Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Line 6 POD HD500X
Photos
1/825

Test Line 6 POD HD500X

Simulateur d'amplis//baffles guitare en pédale de la marque Line 6 appartenant à la série POD Live

Prix public US : $499 incl. VAT
uPODate ?
Partager cet article

Au bac option musique de l'académie Audiofanzine, on m'a donné un problème à résoudre dont voici l'énoncé: "Avec un article théorème d'au moins 10000 signes, résoudre l'équation LINE 6 POD HD500X sachant que X = (Nouveaux footswitchs + DSP puissant) seulement".

Une sacrée colle…En effet, trois ans après la sortie du POD HD 500, Line 6 ne revient pas modi­fier signi­fi­ca­ti­ve­ment son produit phare pour en faire une version 2.0, mais lui appor­ter quelques petites retouches. Or, ce dernier a déjà été brillam­ment, intel­li­gem­ment, subti­le­ment, super­be­ment, magni­fique­ment testé par mon patron. Il n’y a rien à redire à son article, que dis-je, à une oeuvre aussi parfaite, aussi essaie­rons-nous de le préci­ser, de le complé­ter (mais peut-on vrai­ment « complé­ter » un Michel-Ange ou un Picasso ?) et nous tente­rons d’ap­por­ter un autre regard, beau­coup plus subjec­tif, sur l’ap­pa­reil en présen­tant aussi ses nouvelles possi­bi­li­tés, essen­tiel­le­ment logi­cielles. 

Tu POD un peu des pieds quand même non ?

Line 6 POD HD500X

À la sortie du carton, le premier chan­ge­ment sur la bête est visible à l’oeil nu. Les 12 foots­witchs entou­rés de chrome propres à la firme cali­for­nienne, les mêmes que sur le M13 et le X3 Live, ont été rempla­cés par des commu­ta­teurs stan­dards, rétro-éclai­rés par des anneaux de LED, dont l’ac­ti­va­tion se fait douce­ment, même en chaus­settes. L’ori­gine probable de cette modi­fi­ca­tion, à en croire les forums d’uti­li­sa­teurs, vien­drait de la mauvaise fiabi­lité des switchs précé­dents. A moins que les ingé­nieurs améri­cains n’aient simple­ment cher­ché à assu­rer au guita­riste une meilleure visi­bi­lité sur scène. Quoi qu’il en soit, c’est une mise à jour physique bien­ve­nue et la seule d’ailleurs (à part le « X » rajouté au nom sur le châs­sis, bien entendu).

Malheu­reu­se­ment, bien la seule serais-je tenté d’ajou­ter car malgré le souhait de nombreux PODistes (ou PODo­philes, mais c’est limite limite) qui consi­dèrent son absence comme un défaut, il n’y a toujours pas d’in­ter­rup­teur ON/OFF. Autre­ment, tout le reste est à sa place : la pédale d’ex­pres­sion, la connec­tique foison­nante, les enco­deurs et autres mini-switchs que je m’em­presse de réca­pi­tu­ler pour ceux qui ne sont pas fami­liers du POD HD 500 (les autres peuvent passer à la partie suivante), avec de gauche à droite :

  • 1 entrée pour l’ali­men­ta­tion et un bout de plas­tique sur le côté qui permet d’ac­cro­cher son fil afin de ne pas être décon­necté quand on appuie un peu trop éner­gique­ment sur le péda­lier
  • 1 entrée L6 Link au format XLR afin de pilo­ter n’im­porte quel ampli Line 6 de la série DT ou n’im­porte quelle enceinte de la série Stage­Source
  • 1 connexion USB pour se servir du POD comme d’une inter­face audio, pour le mettre à jour, ou pour créer, télé­char­ger et parta­ger ses présets via un éditeur, le Line 6 POD HD 500X Edit, à récu­pé­rer sur le site de Line 6. Atten­tion, le format de fichiers des présets a changé, l’ex­ten­sion .h5e passe à .5xe. En les renom­mant, vous pour­rez tout de même vous servir de vos vieux présets
  • 2 entrées et sorties/through MIDI
  • 1 sortie S/PDIF qui envoie le signal en 96 kHz / 24-Bit
  • 1 entrée Variax pour connec­ter une guitare Line 6 Variax
  • 1 boucle d’ef­fets avec 1 SEND (stéréo) et 2 RETURN (mono) pour bran­cher de vraies pédales ainsi qu’un mini switch pour choi­sir entre un niveau pédale et un niveau ligne
  • 1 entrée micro XLR avec son mini potard de niveau pour chan­ter vos morceaux préfé­rés de Booba
  • 1 entrée auxi­liaire, non pas de puéri­cul­ture, quoique certains guita­ristes en auraient bien besoin, mais pour bran­cher une deuxième guitare, afin de jouer avec un ami (achète-toi des pods…). Il sera alors possible d’avoir chacun un son diffé­rent.
  • 1 sortie casque, pour jouer de jour comme de nuit
  • 2 sorties (gauche et droite) symé­triques au format XLR pour le bran­cher sur une console par exemple
  • 2 sorties asymé­triques (gauche et droite) au format Jack 1/4" pour le bran­cher sur un ampli par exemple
  • 1 entrée CD/MP3 mini-jack pour impro­vi­ser sur vos morceaux préfé­rés de La Fouine
  • 1 entrée jack 1/4", celle pour la guitare, la seule qui nous inté­resse vrai­ment
  • 1 entrée pour raccor­der une deuxième pédale d’ex­pres­sion

________________________________________________________

12 entrées + 8 sorties = 20 connexions, le compte est bon !

 Sur la face de l’ap­pa­reil, nous avons, de gauche à droite :

  • 2 rangées de 6 foots­witchs, les premiers de chaque rangée étant dévo­lus aux chan­ge­ments de banques de présets. Sur la rangée du bas, les 4 suivants, nommés A,B,C, D sont assi­gnés aux présets (mais on pourra les attri­buer aux effets ou même à des groupes d’ef­fets si besoin). Le dernier de la rangée fait office de TAP TEMPO et met en fonc­tion l’ac­cor­deur quand on laisse son pied appuyé dessus. Sur la rangée du haut, 4 foots­witchs para­mé­trables activent/désac­tivent les effets inté­grés au préset en cours de jeu. Le dernier de la rangée met en route le LOOPER (de 48 secondes), presque tous les autres foots­witchs changent alors de fonc­tion et servent à enre­gis­trer, jouer, over­du­ber, effa­cer, etc., les boucles.
  • 1 pédale d’ex­pres­sion avec switch qui permet de passer d’une fonc­tion à une autre, EXP1 et EXP2, le tout étant noti­fié à l’aide de LED pas laides sur le côté. En géné­ral l’EXP1 sert pour le volume et l’EXP2 pour les effets, mais on peut les assi­gner et cali­brer la pédale à notre guise.

________________________________________________________

(2 × 6) Foots­witchs + 1 EXP =  13 commu­ta­teurs

En haut à gauche, un tableau de bord sous la forme d’un écran LCD et ses enco­deurs satel­lites :

  • 1 enco­deur à sa gauche pour chan­ger manuel­le­ment les présets, ou, en appuyant dessus, les setlists (groupes, au nombre de 8, de 16 banques de 4 présets. 8 × 16 × 4 = 512 présets !)
  • 1 bouton VIEW au-dessous de l’en­co­deur pour chan­ger la présen­ta­tion des présets sur l’écran. Il sert aussi en quelque sorte de bouton EXIT quand on a trop navi­gué en eaux troubles. Si on le laisse pressé, il nous ouvre les portes des réglages systèmes qui peuvent s’avé­rer très utiles (mais beau­coup trop longs à énumé­rer, cf la notice en ligne dont je vous four­nis le lien plus bas).
  • 1 bouton SAVE au-dessus de l’en­co­deur, pour sauver les présets
  • 1 croix multi­di­rec­tion­nelle à sa droite pour la navi­ga­tion 
  • 1 bouton ENTER au-dessus de la croix pour entrer dans les groupes et sous-groupes
  • 1 bouton MOVE en dessous de la croix pour dépla­cer un effet dans la chaîne ; si on le laisse appuyé, il nous permet d’as­si­gner l’ef­fet au foos­witch de notre choix
  • 4 enco­deurs sous l’écran, proté­gés de votre vilain pied par une barre métal­lique pour chan­ger les para­mètres des présets, des effets, etc.

Et sur le centre et la droite de l’ap­pa­reil: 

  • 7 potards usuels pour le réglage des sons d’am­plis: DRIVE, BASS, MID, TREBLE, PRESENCE, VOLUME et MASTER
  • 1 mini switch Normal/Pad pour l’en­trée guitare qui nous donne à choi­sir entre un niveau normal et un atté­nua­teur dans le cas où notre gratte envoie un peu trop
  • 1 mini switch Ground/Lift pour les sorties XLR afin de neutra­li­ser le ronfle­ment d’une boucle de masse
  • 1 mini switch Line/Amp pour la sortie Jack 1/4" dans le cas où vous bran­chez l’ap­pa­reil direc­te­ment à un ampli

________________________________________________________

(1+4) enco­deurs + 4 boutons + 1 croix multi­di­rec­tion­nelle + 7 potards + (3 × 1) mini switchs = 20 trucs, soit un sacré paquet de trucs.

Line 6 POD HD500X

Signa­lons pour finir que Line 6 a eu la déli­cate atten­tion de four­nir trois adap­ta­teurs diffé­rents pour l’ali­men­ta­tion (on peut ainsi jouer presque partout dans le monde sans ache­ter d’ac­ces­soires supplé­men­taires), une clé Allen (pour resser­rer la pédale d’ex­pres­sion, j’ima­gine) et un câble USB. Des petits plus qui, malgré un « guide de pilo­tage » succinct, compensent l’ab­sence de vraie notice qu’on pourra tout de même télé­char­ger ici.

Il n’est pour­tant pas si loin le temps des premières géné­ra­tions de POD avec leurs beaux manuels carton­nés et bour­rés d’hu­mour qui nous ensei­gnaient sur les amplis modé­li­sés, photos à l’ap­pui, et nous aidaient à parfaire notre culture matos. Enfin, vous pour­rez toujours trou­ver une version en ligne et en anglais ici.

Il était, à vrai dire, déjà diffi­cile de prendre en défaut la concep­tion physique de l’om­ni­PODent POD HD 500, celui-ci couvrant déjà un éven­tail complet des besoins du guita­riste. Nous regret­te­rons cepen­dant toujours l’in­ter­rup­teur ON/OFF et un huitième potard mystère dont nous allons parler au para­graphe suivant. Suspen­se…

La POD des maths

Ici je me permets une petite digres­sion, au risque d’un hors sujet, passant des maths à la philo, en rele­vant une analo­gie entre la modé­li­sa­tion d’am­plis et les jeux de foot. Au début des années 90, on avait des jeux d’ar­cade avec un joys­tick et deux-trois boutons maxi, mais qui étaient terri­ble­ment funs. Les éditeurs de jeux ont ensuite commencé à s’orien­ter vers la simu­la­tion, c’est devenu de plus en plus réaliste, de plus en plus complexe et beau­coup moins amusant, il y a eu comme un flot­te­ment. Fina­le­ment, P.E.S est venu révo­lu­tion­ner le jeu vidéo avec un réalisme récréa­tif qui a poussé les joueurs à maîtri­ser son manie­ment. Et bien c’est exac­te­ment la même chose pour la modé­li­sa­tion. Line 6 avait sorti en 98 (Cham­pions du monde !) son premier POD, très simple à appri­voi­ser, avec des sons qui paraissent aujour­d’hui gros­siers ou cari­ca­tu­raux, mais direc­te­ment exploi­tables et dans un tout petit format. Avec le POD XT, ils ont ensuite compliqué fran­che­ment les choses en multi­pliant les options sonores (je sais de quoi je parle, « j’ai le même à la maison »). Avec le POD HD, ils ont haussé le niveau de simu­la­tion et les possi­bi­li­tés, jusqu’au choix, entre autres, de la topo­lo­gie de l’am­pli de puis­sance, class A, A/B, etc., ou du réglage du BIAS des lampes virtuelles (!), au point qu’il est vrai­ment diffi­cile d’ob­te­nir immé­dia­te­ment un son orga­nique et crédible, sans parler de la complexité pour le forger. 

Line 6 POD HD500X

Contrai­re­ment à Brian May, nous ne sommes pas tous guita­ristes ET astro­phy­si­ciens, ni diplô­més en PODo­lo­gie. Alors à rebours de l’avis de Red Led, je ne trouve pas notre appa­reil si ergo­no­mique que ça. Pour des gens impa­tients, adeptes de la philo­so­phie Jeff Beckienne du direct-to-amp, il aurait plutôt dû s’ap­pe­ler DOli­Prane HD 500mg. Car j’ai tout de même tenté de décou­vrir le POD HD, que je ne connais­sais abso­lu­ment pas, sans le guide de pilo­tage et sans passer par l’édi­teur de présets (vous savez ce que c’est quand on déballe un nouveau joujou…). On finit effec­ti­ve­ment par trou­ver ce que l’on cherche, un préset vide pour bâtir un nouveau son par exemple, mais au prix de fasti­dieuses recherches. Si c’est le cas pour moi, qu’en sera-t-il pour un ado qui découvre la guitare ? Il passera sans doute plus de temps à essayer de domp­ter l’ap­pa­reil qu’à jouer, ce qui devrait être le but ultime. Ou quand le mieux est l’en­nemi du bien…

De plus, le POD HD a aussi et surtout été conçu pour le live. Que se passe-t-il si notre son sur scène est fina­le­ment trop sourd malgré nos MIDs à fond, ou la réverb trop enva­his­sante ? Aura-t-on vrai­ment à fouiller avec tous les enco­deurs dans les présets pour les chan­ger vite fait, dans le noir et dans le stress ? 

Et puisque l’on parle de la réverb, selon moi indis­pen­sable pour « mouiller » le son et dont une majo­rité d’am­plis sont aujour­d’hui équi­pés, il est dommage qu’elle soit consi­dé­rée comme un effet parmi d’autres dans la chaîne et qu’elle n’ait pas de potard dédié, le fameux 8e potard mystère, comme sur les versions précé­dentes du POD.

Dernière chose, et cette critique ne vise pas Line 6 en parti­cu­lier, mais presque tous les construc­teurs de modé­li­sa­tion d’am­pli/multi-effets. Il est temps qu’ils comprennent que le guita­riste moyen a en géné­ral, et de base, besoin d’un son clean, d’un son crunch, d’un son saturé pour la ryth­mique et d’un son lead (il aurait d’ailleurs été judi­cieux d’ajou­ter un switch pour boos­ter les solos, en passant). Pourquoi, au lieu de présen­ter une première banque direc­te­ment jouable, faut-il toujours mettre en avant des présets de « démo » trop typés et donc inuti­li­sables ?

A leur décharge, les banques ont été compi­lées dans des setlists par thèmes, comme par exemple « FX Heavy », c’est assez parlant, « Songs / Style » où l’on retrou­vera, entre autres, les diffé­rents amplis dans leur forme brute, ou « User 1 » avec ses présets vides (enfin ! je les ai trou­vés !).

Line 6 POD HD500X

Je dois aussi recon­naître que l’édi­tion via ordi­na­teur se fait aisé­ment grâce à l’in­ter­face de l’édi­teur de presets, claire et agréable (si la fenêtre avait été un peu plus grande, parce qu’on ne peut pas l’agran­dir, sur Mac tout du moins, et à peine moins sombre, il aurait été parfait). On se surprend à tester en un drag-and-drop l’im­pact du place­ment d’un effet sur notre son. Les savants fous expé­ri­men­te­ront toutes sortes de combi­nai­sons, les acci­dents de labo débou­chant parfois sur des résul­tats inat­ten­dus, mais posi­tifs (préci­sons que l’in­for­ma­tion répan­due sur le net préten­dant qu’il y a de nouvelles possi­bi­li­tés de routage est fausse), d’au­tant plus qu’avec le nouveau proces­seur, théo­rique­ment deux fois plus puis­sant (info obte­nue direc­te­ment chez Line 6 cette fois-ci), je n’ai eu droit qu’à quelques « DSP limit reached », en l’ayant bien cher­ché. On peut chaî­ner le maxi­mum d’am­plis et d’ef­fets dans n’im­porte quel sens, sans que le message n’ap­pa­raisse néces­sai­re­ment. Tout dépend de la nature de l’ef­fet, il fallait que je charge vrai­ment la mule avec 2 amplis et 8 effets de modu­la­tion, de pitch ou de réverb (pas plus de trois dans ce cas précis) pour que l’aver­tis­se­ment surgisse. Je rejoins tout à fait Red Led pour dire qu’un indi­ca­teur d’uti­li­sa­tion des ressources aurait été bien­venu, mais j’ima­gine qu’il en aurait, du coup, aussi mangé. Fina­le­ment, si Line 6 a pris le parti des effets, ce n’est pas plus mal.

Enfin, pour répondre à une ques­tion tech­nique fréquem­ment posée sur les forums, il n’est toujours pas possible d’en­voyer le son WET et DRY en paral­lèle via USB pour le ream­ping. Tout pareil quoi.

C’est au pied du mur qu’on voit le maçon alors sans tran­si­tion passons au son.

So 6 sons ! 

Afin de ne pas réécrire la liste des 16 têtes et combos modé­li­sés origi­nel­le­ment sur le POD, j’ai enre­gis­tré un exemple musi­cal pour chaque ampli (+ haut-parleur et micros asso­ciés) avec leur nom. J’ai gardé à peu près le son basique des modé­li­sa­tions en y ajou­tant une pincée de réverb. Pour chaque extrait, les guitares (Fender Tele­cas­ter Deluxe, Fender Stra­to­cas­ter 69, Gibson Les Paul Custom, Gibson SG, Gretsch 6120 Brian Setzer Signa­ture) sont indiquées.

1 fender black­face deluxe reverb tele
00:0000:15
  • 1 fender black­face deluxe reverb tele 00:15
  • 2 fender twin reverb tele 00:13
  • 3 fender bass­man gretsch 00:20
  • 4 gibson eh185 lespaul 00:13
  • 5 hiwatt custom100 dr103 gibson 00:13
  • 6 marshall jtm45 mk2 strat 00:18
  • 7 marshall jcm800 2204 lespaul 00:27
  • 8 park 75 lespaul 00:11
  • 9 vox ac15 lespaul 00:12
  • 10 vox ac30 lespaul 00:25
  • 11 supro s6616 lespaul 00:15
  • 12 drz route66 tele 00:12
  • 13 divi­ded­by13 jrt915 tele 00:29
  • 14 mesa­boo­gie dual­rec­ti­fier sg 00:18
  • 15 bogner uber­schall lespaul 00:23
  • 16 engl fire­ball100 lespaul 00:32
 
Line 6 POD HD500X

Dans l’en­semble, les modé­li­sa­tions sont correctes, même si certains amplis, en parti­cu­lier ceux voués à la satu­ra­tion, font perdre à nos accords de leur défi­ni­tion, les notes basses ayant tendance à manger les notes aiguës. Un bon point pour les Fender, le joli crunch du Hiwatt, les amplis plus inha­bi­tuels comme le Divi­ded by 13 ou le Dr Z, et la méchante satu du très creusé Engl. Certains modèles comme le JTM-45 seront assez clairs pour le live, d’autres qui paraissent un peu plus cari­ca­tu­raux, comme le sourd Mesa Boogie, se fondront mieux dans le mix d’un arran­ge­ment studio.

J’ai un peu moins aimé le Supro dont l’over­drive se veut origi­nale, mais qui bour­donne un peu et surtout le JCM-800 qui sonne synthé­tique, arti­fi­ciel, vrai­ment pas terrible. Je partage sur ce point l’avis de mon bien-aimé patron que je crains malgré tout de déce­voir car les modé­li­sa­tions qu’il appe­lait de ses voeux, à savoir un Orange, un JCM900 ou un Roland JC-120, n’ont pas été ajou­tées. Qu’il se réjouisse quand même en appre­nant qu’il y a 6 « nouveaux » modèles, dont un pour basse, qui ne sont pas exclu­sifs au 500X, mais seule­ment des mises à jour télé­char­geables du POD HD origi­nal :

  • un Marshall Plexi 1959 Super Lead (canal normal et canal « bright »)
  • un Soldano SLO100 (canal clean, canal crunch, canal over­drive)
  • Trois Line 6: Doom, Epic, Elek­trik
  • un Ampeg B-15NF Porta­flex (ampli basse)
17 marshall plexi1959 super­lead lespaul
00:0000:17
  • 17 marshall plexi1959 super­lead lespaul 00:17
  • 18 soldano slo100 lespaul 00:18
  • 19 line6 doom sg 00:29
  • 20 line6 epic lespaul 00:12
  • 21 line6 elek­trik 00:16
  • 22 ampeg b15nf porta­flex 00:12

Le Plexi 59 est assez réussi, le Soldano un peu trop creusé, l’Epic un peu trop compressé (limite saccadé), l’Elek­trik servira de « cache-pains » bien utile avec son over­dose de satu­ra­tion, l’Am­peg nous sera d’une aide précieuse pour maquet­ter, et le jouis­sif Doom nous lais­sera plein de gras sur les doigts. Une dernière remarque concer­nant les sons de base : après m’être servi pendant quelques années d’un POD XT, j’ai fini par le mettre au placard, frus­tré de ne pas sentir les amplis virtuels réagir en fonc­tion de l’at­taque du média­tor. Problème réglé avec son grand frère qui respecte plutôt fidè­le­ment la dyna­mique du jeu. Voici un exemple :

00:0000:00

Pour la section d’ef­fets, j’ai choisi quelques présets d’usine assez parlants:

24 fx delay strat
00:0000:18
  • 24 fx delay strat 00:18
  • 25 fx maste­rof­har­mo­ni­zers lespaul 00:20
  • 26 fx reverb balla­de­pour­pis­seuses gretsch 00:25
  • 27 fx b3 gretsch 00:09
  • 28 fx auto­wah canard strat 00:12
 

Les effets Line 6 sont souvent de bonne facture et ceux du POD ne dérogent pas à la règle. Pour ses posses­seurs qui souhai­te­ront dans le futur upgra­der leur matos ou reve­nir aux lampes et à un son plus natu­rel, il fera alors un très bon multi-effet.

Pour finir, j’ai voulu tester la boucle d’ef­fet en mettant une vraie pédale Univibe dans l’un de ces deux exemples. Saurez-vous la retrou­ver ?*

29 fx univibe strat
00:0000:25
  • 29 fx univibe strat 00:25
  • 30 fx univi­be2 strat 00:21

POD révo­lu­tion pour cette fois 

Ô joies du marke­ting ! Un ‘X’ en bout de nom ne suffit pas forcé­ment à faire du neuf avec du vieux et fina­le­ment, à part les foots­witchs et le DSP, il n’y a ici rien de nouveau sous le soleil. Même le prix public de lance­ment autour des 500 € est presque iden­tique tandis que la version précé­dente est aujour­d’hui nette­ment moins chère. C’est en quelque sorte une mise à jour forcée du POD HD 500 et mon petit doigt me dit que cette version est amenée à le rempla­cer défi­ni­ti­ve­ment. Pas de regrets à avoir donc pour les posses­seurs de l’ori­gi­nal. Quant aux autres, ce POD, véri­table couteau suisse live et studio du guita­riste, à un prix raison­nable, mérite quand même toute leur atten­tion.

 

*Réponse: univi­be2

Points forts
  • Footswitchs solides et rétro-éclairés
  • Boîte à outils très complète
  • Polyvalence sonore
  • Editeur logiciel intuitif
  • F.F.F. (effets effectivement efficaces)
  • Respect de la dynamique du jeu
  • 2 guitares / 2 signaux
Points faibles
  • Pas de réelles nouveautés après 3 ans
  • Pas d'interrupteur ON/OFF
  • Pas de potard de réverb
  • Manque de définition de certains amplis

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.