Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Initiation à la musique andine
Partager cet article

Si pour vous la musique andine n'évoque que l'illustration sonore de vieilles publicités de café instantané, je vous propose d'opérer immédiatement une mise à jour de vos connaissances sur le sujet !

Accéder à un autre article de la série...

Les origines et l’his­toire

On désigne par « musique andine » la musique pratiquée par les peuples de l’Al­ti­plano, les hauts plateaux de la Cordillère des Andes. Ces peuples sont prin­ci­pa­le­ment repré­sen­tés par les tribus amérin­diennes Aymara (essen­tiel­le­ment autour du Lac Titi­caca) et Quechua (partout ailleurs). La musique andine tient une place impor­tante dans les tradi­tions sonores de l’Amé­rique du Sud, non seule­ment en tant que musique de certains des premiers occu­pants du conti­nent, mais égale­ment par l’im­por­tance de la zone géogra­phique couverte qui s’étend du Vene­zuela à l’Ar­gen­tine en passant par la Colom­bie, l’Equa­teur, le Pérou, la Boli­vie et le Chili. Malgré cette large distri­bu­tion spatiale, cette musique présente toute­fois de nombreuses carac­té­ris­tiques qui permettent de la défi­nir comme un ensemble cohé­rent. Ceci provient en bonne partie des unifi­ca­tions cultu­relles déjà pratiquées dans cette région par l’em­pire Inca avant la conquête espa­gnole, mais égale­ment du fait de cette même conquête espa­gnole, notam­ment lorsqu’il a été ques­tion d’évan­gé­li­ser les popu­la­tions.

Musique Andine 1Comme dans de nombreuses autres tradi­tions musi­cales, celles de l’Al­ti­plano avaient à l’ori­gine une forte valeur rituelle indi­gène, que l’on retrouve d’ailleurs dans la compo­si­tion même de leurs orchestres ou carré­ment dans l’ac­cor­dage de leurs instru­ments qui peut varier selon les saisons (nous y revien­drons). Les mission­naires espa­gnols comprirent donc rapi­de­ment que pour ré-orien­ter la spiri­tua­lité de ces peuples de leur reli­gion d’ori­gine vers le chris­tia­nisme, il fallait en passer par leur musique. Et voici comment ils ont opéré. Malgré une certaine cohé­rence cultu­relle géné­rale dans toute cette région, chaque village indien possé­dait ses propres parti­cu­la­ri­tés cultu­relles et musi­cales. Les Espa­gnols ont donc encou­ragé les imita­tions d’in­ter­pré­ta­tion de musiques entre les commu­nau­tés indiennes. Ceci eût pour effet non seule­ment de trans­for­mer des tradi­tions musi­cales à valeur essen­tiel­le­ment rituelle en musiques de « spec­tacle » et de compé­ti­tion amicale entre villages, mais égale­ment de renfor­cer encore les échanges et donc une certaine unifor­mi­sa­tion cultu­relle. Pour les occa­sions reli­gieuses à présent chré­tiennes, ce fut la musique d’ori­gine espa­gnole qui fut impor­tée, notam­ment la musique baroque.

Pour finir cette toute petite intro­duc­tion, il convient égale­ment de noter deux choses impor­tantes. La première est que l’on distin­guait encore à la fin du siècle dernier (le 20e…) la musique pratiquée par les peuples ruraux de l’Al­ti­plano de celle des métis euro­péano-indiens des villes. Et la seconde, c’est que contrai­re­ment à de nombreuses musiques d’Amé­rique latine, celle de la Cordillère des Andes n’a long­temps été que très peu influen­cée par les tradi­tions afri­caines. L’ex­pli­ca­tion en est simple : tout d’abord ces régions monta­gneuses n’ont pas connu l’es­cla­vage et ensuite, après l’abo­li­tion de ce dernier, les popu­la­tions d’ori­gine afri­caine se sont plutôt diri­gées vers les villes. On peut toute­fois aujour­d’hui assis­ter à de fruc­tueux mélanges musi­caux, comme nous allons pouvoir le consta­ter.

Les œuvres et les artistes

Tout d’abord voici une compi­la­tion datant de 1958 de musiques péru­viennes tradi­tion­nelles :

Parmi les repré­sen­tants les plus emblé­ma­tiques de la musique andine tradi­tion­nelle, on peut citer les boli­viens du Grupo Aymara :

le joueur de « charango » péru­vien Jaime Guar­dia :

et la chan­teuse boli­vienne Luzmila Carpio, qui a d’ailleurs été ambas­sa­drice de son pays en France entre 2006 et 2010 :

Pour ce qui est du mélange de musique espa­gnole baroque avec les tradi­tions andines, on citera notam­ment le « Hanac­pa­chap cussi­cui­nin », première oeuvre litur­gique en langue quechuane publiée en 1631 par le moine fran­cis­cain Juan Pérez Boca­ne­gra, ici par l’en­semble Ex Cathe­dra:

D’autres oeuvres de la renais­sance et de l’époque baroque sont propo­sées ici sous la direc­tion de Jordi Savall:

Le groupe qui a réel­le­ment fait connaître la musique andine en occi­dent et a même large­ment parti­cipé à la genèse de la « world music » sont les Chiliens d’Inti Illi­mani, dont le nom lui-même mélange les origines quechuane (« Inti », pour le soleil) et aymara (« Illi­mani », le nom d’une montagne boli­vienne):

On les voit ici dans un style nette­ment moins typique­ment andin en compa­gnie de Eva Ayllon, l’une des prin­ci­pales repré­sen­tantes du courant afro-péru­vien :

Enfin, je ne peux pas ne pas citer El Condor Pasa, « zarzuela » (forme de comé­die musi­cale) compo­sée par Daniel Alomía Robles en 1913 et dont le thème prin­ci­pal moultes fois repris en occi­dent (notam­ment par Simon et Garfun­kel) est quasi­ment devenu chez nous le symbole même de la musique andine :

 

Article suivant dans la série :
Philosophie et style de la musique andine →

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.