­tion qui permet de recal­ler sur la grille les notes trop en dehors du temps. L’Au­dios­nap, c’est la même chose pour l’au­dio ! On peut par exemple caler tout un ensemble de pistes soit sur la grille MIDI, soit sur une piste de réfé­rence. Les tran­si­toires de celle-ci consti­tuent alors un « pool » (que l’on peut contrô­ler) sur lequel vont se caler les pistes que l’on souhaite. Énorme. Non seule­ment cela permet de sauver des prises un peu floues, mais cela donne une énorme produc­ti­vité, un gain de temps consi­dé­rable sur l’édi­ting. Un exemple ? Deux voix (diffé­rentes) sensées se doubler. Pour qui pratique ceci, on sait à quel point il est rare d’avoir un ajus­te­ment précis à la prise. Il faut alors suer à l’édi­ting ou utili­ser un coûteux plug-in comme Voca­lign pour ajus­ter parfai­te­ment les deux voix. Avec l’au­dios­nap, c’est l’af­faire de quelques secondes !

Les deux voix brutes de prise1 – Les deux voix brutes de prise

La voix lead est déterminée comme référence du pool2 – La voix lead est déter­mi­née comme réfé­rence du pool

La voix back est calée sur le pool3 – La voix back est calée sur le pool

Possibilité d'ajuster des transitoires à la souris4 – Possi­bi­lité d’ajus­ter des tran­si­toires à la souris

Les extraits audio :


Mais ce n’est pas tout. On a vu que l’Au­dios­nap permet de quan­ti­zer de l’au­dio d’après de l’au­dio. Il permet aussi de copier le groove d’une portion audio pour la coller sur une autre ! Bon, de là à imagi­ner que l’en­re­gis­tre­ment de basse d’un débu­tant va pouvoir groo­ver comme un Boot­sie Collins… ne rêvons tout de même pas. Mais on s’en approche, mine de rien, même s’il reste encore de la place à la maîtrise instru­men­tale.

Atten­dez ! Ce n’est pas fini. L’Au­dios­nap permet de quan­ti­zer de l’au­dio sur de l’au­dio ou sur la grille MIDI. Ce dernier point est notam­ment parfait pour qui veut créer un morceau compor­tant des parties MIDI à partir d’une impro­vi­sa­tion sur instru­ment, par exemple. Mais l’Au­dios­nap permet aussi l’in­verse : la grille MIDI, donc le tempo du morceau, peut se caler sur une partie audio, même si son tempo varie. Encore une fois, l’idéal pour ceux qui construisent des morceaux à partir d’un enre­gis­tre­ment audio. Il n’est plus néces­saire d’en­re­gis­trer celui-ci avec un clic dont on sait qu’il n’est pas l’élé­ment le plus favo­rable à un jeu inspiré du musi­cien.

Ajou­tons que l’Au­dios­nap permet de conver­tir des beats audio en MIDI, réalise aussi bien des tâches auto­ma­tiques (réali­sées par le logi­ciel) que manuelles (dépla­ce­ment de tran­si­toires à la souris). L’al­go­rithme iZotope Radius de pitch shif­ting donne quant à lui d’ex­cel­lents résul­tats audio (souvent meilleurs à mon sens que le mpex cepen­dant toujours dispo­nible), y compris sur les basses. De plus, toute l’édi­tion peut se faire de façon destruc­tive.

Amélio­ra­tions et points noirs

Tranche

Les amélio­ra­tions ne s’ar­rêtent pas là, même si on a certai­ne­ment abordé les plus spec­ta­cu­laires. Une foul­ti­tude de « petites » choses ont été rajou­tées qui, comme toujours dans les évolu­tions de Sonar, permettent d’amé­lio­rer la produc­ti­vité et le confort de travail pour, au final, des projets audio de meilleure qualité.

On a parlé de l’uti­li­sa­tion de la molette de souris pour le zoom. Elle permet égale­ment de régler un potard ou un fader juste en le survo­lant et en tour­nant la molette, ce qu’ap­pré­cie­ront certai­ne­ment ceux qui travaillent sans surface de contrôle. En utili­sant la touche shift, on passe en réglage de préci­sion si précieux lorsqu’on travaille à la souris.

Dans les « détails », on peut aussi verrouiller la posi­tion tempo­relle d’un clip, évitant ainsi tout dépla­ce­ment intem­pes­tif lors de l’édi­ting. On peut aussi désor­mais annu­ler la suppres­sion d’un plug-in dans un rack d’ef­fet.

Il y a aussi des points plus essen­tiels comme la compen­sa­tion auto­ma­tique de latence ou le crash reco­very : en cas de plan­tage du programme, Sonar tente tout de même une sauve­garde de secours du projet en cours. Et ça marche plutôt bien ! On dispose aussi d’un système de versions auto­ma­tiques avec des sauve­gardes datées pour reve­nir à d’an­ciennes versions du projet en cours. Signa­lons égale­ment la possi­bi­lité d’avoir désor­mais à l’in­té­rieur d’un même projet des fichiers audio de formats diffé­rents.

Points noirs

Il y en a, et comme tout logi­ciel, Sonar n’est pas parfait. Côté fiabi­lité, un effort a été fait pour la version 6.0. Là où la 5.0 était boguée de façon inac­cou­tu­mée chez Cake­walk, la version 6.0 est nette­ment plus stable. Comme toujours est sorti rapi­de­ment un patch correc­tif 6.1 qui s’avère très stable, puis la version 6.2 qui outre la correc­tion de bugs, apporte de nombreuses amélio­ra­tions. Il n’en reste pas moins qu’il arrive que Sonar plante. C’est rare, mais ça arrive et ce n’est jamais agréable, surtout pour qui a tété de longue date la mamelle de Cake­walk qui nous a gras­se­ment habi­tué à la stabi­lité. La gestion du magné­tisme a été gran­de­ment amélio­rée et on peut même désor­mais déter­mi­ner une « puis­sance » d’at­trac­tion de la grille. Il n’en reste pas moins que dans certaines situa­tions, le magné­tisme ne semble pas répondre correc­te­ment, néces­si­tant de minu­tieux posi­tion­ne­ments manuels. Agaçant !

J’ai parlé plus haut de l’af­fi­chage. Heureu­se­ment que le prix des grands écrans chute parce qu’il devient de moins en moins possible de travailler sur des écrans « stan­dards ». Désor­mais, le bureau du home-studiste va ressem­bler à celui d’un info­gra­phiste ! Sans doute est-ce la contre­par­tie incon­tour­nable des nombreuses nouvelles fonc­tions qu’ap­portent nos logi­ciels, mais ça fait un peu râler et ceux qui en sont toujours au 15" vont devoir inves­tir…

Côté VST, l’in­té­gra­tion est meilleure, mais il subsiste quelques bugs surtout au niveau de l’af­fi­chage. Il m’est par exemple arrivé de ne pouvoir affi­cher la tota­lité de la fenêtre d’un ensemble Reak­tor, obli­geant à un scrol­ling agaçant. Il semble aussi qu’il y ait toujours de sérieux problèmes de compa­ti­bi­lité avec certains plug-ins de chez Wave. D’après les rumeurs, ce serait de la faute de Wave qui ne respec­te­rait pas les spéci­fi­ca­tions Windows quant à la régio­na­li­sa­tion des signes numé­riques. Dans le code, un point dans un nombre au lieu d’une virgule et ça plante. Il semble que cela se résout en chan­geant les options régio­nales de Windows, mais c’est ennuyeux pour beau­coup d’uti­li­sa­teurs. Le bruit court que Wave corri­ge­rait ses codes…

Enfin, défaut impor­tant pour de nombreux musi­ciens et home-studistes : Sonar n’existe pas sur Mac. Peut-être à terme une version Univer­sal Bina­ries ? Pour l’ins­tant, je n’en ai aucune idée. Par contre, Sonar est d’ores et déjà prêt pour Vista, que ce soit en 32 ou 64 bits. Rien de tout ça n’est catas­tro­phique (sauf peut être pour les utili­sa­teurs de Mac, mais ils ne manquent pas de bons logi­ciels). Il fallait juste, après l’en­thou­siasme que j’ai montré pour cette nouvelle version, rappe­ler que Sonar n’est évidem­ment pas parfait.

Conclu­sion

Cette sixième mouture de Sonar présente de réels argu­ments de séduc­tion et offre un plus grand confort de travail et des outils de produc­tion profes­sion­nels et perfor­mants. Mais comme souvent, ses amélio­ra­tions essen­tielles concernent l’ef­fi­ca­cité et la produc­ti­vité. Malgré les évolu­tions, le logi­ciel reste rela­ti­ve­ment simple d’abord et conserve une excel­lente ergo­no­mie et une souplesse permet­tant de travailler avec lui dans de multiples confi­gu­ra­tions, du mini home-studio avec un simple ordi­na­teur au clavier et à la souris au studio plus complet avec surfaces de contrôle, claviers MIDI et hard­ware externe. De surcroit, il reste très bien placé d’un point de vue prix face à ses prin­ci­paux concur­rents, surtout compte tenu des pres­ta­tions qu’il offre. Un excellent choix.
Points forts
  • Ergonomie
  • Puissance des outils
  • Offre de plug-ins
  • Prix
Points faibles
  • Nouvelle console discutable
  • Intégration VST encore imparfaite
Soyez le premier à réagir à cet article

    Vous souhaitez réagir à cet article ?

    Se connecter
    Devenir membre
    cookies
    Nous utilisons les cookies !

    Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
    Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement
    Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
    Google Analytics
    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
    Publicités
    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement

    Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

    Google Analytics

    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

    Publicités

    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


    Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
    Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.