LiveAujourd'hui à 12h30, on étudie les différentes offres de la Komplete 14 et on tire des conclusions
Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Kush Audio UBK Pusher
Photos
1/9

Test du processeur dynamique logiciel Kush Audio Pusher

Autre traitement dynamique logiciel de la marque Kush Audio

Écrire un avis ou Demander un avis
test
5 réactions
Silence, ça Pushe
8/10
Partager cet article

Il y a un peu plus d’un an maintenant, le jeune développeur américain Kush Audio présentait un nouveau plug-in indépendamment de ses créations matérielles. Pusher — c’est son nom — a depuis fait un peu de chemin, mais de manière assez discrète… Nous avons décidé de lever le voile sur ce plug-in fort singulier.

Si Kush Audio ne vous disait rien il y a 5 ans, c’est tout à fait normal. Mais si aujour­d’hui la marque ne vous dit toujours rien, c’est que vous êtes certai­ne­ment passé à côté de quelque chose ! En effet, celle-ci s’était fait remarquer après avoir réalisé à « grande échelle » une version modi­fiée du fameux Fatso d’Em­pi­ri­cal Labs — l’UBK Fatso. Ce produit n’est hélas plus dispo­nible, la société Wave Distro aux États-Unis ayant repris sa commer­cia­li­sa­tion, mais ceci est une autre histoi­re…

Nous avions déjà abordé le cas du Clari­pho­nic, égali­seur paral­lèle aux fonc­tions très inté­res­santes. Depuis, ce dernier a été décliné en plug-in, puis plus récem­ment dans une nouvelle mouture, appe­lée MKII. À ce propos, l’idée était de faire un brin de test sur cette seconde version du plug-in Clari­pho­nic, mais, après réflexion, nous avons préféré nous pencher sur un autre plug-in du déve­lop­peur, sorti il y a un peu plus long­temps : Pusher. Pourquoi tester ce plug-in plutôt qu’une version logi­cielle actua­li­sée du Clari­pho­nic ? Parce qu’il nous semble que Pusher présente des fonc­tions et des sono­ri­tés qui, sur le papier, semblent quelque peu origi­nales, du moins dans la démarche.

Néan­moins, nous avons voulu faire un petit aparté (en fin de test) concer­nant le Clari­pho­nic MKII, histoire de rester dans l’ac­tua­lité de la marque et montrer les possi­bi­li­tés du plug-in, en repre­nant des éléments de tests utili­sés alors pour le Clari­pho­nic hard­ware.

Peu chère… Pusher !

Reve­nons un peu à nos moutons. Le Pusher, kézako ? Et bien, diffi­cile à dire de prime abord ! Sur le site de la marque, Gregory Scott, la tête pensante de Kush Audio offre un descrip­tif assez flou, et en même temps assez juste. Il souhai­tait propo­ser un plug-in ne répon­dant à aucune fonc­tion spéci­fique, mais ayant la possi­bi­lité de créer de nouvelles « textures » via la géné­ra­tion d’har­mo­niques… Le Pusher, un proces­seur de distor­sion ? En effet. Mais pas seule­ment.

Kush Audio UBK Pusher : Pusher Nude

Dispo­nible aux formats AU, VST et AAX Natif, compa­tible avec les plate­formes 32 et 64 bits, le Pusher a besoin d’une iLok 1 ou 2 pour acti­ver sa licence et être utilisé sur votre DAW favo­rite. Si jamais vous voulez vous faire une idée par vous-même, Kush Audio propose — comme pratique­ment tous les déve­lop­peurs de plug-ins aujour­d’hui — une version de démo. L’ins­tal­la­tion est très simple, rapide et se fait sans encombre. Tout va bien.

Au premier coup d’œil, soyons francs : il est très diffi­cile d’y comprendre quelque chose. Même si les petits picto­grammes nous « guident » quant à la struc­ture de l’in­ter­face utili­sa­teur, on est loin d’une approche conven­tion­nelle. Tout d’abord, sous sa robe « tribale » aux accents camou­flage type « tempête du désert », Pusher tente de reprendre en quelque sorte la charte graphique de Kush Audio. Quelques poten­tio­mètres, un VU-mètre, des picto­grammes aussi expli­cites que mysté­rieux (aimants, éclairs, ondes sinu­soï­dales, double flèches…), pas facile de s’y retrou­ver… et de comprendre ce que l’on va pouvoir faire avec. En même temps, cette intrigue lais­sera la place à l’in­tui­tion… Heureu­se­ment, pour ceux qui sont réfrac­taires à une approche tâton­nante, un « Cheat Mode » permet d’af­fi­cher les diffé­rentes fonc­tions à côté des diffé­rents poten­tio­mètres et faders. Ouf ! On va pouvoir s’y mettre !

Kush Audio UBK Pusher : Pusher Cheat Mode

Et là, le plug-in nous dévoile toutes ses capa­ci­tés. Pusher est en réalité un plug-in divisé en deux étages de trai­te­ment. À gauche d’abord, la partie « géné­ra­teur » d’har­mo­niques. Au vu de la termi­no­lo­gie et des picto­grammes utili­sés (les petits aimants…), on a bien affaire à une simu­la­tion de distor­sion inspi­rée par l’uti­li­sa­tion de trans­for­ma­teurs.

L’un des deux gros poten­tio­mètres du plug-in, Flux Drive, est en réalité l’élé­ment de contrôle prin­ci­pal de la distor­sion harmo­nique. Faisant réfé­rence à l’uti­li­sa­tion de trans­for­ma­teurs (d’où les aimants…), il agit un peu comme une sorte de niveau d’en­trée pour l’étage de géné­ra­tion d’har­mo­nique, et cet étage-là unique­ment. En revanche, seule, son utili­sa­tion ne vaut pas grand-chose. En effet, le poten­tio­mètre de « Flux Drive » n’a d’ef­fet que lorsqu’il est utilisé conjoin­te­ment aux autres poten­tio­mètres présents à sa droite. Et c’est là que les choses se compliquent un peu…

La distor­sion harmo­nique est déter­mi­née par quatre « types » d’ai­mant : Nickel, Iron, Cobalt, et Steel. Chaque « aimant » est censé donner une « couleur » parti­cu­lière à la distor­sion. Plus on tourne le poten­tio­mètre vers la droite, plus la distor­sion prend la direc­tion du type d’ai­mant concerné. Évidem­ment, on peut mélan­ger plusieurs « couleurs » de distor­sion et créer ainsi quelque chose d’as­sez origi­nal.

L’autre réglage impor­tant de cette distor­sion harmo­nique est le Bias. Faisant réfé­rence au courant de pola­ri­sa­tion de l’ai­mant, ce poten­tio­mètre permet d’agir sur le compor­te­ment de la distor­sion en accen­tuant celle-ci, en fonc­tion bien sûr du niveau d’en­trée et du type d’ai­mant choisi. Enfin, un petit slider permet de doser la quan­tité de signal traité avec le signal d’ori­gine.

Le deuxième étage de trai­te­ment du Pusher est un compres­seur/limi­teur qui, d’après le fabri­cant, serait inspiré du Neve 2254. Et là, c’est tout de suite un peu plus clair. Si l’étage de distor­sion est un peu déli­cat à appré­hen­der de prime abord, la simu­la­tion de limi­teur à diode est légè­re­ment plus « commune ». On retrouve les réglages habi­tuels : Thre­shold, Attack (Fast, Medium et Slow, on ne s’em­bête pas avec les détails !) et Release (de 50 à 1200 ms). On a même droit à un petit filtre de Side­chain, allant de 20 à 300 Hz. Le tout — comme pour l’étage de distor­sion — peut être dosé avec le signal en sortie de celui-ci (traité ou non suivant les réglages). En théo­rie, on peut tout à fait utili­ser le Pusher comme un limi­teur « clas­sique » si on le souhaite.

Un joli VU-mètre aux allures vintage est censé affi­cher le niveau de réduc­tion de gain. Enfin, un réglage de niveau de sortie déter­mi­ne… le niveau géné­ral en sortie du plug-in.

Faut pas Pusher !

Au vu de ces fonc­tion­na­li­tés promet­teuses, voici quelques extraits sonores démon­trant la puis­sance (enfin, une partie du moins !) de ce plug-in. Tout d’abord, commençons avec des batte­ries et écou­tons un peu l’ef­fet sonore en fonc­tion des types d’ai­mants choi­sis (pour des réglages de Flux Drive et Bias simi­laires) :

1 1 DRUMS Dry
00:0000:31
  • 1 1 DRUMS Dry 00:31
  • 1 2 DRUMS Nickel 00:31
  • 1 3 DRUMS Iron 00:31
  • 1 4 DRUMS Cobalt 00:31
  • 1 5 DRUMS Steel 00:31

Ensuite, écou­tons l’ef­fet du compres­seur, avec un peu plus de distor­sion :

00:0000:00

Voici un extrait où l’on peut appré­cier (ou pas !) les joies de la distor­sion pous­sée dans ses derniers retran­che­ments :

00:0000:00

Voici d’autres extraits avec une basse :

2 1 BASS Dry
00:0000:31
  • 2 1 BASS Dry 00:31
  • 2 2 BASS Drive and Comp 00:31
  • 2 3 BASS Further 00:31

De même avec les claviers :

3 1 KEYS loop Dry
00:0000:31
  • 3 1 KEYS loop Dry 00:31
  • 3 2 KEYS loop Pusher 00:31

Et enfin avec la voix :

4 1 LEAD Dry
00:0000:31
  • 4 1 LEAD Dry 00:31
  • 4 2 LEAD Comp 00:31
  • 4 3 LEAD Comp and Drive 00:31
  • 4 4 LEAD Super Drive 00:31

En termes de réglages, les possi­bi­li­tés de Pusher sont assez vastes. La plage d’ac­tion de la distor­sion est très large ; en effet, couplée à un savant réglage de Blend Dry/Wet, elle peut aller d’un effet très subtil à une trans­for­ma­tion carré­ment extrême. Cepen­dant, on reste toujours dans un registre qui rappelle le domaine analo­gique ; ici, pas d’ef­fet numé­rique type bit crusher…

Pous­sée dans ses retran­che­ments, la « couleur » de chaque aimant devient assez pronon­cée. Steel et Nickel me semblent assez proches dans leur direc­tion, avec une sensa­tion plus chaleu­reuse et « géné­reuse » dans le bas du spectre pour Nickel. Ces types de distor­sion ne sont pas sans rappe­ler les distor­sions harmo­niques « à lampes ». De même, Cobalt et Iron semblent un peu proches égale­ment, avec une agres­si­vité un peu plus impor­tante pour Iron. Là encore, tout dépend des réglages effec­tués et il est vrai que pour des valeurs de Flux Drive et Bias assez basses, l’ef­fet peut être très, très subtil…

Ça n’est d’ailleurs que lorsque l’on augmente la valeur de Bias (qui en réalité multi­plie le nombre d’har­mo­niques) que l’on entend fran­che­ment la nature de la distor­sion. Évidem­ment, son action joue égale­ment sur le compor­te­ment des tran­si­toires et vient « déna­tu­rer » le signal d’ori­gine. C’est à ce moment que les contrôles de Blend Wet/Dry deviennent utiles : ils permettent d’équi­li­brer la texture appor­tée au signal d’ori­gine et ainsi effec­tuer un compro­mis inté­res­sant.

En ce qui concerne le compres­seur, on reste dans un registre un peu plus « clas­sique », tout du moins connu. Après s’être frotté à l’étage de distor­sion harmo­nique, l’ef­fet de surprise est quelque peu rela­tif. Cela ne veut cepen­dant pas dire qu’il est inin­té­res­sant, bien au contraire : on aurait presque envie de l’uti­li­ser tel quel, seul, sans la fonc­tion de distor­sion harmo­nique. Néan­moins, les deux vont très bien ensemble ! Là encore, les réglages sont très nombreux, et le Blend Wet/Dry y est là aussi pour quelque chose. Le filtre de Side­chain donne encore plus de possi­bi­li­tés sonores à la gestion de la dyna­mique ; la section de compres­sion aurait été opti­male si elle avait eu un Exter­nal Side­chain en plus.

En ce qui concerne le VU-mètre, avouons que ceux qui recherchent une préci­sion dans l’af­fi­chage des valeurs seront un peu déçus : il s’agit là plus d’un bon témoin de l’ac­tion du compres­seur et de son compor­te­ment tempo­rel. Pour ceux qui ont besoin de repères, Pusher embarque une bonne liste de présets — clas­sés par type de source audio — qui permettent de tester diffé­rentes confi­gu­ra­tions du plug-in et se faire rapi­de­ment une idée de ses possi­bi­li­tés.

En termes de ressources, le Pusher est perfor­mant pour un plug-in de cette trempe, mais quand même un peu gour­mand. Char­ger une session avec 48 pistes stéréo conte­nant chacune un Pusher en Insert n’a pas plu à ma confi­gu­ra­tion ; il va donc falloir utili­ser ce plug-in avec parci­mo­nie !

Au final, Pusher est un outil un peu à part, offrant des possi­bi­li­tés sonores pas forcé­ment inédites, mais implan­tées dans un plug-in de manière vrai­ment origi­nale. Certes, sa maîtrise demande un certain temps d’adap­ta­tion, car la palette de « textures sonores » qu’il offre, dans le domaine de la distor­sion harmo­nique, est assez inté­res­sant. Néan­moins la subti­lité de son action fait qu’il peut deve­nir très utile dans bien des situa­tions. Couplée à un excellent compres­seur/limi­teur, la distor­sion harmo­nique de Pusher permet en outre un vrai travail sur la dyna­mique, appor­tant un réel second souffle à la source audio trai­tée.

Conclu­sion

Gregory Scott prouve une fois de plus qu’il ne sait pas faire comme tout le monde avec Kush Audio. Suivant la tradi­tion­nelle lignée de ses équi­pe­ments hard­ware, Pusher se démarque en propo­sant une inter­face utili­sa­teur plutôt origi­nale pour des résul­tats sonores à la hauteur de nos espé­rances. Le plug-in offre des possi­bi­li­tés de réglages bien larges dont la subti­lité dépen­dra de vos besoins. Proposé sur le site de Kush Audio pour un tarif de 149 $, il se pour­rait que ce petit plug-in jusqu’ici assez discret puisse deve­nir une botte secrète incon­tour­nable.

Télé­char­gez les extraits sonores du Pusher (format WAV)

Et le Clari­pho­nic DSP MKII ?

Comme je l’ai dit plus haut, à l’ori­gine le test devait porter sur le Clari­pho­nic DSP MKII. Souve­nez-vous, peu après sa sortie, nous avions testé le Clari­pho­nic hard­ware, test que vous pouvez retrou­ver ici. Après avoir sorti une première version plug-in de ce formi­dable égali­seur, Kush Audio a décidé d’ap­por­ter quelques amélio­ra­tions en propo­sant le Clari­pho­nic DSP MKII, qui reprend en tout point les contrôles de l’équi­pe­ment maté­riel, à 2 détails près.

Kush Audio Clariphonic DSP mkII : Clariphonic Drums

Outre le fait que les prin­ci­paux para­mètres de l’EQ aient été repris, le plug-in Clari­pho­nic DSP initial ne possé­dait qu’une série de réglages, obli­geant ainsi l’uti­li­sa­teur à effec­tuer des réglages simi­laires sur les canaux gauche et droit pour une source stéréo. Le Clari­pho­nic MKII, lui, permet désor­mais de travailler en Dual Mono avec des réglages diffé­rents sur les canaux gauche et droit. De plus, Kush Audio a intro­duit la possi­bi­lité d’uti­li­ser l’EQ en Mid/Side, chose qui n’existe pas sur le hard­ware. Dernier petit « plus », et pas des moindres, le Clari­pho­nic MKII intègre une banque de plusieurs présets, permet­tant de trai­ter rapi­de­ment certaines sources et de sauve­gar­der vos réglages favo­ris.
J’ai volon­tai­re­ment repris les extraits audio utili­sés pour le test du Clari­pho­nic hard­ware avec des réglages simi­laires sur le plug-in, histoire de se faire une idée du trai­te­ment obtenu :

1 1 ACC Clari­pho­nic Dry
00:0000:15
  • 1 1 ACC Clari­pho­nic Dry 00:15
  • 1 2 ACC Lift­Dif­fuse 00:15
  • 1 3 ACC Lift­Tight 00:15
  • 1 4 ACC Open­Dif­fuse 00:15
  • 1 5 ACC Open­Tight 00:15
  • 1 6 ACC Presence 00:15
  • 1 7 ACC Sheen 00:15
  • 1 8 ACC Shim­mer 00:15
  • 1 9 ACC Silk 00:15
  • 2 1 Drums Dry 00:19
  • 2 2 Drums 1 00:19
  • 2 3 Drums 2 00:19
  • 2 4 Drums MS 00:19
  • 3 1 Rough Mix Dry 00:27
  • 3 2 Rough Clari­pho­nic 00:27
Kush Audio Clariphonic DSP mkII : Drums MS

J’étais très surpris d’ap­prendre que cette version était en théo­rie une version quelque plus « douce » dans la plage d’ac­tion que le Clari­pho­nic d’ori­gine. Il est évidem­ment très diffi­cile de rester objec­tif quant à la compa­rai­son d’ex­traits audio qui n’ont pas été réali­sés dans les mêmes condi­tions (maté­riel Vs. logi­ciel), cepen­dant je voulais m’as­su­rer que « l’es­prit «  du Kush Audio Clari­pho­nic soit bien conservé. Et c’est le cas. Mais le fabri­cant a raison : cette deuxième mouture logi­cielle de l’EQ me semble plus douce dans sa plage d’ac­tion et plus « droite » dans le bas. On retrouve bien la « couleur » qu’ap­porte le Clari­pho­nic, mais on doit rentrer un peu plus dans les réglages si on veut obte­nir une EQ qui agisse réel­le­ment — compa­ra­ti­ve­ment à la version maté­rielle.

Pour ma part, je vois le Clari­pho­nic MKII comme un outil supplé­men­taire, ayant un esprit très proche de la version maté­rielle, mais offrant une plage d’ac­tion plus large et une approche plus douce que le hard­ware. Un très bon outil qui permet pas mal de choses — dans son champ d’ac­tion bien sûr — et qui peut redon­ner un peu de brillant à vos sources audio.
En revanche, et c’est là son prin­ci­pal défaut à mon sens, son prix ne le rend pas vrai­ment attrac­tif. Annoncé à $199 — le plus cher de la marque — il se place dans une caté­go­rie de plug-ins s’adres­sant à des utili­sa­teurs dont les besoins bien défi­nis néces­sitent un trai­te­ment de ce type.

Télé­char­gez les extraits sonores du Clari­pho­nic DSP mkII (format FLAC)

  • Kush Audio UBK Pusher : Pusher Nude
  • Kush Audio UBK Pusher : Pusher Cheat Mode
  • Kush Audio Clariphonic DSP mkII : Rough Clariphonic
  • Kush Audio Clariphonic DSP mkII : Drums MS
  • Kush Audio Clariphonic DSP mkII : Clariphonic MKII Clarity
  • Kush Audio Clariphonic DSP mkII : Clariphonic Drums

 

8/10
Points forts
  • Le son
  • Les possibilités de réglages
  • L’interface utilisateur originale
  • L’esprit Kush Audio
  • Le concept « 2 plug-ins en 1 »
  • Le rapport qualité/prix
Points faibles
  • Interface pouvant être déroutante pour certains
  • Pas de sidechain externe sur le compresseur
  • À ce prix-là et avec cette qualité-là, on aurait aimé avoir encore plus de types de distorsion !

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.