Devenir membre
Devenir Membre
Continuer avec Google

ou
Connexion
Se connecter
Se connecter avec Google

ou
culture

Introduction à la musique andine

Les musiques traditionnelles 9

Si pour vous la musique andine n'évoque que l'illustration sonore de vieilles publicités de café instantané, je vous propose d'opérer immédiatement une mise à jour de vos connaissances sur le sujet !

Accéder à un autre article de la série...

Les origines et l'histoire

On désigne par « musique andine » la musique pratiquée par les peuples de l'Altiplano, les hauts plateaux de la Cordillère des Andes. Ces peuples sont principalement représentés par les tribus amérindiennes Aymara (essentiellement autour du Lac Titicaca) et Quechua (partout ailleurs). La musique andine tient une place importante dans les traditions sonores de l'Amérique du Sud, non seulement en tant que musique de certains des premiers occupants du continent, mais également par l'importance de la zone géographique couverte qui s'étend du Venezuela à l'Argentine en passant par la Colombie, l'Equateur, le Pérou, la Bolivie et le Chili. Malgré cette large distribution spatiale, cette musique présente toutefois de nombreuses caractéristiques qui permettent de la définir comme un ensemble cohérent. Ceci provient en bonne partie des unifications culturelles déjà pratiquées dans cette région par l'empire Inca avant la conquête espagnole, mais également du fait de cette même conquête espagnole, notamment lorsqu'il a été question d'évangéliser les populations.

Musique Andine 1Comme dans de nombreuses autres traditions musicales, celles de l'Altiplano avaient à l'origine une forte valeur rituelle indigène, que l'on retrouve d'ailleurs dans la composition même de leurs orchestres ou carrément dans l'accordage de leurs instruments qui peut varier selon les saisons (nous y reviendrons). Les missionnaires espagnols comprirent donc rapidement que pour ré-orienter la spiritualité de ces peuples de leur religion d'origine vers le christianisme, il fallait en passer par leur musique. Et voici comment ils ont opéré. Malgré une certaine cohérence culturelle générale dans toute cette région, chaque village indien possédait ses propres particularités culturelles et musicales. Les Espagnols ont donc encouragé les imitations d'interprétation de musiques entre les communautés indiennes. Ceci eût pour effet non seulement de transformer des traditions musicales à valeur essentiellement rituelle en musiques de « spectacle » et de compétition amicale entre villages, mais également de renforcer encore les échanges et donc une certaine uniformisation culturelle. Pour les occasions religieuses à présent chrétiennes, ce fut la musique d'origine espagnole qui fut importée, notamment la musique baroque.

Pour finir cette toute petite introduction, il convient également de noter deux choses importantes. La première est que l'on distinguait encore à la fin du siècle dernier (le 20e...) la musique pratiquée par les peuples ruraux de l'Altiplano de celle des métis européano-indiens des villes. Et la seconde, c'est que contrairement à de nombreuses musiques d'Amérique latine, celle de la Cordillère des Andes n'a longtemps été que très peu influencée par les traditions africaines. L'explication en est simple : tout d'abord ces régions montagneuses n'ont pas connu l'esclavage et ensuite, après l'abolition de ce dernier, les populations d'origine africaine se sont plutôt dirigées vers les villes. On peut toutefois aujourd'hui assister à de fructueux mélanges musicaux, comme nous allons pouvoir le constater.

Les œuvres et les artistes

Tout d'abord voici une compilation datant de 1958 de musiques péruviennes traditionnelles :

Parmi les représentants les plus emblématiques de la musique andine traditionnelle, on peut citer les boliviens du Grupo Aymara :

le joueur de « charango » péruvien Jaime Guardia :

et la chanteuse bolivienne Luzmila Carpio, qui a d'ailleurs été ambassadrice de son pays en France entre 2006 et 2010 :

Pour ce qui est du mélange de musique espagnole baroque avec les traditions andines, on citera notamment le «Hanacpachap cussicuinin », première oeuvre liturgique en langue quechuane publiée en 1631 par le moine franciscain Juan Pérez Bocanegra, ici par l'ensemble Ex Cathedra:

D'autres oeuvres de la renaissance et de l'époque baroque sont proposées ici sous la direction de Jordi Savall:

Le groupe qui a réellement fait connaître la musique andine en occident et a même largement participé à la genèse de la «world music» sont les Chiliens d'Inti Illimani, dont le nom lui-même mélange les origines quechuane («Inti», pour le soleil) et aymara («Illimani», le nom d'une montagne bolivienne):

On les voit ici dans un style nettement moins typiquement andin en compagnie de Eva Ayllon, l'une des principales représentantes du courant afro-péruvien :

Enfin, je ne peux pas ne pas citer El Condor Pasa, « zarzuela » (forme de comédie musicale) composée par Daniel Alomía Robles en 1913 et dont le thème principal moultes fois repris en occident (notamment par Simon et Garfunkel) est quasiment devenu chez nous le symbole même de la musique andine :

 

← Article précédent dans la série :
Les instruments de la Rumba
Article suivant dans la série :
Philosophie et styles de la musique andine →
  • Merrylauwrens
    Merrylauwrens
    Nouvel AFfilié
    35 posts au compteur
    Hello,

    Pour ceux que ça intéresse voici 3 petits doc sur des productions récentes d'Amérique latine. Et ce mouvement (Nu-Lat-Am) qui arrive peut a peu en Europe et qui revisite les instruments et mélodies traditionnelles. Des artistes intéressants et à suivre, Nicola Cruz, Mateo Kingman, Chancha via Circuito, Rio Mira,....etc, une bonne partie du label argentin ZZK et Equatorien Aya records.
    J'ai eu la chance de vivre en Equateur et d'y produire/ mixer quelques albums. Parmi certains artistes presents sur ces video (pour écouter plus voir la section 'mix' sur mon site internet ainsi que leurs clips sur youtube
    > https://www.remylaurencon.com )

    Les docs :

    https://youtu.be/RmCF4MN4Vgk
    https://youtu.be/Yt_NLxBxnJI
    https://youtu.be/8qkNP8HDT80

    Bonne écoute !
  • patrick_g75
    patrick_g75
    Je poste, donc je suis
    5175 posts au compteur
    J'avais loupé, en novembre (?), cette première étape de ce "tour des Andes".
    Superbe idée, Newjazz !
    Au moins je prends le train en marche en ce début janvier...
    :bave:
  • maxime_75
    maxime_75
    Nouvel AFfilié
    3 posts au compteur
    je me permet d'ajouter quelques petites vidéos!


  • perigo
    perigo
    Posteur AFfolé
    653 posts au compteur
    Merci pour l'article newjazz et aux posts!
    mes préférés : Los Hijos del Sol, la Cumbia psychédélique du Pérou, la chicha du samedi soir! :cobra:


    et puis la magnifique reprise des Giant Sand du tube peruvien carinito :


  • Push-Pull
    Push-Pull
    Drogué à l'AFéine
    15763 posts au compteur
    Flag :8)

    x
    Hors sujet :
    Et en passant: AS, elle est magnifique cette photo !

    https://img.audiofanzine.com/image.php?lang=fr&identifier=image&size=normal&module=user&userPhoto_id=297499
  • Léon Punkachien
    Léon Punkachien
    Nouvel AFfilié
    1 post au compteur
    Super, merci Newjazz. :bravo:
    Bons choix, je me suis franchement régalé.
    Juste quelques petites précisions qui je l'espère éclaireront un peu ton propos. Les Aymaras ne se concentrent pas seulement autour du Titicaca mais au sud du lac, jusqu'au Chili et au nord de l'Argentine. Ils se différencient des quechuas par le fait que leur langue et leur culture d'origine sont pré-incaïque.

    A propos de l'esclavage, il est vrai qu'il n'a pas été pratiqué, officiellement, à l'égard des populations amérindiennes. L'origine en est qu'Isabelle la catholique l'avait interdit à leur encontre parce qu'elle les considérait comme ses sujets... un sujet espagnol ne pouvait être esclave. Dans la pratique existait dans la partie andine de l'empire un système appelé la mita, chaque "citoyen" indien devait un certain nombre d'années de servitude équivalent à de l'esclavage mais qui officiellement n'en était pas. Le taux de mortalité était si élevé à la suite de ce service que les espagnols ont fait venir dans la partie sud-andine de l'empire (Pérou, Bolivie) des esclaves noirs qui résistaient encore moins aux conditions de vie.
    Revenons au sujet. On trouve dans une région de Bolivie, entre la très haute La Paz et le bassin amazonien dans ce qu'on appelle le piémont andin, une population afro-amérindienne. C'est les Yungas de Bolivie et sa "capitale" Coroico.
    Je vous mets ces vidéos. Mélange étonnant d'une population d'origine africaine habillée dans la tradition andine et jouant une musique plus africaine qu'andine.




    Citation :
    La première est que l'on distinguait encore à la fin du siècle dernier (le 20e...) la musique pratiquée par les peuples ruraux de l'Altiplano de celle des métis européano-indiens des villes.


    Tout à fait d'accord. J'ai souvent assisté à des fêtes que ce soit en ville ou au fin fond des campagnes. La première différence est déjà les instruments, beaucoup plus de cuivres en ville, une mélodie plus proche de la tradition espagnole alors que dans les campagnes on trouve plus rarement des cuivres, la flute est l'instrument principal avec les percussions. Une musique plus axée sur le rythme, vraiment une musique de danse, alors qu'en ville on danse beaucoup moins, on défile...
    Voilà.

    https://img.audiofanzine.com/image.php?lang=fr&identifier=image&size=normal&module=user&userPhoto_id=297499

    https://img.audiofanzine.com/image.php?lang=fr&identifier=image&size=normal&module=user&userPhoto_id=297498

    https://img.audiofanzine.com/image.php?lang=fr&identifier=image&size=normal&module=user&userPhoto_id=297497

    Désolé, j'ai jamais pensé à filmer... :oops2:

    Sur les côtes caribéennes du Guatemala, du Honduras et du Bélize on trouve le même genre de culture que celle des Yungas boliviennes, sauf que là c'est afro-maya, les Garifunas. Culture, langue, religion, musique, c'est la rencontre des Mayas et de l'Afrique.
  • Synthpunk
    Synthpunk
    AFicionado
    2273 posts au compteur
    Merci Sardonicus d'avoir évoqué Quilapayun parce que c'est vraiment un groupe majeur de la musique Andine

    Bien qu'Américaine du Nord je mettrait aussi dans cette série la Violoniste et ethnomusicologiste Elisabeth Waldo qui fut l'une des premières musiciennes a explorer les musiques traditionnelle Sud Américaines, on la range souvent a tort dans l'Easy Listening et plus facilement dans l'Exotica, alors que son travail de recherche et son utilisation de sonorités orchestrée moderne mêlées d'instruments traditionnels Andin et même Précolombiens sont fabuleux

    Et bien sur la géniale et incomparable Yma Sumac qui mine de rien à elle aussi beaucoup fait pour faire connaitre et populariser les musique Andines et d'Amerique latine

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=97&v=uxJi3FRFDrQ



  • cortez77
    cortez77
    AFicionado
    2344 posts au compteur
    L'avant dernier lien video ne semble pas être le bon (Hanacpachap cussicunin (Ritual 1631) déjà posté un peu plus haut).

    Sinon très intéressant !
  • christian_r
    christian_r
    AFicionado
    1617 posts au compteur
    cool ! Il y aura une suite de prévue, avec les différentes flûtes utilisées ?
  • Joeko
    Joeko
    Squatteur d'AF
    3024 posts au compteur
    Et Atahualpa Yupanqui !
  • sardonicus
    sardonicus
    Nouvel AFfilié
    1 post au compteur
    J'aurais rajouté Quilapayun, Victor Jara et Mercedes Sosa, pas fatalement pour le poids politique (dont on se fout un peu dans un contexte musicalo musical, encore que le lien politique dans les musiques d'Amsud soit au minimum sous-jacent) mais parce que ce sont des porte-parole populaires (au premier sens du terme) de cette/ces musique(s), et dans une approche plus chilienne/sud andine que péruvienne/bolivienne.
  • iktomi
    iktomi
    Je poste, donc je suis
    5958 posts au compteur
    Super ! Cette culture musicale représente ce qu'il y a de plus dépaysant pour moi (avec les natifs américains du nord, en particulier les L/D/Nakota, qu'on connais sous le terme "Sioux").

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.