Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou

Le guide du Reggae

Qu'est-ce que le Reggae ?

Poursuivant notre périple à travers les musiques traditionnelles du monde, je vous propose cette fois une étape qui va peut-être vous étonner car c'est en Jamaïque que nous allons nous arrêter, et que c'est le Reggae que nous allons étudier.

Accéder à un autre article de la série...

Histoire et présen­ta­tion du Reggae

La perti­nence de ce choix pourra vous sembler discu­table dans le cadre d’un dossier sur les musiques dites « tradi­tion­nelles ». Mais si j’ai choisi de trai­ter du Reggae aujour­d’hui, c’est parce que malgré son carac­tère récent, cette musique née à la fin des années 60 est deve­nue en l’es­pace de quelques décen­nies l’un des symboles cultu­rels les plus marquants de la Jamaïque. Le Reggae est l’hé­ri­tier des tradi­tions musi­cales de l’île, notam­ment le Mento et le Calypso, mais égale­ment l’éphé­mère Rocks­teady et le Ska forte­ment inspiré du « Scat » popu­la­risé par l’amé­ri­cain Louis Armstrong. Et puisque nous évoquons les Etats-Unis, citons encore la Soul et même le Doo-wop comme sources du Reggae. Comme souvent, l’éty­mo­lo­gie du nom se prête à de multiples conjec­tures. Mais de nombreux commen­ta­teurs s’ac­cordent pour dire que ce serait Frede­rick « Toots » Hibbert qui l’au­rait inventé avec son titre Do the Reggay. Si lui-même avoue qu’il ne donne pas de signi­fi­ca­tion parti­cu­lière à ce mot et que c’est quelque chose qui lui serait sorti de la bouche « comme ça », il peut être inté­res­sant de noter que ce mot se rapproche de l’ex­pres­sion jamaï­caine « streg­gay » qui signi­fie « fille facile ».

tootsCeci nous amène d’ailleurs à nous inté­res­ser aux impli­ca­tions socié­tales du Reggae qui se traduisent par deux styles prin­ci­paux atta­chés chacun à un courant de pensée et /ou style de vie parti­cu­lier : le Reggae « roots » et le Reggae « dance­hall ». Le Reggae dit roots se rattache au mouve­ment Rasta­fari, système de pensée à la fois spiri­tuel et poli­tique forte­ment lié aux tradi­tions judéo-chré­tiennes de l’Éthio­pie, très critique quant aux Églises occi­den­tales et qui consi­dère l’em­pe­reur éthio­pien Haïlé Sélas­sié comme le véri­table Messie envoyé par « Jah » ou Jého­vah. C’est cette forme de Reggae qui s’est impo­sée inter­na­tio­na­le­ment car c’était celle que défen­dait Bob Marley, icône du Reggae s’il en est. On notera d’ailleurs que certains Rasta­fari comme les Bobo Ashanti ne tolé­raient pas le Reggae mais ne recon­nais­saient qu’aux percus­sions Nyabin­ghi le droit de ryth­mer leur philo­so­phie. Si le Reggae « roots » repré­sente le côté lumi­neux impré­gné de spiri­tua­lité, la version « dance­hall » quant à elle pour­rait en repré­sen­ter le côté obscur. Le Reggae dance­hall traduit en effet les violences de la société jamaï­caine tout en s’ap­pro­priant à travers le person­nage jamaï­cain du « rude boy » la figure du « gang­sta » véhi­cu­lée par les produc­tions cultu­relles occi­den­tales. Cette dernière version s’avère aujour­d’hui sans doute plus vivante et plus active que le Reggae « roots ». Elle donnera notam­ment nais­sance au Ragga­muf­fin. 

Le Reggae connaît dès ses débuts un très grand succès inter­na­tio­nal et se déve­loppe prin­ci­pa­le­ment en Angle­terre, mais aussi en France. Cette musique sera accueillie dans ces pays notam­ment par le mouve­ment « skin­head », avant qu’une frange de celui-ci n’adopte les idées d’ex­trême droite.

Dans les années 70, l’in­gé­nieur du son King Tubby commence à mani­pu­ler les bandes enre­gis­trées en les remixant et en leur adjoi­gnant des effets externes, créant ainsi le  « Dub », un style de Reggae à part entière qui nour­rira à son tour de nouvelles formes musi­cales, prin­ci­pa­le­ment élec­tro­niques, telles que la Drum’n bass, la Jungle et le Dubs­tep. Mais ce n’est pas unique­ment par le Dub que le Reggae se trouve précur­seur des musiques élec­tro­niques. À l’ins­tar de ces dernières en effet, il intègre dès le début dans sa culture-même les moyens de diffu­sion modernes. Car c’est bien davan­tage par les Sound Systems des DJ jamaï­cains que par les concerts live de ces artistes que la véri­table expé­rience « Reggae » s’est trans­mise aux audi­teurs, en tous cas sur l’île, et ce en rupture avec tous les autres styles musi­caux de l’époque, même les plus modernes comme le Rock qui ont quant à eux toujours placé le concert au pinacle de leurs expé­riences respec­tives. 

Artistes et œuvres

L’in­ven­teur du nom « Reggae », Toots Hibbert était forte­ment inspiré de la Soul, et davan­tage par celle issue de Stax que celle prove­nant de Motown. Ici la chan­son qui a donné son nom au Reggae :

Mais c’est véri­ta­ble­ment Bob Marley qui portera cette musique à son sommet. 

L’un de ses prin­ci­paux compa­gnons de route au sein des Wailers sera Peter Tosh, figure emblé­ma­tique d’un Reggae parti­cu­liè­re­ment conscient et impé­tueux :

Le produc­teur de certains albums des Wailers sera une autre grande figure du Reggae, Lee « Scratch »Perry, l’un des rares survi­vants de la grande époque :

L’autre grand survi­vant de cette époque est Jimmy Cliff, qui contrai­re­ment à ses cama­rades ne se ralliera pas au mouve­ment Rasta­fari mais plutôt à l’Is­lam qu’il juge plus univer­sel. 

L’un des prin­ci­paux repré­sen­tants du Dance­hall sera Caple­ton :

La relève du Dance­hall est notam­ment assu­rée aujour­d’hui par Mavado :

En Angle­terre, c’est le groupe Steel Pulse qui portera prin­ci­pa­le­ment la bannière du Reggae :

Tandis qu’en France nous aurons Pier­poljak ouTon­ton David:

 

 

Article suivant dans la série :
Le Reggae et le Nyabinghi →

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.